Principal
Raisons

Comment fonctionne le système urinaire des hommes?

Le système génito-urinaire est le système dont la structure distingue fondamentalement un homme d'une femme dès sa naissance. Plus spécifiquement, les systèmes urinaire et reproducteur diffèrent en fonction du système organique: urinaire - excréteur, sexuel - reproducteur. Mais chez les hommes, ils sont assez proches anatomiquement, de sorte que, dans de nombreuses sources, on peut trouver un tel terme: le système urinaire de l'homme.

Les systèmes génital et urinaire chez les hommes sont étroitement liés.

La structure du système urinaire

Si toutefois séparer, alors pour le système urinaire chez les hommes sont:

  • les reins;
  • les uretères;
  • la vessie;
  • l'urètre (l'urètre).

Organes du système urinaire

Rein

Reins - Organe parenchymal apparié de la forme en forme de haricot, ils sont situés dans la région lombaire. L'urine se forme dans les reins. Le parenchyme rénal comprend de nombreux glomérules et tubules. La filtration du plasma a lieu dans les glomérules et dans les tubules, il existe un processus complexe de réabsorption et de formation de la partie du plasma qui doit être éliminée, c'est-à-dire l'urine.

L'urine pénètre dans le bassin rénal et de là, dans les uretères.

Ureters

Les uretères sont des tubes reliant les reins à la vessie. Ils ont une fonction - ils ne font qu'uriner. La longueur de chaque uretère est d'environ 30 cm.

Vessie

La vessie remplit deux fonctions: elle accumule et élimine l'urine. Il a la forme d'un réservoir triangulaire (à l'état non rempli). La structure de son mur est telle qu’elle peut s’étirer considérablement. L’accumulation physiologique habituelle de l’urine est d’environ 200 à 300 g, le volume provoquant déjà l’envie d’uriner. Dans certains cas, la vessie peut s’étirer sur une taille considérable et contenir jusqu’à plusieurs litres d’urine.

La paroi musculaire de la vessie peut non seulement s'étirer, mais aussi se contracter. La miction est normale - il s'agit d'un acte arbitraire, c'est-à-dire qu'elle est contrôlée par le cerveau. Dès qu'une personne veut uriner et que l'occasion se présente, un signal parvient à la vessie depuis le cerveau. Sa paroi se contracte et l'urine est poussée dans l'urètre.

Dans la vessie, l'urine s'accumule et est excrétée par l'urètre.

Urètre (urètre)

L'urètre est le point final du système urinaire. Sur elle, l'urine est excrétée. Chez l’homme, l’urètre est beaucoup plus long que chez la femme (sa longueur est d’environ 20 cm), il comporte plusieurs divisions. (prostatique, périnéal et suspendu). L'ouverture externe de l'urètre s'ouvre à la tête du pénis.

L'urètre sert non seulement à éliminer l'urine, mais également à libérer le sperme lors des rapports sexuels. Cet organisme est en contact direct avec l'environnement. Principalement par son intermédiaire, divers micro-organismes pénètrent dans le corps humain, ce qui peut causer des problèmes aux organes des systèmes urinaire et génital. Cette façon de propager l'infection s'appelle ascendante.

Organes reproducteurs mâles

Le système reproducteur est représenté par:

  1. Organes génitaux internes:
  • testicules (testicules);
  • épididyme;
  • le canal déférent;
  • vésicules séminales;
  • la prostate;
  • l'urètre (il fait référence à la fois aux systèmes urinaire et génital).
  1. Organes génitaux externes:
  • organe sexuel - pénis;
  • scrotum.

    Organes sexuels faisant partie du système reproducteur masculin

    Organes génitaux internes

    Testicules

    Plantes à graines (testicules) - Organe glandulaire apparié situé dans le scrotum. Il a vraiment la forme d'un œuf, légèrement aplati, avec une surface lisse et brillante (coquille de protéine). Taille du testicule longitudinal 4-4,5 cm.

    Le testicule est une glande, il produit des spermatozoïdes, qui font partie du sperme, ainsi que des hormones sexuelles mâles, qui pénètrent dans le sang.

    Epididyme

    L'épididyme est adjacent à la surface postérieure du testicule. C'est un faisceau de tubules fortement torsadés dans lesquels les spermatozoïdes mûrissent.

    Les spermatozoïdes se forment dans les testicules

    À partir de l'épididyme, les spermatozoïdes pénètrent dans le canal déférent, qui constitue la partie principale du cordon spermatique.

    Cordon spermatique

    Le cordon spermatique est une bande appariée de 18 à 20 cm de long, qui s'étend du pôle supérieur du testicule à l'extrémité profonde du canal inguinal. C'est le canal déférent, ainsi que les vaisseaux sanguins et les nerfs. Les testicules sont suspendus au cordon spermatique et entourés des mêmes coquilles (sept au total). Le cordon spermatique a une partie scrotale (elle est ressentie à travers la peau du scrotum) et une partie inguinale qui passe dans le canal inguinal.

    Pénétrant dans la cavité pelvienne, le canal déférent parvient à la prostate, se connecte au canal des vésicules séminales et pénètre dans l’épaisseur de la prostate en formant le canal éjaculateur. Il s'ouvre dans la partie prostatique de l'urètre.

    Bulles de graines

    Les vésicules séminales sont des formations glandulaires appariées situées sur le bord supérieur de la prostate. Ce sont des tubes tubéreux tortueux d'environ 5 cm de long et d'environ 1 cm d'épaisseur, impliqués dans la formation de certains composants du sperme.

    Prostate (prostate)

    La prostate est un organe purement masculin. Il se compose de deux lobes et d'un isthme, de forme et de taille semblable à un châtaignier. La prostate est représentée par le tissu musculaire et glandulaire. Il est situé en bas de la vessie, un anneau recouvre son cou et la section initiale de l'urètre.

    La partie musculaire de la prostate sert de valve pour retenir l'urine pendant l'érection.

    Pendant l'éjaculation, les muscles lisses de la prostate favorisent la libération du sperme par les canaux éjaculatoires.

    La prostate normale pèse entre 20 et 50 grammes. Dans les pathologies, sa taille peut augmenter considérablement, ce qui perturbe le fonctionnement de tout le système urogénital (voir Quelles sont les dimensions normales de la prostate).

    Une hypertrophie de la prostate provoque un dysfonctionnement de tout le système

    Organes génitaux externes

    Pénis

    Le pénis (pénis) est un organe masculin servant à établir des relations sexuelles, à libérer du sperme dans le vagin de la femme et à uriner.

    Le pénis a une base, un tronc et une tête. À l'intérieur se trouvent deux corps caverneux longitudinaux et un corps spongieux entre eux. Les corps caverneux sont composés de tissu caverneux, dont la structure est telle qu'il peut augmenter en volume pendant le remplissage du sang (en état d'érection).

    À l'intérieur du corps spongieux passe l'urètre. Le corps spongieux forme la tête du pénis. En dehors du pénis est recouvert de peau. Dans la région de la tête, la peau forme un grand pli - le prépuce. Il couvre la tête et se déplace facilement vers le haut. À l'arrière du pénis, le prépuce est attaché à la tête, formant une bride. La bride va dans la couture, qui peut être tracée à travers le tronc.

    Sur la tête se trouve un trou fendu de l'urètre.

    Scrotum

    Le scrotum est un sac creux musculo-cutané pour les testicules. Nature a déterminé que la température pour une spermatogenèse normale devrait être inférieure à la température corporelle (environ 34 ° C). Par conséquent, les testicules sont retirés de la cavité abdominale (voir Que peut être causé par une surchauffe des testicules)?

