Principal
Raisons

Tout sur la castration chirurgicale pour le cancer de la prostate

La castration chirurgicale ou l'ablation des testicules est l'une des méthodes de traitement chirurgical du cancer de la prostate chez l'homme, qui est utilisée à un certain stade de la maladie.

Qu'est-ce qui est réalisé par l'opération?

La mortalité par cancer de la prostate occupe toujours une position de leader. Si la maladie est détectée au stade initial, la probabilité de guérison a un pourcentage très élevé, mais si nous parlons de stades avancés, les procédures visant à supprimer la production de testostérone aident à ralentir la propagation des cellules malignes.

La formation maligne de la prostate résulte de troubles hormonaux chez l’homme. À savoir, une augmentation de la testostérone dans le sang conduit au développement de cette maladie. Cette hormone en quantité normale stimule la croissance de la prostate, et lorsqu'elle est excessive, elle favorise le développement de cellules malignes. Il a été prouvé que plus de 90% des tumeurs de la prostate sont sensibles aux hormones. Par conséquent, en les privant de nourriture, nous luttons contre la maladie.

La production de testostérone se produisant dans les testicules, une diminution rapide de leur productivité est donc l’un des moyens de traiter le cancer de la prostate. L'ablation chirurgicale des testicules chez l'homme (orchidectomie) aide à arrêter la production d'une hormone qui stimule la croissance des cellules malignes de 95%.

L'efficacité de cette méthode de traitement a été prouvée par de nombreuses études. Si l’on prend en compte les données statistiques, l’utilisation de la méthode du médicament pour le traitement du cancer de la prostate peut prolonger la vie du patient à 6,5 ans, et l’orchidectomie augmente ce chiffre à 7,5. Ces résultats ont été publiés dans le journal de l'Institut national du cancer. Il convient de noter que la chirurgie à un coût sera beaucoup moins chère, ce qui est également important.

0 tâche sur 7 terminée

  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7

Le diagnostic d'hyperplasie de la prostate fait peur à beaucoup d'hommes chez qui on a diagnostiqué cette affection. Les patients l'assimilent souvent à une tumeur maligne. La maladie cause beaucoup d'inconvénients, il y a violation du processus de miction - jusqu'à l'absence complète d'urine. La maladie nécessite un traitement rapide. Par conséquent, la détection de l'hyperplasie aux premiers stades aidera à éviter le développement de complications graves.

Le diagnostic initial d'hyperplasie bénigne de la prostate peut être effectué à domicile. Un homme suffit pour se faire tester.

Certains représentants de la forte moitié de l'humanité chez qui on a diagnostiqué l'HBP ne font pas attention à la maladie, considérant qu'il s'agit de changements liés à l'âge. Mais cette pathologie est lourde de complications. Pour les hommes qui ont des doutes sur leur état de santé, l'autodiagnostic de l'HBP sera une bonne option pour dissiper tous les doutes.

Vous avez déjà réussi le test auparavant. Vous ne pouvez pas l'exécuter à nouveau.

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour commencer un test.

Vous devez compléter les tests suivants pour commencer ceci:

Prostate saine

Forum sur le diagnostic, le traitement et la prévention de la prostatite

  • Forum sur les maladies de la prostate ‹Traitement de la prostatite‹ Traitement par des méthodes traditionnelles
  • Changer la taille de la police
  • Version imprimée
  • FAQ
  • Inscription
  • Se connecter

Avez-vous besoin de castration pour le cancer de la prostate?

Avez-vous besoin de castration pour le cancer de la prostate?

Vasya Pupkin "12 mai 2014, 19:02

Re: Avez-vous besoin de la castration pour le cancer de la prostate?

Alexsei4 »12 mai 2014, 20:25

Re: Avez-vous besoin de la castration pour le cancer de la prostate?

Claudia Zhukova ”13 mai 2014, 11:21

Re: Avez-vous besoin de la castration pour le cancer de la prostate?

Valeria "14 mai 2014, 5:06

Re: Avez-vous besoin de la castration pour le cancer de la prostate?

Alexsei4 »15 mai 2014, 12:40

Re: Avez-vous besoin de la castration pour le cancer de la prostate?

Vadim ”16 mai 2014, 14:56

Re: Avez-vous besoin de la castration pour le cancer de la prostate?

Anya_Ann »30 juil. 2014 à 14h40

Re: Avez-vous besoin de la castration pour le cancer de la prostate?

LeTa »Août 28 2014, 02:42

Re: Avez-vous besoin de la castration pour le cancer de la prostate?

Puma »21 septembre 2014, 15:31

Re: Avez-vous besoin de la castration pour le cancer de la prostate?

Ammy »22 septembre 2014, 18h02

  • Sujets apparentés Réponses Vus Dernier message
  • La recette pour le traitement de la peau de l'adénome de la prostate [dans cette fenêtre]
    Éléphant dans le forum Traitement des remèdes populaires 9 17408 JuliaC: Objet: Recette pour le traitement de l'adénome
    [dans cette fenêtre] 17 janvier 2015 à 14h08
  • Qui a effectué le traitement des graines de citrouille adénome de la prostate? [Dans cette fenêtre]
    KRUTOY_BAKINECH sur le forum Traitement des remèdes populaires 9 6019 Svetlana: Re: Qui a conduit le traitement d'Adena?
    [dans cette fenêtre] 20 juin 2015, 12:13
  • Cancer de la prostate 4ème stade - une note d'un scientifique d'expérience personnelle [dans cette fenêtre]
    1, 2Vyacheslav Rodionov dans le forum Votre expérience 12 10613 OliverHant: Re: Cancer de la prostate 4ème étape-
    [dans cette fenêtre] 06 mars 2018, 12:13
  • Traitement efficace du cancer de la prostate en Israël [dans cette fenêtre]
    Grand-père Mazai dans le forum Petites annonces, publicité 0 234 Grand-père Mazai [dans cette fenêtre]
    12 janvier 2018 00:39
  • Quel est le taux élevé de chiens avec adénome de la prostate? [Dans cette fenêtre]
    1, 2Pus-Pus dans le forum Symptômes, causes, diagnostic 12 15225 Vyacheslav Rodionov: Objet: Le taux élevé de
    [dans cette fenêtre] 13 juin 2016 à 22h30
  • Quelqu'un a-t-il un appareil de massage électrique de la prostate? [Dans cette fenêtre]
    1, 2 Vasya Pupkin dans le forum Appareils 15 14677 BiancaMachuca: Re: Quelqu'un a une électr
    [dans cette fenêtre] 21 mars 2018, 18:21
  • Les maladies de la prostate peuvent-elles causer l'infertilité [dans cette fenêtre]
    1, 2Aleksey dans le forum Traitement avec des méthodes traditionnelles 13 5553 almat: Re: La maladie peut-elle simplement
    [dans cette fenêtre] 12 mai 2016 02:01
  • Recettes pour le traitement du cancer de la pruche de la pruche [dans cette fenêtre]
    1, 2Eléphant dans le forum Traitement avec des remèdes populaires 11 5235 AndrePoomy: Torrents Vérifiés à Ange
    [dans cette fenêtre] 30 mai 2018, 05:50
  • Combien vivent avec un cancer de la prostate [dans cette fenêtre]
    1, 2 Michael dans le forum Votre expérience 16 17308 Marinin: Re: Combien de personnes vivent avec un cancer?
    [dans cette fenêtre] 16 mai 2018, 12:01
  • La proportion moyenne de la prostate où être? [Dans cette fenêtre]
    Garik dans le forum Traitement avec les méthodes traditionnelles 5 3817 valeria: Re: La proportion moyenne de la prostate où
    [dans cette fenêtre] 11 août 2014, 13:39

Qui est maintenant à la conférence

Vous parcourez actuellement ce forum: aucun utilisateur enregistré et invité: 1

Castration et ses conséquences.

Membre depuis: 17/11/2012 Messages: 12

Castration et ses conséquences.

En 2010, la vallée de la prostate avec cancer, tumeur 3. + 4 = 7, le chien a ensuite augmenté l'irradiation. En 2016, une opération chirurgicale a été pratiquée pour retirer le mari. testicules, pour abaisser le taux de testostérone et le chien, actuellement chien de 0,180 sur 2,560, mais il y avait des marées fréquentes et abondantes qui dérangent et dérangent la vie, comment réduire leur fréquence,

Inscription: le 10/7/2016 Messages: 3 114

Cela dépend peut-être du corps ou de l'âge.

Inscription: le 10/7/2016 Messages: 3 114

Je me souviens qu'après la castration chirurgicale, un autre «effet secondaire» est apparu: le père a commencé à prendre du poids, il a tout plaisanté: «L'haltérophilie est comme un porc! A eu le temps de surveiller la glycémie, il était normal. Cependant, après une nouvelle augmentation du poids de PSA, il a légèrement diminué.

Membre depuis: 17/11/2012 Messages: 12

Merci, Yuri N., pour la réponse, mais j’ai apparemment une situation légèrement différente que PSA n’a pas créée au bout d’un certain temps et qui s’est développée sans heurts. Ils ont enlevé les testicules complètement et maintenant, toutes les heures et demie plus tard, cela me donne la fièvre. dans les 6 minutes, je me lève jour et nuit, en général, une telle absurdité, le malaise est terriblement désagréable.

Inscription: le 10/7/2016 Messages: 3 114

Eh bien, oui, oui, chaque situation est différente, nous avons réduit le PSA de 6300 (!) À 60. Nous avons ensuite procédé à la castration + thérapie anti-androgène et le PSA a diminué à 9,0 (norme 4.4), en dessous de - rien. Maintenant, avec une augmentation du PSA à 201, le taux mensuel d'œstrogènes de Sinistrol 2% a réduit le PSA à 145. Mais il n'y a pas de marée particulière, le père ne se plaint pas. c’est peut-être un facteur d’âge, quel âge avez-vous, père 77, peut-être qu’à un âge plus avancé, les conséquences sont plus légères.

