Principal
Les symptômes

Adénome de la prostate

Adénome de la prostate - la prolifération du tissu glandulaire de la prostate, entraînant une perturbation de l'écoulement de l'urine de la vessie. Caractérisé par des mictions fréquentes et difficiles, y compris nocturnes, un affaiblissement du flux d'urine, un écoulement involontaire d'urine, une pression dans la vessie. Par la suite, une rétention urinaire complète, une inflammation et la formation de calculs dans la vessie et les reins peuvent se développer. La rétention urinaire chronique conduit à une intoxication et à une insuffisance rénale.Le diagnostic de l'adénome de la prostate comprend l'échographie de la prostate, l'étude de son secret et, si nécessaire, une biopsie. Le traitement est généralement chirurgical. Le traitement conservateur est efficace à ses débuts.

Adénome de la prostate

L'adénome de la prostate est une tumeur bénigne des glandes paraurétrales, située autour de l'urètre dans sa section prostatique. Le principal symptôme de l'adénome de la prostate est une violation de la miction due à la compression progressive de l'urètre avec un ou plusieurs nodules en croissance. Pour l'hyperplasie bénigne de la prostate se caractérise par une évolution bénigne.

Prévalence de l'adénome de la prostate

Seule une petite partie des patients atteints d'adénome de la prostate demande l'aide médicale, un examen approfondi permet toutefois de détecter les symptômes de la maladie chez un homme sur quatre âgé de 40 à 50 ans et chez la moitié des hommes entre 50 et 60 ans. L'adénome de la prostate est détecté chez 65% des hommes âgés de 60 à 70 ans, 80% des hommes âgés de 70 à 80 ans et plus de 90% des hommes âgés de plus de 80 ans. La gravité des symptômes peut varier considérablement. Des études dans le domaine de l'urologie suggèrent que des problèmes de miction surviennent chez environ 40% des hommes atteints d'adénome de la prostate, mais seulement un patient sur cinq de ce groupe demande l'aide d'un médecin.

Causes de l'adénome de la prostate

Le mécanisme de développement de l'adénome de la prostate n'est pas encore complètement défini. En dépit de l'opinion répandue associant adénome de la prostate à prostatite chronique, aucune donnée ne permet de confirmer le lien entre ces deux maladies. Les chercheurs n'ont révélé aucun lien entre le développement d'un adénome de la prostate et la consommation d'alcool et de tabac, l'orientation sexuelle, l'activité sexuelle et les maladies vénériennes et inflammatoires.

L'incidence de l'adénome de la prostate dépend fortement de l'âge du patient. Les scientifiques pensent que l'adénome de la prostate se développe en raison de troubles hormonaux chez l'homme lorsque l'andropause (ménopause masculine) se produit. Cette théorie est corroborée par le fait que les hommes qui ont été castrés avant la puberté et, très rarement, après avoir été castrés, ne souffrent jamais d'adénome de la prostate.

Symptômes de l'adénome de la prostate

Il existe deux groupes de symptômes de l'adénome de la prostate: irritatifs et obstructifs. Le premier groupe de symptômes de l'adénome de la prostate comprend une miction accrue, une envie persistante (impérative) d'uriner, une nycturie, une incontinence. Le groupe de symptômes obstructifs caractéristiques de l'adénome de la prostate comprend une difficulté à uriner, une apparition retardée et une augmentation du temps de miction, un sentiment de vidange incomplète, une miction avec un jet lent et intermittent et la nécessité de faire un effort.

On distingue trois étapes de l'adénome de la prostate:

  • Adénome de la prostate au stade compensé (stade I)

Modifie la dynamique de l'acte de miction. Il devient plus fréquent, moins intense et moins libre. Il est nécessaire d'uriner 1 à 2 fois par nuit. En règle générale, la nycturie au stade I de l'adénome de la prostate ne préoccupe pas le patient, qui associe des réveils nocturnes persistants au développement d'une insomnie liée à l'âge.

