Principal
Les symptômes

Que faire avec l'urétrite gonorrhéique chez l'homme, comment traiter?

Les principales formes d'infection gonococcique chez l'homme sont la gonorrhée aiguë et chronique. Le lieu de développement le plus fréquent...

Que faire avec l'urétrite gonorrhéique chez l'homme, comment traiter?

Les principales formes d'infection gonococcique chez l'homme sont la gonorrhée aiguë et chronique. L'urètre est considéré comme l'endroit le plus fréquent du développement de la gonorrhée aiguë. La gonorrhée affecte principalement la partie antérieure de l'urètre, moins souvent une inflammation du canal entier ou de sa partie postérieure.

Urétrite aiguë gonorrhéique. Après contact avec la membrane muqueuse de l'urètre, les gonocoques se multiplient vigoureusement, détruisant la membrane muqueuse. L'épithélium de la membrane muqueuse est non seulement détruit, mais également modifié. Le processus inflammatoire dans l'urètre s'étend profondément dans les tissus sous-épithéliaux et sous-muqueux. Les produits de décomposition des tissus, mucus, cellules (leucocytes), gonocoques forment ensemble un pus grisâtre, parfois avec une teinte verdâtre. Les gonocoques se propagent rapidement vers l'urètre postérieur, en contre-courant.

Dans les 3 à 5 jours suivant l’infection, un processus inflammatoire prononcé (urétrite) se développe. Une caractéristique de l'urétrite est que le processus inflammatoire implique non seulement la membrane muqueuse et la sous-muqueuse, mais également les glandes et les lacunes de l'urètre. Les gonocoques, tombant dans ces "lieux isolés", peuvent non seulement se multiplier, mais aussi rester à des moments différents.

Symptômes de l'urétrite aiguë gonorrhéique. La période latente (incubation) chez les patients atteints de gonorrhée est épidémiologiquement dangereuse. En se considérant en bonne santé, le patient peut devenir une source d'infection. À la fin de la période d'incubation, les premiers signes de la maladie commencent à apparaître. L'ouverture externe de l'urètre devient rougeâtre en raison d'une pléthore prononcée.

En raison du gonflement modéré des couches muqueuses et sous-muqueuses de l'ouverture externe, ils semblent se révéler. Les plis dans la circonférence de l'ouverture externe disparaissent. Le gland et le prépuce sont également œdémateux et rouges, mais dans une moindre mesure. L'urètre, lors de la palpation, est douloureux et un peu épaissi. Il en résulte souvent un écoulement purulent abondant. Si la tête du pénis est recouverte de prépuce, la croûte purulente est visible à la circonférence de celui-ci.

Avant d'uriner, le patient ressent des démangeaisons dans l'urètre et, pendant la miction, des douleurs d'intensité variable. L'inflammation des parties postérieures s'accompagne de mictions fréquentes. L'envie d'uriner peut apparaître après 20 à 60 minutes, de jour comme de nuit.

Après la miction, il se produit une sensation de brûlure, des démangeaisons, une douleur et l'envie d'uriner à nouveau. La présence de pus dans l'urètre rend l'urine trouble, en particulier dans les premières portions. Au fur et à mesure que le pus urinaire s’échappe du canal urinaire, les parties suivantes de l’urine deviennent plus transparentes. Plus il y a d'urine dans la vessie, plus les dernières portions d'urine seront transparentes.

Cette fonction est utilisée lors d’un test de trois tasses. On demande au patient d'uriner dans trois verres adjacents à parois minces lisses et transparentes. Dans le premier verre, il est souhaitable de libérer environ 50 ml d’urine et le reste dans la suite. Si le patient présente une inflammation de la partie antérieure, l'urine sera trouble dans le premier verre et s'éclaircira progressivement dans les suivants. Une uréthrite à écoulement violent, en particulier sa partie postérieure, s'accompagne parfois de la libération d'une goutte de sang en fin de miction. Ceci est bien reconnu lors d'un test de trois tasses.

Urétrite chronique à la gonorrhée. L’urétrite chronique blennorragique est une étape supplémentaire du développement aigu. L'inflammation chronique est également attribuée aux cas où la durée de la maladie dépasse 2 mois ou si le début de la maladie est inconnu, et où les manifestations de la maladie sont bénignes. Une caractéristique de l'urétrite chronique gonorrhéique est que le processus inflammatoire devient limité, l'épithélium recouvrant l'urètre se transformant prismatique par endroits en un plat multicouche, parfois avec kératinisation.

Les sites d'inflammation se manifestent par la présence de lésions infiltrantes dans la couche sous-muqueuse. Les infiltrations peuvent être molles et dures. L'urétrite chronique prolongée est plus caractéristique du développement de l'infiltra solide. L'infiltrat peut être remplacé par du tissu cicatriciel, puis divers degrés de rétrécissement de l'urètre se développent.

Pour l'inflammation chronique est caractérisée par des lésions focales des glandes de l'urètre. Si seuls les canaux excréteurs sont comprimés par l'inflammation, les glandes se remplissent de produits pour l'inflammation et forment des kystes, ce qui contribue au développement de l'urétrite chronique du gonorrhée folliculaire. Parfois, les kystes suppurent et de petits abcès se forment. Le plus souvent, les glandes, leurs canaux excréteurs s’élèvent au-dessus de la surface de la membrane muqueuse, se redressent quelque peu et leurs canaux sont béants. Cette forme d'inflammation s'appelle glandulaire. Les manifestations de l'urétrite chronique sont diverses.

Symptômes de l'urétrite chronique à gonorrhée. Les patients se plaignent de l'apparition, le matin, d'une légère décharge de l'urètre. Certains patients ont indiqué que ses éponges étaient collées avec écoulement purulent, fission ou rétrécissement du flux d'urine, moins souvent - augmentation de la miction. La dernière plainte est plus commune en combinaison avec une douleur mineure et la présence de démangeaisons au niveau du périnée, une éjaculation rapide et est plus caractéristique des lésions à l'arrière du canal.

Traitement de l'urétrite gonorrhéique.

Traitements locaux. Un lavage abondant de l'urètre avec des solutions antibiotiques est utilisé pour traiter la gonorrhée. Le lavage avec une solution de permanganate de potassium aide à éliminer le pus, les gonocoques et leurs toxines de la surface de la membrane muqueuse. La concentration de la solution doit être inversement proportionnelle à la netteté du processus. Les premiers lavages doivent être effectués avec une solution de permanganate de potassium 1:20 000, 1:10 000 à sa température de +38 ° C. Avant de rincer, l'ouverture externe de l'urètre est soigneusement nettoyée avec une boule de coton imbibée d'une solution de dichlorure de mercure (1: 1000) ou de furaciline (1: 5.000). L'urètre est rincé jusqu'au retour du liquide de rinçage inchangé. Rincer le dos des 0,5 litres nécessaires de solution. Le lavage est indiqué pour la gonorrhée chronique.

Le lavage à l'oxycyanure de mercure, au collargol ou au nitrate d'argent est effectué en l'absence de lavage avec des solutions de permanganate de potassium ou en cas d'intolérance à ce médicament (développement d'un œdème aigu), ainsi que dans le traitement de la soi-disant urétrite post-gonorale. Pour ce faire, utilisez des solutions de nitrate d'argent (1:10 000 - 1: 1 000), d'oxycyanure de mercure (1:10 000 - 1: 3 000) et de collets (1: 2 000 à 1: 250). Le lavage est effectué 1 fois par jour.