Membre depuis: 17/11/2012 Messages: 12

Bonjour Yuri N. Oui. L'âge joue son rôle. Je te regarde. J'étais un grand chien, mais mon traitement est différent, j'ai 62 ans. Avant l'opération, mon chien avait 32,3 ans puis 0,013 ans, puis la chimie, Zoladex 3,62, rien à redire c'était la miction, comme avant, mais le chien a grandi. J'ai recommandé la castration à Balashikha. Je l'ai dépensé, le chien est normal, mais la conséquence est la suivante. Eh bien, que verrons-nous ensuite? Sergey.

La castration chirurgicale pour le cancer de la prostate est beaucoup plus sûre que les médicaments

Le traitement antiandrogénique est l’un des principaux traitements du cancer de la prostate métastatique. La castration médicale est généralement utilisée et la chirurgie est rarement utilisée en raison de graves problèmes psychologiques et des complications possibles associées à l'opération.

Un groupe de scientifiques de plusieurs instituts de recherche américains a découvert que l'orchidectomie, l'ablation chirurgicale des testicules, entraînait beaucoup moins d'effets secondaires que la castration chimique avec des agonistes de la gonadotrophine.

Une équipe de recherche de l'Université Stanford (Université Stanford) dirigée par Nigam Shah a découvert que la prise de médicaments souvent prescrits pour le traitement du cancer de la prostate est associée à un risque accru de développer la maladie d'Alzheimer.

Un traitement antiandrogène souvent prescrit entraîne de nombreux effets secondaires graves: bouffées de chaleur, diminution de la libido, fatigue accrue et risque accru de fractures, de diabète et de maladies cardiovasculaires.

Les auteurs, dirigés par Maxine Sun (Maxine Sun), ont analysé les données relatives à 3 295 hommes atteints d'un cancer de la prostate métastatique, recueillies de 1995 à 2009. 87% d'entre eux ont subi une castration chimique et 13% ont subi une procédure d'orchidectomie. Le taux de survie à trois ans était de 46% chez les patients recevant des hormones et de 39% après la castration chirurgicale.

Bien que les hommes sous traitement hormonal aient vécu plus longtemps, la probabilité de développer des fractures a été augmentée de 80%, le risque de problèmes circulatoires de 50%, les problèmes cardiaques et le diabète de 69% et de 88% plus souvent, respectivement.

Le traitement chimique est effectué.

Questions à l'urologue: Le père a le cancer de la prostate au stade 3, les médecins disent qu'il n'y a pas de métastases PSA 219, est-ce possible?

Patient: Bonjour! Le taux de PSA est très élevé, les métastases surviennent généralement, mais il y a des cas où elles ne sont pas en 3 étapes. Besoin d'un diagnostic minutieux.

Urologue: En ce qui concerne la castration, deux options peuvent être proposées: la castration opératoire (chirurgicale) (son efficacité est comparable à la castration du médicament avec des antagonistes de la GnRH, mais l'opération est irréversible et affecte négativement l'humeur du patient. La majorité des patients choisissent donc, le cas échéant, des possibilités financières castration).

Patient: Quelle est la différence entre la castration médicale et la castration chirurgicale? Les résultats sont-ils les mêmes? Préserver la fonction érectile n'est pas si important.

Urologue: l'âge de ton père?

Urologue: La castration médicale fait référence à l'introduction dans le corps de médicaments spéciaux, ce qui entraîne une forte diminution du contenu en hormones sexuelles mâles et, par conséquent, en une impuissance chez l'homme. La castration chirurgicale et médicale a un effet secondaire commun - le manque d'érection. Mais contrairement à la chirurgie, la castration médicale est réversible.

Patient: La castration chirurgicale est-elle plus efficace? Quel niveau de PSA devrait être après la castration chirurgicale? Nous nous penchons vers la castration chirurgicale.

Urologue: Il s'agit d'une opération, mais elle est associée au réarrangement hormonal du corps masculin. Pendant l'opération, les testicules sont prélevés, où plus de 90% des androgènes sont produits. Le retrait des testicules réduit la concentration d'hormones mâles dans le sang, ce qui entraîne un arrêt de la croissance de la tumeur, qui la contracte. L'opération est réalisée en ambulatoire et, afin d'obtenir un effet cosmétique satisfaisant, des implants artificiels sont placés sur le site des testicules prélevés. L'opération est plus facile et constitue un moyen moins coûteux de réduire le niveau d'androgènes dans le sang.

Patient: La castration chirurgicale est-elle plus efficace? Quel niveau de PSA devrait être après la castration chirurgicale? Nous nous orientons vers la cassation chirurgicale. En tant que médicament prescrit kosadeks, qu’il soit efficace

Urologue: Habituellement, avec les tumeurs hormono-actives, la castration chirurgicale est assez efficace. Le résultat dépend de nombreux facteurs.

Patient: Peut-être qu'une sorte de médicament est plus efficace.

Urologue: le cancer localement avancé de la prostate (sans métastases) tend à améliorer l'espérance de vie sans signes de progression de la maladie chez les groupes de patients prenant Casodex 150 mg en traitement immédiat ou en traitement adjuvant par rapport au traitement standard (traitement chirurgical, radiothérapie). thérapie). Qu'il ne soit pas nécessaire de le remplacer, un traitement supplémentaire peut être prescrit après la castration.

Patient: Dites-moi, s'il vous plaît, quelle est l'espérance de vie approximative de ce diagnostic.

Urologue: Avec un traitement réussi, vous pouvez obtenir une rémission stable de 5 ans. En l'absence de métastases, le pronostic est positif.

Patient: merci beaucoup

Urologue: Le pronostic de la maladie dépend du stade du processus. Plus le traitement est précoce, plus la probabilité d'un résultat favorable est élevée. Dans les premiers stades du cancer de la prostate avec un traitement adéquat, le pronostic est conditionnellement favorable, la capacité de travail est entièrement rétablie. Aux stades avancés du cancer de la prostate, le pronostic est certainement défavorable, la maladie est fatale. Plus tôt vous commencez le traitement, plus vous avez de chances d'améliorer votre état. Tout le meilleur!

Hormonothérapie du cancer de la prostate: méthodes économes et irréversibles

Un fait intéressant a été révélé concernant le cancer de la prostate. Selon les résultats des autopsies effectuées chez des hommes âgés de plus de 50 ans qui ne sont pas décédés en oncologie, des zones de cancer non détectables dans la prostate ont été détectées dans 30% des cas.

Chez les hommes de plus de 80 ans, le cancer est présent dans 80% des cas. Beaucoup d'hommes meurent du cancer de la glande, mais encore plus de ceux qui ne sont pas au courant du développement de la pathologie.

À propos du corps

La prostate est composée de particules musculaires et glandulaires situées au bas de la vessie.

  • sécrétoire - production de sperme;
  • l'urine motrice est excrétée, le sperme est libéré pendant l'éjaculation;
  • barrière - empêche la pénétration des infections dans les voies urinaires.

À propos de la maladie

Sous l’influence de causes mal comprises, des cellules organiques se développent en cellules malignes. Une cause possible est considérée comme une surabondance de testostérone. La tumeur se développe lentement, ne vous laissant pas savoir. Les symptômes apparaissent dans les étapes finales. Tous les symptômes sont associés à des problèmes de miction. La pathologie peut être guérie ou suspendue.

Étapes de la maladie

L'oncologie de la prostate est classée en étapes:

  1. Il n'y a pas de manifestations cliniques, la maladie peut être détectée par hasard lors d'une étude morphologique.
  2. La symptomatologie est absente, avec un examen rectal peut être détecté noeud serré dans la glande.
  3. Il y a des problèmes de miction. Les métastases atteignent les organes voisins. Intoxication possible du corps avec les produits de l'activité vitale de la tumeur: perte de poids spectaculaire, faiblesse, pâleur.
  4. Le néoplasme atteint de grandes tailles, les métastases pénètrent dans des organes et des tissus distants, les patients ressentent une douleur aiguë dans les os.

A propos de la procédure

L'utilisation de la méthode hormonale dans le traitement de l'oncologie de la prostate consiste à éliminer les androgènes du corps. Les hormones sexuelles mâles sont produites par les ovaires. La testostérone est considérée comme la plus importante. Cela contribue au développement de la formation maligne. Parce que la plupart des tumeurs sont sensibles aux hormones.

Le traitement hormonal en soi ne guérit pas le cancer de la glande, il peut arrêter la croissance de la pathologie.

Les méthodes suivantes sont utilisées pour le traitement:

  • castration chirurgicale - est effectuée assez rapidement, mais psychologiquement, elle est difficilement tolérée par les hommes;
  • blocage de la testostérone;
  • castration de drogue.

Dans certains cas, tous ces types de traitement sont effectués de manière exhaustive.

Castration chirurgicale

En pratique, il a été prouvé que 90% des tumeurs malignes sont sensibles aux hormones, notamment à la testostérone. Il produit ses ovaires.

Aux stades avancés de la maladie, une prolongation de la vie est possible avec une diminution rapide de la performance des appendices. Pour cela, les ovaires sont enlevés chirurgicalement. La méthode s'appelle également orchidectomie.

Lorsque l'oncologie est trouvée dans la prostate, seule la castration chirurgicale est effectuée. Avec l'identification des métastases, un traitement supplémentaire sera nécessaire. Pour être retiré un ou deux ovaires, en fonction du stade de la maladie.

Cet article répertorie le régime alimentaire après la chirurgie pour éliminer l'adénome de la prostate.

