Principal
Pouvoir

Gonorrhée chronique

La gonorrhée est une maladie sexuellement transmissible qui affecte la membrane muqueuse du système urogénital. Son traitement incorrect ou inadéquat provoque une maladie appelée «gonorrhée chronique».

Le diagnostic marqué «chronique» apparaît dans les fiches du patient en raison d'un auto-traitement, en cas d'infection par une autre maladie, ou en raison d'un diagnostic précédemment incorrect et, par conséquent, d'un traitement incorrect.

Comment pouvez-vous attraper une gonorrhée chronique

Comme toute autre maladie vénérienne, la gonorrhée chronique est transmise sexuellement. L'agent responsable de la gonorrhée (tripper) est le gonocoque, une bactérie qui pénètre dans le système urogénital lors de contacts sexuels non protégés. Par conséquent, à l'avenir, nous pouvons affirmer que le préservatif est le meilleur outil non seulement contre la gonorrhée, mais également contre toute autre maladie vénérienne.

Important: un contact sexuel non protégé augmente de 50% le risque de contracter une gonorrhée!

Les statistiques modernes indiquent que le nombre de gonorrhées asymptomatiques a récemment augmenté, ce qui complique grandement le diagnostic à un stade précoce. Mais la forme chronique de cette maladie conduit même à une infection du sang (septicémie).

Le gonocoque, responsable de la gonorrhée chronique, ne vit pas longtemps en dehors d'un organisme vivant. Par conséquent, il est impossible de contracter la gonorrhée chronique par le biais d'objets du quotidien. De plus, les experts recommandent qu’après un rapport sexuel non protégé, il soit impératif d’aller aux toilettes «à petite échelle». Un traitement aussi simple réduit de moitié, voire plus, le risque d'infection par la gonorrhée chronique!

La période allant de l’entrée d’un microbe viral dans l’organisme à l’apparition des symptômes de la maladie dure environ un mois. À ce stade, les microorganismes nuisibles se reproduisent activement dans les muqueuses du système urogénital.

Vous pouvez également attraper une gonorrhée lors de relations sexuelles orales ou anales. «Cueillir l'infection» peut et bébé, vient d'émerger dans le monde, en passant par le canal de naissance d'une mère infectée. Les médecins considèrent qu'il est peu probable que l'infection soit une possibilité domestique, car un micro-organisme dangereux ne peut vivre que dans un organisme vivant. De plus, pour infecter la gonorrhée, plusieurs gonocoques doivent pénétrer dans le corps. Par conséquent, il ne faut pas avoir peur de «casser la gueule» dans le bain, la salle à manger, les toilettes, etc.

Des épisodes ont été observés alors que la jeune fille avait déjà guéri la blennorragie chronique, mais il restait encore plusieurs bactéries dans l'utérus. Après les rapports sexuels pendant la menstruation, la femme transmet les gonocoques à l'homme, qui les rend à son tour au "propriétaire". Ainsi, les deux ont une gonorrhée aiguë, devenant progressivement chronique.
Il arrive que les gonocoques forment une infection disséminée. Ensuite, la peau est détruite, ainsi que les articulations, le cerveau, le muscle cardiaque, le foie et d'autres organes. Si les gonocoques pénètrent dans les yeux, une conjonctivite à gonocoque peut survenir.

Symptômes de la gonorrhée chronique

La gonorrhée aiguë chez les hommes peut être détectée rapidement - environ deux jours après l’infection. Vous pouvez trouver la maladie par les indicateurs suivants:

  • douleur et douleur en urinant;
  • démangeaisons et brûlures de la peau dans les voies urinaires;
  • peau enflée, rougie et enflammée dans l'urètre;
  • des écoulements muqueux et purulents avec une odeur désagréable sont apparus (généralement le matin);
  • tourment miction fréquente.

Le clap chronique chez les hommes se développe dans la prostate, il détruit également l'épididyme et les vésicules séminales. Par conséquent, les signes déjà existants de la gonorrhée sont complétés par une éruption cutanée sur le pénis et une douleur à l'anus. Les symptômes de la gonorrhée chronique peuvent être atténués et aggravés en cas de consommation d'alcool, ainsi que d'excitation sexuelle, d'hypothermie et de fonctions de protection réduites du système immunitaire. Dans tous les cas, remarquant le moindre signe de gonorrhée, un besoin urgent d'aller à la clinique. Sinon, des complications peuvent se développer, ce qui peut entraîner des conséquences négatives importantes, notamment la stérilité.

Les femmes, contrairement à la moitié masculine, peuvent ne pas connaître leur maladie pendant une longue période, jusqu'à un mois. Pour cette raison, la gonorrhée chronique chez les femmes est beaucoup plus fréquente que chez les hommes.

Les principaux symptômes de la gonorrhée chez les femmes se manifestent principalement par:

  • douleur abdominale basse (avec menstruation particulièrement aiguë);
  • écoulement purulent-muqueux ou sanglant du vagin;
  • inflammation de l'utérus et des ovaires;
  • douleur au bas du dos;
  • augmenter la température corporelle.

En contactant rapidement un médecin et en commençant un traitement contre la gonorrhée à un stade précoce, une femme peut éviter de perturber l'activité vitale de nombreux organes.

Comment se fait le diagnostic?

Tout d'abord, les médecins examinent le patient et l'interrogent sur les récents rapports sexuels, en portant une attention particulière aux actes non protégés. Les médecins découvrent d’autres maladies survenues plus tôt ou au moment de l’inspection, établissent un diagnostic préliminaire et donnent des directives pour les tests.

Pour déterminer si une gonorrhée chronique est présente, on demande au patient combien de temps durent les symptômes. En règle générale, s’ils durent depuis environ deux mois, la présence d’un processus chronique est inévitable. Pour confirmer les soupçons, les patients font don d'urine, de sang et de sécrétions génitales au laboratoire.

Il est obligatoire de mener une enquête auprès de tous les partenaires sexuels. Si la maladie est aiguë, les partenaires avec lesquels une intimité sexuelle a été observée au cours des 14 derniers jours sont examinés. Aucun symptôme - les deux derniers mois.

Lorsque vous utilisez des médicaments pour la gonorrhée, vous devez vous rappeler que vous devez utiliser un préservatif pendant tous les rapports sexuels ou le refuser complètement pendant le traitement sexuel.

De plus, le médecin peut prescrire une analyse pour déterminer la présence de gonocoque dans d'autres organes. Selon les résultats des tests, un traitement est prescrit, incluant tout d’abord des antibiotiques.

Comment traiter la gonorrhée chronique

Le traitement de la gonorrhée chronique doit commencer immédiatement après sa détection. Si vous ignorez la maladie à un stade précoce, il sera impossible d'éviter les complications. Les antibiotiques traités dépendent des résultats du test. En règle générale, la forme chronique de tripper est traitée avec des céphalosporines et des fluoroquinolones. Les macrolides sont prescrits aux femmes enceintes: clarithromycine, érythromycine, etc.

