Principal
Pouvoir

Cancer de la prostate: symptômes et signes de développement

Quelle est la prostate, sa fonction. Causes du cancer de la prostate et facteurs prédisposants.

Méthodes de prévention et de diagnostic précoce. Signes et symptômes du cancer de la prostate masculin. Réceptions et méthodes d'examen. Le pronostic de la maladie.

La prostate, ou prostate, est un organe glandulaire interne situé sous la vessie et recouvrant les voies urinaires.

À propos de la maladie

Le fer, faisant partie du système reproducteur, produit un secret qui assure la viabilité du sperme. Dans le volume total de liquide séminal, ce secret peut être d'environ 30%. L'importance de la prostate réside également dans la capacité à retenir l'urine à l'intérieur de la vessie.

Qu'est-ce que le cancer de la prostate: symptômes, pronostic? Le cancer de la prostate est considéré comme une maladie courante. Il s’agit d’une tumeur maligne qui s’est développée à l’intérieur des tissus glandulaires. Le cancer de la prostate peut produire des métastases, comme toute tumeur maligne.

Cancer de la prostate - symptômes, pronostic à vie: selon les statistiques médicales, la maladie touche plus de 12% des hommes de plus de cinquante ans. Le nombre de décès par cancer de la prostate dans le monde en termes de fréquence est la troisième place après les maladies cardiovasculaires et le cancer du poumon chez les hommes âgés.

Chaque année, plus de 400 000 cas de cancer de la prostate sont enregistrés dans le monde. Dans les statistiques de localisation, les signes d'oncologie de la prostate dans les pays européens se classaient au 2 e rang après le cancer du poumon. En Russie, l'incidence atteint jusqu'à 6% et constitue l'un des cas de cancer les plus fréquemment signalés.

On sait que les résidents d’Asie, d’Amérique du Sud et d’Afrique sont moins susceptibles de souffrir de ce type de cancer que les résidents d’Amérique du Nord et d’Europe.

Causes de développement

La médecine ne dispose pas de données précises sur les causes de la maladie. Il a été établi que le responsable de l'apparition d'une tumeur maligne est la modification de l'ADN des cellules de la glande, dont la cause n'a pas été établie.

On sait que plus l'homme est âgé, plus la probabilité d'apparition de la maladie est élevée.

Conformément aux conclusions des statistiques médicales, le facteur héréditaire joue un rôle important.

La présence de cancer de la prostate chez les proches parents augmente le risque de maladie de 2 fois ou plus

Des recherches ont montré que la maladie est associée à un excès de testostérone, une hormone sexuelle masculine.

La probabilité de maladie et l’agressivité d’une tumeur dépendent directement du niveau de testostérone dans le sang d’un homme.

La médecine officielle suggère les facteurs de risque suivants pour l'apparition de la maladie:

  • consommation excessive de graisse animale, manque de fibres dans le régime alimentaire;
  • plus de 50 ans;
  • cas de cancer de la prostate chez des parents directs;
  • adénome de la prostate;
  • mauvaise situation environnementale;
  • facteurs de production nocifs (travaux d'impression, de soudage).

Le risque de maladie augmente pour les amateurs d'aliments gras, de viande "rouge" - bœuf, porc, agneau, dans le contexte d'une consommation réduite de fibres.

Pour réduire le risque de maladie, vous pouvez utiliser plusieurs règles:

  1. Inclusion dans le régime d'une quantité suffisante de fibres végétales.
  2. Mode de vie actif, sport.
  3. Maintenir un poids normal.
  4. Consommation modérée de graisses animales, viande "rouge".

Comment reconnaître la maladie?

Les premiers signes de cancer de la prostate ne sont pas ressentis, il n'y a pas de malaise jusqu'à ce que la tumeur maligne commence à se développer. Pour cette raison, il est recommandé aux hommes de plus de 40 ans de se soumettre à des examens de routine réguliers pour détecter une pathologie de la prostate.

Cancer de la prostate: symptômes, signes

Comment le cancer de la prostate se manifeste-t-il chez l'homme?

Les premiers symptômes du cancer de la prostate chez l'homme:

  • sensation de brûlure en urinant;
  • l'envie de ré-uriner dans les 30 à 60 minutes qui suivent la précédente;
  • sensation de vidange incomplète après la miction;
  • réduction de la pression et des jets intermittents pendant la miction;
  • temps réduit entre les visites aux toilettes, surtout la nuit.

La présence de plusieurs ou de l’un des symptômes énumérés suffit à consulter un spécialiste - urologue ou oncologue.

Les premiers symptômes du cancer de la prostate chez l'homme:

  • manque d'érection;
  • l'impuissance;
  • réduction du sperme lors de l'éjaculation.

De tels symptômes de l'oncologie de la prostate se retrouvent souvent chez les hommes âgés de plus de 50 ans. Identique au cancer, il existe des symptômes de l'adénome de la prostate, une tumeur bénigne. Par conséquent, il devrait être examiné d'urgence dans un établissement médical pour un diagnostic précis.

Dans les derniers stades du cancer de la prostate, on peut observer:

  • sang dans le sperme ou l'urine;
  • dans le cancer de la prostate, douleur au périnée.

Dans les cas avancés de métastases, les premiers symptômes et signes du cancer de la prostate chez l'homme:

  • douleur dans la colonne vertébrale, les hanches ou la poitrine;
  • la rétention urinaire peut se développer en raison de la croissance de la tumeur.

L'intoxication par le cancer est caractéristique aux derniers stades de la maladie, ce qui se manifeste par:

  • une forte diminution du poids corporel;
  • la faiblesse;
  • fatigue rapide.

Dans le même temps, la peau du patient acquiert une teinte pâle-terreuse caractéristique.

En savoir plus sur les stades du cancer de la prostate ici.

Symptômes du cancer de la prostate - photo:

Diagnostics

Tant que la maladie a une localisation limitée et que la période de métastase n'est pas venue, les symptômes peuvent être absents. Il est donc important de passer un test de détection de PSA ou d'un antigène spécifique de la prostate, qui est produit par une glande saine et se trouve dans le sang.

Une augmentation de ce facteur dans le sérum, ainsi qu'une modification du rapport entre la forme libre et la forme liée de l'antigène, est un facteur probabiliste indiquant la présence d'un néoplasme malin. Plus le PSA est élevé, plus le risque de cancer est élevé.