L'instillation est l'introduction d'une solution forte de la substance médicamenteuse dans l'urètre ou la vessie. Pour les instillations, solutions de nitrate d'argent (0,25–0,5%), de protargol (1–2%), de collargol (3%), de liniment (émulsion) de synthomycine (5%), de solution protargol dans la glycérine (2-5%), solution de sulfate de zinc (1%), suspension d'hydrocortisone (2,5%), méthylprednisolone (40 mg dans 10 ml d'eau), solutions d'antibiotiques, etc. L'instillation est démontrée dans l'urétrite chronique. Il est nécessaire de commencer les instillations avec des solutions de concentration plus faible, en l'augmentant progressivement. L'instillation dans l'urètre doit être effectuée au plus tôt 2-3 jours après l'instillation précédente. Au cours du traitement - 5-10 instillations.

Traitement de l'urétrite aiguë à Gonorrheal (gonocoque) chronique chez l'homme

Beaucoup d'hommes souffrent d'inflammation de l'urètre. L'uréthrite peut apparaître quel que soit l'âge.

Par conséquent, il est très important pour tous les symptômes mineurs associés au système génito-urinaire, consultez un médecin. Cela vous permettra de choisir les médicaments nécessaires et de mener un traitement efficace avec eux.

Dans cet article, nous examinerons une forme de la maladie telle que l’urétrite gonococcique: ce qu’elle est et comment elle est traitée.

Caractéristiques, classification

Dans la gonorrhée, l'urétrite est une maladie sexuellement transmissible provoquée par des agents pathogènes tels que les gonocoques ou des micro-organismes appartenant à la famille Neisseriae.

Au cours des rapports sexuels, l'agent causal de la maladie, l'homme pénètre dans la muqueuse urétrale et commence à se multiplier, entraînant progressivement la destruction de la membrane muqueuse. Il est modifié, ce qui provoque éventuellement une pathologie des tissus.

Le processus d'inflammation capture les tissus sous-épithéliaux et sous-muqueux, alors que les agents pathogènes commencent à se déplacer vers l'arrière de l'urètre, se multipliant rapidement et exerçant un effet destructeur sur le système génito-urinaire. Le processus d'inflammation devient perceptible dans 3-5 jours.

L’urétrite gonorrhéique est divisée en plusieurs types.

  1. Pointu Il se caractérise par des sensations de brûlure et de douleur en urinant. En raison de la désintégration des tissus et des muqueuses, un pus grisâtre se forme, ce qui se remarque lorsque la vessie est vide.
  2. Chronique. Si la maladie a commencé ou si le traitement prescrit n'était pas efficace, l'uréthrite devient chronique. Ce stade se développe si l'évolution de la maladie dure plus de 2 mois et les symptômes principaux sont plutôt légers. La douleur est insignifiante et il peut ne pas y avoir de pertes ou très peu.

Sous cette forme, les glandes du canal sont touchées. Le processus inflammatoire est focal. Apparaissent des infiltrats mous ou durs qui, au fur et à mesure de l'évolution de la maladie, peuvent être remplacés par du tissu cicatriciel. Cela conduit à un rétrécissement de l'urètre, ainsi qu'à la formation de kystes.

  • Latent. Une personne ne soupçonne pas une maladie en elle-même et, lors d'un contact sexuel, est porteuse de la gonorrhée.

    Cela est dû au fait que dans cette forme d'uréthrite, les symptômes ne sont généralement pas détectés. Étant donné que les gonocoques, en raison de leur résistance accrue aux phénomènes négatifs, sont tenaces, ils peuvent être portés sur des articles à usage domestique et personnel pendant 24 heures. Pour cette raison, les personnes en bonne santé sont infectées.

  • La manifestation chronique de la maladie est divisée en plusieurs types:

    • infiltrant;
    • adénite urétrale;
    • la granulation;
    • desquamatif.

    Les principales différences entre l'urétrite et la cystite sont décrites ici.

    Les causes

    Les causes de l'apparition de la maladie sont multiples. L'essentiel est la présence de gonocoques muqueux, qui se multiplient chez l'homme.

    Dans 90% des cas, l'infection se produit lors d'un rapport sexuel entre un homme et une femme. Un homme peut ne pas être au courant de la maladie et être ainsi porteur de bactéries. Dans 20-30% des cas, la maladie chez les hommes sur plusieurs mois peut être sans symptômes.

    En conséquence, l'infection peut survenir même par contact indirect. La transmission de l'infection peut se produire lors de l'utilisation d'objets du patient, par le biais de draps, d'éponges ou de serviettes.

    La maladie peut être transmise en utilisant les toilettes ou le bain.

    Symptômes et manifestations

    Les premiers symptômes commencent à apparaître après une semaine, au moment de l'infection. Il y a des cas où ils ne peuvent se manifester qu'après quelques semaines. Cela dépend de quelle partie du canal les gonocoques ont provoqué l'apparition du processus inflammatoire.

    Si la section antérieure est touchée, le patient ne ressent presque aucune douleur. Si le dos est touché, il peut y avoir une fièvre jusqu'à 39 degrés, des douleurs sévères apparaissent. Les hommes ressentent une forte sensation de brûlure dans le canal.

    Les principaux symptômes incluent la douleur en urinant. Ils sont nets, mais courts. Avec une miction prolongée, l'homme ressent une gêne. La première partie de l'urine peut avoir des formations purulentes ou des filaments urétraux. À la même urine trouble.

    Après une longue période de maladie après la miction, il peut y avoir un léger écoulement de sang. Les hommes ressentent une douleur lors de l'éjaculation. Il y a souvent des impuretés sanguines dans le sperme.

    Méthodes de traitement

    Les activités suivantes sont obligatoires:

    1. Faites un test sanguin.
    2. Faites un test d'urine.
    3. Il est nécessaire de passer un frottis urétral pour déterminer s’il existe une infection, quel type d’urétrite et quel agent pathogène a provoqué la maladie.
    4. Il est nécessaire d'étudier le scrotum et la prostate.
    5. Analyser la sécrétion de la prostate.
    6. Pour remettre l'analyse d'urine selon Nechyporenko.

    Le traitement de la maladie s’effectue dans la plupart des cas avec l’utilisation d’antibiotiques, auxquels les bactéries sont les plus sensibles. Comme les gonocoques sont très résistants à l'action de certains antibiotiques, le médecin choisit le médicament le plus efficace qui contribuera au traitement de qualité de la maladie.

    Les médicaments les plus efficaces comprennent:

    Antibiotiques pénicilline

    1. La benzylpénicilline, administrée en 3 400 000 unités.
    2. Les ampioks doivent être pris 2 jours, à raison de 0,5 g toutes les 4 heures. Les médicaments ne doivent pas dépasser 5 fois par jour.
    3. Levomitsetin prendre un traitement de 6 g. Pendant le traitement, il est recommandé d'associer le médicament à l'acide ascorbique ou aux vitamines du groupe B afin d'en éliminer les effets indésirables.

    Si l'urétrite gonorrhéique est passée à une forme chronique, les antibiotiques sont associés à un bougienage de l'urètre ou à une solution pour instillation comprenant du nitrate d'argent et du collargol.