Pendant la journée, la fréquence normale des mictions peut être maintenue. Cependant, les patients atteints d'un adénome de la prostate au stade I ont une période d'attente, particulièrement prononcée après une nuit de sommeil. Ensuite, la fréquence des mictions diurnes augmente et le volume d'urine libéré au cours d'une miction unique diminue. Il y a des pulsions impératives. Un courant d'urine, qui formait auparavant une courbe parabolique, se détache lentement et tombe presque à la verticale.

Au stade I de l'adénome de la prostate, une hypertrophie des muscles de la vessie se développe, ce qui permet de préserver l'efficacité de sa vidange. Il n’ya pas ou peu d’urine résiduelle dans la vessie à ce stade. L'état fonctionnel des reins et des voies urinaires supérieures est préservé.

  • Stade sous-compensé de l'adénome de la prostate (stade II)

Au stade II de l'adénome de la prostate, le volume de la vessie augmente et des modifications dystrophiques se développent au niveau des parois. La quantité d'urine résiduelle atteint 100-200 ml et continue d'augmenter. Tout au long de l'acte de miction, le patient est contraint de forcer intensément les muscles abdominaux et le diaphragme, ce qui entraîne une augmentation encore plus importante de la pression intravésicale. L'acte de la miction devient multiphase, intermittent, ondulant.

Le passage de l'urine le long des voies urinaires supérieures est progressivement perturbé. Les structures musculaires perdent leur élasticité, les voies urinaires se dilatent. La fonction rénale est altérée. Les patients s'inquiètent de la soif, de la polyurie et d'autres symptômes d'insuffisance rénale chronique progressive. Lorsque les mécanismes de compensation sont perturbés, la troisième étape commence.

  • Adénome de la prostate au stade décompensé (stade III)

La vessie dans l'adénome de prostate de stade III est distendue, débordant d'urine, facilement déterminée par la palpation et visuellement. Le bord supérieur de la vessie peut atteindre le niveau du nombril et les niveaux supérieurs. La vidange est impossible même avec une tension intense des muscles abdominaux. Le désir de vider la vessie devient continu. Une douleur abdominale grave peut survenir. L'urine est excrétée fréquemment, en gouttes ou en très petites portions. À l'avenir, la douleur et le besoin urgent d'uriner s'atténuent progressivement. Une rétention urinaire paradoxale caractéristique de l'adénome de la prostate se développe (la vessie est pleine, l'urine est constamment expulsée en gouttes).

À ce stade de l'adénome de la prostate, le tractus urinaire supérieur est dilaté, les fonctions du parenchyme rénal sont altérées en raison de l'obstruction constante du tractus urinaire, ce qui entraîne une augmentation de la pression dans le système pelvis. La clinique d'insuffisance rénale chronique se développe. Si les soins médicaux ne sont pas fournis, les patients décèdent de CRF progressive.

Complications de l'adénome de la prostate

Si aucune mesure thérapeutique n'est prise, une insuffisance rénale chronique peut se développer chez un patient atteint d'adénome de la prostate. Dans les adénomes de la prostate, une rétention urinaire aiguë se développe parfois. Le patient ne peut pas uriner lorsque la vessie est pleine malgré un désir intense. Pour éliminer la rétention urinaire, une vessie est cathétérisée chez l'homme, parfois une intervention chirurgicale d'urgence ou une ponction de la vessie.

Une hématurie est une autre complication de l'adénome de la prostate. Une microhématurie est notée chez un certain nombre de patients, mais des saignements abondants et fréquents sont également causés par le tissu adénome (en cas de lésion résultant d'une manipulation) ou par des varices dans la région du col de la vessie. Avec la formation de caillots, il est possible de développer une tamponnade de la vessie, dans laquelle une intervention chirurgicale d'urgence est nécessaire. La cause du saignement dans l'adénome de la prostate devient un cathétérisme diagnostique ou thérapeutique.