Lors de l'examen d'un patient pour le cancer de la prostate, une série de tests et d'études est réalisée:

  1. Numération sanguine avancée, qui comprend la définition du PSA et des marqueurs tumoraux.
  2. Tests d'urine - généraux, biochimiques, ainsi que l'ensemencement.
  3. Échographie de la région urogénitale, IRM de la prostate.
  4. Études du système osseux utilisant la tomodensitométrie pour détecter les métastases.
  5. Examen consultatif par un oncologue.
  6. Palpation, palpation de la glande.
  7. Biopsie tissulaire de la prostate.

Chances de guérison et de thérapies

Selon les statistiques médicales, plus de 80% des patients après le diagnostic ont réussi à vaincre la maladie. Souvent, les symptômes évidents de la maladie se manifestent à un stade avancé, lorsque la maladie est négligée et que les chances de guérison rapide diminuent rapidement.

Le principal facteur favorable est le diagnostic opportun, ainsi que l’utilisation de méthodes de traitement avancées.

Si le diagnostic est confirmé, le traitement doit commencer immédiatement. Si la tumeur a une localisation claire, une ablation endoscopique ou chirurgicale de la prostate est indiquée. Une méthode efficace est la radiothérapie utilisant un équipement médical avancé.

Les patients après une intervention chirurgicale ou une radiothérapie se voient prescrire un traitement antitumoral à long terme visant à bloquer la testostérone. La chimiothérapie est également utilisée.

Métastases dans le cancer de la prostate: voies d'accès, signes, traitement

Les métastases qui se sont propagées en raison du cancer de la prostate indiquent les derniers stades du processus malin. Ils sont la principale cause de décès des patients.

Le traitement moderne n'est pas capable de guérir le patient à ce stade. La thérapie vise à faciliter la vie et à la prolonger.

Une pathologie maligne se développe dans la prostate, affectant la miction et la fonction de reproduction. Le principal facteur de risque est l’âge, c’est-à-dire que les chances de tomber malade après 50 ans augmentent considérablement.

Le cancer de la prostate est très différent de l'adénome en ce sens qu'il propage des métastases et se développe avec des symptômes moins graves.

Quel est ce processus?

À un certain stade du développement du cancer, le processus de métastase commence. Elle implique la propagation de particules malignes dans tout le corps et la formation de tumeurs secondaires à partir de celles-ci.

Habituellement, les cellules endommagées sont transportées par le sang ou la lymphe. La présence de métastases indique les derniers stades de la maladie de la prostate. Ils aggravent considérablement le pronostic de survie, entraînant de graves conséquences pour le corps.

Mécanismes de dommages

Les cellules malignes commencent à se propager avec l'apparition de la tumeur primitive. Les foyers secondaires se forment avec le développement ultérieur de la tumeur.

Voies connues pour la propagation des métastases du cancer de la prostate:

  • chemin local - les particules malignes sont transférées aux tissus voisins;
  • intravasation - les cellules oncoforming pénètrent dans la lumière des vaisseaux lymphatiques et sanguins;
  • retard - les particules cancéreuses arrêtent leur mouvement et se déposent dans les capillaires;
  • l'angiogenèse - le développement de cellules cancéreuses dans les vaisseaux sanguins nouvellement formés qui fournissent un apport sanguin au oncoformage;
  • circulation - cellules oncologiques se propageant dans les vaisseaux des systèmes circulatoire et lymphatique jusqu'aux organes et tissus;
  • prolifération - les particules malignes se divisent en micro-métastases.

Organes vulnérables

Les particules de cancer, éloignées du foyer principal, s’installent dans les mêmes organes. Ils sont appelés organes cibles. Les néoplasmes secondaires se développent souvent plus rapidement que la lésion primaire de la prostate.

Organes cibles du cancer de la prostate:

  • Ganglions lymphatiques - le cancer se propage dans les ganglions lymphatiques situés près de la vessie. Mais cela ne signifie pas que les foyers secondaires ne peuvent pas affecter les ganglions lymphatiques distants. Cela se produit au stade 3-4 du cancer de la glande.
  • Os - Des métastases osseuses se forment au stade avancé du cancer de la prostate. Colonne lombo-sacrée principalement touchée, fémurs. Ceci est dû à leur proximité avec l'oncoformage primaire.
  • Cerveau - l'organe est affecté par des particules de cancer de la prostate n'est pas souvent. Les foyers secondaires sont situés entre la matière grise et la matière blanche. L'emplacement dépend de l'intensité du flux sanguin.
  • Les particules malignes légères pénètrent principalement dans l'organe couplé par voie hématogène. Dans 20% des cas, les métastases de cet organe manifestent des symptômes avant le foyer principal.
  • Foie - Les métastases traversent le sang et la lymphe. Les foyers secondaires se caractérisent par le fait qu'ils se forment simultanément dans plusieurs régions du foie. Ils perturbent grandement le travail du corps et se développent rapidement.

Lésions secondaires dans le foie. Échographie

Les métastases en oncologie de la prostate peuvent pénétrer dans les testicules, la vessie et les fibres nerveuses. Tout cela témoigne des 4 étapes du développement de la pathologie de la prostate.

Où sont les métastases après le cancer de l'estomac? Les organes vulnérables sont énumérés ici.

Les symptômes

Selon l’organe affecté par la formation secondaire, certains symptômes apparaissent. Sur eux, il est possible de suspecter le développement du processus oncologique, mais seul un spécialiste sera en mesure de déterminer à partir de quel organe se propage le cancer.