    Antibiotiques tétracyclines

    1. L'érythromycine se boit une heure avant les repas avec une dose de 10 000 000 unités.
    2. Olethetrin a prescrit une dose de cours d'au plus 4 000 000 unités.
    3. Klaflran est assez efficace dans l'urétrite gonorrhéique. Il est introduit dans le / m 2 fois par jour, un gramme. L'intervalle entre les injections doit être d'au moins 12 heures.
    4. Ketocef est également utilisé sous forme d'injections une fois par jour à une dose de 1,5 g.

    Immunothérapie

    Comme les gonocoques ont des effets néfastes sur le système immunitaire, il est conseillé d’utiliser des agents ayant des effets bénéfiques sur le système immunitaire ainsi que sur la prescription d’antibiotiques. Les plus efficaces sont ces médicaments:

    1. Ortata de potassium, qui doit être pris un mois 4 fois par jour à une dose de 0,5 g
    2. Le méthyluracile a un puissant effet anti-inflammatoire. Prendre le médicament doit être strictement après un repas à une dose de 0,5 g 2 fois pendant la journée. La durée du traitement est de 2 semaines.
    3. Glycéram utilisé pendant 10 jours, 0,005 g, 3 fois par jour.
    4. L'extrait d'aloès est administré à 1 mg par voie sous-cutanée. Le cours est un mois. C'est pendant cette période que se produiront la résorption d'infiltrats.

    Préparations enzymatiques

    Ceux-ci comprennent:

    1. La trypsine, dont le traitement est de 10 injections. Entrez le médicament 2 fois par jour 10 mg.
    2. Plasmol est administré par voie sous-cutanée à une dose de 1 mg pendant 10 jours.

    Cette publication traite du traitement des maladies à domicile.

    Urethrite Gonorrheal Aiguë Chez Les Hommes

    L’urétrite aiguë gonorrhéique est dangereuse car le patient, sans observer aucun symptôme en lui-même, peut devenir un colporteur de la maladie. Étant donné que les premiers symptômes peuvent apparaître au moins après 5 jours et au maximum après quelques semaines, le risque d'infection par contact sexuel et par les effets personnels du patient est élevé.

    L’urétrite aiguë gonorrhéique s’exprime par le gonflement des couches de l’ouverture du canal. Les plis disparaissent, la tête et le prépuce deviennent enflés et deviennent rouges. Le canal est compacté et du pus en sort lorsque l'urine est excrétée. On peut observer autour du prépuce des croûtes purulentes. Si les bactéries se sont propagées jusqu'au bout du canal, du sang est souvent libéré.

    Forme chronique

    Le matin, le patient peut être dérangé lorsqu’il va aux toilettes pour une petite décharge accompagnée d’une sensation de brûlure ou d’une douleur désagréable. Les lèvres du canal sont collées avec du pus, ce qui entraîne une diminution du débit urinaire. Aussi, l'urétrite chronique gonococcique se caractérise par des mictions fréquentes.

    L'évolution de l'urétrite chronique à gonorrhéique peut être accompagnée de démangeaisons au niveau du périnée. Lors des rapports sexuels, une éjaculation rapide se produit.

    Quel que soit le type d’urétrite, un traitement antibiotique est nécessaire.

    Est-il possible de guérir la maladie?

    L'utilisation de médicaments modernes peut guérir le patient. La durée du traitement dépend du stade de la maladie. Il est plus facile de traiter la forme aiguë. Dans la plupart des cas, le cours dure environ un mois. Une méthode efficace est un traitement complexe utilisant différents groupes de médicaments.

    La réception des médicaments n’est prescrite que par un médecin. Il est également conseillé d'utiliser des antiseptiques, notamment Miramistin, Collargol, Dioxidin.

    Dans les cas plus avancés, le médecin prescrit une physiothérapie.

    En cas d'infiltration accrue, le médecin procédera à l'instillation au patient en injectant une solution spéciale dans le canal. En cas d'infiltration solide, le patient est utilisé à l'aide de bougieves en métal, qui jouent avec l'urètre. En cas de granulation, un patient est cautérisé une fois par semaine.

    Règles du régime du patient

    En présence de la maladie, il est très important de respecter les règles suivantes:

    1. Éliminer le contact sexuel jusqu'au rétablissement complet.
    2. Lors de la prise d'antibiotiques, il est interdit de boire de l'alcool.
    3. Les hommes sont invités à arrêter de fumer.
    4. Il est important de respecter l'hygiène personnelle quotidienne.
    5. Pendant le traitement, refusez de prendre des aliments gras.
    6. Il est interdit de visiter les piscines, les bains et le sauna.

    Le traitement de l'uréthrite à gonocoque chez l'homme peut être assez long. Un homme ayant détecté les symptômes de la maladie devrait consulter un médecin dès que possible. C'est un traitement opportun qui garantit un résultat de qualité et un pronostic favorable.

    Vidéo utile

    Pour plus d'informations sur les symptômes de l'urétrite gonococcique chez l'homme, vous pouvez le découvrir en visionnant la vidéo ci-dessous:

    Urétrite gonorrhéique chez les hommes. Symptômes et traitement

    Urétrite gonorrhéique - une maladie transmise principalement par contact sexuel. Le gonocoque est l'agent causatif, découvert par Neusser en 1879. Il s'agit d'un diplocoque atteignant une longueur de 1,5 µm, une largeur de 0,75 µm. L'agent pathogène est protégé par une capsule. Selon la nature du déroulement du processus pathologique, les gonocoques sont capables de changer de position, qu’ils soient situés à l’intérieur ou de manière extracellulaire. La source d'infection est une personne malade. Le gonocoque ne produit pas d'immunité acquise.

    Le processus pathologique dans l'urètre se poursuit lentement. Ces dernières années, l'urètre a souvent été affecté par l'association d'agents pathogènes: gonocoques, trichomonas, chlamydia, mycoplasmes, virus, champignons du genre Candida, et souvent le tableau clinique effacé.

    Symptômes de Urethrite Gonorrhéique

    L'urétrite gonorrhéique se manifeste par la libération d'exsudat inflammatoire par l'urètre et par la douleur. En cas d'inflammation aiguë, une hyperémie importante et un gonflement des mâchoires de l'ouverture externe de l'urètre sont notés. De l'urètre, une grande quantité de pus vert jaunâtre ou jaune pâle est excrétée. Parfois, une légère sensation de brûlure ou de démangeaison précède l'écoulement mucopurulent. Les signes d'inflammation augmentent rapidement et, après 1-2 jours, une urétrite aiguë antérieure du gonocoque se forme. Les patients ressentent de la douleur en urinant. Dans le cas de l'uréthrite gonococcique fraîche antérieure subaiguë, l'écoulement est mucopurulent, peu abondant, l'inflammation des éponges de l'ouverture externe de l'urètre est légère et les sensations subjectives sont insignifiantes. Avec une urétrite gonococcique fraîche et torpide, les sensations subjectives sont absentes, la décharge est rare ou presque imperceptible. Les éponges de l'ouverture externe de l'urètre ne sont pas modifiées. Les patients dans ce cas ne demandent souvent pas d'aide médicale et sont les plus dangereux en termes d'épidémiologie. À l'avenir, avec la gonorrhée, même sans traitement, la réponse inflammatoire diminue progressivement et les troubles de sevrage s'atténuent. L'uréthrite devient subaiguë, puis au stade chronique.