Les calculs vésiculaires de l'adénome de la prostate peuvent résulter d'urines stagnantes ou migrer des reins et des voies urinaires. Dans la cystolithiose, le tableau clinique de l'adénome de la prostate est complété par une augmentation de la miction et une douleur irradiant vers la tête du pénis. En position debout, en marchant et en faisant des mouvements, les symptômes deviennent plus prononcés, en position couchée - diminue. Le symptôme de la "pose d'un jet d'urine" est caractéristique (malgré le vidage incomplet de la vessie, le jet d'urine est soudainement interrompu et ne reprend que lorsque la position du corps change). Souvent, dans l'adénome de la prostate, des maladies infectieuses se développent (épididymo-orchite, épididymite, vésiculite, adénite, prostatite, urétrite, pyélonéphrite aiguë et chronique).

Diagnostic de l'adénome de la prostate

Le médecin effectue un examen digital de la prostate. Afin d'évaluer la gravité des symptômes de l'adénome de la prostate, le patient est invité à remplir un journal de miction. Effectuer une étude des sécrétions de la prostate et des frottis de l'urètre pour exclure les complications infectieuses. Une échographie de la prostate est réalisée, au cours de laquelle le volume de la prostate est déterminé, les calculs et les zones stagnantes sont détectés, la quantité d'urine résiduelle, l'état des reins et des voies urinaires sont évalués.

Juger de manière fiable du degré de rétention urinaire dans l'adénome de la prostate permet l'analyse de la débitmétrie (le temps de miction et le débit urinaire sont déterminés par un appareil spécial). Pour exclure le cancer de la prostate, il est nécessaire d'évaluer le niveau de PSA (antigène spécifique de la prostate), dont la valeur ne devrait normalement pas dépasser 4 ng / ml. Dans les cas controversés, une biopsie de la prostate est réalisée.

La cystographie et l'urographie excrétrice en cas d'adénome de la prostate au cours des dernières années sont moins fréquentes en raison de l'apparition de nouvelles méthodes de recherche moins invasives et plus sûres (échographie). Parfois, une cystoscopie est réalisée pour exclure des maladies présentant des symptômes similaires ou en préparation d'un traitement chirurgical de l'adénome de la prostate.

Traitement de l'adénome de la prostate

Le critère de choix du traitement de l'adénome de la prostate par un urologue est l'ampleur des symptômes I-PSS, reflétant la gravité des troubles de la miction. Selon cette échelle, si le score est inférieur à 8, aucun traitement n'est requis. Avec 9-18 points, un traitement conservateur est effectué. Si la somme des points est supérieure à 18 - l'opération est nécessaire

  • Traitement conservateur de l'adénome de la prostate

Le traitement conservateur est pratiqué à un stade précoce et en présence de contre-indications absolues à la chirurgie. Pour réduire la gravité des symptômes de la maladie, on utilise des inhibiteurs de la 5-alpha réductase (dutastéride, finastéride), des alpha-bloquants (alfuzosine, terazosine, doxazosine, tamsulosine), des préparations d’origine végétale (extrait de prunier africain ou de fruit de sabal).

Des antibiotiques (gentamicine, céphalosporines) sont prescrits pour lutter contre l’infection, souvent associée à un adénome de la prostate. À la fin du traitement antibiotique, les probiotiques sont utilisés pour rétablir la microflore intestinale normale. L'immunité est corrigée (interféron alpha-2b, pyrogène). Les modifications athéroscléreuses dans les vaisseaux sanguins qui se développent chez la majorité des patients âgés atteints d’adénome de la prostate empêchent l’approvisionnement en médicaments de la prostate; par conséquent, trental est prescrit pour normaliser la circulation sanguine.