  1. Stade préparatoire Des études de laboratoire sont effectuées 8 heures avant l'intervention, le patient doit cesser de prendre des aliments et des liquides.
  2. Effectuer la procédure. L'anesthésie est administrée au patient (local, épidural), le chirurgien fait une incision dans le scrotum de 5 cm, le testicule avec le cordon spermatique est retiré. Le médecin peut sauvegarder l'enveloppe protéique de l'appendice pour un effet cosmétique. L'opération prend environ 20 minutes.
  3. La période postopératoire. Le patient s'éloigne de l'action de l'anesthésie et peut quitter l'établissement médical. Peut-être la nomination de médicaments hormonaux pour bloquer complètement la production d'hormones mâles.

L'efficacité de la méthode a été prouvée par des études à long terme. La durée de vie des patients après la castration chirurgicale est prolongée de 7,5 ans en moyenne.

Blocage de l'effet de la testostérone sur les cellules cancéreuses

Un tel traitement sous sa forme pure est rarement utilisé. Les médicaments qui bloquent l'effet des androgènes sont utilisés si l'effet de la castration médicale ou chirurgicale est réduit. En raison de leurs effets sur les hormones mâles, ils sont appelés antiandrogènes.

Drogues utilisées en Russie:

  • Flutamide - le médicament appartient à l'antitumor, antiandrogennymi. Il interfère avec l'action de la testostérone au niveau cellulaire. Il est appliqué à l'intérieur sous forme de comprimés.
  • Bicalutamide - agit comme le Flutamide. Est pris par voie orale sous forme de poudre cristalline.
  • Le kétoconazole - initialement utilisé dans le traitement des infections fongiques, peut rapidement réduire la testostérone. Il est donc toujours utilisé pour le cancer de la prostate si les autres méthodes ne fonctionnent pas.

Neutralisation de la production de testostérone dans le corps

Certains médicaments réduisent la quantité d'hormones produites dans les ovaires. Parfois, la méthode s'appelle la castration pharmacologique. Les appendices restent dans le corps, mais sous l'action de médicaments, ils ne produisent pratiquement pas de testostérone et peuvent éventuellement diminuer de taille.

Les drogues sont injectées par voie sous-cutanée ou intramusculaire. À l'aide d'une seringue, un implant est placé sous la peau avec un médicament qui dure un certain temps, le plus souvent un mois. Le médicament doit être poursuivi tout au long de la vie.

Médicaments utilisés en Russie:

  • Eligard - un agent antitumoral est un analogue synthétique de l'hormone qui affecte la production de testostérone. Le niveau baisse au niveau requis dans 3-5 semaines. Injecté par voie sous-cutanée avec une seringue. La posologie est conçue pour prendre le médicament 1 fois par mois, 3 mois, 6 mois.
  • Zoladex est un analogue synthétique de l'hormone, injecté par voie sous-cutanée dans le péritoine. La posologie implique l'introduction d'une fois en 4 semaines, 12 semaines.
  • Diferelin-depot est un analogue synthétique de l'hormone qui inhibe la stéroïdogenèse chez les deux sexes. Il est utilisé pour traiter l'oncologie, ainsi que la puberté prématurée des filles et des garçons. Disponible en poudre, complet avec solvant. L'effet maximal est observé après 3 semaines. La durée du traitement est définie individuellement.
  • Degarelix est un antagoniste sélectif des hormones. Réduit la quantité de testostérone dans une plus grande mesure que lors de la castration chirurgicale, n'a pas pour effet de "flash". Introduit dans l'estomac, mais pas au même endroit. La dose initiale est divisée en 2 fois. Les doses suivantes sont beaucoup plus petites et nécessitent un apport mensuel.

Des indications

L'hormonothérapie est un type de traitement distinct, associé à d'autres méthodes.

Dans cet article, recommandations pour la prévention du cancer de la prostate chez les hommes âgés.

Un traitement aux hormones est prescrit dans le cas de:

  • rechute chez les patients qui ont essayé d'autres méthodes;
  • en présence de maladies concomitantes dans lesquelles des méthodes thérapeutiques plus agressives sont contre-indiquées;
  • dans les derniers stades du cancer de la prostate, au début de la métastase;
  • après une intervention chirurgicale pour améliorer l'efficacité du traitement - arrête la croissance d'éventuelles tumeurs secondaires;
  • avant la radiothérapie pour réduire le volume du corps et surveiller l'état de l'éducation;
  • afin de contrôler l'état de la tumeur;
  • avant la prostatectomie (prélèvement de l'organe en même temps que la pathologie);
  • si le patient refuse un autre traitement.

Avantages et inconvénients

La neutralisation de la production de testostérone présente de nombreux avantages par rapport à la castration chirurgicale. Le plus important est l'état psychologique du patient. Parfois, une tumeur peut ne pas être sensible aux hormones et le retrait des ovaires ne résout pas le problème. Avec la thérapie hormonale, le processus de castration pharmacologique est réversible.

L'inconvénient de la méthode est l'effet de "flash". Il se traduit par une brève et brève augmentation du taux de testostérone au début du traitement. Ensuite, l'indicateur diminue. Le patient peut développer une douleur osseuse. Les tumeurs secondaires de la colonne vertébrale dues à l'effet «flash» peuvent pincer la moelle épinière, provoquant des douleurs et une paralysie. Le professionnalisme du médecin peut éviter l'apparition d'un effet dangereux.

Lorsque vous prenez des médicaments antiandrogènes, vous devez surveiller la fonction hépatique tous les mois. Avec la manifestation de la jaunisse et l'absence de tumeurs secondaires dans l'organe, l'utilisation d'un médicament hormonal devrait être abolie.

Effets secondaires

La plupart des effets secondaires de divers médicaments hormonaux ne sont pas toujours satisfaits. Ils suggèrent rarement l'abolition de la poursuite du traitement. Le corps masculin tolère mieux l'hormonothérapie que la castration chirurgicale.

Les effets indésirables qu'un patient peut ressentir pendant le traitement avec des médicaments hormonaux:

  • élargissement des glandes mammaires;
  • masse musculaire réduite;
  • impuissance partielle ou complète;
  • des nausées;
  • le patient peut ressentir de la fièvre dans son corps, qui est brusquement remplacé par des frissons;
  • trouble du tractus gastro-intestinal;
  • le dépôt de graisse sous-cutanée;
  • troubles de la mémoire;
  • le risque de diabète et de thrombophlébite est en augmentation.

Prévisions

Dans le traitement de la pathologie de la prostate au stade 4, il n’améliore pas la qualité de la vie mais la prolonge autant que possible. Le patient pourra vivre entre 2 et 4 ans, et dans 7% des cas d’ici 10 ans.

En conclusion, nous recommandons de regarder une vidéo d'une conférence sur le traitement à l'aide de l'hormonothérapie:

Chirurgie d'orchidectomie pour cancer de la prostate

L'orchiectomie est le processus d'ablation chirurgicale des testicules chez les hommes atteints d'un cancer de la prostate. Cette procédure fait partie intégrante de la thérapie hormonale. Les médecins ont découvert une relation directe entre le développement de cellules cancéreuses et une augmentation du taux de testostérone, une hormone masculine. La procédure de castration peut réduire ce niveau et ralentir ainsi la progression d’une tumeur maligne.

Contenu de l'article

Indications pour la chirurgie

Une intervention chirurgicale sous forme de castration chirurgicale dans le cancer de la prostate est indiquée chez les patients urologiques chez lesquels on a diagnostiqué des tumeurs malignes dans les testicules. Cette méthode est utilisée lorsqu'il est impossible d'effectuer des injections quotidiennes ou des médicaments hormonaux oraux en raison d'une intolérance.

Indépendamment de la gravité du cancer de la prostate, cette opération peut considérablement améliorer la vie d'un homme et réduire la douleur. L'orchiectomie présente le pronostic le plus favorable aux stades initiaux I ou II, en présence d'une tumeur microscopique. Après le retrait des testicules, la croissance de la testostérone diminue et une inhibition (ralentissement) de la tumeur maligne se produit.

La castration chez les patients atteints d'un cancer de la prostate de stade III-IV est également réalisée pour réduire la croissance des cellules cancéreuses. Cependant, à ces stades, l'opération présente davantage d'obstacles et de difficultés, car la progression de la tumeur s'accompagne de la propagation de métastases qui se développent profondément dans les tissus et les organes.

La haute performance de l'orchidectomie a été prouvée dans de nombreuses études cliniques. Sur la base de données médicales, une telle intervention chirurgicale dans le développement de tumeurs malignes de la prostate permet de prolonger la vie des patients urologiques de 7 ans et de la pharmacothérapie de 6 ans.

Phase préparatoire

La chirurgie dans le traitement du cancer de la prostate est réalisée dans le but de:

  • identifier le stade de la maladie, la prévalence;
  • résection complète d'une tumeur maligne;
  • ablation de la tumeur dans des organes distants;
  • élimination des tissus résiduels affectés par la tumeur après chimiothérapie et orchidectomie.

La castration, comme toute intervention chirurgicale, est accompagnée d'une série de tests préliminaires et de procédures médicales. Afin de vérifier le diagnostic prévu, le médecin prescrit les examens suivants pour le patient urologique:

  1. Analyse générale du sang et de l'urine.
  2. Biochimie sanguine.
  3. Analyse de la présence de maladies infectieuses transmises sexuellement.
  4. Test VIH.
  5. ECG cardiaque pour une anesthésie correcte.
  6. TRUS (échographie transrectale) avec une biopsie simultanée.
  7. IRM
  8. Radiographie thoracique et, dans certains cas, PET-CT pour détecter des métastases dans des foyers d'os distants.
  9. Recherche sur la présence de marqueurs tumoraux.
  10. Test sanguin pour le taux de coagulation.

Les résultats de la recherche aident le médecin à déterminer l'état général du patient urologique, à identifier le stade de développement d'une tumeur maligne et à déterminer l'étendue de l'intervention chirurgicale. Si un spécialiste a des doutes, l'homme est envoyé pour des procédures d'examen supplémentaires chez les médecins d'une spécialité étroite: endocrinologue, cardiologue. L'orchiectomie est réalisée uniquement dans des conditions favorables après l'élimination de tous les facteurs pouvant entraver l'intervention.