    Le processus inflammatoire dans l'urétrite chronique ne se manifeste qu'avec l'apparition de sécrétions ou le collage des éponges de l'urètre après une nuit de sommeil. La décharge est rare, mucopurulent, sous la forme d'une seule goutte. Dans les lésions chroniques du dos de l'urètre, on note une éjaculation douloureuse, des mictions fréquentes et une douleur à la fin de la miction. Des troubles des organes génitaux sont observés: la libido diminue, l'érection est affaiblie, il se produit une éjaculation prématurée, parfois un mélange de sang et de pus dans l'éjaculat.

    La gonorrhée chronique latente peut ne pas être accompagnée de sentiments subjectifs. Le symptôme objectif est le collage des éponges de l'urètre le matin, il peut parfois y avoir une augmentation des pertes (après une marche, un effort physique, de l'alcool, des rapports sexuels). Dans certains cas, l'écoulement est si petit qu'il est lavé avec de l'urine sous forme de fils et de flocons séparés, visibles dans la 1ère partie d'urine lors d'un test à deux verres.

    Le diagnostic différentiel de l'urétrite gonorrhéique avec une urétrite d'étiologie différente (virus, champignons ressemblant à des levures et autres, divers cocci, trichomonas, chlamydia, mycoplasmes, etc.) dû à la grande similitude du tableau clinique est possible presque uniquement à partir des résultats d'études bactérioscopiques et bactériologiques.

    Complications. La balanite, la balanoposthite et le phimosis inflammatoire, qui s'apparentent à des processus d'étiologie non gonococcique, peuvent compliquer l'urétrite gonorrhéique aiguë. Une complication rare est un tizonit (abcès des glandes du prépuce - glandes à tizonone) avec un gonflement érythémateux modérément douloureux près de la bride du prépuce. L'inflammation des canaux paraurétraux (parauréthrite) se présente sous la forme d'un trou ponctuel, légèrement infiltré et hyperémique dans la mâchoire de l'urètre. Les glandes muqueuses alvéolo- tubulaires (glandes de Littré) et les lacunes (lacunes de Morgagni) situées dans l'urètre sont toujours atteintes de gonocoques (littréite et morganite). Lorsque la littreite dans la première partie de l'urine présente des fils purulents particuliers sous la forme d'une virgule, il s'agit de conduits de conduits des glandes de l'urètre. Infection à gonocoques des canaux excréteurs des glandes boulbourétrales (glandes de Cooper) - La Cooperitis reste généralement inaperçue. Seulement avec un abcès, il y a des douleurs palpitantes dans le périnée, des douleurs lors de la défécation et des mictions fréquentes. La température corporelle monte à 38 ° C et plus. Le rétrécissement persistant devient le résultat de l'urétrite chronique gonococcique. Les sténoses peuvent être simples ou multiples, de 0,5 à 1,5 cm de long, l’un des premiers symptômes d’un rétrécissement est la lente vidange de la vessie.

    Traitement de l'urétrite gonorrhéique

    Pour le traitement des patients atteints d'urétrite aiguë à blennorragie, les céphalosporines de deuxième et troisième générations, les fluoroquinolones et les macrolides sont les plus couramment utilisés. Au cours des dernières décennies, la stabilité des gonocoques vis-à-vis de la pénicilline a augmenté.

    Le traitement immunostimulant (gonovaccine, thymaline, licopide) est un traitement important de l’urétrite gonorrhéique.

    Pour le traitement local de l'urétrite chronique à gonorrhée, des instillations de protargol, de collargol et de nitrate d'argent dans l'urètre sont utilisées. Dans les urétrites chroniques avec une prédominance de processus sclérotiques cicatriciels (infiltrations solides), le bougilage de l'urètre est prescrit avec des bouges métalliques et un traitement d'induction est effectué. En cas de rétrécissement de l'urètre, une urétérotomie optique interne est réalisée. Les sténoses postgonoréales ont une forme distincte distincte et sont situées dans la partie pendante de l'urètre.

    Les critères de guérison sont l’absence de manifestations cliniques de la gonorrhée, les signes d’une réaction inflammatoire dans une étude en laboratoire (augmentation du nombre de leucocytes dans le matériel à tester) et l’absence de gonocoque dans l’étude.

    Pour établir le taux de guérison de l’infection à gonorrhée 7 jours, après un, deux et trois mois après la fin du traitement, il est nécessaire de réaliser des tests de contrôle utilisant des méthodes de provocation.

    Urétrite à gonocoque (gonorrhéique): caractéristiques, diagnostic et traitement de l'urétrite à gonocoque (gonococcique)

    L'uréthrite à gonocoque (ou gonocoque) fait référence à un type spécifique d'urétrite - une infection par des agents pathogènes tels que les gonocoques, les trichomonas, les candidoses, la chlamydia, les mycoplasmes.

    L'urétrite gonorrhéique est appelée maladie vénérienne. L'agent causal de ce type d'urétrite est le gonocoque ou le diplocoque à Gram négatif de la famille Neisseriae.

    Le processus d'infection par l'uréthrite à gonocoque (gonococcique) est le suivant: l'agent pathogène-gonocoque pénètre dans la membrane muqueuse de l'urètre d'une manière ou d'une autre, puis s'y installe, en commençant à détruire progressivement la membrane muqueuse. En outre, le gonocoque détruit non seulement l'épithélium de la membrane muqueuse, mais le modifie également, ce qui peut entraîner des pathologies du développement dans ces tissus. Un processus inflammatoire se produit, qui peut également s'étendre aux tissus sous-épithéliaux et sous-muqueux humains. Les agents responsables de la maladie se dirigent vers la partie postérieure de l'urètre.

    En raison des effets destructeurs des gonocoques, les produits de décomposition des tissus se forment dans le pus, pouvant présenter une teinte grise ou verte.

    Le processus inflammatoire - c’est-à-dire l’urétrite gonococcique - commence à se développer 3 à 5 jours après l’infection par le gonocoque. Une caractéristique distinctive de ce type d'urétrite est que les gonocoques sont omniprésents: ils pénètrent partout où ils peuvent se multiplier, mais non seulement se multiplient, mais restent longtemps dans le corps pour reprendre l'effet destructeur sur le corps humain après un certain temps.

    Il existe des formes aiguës, subaiguës et chroniques d’urétrite gonorrhéique.

    • L'urétrite aiguë de gonorrhée se manifeste par des douleurs et des brûlures au cours de la miction. Vous pouvez identifier l'inflammation des éponges urétrales à l'œil nu. Dans la décharge d'une personne, il y a du pus dans lequel les gonocoques peuvent être détectés pendant le diagnostic.
    • Si l'urétrite est subaiguë ou chronique, les symptômes ne sont pas aussi perceptibles pour une personne, la maladie est beaucoup plus faible: la douleur est insignifiante, il y a peu ou pas de sécrétions étrangères. Dans le cas de l'urétrite gonococcique chez les femmes, la palpation de la paroi antérieure du vagin permet de sentir le joint d'étanchéité dans les parois de l'urètre.

    Quelles sont les différences entre l'urétrite à gonocoque (gonococcose) chez l'homme et la femme?