  • Traitement chirurgical de l'adénome de la prostate

Il existe les techniques chirurgicales suivantes pour le traitement de l'adénome de la prostate:

  1. adénomectomie. Elle est réalisée en présence de complications, d'urine résiduelle en quantité supérieure à 150 ml, d'adénome masse supérieure à 40g;
  2. TOUR (résection transurétrale). Technique mini-invasive. L'opération est effectuée à travers l'urètre. Conduite lorsque la quantité d'urine résiduelle ne dépasse pas 150 ml, la masse d'adénome ne dépasse pas 60 g. Non applicable en cas d'insuffisance rénale.
  3. ablation au laser, destruction au laser, vaporisation de la prostate par la TUR. Méthodes d'économie. Une perte de sang minime permet les opérations avec une masse tumorale de plus de 60g. Ces interventions sont des opérations de choix pour les jeunes patients atteints d'adénome de la prostate, car elles permettent de préserver la fonction sexuelle.

Il existe un certain nombre de contre-indications absolues au traitement chirurgical de l'adénome de la prostate (maladies décompensées des systèmes respiratoire et cardiovasculaire, etc.). Si le traitement chirurgical de l'adénome de la prostate n'est pas possible, on effectue un cathétérisme de la vessie ou une chirurgie palliative - cystostomie. Il faut garder à l’esprit que le traitement palliatif réduit la qualité de vie du patient.

Adénome de la prostate (hyperplasie de la prostate)

En médecine moderne, la croissance de la prostate due à la croissance active des tissus est appelée adénome de la prostate. Bien que certains experts "expérimentés" et les patients de cet âge utilisent encore des termes tels que adénome de la prostate ou rétention urinaire. En toute justice, nous notons que ce nom a un autre synonyme: hyperplasie bénigne de la prostate (ci-après appelée HBP).

Dans tous les cas, l’essence de la maladie consiste à augmenter la taille de la prostate, ce qui entraîne l’apparition de ganglions gênant la miction normale. Caractère bénin implique l'absence de métastases, ce qui distingue la maladie du cancer de la prostate.

L'adénome de la prostate est considéré comme une maladie masculine chez les personnes âgées. À 50 ans, un homme sur deux a des problèmes de miction qui, après avoir consulté un spécialiste, sont tenus pour responsables de cette maladie. Avec l’âge, l’incidence augmente et à l’âge de 70 ans, trois hommes sur quatre éprouvent les mêmes problèmes. Selon les résultats de la recherche médicale, sur 15% des hommes ne sont pas sensibles à l’HBP. Au même moment chaque année, la probabilité de la maladie augmente.

Causes de l'adénome de la prostate

Toutes les causes d'adénome de la prostate peuvent être divisées en deux groupes.

Le premier groupe comprend les causes liées au mode de vie d'une personne, qui augmentent le risque de croissance de la prostate. Par exemple, il peut s'agir d'un travail sédentaire ou d'un stress mental actif en l'absence de travail physique. C'est pourquoi le rôle de l'exercice régulier est difficile à surestimer.

Le deuxième groupe comprend des raisons objectives qui ne dépendent pas du mode de vie d’une personne. Il a été prouvé que l'adénome de la prostate est causé par des modifications du fond hormonal d'un homme. Si nous considérons que ces changements se produisent inévitablement au cours de la vieillesse, on peut en conclure que seuls certains hommes ont la chance d'éviter les problèmes liés à la prostate.

En toute justice, il convient de noter que les causes de l'adénome de la prostate ne sont pas encore entièrement comprises. Les scientifiques mènent régulièrement des recherches visant à identifier des corrélations avec d'autres maladies ou avec les particularités de la vie personnelle d'une personne, mais toutes ces études n'ont jusqu'à présent pas donné de résultats significatifs. Bien que, par exemple, il ait été possible de réfuter l'idée selon laquelle la prostatite et l'adénome de la prostate sont interconnectés. Comme le montrent les statistiques, les deux maladies peuvent se manifester de manière totalement indépendante ou inversement, simultanément. Par conséquent, malgré les diverses causes hypothétiques de l'adénome de la prostate, le seul facteur prouvé qui augmente le risque de morbidité est l'âge.