Les médicaments pris par le patient avant l'opération peuvent entraîner des réactions indésirables graves et nuire au corps humain lors de la castration. Pour cette raison, le chirurgien doit connaître la liste complète des médicaments qu'il annule une semaine avant la date de l'opération. Ce temps est suffisant pour nettoyer le corps des effets toxiques des médicaments. Pour éviter les complications, les patients urologiques ne doivent ni manger ni boire de l'eau 8 à 9 heures avant l'opération.

Types et caractéristiques de l'orchidectomie

Il existe trois types d'orchidectomie chirurgicale: simple, sous-capsulaire et radicale (inguinale). Les deux premières opérations sont réalisées avec l'utilisation obligatoire d'une anesthésie locale ou épidurale. La durée de l'orchidectomie est d'environ une demi-heure. Le prélèvement inguinal des testicules est effectué strictement sous anesthésie générale, en obstruant la conscience du patient urologique, et cette procédure chirurgicale dure de 1 à 2 heures, selon l’ampleur de l’intervention.

Pourquoi effectuer le retrait des testicules chez les hommes atteints de cancer de la prostate

Le développement du processus de cancer dans la prostate se produit principalement chez les patients âgés. Le plus souvent, la tumeur est de type hormono-dépendant. Les hormones mâles (en particulier la testostérone), qui sont produites dans les testicules, sont des stimulants pour la croissance des cellules cancéreuses. Lorsque les testicules sont enlevés chez les hommes atteints du cancer de la prostate, la tumeur cesse presque toujours de se développer. L'orchiectomie sera le seul moyen d'éviter la plupart des effets hormonaux.

Pour la première fois, une telle opération a été réalisée en 1941. La castration chirurgicale pour le cancer de la prostate était le seul traitement. Dans la pratique médicale moderne, il est utilisé beaucoup moins fréquemment. La raison en est que de tels moments:

  1. La concentration de testostérone ne diminue que de 60%;
  2. Chez 30% des patients, la tumeur n'est pas dépendante des hormones et l'opération ne donnera aucun résultat.
  3. Comme le processus est irréversible, la plupart des patients choisissent un médicament.

Quelles situations nécessitent une intervention chirurgicale?

La castration pour cancer de la prostate a plusieurs indications. Ceux-ci comprennent:

  • L'inefficacité des médicaments hormonaux;
  • Ils peuvent être interdits chez certains patients en raison de maladies de fond spécifiques;
  • Le patient ne peut pas consommer les gomons et transférer l'injection quotidiennement;
  • Le traitement avec d'autres types de médicaments n'est pas disponible ou intolérable pour un patient présentant une tumeur de la prostate disséminée.

Certains hommes réagissent fortement à des méthodes de traitement similaires et ne veulent pas passer sous le couteau. Une autre méthode est possible pour eux - la castration avec des médicaments. La quantité de testostérone dans le corps diminue après quelques semaines. Le processus dépend entièrement de si le patient prend le médicament ou non. S'il ne le fait pas, la quantité d'hormone se stabilise.

Orchidectomie: Avantages et inconvénients

Chaque patient est confronté à la tâche de peser tous les facteurs et de prendre la décision finale: "effectuer ou non une opération pour retirer les testicules du cancer de la prostate." Les avantages importants de l'intervention seront:

  • La production de testostérone, qui catalyse les processus du cancer, est réduite;
  • Le développement des cellules cancéreuses est inhibé ou même arrêté;
  • La vie d'un homme est prolongée;
  • Cette méthode de traitement présente des avantages en termes d'économie et d'efficacité.
  • Il n'y a pratiquement aucun risque de complications.

Mais une telle intervention présente plusieurs inconvénients. Ceux-ci comprennent principalement des problèmes de santé hormonaux et masculins:

  1. Stress intense;
  2. L’apparition de la ménopause masculine avec tous les symptômes;
  3. % de la masse musculaire est réduite, l'homme commence à prendre du poids en excès (car il y a peu de testostérone);
  4. L'impuissance se développe;
  5. Infertilité;
  6. L'ostéoporose;
  7. Diminution de la libido;
  8. Déséquilibre hormonal;
  9. Dépression et autres troubles psycho-émotionnels;
  10. Risque de diabète;
  11. Rarement: anémie, arthrosclérose, gynécomastie.
  12. La chirurgie à un stade avancé du cancer peut ne pas arrêter le processus.

Malgré la liste impressionnante de carences, la plupart des médecins continuent à pratiquer une orchidectomie, car elle minimise considérablement les conséquences graves du cancer de la prostate. Les préparations du spectre hormonal aident à corriger le niveau d'hormones et toutes les conséquences de ce déséquilibre.

Les cellules cancéreuses peuvent s'habituer au fait qu'il n'y a pas d'hormones et poursuivront leur développement. Les hommes qui ont déjà des métastases peuvent vivre de 3 à 5 ans. Si le cancer ne s'est pas propagé au-delà de la région pelvienne, les chances d'un pronostic positif sont bien meilleures. Seuls 41% des hommes atteints d'un cancer détecté au stade initial peuvent vivre plus de 10 ans (rémission soutenue).

En résumé, il est nettement préférable de retirer les testicules pour le cancer de la prostate. Même en tenant compte du risque de l'opération, les chances de récupération augmentent.

Procédure pour

Les médecins ne procéderont pas à l'opération s'il y a au moins une chance de préserver la fonction sexuelle masculine. Par conséquent, avant l'intervention, un certain nombre de mesures de diagnostic sont effectuées:

  • Biochimie de l'urine et du sang;
  • Le tissu affecté est loué pour la biopsie;
  • Échographie par l'anus;
  • Sang sur les marqueurs du cancer;
  • Rayon X des organes et des os du sternum (pour identifier d'éventuels foyers de cancer distants);
  • IRM ou tomodensitométrie;
  • Échographie du contenu du péritoine et du scrotum.

L'intervention peut être réalisée sous anesthésie totale ou locale, par introduction d'une solution de marcaïne à 0,5%. Plusieurs types de résection peuvent être effectués:

  • Radical. Une incision de 5 à 7 centimètres est pratiquée dans la région de l'aine. Les ganglions lymphatiques locaux sont coupés (parce que le cancer se propage souvent sur eux), une paire de cordon spermatique et les testicules eux-mêmes. Ensuite, le canal inguinal est réticulé et les sutures sont finalement appliquées.
  • Scrotal L'élimination des glandes sexuelles se fait par torsion. Le cordon spermatique tourne, après quoi tous les mêmes organes sont prélevés comme avec la méthode radicale. Cette méthode de résection est principalement utilisée dans les formes avancées de la maladie. Attention! Après l'opération, le patient ne peut pas aller au bain, au solarium et au sauna pendant environ un mois.

L'excision de tout type est faite environ dans la demi-heure. Chaque ligament supplémentaire est enlevé, ce qui abaisse le testicule.

Comment récupérer?

Habituellement, les hommes sont autorisés à rentrer chez eux le lendemain de la castration pour un cancer de la prostate. Au début, le patient peut être gêné par un gonflement, une douleur et un engourdissement dans la région de l'aine. Pour éliminer ces symptômes désagréables, le médecin prescrit des analgésiques. Le gonflement et la douleur aident à éliminer la compresse locale. Faites simple: enveloppez la glace dans une serviette éponge et appliquez-la sur l'aine.

Un bandage scrotal spécial est recommandé lors de la première semaine postopératoire. Une attention particulière devrait être accordée au type de pantalon utilisé. Leur coupe doit être suffisamment large, le tissu ne doit pas frotter l'aine. En même temps, le patient ne peut pas porter lourd et s’engager dans un travail physique intensif. Les actes sexuels sont également interdits. Un léger effort physique et des promenades fréquentes sont acceptables.

Un homme doit prendre soin de la couture, se désinfecter. Mieux vaut ne pas faire le pansement vous-même et confier cette procédure à un spécialiste. Il est préférable de se laver sous la douche, utilisez des détergents à pH neutre.

Au cours de la période postopératoire, certaines complications peuvent apparaître: infections, saignements, problèmes respiratoires et cardiaques, formation de caillots sanguins dans les veines profondes. Le patient doit immédiatement contacter le spécialiste concerné lorsqu'il détecte:

  1. Coutures lâches;
  2. Douleur intense;
  3. Du pus dans les coutures;
  4. Odeur désagréable de la zone opérée;
  5. Fièvre élevée et frissons.

Ces signes parlent souvent du développement d'une infection qui, si elle n'est pas correctement traitée, peut progresser et entraîner des conséquences négatives. Plus tôt le patient le signalera, plus l'assistance sera rapide et efficace.

Orchidectomie

Orchidectomie - retrait du testicule. peut être unilatéral (hémicastration) et bilatéral (castration). Cette opération supprime simultanément l'épididyme. Les principales indications pour la chirurgie:

  • processus infectieux dans le scrotum. atteinte de dommages étendus au tissu testiculaire et à l'épididyme (orchite aiguë sévère, abcès testiculaire, tuberculose testiculaire);
  • blessure grave au testicule (rupture, écrasement, déchirement du testicule du cordon spermatique);
  • tumeurs testiculaires;
  • retrait des deux testicules afin d'arrêter la production de testostérone pour le cancer de la prostate (blocage androgène maximal).

La préparation préopératoire est normale. Si une hémicastration est prévue, le patient doit être informé et préparé psychologiquement à cette intervention.

Technique d'orchidectomie. L'intervention est réalisée sous anesthésie locale par infiltration associée à une conduction. Une incision de la peau et une membrane charnue de 8–10 cm de long sont pratiquées le long de la surface antérieure du scrotum avec une transition vers la région inguinale-scrotale sans ouvrir le canal inguinal. Fistule de la peau du scrotum excisée simultanément. Allouer et prendre le cordon spermatique du support du dispensaire.