Les principaux symptômes de métastases du cancer de la prostate:

  • Intoxication - les dommages aux organes vitaux et la prolifération d'un grand nombre de tumeurs absorbent les nutriments nécessaires à la vie. Les néoplasmes sont progressivement détruits, empoisonnant le sang. Le patient se plaint de faiblesse, d'appétit, de fièvre. Cela commence par 4 stades d'oncologie de la prostate avec métastases multiples.
  • Hépatomégalie - En raison de multiples foyers secondaires, la taille du foie augmente considérablement. Un patient mince physique peut remarquer une augmentation inexplicable de l'abdomen.
  • Ascite - un foyer secondaire dans le foie conduit à un liquide stagnant. Il peut s'accumuler en grande quantité dans la partie abdominale. Une personne a un gros ventre, parfois pas de forme symétrique.
  • Essoufflement - symptôme associé à une atteinte des poumons, une personne remarque d'abord un essoufflement après un exercice. Au fil du temps, cela devient permanent. Il y a un essoufflement au stade initial des dommages aux poumons.
  • Syndrome douloureux - Selon l’emplacement de la métastase, la douleur peut être ressentie dans l’abdomen, la poitrine. Avec la défaite du tissu osseux, la douleur se fait sentir dans les muscles.
  • Crachats purulents lors de la toux - une toux prolongée pendant plus de deux semaines qui ne disparaît pas, malgré le traitement, devrait donner l’alerte. Si en même temps dans les expectorations se trouve du mucus visible avec des traces de pus et de sang, vous devriez immédiatement consulter un médecin. Un symptôme peut survenir avant que tout problème de la prostate soit détecté.
  • Hypercalcémie - accompagnée d'un mal de tête. Une concentration élevée de calcium dans le sang endommage les reins, entraînant le coma et la mort.
  • Anomalies du système musculo-squelettique - un symptôme indique des métastases dans le cerveau. La démarche du patient peut changer, il peut perdre la capacité de contrôler une partie du corps et l'apparition d'une paralysie complète est possible. La raison en est des métastases, qui pressent certaines parties du cerveau.

Lorsque des foyers secondaires sont détectés dans le corps, il est extrêmement important de détecter une oncoformation primaire. Vous devez d'abord le détruire. Pour ce faire, un examen approfondi du corps.

Diagnostics

Dans le diagnostic du cancer de la prostate et la suspicion du développement de foyers secondaires, le spécialiste prescrit des études supplémentaires pour les identifier. L'équipement moderne vous permet d'étudier le corps de l'intérieur sans intervention chirurgicale.

Méthodes efficaces pour le diagnostic des métastases:

  • IRM - la méthode permet d’obtenir une image du corps du patient dans le plan frontal. Lors de l'étude, une personne est placée dans un tomographe pendant 30 à 60 minutes. Le spécialiste étudie toutes les photos prises, les compare aux données connues et pose un diagnostic.
  • Criblage - la méthode implique la mesure régulière du taux de PSA, qui est un antigène spécifique de la glande. Si son taux sanguin est dépassé, une biopsie systématique est requise. De la même manière, on peut suspecter le développement de l'oncologie dans d'autres organes.
  • Biopsie - un tissu est prélevé dans la zone touchée pour être examiné au microscope. Le plus souvent, la méthode implique une version à l'aiguille fine.

La méthode la plus précise pour confirmer un diagnostic est la biopsie. Ce n’est qu’après avoir été effectué qu’un spécialiste peut établir le diagnostic final et prescrire un traitement.

Cet article répertorie les symptômes de métastases cérébrales.

Traitement

En pratique médicale, il n’existe pas de traitement spécifique pour les métastases. Le médecin utilise des méthodes traditionnelles conçues pour ralentir la croissance des foyers secondaires. Cela permet d'alléger les souffrances et de prolonger un peu la vie.

  • La monothérapie - la thérapie consiste à introduire dans le corps un médicament destiné à lutter contre les particules cancéreuses. Souvent, le traitement est accompagné d'effets secondaires. La plupart d'entre eux passent après la fin du traitement.
  • Thérapie intermittente - une méthode basée sur la médication intermittente. Le plus souvent, ce sont des substances hormonales.
  • Radiothérapie - les cellules cancéreuses sont détruites sous l'influence d'une irradiation aux rayons X de haute puissance. La méthode conduit souvent à la mort de cellules saines, situées près de l’oncoformation.
  • Thérapie hormonale - la méthode implique la réduction du niveau d'hormones mâles, telles que la testostérone. Le médicament est conçu pour une longue période.

Vidéo de la conférence sur le traitement du cancer avancé de la prostate:

Prévisions

Les tumeurs secondaires du cancer de la prostate sont la raison de l’aggravation du pronostic. Ceci établit un diagnostic qui correspond au cancer de la prostate de grade 4. La survie dépend de l'étendue de la pathologie, de son comportement dans la prostate. Avec la défaite des seuls ganglions lymphatiques voisins, leur retrait permettra de continuer la vie pendant 10 ans.

L'atteinte osseuse a une issue moins favorable: le taux de survie à cinq ans est de 23%. Le patient vit habituellement 2-3 ans.

Aucun pronostic moins favorable en ce qui concerne la vie avec des dommages au foie. Les patients présentant de multiples lésions secondaires dans cet organe meurent 2 à 6 mois plus tard.

Les métastases pulmonaires peuvent être enlevées par chirurgie. Ensuite, le pronostic de survie ne sera pas si négatif. Lorsque les métastases du cancer de la prostate dans les poumons, les patients vivent de 3 à 20 ans. Tout dépend du comportement du cancer, de l'efficacité du traitement.

Les foyers secondaires dans le cerveau avec des symptômes graves donnent un mauvais pronostic. Le patient pourra vivre 2-4 mois. La qualité de la vie en souffre beaucoup. Si des métastases étaient détectées aux stades précoces et qu'il était possible de mener un traitement à temps, l'espérance de vie augmentait considérablement.

Signes d'intoxication avec la prostatite

La prostate n'est pas simplement un organe responsable de l'activité urogénitale de l'homme, c'est tout un système de plus en plus exposé aux effets négatifs de l'environnement externe et interne. Ne croyez pas que l'hypothermie locale la plus banale ou les rapports sexuels non protégés peuvent entraîner des maladies de la prostate. Dans ce cas, il vaut mieux aller plus loin que de rechercher des faits superficiels.

Il convient de noter que la prostate change avec l’âge et, comme tout tissu, elle vieillit, mais il existe des méthodes d’influence qui peuvent aider à ralentir ce processus. Il ne faut pas seulement prêter attention à un seul problème de santé courant, car vous pouvez mettre à jour tout votre corps, empêcher la formation de problèmes sexuels et réduire le risque de maladie de la prostate sur trois!

Intoxication du corps

Tout le monde connaît un facteur comme les toxines: ces substances toxiques nocives pénètrent dans notre corps et interagissent avec lui. Diverses toxines se déplacent dans les vaisseaux avec les cellules sanguines et doivent être éliminées par le «système de vidange». Il n’ya pas seulement un grand «mais» - toutes les toxines ne peuvent pas quitter notre corps si facilement et restent dans les espaces intercellulaires. Ces scories sont transportées par nos organes et nos vaisseaux.