Symptômes de l'adénome de la prostate

Pour mieux comprendre les signes de l'adénome de la prostate, vous devez d'abord comprendre ce qui se passe dans la prostate d'un homme présentant l'apparition de cette maladie. Comme vous le savez, la taille normale de la prostate, située sous la vessie, est approximativement égale à la taille d’une noix. Lorsque le tissu prostatique commence à se développer, un ou plusieurs nodules apparaissent inévitablement dessus. Ils pressent l'urètre, de sorte que la miction est perturbée. Il est clair que ce processus ne se produit pas immédiatement, mais progressivement. Pour cette raison, en fonction des symptômes, il existe trois stades de la maladie.

Initialement, lorsque le canal commence seulement à se rétrécir sous l'influence externe, les premiers symptômes de l'adénome de la prostate apparaissent. Ils consistent à changer les sensations en urinant. Les hommes en bonne santé ont une sensation agréable en vidant la vessie, ce qui est tout à fait normal. La disparition de ces sensations peut servir de premier appel au réveil.

Malheureusement, les hommes ont tendance à déduire des modifications détectées de toute autre maladie que la maladie. Par conséquent, les médecins sont extrêmement rarement traités. Pendant ce temps, HBP se présente sous la forme suivante. Les symptômes de l'adénome de la prostate sont plus évidents.

En particulier, une réduction notable de l'urètre entraîne une diminution de la puissance des jets. Lorsqu'il y a peu d'urine (aux derniers stades de la vidange), elle devient verticale ou même se sépare en gouttes séparées. Naturellement, dans ce cas, la vessie n'est pas complètement vidée. Le patient doit mettre à rude épreuve les muscles abdominaux, pressant ainsi la vessie et l'urine qui y reste après une courte période de temps provoquera un autre besoin urgent d'uriner. Ce sont également les principaux signes de l'adénome de la prostate.

S'il n'est pas traité, de nouveaux symptômes apparaissent, similaires à ceux de l'énurésie. Ainsi, un homme ne peut plus faire la nuit sans uriner et le temps qu'il peut «tolérer» est considérablement réduit, jusqu'à l'incontinence totale.

L'importance de la référence rapide à un spécialiste lors de la détection des premiers signes est également due au fait que, sans traitement approprié, l'adénome de la prostate peut entraîner des complications graves, qui feront l'objet d'une discussion ultérieure.

Complications de l'adénome de la prostate

Comme vous le comprenez, l'adénome de la prostate entraîne des problèmes de miction. Et cela, à son tour, provoque un sérieux coup aux reins. Leur défaite graduelle peut se traduire par de fréquents maux de tête, irritabilité, soif constante et sensation de bouche sèche. Le fait que l'urine dure trop longtemps dans la vessie augmente considérablement le risque de contracter une infection des voies urinaires, telle que la pyélonéphrite, l'urétrite et d'autres, ainsi que l'apparition de la lithiase urinaire.

Il faut bien admettre que ce ne sont pas les pires complications de l'adénome de la prostate. Le développement sans entrave des nœuds de la prostate peut conduire à un chevauchement complet de l'urètre. Dans ce cas, l'urine s'accumule dans la vessie, sans issue, ce qui se traduit par une douleur intense et une menace pour la vie de l'homme. Avec de tels signes, un cathéter est installé pour drainer l'urine ou, en cas de besoin urgent, une opération chirurgicale immédiate est effectuée.

Le danger est que le chevauchement complet de l'urètre puisse se produire même aux premiers stades de la maladie. Tout dépend d'une certaine combinaison de facteurs provoquants, tels que l'hypothermie, l'abus d'alcool, le fait de s'abstenir d'uriner, etc.

Malheureusement, ce ne sont pas toutes les complications de l'adénome de la prostate. Parfois, la croissance de la prostate entraîne l'apparition de sang dans les urines. La difficulté de diagnostiquer cette complication réside dans la faible concentration de sang qui ne peut être vue à l'œil nu. L'analyse de l'urine permet donc d'identifier la maladie par la présence de caillots sanguins lors d'un examen microscopique du sédiment.

Une telle variété de complications, chacune en soi très difficile pour le corps, nécessite le diagnostic précoce de la maladie à ses débuts.