    Le scrotum se compose de plusieurs couches, qui sont également les coquilles du testicule.

    La relation des systèmes urinaire et génital des hommes

    Les systèmes urinaire et reproducteur chez les hommes sont étroitement liés, ils sont donc généralement considérés ensemble. En cas d'inflammation dans l'urètre, l'infection peut se propager à travers les tubules et entraîner de graves complications aux reins et aux organes génitaux de l'homme. Avec une hypertrophie de la prostate, une rétention d’urine peut survenir, ce qui entraîne également d’énormes complications.

    Système génito-urinaire masculin - Organe

    Le système urinaire de l'homme, à savoir l'urètre et le pénis masculins, est crucial pour le diagnostic et le traitement des affections urologiques. L'anatomie des reins, de l'uretère et de la vessie est similaire chez les hommes et les femmes. La plupart des différences entre les sexes dans les voies urinaires commencent au niveau du col de la vessie et se poursuivent dans le reste des organes.

    La structure du système génito-urinaire masculin

    Cette section traite de l'anatomie macroscopique du système génito-urinaire masculin, en commençant par la prostate, puis dans le tractus urinaire inférieur, y compris chaque organe spécifiquement masculin.

    L'urètre

    Le système urinaire masculin diffère de celui de la femme en premier lieu l'urètre. C'est une structure tubulaire qui transfère l'urine de la vessie au pénis en passant par la prostate. Il commence immédiatement après le col de la vessie, où se trouve le sphincter urétral interne, constitué de fibres musculaires lisses des muscles de la vessie. L'urètre est significativement plus long chez l'homme que chez la femme, avec une longueur d'environ 17-20 cm. L'urètre masculin comprend 4 sections:

    • l'urètre prostatique;
    • membrane de l'urètre;
    • l'urètre bulbaire;
    • l'urètre génital.

    Prostate et urètre prostatique

    Au-dessus du col de la vessie, l'anatomie masculine et féminine de cet organe est très similaire. Cependant, sous le col de l'utérus, où se trouve la prostate, il existe des différences significatives dans les voies urinaires. La présence de la prostate, au-dessus du plancher pelvien et sous la vessie, est unique chez l'homme. La prostate se développe à partir de processus épithéliaux qui forment le segment prostatique de l'urètre, qui se développe dans le mésenchyme environnant.

    La prostate normale mesure environ 20 g de volume, 3 cm de long, 4 cm de large et 2 cm de profondeur. À mesure que les hommes grandissent, la taille de la prostate varie. La glande est située plus près de la fusion pubienne, au-dessus de la membrane périnéale, sous la vessie et devant le rectum.

    La base de la prostate est en communication continue avec la vessie et se termine au sommet de celle-ci, où elle devient ensuite un sphincter urétral externe rayé. Le sphincter est une gaine tubulaire orientée verticalement qui entoure la membrane urètre et la prostate.

    La prostate est enfermée dans une capsule composée de collagène, d’élastine et d’un grand nombre de muscles lisses. Il est recouvert de trois couches différentes de fascia.

    Les vésicules séminales s'étendent sur environ 6 cm au-dessus de la prostate, sous la base de la vessie, et sont reliées aux canaux protoplasmiques correspondants pour former le canal éjaculateur avant d'entrer dans la prostate.

    Membrane et urètre bulbaire

    L'urètre membranaire est un segment de l'urètre situé après l'urètre prostatique. Il est contenu dans le complexe de muscles qui soulève l'anus. De plus, l'urètre membranaire représente également le segment de l'urètre, entouré d'un sphincter urétral externe, qui joue un rôle clé dans la rétention de l'urine après une prostatectomie radicale.

    Le bulbar commence après l'urètre membranaire et représente le premier segment de l'urètre placé dans le corps spongieux du pénis. De plus, cette partie de l'urètre est entourée de muscles bulbocavernosum qui le contractent et favorisent le déplacement lors de l'éjaculation.

    Pénis et urètre génital

    L'urètre du pénis passe à travers le pénis dans le corps spongieux. Il sort par le pénis, à l'intérieur duquel il s'appelle la fosse naviculaire de l'urètre. Le passage urétral est l’ouverture de l’urètre au bout du gland.

    Le pénis est un organe urogénital externe de l'homme composé principalement de trois corps cylindriques. L'un des corps cylindriques est le corps spongieux du pénis, qui se courbe autour de l'urètre bulbaire du pénis et devient symétrique lorsqu'il recouvre l'urètre à l'intérieur du pénis. Ensuite, il devient la tête du pénis. Lors de l'érection, le corps spongieux du pénis est rempli pour comprimer le passage urétral et favoriser un taux de libération plus élevé, tandis que la tête se gonfle pour faciliter la pénétration dans les organes génitaux féminins et absorber le coup lors de la poussée. Le corps spongieux du pénis protège l'urètre et facilite la circulation sanguine de l'urètre.

    Les 2 corps cylindriques restants sont des corps caverneux appariés. Chaque corps caverneux est contenu dans une couche de tissu fibreux appelée albumine, qui sert à soutenir les corps caverneux remplis pendant l'érection, car ils sont remplis de sang en raison de la pression sanguine. Les corps caverneux ne pas uriner.

    Les corps caverneux sont composés de muscles lisses entrelacés dans et autour des cavités vasculaires. La membrane d'albugine qui entoure les corps caverneux est constituée de 2 couches de tissu conjonctif rigide. La couche profonde de la tunique est composée de fibres à orientation circulaire et la couche de surface est constituée de fibres orientées longitudinalement le long du pénis.

    Le pénis est un organe très vasculaire et est également doté d'un grand nombre de terminaisons nerveuses. La plupart des sensations dans le pénis sont transmises par les nerfs dorsaux appariés. Les nerfs responsables de l'érection sont les branches terminales à l'intérieur du pénis et sont situés partout dans la base du corps caverneux, où ils stimulent l'érection à travers une cascade moléculaire complexe.

    Système vasculaire du pénis

    Les artères iliaques internes donnent naissance à des artères internes bilatérales des organes génitaux, qui conduisent par la suite à l'apparition d'artères communes du pénis, alimentant en sang le pénis et la plus grande partie de l'urètre.

    L’artère génitale commune s’écoule dans les artères dorsale, caverneuse et bulbourethrale. Les artères circonflexes établissent une connexion entre l'artère dorsale et le corps spongieux du pénis ou l'artère bulborethrale en différents points de la longueur du pénis. L'artère caverneuse alimente les corps caverneux du pénis, l'artère dorsale fournit la peau et la tête, et l'artère bulbeuse alimente l'urètre et la tête du pénis.

    Les veines du pénis sont en grande partie symétriques par rapport aux artères. La veine dorsale profonde se jette dans le plexus périprostatique et les veines bulbaire et caverneuse se fondent dans la veine sexuelle interne. De plus, la veine dorsale superficielle se draine dans la veine fémorale par la veine génitale externe superficielle.

    La structure des organes génitaux spécifiques du système génito-urinaire de l'homme

    Le système génito-urinaire masculin ne sera pas complet sans organes reproducteurs qui ne participent pas à l'excrétion de l'urine. Ils constituent un réseau d'organes externes et internes qui produisent, soutiennent, transportent et délivrent du sperme viable pour la reproduction.