À leur tour, les toxines sont des produits de substances métaboliques qui s’accumulent progressivement dans les cellules individuelles de notre corps et de nos organes. Ceci est une sorte de substances traitées de notre métabolisme. Ceux-ci comprennent: l'acide urique et l'urée, la créatine, la créatinine, les sels d'ammonium, etc.

L'effet d'intoxication sur la prostate

Il est clair que le corps est bouché et que c'est très mauvais pour la santé et la santé en général, mais qu'est-ce que la prostate et comment cet indicateur l'affecte-t-il? Pour cela, il convient de considérer certains facteurs qui peuvent être spécifiés dans cette situation.

"Voisins" de la prostate

Tout d'abord, il convient d'attirer l'attention sur le fait que la prostate est située à proximité immédiate de l'intestin et de la vessie. Tout cela signifie que les maladies de la prostate peuvent commencer à cause de cette proximité même. Si nous parlons spécifiquement de l'obstruction, alors l'effet de l'intoxication sur les intestins et le système urinaire devrait être considéré.

Intestin - joue le rôle de nettoyant dans notre corps. C'est aussi un grand environnement immunitaire. À partir de là, il convient de tirer une conclusion: si votre intestin est déchiré, les fonctions de protection du corps sont réduites! Le risque de maladies infectieuses augmente, ce qui peut entraîner une prostatite aiguë. Un autre point est la constipation. Ils peuvent également se produire lorsque l'intestin ne fonctionne pas correctement en raison de son encrassement. Les selles irrégulières et la constipation peuvent endommager la prostate et ses processus inflammatoires.

La vessie - tout est simple, diverses substances toxiques vont nécessairement être excrétées dans l'urine, ce qui signifie qu'elles passeront par des voies spéciales excrétées. La prostate est directement liée aux tubules urinaires. Les toxines recyclées seront à proximité de la prostate, ce qui peut entraîner une légère inflammation.

La prostate "sous le fusil"

Vous devez être conscient du fait que les toxines se déplacent dans les vaisseaux, ce qui signifie qu'elles peuvent se former sous forme de plaques sur les vaisseaux sanguins et devenir un obstacle à un flux sanguin normal. La prostate a besoin d'une nutrition en temps opportun et d'une administration précise du corps sanguin. Son fonctionnement en dépend. En cas de malnutrition, la prostate stagne, ce qui conduit à la prostatite, ainsi qu’à une réduction de la fonction sexuelle de l’homme.

Un autre facteur est le foie! C'est cet organe qui produit des hormones importantes, tant chez les femmes que chez les hommes. N'oubliez pas que si votre foie est bouché gravement, il peut en résulter un déséquilibre hormonal. En conséquence, la fonction sexuelle masculine et la production correcte de la sécrétion de la prostate vont tomber! Cela ne devrait pas être autorisé, car la restauration du fond hormonal est un processus très long.

N'oubliez pas que les toxines entraînent souvent un excès de poids, ce qui réduit la production de testostérone. C'est

Causes d'encrassement

Qu'est-ce qui contribue à l'encrassement du corps et qu'est-ce qui devrait être évité?

  • Trop manger conduit à l'obésité, ce qui est dangereux pour la santé de votre homme.
  • Une sursaturation en graisses animales et en amidons - non seulement elle jette un corps, mais augmente également le risque de cancer de la prostate.
  • La consommation fréquente d'aliments épicés peut augmenter le flux sanguin vers la prostate. Si les vaisseaux contiennent également des substances toxiques, l'inflammation ne peut être évitée.
  • Alcool, drogues, tabac - tout le monde sait que cela non seulement vous détruit en tant que personne, mais également que votre condition physique se dégrade. L'immunité diminue et le flux sanguin est perturbé, ce qui nuit à la prostate.
  • Médicaments - L'utilisation à long terme d'antibiotiques et d'autres médicaments perturbe votre système immunitaire, ce qui augmente le risque de maladies infectieuses!
  • Hypodynamie - un mode de vie sédentaire conduit à une prostatite congestive et à l’encrassement de votre corps!

Tout cela n'aggrave pas seulement votre état de santé et réduit votre vie biologique, mais entraîne également une violation des fonctions sexuelles, ainsi que des maladies de la sphère sexuelle.

Comment reconnaître l'intoxication du corps?

  • Fatigue, irritabilité et nervosité.
  • Maux de tête survenant à intervalles
  • Frilosité, transpiration et faiblesse.
  • Perturbation du sommeil facile.
  • Violation de la chaise, ainsi que des flatulences.
  • Mauvaise haleine, plaque sur la langue ou amertume dans la bouche.
  • Manifestations cutanées: acné, peau sèche, peau sèche.
  • Pression artérielle élevée ou basse.

Si vous présentez ces symptômes, vous devez alors immédiatement normaliser votre approche en matière d'alimentation, d'exercice et de respect du régime d'alcool.

L'intoxication comme symptôme!

Les maladies de la prostate sont la principale raison pour laquelle un homme s'adresse à l'urologue. Il existe de nombreuses maladies de la prostate, mais la plus courante aujourd'hui est la prostatite! Une telle maladie peut échouer très vivement sous une forme aggravée ou peut passer complètement inaperçue pendant un certain temps.

Les signes d'intoxication générale peuvent également devenir le symptôme d'une forme aiguë de prostatite de type infectieux. Il y a une augmentation de la température, des douleurs aux articulations et aux muscles, des maux de tête et d'autres facteurs d'intoxication énumérés.

Si vous avez découvert telle ou telle maladie de la prostate et que vous avez commencé à prendre des médicaments, nettoyez d'abord votre corps. Cela vous aidera à faire face rapidement à l'apparition de la maladie, car les fonctions corporelles seront restaurées. Si vous nettoyez vos intestins, votre système immunitaire va redémarrer et il sera plus facile de lutter contre les infections.

N'oubliez pas que si vous commencez à prendre des médicaments en état d'ébriété, leur activité diminuera non seulement, mais leurs effets pourraient être déformés. Dans ce cas, l'utilisation de "pilules", à savoir, le résultat sera imprévisible!

Où sont les métastases du cancer de la prostate: diagnostic, méthodes de traitement et pronostic

Le cancer de la prostate est une maladie très grave et, malheureusement, il a récemment été diagnostiqué de plus en plus chez les hommes.