    L’urétrite gonorrhéique chez les femmes apparaît quelque peu différemment de celle des hommes. Les principales caractéristiques sont les suivantes:

    • L'urétrite gonorrhéique chez les femmes peut ne se manifester d'aucune façon: les caractéristiques anatomiques du système génito-urinaire féminin font en sorte que, dans la moitié des cas d'infection gonococcique, la femme continue à se sentir en bonne santé et ne ressent aucune gêne, bien qu'elle soit déjà porteuse de la maladie;
    • La survenue d'une infection à plusieurs endroits. Les gonocoques peuvent simultanément provoquer une inflammation du col de l'utérus, de la muqueuse vaginale, affecter les glandes de Bartholin et pénétrer dans la muqueuse rectale.

    L’urétrite gonococcique peut se manifester sous trois formes différentes: fraîche (aiguë), chronique et latente (torpide):

    • Forme fraîche (aiguë) - l’urétrite gonococcique se développe dans le corps humain et se fait immédiatement sentir à travers les symptômes typiques de la maladie;
    • Chronique - la maladie n’a pas été vue à temps ou n’a pas été traitée correctement, de sorte que la forme aiguë de l’urétrite est devenue chronique;
    • Latent (torpide) - une personne est porteuse de la maladie, mais n'en a pas conscience, car les symptômes de la maladie n'apparaissent pas.

    Le contact sexuel avec une personne infectée constitue le principal moyen de contracter une urétrite gonorrhéique.

    Cependant, il existe d'autres moyens plus rares de contracter ce type d'urétrite - par exemple, par le biais d'infections orogénitales ou anogénitales.

    Les gonocoques sont assez tenaces - ils peuvent être viables pendant 24 heures, en étant simplement sur des objets de tous les jours. La période d'incubation dure généralement de trois à sept jours.

    Symptômes et évolution clinique

    En règle générale, les premiers symptômes de l'urétrite gonococcique apparaissent trois à sept jours après l'infection. Récemment, on a eu tendance à allonger la période d'incubation - dans certains cas, les symptômes n'apparaissent qu'après deux ou trois semaines.

    Les symptômes de l'urétrite gonococcique peuvent varier selon l'endroit où le gonocoque a provoqué le processus inflammatoire.

    Si l'agent causal de la maladie frappe la partie antérieure de l'urètre, le patient est dans un état satisfaisant, la douleur est légère. Si le gonocoque pénètre dans l'urètre postérieur, la température peut atteindre 38-39 ° C, des signes d'intoxication apparaissent, la douleur est plus prononcée.

    L’urétrite aiguë gonorrhéique survient assez soudainement: elle se caractérise par le fait que le pus est immédiatement libéré de l’urètre, ce qui provoque des brûlures et des crampes au cours du processus de miction.

    L’urétrite chronique à gonorrhée est légère. Le patient est concerné par des douleurs mineures et des crampes dans l'urètre, qui peuvent alors devenir plus fortes: le gonocoque peut causer des difficultés pour l'écoulement de l'urine si l'uréthrite n'est pas traitée.

    Traitement de l'urétrite gonorrhéique

    1. Antibiotiques

    Le traitement de l'urétrite gonorrhéique est prescrit par les vénéréologues après le diagnostic de ce type de maladie. Dans le processus de traitement de l'uréthrite à gonocoque, il est nécessaire d'éliminer de l'alimentation les boissons alcoolisées, les aliments épicés et les aliments gras.

    Il convient de noter qu'avec le temps, les gonocoques deviennent de plus en plus résistants à des antibiotiques qui étaient auparavant des traitements assez efficaces: par exemple, les gonocoques sont devenus plus résistants à la pénicilline, de sorte que l'antibiotique est parfois remplacé par des céphalosporines et des fluoroquinols.

    Néanmoins, les antibiotiques du groupe de la pénicilline restent jusqu’à présent le principal moyen de traiter l’urétrite à blennorrhée:

    • Par exemple, la benzylpénicilline est administrée à une dose de 3 400 000 unités, et la bicilline, à 3 600 000 unités.
    • Les ampioks prennent 0,5 g toutes les 4 heures pendant deux jours (pas plus de cinq fois par jour).
    • Levomitsetin prendre une dose de cours de 6 g. Étant donné que ce médicament peut provoquer des effets indésirables, prenez également des vitamines B et de l'acide ascorbique.

    Si l'urétrite gonorrhéique prend une forme chronique, un traitement complexe est nécessaire, c'est-à-dire une combinaison d'antibiotiques et un traitement local. Des instillations d'une solution constituée de collargol et de nitrate d'argent sont effectuées. L'urètre peut être dilaté avec des insectes métalliques spéciaux.

    Les antibiotiques du groupe des tétracyclines sont pris aux mêmes doses que les préparations de pénicilline. Dans les cas d'urétrite chronique à gonorrhée, la dose à prendre peut être augmentée à 12 g:

    • L'érythromycine prend une dose de cours de 10 000 000 unités et prend un médicament une heure avant les repas.
    • Olethethrin prendre une dose allant jusqu'à 4 000 000 unités.
    • La kanamycine ayant certains effets toxiques, la prise de ce médicament nécessite une prudence particulière: toutes les 12 heures, 1 000 000 unités sont injectées. drogue. Dose de tête - 3 000 000 unités.
    • Klaforan appartient aux antibiotiques céphalosporines et est très efficace dans la lutte contre l’urétrite gonorrhéique. Le médicament est administré par voie intramusculaire à 1 g deux fois par jour (intervalle - 12 heures). Ketocef est également administré par voie intramusculaire, mais une fois - 1,5 g.

    Si l'infection est mixte (sous-groupes de l'agent pathogène ou différents agents pathogènes, y compris les gonocoques), prenez plusieurs antibiotiques en même temps, mais le médecin doit vous prescrire tous les médicaments nécessaires.

    2. immunothérapie

    L'immunothérapie est nécessaire lors du traitement de l'urétrite gonococcique, car cet agent pathogène est très préjudiciable à l'immunité, et les antibiotiques utilisés pour traiter l'uréthrite à gonocoque ont souvent un effet néfaste sur la santé. Pour protéger l’immunité, prenez de l’orotate de potassium: 0,5 g quatre fois par jour pendant un mois.

    Le méthyluracile a un effet anti-inflammatoire: il est pris après avoir mangé 0,5 g deux fois par jour pendant 14 jours.

    Il sera également utile de glycérine - 0,005 g trois fois par jour pendant dix jours.

    L'extrait d'aloès a un effet bénéfique: il est injecté par voie sous cutanée à raison de 1 ml (30 injections par cours) afin d'accélérer la résorption des infiltrats formés dans l'urètre.

    Les préparations enzymatiques (par exemple, la trypsine) sont administrées à raison de 10 mg deux fois par jour, au cours de 10 injections. Plasmol est pris par voie sous-cutanée pendant 1 ml (bien sûr - 10 jours).

    Cependant, les immunomodulateurs doivent également faire l'objet d'une prudence maximale: de nombreux médicaments présentent des contre-indications pour les personnes souffrant de maladies cardiovasculaires, de néphrite et de cirrhose du foie. Vous devez également faire attention aux femmes enceintes et aux femmes pendant l'allaitement.