    Le sperme est produit dans les testicules et transporté par l'épididyme, le canal de la graine, le canal éjaculateur et l'urètre. En même temps, les vésicules séminales, la prostate et la glande bulboubréthrale produisent un liquide séminal qui accompagne et nourrit le sperme lorsqu'il est émis par le pénis lors de l'éjaculation et du processus de fécondation.

    Scrotum

    Le scrotum est un sac fibromusculaire, divisé par un septum médian (suture séminale), formant 2 compartiments, chacun contenant le testicule, l'appendice et une partie du cordon spermatique. Les couches du scrotum consistent en une peau, une coquille charnue, un fascia spermatique externe, un fascia de Cooper et un fascia interne spermatique en contact étroit avec la couche pariétale de la muqueuse testiculaire.

    Les membranes dermique et musculaire du scrotum sont alimentées par la branche périnéale de l'artère génitale interne en plus des branches génitales externes de l'artère fémorale. Les couches éloignées du muscle obtiennent du sang des branches de l'artère épigastrique inférieure. Les veines du scrotum accompagnent les artères et se fondent dans la veine génitale externe, puis dans la grande veine saphène. Le drainage lymphatique de la peau du scrotum est réalisé par les vaisseaux génitaux externes situés dans les ganglions inguinaux.

    Le scrotum a un grand nombre de nerfs, qui incluent:

    • branche reproductrice du nerf génito-immoral (surfaces antérieure et latérale du scrotum);
    • nerf orognonique (surface antérieure du scrotum);
    • branches postérieures du nerf périnéal (surface postérieure du scrotum);
    • branche périnéale du nerf cutané fémoral postérieur (surface inférieure du scrotum).

    Plantes à graines

    Les plantes à graines sont le principal organe reproducteur de l'homme et sont responsables de la production de testostérone et de sperme. Chaque testicule mesure 4–5 cm de long, 2–3 cm de large, pèse 10-14 g et est suspendu dans le scrotum par les muscles et le cordon spermatique. Chaque testicule est recouvert de coquilles.

    La paroi interne contient un plexus de vaisseaux sanguins et de tissu conjonctif. Les artères testiculaires bilatérales provenant de l'aorte, juste derrière les artères rénales, fournissent l'alimentation artérielle des testicules. Les artères testiculaires pénètrent dans le scrotum dans le cordon spermatique par le canal inguinal et se divisent en deux branches au niveau du bord postérieur du testicule.

    De nombreuses variantes d'anomalies de l'anatomie du système génito-urinaire chez l'homme sont diagnostiquées et traitées dans l'enfance, en raison de la nature externe du pénis et de l'examen prénatal régulier du fœtus dans les pays développés. De telles anomalies congénitales peuvent se produire n'importe où le long du tractus urinaire de l'homme.

    Maladies infectieuses du système génito-urinaire hommes

    Avant de considérer les maladies les plus courantes du système urogénital masculin, vous devez savoir de quoi il s'agit, de quels organes il se compose, quelles sont ses fonctions.

    Structure et fonction du système génito-urinaire masculin

    L'appareil urogénital d'un homme est un complexe d'organes urinaires et reproducteurs étroitement liés. Ses principaux domaines fonctionnels sont:

    • fonction de reproduction;
    • fonction de l'éducation, la distribution et l'excrétion de l'urine.

    Les organes de ce système d'hommes comprennent:

    • les reins;
    • la vessie;
    • les uretères;
    • l'urètre.

    Les reins situés dans l’espace rétropéritonéal sont l’organe principal de ce système. Dans les reins, l’urine est collectée et dirigée vers le bassin, situé à sa porte. L'urine des reins pénètre dans l'uretère dans la vessie, puis dans l'urètre.

    Le système reproducteur masculin comprend:

    • la prostate;
    • la glande bulbourethral;
    • vésicules séminales;
    • le canal déférent;
    • testicules dans le scrotum;
    • pénis.

    Un organe important du système reproducteur masculin est la prostate, située au-dessus de la vessie, impliquée dans de nombreux processus: dans le fonctionnement sexuel normal des systèmes, dans la formation de spermatozoïdes de haute qualité, etc.

    Les vésicules séminales et la prostate participent à la formation d'un liquide séminal de haute qualité. Les canaux séminifères sont les voies de liaison entre les vésicules séminales et les testicules. La fonction principale des testicules, situés dans le scrotum, est la production de sperme et de l'hormone testostérone. Cet organe est sous le contrôle direct de l'hypophyse.

    Le pénis remplit une double fonction:

    • rend la fertilisation possible en y faisant passer des graines;
    • sert à enlever l'urine.

    Physiologiquement et anatomiquement, les organes urinaires et reproducteurs de l’homme sont étroitement interconnectés. À cet égard, l’apparition de maladies dans un domaine affecte strictement l’autre. Les maladies de l'appareil génito-urinaire chez les hommes ont l'impact négatif le plus direct sur la capacité de concevoir un enfant et sur le fonctionnement de ses fonctions.

    Les maladies urogénitales masculines les plus courantes

    Dans la grande majorité des cas d'inflammation du système urogénital, les hommes sont atteints de:

    • contact sexuel non protégé avec un partenaire malade;
    • infections ascendantes;
    • transfert de sang d'organes malades, par exemple à cause d'un mal de gorge.

    Les inflammations infectieuses du système urogénital peuvent être causées par des virus, des champignons, des bactéries et d'autres parasites. Ce groupe comprend les maladies sexuellement transmissibles (MST). Toutes les maladies infectieuses de cette région peuvent être divisées en 2 grands groupes:

    • non spécifique: E. coli, streptocoques, staphylocoques, etc.
    • spécifiques: chlamydia, trichomonas, gonocoques, etc.

    Les infections ascendantes sont appelées processus consistant à extraire les microbes de la peau du corps, d'abord dans l'urètre, puis, se propageant dans tout le corps, dans les reins, provoquant de graves maladies, détruisant de manière irréversible la santé de l'homme. La cause des infections ascendantes est courante - hygiène personnelle insuffisante.

    Les causes de l'apparition et du développement de maladies oncologiques de l'appareil reproducteur masculin peuvent être un déséquilibre des hormones sexuelles, etc.

    Les maladies infectieuses les plus courantes du système génito-urinaire masculin sont:

    • prostatite - inflammation de la prostate;
    • urétrite - inflammation de l'urètre;
    • la cystite - un processus inflammatoire dans la vessie;
    • pyélonéphrite - processus inflammatoire dans les reins, etc.

    Symptômes communs de maladies urogénitales masculines

    Compte tenu du caractère aigu de l'évolution de nombreuses maladies de la sphère urogénitale, les hommes peuvent présenter les symptômes suivants:

    • douleur ou inconfort dans les organes masculins;
    • divers troubles de la miction (flux d'urine faible ou intermittent, mictions fréquentes, démangeaisons, brûlures, etc.);
    • l'apparition de structures inhabituelles sur les organes génitaux externes: vésicules, condylomes, papillomes, plaque, etc.
    • écoulement de pus de l'urètre;
    • la présence de sang dans l'urine;
    • l'apparition d'ulcères avec des bords denses;
    • fièvre, frissons;
    • inflammation des ganglions lymphatiques, etc.

    N'importe lequel de ces signes de maladies de la région urogénitale nécessite un appel immédiat à un spécialiste. La forme aiguë avec le mauvais traitement ou en son absence peut se transformer en une forme chronique avec des signes flous et légers. En fin de compte, le développement d'infections urinaires conduit à une violation des fonctions sexuelles masculines et à la stérilité.