Cependant, avec un traitement rapide, tout peut être corrigé et dans ce cas, les conséquences critiques seront évitées.

Mais cela ne s'applique pas lorsque des métastases sont détectées. Cette condition indique la progression de la maladie et l'espérance de vie, même avec un traitement de qualité, sera minimale.

Degrés d'oncologie de la prostate et leurs symptômes

Le degré de cancer est un indicateur clinique des modifications morphologiques de la prostate. Pour le déterminer et confirmer la présence d'oncologie, un spécialiste doit procéder à un examen histologique des tissus affectés à l'aide d'un microscope.

Sur la base des données obtenues, le médecin donnera une classification du cancer de la prostate sur l’échelle de Gleason, qui est nécessaire pour déterminer le type de tumeur et prévoir la nature de son développement:

  • initiale, ou 1 degré (G1). Indique une croissance plutôt lente de la tumeur, qui ne se manifeste par aucun symptôme, et les cellules de ce néoplasme ne diffèrent pas des cellules saines;
  • 2 degrés (G2). Le néoplasme est constitué de cellules légèrement altérées séparées par un stroma. La tumeur se manifeste par des symptômes peu sérieux, le plus souvent des problèmes de miction, qui résultent de la compression de la prostate envahie par l'urètre. D’autres symptômes incluent des douleurs et des crampes dans la région périnéale, une paralysie des jets, une envie fréquente d’utiliser les toilettes (surtout la nuit). Avec ce degré, le traitement du cancer sera le plus efficace et le moins dommageable pour le corps de l’homme;
  • 3 degrés (G3). La présence de tumeurs peut être déterminée par des symptômes prononcés: problèmes de puissance, douleurs dans la région pubienne et le bas du dos, présence de sang dans les urines, sensation de brûlure au moment de la miction. Une tumeur de ce degré est constituée de cellules de différentes tailles et formes;
  • 4 degrés (G4). Les cellules tumorales se différencient et les tissus adjacents subissent une infiltration. Les symptômes en présence de ce degré sont les suivants: intoxication grave, incapacité à se vider, sensation constante de manque de force, douleur pendant la miction;
  • 5 degrés (G5). La tumeur est constituée de couches de cellules atypiques non différenciables.

Métastases: c'est quoi?

En médecine, le terme "métastases" désigne la propagation d'un cancer à partir des connaissances initiales de l'éducation sur d'autres organes du corps, tels que: le cerveau, le foie, les poumons, les ovaires, etc.

La croissance excessive se produit à travers les vaisseaux veineux, ainsi que par la voie du drainage lymphatique. Les tumeurs métastatiques surviennent aux derniers stades du cancer.

En pénétrant dans le sang ou la lymphe, les cellules cancéreuses peuvent se répandre librement dans tout le corps et s’installer dans différents organes. Le processus suivant est leur division et la formation de métastases.

Le taux de propagation des métastases est influencé par de nombreux facteurs, tels que:

  • catégorie d'âge du patient;
  • l'état du système immunitaire;
  • apport de sang aux organes;
  • le degré de malignité des cellules cancéreuses;
  • chemin de drainage lymphatique.

Les métastases peuvent survenir dans n’importe quel organe, cependant, elles sont les plus susceptibles d’affecter les éléments suivants:

  • les poumons;
  • les ovaires;
  • le foie;
  • système osseux;
  • les reins;
  • SNC (système nerveux central).

Où le cancer de la prostate se métastase-t-il?

Os fémoraux et pelviens

Les os fémoraux et pelviens sont sujets à une métastase du cancer malin de la prostate d'environ 20%.

Dans ce cas, s'ils sont vaincus, cela conduira au processus de leur destruction.

Dans la situation actuelle, le patient est dans un état grave et ne peut parfois pas bouger sans assistance. Tout effort physique de la part d'une personne atteinte de métastases, même mineures, provoque une douleur intense.

Le mouvement indépendant est possible uniquement avec l'utilisation d'une canne ou de marcheurs. Comme on le sait, les membres sont la partie la plus susceptible du squelette et le complexe pelvien est beaucoup moins touché par les métastases.
En cas de métastases, les cellules cancéreuses détruisent le tissu osseux et modifient l'équilibre en calcium, en phosphore et en cuivre.

Les jambes du patient deviennent sensibles à un environnement froid et la peau devient pâle à l'endroit de la formation, après quoi des métastases peuvent se manifester par des crampes musculaires et des douleurs dans les jambes.

Même après quelques pas, la partie affectée commence à faire très mal et ne cesse pas, même après un repos.

Vaisseaux et ganglions lymphatiques

Les métastases, qui se forment dans les vaisseaux des ganglions lymphatiques, y passent par un liquide clair (lymphe qui circule dans le système lymphatique). Après une période de temps, une tumeur cancéreuse qui pénètre dans le ganglion lymphatique régional se développe et dépasse, après quoi le processus de propagation des cellules cancéreuses se poursuit.

Avec de telles métastases, il y a un gonflement accru des jambes, de la région scrotale et du pénis.

Les poumons

L'apparition de métastases dans les poumons se manifeste par un essoufflement, une sensation de manque d'oxygène, une sensation de lourdeur dans la poitrine et une toux incessante.

Avec tout cela, il peut y avoir une augmentation de la température corporelle et une expectoration de caillots sanguins.

Cerveau

Les symptômes de métastases dans le cerveau peuvent être: altération de la fonction des yeux et des organes de l'audition, altération de la mémoire, instabilité de la démarche.

Le foie et les reins

Les lésions hépatiques par les métastases sont la deuxième cause la plus susceptible de se produire après les os.

Dans ce cas, un spécialiste peut détecter des lésions simples et multiples qui n'apparaissent pas immédiatement.

À mesure que le cancer se développe, une insuffisance hépatocellulaire avec insuffisance hépatique apparaît. Des pierres se forment dans les reins.

Autres organes

Le cancer de la prostate peut métastaser à d'autres organes du patient, par exemple les testicules.

Au fur et à mesure que la maladie se développe, la pathologie se manifeste par une douleur intense au périnée et, avec la croissance rapide de la tumeur, on observe une intoxication qui s'accompagne de vomissements et de nausées graves.

En outre, l'œsophage peut être sous le pistolet, avec des symptômes tels que brûlures d'estomac, anémie, perte d'appétit, inconfort et dysphagie.