Attribuez le canal déférent aux éléments du cordon spermatique. qui est ligoté avec deux ligatures de catgut et intersecté entre eux. La canule est traitée avec une solution à 3% d'acide carbolique. À travers l'épaisseur du cordon spermatique, plus proche de l'ouverture externe du canal inguinal, se trouvent deux ligatures de catgut, le cordon spermatique étant noué en 2 faisceaux. Distal à ces ligatures, le cordon spermatique est ligaturé avec une ligature de catgut. Entre les ligatures distale et proximale, le cordon spermatique est croisé avec un scalpel. En reliant la ligature imposée au segment distal du cordon spermatique, le testicule est retiré dans la plaie, cousu avec une ligature de catgut et le ligament de guidage est croisé à l'extrémité inférieure du testicule. Le testicule est retiré et envoyé pour un examen histologique. Produire une hémostase complète. La blessure est drainée par un diplômé en caoutchouc pour gant fin pendant 24 heures et la plaie chirurgicale est cousue. Imposer un bandage de pression.

Le lendemain de l'opération, en l'absence de complications sous forme de saignement et de formation d'hématome, le diplômé est retiré et un bandage de cléole est appliqué. Le patient est autorisé à marcher.

Les complications possibles - saignement, formation d'un hématome du scrotum avec sa suppuration ultérieure - préviennent avec une hémostase prudente et un drainage de la plaie.

“Urologie opérationnelle” - édité par l'académicien AMS URSS N. A. LOPATKIN et le professeur I. P. SHEVTSOV

Accueil> Urologie> Orchidectomie: de quoi s'agit-il, comment est-il pratiqué et quand est-ce nécessaire?

Orchidectomie: de quoi s'agit-il, comment est-il pratiqué et quand est-ce nécessaire?

L'orchiectomie est une opération visant à retirer un ou les deux testicules. C'est une procédure extrêmement traumatisante qui doit être effectuée strictement selon les indications. L'opération affecte de manière significative la santé des hommes, à la fois physiquement et mentalement, mais dans certains cas, il n'y a tout simplement aucune alternative.

Chirurgie pour enlever le testicule (orchidectomie)

Indications du traitement chirurgical

Bien que les testicules n'appartiennent pas aux organes vitaux, ils jouent un rôle énorme dans le fonctionnement normal du système endocrinien de l'homme. En outre, le retrait d'un seul testicule peut affecter de manière irréversible la santé de la reproduction. Par conséquent, la liste des indications est considérée comme exhaustive. En général, il s'agit de maladies et d'affections pour lesquelles il n'y a pas d'alternative à la castration:

Cancer du testicule - l'indication principale de l'orchidectomie

Epididymite nécrosante sévère avec torsion.

  • Cancers des organes du scrotum, en particulier des cancers du testicule.
  • Blessures dans lesquelles la restauration de l'intégrité anatomique d'un organe est tout simplement impossible: déchirure du cordon spermatique, écrasement du testicule, etc. Dans ce cas, le retrait des testicules est vital.
  • Cancer de l'organe ou des organes de l'appareil reproducteur du corps. Principalement la prostate. La tactique du traitement du système reproducteur par le carcinome est telle qu’il est nécessaire de prélever radicalement des organes pouvant être directement ou métastatiques.
  • Atrophie testiculaire. La cause de l'atrophie des testicules peut être une varice du testicule (varicocèle), un testicule non descendu dans le scrotum (à la suite de quoi le corps perd de l'oxygène et des nutriments).
  • Infections sévères des testicules. Tout d'abord caractère tuberculeux.
  • L'opération peut également être effectuée selon des indications moins strictes, par exemple lors d'un changement de sexe (transgenre). Ces cas sont extrêmement rares, mais ils le sont toujours. La faisabilité et la possibilité de réaliser une telle opération sur des testicules en bonne santé sont déterminées par une consultation de médecins, qui comprend un psychiatre, un urologue, un andrologue et d'autres spécialistes.

    Préparation à l'opération

    L'orchiectomie ne peut être attribuée à des interventions chirurgicales complexes. La préparation comprend un certain nombre de procédures standard:

    • Avant l'opération, l'état général du patient est évalué. Pour ce faire, vous devez effectuer des tests de laboratoire: test sanguin général, biochimie sanguine, coagulogramme, analyse d'urine, tests d'infection, etc. De plus, les outils de diagnostic sont utilisés: cardiographie, fluorographie, etc.
    • Afin d'évaluer la nature et l'étendue de la prochaine intervention chirurgicale, une échographie des organes du scrotum est également effectuée. test sanguin pour la concentration de testostérone. Ces études fournissent une occasion de déterminer les caractéristiques anatomiques des testicules affectés, d'identifier l'activité du système reproducteur masculin.

    Si des pathologies non essentielles sont présentes, une consultation de spécialistes tiers est indiquée: cardiologues, néphrologues, oncologues (en cas de processus malin), etc. Lorsqu'une opération est prévue pour le processus néoplasique (cancer), il est conseillé de suivre des traitements préliminaires de chimiothérapie et de radiothérapie afin de stabiliser la taille de la tumeur.

    C’est bien pire quand une intervention est nécessaire pour un jeune homme sans enfant: la consultation d’un spécialiste de la fertilité est obligatoire. À l'heure actuelle, il est possible de «geler» le matériel génétique en vue d'une insémination artificielle ultérieure.

    Au moins une semaine et demie avant l'opération, tous les médicaments, en particulier ceux contenant de l'aspirine, des anti-inflammatoires et des anticoagulants sont annulés. Il existe une exception si les médicaments n'affectent pas le taux de coagulation du sang, ils peuvent continuer à être pris.

    La préparation directe à l'orchidectomie est déjà effectuée à l'hôpital et implique une hygiène scrotale (rasage des poils, traitement de la peau avec une solution antiseptique). Le dernier repas - 6 à 8 heures avant l'intervention, il est permis de boire de l'eau, mais 2 à 3 heures avant l'opération, vous devez également cesser de boire.

    Cours d'opération

    L'opération est réalisée sous anesthésie générale.

    L'intervention est réalisée sous anesthésie générale (à de rares exceptions près). Toute la procédure dure environ une heure, avec des dommages graves un peu plus longtemps.

    Pendant l'opération, une résection complète ou partielle du testicule est possible. La présence d'un processus cancéreux implique une élimination radicale de toutes les structures anatomiques des testicules. Dans le cas d'un processus non cancéreux, une résection partielle du testicule (généralement unilatérale) est montrée avec préservation du cordon spermatique. Comme mentionné, l'opération dure environ une heure. Pendant tout ce temps, le patient est endormi et ne ressent pas de gêne.

    À la fin de l'opération, le patient est transféré à l'unité de soins intensifs sous observation, car des complications postopératoires peuvent se développer. C'est une procédure standard qui ne veut rien dire de mal. Habituellement, une prothèse de testicule est réalisée après la première opération.

    En général, les tactiques chirurgicales les plus bénignes sont choisies avec l'excision de tissus affectés par un processus particulier et la préservation de tissus sains.

    Pendant la période postopératoire, il a été démontré que les pansements, le traitement antiseptique des plaies et l’utilisation d’analgésiques arrêtaient le syndrome douloureux. La période de récupération complète après la chirurgie est d'environ 10 jours. Après cette période, le médecin enlève les points de suture et l'homme peut reprendre une vie normale.

    Contre-indications

    Il y a aussi des conditions qui sont des contre-indications pour l'orchidectomie.

    • Maladie pulmonaire sévère au stade de décompensation avec insuffisance respiratoire 2-3 stades.
    • IHD, infarctus du myocarde.
    • Troubles hémorragiques graves.
    • Maladies du foie, des reins.
    • Cancers en phase finale avec plusieurs métastases.

    La principale contre-indication à l'opération est la possibilité de "quitter" le testicule ou les testicules. S'il y a au moins une chance minimale de préserver le système reproducteur, pour ainsi dire, dans sa forme originale, le médecin doit simplement l'utiliser.

    Effets de l'opération

    Si une opération est effectuée pour retirer un testicule, les conséquences, à l'exception des bouffées de chaleur temporaires, ne sont pas observées (à quelques exceptions près). La fonction de reproduction est préservée. Il en va tout autrement si les deux testicules sont prélevés (orchidectomie bilatérale ou castration complète). Dans ce cas, les conséquences de l'intervention sont évidentes:

    • Stérilité absolue.
    • Problèmes endocriniens avec un risque accru de développer un diabète, augmentant la fragilité des os (ostéoporose).
    • Déséquilibre des niveaux hormonaux avec obésité, gynécomastie. problèmes de peau, etc.
    • Diminution de la libido, sensibilité des organes génitaux.
    • L'impossibilité de commettre des actes sexuels.

    Ces complications sont difficiles, y compris dans la psyché des hommes, car elles condamnent une personne à un handicap.

    Après le retrait de deux testicules, un traitement hormonal substitutif est indiqué.

    Après une orchidectomie bilatérale, il est démontré que le traitement hormonal substitutif utilise des médicaments à base de testostérone. Des agents pharmaceutiques spécifiques doivent être sélectionnés avec l’endocrinologue.

    L'orchiectomie est le moyen le plus radical de traiter les maladies de l'appareil reproducteur. Cependant, dans certains cas, il n’ya simplement aucune alternative à une telle thérapie. Dans ce cas, il est nécessaire de décider de ce qui est le plus important, votre propre santé, éventuellement votre vie ou votre fonction de reproduction. Heureusement, des mesures exceptionnelles telles que l’orchiectomie bilatérale sont rarement nécessaires.