Diagnostic de l'adénome de la prostate

Il n’est pas exagéré de dire que le succès de l’adénome de la prostate dépend directement du patient. C'est l'enquête qui peut, au tout début, fournir les indicateurs permettant à un spécialiste de suspecter la présence de la maladie. Un scan du doigt de la prostate est ajouté à l'enquête.

Pour les études de laboratoire, le matériel (c'est-à-dire le secret de la prostate et les frottis de l'urètre) est pris après un massage de la prostate. Le médecin traitant peut obtenir certaines informations grâce à une échographie, qui détermine la présence de calculs, la quantité d'urine résiduelle après une selle, la taille de la prostate.

Une autre méthode de recherche est la débitmétrie urinaire. Littéralement, le nom du terme est traduit par la mesure de la vitesse du jet d'urine. En plus de la vitesse, un certain nombre d'autres paramètres sont mesurés, grâce auxquels le diagnostic de l'adénome de la prostate devient plus précis.

Bien que l'adénome de la prostate n'entraîne pas toujours de conséquences oncologiques, un test sanguin obligatoire est demandé aux hommes à risque, c'est-à-dire âgés de plus de 50 ans. Selon les résultats des tests de laboratoire, il est possible d'identifier les traces de la présence d'une tumeur maligne ou d'obtenir des données sur son absence. C'est à partir de cet âge qu'il est recommandé de faire une prise de sang comme procédure annuelle. En cas de suspicion de problèmes oncologiques, des études complémentaires caractéristiques sont réalisées.

Traitement de l'adénome de la prostate

Après le diagnostic, le médecin prescrit l’une des trois options possibles pour traiter la maladie. Il s'agit d'un traitement médicamenteux de l'adénome de la prostate, de la chirurgie et de méthodes non médicamenteuses non opératoires.

Le traitement médicamenteux implique la prise de certains médicaments. Sur le marché aujourd'hui, ils sont présentés en grande quantité, le rendez-vous est donc laissé à la discrétion du médecin.

Tous les médicaments visent à détendre les fibres musculaires de la prostate ou à en réduire le volume. Dans les deux cas, la compression de l'urètre est réduite et le cours normal de l'urine est rétabli.

Malheureusement, les médicaments ne peuvent aider que dans les phases initiales et leurs effets ne sont donc pas toujours suffisants. Dans ce cas, le patient se verra probablement proposer une intervention chirurgicale. Le traitement chirurgical de l'adénome de la prostate peut être effectué ouvertement ou sans incision, lorsque le chirurgien effectue toutes les manipulations à travers l'urètre.

Parfois, les méthodes non chirurgicales peuvent constituer une alternative à la chirurgie. Tous visent à ré-élargir l'urètre. Cela se fait soit en agissant sur le canal lui-même (dilatation du ballon ou stents de la prostate), soit en agissant sur la glande de la prostate (thermothérapie ou coagulation par micro-ondes).

En ce qui concerne les méthodes préventives, il n’existe malheureusement pas de recommandations efficaces susceptibles de garantir une protection contre les adénomes de la prostate. En fait, toutes les mesures préventives sont réduites à des facteurs de nivellement qui augmentent le risque de maladie, à savoir la malnutrition, l’abus d’alcool et d’autres mauvaises habitudes.

Qu'est-ce que l'adénome de la prostate?

En règle générale, la probabilité de développer un adénome de la prostate augmente avec l'âge. Cette dépendance est due aux changements de niveaux hormonaux liés à l'âge.

L'adénome de la prostate (hyperplasie bénigne de la prostate, HBP) ​​est une tumeur bénigne qui survient souvent chez les hommes âgés de 40 à 50 ans.

L'adénome de la prostate est la prolifération des tissus de la prostate et l'apparition de tumeurs bénignes (tumeurs, "nœuds"). Comme la prostate enveloppe une partie de l'urètre, elle se contracte au fur et à mesure qu'elle se dilate et que la miction devient difficile.