Cancer de la prostate

Le cancer de la prostate est représenté par un néoplasme malin dans la prostate et se développe à partir de l'épithélium de la glande à cellules alvéolaires.

Qu'est-ce que le cancer de la prostate?

Le cancer de la prostate est une maladie insidieuse courante chez les hommes d'âge moyen et plus âgés. Il se classe au deuxième rang dans le taux de mortalité des hommes dans tous les pays, puisque le cancer de la prostate est détecté chez une personne sur huit. Selon des études récentes, on sait que l'oncologie des organes urinaires s'est encore accrue au cours des 30 dernières années et que le carcinome de la prostate s'est hissé au troisième rang des maladies oncologiques.

En Russie, le cancer de la prostate représente 3 à 5% de tous les cancers du bassin chez les hommes, cancer des testicules compris.

Cancer de la prostate chez les hommes symptômes, traitement

La prostate est située à l'intérieur du système urogénital. C'est un organe musculo-glandulaire, semblable à la taille de la noix. Sous la vessie (à l'anus et à la base du pénis), comme un bracelet, il recouvre l'urètre dans la zone initiale: la partie initiale de l'urètre ou de l'urètre, à travers laquelle le corps élimine l'urine et le sperme.

La prostate est responsable de la production de liquide séminal et du maintien de ses fonctions vitales. La fonction de reproduction dépend de l'éjaculation, à laquelle participe directement la prostate. La prostate sécrète une substance qui fait partie du sperme afin de maintenir l'activité du sperme.

Le processus pathologique interne du cancer de la prostate aux premiers stades passe inaperçu. Par conséquent, les plaintes des patients apparaissent lorsqu'une tumeur maligne de la prostate grossit et commence à se métastaser. Les patients ne peuvent pas reconnaître les principaux symptômes du fait que la tumeur maligne de la prostate se développe dans sa capsule et qu'elle est éloignée de l'urètre.

En outre, un adénocarcinome de la prostate peut se dissimuler derrière les manifestations de l'hyperplasie bénigne - une prostate hypertrophiée adjacente à l'urètre. L'hyperplasie affecte également la miction, tout comme le cancer, bloquant l'écoulement de l'urine, la rendant faible et provoquant des envies fréquentes.

Le cancer dépasse la capsule de la prostate et, le long des fibres nerveuses, atteint le lit lymphatique, affecte les os et métastase aux ganglions lymphatiques et aux organes distants.

Causes du cancer de la prostate

La science n'a pas encore été en mesure de nommer les causes spécifiques du cancer de la prostate chez les hommes. Les médecins ne peuvent que mettre en garde contre les facteurs de risque de l'oncologie: âge, hérédité, tabagisme et alimentation déséquilibrée et de mauvaise qualité, environnement et conditions de vie médiocres. Le cadmium affecte le corps lorsque vous travaillez sur des machines à souder, avec du caoutchouc ou dans un atelier d'impression.

En cas de suspicion de cancer de la prostate, il faut en rechercher les causes dans les maladies du système urogénital (adénome de la prostate) qui l'accompagnent, lors de l'apparition d'un cancer secondaire par métastase, par exemple du foie. On sait que le cancer de la prostate et l’alcool sont interdépendants. Les hommes qui boivent développent une cirrhose et un cancer du foie, ce qui augmente le risque de cancer des organes pelviens.

Des études menées par des scientifiques suédois ont montré que le médicament Dutasterid est à l'origine du cancer de la prostate, à l'instar du finastéride, publié dans le FDA (Service fédéral de contrôle de la qualité des aliments et des médicaments).

C'est important! Ces médicaments traitent l'hyperplasie bénigne et la calvitie. Par contre, ils augmentent le risque de développer une tumeur agressive de la prostate. Dangereux envisager la posologie de 1-5 mg avec la prise quotidienne de médicaments à long terme. Chez les hommes âgés de plus de 50 ans, l'apparition d'un cancer particulièrement agressif est possible.

Information! L'American National Cancer Institute a mené des études cliniques et a révélé qu'Avodart (Dutastérid) inhibait le développement du cancer du pancréas à un stade précoce. De ce fait, le traitement agressif appliqué est réduit, mais des effets secondaires apparaissent: augmentation du nombre de glandes mammaires et augmentation du dysfonctionnement sexuel chez l'homme.

On voit que les informations de recherche des scientifiques suédois et américains sont quelque peu différentes. Le service fédéral de la FDA a récemment annoncé que les inhibiteurs de la 5-alpha réductase dans le traitement du cancer de la prostate étaient plus susceptibles de conduire à un cancer de la prostate de haut grade. Les scientifiques en urologie de la Caroline du Nord suggèrent que le traitement ne sera probablement pas médical ou invasif. L'avenir réside dans la thérapie à haute température qui élimine les symptômes du cancer de la prostate.

Symptômes du cancer de la prostate chez l'homme

Les signes de cancer de la prostate chez les hommes commencent par une miction inconfortable: envies fréquentes, sensation de brûlure, vidange incomplète de la vessie. Les signes de cancer de la prostate chez l'homme sont similaires à ceux d'un grossissement bénin de la prostate (avec adénome). Ne comptez pas sur cela, mais passez un examen approfondi afin de ne pas manquer le temps d'un traitement précoce.

Les symptômes du cancer de la prostate chez les hommes peuvent indiquer:

  • difficulté à uriner;
  • jet faible sans pression, interrompu pendant la miction;
  • aller aux toilettes toutes les demi-heures, surtout la nuit, ce qui nuit à la psyché;
  • température élevée dans le cancer de la prostate;
  • sensation de douleur dans les organes génitaux pendant la miction.

Aux stades ultérieurs, les symptômes et les signes du cancer de la prostate sont indiqués: incontinence urinaire, dysfonction érectile, douleur autour du pubis, sang dans les urines et sperme (géospermie).

Avec la croissance tumorale et la métastase, les symptômes du cancer de la prostate indiquent:

  • douleur dans la région lombaire et les os;
  • lymphostase - gonflement des jambes;
  • manque d'appétit, des nausées et des vomissements, ce qui entraîne une perte de poids.

Les symptômes tardifs comprennent des affections associées à un empoisonnement du sang et à la rupture des vaisseaux sanguins.