En plus du traitement antibiotique, des procédures sont prescrites pour renforcer le système immunitaire. Les immunostimulants non seulement augmentent l'immunité, mais «stimulent» également l'activité des gonocoques, augmentant ainsi l'effet des antibiotiques. Le traitement immunostimulant est divisé en groupes conditionnels suivants:

  • Spécifique Efficace en présence de complications. La perfusion du vaccin aggrave les symptômes de la gonorrhée.
  • Non spécifique. Prodigiosan et Pyrogenal sont injectés à un patient qui stimule directement le système immunitaire.

Injections de gonorrhée

En règle générale, un patient atteint de gonorrhée chronique est traité à l'hôpital et prescrit:

  • Ceftriaxone. Entrez une fois: 250 mg par voie intramusculaire, préalablement dilués avec une solution de lidocaïne à 1% (2 ml). Il est utilisé dans le diagnostic de l'infection gonococcique du pharynx ou des voies urinaires. Si la gonorrhée est compliquée, 1000 mg sont injectés par voie intraveineuse toutes les 24 heures. Durée - 2 semaines.
  • Spectinomycine. Injection intramusculaire de 2000 mg. Pour les complications, le traitement dure 2 semaines, durant lesquelles des injections sont données à 2000 mg toutes les 12 heures.
    Important: vous pouvez attraper de nouveau la gonorrhée si votre partenaire sexuel n’est pas traité!
    Pendant le traitement, une personne doit suivre le régime recommandé, qui interdit l’utilisation de sel, d’épices, de fumée et d’alcool. Un autre patient est conseillé d'abandonner tout contact sexuel pendant toute la durée de la thérapie. La gonorrhée chronique est considérée comme guérie si ses symptômes sont absents pendant plus de deux mois après la dernière injection.

Après traitement

Pour que le traitement de la gonorrhée chronique soit terminé, encore une fois, cela ne se manifeste pas, vous avez besoin de plus de temps pour être surveillé par un médecin. Les tests de contrôle sont pris deux fois: trois jours après la fin du traitement et 14 jours après.

D'après les résultats de l'examen microscopique des frottis, le médecin détermine s'il reste des gonocoques après la fin de l'inflammation ou la disparition complète de la gonorrhée. Dans le "mauvais" cas, le traitement devra être poursuivi uniquement avec l'utilisation d'autres médicaments.

La gonorrhée chronique, bien sûr, n'est pas dangereuse pour la vie humaine. Cependant, la qualité des journées vécues peut beaucoup se gâter. Par conséquent, il n'est pas nécessaire de se soigner soi-même et de vivre une vie sexuelle agitée ou non protégée.

Rappelez-vous qu'un mode de vie sain est la meilleure prévention de toute maladie!

Gonorrhée chronique

La gonorrhée chronique est le résultat d'une gonorrhée fraîche avancée, causée par un traitement inadéquat ou un manque de traitement.

Comme tout processus chronique, la maladie survient avec des périodes de rémission (aucun signe clinique) et des périodes d'exacerbation.

Le diagnostic de gonorrhée chronique est posé après la détection du gonocoque par des tests de laboratoire, d'une durée de la maladie supérieure à 2 mois, ou lorsqu'il n'est pas possible de déterminer la durée de la maladie.

La gonorrhée chronique est perfide. Sa tromperie est la suivante:

  • Capable de masquer d'autres formes d'infection gonococcique (aiguë, torpide (symptôme bas), latente (asymptomatique)
  • Dans des circonstances défavorables, prend un caractère disséminé (commun): pénètre dans le sang et d'autres organes.

Souvent, chez un couple, l'un des partenaires présente des signes de gonorrhée aiguë, tandis que l'autre ne présente aucun symptôme. Lors de la visite chez le médecin, il s'avère que les deux sont malades. Beaucoup de gens supposent à tort que c'est la personne qui a manifesté les symptômes qui est responsable. La vérité est que la gonorrhée chronique qui se manifeste sans signes de maladie est contagieuse!

Une inflammation chronique suspectée dans l'urètre peut être, le cas échéant:

  • Tissu cicatriciel (rétrécit l'urètre, perturbant la perméabilité)
  • Éléments inflammatoires frais et anciens (infiltrats)
  • Métaplasie (remplacement par un autre tissu) de la membrane muqueuse de l'urètre

En outre, les hommes révèlent une inflammation chronique de la prostate et, chez la femme, des lésions des ovaires, des trompes de Fallope et de l'utérus.

La gonorrhée familiale est un phénomène intéressant lorsque les gens sont malades sans préavis et s’infectent constamment.

Prenons une situation où, dans un couple marié, les deux époux souffrent de gonorrhée chronique, qui passe inaperçue. Lors de la création d'un triangle amoureux, l'agent pathogène est transmis au troisième (amoureux ou maîtresse). Il contracte une forme aiguë, qui est ensuite infectée par le conjoint dont il a initialement reçu le gonocoque. En conséquence, tous les participants souffrent de forme aiguë. Ce phénomène s'appelle la gonorrhée familiale.

Comprendre la cause de ce phénomène est simple: dans des conditions défavorables (exposition aux défenses immunitaires), le parasite revêt une forme particulière (forme L). Sous cette forme, le microorganisme est inactif et la maladie est lente. Mais entrer dans le nouvel environnement (pour les amoureux), où le système immunitaire ne le sait toujours pas, revient à son apparence habituelle et, avec lui, à ses propriétés agressives.

Il devient également clair pourquoi les personnes souffrant déjà de la forme chronique sont à nouveau infectées lors du premier contact avec un patient atteint de blennorragie. Il s’agit du «nouveau» gonocoque, ou plutôt de la diversité des souches (la souche est un parasite qui a acquis de nouvelles propriétés - «changé de visage»). L'immunité "ne reconnaît pas" les bactéries.

Tableau clinique

La gonorrhée chronique chez l'homme est lente et ressemble à une forme torpide de gonorrhée fraîche: il y a peu d'écoulement dans l'urètre et une légère détérioration de la santé. Mais pendant la provocation (consommation d'alcool, excitation sexuelle) se développe une clinique d'infection aiguë à blennorragie: écoulement abondant et purulent de l'urètre, douleur, sensation de brûlure pendant la miction, fièvre.

Chez les femmes, la gonorrhée est souvent asymptomatique et se transforme immédiatement en phase chronique. Ceci est dû aux facteurs suivants:

  • Aucune douleur ou insignifiante (caractéristiques anatomiques des organes urinaires: urètre court et large)
  • Il n'y a aucun signe externe de la maladie (les organes génitaux externes et le vagin ne sont pas affectés par le gonocoque, car les organes sont recouverts d'un épithélium à couches multiples et le parasite «aime» l'épithélium cylindrique).

À propos de la gonorrhée chez les femmes, y compris sous forme chronique, nous décrivons en détail dans l'article Symptômes de la gonorrhée chez les femmes. Comment l'anatomie affecte les caractéristiques de l'écoulement.

Traitement de la gonorrhée chronique

Le traitement de la gonorrhée chronique est complexe et est attribué à tous les participants. Il vise à détruire l'agent pathogène, à renforcer le système immunitaire et est réalisé dans un hôpital.

Le traitement commence par une stimulation spécifique du système immunitaire. À ces fins, ils utilisent gonovaccine:

  • 300 à 400 millions de corps microbiens sont administrés par voie intramusculaire.

La durée du traitement est de 6 à 8 jours.