    Orchidectomie

    Chez les patients présentant des symptômes manifestes de cancer de la prostate métastatique, une orchidectomie bilatérale peut atteindre une efficacité clinique supérieure à 5 ans de survie par rapport aux patients recevant un traitement œstrogénique. Dans le même temps, l'efficacité de la thérapie aux œstrogènes en association avec l'orchidectomie était supérieure à celle des résultats de chacune de ces méthodes de traitement. Cependant, l'expérience acquise au cours des années suivantes en endocrinothérapie du cancer de la prostate a considérablement élargi la compréhension du mécanisme d'action de l'orchidectomie et de l'œstrogénothérapie dans le cancer de la prostate. Elle a révélé les effets secondaires de ces traitements, leurs avantages et inconvénients, ce qui a permis de réviser les indications de leur utilisation.

    L'objectif de l'orchidectomie dans le traitement du cancer de la prostate est de désactiver la fonction testiculaire, principale source d'androgènes dans le corps de l'homme. L'avantage de l'orchidectomie est associé à une diminution rapide de la fraction de testostérone libre dans le sang, ce qui entraîne un effet clinique peu de temps après cette opération. Après l'orchidectomie, contrairement à la thérapie aux œstrogènes, il n'y a pas d'augmentation des taux sanguins de prolactine. Dans le même temps, la concentration dans le sang des hormones lutéinisantes et des hormones stimulant le follicule augmente, ce qui traduit une violation du mécanisme de la rétroaction négative dans le système testiculaire - adénohypophyse. Une épididymorchiectomie bilatérale totale ou sous-capsulaire est généralement pratiquée. Auparavant, on pensait que l'orchidectomie sous-capsulaire ne réduisait pas efficacement la concentration de testostérone dans le sang en raison de la préservation des cellules de leidigopodobnyh dans la membrane protéique du testicule et de son appendice. Dans le même temps, sous l'influence de la gonadotrophine chorionique chez les patients ayant subi une orchidectomie sous-capsulaire, il n'y a pas d'augmentation de la testostérone dans le sang, dont les niveaux diminuent dans les mêmes proportions avec les deux méthodes d'orchidectomie. L'orchiectomie sous-capsulaire, dans laquelle la membrane protéique et l'épididyme ne sont pas enlevés, est cosmétiquement plus acceptable que l'orchidectomie totale. L'avantage de l'orchidectomie pour le cancer de la prostate est la possibilité de réduire les taux de testostérone dans le sang sans manifestation d'effets secondaires caractéristiques de l'œstrogène. Dans le même temps, il existe des contradictions dans le choix de la forme préférée de traitement du cancer de la prostate - l’œstrogénothérapie ou l’orchidectomie. Cela est dû à l'émergence de nouveaux médicaments à base d'œstrogènes, notamment les propriétés des cytostatiques (estracyte), à ​​une étude plus large des modifications hormonales du traitement par œstrogène et à l'orchidectomie, ainsi qu'au problème de l'efficacité du traitement à base d'œstrogènes après une orchidomie ou d'une orchidomie dans le traitement des formes de cancer de la prostate résistant aux estrogènes.

    Après une orchidectomie, la réponse thérapeutique à la thérapie estrogénique ultérieure est différente. L'effet thérapeutique positif de l'œstrogénothérapie après une rechute due à une orchidectomie est d'environ 17%. La meilleure méthode pour déterminer l'efficacité de l'orchidectomie et la réponse à une œstrogénothérapie subséquente en relation avec la récurrence du cancer de la prostate après une orchidectomie consiste à surveiller le contenu de testostérone dans le sang. Comme nos études l'ont montré, le degré de diminution du taux de testostérone dans le sang après une orchidectomie détermine les résultats ultérieurs du traitement par œstrogènes, effectué dans le cadre d'une rechute de la maladie après une orchidectomie. L'orchidectomie bilatérale n'est pas toujours possible pour réduire les niveaux de testostérone aux valeurs de castration (inférieures à 1 µg / l). Après avoir atteint les valeurs traces de testostérone dans le sang, la durée de rémission variait de 3 à 24 mois. Dans le même temps, avec une chute insuffisante des taux de testostérone dans le sang après une orchidectomie (entre 11,7 et 18,7 µg / l), la durée de la rémission était plus courte (de 4 à 17 mois). La nature de la diminution de la testostérone dans le sang après une orchidectomie est également déterminée par l'efficacité du traitement estrogénique subséquent, effectué dans le cadre d'une rechute après une orchidectomie. Le meilleur effet clinique de la thérapie aux œstrogènes est observé tout en maintenant des taux de testostérone dans le sang supérieurs aux valeurs de castration après une orchidectomie. Dans ces cas, la durée de la rémission est de 20,8 mois (de 1 à 60 mois) contre 4 mois, observée avec des traces de testostérone dans le sang après une orchidectomie. Ainsi, l'œstrogénothérapie est inefficace pour la préservation persistante de faibles taux de testostérone dans le sang après une orchidectomie. On peut s’attendre à de meilleurs résultats avec l’œstrogénothérapie après une orchidectomie avec des taux de testostérone légèrement élevés dans le sang. Dans ce contexte, un traitement avec de petites doses d’œstrogènes (diéthylstilbestrol à une dose de 1 ou 3 mg / jour) entraîne une diminution de la testostérone dans le sang, permettant ainsi de retrouver des valeurs.

    Lors du traitement d'une forme disséminée de cancer de la prostate avec une douleur intense provoquée par des métastases osseuses, il est nécessaire d'obtenir un effet clinique rapide. Dans de tels cas, d'autres méthodes de traitement sont l'orchidectomie bilatérale ou l'administration intraveineuse de phospestrol à une dose de 1 000 mg / jour pendant 3 à 5 jours. L'orchidectomie bilatérale consiste à éliminer 90% de la production de testostérone. La demi-vie de la fraction de testostérone libre dans le sang est de 10 à 20 minutes. À cet égard, une diminution de la fraction libre de testostérone après une orchidectomie au niveau de castration est obtenue en moyenne 3 heures après la fin de l'opération (allant de 2 à 6 heures). L'administration intraveineuse de phospestrol peut réduire les valeurs initiales de testostérone libre dans le sang de 50% dans les 12 heures suivant la perfusion du médicament. Les deux méthodes de traitement sont très efficaces pour obtenir un effet clinique rapide. Parallèlement, l'œstrogénothérapie massive par voie intraveineuse s'accompagne d'un risque accru de complications cardiovasculaires et thromboemboliques, en particulier chez les patients présentant une pathologie vasculaire sévère, de l'athérosclérose et un dysfonctionnement hépatique. L'orchiectomie en tant que méthode initiale de traitement du cancer de la prostate est la méthode de choix chez les patients atteints d'athérosclérose sévère, d'insuffisance cardiovasculaire, d'épisodes thromboemboliques, d'intolérance aux médicaments à base d'œstrogènes, soumis à des valeurs élevées de testostérone et de prolactine dans le sang, dans les cas où il est nécessaire de parvenir à une régression rapide les maladies. L'orchidectomie en tant que méthode indépendante pour le traitement du cancer de la prostate est clairement insuffisante. Une diminution prolongée du taux de testostérone dans le sang, garantissant la rémission de la maladie, devrait durer environ deux ans. La récidive la plus fréquente du cancer de la prostate après orchidectomie survient dans 80% des cas jusqu'à un an après la chirurgie. La pathogenèse de la récurrence du cancer de la prostate est associée à une augmentation de la teneur en dihydrotestostérone dans le tissu tumoral. Si, après orchidectomie, la teneur en dihydrotestostérone dans le tissu du cancer de la prostate diminue en dessous de 2,4 ng / g (les valeurs de la dihydrotestostérone dans le tissu de l'adénome de la prostate et du cancer de la prostate non traité sont respectivement de 5 et 4,9 ng / g), et la testostérone dans le sang est inférieure à 1 µg / l, puis dans la période de récurrence de la maladie après orchidectomie, il existe une dissociation du contenu de la testostérone dans le sang et de la dihydrotestostérone dans les tissus de la prostate. Dans le contexte de taux sanguins stables de testostérone, correspondant au niveau de castration, la teneur en dihydrotestostérone dans les tissus du cancer de la prostate augmente au-dessus de 2,4 ng / g. Ceci suggère que les androgènes corticosurrénaliens sont un substrat pour la formation de dihydrotestostérone dans ces conditions. Après orchidectomie, la seule source d'androgènes est le cortex surrénalien. L'androstènedione et la déhydroépiandrostérone dans le tissu prostatique sont métabolisées en dihydrotestostérone.

    En présence de 17β-ol-déshydrogénase, l'androstènedione est métabolisée en testostérone, qui est ensuite métabolisée en dihydrotestostérone sous l'influence de la 5α-réductase. Ainsi, les androgènes surrénaliens peuvent être les précurseurs d’une quantité importante de dihydrotestostérone dans les tissus cancéreux de la prostate après orchidectomie, ce qui stimule la repousse et la récurrence de la tumeur. Ceci sert d'indication pour un traitement ultérieur visant à supprimer la fonction du cortex surrénalien. Il convient également de noter que, dans certains cas, il n’est pas possible d’atteindre les niveaux de castration de testostérone dans le sang au cours de la thérapie aux œstrogènes, ce qui détermine l’accumulation de dihydrotestostérone dans les tissus du cancer de la prostate. Si la rechute du cancer de la prostate après la primo-thérapie par œstrogènes est accompagnée de taux élevés de testostérone dans le sang, ce qui suggère une accumulation de dihydrotestostérone dans le tissu tumoral, cela sert alors d'indication pour une orchidectomie. En revanche, l’oestrogénothérapie dans la récurrence du cancer de la prostate dans le contexte d’une orchidectomie réalisée antérieurement donne rarement un effet positif en rapport avec le développement de la résistance hormonale de la tumeur.