    Pour identifier une infection urogénitale aujourd'hui, il existe tout un arsenal de méthodes: visuelles, instrumentales, de laboratoire. Lors de l'examen et de la conversation avec le patient, un spécialiste qualifié est en mesure de poser un premier diagnostic, puis de le confirmer en effectuant des tests de laboratoire. Différents tests de laboratoire peuvent être prescrits: sang, urine, frottis de l'urètre, etc. Pour prescrire correctement le traitement de la maladie, il est nécessaire de déterminer avec précision le type d'agent infectieux pour lequel diverses méthodes peuvent être utilisées:

    • réactions sérologiques;
    • réaction en chaîne de la polymérase;
    • culture bactériologique sur l'environnement, etc.

    Le patient peut être référé par un médecin pour une urétroscopie, une échographie, une tomographie par ordinateur, etc.

    Les principes de base du traitement des maladies de la région urogénitale

    Le principe de base de tout traitement des maladies du système urogénital chez l’homme est une visite précoce chez le médecin, lorsque seuls les premiers symptômes apparaissent.

    Le résultat du traitement de ces maladies aux premiers stades est très favorable et les malades n’ont pas de conséquences négatives.

    Dans tous les cas, le traitement doit être effectué sur ordonnance et sous sa surveillance. Tout d'abord, en utilisant des méthodes de diagnostic modernes et des données de laboratoire, l'agent causatif de la maladie est détecté et le schéma de traitement complexe, correct et individualisé pour chaque patient, est élaboré. Le choix des médicaments dépendra des caractéristiques de l'agent pathogène. Le traitement complet de l'infection chez les hommes comprend:

    • thérapie antimicrobienne;
    • thérapie réparatrice visant à améliorer l'immunité;
    • utiliser pour le traitement des zones touchées d'antiseptiques locaux: chlorhexidine, solution de permanganate de potassium, etc.
    • l'utilisation de médicaments qui réduisent les symptômes désagréables et douloureux qui accompagnent cette maladie.

    Une infection négligée causée par plusieurs agents pathogènes est traitée avec des antibiotiques à large spectre - Ceftazidime, Ampicillin, etc. Dans certains cas avancés, une intervention chirurgicale peut être nécessaire.

    L'autotraitement des maladies du système urogénital est capable d'étouffer le processus et de le traduire d'aigu en chronique. L'autotraitement entraîne les conséquences les plus déplorables et le plus souvent irréversibles pour les hommes.

    Il est plus facile de prévenir la maladie que de la soigner. La prévention des infections urinaires joue donc un rôle important.

    Ainsi, le système urogénital masculin requiert une attention constante et étroite. Afin de pouvoir déceler d'éventuelles violations ou signes de la maladie dans le temps, il est nécessaire qu'un homme de tout âge subisse un examen préventif annuel.

    Partagez-le avec vos amis et ils partageront certainement quelque chose d'intéressant et d'utile avec vous! C'est très facile et rapide, il suffit de cliquer sur le bouton de service que vous utilisez le plus souvent:

    Système urinaire masculin: structure, fonctions et infections possibles

    Le système génito-urinaire comprend les organes anatomiquement adjacents des systèmes urinaire et reproducteur qui ont une embryogenèse commune. Certains organes se réfèrent fonctionnellement à ces deux systèmes - par exemple, les fonctions de l'urètre masculin incluent à la fois l'éruption du liquide séminal et la miction, car la partie externe de cet organe passe à l'intérieur du pénis.

    La composition du système urinaire est identique pour les deux sexes: cela comprend les organes appariés (reins et uretères), l'urètre et la vessie. Les mutilations génitales masculines comprennent les organes externe (pénis et scrotum dans lesquels les testicules sont cachés) et interne (testicules et leurs canaux, prostate, vésicules séminales, canal déférent).

    La structure du système génito-urinaire masculin

    Organes du système génito-urinaire masculin:

    • Les reins sont un organe à double couche ressemblant à la forme d'un fruit de haricot. Chez un homme adulte, chaque rein mesure environ 10 cm de long et 6 de large. La couche externe de l'organe est appelée corticale, la couche interne est la médulla. Dans une section de rein, on trouve l'ensemble des tubes. L'unité de travail de l'organe - le néphron - est une excroissance en coupe du tube rénal, à laquelle un enchevêtrement de capillaires est dirigé. Dans les excroissances des néphrons, la partie liquide du sang est filtrée et les produits métaboliques forment l'urine. Pour les pathologies des reins et certaines autres maladies, les composants sanguins qui ne sont pas excrétés par l'organisme ne doivent pas passer à travers le filtre - cellules sanguines, glucose et protéines. C'est pourquoi l'analyse d'urine aide à diagnostiquer la condition du corps.
    • Uretères - tubes sortant du pelvis rénal (dans lesquels tombent tous les néphrons de chaque rein) d'environ 0,5 cm de diamètre avec trois constrictions sur toute leur longueur (des pierres peuvent se coincer dans ces endroits étroits). Pour lui, l'urine est envoyée à la vessie.
    • La vessie est un sac musculaire, tapissé de muqueuse de l’intérieur. Les uretères entrent dans l'uretère (des deux côtés). Chez un homme adulte, la vessie a généralement une capacité de 0,4 à 0,6 litre, mais la science médicale connaît des patients dont la vessie contient plusieurs litres d’urine.
    • L'urètre (l'urètre) chez l'homme est utilisé pour l'éruption de l'urine et du sperme. Les canaux excréteurs des testicules et de la vessie s’ouvrent dans ce canal. Contrairement à la femme large et courte, l'urètre masculin mesure 20–40 cm de long et environ 1 cm de diamètre. L'accès aux infections de la vessie masculine est donc plus difficile. L'urètre communique également avec la prostate, qui forme le contenu du liquide séminal, en plus du sperme.
    • Les testicules (testicules) sont un organe apparié qui produit le sperme (ils sont générés par les cellules de Sertolli) et la principale hormone sexuelle est la testostérone (elle est produite par les cellules de Leydig). La formation et la fonction des testicules sont régulées par l'hypophyse antérieure.
    • Le scrotum est un "sac" musculaire à la peau foncée dans lequel les testicules sont cachés. Ils y descendent aux derniers stades du développement intra-utérin d'un garçon (avant cela, les testicules sont situés plus haut). Sert à protéger contre les déformations mécaniques et les dommages.
    • Les canaux séminifères sont des tubes à travers lesquels le liquide des testicules est envoyé aux vésicules séminales.
    • Les vésicules séminales sont situées derrière la prostate et constituent une réserve stratégique de liquide séminal. Lors de l'éjaculation, le liquide des vésicules pénètre dans l'urètre et se mélange au secret de la prostate. Alors ça tourne du sperme.
    • La prostate (prostate) est un organe glandulaire de la forme d’une noix, dont la fonction principale est la formation d’une sécrétion alcaline responsable de la motilité des spermatozoïdes.
    • Le fer Cooper produit un lubrifiant qui facilite le mouvement du sperme.
    • Le pénis masculin est responsable de la mise en place de rapports sexuels et de l'excrétion de l'urine. Dans la partie supérieure du corps, il y a deux corps caverneux et un corps spongieux, et l'organe se termine par une tête. Les corps caverneux sont formés par des muscles lisses sensibles aux neurotransmetteurs produits par la stimulation sexuelle. Lorsqu'ils se détendent, une érection se produit.