Après avoir suivi le traitement par gonovaccin, prescrire un traitement antibiotique. Médicaments de choix - antibiotiques de la pénicilline:

  • Benzylpénicilline sel de potassium ou de sodium (par voie intramusculaire) Évolution de 5 à 7 jours (selon la gravité de la maladie) 1 injection - 60 000 unités., Injections ultérieures de 300 000. Unités. toutes les 3 heures.
  • Augmentin (par voie orale) 5 jours: les 3 premiers jours, 0,759 mg toutes les 8 heures, les 2 prochains jours, 0,375 mg toutes les 8 heures.

En cas d'intolérance aux antibiotiques de la pénicilline ou en l'absence d'effet, des antibiotiques d'autres groupes sont prescrits - macrolides:

  • Érythromycine (par la bouche) Cours 5 jours: les 2 premiers jours, 0,05 g, 6 fois par jour, les 3 prochains jours, 0,04 g, 5 fois par jour.

Pour les contre-indications au groupe des macrolides, les céphalosporines sont utilisées:

  • Cours Ceclor (interne) 3 jours: 2 jours, 0,5 g x4 fois par jour, dernier jour 0,25 g x 4 fois par jour.

La correction non spécifique de l'immunité doit être effectuée conjointement avec un immunologiste après avoir reçu les résultats d'un immunogramme.

En cas d’exacerbation du processus et d’apparition de douleur, on utilise des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS):

  • Diclofinac allume 50 mg jusqu'à 4 fois par jour dans le rectum (si le rectum n'est pas affecté par le gonocoque)

Appliquer un traitement local:

  • Microclysters avec des médicaments terrodazoy, ligentenom (irrigation de l'urètre et du vagin)
  • Bougies avec bifidum - et lactobacilles
  • Physiothérapie (courants à basse fréquence utilisant de l'aminophylline, du nitrate d'argent; un laser hélium-néon)

Attention! La gonorrhée chronique est traitable, même si plus de 5 ans se sont écoulés. Mais les conséquences sont presque incurables!

Conséquences et complications de la gonorrhée chronique

Si vous ne traitez pas la gonorrhée pendant une longue période ou si vous refusez complètement le traitement, cela menace:

  • Grossesse extra-utérine (processus inflammatoire à long terme conduisant au remplacement des tissus sains, du tissu cicatriciel de l'utérus et des trompes de Fallope)
  • Interruption prématurée de la grossesse à un stade précoce
  • Infection du foetus à la naissance
  • Impuissance (avec la défaite de la prostate)
  • Infertilité masculine (lésions testiculaires)
  • Le développement de l'ankylose (raideur) des articulations
  • Le développement de formes disséminées avec un résultat fatal
  • Immunité déprimée
  • Le développement de l'amylose des organes internes (synthèse de la protéine amyloïde déposée dans les organes entraînant la mort).

L'infection chronique à gonorrhée n'est pas une phrase. Une antibiothérapie compétente conduit à une guérison complète de la maladie.

Cependant, rappelez-vous qu'il vaut mieux prévenir la maladie que de la traiter plus tard!

Gonorrhée chronique

La gonorrhée est une maladie vénérienne qui se manifeste sous deux formes: fraîche et chronique. Forme fraîche - pas plus vieux que 2 mois. Avec un traitement plus long diagnostiqué avec une gonorrhée chronique.

En règle générale, la maladie entre dans la phase chronique en raison d'un traitement inadéquat (auto-traitement ou diagnostic incorrect effectué par un médecin).

Des erreurs de traitement peuvent survenir même lors du traitement d'une autre maladie et une personne en a plusieurs. Ces cas d'infection sont appelés infections mixtes. (Lisez quels sont les principaux symptômes de la gonorrhée chez l'homme)

Les raisons menant à l’apparition du stade avancé peuvent être très nombreuses. Par exemple, il s’agit d’une enquête erronée avec un manque de technologie avancée. Oui, l'agent pathogène peut être vu dans le champ visible d'un microscope conventionnel, mais cette méthode, appelée microscopie, nécessite une certaine qualification de vénérologue.

Par conséquent, il est préférable de toujours faire confiance aux méthodes de diagnostic automatisées les plus récentes. De bons résultats en termes de rapidité, de précision et de prix abordable sont obtenus par la méthode PCR. Dans certaines situations, il est nécessaire de mener une enquête bactériologique sur les semis.

Il faut dire que la détection des gonocoques chez les patients atteints de gonorrhée chronique est assez difficile. Ils ne sont détectés qu'après des études répétées à l'aide de provocations, et souvent uniquement dans les cultures.

Et dans une situation où le patient a plusieurs infections à la fois, un résultat faussement positif est possible. Et dans ce cas, la forme sous-traitée devient chronique. L'automédication avec des antibiotiques entraîne également généralement un processus chronique.

Le fait est qu'il est nécessaire de calculer la durée du traitement en tenant compte de nombreux facteurs supplémentaires.

Jusqu'à présent, sur Internet, vous pouvez trouver de fausses informations sur le traitement de cette maladie avec un seul comprimé, par exemple, la ciprofloxacine. Les souches de la maladie mutent très rapidement et des ajustements sont constamment apportés aux schémas thérapeutiques conventionnels. Les souches de pathogènes résistantes à tous les médicaments antibactériens sont déjà apparues dans les pays du sud-est.

Et qu'en est-il des formes mixtes de la maladie associées à d'autres infections lorsqu'une gamme complète de mesures thérapeutiques est requise. Sûrement des médicaments prescrits agissant sur tous les agents pathogènes infectieux. En outre, des procédures de physiothérapie sont effectuées, des médicaments immunomodulateurs sont prescrits.

Assurez-vous de subir un traitement local. En particulier, vous devez aborder le traitement avec soin lorsque des pathologies sont observées au cours de l'évolution de la maladie. Il est souvent nécessaire de traiter des IST compliquées de prostatite, de cystite, d'urétrite, etc. Ce sont ces complications que l'on observe souvent dans les formes chroniques de la maladie.

Il y a des situations fréquentes où le traitement a été effectué, mais les tests de contrôle n'ont pas été passés. Et de plus, si le traitement est effectué avec des violations, les agents pathogènes de la gonorrhée "prennent vie" et la maladie commence à agir, mais prend déjà un cours caché. (Lire aussi - Traitement de la gonorrhée avec un comprimé).

Contenu [Masquer]

La gonorrhée chronique chez les femmes

Étant donné que la majorité des femmes infectées ne présentent aucun symptôme au cours de la première semaine, parfois un mois, ou qu’elles sont bénignes, il n’est pas surprenant qu’elles soient plus susceptibles que les hommes de contracter une gonorrhée.

Les principaux symptômes de la gonorrhée chronique chez les femmes:

  • douleur dans le bas de l'abdomen, en particulier pendant la menstruation;
  • écoulement muqueux purulent abondant du vagin;
  • saignements légers;
  • inflammation de l'utérus, des ovaires;
  • maux de dos, en particulier dans la forme aiguë de la maladie;
  • fièvre.

Une maladie négligée peut entraîner des conditions dangereuses lorsqu'une intervention chirurgicale est nécessaire. La maladie provoque des modifications pathologiques dans les organes génitaux et l'infertilité, et touche également presque tous les organes vitaux - foie, cœur, reins, cerveau, articulations et système nerveux.