    En pratique clinique, le diagnostic précoce de la résistance de la tumeur aux œstrogènes est important pour déterminer si une orchidectomie supplémentaire est nécessaire. Les méthodes les plus sensibles pour déterminer la résistance hormonale du cancer de la prostate sont les scintigraphies osseuses aux radionucléides (sur
    scintigrammes révélaient des métastases plusieurs mois avant leurs manifestations cliniques apparentes) et la définition des récepteurs aux androgènes et aux œstrogènes dans les tissus du cancer de la prostate obtenus par biopsie par ponction.

    La question de savoir si l'orchidectomie est appropriée dans les cas de cancer de la prostate résistant aux œstrogènes résistant avec métastases est assez controversée. Parallèlement à l’amélioration de l’état général des patients et à la régression de la maladie dans d’autres cas, il n’est pas possible d’obtenir une efficacité clinique, ce qui suggère la probabilité d’une nouvelle diminution de la testostérone libre dans le sang compte tenu de son niveau de castration. L'orchiectomie dans les cas de cancer de la prostate résistant aux œstrogènes avec métastases convient pour les taux élevés de testostérone dans le sang, suivie de la nomination de préparations hormonales dotées de propriétés cytostatiques, de médicaments de chimiothérapie et d'inhibiteurs de la prolactine. Ces dernières années, la littérature a fait état de résultats cliniques satisfaisants d'orchidectomie avec radiothérapie retardée (5 à 6 mois après l'orchidectomie) dans les régions du bassin et de la prostate [Meffan P. Nacey J. 1986]. Un traitement combiné avec orchidectomie suivie d'une radiothérapie a permis une survie à 5 ans chez les patients atteints d'un cancer de la prostate au stade C dans 57% des cas et au stade D dans 35% des cas.

    Comment se fait la castration pour le cancer de la prostate

    Pourquoi la castration du cancer de la prostate

    Dans le corps masculin, la testostérone joue un rôle important dans le maintien du fonctionnement du système reproducteur. La quantité d'hormone dans le sang affecte directement la taille et la croissance de la prostate. Bien que la testostérone soit normale, le fer fonctionne de manière stable et contrôle des processus importants: production de sperme et excitation sexuelle. Les problèmes commencent quand il y a des échecs dans le contexte hormonal.

    Une augmentation du taux de testostérone entraîne un excès de celui-ci dans le corps. Après l'apparition d'un cancer, l'hormone provoque l'accélération de la croissance des cellules malignes. Pour arrêter la progression de la pathologie, vous devez bloquer la production de testostérone. La principale source d'hormones mâles dans le corps - les testicules des hommes.

    L'orchiectomie réduit le niveau d'une substance de 90%. Après la castration chirurgicale, le cancer de la prostate cesse de se développer car il manque de la source principale de nourriture. En variante, l'hormonothérapie est largement utilisée. L’utilisation de bloqueurs est si efficace qu’on l’appelle «castration de drogue».

    L’essence de la thérapie hormonale et chirurgicale est la suivante:

    1. Arrêtez la production de testostérone.
    2. Bloquer l'effet de l'hormone sur les cellules de la prostate.

    La rémission soutenue du cancer de la prostate, à condition de fournir une orchidectomie rapide, dure environ 7 ans. Le blocus médical est moins efficace et permet d’arrêter la maladie de 5 à 6 ans en moyenne.

    L’urgence de la castration d’un testicule dans le cancer de la prostate est déterminée par l’état du patient et par le degré d’agressivité du processus tumoral.

    Orchidectomie du cancer de la prostate

    L'orchidectomie est une opération visant à enlever les testicules. L'oncologue détermine le degré d'invasion de l'intervention chirurgicale. Au stade 1-2 du cancer, il suffit d'enlever l'un des testicules. Pour les cancers de grade 3 ou 4, une orchiectomie bilatérale est réalisée.

    Après le retrait des testicules, selon diverses sources médicales, la production de testostérone est réduite de 90 à 95%.

    Sans la principale source de nutrition, le développement d'une tumeur cancéreuse s'arrête. La castration des testicules en oncologie de la prostate donne au patient 7 à 7,5 années de vie supplémentaires, ce qui est significatif, d'autant plus que la maladie touche principalement les hommes âgés de 55 à 60 ans.

    L'orchidectomie est généralement une chirurgie planifiée. Avant de retirer les testicules du patient, celui-ci s'y prépare, lui fournit une assistance psychologique et médicale. Une opération urgente est réalisée avec le caractère agressif de la tumeur, quand il faut donner du temps pour une autre méthode de thérapie: radiothérapie ou chimie.

    Comment se passe le prélèvement des testicules

    Le retrait des testicules chez les hommes atteints du cancer de la prostate est considéré comme une procédure mini-invasive ne nécessitant pas une hospitalisation prolongée du patient. L'opération est réalisée sous anesthésie locale ou épidurale.

    Il existe une technique éprouvée de l'opération:

    • Une petite incision est faite, pas plus de 5 cm, dans la zone du scrotum.
    • Le testicule et le cordon spermatique sont poussés hors de la cavité.
    • Le lien responsable de l'abaissement du testicule est cousu, noué puis excisé.
    • Sur une section les coutures sont imposées.

    Si nécessaire, des implants créant l'effet visuel de la présence des testicules sont placés à la place du testicule retiré. Une orchidectomie standard dure environ 20 minutes. Quelques jours plus tard, le patient se rend chez le chirurgien pour retirer les points de suture.

    En pratique médicale, appliquez deux types d'opérations pour retirer les testicules. Avec une méthode d'épargne prescrite dans les premiers stades du cancer, un seul des testicules est retiré. Une orchidectomie bilatérale est réalisée si la maladie est passée à 3-4 stades de développement.

    Quel est dangereux d'enlever le testicule

    Même avant le rendez-vous de l'orchidectomie, le médecin explique au patient les conséquences probables de l'opération. Les complications sont associées à des facteurs psychologiques et infectieux et à des modifications des niveaux hormonaux.

    Le risque de la castration chirurgicale pour le cancer de la prostate est le suivant:

    • Des saignements après une orchidectomie sont rarement observés. Le respect des recommandations du médecin traitant réduira le risque de divergence de couture au niveau du site de l'incision.
    • Gonflement et suppuration - au cours de la période postopératoire, les bactéries présentes dans la cavité peuvent avoir des effets négatifs. Après une orchidectomie, un traitement antibiotique obligatoire est prescrit.
    • Augmentation de la température.
    • Douleur dans le scrotum - à mesure que les effets de l'anesthésie sont atténués, des fissures et d'autres inconforts apparaîtront. Supprimer le syndrome de la douleur obtenir des analgésiques ordinaires. Les analgésiques forts, à de rares exceptions près, ne sont pas nécessaires.

    Les effets à long terme de l'orchidectomie sont principalement associés à une altération de la fonction érectile. Malgré la croyance populaire, le sexe après la castration est non seulement possible, mais souhaitable. Le respect des règles d'hygiène et l'application de recommandations pour des ajustements du mode de vie aideront à normaliser l'activité.

    Des problèmes d'érection et de sexe après l'ablation des testicules surviennent pour deux raisons:

    • Le facteur psychologique est l'absence de testicules chez l'homme, signe direct de son infériorité. Les patients sont souvent gênés de se déshabiller et de faire l'expérience d'autres complexes. L'impuissance psychologique est observée dans 80% des cas d'impuissance sexuelle. Pour résoudre ce problème, une restauration visuelle de la forme des testicules est effectuée.
    • Changements dans les niveaux hormonaux - une diminution de la testostérone entraîne une diminution du désir sexuel et de la dysfonction érectile. Moyens conventionnels pour augmenter la puissance inefficace. Pour aider le patient, un traitement hormonal substitutif est prescrit.

    La testostérone maintient le tonus musculaire et affecte la force de la structure osseuse. Souvent, après le retrait du testicule, l’ostéoporose et l’obésité se développent.

    Castration médicale pour le cancer de la prostate

    L'hormonothérapie ou la castration médicamenteuse vous permet de vous passer de l'ablation chirurgicale des testicules. Pour le traitement prescrit:

    Un traitement d'association est également prescrit. La consommation de drogues est ajustée en fonction de la performance.

    Le traitement avec des médicaments de l’ancienne génération a duré toute la vie du patient. Les méthodes de traitement les plus récentes, qui ont donné de bons résultats, impliquent l’utilisation d’un traitement avec interruptions. L'efficacité de la prise de médicaments est déterminée par des analyses cliniques.

    Préparations pour la castration chimique en oncologie de la prostate

    Le principe d'action des médicaments de castration chimique est le suivant:

    1. Blocage de la production de testostérone.
    2. Prévenir l'effet d'une hormone déjà produite sur la croissance cellulaire.

    L'utilisation à long terme de médicaments affecte le système cardiovasculaire, les problèmes d'excès de poids, le foie et les reins. Contre-indications pour l'hormonothérapie:

    • Traitement primaire pour les patients atteints d'une tumeur localisée.
    • Maladie cardiaque.
    • La présence de métastases en cas de monothérapie.

    L'effet de la castration chimique dure moins longtemps qu'après une orchidectomie. Un traitement correctement prescrit prolonge la vie du patient de 5-6,5 ans.

    Quoi de mieux - la castration médicale ou chirurgicale

    Le choix entre la castration médicale et chirurgicale dépend principalement du médecin traitant. Après un examen général du patient, une décision est prise quant à l'opportunité d'une opération consistant à retirer les testicules ou à administrer un traitement hormonal.

    Le choix de la méthode est influencé par plusieurs facteurs:

    • Stade du cancer de la prostate:
      1. Au stade 1-2 du développement du cancer, avec une tendance à l'infiltration dans les tissus voisins, une orchidectomie unilatérale est généralement recommandée. Les hormones ne boivent qu'en association avec d'autres méthodes de traitement.
      2. Le développement d'un cancer au stade 3-4 nécessite une intervention chirurgicale plus radicale. Les testicules sont complètement enlevés. Avant l'apparition des métastases, l'hormonothérapie est le traitement principal.