    Les fonctions du système génito-urinaire masculin

    1. Excrétion de produits métaboliques et de composés provenant d'aliments et de médicaments provenant du corps. En cas de dysfonctionnement des reins, le corps est empoisonné par des substances toxiques qui s’accumulent dans le sang et est très meurtrier. C'est par les reins que la grande majorité des composants des médicaments sont également excrétés.
    2. Maintien de l'équilibre eau-sel et acide-base du corps.
    3. Le processus de reproduction de l'espèce.
    4. Formation du comportement sexuel masculin.
    5. La production d'hormones sexuelles, qui circulent dans le corps avec le sang, affecte de nombreux processus dans l'organisme (métabolisme, formation de caractéristiques sexuelles secondaires, développement et fonctionnement des organes génitaux masculins).

    Maladies infectieuses du système génito-urinaire masculin

    Les infections peuvent affecter les organes urinaires et génitaux de plusieurs manières:

    • Lors de contacts sexuels (surtout non protégés ou anaux) avec le vecteur de l'infection (avec certains agents pathogènes - gonocoques, chlamydia, etc. - sont transmis sexuellement et d'autres sont également transmis par des gouttelettes en suspension dans l'air)
    • Quand nager dans l'étang.
    • Obtention de sang provenant d'autres organes inflammatoires (par exemple, organes ORL, cavité oropharyngée et autres)
    • Passer de la surface du corps à l'urètre et atteindre les reins.

    Les maladies infectieuses les plus courantes des voies urinaires comprennent:

    1. Glomérulonéphrite - une inflammation infectieuse des enchevêtrements et des tubules des reins. Symptômes - douleur en urinant et détection de caillots sanguins dans l'urine.
    2. La pyélonéphrite est une inflammation des reins, a une nature bactérienne. Leader en prévalence. L'agent pathogène pénètre habituellement dans les reins par la vessie. Il ne se manifeste pas immédiatement, habituellement le premier symptôme est une douleur aiguë à l'arrière de la taille.
    3. Urethrite - inflammation de l'urètre. Peut être causée par différents agents pathogènes (types spécifiques de chlamydia ou de gonocoques et non spécifique), la période d’incubation est très variable, en fonction de la nature de l’infection. Symptômes de l'urétrite - augmentation du besoin d'uriner et d'une sensation de brûlure.
    4. La prostatite est une inflammation du tissu glandulaire de la prostate. Le premier symptôme est une augmentation des augmentations nocturnes dans le but d'uriner. Au fil du temps, commencez à ressentir la douleur lancinante dans le scrotum et les zones connexes. La miction avec une prostatite est caractérisée par un faible jet de remplissage, intermittent. En l'absence de traitement rapide, la prostatite entraînera des complications - cancer de la prostate, arrêt de la miction, incapacité à avoir des relations sexuelles. Le traitement de la prostatite comprend des traitements antibiotiques, des médicaments hormonaux et des moyens de détendre les muscles lisses.
    5. La cystite est une inflammation de la membrane muqueuse de la vessie. Caractérisé par rezami en urinant, de faux désirs et une fausse sensation de plénitude de la vessie à la fin du processus. En raison de la nature de l'urètre (courte et large, "pratique" pour les infections pénétrantes), les femmes souffrent de cystite plus souvent que les hommes, mais ces derniers ne sont pas assurés et doivent être attentifs au choix du partenaire sexuel et à toutes les exigences d'hygiène et de sécurité associées. Le traitement de la cystite repose sur un traitement antibiotique.
    6. L'orchite est une inflammation des testicules. Le plus souvent, le processus inflammatoire se propage aux testicules par les organes voisins, mais il arrive parfois que des infections affectent les voies respiratoires et les organes ORL et atteignent les testicules avec la circulation sanguine. Le premier symptôme est une élévation de la température corporelle, atteignant 40 degrés Celsius. Bientôt, des douleurs de brûlure dans la région des organes affectés se manifestent, aggravées lorsque la position du corps change. Le traitement comprend la prise d'antibiotiques (le plus souvent des fluoroquinolones) et le port d'un pansement muni d'un suspenseur.
    7. La vésiculite est une inflammation des vésicules séminales. Cela se produit souvent dans le contexte d'une diminution de l'immunité globale. Symptômes - douleur dans la région concernée et inclusions de sang dans l'éjaculat. Le processus inflammatoire progressif est lourd de suppuration et nécessite une intervention chirurgicale. Le traitement comprend des antibiotiques et des médicaments qui augmentent l'immunité.
    8. Balanoposthite - inflammation et ulcération de la tête du pénis. Accompagné par une sensation de brûlure, difficulté à exécuter le corps des fonctions à la fois génitales et urinaires. Le traitement est complexe. Ignorer les symptômes peut mener au paraphimosis et au développement d'une tumeur maligne.
    9. Colliculite - inflammation de la graine. Symptômes - sang dans l'éjaculat et l'urine, éjaculation spontanée, difficulté à érection.
    10. Épididymite - inflammation de l'épididyme des testicules. Souvent, coule simultanément avec l'orchite Symptômes - une augmentation, un gonflement et une rougeur de l'appendice en combinaison avec un état fébrile avec une augmentation de la température jusqu'à 40 degrés. Complications possibles - développement d'un processus purulent (ensuite montré par le chirurgien), obstruction du canal.

    Maladies de l'appareil génito-urinaire chez l'homme

    Le système urogénital masculin est une intégration de deux systèmes corporels: urinaire et sexuel. Bien que la relation entre les deux systèmes soit évidente, la fonctionnalité de chacun d’entre eux a ses propres caractéristiques.

    Quelles sont les fonctions du système urogénital masculin

    La fonctionnalité du système urinaire se résume aux caractéristiques suivantes:

    1. Excrétion de l'organisme des produits métaboliques et des produits chimiques provenant de l'extérieur.
    2. Le processus de formation de l'urine dans les néphrons rénaux est lié au maintien de la stabilité de l'environnement interne du corps (maintien du pH = 7,35) avec l'équilibre des anions et des cations.
    3. La formation d'un métabolisme normal des sels d'eau dans le corps.
    4. La fonction endocrinienne des structures rénales individuelles, par lesquelles le système excréteur est impliqué dans la normalisation de la pression sanguine des vaisseaux sanguins du système circulatoire.

    Une fonction rénale insuffisante ou limitée affecte l'état général des systèmes fonctionnels dans le corps. Les produits métaboliques nocifs restent dans le corps, ce qui contribue au développement des effets de l'intoxication générale.

    Le système de reproduction assure une fonction biologique importante de tous les êtres vivants - la reproduction de leur propre espèce.

    Les glandes sexuelles sécrètent un certain nombre d'hormones qui assurent non seulement la fonction de reproduction, mais aussi le comportement.

    Par leur fonctionnalité, les glandes sexuelles sont classées comme des glandes à sécrétions mixtes.

    Les testicules produisent 2 types d'hormones sexuelles liées par nature chimique à des substances de type stéroïdes: les androgènes mâles, dont la plupart sont la testostérone et les œstrogènes femelles.

    Le plasma sanguin masculin contient plus de testostérone que l'œstriol ou l'estradiol.

    En résumant la diversité des fonctions remplies par le système génito-urinaire, nous notons à bien des égards leur combinaison, malgré les différentes caractéristiques.

    La structure du système reproducteur masculin

    Les divisions supérieures du système reproducteur masculin sont séparées du système urinaire.

    L'urètre est un canal permettant d'extraire le sperme des organes du système reproducteur et de l'urine du système excréteur.