La gonorrhée chronique chez les hommes

Si le patient n'est pas traité, la maladie entre dans une phase chronique et progresse, affecte l'épididyme, les vésicules séminales, la prostate. Il y a souvent de la douleur dans l'anus. Possible éruption sur les organes génitaux sous la forme d'ulcères. Le cours général de la maladie est lent, mais des facteurs aggravants sont possibles: consommation d’alcool, nourriture épicée, hypothermie, agitation.

La gonorrhée chronique entraîne des complications chez l'homme telles que la prostatite, l'épididymite, le rétrécissement de l'urètre de nature cicatricielle, conduisant souvent à la stérilité.

Comment traite-t-on la gonorrhée chronique?

Pour éviter des complications graves, le traitement de la gonorrhée chronique chez l'homme, comme chez la femme, doit être débuté immédiatement après l'apparition des premiers symptômes de la maladie. La thérapie comprend l'utilisation d'antibiotiques, d'immunostimulants et de traitements physiques.

Tout est prescrit par le médecin strictement individuellement en fonction des résultats des analyses du patient.

La nomination d'antibiotiques n'est recommandée qu'après avoir identifié l'agent responsable de la gonorrhée. À cette fin, les patients reçoivent des médicaments spéciaux entraînant une rechute de la maladie, après quoi des tests de laboratoire des sécrétions des organes génitaux sont effectués. La sensibilité de l'agent pathogène à certains antibiotiques est testée, après quoi un médicament spécifique est prescrit.

Les immunostimulants ont pour effet de renforcer simultanément le système immunitaire et de provoquer des attaques de gonocoques, dans lesquels les agents antibactériens donnent un résultat optimal.

Appliquer une immunothérapie spécifique et non spécifique:

Le premier est opportun en l'absence de symptômes ou en présence d'une forme compliquée de pathologie. Son essence réside dans l'introduction du vaccin gonococcique, provoquant l'exacerbation de la maladie. Le cours consiste en 8 injections tous les deux jours.

Dans la deuxième immunothérapie (non spécifique), pyrogène, le prodigiosan est utilisé en association avec une thérapie de renforcement général.

Pendant le traitement, il est recommandé de suivre un régime: rien de salé, de fumé, d’épicé, n’élimine complètement l’alcool. Vous devez vous abstenir de tout rapport sexuel jusqu'au rétablissement complet.

La gonorrhée chez les femmes peut être asymptomatique

Les maladies infectieuses La gonorrhée (gonorrhée) est un représentant typique du groupe des maladies vénériennes, c’est-à-dire que les modes d’infection sont associés aux contacts sexuels. Les signes de gonorrhée se réduisent à des lésions des muqueuses du tractus urogénital (canal cervical, urètre, etc.), mais ils sont souvent observés dans des organes et des systèmes complètement différents (yeux, rectum, oropharynx).

L’agent responsable de la gonorrhée est le diplocoque à gram négatif Neisseria gonorrhoeae, ou gonocoque. Il provoque des lésions multifocales du corps et il peut ne pas y avoir de symptômes évidents de la maladie. La spécificité de l'agent pathogène réside dans le fait qu'il peut exister à la fois à la surface de la cellule et pénétrer à l'intérieur de la cellule (dans les cellules épithéliales, dans les leucocytes). Par conséquent, les gonocoques deviennent facilement des formes latentes difficiles à guérir (blennorragie chronique chez les femmes).

En dépit de la forte prévalence des méthodes de barrière de contraception, ainsi que de l’immense réseau de cliniques et de consultations gynécologiques, la maladie connue depuis l’antiquité ne réduit pas le taux de propagation. Aujourd'hui, il s'agit de l'une des infections bactériennes les plus "populaires" chez l'homme, plus courante entre 20 et 30 ans. Les conséquences de la gonorrhée pour les femmes peuvent être très déplorables - fausses couches, grossesses extra-utérines, stérilité. À cet égard, la connaissance des voies d'infection et le diagnostic précoce de la gonorrhée sont mis au premier plan dans la prévention des complications graves de la maladie.

Causes de la gonorrhée chez les femmes

Comme déjà mentionné, l'agent causal de la gonorrhée - gonococcus Neisser, appartenant au même genre. La bactérie a une forme en forme de haricot, ses deux parties sont disposées ensemble, étroitement adjacentes les unes aux autres par le côté interne (concave). En général, un frottis sur la gonorrhée provenant d'un écoulement vaginal, observé au microscope, permet de voir de grandes grappes de gonocoques, qui ressemblent à un essaim d'abeilles. Au sommet des gonocoques sont recouverts de fibres, avec lesquelles, après infection, sont attachés aux cellules épithéliales.

Au contact d'une source d'infection (une personne malade), la femme contracte elle-même une gonorrhée. Ses causes sont plus souvent associées aux rapports sexuels: la maladie est dans la plupart des cas transmise sexuellement (98%). Le risque d'infection après un seul contact chez les femmes atteint 60 à 80%. Parfois, le mode de transmission de la gonorrhée consiste à les infecter de manière domestique - lors de l’utilisation d’articles ménagers, d’accessoires de bain, de literie et de sous-vêtements. À l'occasion, la gonorrhée infecte une personne par l'adoption conjointe de procédures à base d'eau. La gonorrhée est souvent transmise aux nourrissons par le canal de naissance d'une mère malade.

La particularité des gonocoques est qu'ils sont localisés sur les membranes muqueuses de ces organes tapissés de cellules épithéliales glandulaires et cylindriques (généralement le rectum, l'urètre, le canal cervical). Le col de l'utérus, le corps de l'utérus de l'intérieur, est recouvert d'un épithélium à couches multiples, qui ne peut être infecté que par:

  • graves perturbations hormonales;
  • blessures d'organes;
  • immunité réduite.

Une fois la personne infectée, les gonocoques détruisent progressivement les cellules épithéliales et envahissent les capillaires et les petits vaisseaux lymphatiques. Une fois la période d'incubation de la gonorrhée terminée, l'agent pathogène pénètre dans la couche sous-épithéliale et entraîne le développement d'une inflammation. Au fil du temps, il recouvre tous les nouveaux tissus, se propageant souvent avec un courant de lymphe dans l'utérus. Les méthodes d'infection dites rétrogrades sont possibles lorsque, à travers le flux sanguin provenant des trompes de Fallope du gonocoque, pénètrent dans le péritoine. Rarement, la gonorrhée à l'intérieur du corps est transmise par voie hématogène ainsi que par la transmission directe de l'infection des organes génitaux à la membrane muqueuse de la bouche et des yeux.

Formes de gonorrhée

Il existe plusieurs classifications de la gonorrhée, qui peuvent prendre différentes formes dans le corps humain. En termes d'infection, la maladie existe dans les types suivants:

  1. Gonorrhée aiguë. La maladie se manifeste par des symptômes vifs, qui infectent d’abord une femme.
  2. Gonorrhée chronique. Un tel diagnostic est posé si la pathologie est détectée 2 mois ou plus après la transmission. La gonorrhée chronique est généralement floue, cachée.
  3. Gonorrhée récurrente. Il s'agit d'une exacerbation d'une maladie chronique, qui se développe généralement avec un traitement inadéquat ou le non respect du calendrier d'antibiotiques.