  • Efficacité - L'efficacité de l'orchidectomie n'a pas d'analogues. Malgré l’émergence des médicaments modernes, ce n’est qu’après une intervention chirurgicale que l’on peut parvenir à une forte diminution de 90 à 96% de la production de testostérone, ce qui a un impact considérable sur la prévention du cancer.
    L'effet de prendre des hormones apparaît après quelques mois. Comme l'utilisation de drogues diminue leur efficacité.
  • Facteur psychologique - la faisabilité d'extraire les testicules est déterminée par l'état de préparation émotionnelle du patient. Certains patients sont fortement en désaccord sur la castration, ce qui oblige le médecin à prescrire un traitement hormonal.
  • Le traitement du cancer avancé de la prostate comprend nécessairement l'ablation chirurgicale des testicules en association avec un traitement hormonal. De cette manière, un blocage maximum des androgènes est assuré.

    Pronostic du cancer de la prostate après castration

    Il est à noter que la castration chirurgicale et chimique ne guérit pas le cancer, elle ne fait que suspendre son développement. En pratique, cela signifie que le patient prolonge la vie de 6-7 ans.

    Le développement du cancer de la prostate après l'arrêt de l'orchidectomie est suivi d'une rémission régulière. Pour fixer le résultat, une radiothérapie ou une chimiothérapie est prescrite.

    La castration chimique dans le cancer de la prostate est moins efficace et bloque le développement des cellules cancéreuses pendant 5-6 ans. Le pronostic dépend du stade de la maladie et du traitement opportun.

    Des améliorations après une orchidectomie pour le cancer de la prostate sont observées presque immédiatement. Après quelques jours, la miction est normalisée: le nombre de sorties nocturnes aux toilettes diminue, l'hématurie passe.

    Les avantages des médicaments se font sentir après plusieurs mois de prise du médicament. L'hormonothérapie peut provoquer une "épidémie" - la croissance accélérée des cellules cancéreuses est donc réalisée exclusivement sous le contrôle strict d'un spécialiste.

    Mode de vie avec cancer de la prostate après castration

    Testicules - "plante" pour la production de testostérone. L'orchiectomie pour le cancer de la prostate réduit la quantité d'hormone masculine de 90 à 96%, ce qui entraîne des changements importants dans le corps et affecte le bien-être. La patiente commence la "ménopause" avec toutes les conséquences qui en découlent.

    La vie sans testicules dans la période postopératoire diffère comme suit:

    • L'humeur change.
    • Troubles émotionnels, dépression.
    • Augmentation mammaire
    • Construire le muscle et la masse grasse.
    • Problèmes avec la fonction érectile.
    • Diminution de la force des os.

    L'aide et la compréhension des proches, les consultations d'un psychologue expérimenté, un mode de vie sain et l'abandon des mauvaises habitudes aideront le patient à mener une vie normale après l'orchidectomie.

    Qu'est-ce qu'une orchidectomie?

    L'orchiectomie est une opération qui consiste à retirer le testicule. Elle est utilisée au cas où vous auriez besoin de réduire la quantité d'hormones mâles. Il est également effectué avant le changement de sexe, ainsi que pour les tumeurs malignes. Cette procédure est réalisée sous anesthésie locale, car elle est considérée comme l'une des plus faciles à réaliser. L'élimination des testicules chez les hommes nécessite également une préparation minutieuse.

    Technique d'orchidectomie

    Cette opération est effectuée par un urologue expérimenté. Le patient ne doit pas rester longtemps à l'hôpital. Après quelques heures (la journée étant la plus longue), il pourra quitter les murs de l'hôpital et retrouver son mode de vie habituel. Comment se déroule cette intervention?

    • Rasage des poils à l'aine et au scrotum, il est important de ne pas les laisser tomber dans une plaie ouverte, ainsi que dans le champ où l'opération doit avoir lieu, soigneusement lavés et désinfectés.
    • L'organe sexuel est épinglé à l'estomac afin d'éviter les blessures et les situations traumatiques.
    • Une suture scrotale avec anesthésie locale est coupée sur une longueur maximale de 6 cm et un œuf avec un cordon spermatique en est retiré.
    • Ensuite, vous devez presser le cordon spermatique, le matériel de suture à bandage, pour le traverser. Ainsi, le testicule sera retiré. Le moignon de corde est replongé dans le scrotum.
    • Cette procédure est répétée avec le deuxième testicule. À la fin du scrotum est suturé.

    Comme vous pouvez le constater, le fonctionnement lui-même est extrêmement simple et ne constitue en rien une complication. Cependant, cela ne vaut pas la peine de le faire de manière incontrôlable. Il y a certaines indications pour elle.

    Indications pour l'orchidectomie

    Les indications chirurgicales sur les testicules sont très nombreuses. Vous devriez vous familiariser avec eux:

    • tumeur testiculaire;
    • cancer de la prostate;
    • si le testicule ne descend pas après l'adolescence;
    • blessures au scrotum avec des conséquences;
    • infection du scrotum et inflammation ultérieure des organes.

    Afin de ne pas porter l'affaire à l'opération, il est recommandé de surveiller de près la santé des hommes et de consulter un urologue tous les six mois, qui peut être informé d'une maladie à temps. Cette intervention est également utilisée dans le cadre de la préparation d'un changement de sexe.

    Préparation à la chirurgie

    Comme pour toute opération, la castration dans le cancer de la prostate, par exemple, nécessite une préparation préliminaire sérieuse de la part du patient:

    • consultation de l'urologue;
    • tests de laboratoire classiques;
    • échographie transrectale;
    • Échographie des organes abdominaux et du bassin;
    • radiographie thoracique;
    • biopsie;
    • tomographie par ordinateur;
    • tomodensitométrie magnétique.

    Toutes ces études sont nécessaires pour obtenir des informations fiables sur la maladie.

    Vous n'avez pas besoin d'avoir peur de la chirurgie. Grâce à l'anesthésie moderne, l'intervention chirurgicale sera la plus indolore. Si le patient est dans un état de tension excessive, le médecin lui prescrit un léger sédatif pour le détendre.

    Orchidectomie

    Orchidectomie classique

    L'orchiectomie classique est utilisée pour changer de sexe, cancer du testicule. Il est effectué sous anesthésie locale. La période de récupération est relativement courte, ce qui est un avantage considérable pour les patients.

    Cependant, l'orchidectomie pour le cancer de la prostate nécessite une surveillance constante de la part d'un urologue, même si l'intervention est réussie et que le patient a l'air en bonne santé.

    Orchidectomie sous-capsulaire

    Cette intervention s'apparente à une orchidectomie classique et est prescrite si un patient est atteint d'un cancer. Elle est réalisée afin que les hommes atteints du cancer de la prostate conservent une apparence attrayante pour leurs partenaires. Lorsque le retrait du testicule est terminé, le médecin doit appliquer une suture couche par couche et traiter le site de l'incision avec une solution saline, puis appliquer un pansement stérile. Ces mesures sont nécessaires pour éviter que des microbes de l'environnement extérieur ne tombent dans la plaie.

    Prendre soin d'un homme après la chirurgie

    Après le retrait des testicules dans le cancer de la prostate, le patient ne pourra pas rentrer chez lui. Il doit donc avoir en main le téléphone d'un ami ou d'un membre de la famille qui l'accompagnera de l'hôpital à la maison. Après la chirurgie, vous pouvez manger des aliments normaux, même en cas de nausée.

    • Vous devez également consommer plus de liquide, comme du thé ou de l’eau pure. Dans le même temps, éliminer complètement la caféine et l'alcool. Cela est nécessaire pour éliminer plus rapidement les substances nocives du corps.
    • Pour réduire la douleur, placez une bulle de glace sous la ceinture.
    • Pour maintenir l'hygiène personnelle, vous devrez prendre une douche, pas un bain. Ceci est nécessaire pour une plus grande sécurité des coutures.
    • Supprimez l'activité sexuelle jusqu'au rétablissement complet. Convenez que la santé est plus importante.
    • Vous devez porter un bandage de soutien pendant deux semaines après la chirurgie.

    Une assistance psychologique peut également être requise. Une orchidectomie bilatérale est réalisée si un cancer est suspecté. Dans 90% des cas, le patient récupère complètement et après deux semaines, l’homme retrouve généralement un mode de vie normal. Au cours de la période de récupération après la chirurgie, vous devriez également vous abstenir de fumer.

    Complications possibles après une orchidectomie

    En règle générale, ces opérations sont relativement faciles. Toutefois, par exemple, si l’orchidectomie était bilatérale ou si la patiente avait mal débuté la maladie, des complications du plan suivant sont possibles:

    • perte de désir sexuel;
    • sensations étranges de chaleur dans le corps;
    • l'impuissance;
    • fatigue
    • humeur dépressive ou ses fluctuations;
    • l'ostéoporose;
    • la sensibilité de l'aine diminue;
    • une faiblesse est possible et il est donc fortement recommandé de respecter le repos au lit et de ne pas soulever de poids pendant au moins deux semaines.

    Cependant, la complication la plus terrible après une chirurgie peut être une récidive de la tumeur après la période de récupération et même pendant celle-ci.

    Une alternative à l'orchidectomie est-elle possible?

    En plus de l'orchidectomie, d'autres options de traitement sont possibles:

    • tactique en attente;
    • hormonothérapie;
    • radiothérapie;
    • chimiothérapie.

    Toutes les méthodes possibles de traitement doivent être discutées avec votre médecin et, s’il propose un traitement plus doux que la chirurgie, il est préférable de le choisir.

    Ne tombez pas malade et surveillez votre santé! Assurez-vous de savoir si une alternative à la chirurgie est possible, car d'autres options sont bien meilleures!