Causes de l'adénome de la prostate

Le développement de l'adénome de la prostate s'explique par les changements hormonaux qui se produisent dans le corps d'un homme avec l'âge: diminution du taux d'hormones sexuelles masculines (testostérone), et augmentation des hormones féminines (œstrogènes). Le risque d'adénome de la prostate augmente après 40 à 50 ans. Chez les jeunes hommes, cette maladie est extrêmement rare.

Symptômes de l'adénome de la prostate

  • mictions fréquentes;
  • l'envie d'uriner la nuit, ce qui conduit à une interruption du sommeil;
  • affaiblissement de la pression d'un flux, flux d'urine faible, mince et intermittent;
  • besoin d'uriner immédiatement après avoir poussé;
  • sensation de vidange incomplète de la vessie, miction en deux doses espacées de 5 à 10 minutes;
  • la nécessité de forcer lorsque vous urinez;
  • une incontinence urinaire peut survenir lorsque la vessie est pleine.

L'adénome de la prostate se développe progressivement, en passant par trois étapes. Au premier stade de la maladie, les troubles de la miction sont minimes. Il y a une légère augmentation (surtout la nuit) et une léthargie du flux d'urine. La durée de la première étape est individuelle - de 1 an à 10-12 ans.

Dans la deuxième phase de la maladie, les troubles sont plus prononcés: le flux d'urine devient intermittent, il est nécessaire de fatiguer et de donner une sensation de vidange incomplète de la vessie. Après que l'urine commence à rester dans la vessie, ce qui entraîne sa rétention dans les voies urinaires et une inflammation de leurs muqueuses. Cela se manifeste par une douleur, une sensation de "brûlure" lors de la miction, une douleur dans la région sus-pubienne et le bas du dos. La deuxième étape passe presque toujours dans la troisième.

Au troisième stade de la maladie, l'urine (la nuit, puis le jour) est libérée de façon périodique ou permanente, ce qui nécessite l'utilisation d'un urinoir.

Complications de l'adénome de la prostate

Rétention urinaire

La rétention urinaire aiguë se manifeste par l'incapacité d'uriner. Douleurs douloureuses à uriner, douleur dans la région sus-pubienne. Dans les adénomes de la prostate, la rétention urinaire aiguë peut causer:

  • abus d'alcool
  • constipation
  • hypothermie
  • repos au lit forcé
  • vidange intempestive de la vessie.

Dans ce cas, vous devez contacter d'urgence l'hôpital chirurgical!

Inflammation des voies urinaires

Inclure l'urétrite, la cystite, la pyélonéphrite, causées par la stagnation de l'urine dans les voies urinaires, ce qui crée un environnement favorable au développement de l'infection. La violation de l'urine sortant de la vessie et les changements inflammatoires conduisent à de telles maladies de la vessie, principalement l'urolithiase. De graves violations de l'écoulement urinaire des reins entraînent une hydronéphrose et une insuffisance rénale.

Prévisions

La maladie peut être arrêtée tôt. Si vous consultez le médecin en temps utile et prenez le traitement prescrit, le volume de la prostate n'augmentera pas et la miction ne se produira pas. Aux stades avancés de la maladie, la qualité de vie est considérablement réduite et le risque de complications augmente.

Prévention de l'adénome de la prostate

  • contrôle du poids corporel (plus la masse corporelle est grande, plus la prostate est grande);
  • régimes amaigrissants - limiter la consommation de viande rouge, de graisses animales (beurre, margarine, lait), d'hydrates de carbone facilement digestibles (produits à base de farine), de fruits et de légumes devraient prévaloir dans le régime alimentaire;
  • chaque homme de plus de 45 ans devrait être examiné chaque année par un urologue et vérifier le niveau de PSA.

Prévention de la rétention urinaire aiguë dans l'adénome de la prostate

  • constipation
  • hypothermie
  • débordement de la vessie,
  • limiter la consommation d'alcool (en particulier de bière), épicée, épicée.

En présence d'adénome de la prostate, il est conseillé de subir un examen de contrôle tous les 1,5-2 ans.

Article Précédent

Lire sur la santé