Par type de propagation de la gonorrhée peut être:

  • localisée (il n'y a qu'un foyer principal de la maladie), ce qui donne un tableau clinique;
  • disséminée (hématogène, lymphogène par la gonorrhée se propage à d'autres organes et systèmes);
  • sous forme de sepsis gonococcique (une infection sanguine par le gonocoque se produit).

Une ligne distincte est la hausse de la gonorrhée. Chez les femmes, ce type de maladie est considéré comme le plus dangereux. La gonorrhée en hausse est diagnostiquée si l'inflammation s'étend du bas aux parties supérieures du tractus urogénital. Les causes de ce phénomène sont le non-respect des règles d'hygiène lors de la menstruation, l'avortement et le curetage, la fixation de l'hélice, la biopsie, la détection de l'utérus et d'autres facteurs. La gonorrhée montante se manifeste par une salpingite, une endométrite, une ovarite et parfois une pelviopéritonite (une lésion du bassin). C'est la gonococcie ascendante qui nécessite un traitement plus grave, qui est souvent effectué à l'hôpital et peut même inclure une intervention chirurgicale.

Il existe une autre classification de la gonorrhée dans la zone touchée. Ainsi, la pathologie peut inclure:

  1. organes urinaires;
  2. zone ano-rectale (une rectite à gonocoque se développe);
  3. os, système musculaire (provoque l'arthrite gonococcique);
  4. les yeux (se blenrhea);
  5. pharynx (une pharyngite à gonocoque se développe).

Symptômes de la maladie chez les femmes

La période d'incubation de la gonorrhée est de 1 à 30 jours, parfois plus longue. Après cette période, dont la durée dépend de l'état d'immunité et de la présence d'autres IST, une inflammation de gravité variable se développe. Le plus souvent, les symptômes les plus graves sont la gonococcie ascendante, qui se propage rapidement et progressivement vers de nombreux organes du système génito-urinaire.

Les premiers signes de gonorrhée chez la femme sont généralement associés à une vulvite et à une urétrite - lésions du périnée et de l'urètre. En outre, les glandes de Bartholin dans la période qui précède le vagin sont souvent enflammées, de même que le vestibule proprement dit avec le développement de la bartholinite et de la vestibulite. Très vite, le canal cervical est impliqué dans le processus pathologique, une cervicite survient. Au stade initial, les symptômes de la gonorrhée chez les femmes:

  • démangeaisons dans l'urètre;
  • douleur en urinant;
  • inconfort pendant les rapports sexuels;
  • mictions fréquentes;
  • l'apparition de décharge purulente;
  • gonflement, rougeur des organes génitaux externes.

Si le traitement de la gonorrhée chez les femmes à ce stade n'a pas été commencé, l'infection est transmise par un courant lymphatique aux parties supérieures du tractus urogénital, provoquant une salpingite, une colpite, une parauréthrite. Si une femme souffre d’une endocervicite à long terme non traitée, elle affecte toujours les glandes du canal cervical et provoque la formation de cicatrices et d’adhérences.

La hausse de la gonorrhée affecte le plus souvent la vessie, les ovaires et le col de l'utérus. Dans ce cas, le complexe de symptômes, en plus des symptômes ci-dessus, peut inclure:

  • écoulement purulent copieux;
  • l'apparition d'ulcères sur les muqueuses;
  • brûlures graves dans le vagin;
  • troubles menstruels;
  • l'apparition de saignements intermenstruels;
  • l'apparition de douleurs ou de douleurs aiguës dans l'abdomen.

Les complications de la gonorrhée, telles que les inflammations aiguës de l'utérus ou du péritoine, se manifestent par des nausées et des vomissements, de la fièvre ou des symptômes subfébriles, une diarrhée, une faiblesse générale et des signes d'intoxication. Souvent, en parallèle, une femme note les symptômes de la conjonctivite, de l’arthrite, de la pharyngite et de la rectite.

Malheureusement, jusqu'à 60% des cas de gonorrhée ne donnent pas une clinique lumineuse, ils sont donc radiés par une femme pour le rhume, le stress et la surchauffe. C'est pourquoi la gonorrhée chronique, ou sa rechute plus prononcée, est le plus souvent diagnostiquée. Les formes de gonorrhée asymptomatiques, peu symptomatiques, sont souvent associées à la chlamydia, à la trichomonase, entraînant un affaiblissement important du système immunitaire de la femme et le développement de complications graves. Les effets de la gonorrhée peuvent être dangereux pour la santé et pour la future maternité.

Complications de la gonorrhée

La prévention de la gonorrhée et son traitement précoce pour les femmes sont très importants car cette pathologie peut entraîner des complications très désagréables et leur pourcentage est très élevé. Parmi eux se trouvent:

  • abcès de l'utérus, appendices, ovaires;
  • dommages au foie, au coeur, aux reins;
  • infection des articulations;
  • méningite à gonocoques;
  • processus adhésifs dans les tuyaux;
  • infertilité;
  • grossesse extra-utérine;
  • fausses couches précoces;
  • sous-développement du fœtus ou sa mort fœtale;
  • infection du nouveau-né;
  • complications septiques graves après l'accouchement;
  • péritonite et empoisonnement du sang.

Les effets beaucoup moins dangereux mais indésirables de la gonorrhée sont une diminution du désir sexuel, une baisse de l'acuité visuelle, un inconfort constant et une douleur dans la vie quotidienne et intime. Par conséquent, il est important de commencer le traitement de la gonorrhée chez les femmes le plus tôt possible, afin que les phénomènes susmentionnés n'aient pas le temps de se développer.

Examen pour la gonorrhée chez les femmes

Le diagnostic de la gonorrhée doit être complexe car cette maladie peut causer des lésions multiples aux organes. Il est nécessaire de faire des tests pour toutes les IST, car les symptômes de la gonorrhée s'apparentent aux signes d'autres maladies et, souvent, l'infection est mixte. La principale méthode de diagnostic est un frottis sur la gonorrhée. Sa capture est faite à partir du canal cervical ou des parois du vagin. Après un frottis sur la gonorrhée chez les femmes, on examine à l'aide de méthodes de laboratoire:

  1. Méthode bactérioscopique. Le matériau est examiné après traitement par des colorants au microscope. Pour cette analyse, il est préférable de procéder à l'élimination des pertes purulentes du tractus vaginal. Analyse d'efficacité - jusqu'à 60%.
  2. Méthode bactériologique. Le biomatériau est semé dans un milieu nutritif où les gonocoques prolifèrent activement et sont facilement détectables. La fiabilité de la méthode est de 95%.
  3. Méthode PCR. L'analyse la plus moderne, dont la prise garantit la détermination de l'ADN de l'agent causatif de la gonorrhée dans 99% des cas.

De plus, du sang est prélevé pour analyse afin de déterminer les anticorps anti-gonorrhée par ELISA. Les diagnostics de la gonorrhée, entre autres, devraient inclure une échographie des organes pelviens, du péritoine, des tests de dépistage du VIH et de l'hépatite, des analyses biochimiques générales, une colposcopie, un frottis pour oncocytologie. Après le traitement de la gonorrhée chez la femme, un nouvel examen est effectué (généralement au bout de 10 jours et au bout de 3 à 6 mois).