    Pronostic de la maladie

    Si l’urétrite gonococcique est rapidement identifiée et traitée correctement, la personne peut alors complètement et sans conséquences guérir la maladie.

    Dans le cas où la maladie disparaît avec des complications, le pronostic est moins optimiste: le processus de traitement ralentira ou la maladie se développera sous une forme chronique. Si l'urétrite est devenue une forme chronique, le pronostic est moins favorable: le risque de complications augmente considérablement. Les gonocoques peuvent former des rétrécissements à l'avant de l'urètre.

    Dans les cas où l’urétrite chronique gonococcique n’est pas traitée, une vésiculite, une épididymite, une prostatite chronique peuvent apparaître. À leur tour, ces maladies peuvent conduire à l’impuissance et à la stérilité.

    Caractéristiques de l'évolution de l'urétrite gonorrhéique chez les hommes et les femmes

    En raison d'une hypothermie ou de pathogènes introduits dans le système urinaire, une urétrite se développe souvent. Ce qu'on appelle l'inflammation de la membrane muqueuse de l'urètre. Parmi ses types émettent une urétrite gonorrhéique. Il appartient au groupe des infections sexuellement transmissibles (IST) et du sous-groupe «pathologies vénériennes de l'étiologie bactérienne». La maladie est souvent compliquée, entraînant l'infertilité, donc lorsque les premiers symptômes d'inflammation de l'urètre doivent examiner l'urètre du patient.

    Types d'urétrite gonorrhéique

    L'agent causal de la maladie est le gonocoque. Lorsqu'elle est infectée par ces bactéries, une personne peut développer une gonorrhée ascendante, qui se manifeste par une lésion des organes pelviens et de l'urétrite. La deuxième pathologie est également appelée inflammation gonococcique de l'urètre. Les bactéries sont plus souvent transmises pendant les rapports sexuels, moins souvent par des objets contaminés du patient (lit, draps, serviettes, gants de toilette) et d’autres objets personnels.

    Types d'urétrite gonorrhéique:

    • fraîches aiguës, subaiguës et latentes (torpides, apparaissant lors d’une nouvelle infection);
    • chronique avec exacerbations et périodes de rémission (se développe en raison d'un traitement inapproprié).

    Les gonocoques peuvent infecter les tissus du canal urinaire partiellement ou complètement. Si elles se sont propagées au sphincter externe, une urétrite antérieure à la gonorrhée se développe. Souvent, l'infection pénètre plus profondément et atteint le col de la vessie. Dans ce cas, l'urétrite postérieure est diagnostiquée.

    Symptômes de Urethrite Gonorrhéique

    Chez l’homme, les premiers symptômes de la maladie surviennent 2 à 10 jours après l’introduction de la bactérie dans l’urètre, et chez la femme, la période d’incubation peut durer jusqu’à 21 jours. La complexité du symptôme et sa gravité dépendent de l'âge et du sexe de la personne, de la stabilité du système immunitaire, de la forme de l'urétrite. Chez la femme, la pathologie passe souvent sans signes évidents.

    Symptômes de l'urétrite chronique gonococcique:

    • turbidité de l'urine;
    • écoulement purulent rare de l'urètre de couleur jaune-vert ou gris-jaune;
    • odeur désagréable d'urine;
    • irritation persistante, sensation de brûlure, douleur, démangeaisons dans la région génitale, qui sont aggravées pendant la miction;
    • chez les hommes le matin, sur la tête du pénis autour du trou, il y a des croûtes sèches d'écoulement de l'urètre.

    En cas de pathologie aiguë ou subaiguë, la température corporelle monte également à 39–40 ° C et l’intoxication corporelle apparaît: nausée, faiblesse, mal de tête. Dans le même temps, la quantité de décharge augmente et les démangeaisons, la netteté de la douleur et la sensation de brûlure augmentent. Les sensations désagréables sont localisées dans l'urètre, mais l'endroit est subjectivement difficile à déterminer - vous avez besoin de l'aide d'un médecin.

    Complications de l'urétrite gonorrhéique

    Les gonocoques de l'urètre peuvent se propager profondément dans le système urinaire et affecter les organes reproducteurs.

    Complications de l'urétrite gonococcique:

    • la balanite;
    • balanoposthite;
    • phimosis inflammatoire;
    • la parauréthrite;
    • glandes d'abcès du prépuce;
    • litreit;
    • la morganite;
    • Cooperite;
    • rétrécissements simples ou multiples (rétrécissement de la lumière de l'urètre).

    Si une femme enceinte est infectée par une bactérie, le liquide amniotique risque alors de se faire trop tôt. Pendant l'accouchement, les membranes muqueuses du bébé peuvent être infectées au moment de son passage dans le canal de naissance.

    L’urétrite gonorrhéique chez l’homme devient souvent la cause de l’épididymite et de l’orchite, tandis que les femmes développent une salpingite, une cervicite, une endométrite. En conséquence, l'infertilité secondaire se produit.

    Diagnostic de l'uréthrite à gonocoque

    Aux premiers signes, les hommes s’adressent d’abord à l’urologue et les femmes au gynécologue.

    Le médecin en cours d'examen entendra les plaintes, enverra des analyses, mènera un diagnostic différentiel avec une cystite (inflammation des membranes de la vessie), une lithiase (urolithiase) et tous les types d'uréthrite.

    Lors de l'examen, le médecin fait une palpation. Lors de l'urétrite, les tissus de l'urètre sont compactés et ressemblent à une corde (cordon dense) au toucher. Si nécessaire, vous devez être examiné par un vénéréologue.

    Pour diagnostiquer l’urétrite gonorrhéique, un biomatériau est envoyé au laboratoire:

    • sang pour la recherche clinique;
    • jusqu'à 100 ml d'urine du matin pour l'analyse générale;
    • Test à 2 ou 3 verres d'urine pour évaluer le degré de turbidité;
    • frottis sur les parois de l'urètre pour identifier les IST;
    • décharger l'urètre.

    Seuls les résultats des tests de laboratoire peuvent confirmer la présence de gonocoques, il est donc impératif de sèmer un réservoir avec un biomatériau afin d'identifier l'agent pathogène et de déterminer sa résistance aux médicaments.

    L'urétroscopie n'est prescrite que pour la forme chronique de la pathologie. L’urétrite gonococcique aiguë fait référence aux contre-indications d’un tel examen, en raison du grand nombre de bactéries pathogènes facilement introduites dans la vessie.

    Traitement de l'urétrite gonorrhéique

    Les méthodes de traitement visent à détruire les gonocoques. Selon la gravité de la pathologie, le traitement conservateur dure 14 à 30 jours ou plus d'un mois. Pendant la thérapie, vous ne pouvez pas boire d'alcool, avoir des relations sexuelles, aller à la piscine, au sauna ou au bain. Recommander pour cette période de l'alimentation pour éliminer les aliments gras.

    Quels médicaments sont utilisés pour traiter l'urétrite à gonocoque?

    • les pénicillines (Ampioks, benzylpénicilline);
    • les céphalosporines (Claforan, Zeporex);
    • immunostimulants (glycéram, méthyluracile, orotate de potassium, Plasmol).