Les changements pathologiques dans le cancer de la prostate durent lentement - 15-20 ans. Le cancer est sujet aux métastases des ganglions lymphatiques, du bassin, des cuisses, du foie, de la colonne vertébrale, des glandes surrénales et d'autres organes. Si le traitement est effectué avant l'apparition des métastases, il peut être guéri sans entraîner de conséquences graves pour le corps de l'homme.

Diagnostic du cancer de la prostate

Le diagnostic du cancer de la prostate chez l'homme est réalisé en fonction des symptômes et des stades. Le diagnostic rectal du cancer de la prostate est effectué et un test sanguin pour l'antigène spécifique de la prostate ou le PSA est examiné. Une substance spéciale est détectée dans le sang produit par les cellules de la prostate. En d'autres termes, le test de dépistage du cancer de la prostate par PSA est un marqueur du cancer.

Méthode du doigt

Méthode de diagnostic médical

Le diagnostic du cancer de la prostate à l'aide de la palpation est réalisé comme suit: par le rectum, le médecin sonde le tissu de la prostate avec son doigt. En même temps, des sensations douloureuses et inconfortables sont détectées. Des écarts dans la consistance des sécrétions sont détectés.

S'il y a une petite tumeur, elle peut ne pas être palpable ou être hors de portée des doigts. Ensuite, un antigène spécifique de la prostate (PSA) est effectué pour le cancer de la prostate. Le test de l'APS est presque le seul moyen de détecter le cancer de la prostate en l'absence de symptômes, ce qui explique pourquoi l'APS revêt une grande importance dans le cancer de la prostate.

Quand PSA

Indications pour PSA:

  • la présence d'une tumeur présumée après un examen des doigts ou une échographie;
  • surveillance active du cancer de la prostate pour déterminer l'état du patient après le traitement;
  • identification de l'efficacité du traitement.

Le PSA pour le cancer de la prostate est effectué tous les 3 à 4 mois après le traitement antitumoral radical. Un examen préventif est réalisé chez les hommes de plus de 40 ans et révèle la dynamique du PSA après le retrait du cancer de la prostate.

Commun pour tous les âges, les valeurs normales de PSA devraient être -0-4,0 ng / ml. Si les hommes de 40 ans et plus, les indicateurs de PSA dépassent 2,5 ng / ml, 50 ans - 3,5 ng / ml, cela peut alors être associé à des maladies telles que la prostatite ou l'hyperplasie bénigne de la prostate (adénome).

Le PSA augmente temporairement pendant l'action mécanique sur la prostate: massage de la prostate, biopsie, cystoscopie, ainsi que pendant la miction, cathétérisme de la vessie.

Le PSA pour le cancer de la prostate peut atteindre 10 ng / ml.
Confirme le développement possible du taux de croissance du PSA tumoral dans le cancer de la prostate - 0,75 ng / ml ou plus par an.

La taille de la prostate est prise en compte avant de déterminer le cancer de la prostate en fonction du taux de PSA. Auparavant, on pensait qu'une glande plus grosse avait un PSA plus élevé. Mais cela s'est avéré être une idée fausse. En pratique, à une faible concentration de PSA, une tumeur d'oncotomie peut se développer.

Dans le sang, le contenu de PSA est observé sous forme liée et sous forme libre. Si l'antigène libre dans le sang est faible et qu'il augmente, cela est associé au développement d'un cancer.

Voici comment le cancer de la prostate se manifeste chez l'homme en pourcentage de PSA libre et dans le sérum:

Intoxication par le cancer

L'intoxication par le cancer est une affection pathologique causée par un processus oncologique courant et par la désintégration d'une tumeur maligne. Il se produit dans les derniers stades du cancer. Peut être déclenché par une thérapie anticancéreuse active. Elle se manifeste par une faiblesse, une fatigue, une peau pâle, des muqueuses sèches, des nausées, des vomissements, une perte de poids et un appétit, une transpiration, une hyperthermie, des douleurs osseuses et articulaires, des troubles du sommeil, des troubles mentaux, une anémie et une diminution de l'immunité. Le diagnostic est établi sur la base de l'anamnèse, des symptômes cliniques, des résultats de tests et d'études instrumentales. Traitement symptomatique.

Intoxication par le cancer

L'intoxication par le cancer est un complexe de troubles qui surviennent chez les patients atteints d'un cancer après avoir empoisonné le corps avec les produits de décomposition d'une tumeur maligne. Détecté principalement aux stades terminaux de la maladie, il est considéré comme l'une des principales causes de décès des patients. De plus, on observe souvent une intoxication cancéreuse au cours de la chimiothérapie, conséquence naturelle d'un traitement anticancéreux actif, entraînant la destruction de la tumeur.

L’intoxication par le cancer peut provoquer des atteintes à divers organes et systèmes, notamment insuffisance rénale et hépatique, sepsie et autres complications infectieuses graves. Il est donc important de sélectionner avec soin les dosages et les types de médicaments, en tenant compte de l’état général du patient et de la présence de certains antécédents chroniques. les maladies. Le traitement est effectué par des spécialistes dans le domaine de l'oncologie.

Causes de la toxicité du cancer

L'une des caractéristiques distinctives d'une tumeur maligne est sa capacité de croissance rapide et incontrôlée. En règle générale, le taux de croissance des vaisseaux sanguins qui alimentent le néoplasme en sang est inférieur au taux de croissance du tissu tumoral. Les cellules malignes résistent suffisamment à l'hypoxie et peuvent exister pendant un certain temps en cas de manque de sang, mais elles meurent tôt ou tard. Habituellement, ce processus est observé dans les tumeurs d'une taille suffisamment grande. La mort cellulaire massive provoque la désintégration d'un néoplasme et provoque une intoxication par le cancer.

Une grande quantité de produits de dégradation pénètre dans le corps, ce qui provoque des troubles de tous les types de métabolisme et une perturbation de l'activité de divers organes et systèmes. L'intoxication par le cancer entraîne une augmentation du taux d'urée. Les cristaux d'urée se déposent dans les tubules rénaux, provoquant le développement d'une insuffisance rénale, ce qui aggrave encore les troubles métaboliques. En raison de l'augmentation de la quantité de phosphates, une déficience en ions calcium se produit, entraînant un dysfonctionnement du système nerveux. L'augmentation des niveaux de calcium affecte négativement le fonctionnement du cœur. Chez les patients présentant une intoxication par le cancer, des arythmies surviennent et, dans les cas graves, un arrêt cardiaque peut survenir. Une augmentation du nombre de radicaux libres stimule la dégradation des globules rouges et le développement de l'anémie.