Traitement de la gonorrhée

Le traitement de la gonorrhée à domicile sans ordonnance d'un médecin est inacceptable: la pathologie associée à la prise de médicaments inappropriés est dissimulée, entraînant les complications les plus graves. Le traitement principal de la gonorrhée chez la femme est l'antibiothérapie. Les préparations de pénicilline peuvent être moins efficaces, aussi les antibiotiques pour la gonorrhée sont-ils choisis dans le groupe des céphalosporines, qui sont associées aux macrolides. En l'absence d'une analyse de sensibilité aux antibiotiques, des médicaments à large spectre sont utilisés. Si la forme de la maladie n’est pas compliquée, une association de ceftriaxone et d’azithromycine est prescrite pendant 7 jours.

Après un traitement avec des médicaments antibactériens, un frottis est administré: s'il présente à nouveau un résultat positif, d'autres pilules pour la gonorrhée sont prescrites. Les médicaments utilisés sont la céfixime, l'amoxicilline, l'amoxiclav, l'ofloxacine, le triméthoprime, l'érythromycine, la gentamicine, ecomed, l'azicide, la josamycine et les médicaments d'autres groupes pharmacologiques. Il est interdit aux femmes enceintes de prendre des médicaments appartenant au groupe des aminosides, les fluoroquinolones.

De plus, lorsque les yeux sont endommagés, un traitement local avec des gouttes antibactériennes (sulfacyl sodium, normax, ciprofloxacine), un lavage des yeux avec une solution d’argent, en utilisant des pommades avec des antibiotiques (tétracycline, érythromycine) sont effectués. Traiter localement le patient avec des solutions de protargol, antiseptiques, infusions de camomille, calendula.

Il est important de prendre des antibiotiques pour la gonorrhée et tous les partenaires sexuels d'une femme, de préférence après un examen approfondi. Pendant le traitement, une femme ne devrait pas avoir de relations sexuelles sans préservatif, ni boire de l'alcool. Si la maladie est aiguë, le patient est hospitalisé, le repos au lit et des compléments alimentaires sont recommandés. De plus, pour la gonorrhée chronique, une femme se voit prescrire:

  • prendre des immunomodulateurs;
  • des bougies pour restaurer la microflore du tractus vaginal;
  • les bifidobactéries, les lactobacilles;
  • physiothérapie (laser, traitement magnétique, irradiation ultraviolette);
  • autohémothérapie;
  • l'introduction de sérums gonococciques spécifiques.

Un traitement chirurgical peut être nécessaire si les médicaments sont impuissants, par exemple en cas d'abcès purulent des organes pelviens. Une intervention urgente est réalisée, si possible, par laparoscopie. Dans les cas graves, une laparotomie d'urgence est réalisée avec excision des appendices et lavage de la cavité abdominale.

Gonorrhée et grossesse

Si une femme enceinte a une gonorrhée chronique ou si l'infection se produit déjà après la conception, cela peut considérablement compliquer la gestation. La gonorrhée pendant la grossesse peut entraîner:

  • fausse couche;
  • mort fœtale;
  • naissance prématurée;
  • insuffisance placentaire;
  • inflammation des membranes fœtales;
  • septicémie gonococcique;
  • accouchement grave et infection infantile;
  • conjonctivite gonococcique, otite chez un enfant;
  • chez les filles nouveau-nées - à la gonorrhée vulvaire.

La gonorrhée chronique provoque très souvent le développement d'une grossesse tubaire. Une femme est donc emmenée à l'hôpital avec une clinique abdominale aiguë et la trompe utérine est retirée. Le traitement de la gonorrhée chez les femmes enceintes est effectué uniquement à l'hôpital. Cela inclut les médicaments antibactériens approuvés (céphalosporines, macrolides). En particulier, l'association de ceftriaxone et d'érythromycine est considérée comme efficace. Le dernier médicament doit être ajouté si la chlamydia est trouvée chez une femme.

Après la fin du traitement chez la femme enceinte, au bout de 10 jours et tous les 3 mois, un test de dépistage des IST est réalisé, après quoi le matériel est examiné par la méthode de culture (bactériologique). Si possible, le traitement de la gonorrhée doit être effectué avant la conception, car il protégera certainement le bébé des complications graves et des effets des médicaments.

Prévention de la gonorrhée

Chez les femmes, la prévention de la gonorrhée est réduite aux mesures suivantes:

  • utilisation régulière du préservatif;
  • éviter les contacts occasionnels;
  • hygiène génitale;
  • refus de partager le linge, les effets personnels, la literie de quelqu'un d'autre avec des personnes éventuellement infectées;
  • exclusion d'infection de l'enfant lors de l'accouchement (accouchement par césarienne, traitement de la gonorrhée chez la femme enceinte).

Il existe des moyens de réduire le risque de contracter la gonorrhée avant et après un contact douteux non protégé. Pour ce faire, vous pouvez humidifier le pansement avec une solution de protargol, le plier sous la forme d'un tampon, pénétrer dans le vagin, préalablement lubrifié à la vaseline. Ces actions sont effectuées avant les rapports sexuels. Après le rapport sexuel doit être lavé en profondeur avec une solution de permanganate de potassium. La meilleure option consiste à traiter les organes génitaux externes et à injecter 5 ml dans le vagin. miramistina, la bétadine, la chlorhexidine, ce qui réduira de 10 fois le risque de développer la maladie. Dix jours après le contact non protégé, des frottis devraient être administrés pour détecter la présence d'agents pathogènes des principales IST.

Même si une femme a la gonorrhée et a guéri, elle ne développe pas d'immunité contre cette pathologie. Il est important à l'avenir de respecter toutes les mesures préventives et de prévenir à nouveau la maladie insidieuse!

Informations utiles

La plupart des MST sont causées par des infections virales, qui se manifestent par une immunité affaiblie! La cause la plus fréquente d'immunosuppression est les parasites! Il a été scientifiquement prouvé qu'il existe des parasites chez chaque personne, ce qui se manifeste par les symptômes suivants:

  • fatigue générale constante;
  • somnolence;
  • malaise;
  • douleur périodique sans cause dans les organes internes;
  • état dépressif

Si vous présentez au moins 2 de ces symptômes, vous pouvez avoir des parasites dans votre corps! Nous vous recommandons de boire un plat de thé antiparasitaire, au moins à titre préventif.

C'est pourquoi nous avons décidé de publier une interview exclusive avec Elena Malysheva, dans laquelle elle a révélé le secret de l'élimination des parasites. Lire l'article >>

Les signes de la gonorrhée chez les femmes, le traitement et la prévention

La gonorrhée chez les femmes est plus fréquente en âge de procréer. Cette infection sexuellement transmissible peut entraîner une infertilité ou des problèmes de gestation. L'infection gonococcique nécessite donc un traitement immédiat des deux partenaires sexuels. Cette maladie vénérienne est également appelée maladie du clap ou maladie du clap.

Selon les statistiques de l'OMS, la gonorrhée est une infection très courante. Chaque année, la maladie est diagnostiquée chez environ 200 millions de personnes. Dans la Fédération de Russie, dans les années 90, le nombre de cas a légèrement diminué, mais après quelques années, la situation a commencé à se détériorer. Et maintenant, l’incidence est supérieure à 100 cas pour 100 000 personnes.