    En cas de complications, ils peuvent prescrire la lubrification des parois de l'urètre avec Lugol, des bains assis dans un bouillon de camomille ou une solution de permanganate de potassium. L'uréthrite est en outre traitée avec une désinfection profonde. Pour ce faire, il est nécessaire de doucher l'urètre avec des préparations médicales aseptiques (solutions de manganèse, de nitrate d'argent, de protargol).

    Pour confirmer la guérison de l’urétrite gonorrhéique après la sortie, passer les tests de contrôle après 7, 30, 60 et 90 jours. On considère qu'une personne s'est rétablie si, pendant cette période, aucune bactérie n'a été trouvée dans le biomatériau et qu'il n'y a aucun symptôme pathologique Mais après la maladie, l’immunité acquise contre les gonocoques ne se forme pas, il faut donc veiller à ne plus être infectée.

    Prévention du développement de l'urétrite à gonocoque

    Les gonocoques dans l'environnement restent viables de 30 minutes à 5 heures, jusqu'à ce que l'écoulement purulent de l'urètre infecté par ces bactéries soit complètement sec. Par conséquent, il y a un risque minime d'infecter un enfant ou une personne en bonne santé par le biais d'un lit, d'une serviette, etc. Pour éviter cela, vous devez disposer de gants de toilette individuels et d’autres articles d’hygiène.

    Il est recommandé de traiter les effets personnels du patient avec des préparations antiseptiques ou de les laver à l'eau chaude à une température supérieure à 60 ° C et de les sécher à la lumière directe du soleil. Dans ces conditions, les bactéries meurent rapidement.

    Les gonocoques sont le plus souvent transmis lors de rapports sexuels non protégés.

    Il y a des cas où l'infection se développe non seulement dans l'urètre, mais aussi dans la conjonctive de l'œil, dans l'oropharynx, le rectum. Cela est dû à des relations sexuelles orales et anales non protégées avec une personne infectée. Par conséquent, vous devez toujours utiliser les moyens de contraception de barrière lors de tout rapport sexuel.

    Si une relation occasionnelle non protégée a eu lieu, il est nécessaire de traiter les parties génitales et de laver le vagin et, pour les hommes, l'urètre. Ceci est fait avec une solution de chlorhexidine (0,05%) ou de miramistin (0,01%), mais pas plus tard que 2 heures après l'intimité. Il est recommandé de consulter un médecin dès que possible et de suivre un traitement prophylactique. Ainsi, vous pouvez prévenir le développement probable de la gonorrhée.

    Conclusion

    Une personne doit suivre les règles d'un mode de vie sain, utiliser des produits d'hygiène individuels et pendant les rapports sexuels - les préservatifs. Il est nécessaire de mener des conversations avec des adolescents et d'inculquer un comportement sexuel culturel. Il est également nécessaire de toujours subir des examens de routine et de consulter un médecin lorsque des symptômes de la maladie apparaissent. Ces mesures protégeront le système urinaire, non seulement du gonokokkov, mais d'autres agents pathogènes.

    Urétrite gonorrhéique

    L'urétrite gonorrhéique est une maladie caractérisée par un processus inflammatoire dans les parois de l'urètre (urètre). La pathologie est très dangereuse: en l'absence de traitement à grande échelle, elle peut se propager à la fois au système reproducteur et aux organes urinaires.

    Les médecins identifient l'urétrite comme une maladie sexuellement transmissible - les dommages purulents sont causés par la bactérie Neisseria gonorrhoeae, qui pénètre sexuellement dans le corps.

    Informations de classification

    La maladie, appelée urétrite gonorrhéique, les médecins appellent l'un des plus dangereux et commun dans la catégorie des maux. La principale voie d'infection est un rapport sexuel non protégé avec un partenaire dans le corps duquel se trouvent des agents pathogènes. Les moyens les plus rares de pénétration des bactéries sont l'utilisation d'articles ménagers infectés par une personne en bonne santé (sous-vêtements, gants de toilette, serviettes qui retiennent la décharge d'un malade), ainsi que la transmission de l'infection à la mère par l'enfant pendant le séjour prénatal et pendant l'accouchement.

    Les médecins classent l'urétrite à gonorrhéique en fonction de la structure de l'écoulement en deux types:

    • aigu;
    • chronique

    Une maladie aiguë se caractérise par un développement actif du processus inflammatoire accompagné de symptômes caractéristiques - douleur lors de la miction et de l'éjaculation, écoulement purulent spécifique de l'urètre et sensation de brûlure dans les uretères. L’urétrite aiguë de blennorragie dure généralement jusqu’à 2 mois, après quoi - si l’effet thérapeutique n’est pas bien produit - elle entre en phase chronique.

    La forme chronique de la maladie à gonorrhée de l'urètre se caractérise par la disparition ou au moins une réduction de l'intensité des symptômes. Des signes tels que des démangeaisons et des brûlures dans l'urètre et des picotements accompagnant la vidange de la vessie sont perceptibles. L'inflammation qui est passée dans la forme latente se manifeste par la «goutte matinale» - la décharge d'un liquide trouble avec un contenu purulent du pénis. En outre, la maladie chronique progresse à un stade particulièrement avancé au cours duquel des adhérences se forment sur les parois du pénis, puis des cicatrices. Puis commence le phimosis (dégénérescence des tissus du prépuce avec son rétrécissement pathologique, dans lequel il devient impossible de dégager la tête du pénis).

    Séparément, les médecins émettent une forme latente (torpide) de la maladie qui ne se manifeste pas, les symptômes sont absents, cependant, des bactéries dans le corps d’un malade sont présentes, ce qui en fait un vecteur d’infection.

    Symptomatologie chez l'homme et la femme

    L’homme et la femme présentent des manifestations différentes de l’urétrite gonorrhéique. Chez les hommes, l'intensité des symptômes augmente à mesure que vous progressez dans les trois étapes:

    • aiguë - avec dysurie sévère (troubles urinaires), douleur et écoulement abondant de l'urètre;
    • subaiguë - avec le même volume de décharge et de restauration de la miction;
    • lent - avec des manifestations minimales.

    Les médecins appellent une maladie chronique en rémission une maladie du stade retardé, une exacerbation une lésion des stades aigus et subaigus. Les premiers signes d'infection - douleur dans l'urètre lors de la vidange de la vessie, puis - écoulement, gris jaunâtre, avec inclusions purulentes. L'urine peut alors être propre, puis mélangée avec des fils blanchâtres. Au fur et à mesure du développement de l'urétrite gonorrhéique, des douleurs transpercant littéralement les organes génitaux apparaissent au moment de la miction. Les problèmes graves et négligés se manifestent par des douleurs aiguës à la fin de la miction et pendant l'éjaculation.

    Chez la femme, les symptômes de l'urétrite gonorrhéique sont moins prononcés, de sorte que la maladie ne provoque pas de gêne notable même quand elle survient dans la phase aiguë. Un minimum de sortie, pas de douleur, donc la plupart des patients ne consultent pas de médecin. Contrairement à la version masculine de la lésion, la version féminine de l'uréthrite consiste en plusieurs foyers infectieux distincts qui se manifestent à des moments différents, ce qui complique considérablement le diagnostic. Les symptômes de la maladie inflammatoire sont les suivants:

    • écoulement purulent du vagin et de l'urètre, entraînant une irritation des muqueuses, une érosion et une hyperhémie (débordement des vaisseaux sanguins);
    • douleur dans la région génitale;
    • lésion des glandes du vestibule du vagin avec formation d'œdème et de pus;
    • signes d'infection et d'inflammation de la muqueuse utérine - troubles menstruels, crampes, douleurs abdominales, fièvre.