    La longueur de l'urètre - du scrotum à la prostate (partie sexuelle). En prévision de la prostate accumuler des cellules sexuelles avant l'éjaculation.

    La division initiale du système reproducteur masculin est les testicules. Ce sont des structures anatomiques glandulaires jumelées qui produisent des cellules germinales et des androgènes.

    Au moment de la naissance du fœtus, les testicules descendent dans le pli cutané - scrotum. Parfois, ce processus se produit peu de temps après la naissance.

    La position des testicules dans le scrotum est dynamique, c'est-à-dire ils sont capables de se déplacer périodiquement afin de se protéger contre les facteurs externes.

    Protéger les testicules des blessures et d’autres facteurs environnementaux défavorables contribue au scrotum.

    Dans l'épididyme, les spermatocytes (spermatozoïdes immatures) sont transformés en cellules matures.

    Le sperme est le secret de plusieurs glandes, et la base liquide du secret est fournie par les vésicules séminales - les glandes de sécrétion externes.

    Le pénis a à l'intérieur de la partie terminale de l'urètre, autour duquel sont situés des corps caverneux constitués de muscles et de vaisseaux sanguins pouvant contenir une grande quantité de sang.

    À la suite de ce processus, le pénis devient dur et peut facilement pénétrer dans le tractus génital féminin.

    Les glandes à oignon Cooper de l'homme sont une autre glande à sécrétion externe qui produit le lubrifiant nécessaire aux relations sexuelles et au pénis pour qu'il pénètre dans le tractus génital d'une femme.

    La plus grande des glandes sexuelles masculines à sécrétion externe est la prostate (prostate), dont le secret favorise les taxis actifs pour le sperme.

    L'urètre passe par la sortie du liquide de la prostate, mais le sphincter musculaire empêche le liquide de la prostate de revenir et de jeter de l'urine dans la prostate.

    Le système urinaire de l'homme est représenté par une paire de reins, sous la forme de haricots. La longueur de chaque rein varie dans les 10 cm.

    Pour un meilleur amortissement, les reins sont entourés de tissu conjonctif gras sur lequel passent les muscles lombaires.

    La région de localisation des principaux organes d'excrétion est le rein, le côté dorsal. La fonction du tissu adipeux au niveau des reins est de les protéger des chocs, des blessures et des déplacements.

    Deux processus opposés se produisent dans les reins: la filtration (pénétration d’eau et de diverses substances du sang dans les tubules rénaux) et l’infiltration (réabsorption d’eau et de certaines substances à travers l’épithélium des tubules).

    L'uretère part de chaque rein - un vaisseau étroit le long duquel l'urine s'écoule dans la vessie, dont l'extensibilité des parois musculaires permet la collecte d'urine pouvant atteindre 0,5 l.

    Le signal pour vider la vessie est une certaine quantité de liquide. La miction retardée est fournie par le contrôle du cortex cérébral sur la contraction des sphincters externe et interne au bord de la vessie et de l'urètre.

    Maladies du système génito-urinaire masculin

    Les maladies de l'appareil génito-urinaire chez l'homme sont, pour la plupart, infectieuses.

    Une infection non spécifique se produit lorsqu'elle pénètre par d'autres organes internes infectés lors de maladies respiratoires et intestinales.

    Une infection spécifique s'installe dans les organes du système génito-urinaire après un rapport sexuel entre hommes et femmes infectées (hommes).

    Il s'agit d'une maladie inflammatoire du tissu glandulaire de la prostate. La nature habituelle du cours est chronique, bien que la prostatite aiguë se produise.

    Au début, un homme se lève souvent la nuit pour vider la vessie, puis il y a des douleurs persistantes dans le scrotum, le périnée et la région pelvienne.

    Le jet, lors de la vidange de la vessie, devient léthargique et intermittent.

    Le traitement à domicile de la prostatite est complexe et comprend une sélection d'antibiotiques, d'immunomodulateurs, d'agents hormonaux, d'antispasmodiques, de Tamsulosine et d'autres α-bloquants.

    En l'absence d'aide, le patient est confronté à l'infertilité, au manque de sexualité, au développement de tumeurs, à l'arrêt de la miction.

    C'est le nom d'inflammation de la muqueuse de la vessie, signe d'urine trouble.

    En essayant d'uriner, il y a des crampes dans l'urètre. Après la miction, il n'y a aucune sensation de vidange complète.

    Les antibiotiques pour la cystite sont associés à des procédures physiothérapeutiques et à la consommation de tisane à la camomille, etc.

    La forme aiguë de la maladie peut, en l’absence de traitement compétent, devenir chronique. De plus amples informations sur la maladie peuvent être obtenues à partir de l'article sur la cystite chez l'homme.

    Orchite et Epididymite.

    L'orchite est appelée inflammation des testicules chez l'homme. L'épididyme est généralement couvert d'inflammation et la maladie est plus étendue (orchiepididymite).

    La douleur dans le testicule se reflète dans la cuisse, le bas du dos, etc. La peau du scrotum rougit, des poches apparaissent.

    Le traitement consiste à éliminer l'agent pathogène secondaire présent dans d'autres organes avec des antibiotiques.

    Tout d'abord, une compresse de glace est appliquée et la physiothérapie est utilisée pour arrêter les températures générales et locales. Un abcès est sujet à une dissection et à un drainage ultérieur.

    Si le testicule est gravement touché, il devrait être retiré.

    Le nom parle de lui-même: inflammation de l'urètre, accompagnée d'inconfort et de diverses sécrétions par l'orifice de la tête du pénis.

    Avec des immunomodulateurs, des agents antibactériens à effets généraux ou locaux sont prescrits (miramistine, etc.).

    En l'absence de traitement, un rétrécissement de l'urètre se développe, retardant l'écoulement de l'urine. Lorsque l'uréthrite est une procédure contre-indiquée - cystographie.

    La pathologie est la tête du pénis et du prépuce. Les sites touchés se couvrent d'ulcères, des démangeaisons et des brûlures sont ressenties

    La miction et les rapports sexuels sont difficiles. Le traitement est individuel, après la différenciation de la maladie par l'urologue. Affichage d'immunomodulateurs.

    Un traitement insouciant conduit au cancer, au paraphimosis ou à la balanite oblitérante.

    READ THEME: Symptômes, causes, diagnostic et traitement du cancer de la prostate.

    L'inflammation des vésicules séminales est appelée vésiculite. Avec les symptômes généraux de l'inflammation, la douleur dans le périnée, des traces de sang dans l'éjaculat.

    Le médecin prescrit des antibiotiques et des agents pour augmenter l'immunité. La suppuration dans la glande menace la chirurgie.

    Avec le développement de l'inflammation dans le collet séminal, le terme «colliculite» est utilisé.

    En plus d'une douleur à l'aine, un homme découvre une éjaculation soudaine lors de la défécation, des traces de sang dans le sperme et l'urine, un dysfonctionnement érectile et une libido.

    Le traitement est similaire à la vésiculite. Le retard entraîne une complication de l'activité sexuelle et la propagation de l'infection à d'autres organes du système reproducteur.

    L’émergence de formations rocheuses dans les organes du système génito-urinaire. Lire la suite ici http://prostatitmedic.ru/lechenie-mochekamennoj-bolezni-u-muzhchin.html.

    Vous pouvez en apprendre plus sur cette maladie ici http://prostatitmedic.ru/adenoma.html.