Malgré les méthodes de traitement modernes, la maladie n’est pas totalement maîtrisée: l’agent responsable de la gonorrhée se mute, acquérant progressivement une résistance aux derniers antibiotiques.

Agent causal de la gonorrhée et transmission

L'agent responsable de la gonorrhée - la bactérie à Gram négatif, Neisseria gonorrhoeae, appartient à la paire de cocci et a la forme d'un haricot. Les gonocoques sont situés dans les cellules, dans le cytoplasme des leucocytes. Ces organismes sont hypersensibles à divers facteurs externes. Ils meurent lorsque la température atteint 55 degrés. En outre, la lumière du soleil et le dessèchement leur sont préjudiciables. Bon effet donne un traitement avec des solutions antiseptiques. La bactérie reste viable car elle se trouve dans du pus frais. Après séchage, le gonocoque périt.

Modes de transmission de la gonorrhée:

  1. Le principal mode de transmission est sexuel, lorsque des agents pathogènes sont transmis lors de relations sexuelles vaginales ou anales non protégées. 20 à 50% infectés par la gonorrhée lors d'un seul rapport sexuel traditionnel non protégé. Beaucoup moins - avec des rapports sexuels oraux.
  2. La maladie de la mère malade est transmise au nouveau-né lors de l'accouchement. La conjonctivite gonococcique du nouveau-né se produit avec la formation d'ulcères qui guérissent avec une cicatrice. La maladie est compliquée par la cécité.
  3. Dans les rapports sexuels non conventionnels, une inflammation de la gonorrhée se développe dans le rectum, le pharynx et les amygdales. La maladie peut être transmise par les vibrateurs et les jouets sexuels d'une personne malade.
  4. En raison de l'instabilité des bactéries dans l'environnement extérieur, la maladie ne se transmet pas par les baisers, les effets personnels du patient, les couverts, les toilettes et les piscines.
  5. Très rarement, les petites filles sont infectées par les affaires personnelles de la mère atteinte de gonorrhée.

Les agents responsables de la gonorrhée ne sont pas capables de bouger, ils ne constituent pas un argument. Ces organismes ont des filaments très minces, grâce auxquels ils peuvent être conservés à la surface des cellules épithéliales, des globules rouges, des cellules germinales mâles - les spermatozoïdes. De plus, chaque bactérie est recouverte d'une couche d'une substance spéciale et se présente comme dans une capsule. Par conséquent, la destruction de ces organismes est difficile. Le traitement est compliqué par le fait qu'il est possible de placer l'agent pathogène à l'intérieur de cellules épithéliales, de trichomonas et de leucocytes.

Période d'incubation

La période latente (incubation) de la gonorrhée varie de 2 à 5 jours chez les hommes et de 5 à 10 jours (et même 30 jours) chez les femmes. Pendant ce temps, les gonocoques passent de la couche muqueuse à la sous-muqueuse, provoquant sa destruction.

De là, l'infection se propage à travers le système lymphatique et pénètre dans le sang. En se propageant de manière rétrograde, les gonocoques pénètrent dans les ovaires par les trompes de Fallope, provoquant leur inflammation (annexite) et dans la cavité abdominale. Avec une immunité fortement réduite, les gonocoques peuvent se propager dans la circulation sanguine et causer une sepsie et des lésions à certains organes - les articulations, la membrane muqueuse des yeux, la peau, le cœur et le cerveau.

Les premiers signes de la gonorrhée, photo

Immédiatement après l'infection, l'infection gonococcique ne présente aucune manifestation clinique. Chez les femmes atteintes de gonorrhée, les symptômes et le traitement sont dus à la localisation du processus inflammatoire.

Le plus souvent, avec cette maladie, l'urètre est affecté et une urétrite gonorrhéique se développe avec les symptômes suivants:

  • douleur (souvent douleur et sensation de brûlure) en urinant;
  • démangeaisons dans la région génitale et en particulier dans l'urètre;
  • augmentation de la fréquence des mictions;
  • excrétion d'urine en petites portions;
  • sentiment persistant de vidange incomplète de la vessie;
  • inclusions purulentes dans l'urine.

Il arrive également que la gonorrhée provoque une cervicite - un processus inflammatoire du col de l'utérus. Le symptôme principal de cette affection est le blanc, avec parfois des inclusions purulentes. Le reste de la maladie est asymptomatique et indolore.

Le troisième complexe symptomatique le plus fréquent chez les femmes atteintes de lésions gonococciques est la proctite à gonorrhée, dont les symptômes sont les suivants:

  • douleur (parfois accompagnée de démangeaisons et de brûlures) dans la région de l'anus;
  • sensation de chaleur résultant de l'élévation de la température locale dans l'anus;
  • le besoin de selles fréquentes, souvent sans cause.

À quoi ressemble la gonorrhée?

La photo ci-dessous montre comment la maladie se manifeste chez les femmes.

Maladie chronique

Chez les femmes, la forme chronique de la maladie se manifeste par une absence prolongée de traitement pour sa forme aiguë. Le traitement de la gonorrhée chronique est très difficile en raison de la présence de complications possibles. Dans tous les cas, vous pouvez vous débarrasser complètement de l’infection, mais il convient de rappeler que les processus qu’elle provoque dans le corps peuvent être incurables. Par exemple, la cervicite qui dure longtemps et qui accompagne souvent la gonorrhée conduit progressivement à l'apparition dans la région cervicale d'adhésions qui empêchent la conception et le port d'un enfant. Parfois, ce problème ne peut être résolu qu'avec l'aide d'une opération chirurgicale.

La gonorrhée chronique n'est pas accompagnée de symptômes prononcés, elle peut être détectée par hasard lors de l'examen pour détecter la présence de toute autre infection. La base de son traitement est également des antibiotiques. La probabilité de guérison complète avec toutes les recommandations médicales nécessaires est de 100%.

Tripper pendant la grossesse

La gonorrhée chez les femmes enceintes montre une inflammation du vagin et du col utérin, une ouverture prématurée des membranes ou leur inflammation, une fièvre de naissance et un avortement septique. Une salpingite (inflammation des trompes de Fallope) peut survenir jusqu'à 4 mois de grossesse. Le développement de la vaginite à gonorrhée, qui ne survient généralement pas en dehors de la grossesse, est associé à des modifications hormonales de l'épithélium vaginal.

Les symptômes ressemblent à ceux du muguet, mais les médicaments standard n’aident pas. Le danger pour l’enfant est une infection intra-utérine par un gonocoque, une conjonctivite blennorragique post-partum, chez les filles - la gonorrhée des organes génitaux. Les femmes enceintes atteintes de gonorrhée sont traitées à l'hôpital.