    Il est très important d’identifier et de commencer rapidement le traitement de l’urétrite gonorrhéique car, chez les deux sexes, l’apparition de la maladie peut avoir des conséquences graves sur les systèmes urinaire et génital.

    Le coupable est le gonocoque

    L’agent responsable de l’inflammation gonorrhéique de la vessie est Neisseria gonorrhoeae, la bactérie gonococcique est un diplocoque à Gram négatif, semblable à celui des grains de café se faisant face. Ce microorganisme ne forme pas de spore, n’a pas de flagelles, mais est entouré d’une microcapsule qui permet aux bactéries de résister aux influences de l’environnement à l’extérieur du corps du vecteur pendant 24 heures. Les gonocoques ont été découverts pour la première fois à la fin du XIXe siècle. Jusqu'à présent, des domaines scientifiques tels que la microbiologie, l'épidémiologie et l'immunologie étaient impliqués dans leur étude.

    La bactérie gonococcique est l'agent causal d'une maladie grave, très contagieuse et extrêmement dangereuse, telle que l'urétrite gonococcique. L'infection est transmise par des rapports sexuels non protégés - vaginaux, anaux et oraux, ainsi que par l'utilisation d'accessoires sexuels infectés et de produits de soin personnel. L'infection d'un enfant par une mère malade se produit également - in utero ou pendant l'accouchement. La plus forte concentration de bactéries se trouve généralement dans les sécrétions d'un malade - du mucus dans la gorge, les intestins, le sperme et les écoulements vaginaux.

    Mesures diagnostiques et thérapeutiques

    L'objectif principal du diagnostic de la maladie n'est pas sa différenciation - la spécificité des symptômes de l'uréthrite à gonocoque ne permet pas de la confondre avec d'autres pathologies. Cependant, un examen approfondi du patient est très important, car il permet aux médecins de déterminer l'étiologie de la maladie, en excluant les autres causes (non bactériennes) de l'apparition du processus inflammatoire.

    La principale mesure diagnostique utilisée pour détecter une inflammation des parois de l'urètre est:

    • examen bactérioscopique du contenu des frottis de l'urètre pour détecter les agents pathogènes;
    • analyse bactériologique pour isoler une culture de gonocoque pur et sélectionner le traitement le plus efficace en testant la sensibilité des bactéries à un groupe particulier d'antibiotiques.

    Sur la base des données obtenues, le traitement de l'infection est prescrit, y compris:

    • effet étiologique sur les bactéries par les antibiotiques;
    • soutien immunologique du corps.

    Mesures étiologiques de traitement

    Les médicaments antibactériens sont prescrits au patient par des médecins qui ont identifié un type spécifique d'agents pathogènes lors du diagnostic. Les médicaments prescrits changent régulièrement, car la particularité des gonocoques est leur capacité à s'adapter à un seul antibiotique et à réagir faiblement à ses effets. Il est possible de traiter efficacement l’urétrite gonorrhéique uniquement en remplaçant périodiquement la pénicilline (c’est le principal moyen de lutte contre les bactéries) par des fluoroquinolones ou des céphalosporines.

    Parmi les médicaments antibactériens à base de pénicilline, les médecins prescrivent le plus souvent aux patients:

    • Benzylpénicilline;
    • La bicilline;
    • Les ampioks;
    • Levomitsetin.

    Les remèdes suivants sont utilisés en remplacement de l'urétrite purulente:

    Dans les cas où la cause de la maladie n'était pas seulement les gonocoques, mais aussi d'autres bactéries qui les ont rejoints, les médecins prescrivent un traitement prenant plusieurs types d'antibiotiques.

    Mesures alternatives

    La seconde direction du traitement de l'uréthrite à gonocoque est la thérapie immunologique, nécessaire non seulement pour soutenir les défenses de l'organisme ébranlées par une infection bactérienne, mais également pour renforcer les organes internes lésés par l'utilisation prolongée d'antibiotiques. À ces fins, l'utilisation recommandée:

    • Orotate de potassium;
    • Méthyluracile;
    • Le glycerama;
    • Extrait d'aloès;
    • La trypsine;
    • Plasmol.

    Le cours de traitement avec des antibiotiques et des médicaments immunomodulateurs prescrits par un médecin. Les deux types de médicaments présentent un certain nombre de contre-indications et peuvent entraîner des complications.

    Sur recommandation du médecin, vous pouvez vous adresser à la médecine traditionnelle, dont les moyens aideront à vaincre les bactéries, à ajuster la miction, à soulager la douleur et à procurer des effets anti-inflammatoires. En ce qui concerne l’urétrite gonorrhéique, les directives suivantes sont utiles:

    • boire beaucoup de jus de canneberge frais;
    • infuser et prendre 2 fois par jour, 350 ml de perfusion, brassée dans 750 ml d’eau 3 c. l feuilles de cassis finement hachées;
    • mangez des baies de cassis, faites-leur du jus ou ajoutez-les au thé;
    • pour préparer un médicament cicatrisant: versez du persil (70 gr) avec du lait (200 ml), chauffez à feu doux jusqu'à ce que le liquide soit presque évaporé, puis filtrez et buvez toutes les heures 1 c. l.
    • Préparez des fleurs de bleuetier (1 cuillère à soupe de matière première sèche) dans 350 ml d'eau bouillante, puis infusez pendant 1 heure, filtrez et buvez trois doses par jour.

    Important: les médecins considèrent la médecine traditionnelle comme une méthode auxiliaire de lutte contre l’urétrite à gonorrhée, car elle n’a pas d’effet thérapeutique sur la bactérie gonocoque, mais ne fait que soulager les symptômes principaux.

    Comment traiter la prévention et les conséquences de la maladie

    La première règle fondamentale en matière de prévention de l'urétrite à gonorrhée est le contact sexuel uniquement avec des partenaires de confiance et l'utilisation d'une contraception. Il est également important de consulter rapidement un médecin si des signes de problèmes apparaissent, de renforcer le système immunitaire et de veiller à maintenir la santé en général. Une autre condition est l'accomplissement de toutes les ordonnances médicales en termes de prendre les fonds, de passer des examens, de refuser les mauvaises habitudes pendant le traitement antibactérien.

    Le traitement incorrect ou non commencé à temps de l'urétrite à gonocoque conduit au fait que la maladie commence à s'aggraver. Les conséquences chez les hommes et les femmes affectent littéralement toutes les parties du système urogénital, en raison desquelles le processus urinaire est perturbé, un dysfonctionnement des organes génitaux se produit et le risque d'infertilité augmente. C’est en raison de la gravité des conséquences que les personnes ayant des rapports sexuels non protégés doivent consulter un médecin dès les premiers signes de douleur ou de perte.

    Vaincre une maladie rénale grave est possible!

    Si les symptômes suivants vous sont familiers:

    • maux de dos persistants;
    • difficulté à uriner;
    • violation de la pression artérielle.

    Le seul moyen est la chirurgie? Attendez et n'agissez pas par des méthodes radicales. Guérir la maladie est possible! Suivez le lien et découvrez comment le spécialiste recommande un traitement.