    Malheureusement, il existe de nombreuses maladies du système génito-urinaire chez l'homme et chacune d'entre elles comporte un certain danger.

    Il est préférable de commencer le traitement de chacun d’eux au stade initial, et pour cela, vous ne pouvez pas négliger les premiers signes et symptômes de la maladie. Après tout, le traitement d’une forme négligée de la maladie coûte beaucoup plus cher. Ne tombez pas malade!

    Système génito-urinaire masculin

    Le système génito-urinaire (génito-urinaire) comprend deux sous-systèmes: urinaire et génital. La tâche principale de la première est la formation de l'urine et son élimination ultérieure du corps. Le second est responsable des fonctions de reproduction du sexe fort. Les systèmes urinaire et reproducteur sont interreliés non seulement anatomiquement mais aussi physiologiquement. Les violations dans le travail de l'un d'entre eux affectent considérablement le fonctionnement de l'autre, il est donc conseillé de les traiter dans leur ensemble. Les maladies du système génito-urinaire se reflètent non seulement dans la capacité des hommes à se reproduire, mais aussi dans le travail des autres systèmes du corps et de la santé en général.

    Fonctions du système génito-urinaire

    Malgré la relation anatomique étroite, les fonctions des systèmes urinaire et reproducteur sont très différentes. Le système urinaire a pour objectif l'élimination des produits de désintégration du corps. Les reins servent à maintenir l’équilibre acido-basique, forment des substances biologiquement actives nécessaires à l’organisme, favorisent l’équilibre eau-sel.

    Les organes qui composent le système de reproduction permettent à l'homme de remplir ses fonctions de reproduction. La tâche des glandes sexuelles est la production d'hormones sexuelles, importantes non seulement pour la reproduction de la progéniture, mais également pour le fonctionnement normal de l'organisme. Pour la production d'hormones sont principalement les testicules responsables. Les hormones normales sont extrêmement importantes pour la croissance, le développement et la vie, car les hormones sexuelles affectent directement les processus suivants:

    • Métabolisme;
    • · Croissance;
    • · Formation de caractères sexuels secondaires;
    • · Comportement sexuel des hommes;
    • · Travail du système nerveux.

    La synthèse des hormones s'effectue dans les glandes sexuelles, où, avec le sang, elles sont administrées dans tous les organes sur lesquels elles agissent. Ce processus est une condition préalable au maintien du travail de tout l'organisme.

    La structure du système génito-urinaire

    Le système génito-urinaire masculin comprend les organes de formation, l'excrétion urinaire et le tractus génital. Il est impossible de distinguer clairement quels organes pénètrent dans le système urinaire et quels organes dans le système génital, car certains d'entre eux exercent également des fonctions de reproduction et sont impliqués dans le processus de formation de l'urine ou de miction. Néanmoins, compte tenu de la structure du système urogénital, il est possible de différencier de manière conditionnelle les composants principaux des deux systèmes.

    Anatomie du système urinaire

    Par organes formant l'urine incluent les reins. Ils filtrent le sang des substances nocives et éliminent les produits de désintégration de l'urine. Des reins, l'urine coule dans les uretères, d'où elle pénètre dans la vessie, où elle s'accumule jusqu'à la miction. L'urée est vidée à travers le col de l'utérus, qui est relié à l'urètre, qui représente le tube situé dans le pénis. L'urètre étant un organe en contact avec l'environnement externe, des processus inflammatoires s'y produisent souvent.

    La structure des reins est représentée par un système complexe. La filtration du plasma a lieu dans les glomérules entrelacés des vaisseaux sanguins. Obtenue lors du processus de filtrage, l’urine passe par les tubules dans le pelvis rénal et dans l’uretère.

    Les reins sont dans la cavité abdominale. Malgré le fait que cet organe soit couplé, le maintien de l'activité vitale est possible avec un rein. En plus de la filtration, les reins produisent des hormones qui interviennent dans la formation du sang et dans la régulation de la pression dans les artères.

    L'anatomie des uretères se présente sous la forme de tubules, d'une part reliés aux reins, d'autre part - à la vessie. Les uretères sont aussi un organe à paires.

    La structure de l'urée ressemble à un triangle inversé dans lequel le cou et le sphincter sont situés en dessous, dirigeant l'urine vers l'urètre. La particularité de la vessie est sa capacité à s'étirer fortement si un volume important d'urine s'y accumule. Cela est dû au fait que ses parois sont composées de fibres musculaires lisses bien étirables. L'anatomie des muscles de la vessie permet au corps de diminuer considérablement à l'état vide et d'augmenter pendant le remplissage.

    L'urètre est un très long tube étroit dont la structure permet également des étirements. Grâce à cela, non seulement l'urine est éliminée, mais également le sperme lors de l'éjaculation.

    Les organes urinaires et formant l'urine décrits sont recouverts d'une membrane muqueuse.

    Sa fonction est de protéger les tissus de l'organe situé en dessous de l'environnement urinaire. Des maladies infectieuses se développent dans la sécrétion muqueuse de cette membrane, qui constitue un environnement favorable à l'activité vitale des bactéries.

    Anatomie du système reproducteur

    Le système génital ou reproducteur masculin comprend les testicules, les appendices testiculaires, le cordon spermatique et le pénis. La fonction principale de ces organes est la spermatogenèse et le transport du sperme vers l'extérieur pour la fécondation.

    Les plantes à graines - organes, dont la tâche principale est le développement du sperme. Leur formation provient de la période prénatale. Initialement, la formation a lieu dans la cavité abdominale. Au cours du développement, les testicules descendent dans le scrotum, qui est un réceptacle de la peau pour ces organes. Les appendices des testicules remplissent la fonction d'accumulation de spermatozoïdes en vue d'une maturation et d'une progression plus poussées. La structure des appendices est représentée par un étroit conduit en spirale. Les organes qui relient les appendices à l'urètre s'appellent le cordon spermatique.

    Le pénis est un corps qui peut changer de taille. Cette propriété est fournie par les corps caverneux qui le composent.

    Avec une érection, le corps caverneux, comme une éponge, est rempli de sang, ce qui permet au pénis d'augmenter considérablement. Dans le pénis se trouve l'urètre, à travers lequel le sperme sort.

    Les organes du système reproducteur masculin se trouvent principalement en dehors de la cavité abdominale. La prostate, qui se trouve sous l’urée, fait exception. La prostate est un organe qui produit un secret spécial qui permet aux cellules reproductrices mâles de rester actives. Il combine l'urètre avec le canal déférent et empêche le liquide séminal de pénétrer dans la vessie pendant l'éjaculation. Cette fonction est applicable à un autre processus - lors de l'éjaculation, l'urine ne pénètre pas dans l'urètre.

    Maladies de l'appareil génito-urinaire

    Les infections sont la principale cause de la maladie des organes du système urogénital. Les maladies qui causent des infections apparaissent lorsque les organes sont endommagés par des bactéries, des parasites, des champignons ou des virus. De nombreuses maladies de cette nature sont transmises par contact sexuel.

    Les infections touchent principalement les parties inférieures du système urogénital, ce qui provoque de tels symptômes: inconfort lors de la miction, coupure à l'urètre, douleur à l'aine.

    De tels symptômes surviennent souvent avec une inflammation et sont un signe d'infection dans les voies urinaires. Si vous pensez être atteint de la maladie, consultez immédiatement un médecin qui procédera à un examen et vous prescrira le traitement approprié.

    Les maladies qui causent des infections se manifestent aussi bien dans les formes aiguës que chroniques. Les symptômes décrits sont les plus prononcés dans les formes aiguës de la maladie.