Des complications

Les complications de la gonorrhée chez les femmes sont très graves:

  • formation d'érosion cervicale - défaut non curatif de la membrane muqueuse;
  • Bartholinite - inflammation des grosses glandes jumelées dans la période qui précède le vagin, nécessitant souvent une intervention chirurgicale;
  • échec du cycle menstruel;
  • frigidité - diminution du désir sexuel;
  • la propagation de l'infection à la cavité utérine et ses appendices (souvent une intervention chirurgicale);
  • la mort du globe oculaire d'un enfant infecté pendant l'accouchement;
  • obstruction des trompes de Fallope et grossesse extra-utérine;
  • infertilité, souvent persistante;
  • dommages articulaires;
  • fausse couche pendant l'infection en début de grossesse;
  • manque d'oxygène chez le fœtus, travail prématuré et septicémie du nouveau-né lors d'une infection en fin de grossesse;
  • dans les cas les plus graves - péritonite, lésion du cœur et du cerveau.

Diagnostic de la maladie

Le diagnostic de la gonorrhée commence par une enquête auprès des patients et un historique des antécédents. En outre, le patient est examiné pour détecter l'agent causal de la maladie, la prise en compte des manifestations cliniques de la maladie. Cependant, les résultats les plus précis montrent les résultats des analyses.

L'examen bactérioscopique implique la coloration d'un frottis en utilisant une méthode spéciale qui détecte les microorganismes pathogènes atteints de gonorrhée aiguë avec une précision de presque 100%. La gonorrhée chronique est beaucoup plus difficile à détecter. La méthode bactériologique permet de déterminer la sensibilité des bactéries trouvées aux médicaments antibactériens, ce qui est nécessaire pour un traitement ultérieur.

Dans cette situation, en plus des tests standard, l’étude des sécrétions de l’urètre, des conduits urinaires et de l’eau de lavage du rectum est réalisée. Tout cela ensemble donne une image claire de la maladie et permet de la guérir plus efficacement.

Schéma de traitement de la gonorrhée

Le principe de base: il est impératif de traiter les partenaires sexuels ayant découvert des gonocoques à l'aide de la méthode de culture. La gonorrhée aiguë et chronique nécessite une approche étiotropique, c'est-à-dire un impact sur la cause de la maladie.

Le traitement aux antibiotiques, pris par voie orale, est toujours effectué sur les antécédents d'hépatoprotecteurs (Kars) et de probiotiques (Linex, yaourt). Les eubiotiques locaux (intravaginaux) - acylact, lacto et bifidumbactérine. Il sera utile et la nomination de médicaments antifongiques (fluconazole).

La tentation de guérir par vous-même est préférable de cesser immédiatement, car l'antibiotique risque de ne pas fonctionner et la gonorrhée de devenir chronique, les médicaments provoquant de plus en plus d'allergies et sa complication - le choc anaphylactique - se développant à la vitesse de l'éclair. Et surtout, seul le médecin établit un diagnostic fiable de la gonorrhée, sur la base de données objectives.

Parmi les antibiotiques utilisés dans le traitement de la gonorrhée chez les femmes, on préfère les médicaments à base de pénicilline, de céphalosporine et de fluoronnilone:

  • Ceftriaxone 0,25 g ou gentamicine 2,0 g / m
  • Sumamed 2 g (analogues Zi-factor, Azitroks, Hemomitsin, Azitsid, Ecomed)
  • Céfixime 0,4 g ou ciprofloxacine 0,5 g par voie orale

La gonorrhée ascendante aiguë est traitée avec les médicaments suivants6

  • Ceftriaxone 1 g par voie intramusculaire une fois par jour pendant la semaine, ciprofloxacine 500 mg i / v 2 fois par jour pendant 7 jours, ofloxacine 0,4 g 2 fois par jour pendant une semaine.
  • D'autres antibiotiques peuvent également être utilisés (tétracycline, clindamycine, rifampicine, bicilline, josamycine, ofloxacine, etc.).
  • Le traitement de la gonorrhée chronique est complété par des stimulants de l'immunité et un vaccin contre les gonocoques (pyrogène, méthyluracile, lévamisole, prodigiosan).
  • Active efficacement l'auto-thérapie des défenses du corps.

Étant donné que la gonorrhée est souvent associée à la trichomonase et / ou à la chlamydia, la doxycycline pendant 10 jours et les préparations à base de métronidazole pendant 5 à 7 jours sont associées au traitement. Le traitement topique consiste à laver l’urètre avec une solution à 0,5% de nitrate d’argent, à l’aide d’une solution de manganèse, de protargol, de chlorhexidine, de miramistine et de décoction de camomille.

Dans certains cas, utilisez de nouveaux schémas thérapeutiques, en utilisant 2 médicaments - Azithromycine (à l'intérieur) + Gentamicin (injection) ou une autre combinaison - Hémifloxacine + Azithromycine par voie orale.

Cela s'explique par le fait qu'au cours des dix dernières années, l'OMS s'est inquiétée de l'augmentation du nombre de cas de développement de l'agent pathogène responsable de la gonorrhée à certains antibiotiques. Ainsi, le principal expert britannique en matière de santé, Sally Davis, a déclaré qu'en 2013, le pathogène tétracycline gonorrhée était déterminé.

Le sexe et l'alcool sont interdits pendant toute la durée du traitement!

Prévention d'urgence

Si une femme a eu des rapports sexuels non protégés et craint de contracter le gonocoque, il est recommandé de prendre des mesures de prévention d'urgence, notamment:

  • vidange de la vessie (de préférence deux fois);
  • traitement minutieux avec de l'eau chaude et du savon à l'intérieur des cuisses et des organes génitaux externes;
  • l'introduction de solutions de Miramistin ou de Betadine dans l'urètre (pas plus de 1 à 2 millilitres) et dans le vagin (jusqu'à 5 millilitres), si après un contact dangereux ne s'est pas écoulé plus de deux heures;
  • traitement par antiseptique (miramistine, chlorhexidine, manganèse faible) du périnée et de l’intérieur des cuisses.

Au plus tard 48 heures après une éventuelle infection, vous devez contacter un vénéréologue, qui procédera à un examen et rédigera un schéma thérapeutique comportant un effet thérapeutique dans des zones spécifiques.

Prévention systématique de la gonorrhée

La prévention de la gonorrhée consiste à prévenir l’infection à gonocoque et à en bloquer la propagation. Le risque d'infection pendant les rapports sexuels est réduit par l'utilisation d'un préservatif et l'utilisation ultérieure d'antiseptiques à base de chlore (miramitan). Laver avec du savon ordinaire et de l'eau est inefficace, tout comme les spermicides. La meilleure façon de rester en santé est d'avoir un partenaire fiable, de préférence au singulier.

Les rapports sexuels protégés dans la gonorrhée sans préservatif avec un patient ou un porteur d’infection sont possibles, mais de tels actes peuvent difficilement être qualifiés de rapports sexuels complets. Les spécialistes comprennent les massages corporels, les baisers secs, le contact oral avec le corps, à l'exception de la région génitale externe, l'auto-masturbation et les jouets sexuels individuels.

L'identification des patients atteints de gonorrhée et des porteurs se fait lors d'inspections régulières, d'enregistrement de carnets médicaux, d'enregistrement de femmes enceintes. Tous les partenaires sexuels doivent subir un examen si la gonorrhée présente des symptômes après 30 jours et 60 jours avant le diagnostic pour la forme asymptomatique, si au moins l'un d'entre eux présente des signes de la maladie. Examinez les mères qui ont des enfants atteints de gonorrhée et les filles si elles applaudissent leurs parents ou leurs tuteurs.