Les manifestations d'intoxication par le cancer sont très variables. La formation du tableau clinique dépend de la gravité de l’état du patient, du taux de destruction du néoplasme, de la quantité de substances toxiques introduites dans le circuit principal, de la localisation et du déroulement du processus oncologique, de l’ampleur de l’intervention chirurgicale, de la perte de sang (survenant pendant l’opération et la période postopératoire). désintégration de la tumeur), l’ajout de complications inflammatoires, la dose de chimiothérapie et d’autres facteurs.

Symptômes d'intoxication par le cancer

Les signes les plus persistants d’intoxication par le cancer sont une faiblesse progressive et une fatigue sans cause. Des modifications caractéristiques de l'apparence sont observées: perte de poids corporel (dans les cas graves, jusqu'à la cachexie), un teint pâle, jaunâtre ou jaunâtre, une peau sèche et des muqueuses. Cyanose possible des extrémités distales. Chez les patients présentant une insuffisance hépatique, une sclérotique ictérique est détectée. Les patients atteints d'intoxication par le cancer se plaignent d'une transpiration accrue. En règle générale, la transpiration est plus prononcée la nuit.

Au cours de l'enquête, le médecin a établi qu'une perte de poids importante s'était produite pendant une courte période et était accompagnée de troubles de l'appétit: aversion pour les aliments (en particulier pour les produits carnés), altération du goût, etc. De plus, lors d'une intoxication par un cancer, une dyspepsie est observée: nausée, vomissements et troubles des selles. Constipation, diarrhée ou alternance de constipation et de diarrhée sont possibles. Il y a une augmentation à long terme de la température jusqu'à des valeurs subfébriles (pour certaines maladies - fébriles). Il y a des douleurs dans les os et les articulations.

Les patients présentant une intoxication par le cancer peuvent signaler des migraines périodiques et des accès de vertige. Interroger les patients et leurs proches vous permet d'identifier les changements d'état mental et émotionnel. L'apathie, l'irritabilité et la labilité émotionnelle peuvent survenir. L'intoxication par le cancer s'accompagne souvent de troubles dépressifs. Des troubles du sommeil sont possibles: insomnie, sommeil superficiel, difficulté à s'endormir, nuit et réveils matinaux. Des troubles du rythme cardiaque sont souvent constatés. En cas d’intoxication par le cancer, il existe une forte probabilité de thrombose et une tendance à la survenue de complications infectieuses. Les analyses de sang montrent des signes d'anémie (généralement normochromique légère).

Diagnostic d'intoxication par le cancer

Le diagnostic est établi en tenant compte de l'anamnèse, des plaintes, des données d'un examen objectif et des résultats d'études supplémentaires. L'identification de la pathologie sous-jacente joue un rôle crucial dans la détermination de la cause de l'intoxication par le cancer. Avec un tableau clinique caractéristique et l'absence d'un diagnostic établi de cancer, les patients soupçonnés d'intoxication par le cancer doivent subir un examen complet comprenant des analyses de sang et d'urine en général, un test sanguin biochimique, un test sanguin pour les marqueurs tumoraux, une radiographie pulmonaire, une scintigraphie du squelette, une échographie abdominale, Échographie pelvienne, examen pelvien et autres études. Le plan d'arpentage est déterminé individuellement.

Un cancer déjà diagnostiqué nécessite une évaluation de la sévérité de l'intoxication par le cancer afin de déterminer la tactique de traitement (élaboration d'un plan de chimiothérapie, décision de chirurgie, choix de médicaments symptomatiques, etc.). Pour évaluer la gravité de l'intoxication par le cancer, des numérations globulaires standard sont utilisées: niveau d'urée, de créatinine et de protéine C-réactive, réponse réactive des neutrophiles, indice d'intoxication leucocytaire, etc. Outre les indicateurs ci-dessus, des données sur l'état de divers organes et systèmes d'un patient présentant un intoxication par le cancer peuvent être nécessaires. obtenus lors de l’ECG, des analyses d’urine, des analyses de sang pour détecter les hormones et d’autres études.

Traitement de l'intoxication du cancer

Le traitement symptomatique comprend des mesures de détoxification, l'élimination ou l'atténuation des manifestations cliniques et la correction des troubles de l'activité de divers organes et systèmes. L'entérosorption, l'hémosorption et la sorption d'application sont effectuées. Les patients ont libéré des sorbants pour administration orale. Pour l’intoxication grave par le cancer, on utilise l’hémodialyse ou la plasmaphérèse. En présence de plaies ouvertes dans la région de l'effondrement de la tumeur, des bandages sont réalisés avec des sorbants à action locale.

Lorsqu’ils vomissent, on prescrit des médicaments antiémétiques (dompéridone, métoclopramide), des médicaments pour la constipation, des laxatifs oraux et des suppositoires rectaux (macrogol, préparations à base de foin, bisacodyl, huile de ricin, etc.). Pour l'anémie, les préparations à base de fer sont utilisées par voie orale et parentérale, l'érythropoïétine est utilisée. Le choix des médicaments pour l'intoxication par le cancer, accompagné de troubles mentaux, dépend du type et de la gravité du trouble. Lorsque la labilité émotionnelle prescrit des sédatifs légers, avec des troubles du sommeil - somnifères, avec dépression - des tranquillisants et des antidépresseurs.

Le pronostic est déterminé par les causes d'intoxication par le cancer, la gravité du processus sous-jacent, l'âge et l'état général du patient, la présence et la gravité de la pathologie somatique concomitante. Les conditions résultant de l'effondrement de grosses tumeurs communes aux stades avancés de la maladie sont défavorables au pronostic. Les patients atteints d'une intoxication par le cancer meurent des suites d'un saignement, de troubles des organes touchés par la tumeur primitive ou de métastases hématogènes, ainsi que d'épuisement, de complications infectieuses, d'insuffisance rénale, de thrombose, de troubles cardiaques ou de multiples organes provoqués par des troubles métaboliques et un affaiblissement du corps. En cas d'intoxication au cancer résultant d'une chimiothérapie, le pronostic peut être favorable. Lors de la prise de médicaments de chimiothérapie, il s'agit d'une condition temporaire faisant partie du processus de traitement.