    La transmission se fait de plusieurs manières:

    • Sexe non protégé (cause la plus courante de la maladie);
    • · Infections ascendantes qui se produisent lorsque l'hygiène personnelle n'est pas suivie;
    • · Transition de l'infection de leurs autres organes par les vaisseaux sanguins et la lymphe.

    Les infections aiguës sont divisées en spécifiques et non spécifiques. Les premiers ont des symptômes plus prononcés. Avec la trichomoniase et la gonorrhée, les symptômes apparaissent dès 3-4 jours après l’infection. Les infections non spécifiques ne permettent pas à la maladie de se manifester si rapidement, le tableau clinique devient alors perceptible plus tard.

    Les pathologies les plus courantes du système génito-urinaire sont: urétrite, prostatite, cystite et pyélonéphrite.

    Urétrite - inflammation de l'urètre provoquée par une infection, hypothermie, diminution de l'immunité. La période d'incubation de cette maladie peut varier selon l'agent pathogène. En moyenne, cela dure d'une semaine à un mois. Les principaux symptômes de l'inflammation de l'urètre: une sensation de brûlure pendant la miction, une envie accrue.

    La prostatite est une inflammation de la prostate. Se manifeste sous forme aiguë et chronique. Si elle n'est pas traitée, l'inflammation engendre des complications qui affectent la capacité d'un homme à avoir des enfants.

    Cystite - inflammation de la vessie. Le début de la maladie peut être dû à une infection ou à une hypothermie. Les principaux symptômes de la maladie sont des mictions fréquentes et de fausses envies.

    La pyélonéphrite est une inflammation des reins. S'il n'y a pas de remède contre la maladie, les conséquences peuvent être très dangereuses. Les symptômes de la maladie n'apparaissent pas immédiatement, mais avec le développement de la pathologie, il y a une douleur aiguë intense dans la région lombaire. S'il y a même un léger inconfort dans ce domaine, vous devez consulter un médecin et vous faire examiner.

    Diagnostic et traitement des pathologies du système génito-urinaire

    Afin de confirmer la présence de la maladie, d'identifier son étiologie et de prescrire un traitement, le médecin établit un diagnostic. À des fins de diagnostic, utilisé comme tests instrumentaux et de laboratoire. Les diagnostics matériels, notamment les ultrasons, l'IRM, la tomodensitométrie et les rayons X, sont également largement utilisés.

    L'IRM et la tomodensitométrie sont des méthodes de recherche similaires, souvent utilisées dans la médecine moderne. L'IRM vous permet de visualiser une image multicouche des organes numérisés. Les images prises au cours de l'IRM sont traitées sur un ordinateur et stockées sur un support numérique.

    Symptômes pour lesquels des tests d’IRM sont utilisés: incontinence urinaire, décoloration, consistance ou odeur d’urine, saignements urinaires et douleur à la miction. Étant donné que ces symptômes sont caractéristiques de nombreuses maladies, y compris dangereuses, le médecin prescrit une IRM pour vérifier l'exactitude du diagnostic, protéger le patient et prescrire un traitement approprié.

    L'IRM est utilisée en cas de suspicion d'oncologie, de polypes et d'autres types de tumeurs.

    Grâce à la tomographie par IRM, l'évaluation visuelle du dysfonctionnement d'un organe devient impossible, ce qui est impossible avec d'autres méthodes de recherche. Effectuer une IRM n’implique pas une formation spéciale, il suffit de respecter deux règles:

    • Quelques jours avant l'IRM, ne mangez pas de pain, de fruits, de légumes, de sodas et de boissons lactées;
      · Le soir avant l'étude, vous devez poser un lavement.

    Une IRM peut être faite sans suivre les règles décrites, mais les images seront de moins bonne qualité.

    L'échographie est une autre méthode de diagnostic courante. Il est combiné avec des méthodes d'examen instrumentales. Si un homme se plaint de problèmes avec les organes d'excrétion ou constate une diminution de la fonction de reproduction, une échographie est prescrite. La procédure par ultrasons vous permet de déterminer les caractéristiques importantes de l’organe à examiner et de déterminer la rétention d’urine.

    L'échographie du système génito-urinaire est totalement indolore. Cette méthode de recherche, comme l’échographie, est indiquée chez les patients atteints de maladies du système inflammatoire des reins et des voies urinaires, de la cystite et de l’incontinence urinaire. Dans le cas d'une hypertrophie de la prostate, une échographie peut être utilisée pour en déterminer la cause et sélectionner le traitement approprié.

    Les ultrasons n'impliquent pas l'administration intraveineuse d'un agent de contraste, comme dans l'urogramme, et ne donnent donc pas aux reins une charge supplémentaire de médicaments. L'échographie ne présente aucune contre-indication, mais certains facteurs peuvent réduire la fiabilité du résultat: la présence de cicatrices et de points de suture sur l'organe examiné et un cathéter pour le détournement de l'urine. Pour que l'erreur dans les mesures avec les ultrasons soit minimale, il est nécessaire de prendre la bonne position lors de l'inspection.

    Pour le traitement des organes du système urogénital, différentes méthodes de traitement sont utilisées en fonction des caractéristiques de la maladie apparue. En règle générale, le médecin prescrit certains médicaments au patient. Si un homme s'inquiète de douleurs intenses, il est recommandé de prendre des analgésiques et des antispasmodiques. Lorsqu'un patient lésé infectieux prescrit des antibiotiques. Le régime de ces fonds est déterminé individuellement par le médecin.

    Avant de prescrire des médicaments (antibiotiques, antiseptiques, sulfamides) et de suivre un traitement, le type d'agent pathogène est déterminé par le diagnostic et le suivi de l'évolution de la maladie.

    Selon la gravité de la pathologie, les médicaments peuvent être administrés par voie intramusculaire, orale ou intraveineuse.

    Pour le traitement antibactérien des surfaces des organes génitaux, utilisez des médicaments tels que les solutions d'iode et de permanganate de potassium, la chlorhexidine. L'antibiothérapie est réalisée en prenant de l'ampicilline et de la ceftazidime. Lorsque des inflammations de l'urètre et de la vessie se produisent sans complications, des comprimés de Bactrim, Augmentin, etc. sont prescrits, le traitement de la réinfection étant similaire à celui de l'infection initiale. Si la maladie est devenue chronique, il est recommandé d'utiliser les médicaments pendant une longue période (plus d'un mois).

    Lors de l'utilisation de ces médicaments ou d'autres médicaments, il est nécessaire de prendre en compte la tolérance individuelle du patient aux composants individuels du médicament. Par conséquent, le traitement des pathologies des organes urinaires ne doit être effectué que sous la surveillance d'un spécialiste. Après la fin du traitement de la pathologie causée par un agent pathogène infectieux, une analyse bactériologique de l’urine doit être effectuée pour confirmer le résultat.

    Dans certains cas, après un traitement, le médecin vous prescrit des médicaments fortifiants qui vous permettent de restaurer les défenses de votre corps et d’éviter les rechutes.

    Le système génito-urinaire remplissant des fonctions vitales, toute violation de son travail affecte négativement l’état général de tout l’organisme et nécessite une élimination immédiate. Le risque de maladies des organes excréteurs et génitaux augmente avec l'âge. Pour éviter l'apparition de telles pathologies, il est recommandé de surveiller régulièrement l'état de santé et de subir chaque année un examen de routine par un médecin.