Principal
Des analyses

Cancer de la prostate: symptômes et signes de développement

Quelle est la prostate, sa fonction. Causes du cancer de la prostate et facteurs prédisposants.

Méthodes de prévention et de diagnostic précoce. Signes et symptômes du cancer de la prostate masculin. Réceptions et méthodes d'examen. Le pronostic de la maladie.

La prostate, ou prostate, est un organe glandulaire interne situé sous la vessie et recouvrant les voies urinaires.

À propos de la maladie

Le fer, faisant partie du système reproducteur, produit un secret qui assure la viabilité du sperme. Dans le volume total de liquide séminal, ce secret peut être d'environ 30%. L'importance de la prostate réside également dans la capacité à retenir l'urine à l'intérieur de la vessie.

Qu'est-ce que le cancer de la prostate: symptômes, pronostic? Le cancer de la prostate est considéré comme une maladie courante. Il s’agit d’une tumeur maligne qui s’est développée à l’intérieur des tissus glandulaires. Le cancer de la prostate peut produire des métastases, comme toute tumeur maligne.

Cancer de la prostate - symptômes, pronostic à vie: selon les statistiques médicales, la maladie touche plus de 12% des hommes de plus de cinquante ans. Le nombre de décès par cancer de la prostate dans le monde en termes de fréquence est la troisième place après les maladies cardiovasculaires et le cancer du poumon chez les hommes âgés.

Chaque année, plus de 400 000 cas de cancer de la prostate sont enregistrés dans le monde. Dans les statistiques de localisation, les signes d'oncologie de la prostate dans les pays européens se classaient au 2 e rang après le cancer du poumon. En Russie, l'incidence atteint jusqu'à 6% et constitue l'un des cas de cancer les plus fréquemment signalés.

On sait que les résidents d’Asie, d’Amérique du Sud et d’Afrique sont moins susceptibles de souffrir de ce type de cancer que les résidents d’Amérique du Nord et d’Europe.

Causes de développement

La médecine ne dispose pas de données précises sur les causes de la maladie. Il a été établi que le responsable de l'apparition d'une tumeur maligne est la modification de l'ADN des cellules de la glande, dont la cause n'a pas été établie.

On sait que plus l'homme est âgé, plus la probabilité d'apparition de la maladie est élevée.

Conformément aux conclusions des statistiques médicales, le facteur héréditaire joue un rôle important.

La présence de cancer de la prostate chez les proches parents augmente le risque de maladie de 2 fois ou plus

Des recherches ont montré que la maladie est associée à un excès de testostérone, une hormone sexuelle masculine.

La probabilité de maladie et l’agressivité d’une tumeur dépendent directement du niveau de testostérone dans le sang d’un homme.

La médecine officielle suggère les facteurs de risque suivants pour l'apparition de la maladie:

  • consommation excessive de graisse animale, manque de fibres dans le régime alimentaire;
  • plus de 50 ans;
  • cas de cancer de la prostate chez des parents directs;
  • adénome de la prostate;
  • mauvaise situation environnementale;
  • facteurs de production nocifs (travaux d'impression, de soudage).

Le risque de maladie augmente pour les amateurs d'aliments gras, de viande "rouge" - bœuf, porc, agneau, dans le contexte d'une consommation réduite de fibres.

Pour réduire le risque de maladie, vous pouvez utiliser plusieurs règles:

  1. Inclusion dans le régime d'une quantité suffisante de fibres végétales.
  2. Mode de vie actif, sport.
  3. Maintenir un poids normal.
  4. Consommation modérée de graisses animales, viande "rouge".

Comment reconnaître la maladie?

Les premiers signes de cancer de la prostate ne sont pas ressentis, il n'y a pas de malaise jusqu'à ce que la tumeur maligne commence à se développer. Pour cette raison, il est recommandé aux hommes de plus de 40 ans de se soumettre à des examens de routine réguliers pour détecter une pathologie de la prostate.

Cancer de la prostate: symptômes, signes

Comment le cancer de la prostate se manifeste-t-il chez l'homme?

Les premiers symptômes du cancer de la prostate chez l'homme:

  • sensation de brûlure en urinant;
  • l'envie de ré-uriner dans les 30 à 60 minutes qui suivent la précédente;
  • sensation de vidange incomplète après la miction;
  • réduction de la pression et des jets intermittents pendant la miction;
  • temps réduit entre les visites aux toilettes, surtout la nuit.

La présence de plusieurs ou de l’un des symptômes énumérés suffit à consulter un spécialiste - urologue ou oncologue.

Les premiers symptômes du cancer de la prostate chez l'homme:

  • manque d'érection;
  • l'impuissance;
  • réduction du sperme lors de l'éjaculation.

De tels symptômes de l'oncologie de la prostate se retrouvent souvent chez les hommes âgés de plus de 50 ans. Identique au cancer, il existe des symptômes de l'adénome de la prostate, une tumeur bénigne. Par conséquent, il devrait être examiné d'urgence dans un établissement médical pour un diagnostic précis.

Dans les derniers stades du cancer de la prostate, on peut observer:

  • sang dans le sperme ou l'urine;
  • dans le cancer de la prostate, douleur au périnée.

Dans les cas avancés de métastases, les premiers symptômes et signes du cancer de la prostate chez l'homme:

  • douleur dans la colonne vertébrale, les hanches ou la poitrine;
  • la rétention urinaire peut se développer en raison de la croissance de la tumeur.

L'intoxication par le cancer est caractéristique aux derniers stades de la maladie, ce qui se manifeste par:

  • une forte diminution du poids corporel;
  • la faiblesse;
  • fatigue rapide.

Dans le même temps, la peau du patient acquiert une teinte pâle-terreuse caractéristique.

En savoir plus sur les stades du cancer de la prostate ici.

Symptômes du cancer de la prostate - photo:

Diagnostics

Tant que la maladie a une localisation limitée et que la période de métastase n'est pas venue, les symptômes peuvent être absents. Il est donc important de passer un test de détection de PSA ou d'un antigène spécifique de la prostate, qui est produit par une glande saine et se trouve dans le sang.

Une augmentation de ce facteur dans le sérum, ainsi qu'une modification du rapport entre la forme libre et la forme liée de l'antigène, est un facteur probabiliste indiquant la présence d'un néoplasme malin. Plus le PSA est élevé, plus le risque de cancer est élevé.

Lors de l'examen d'un patient pour le cancer de la prostate, une série de tests et d'études est réalisée:

  1. Numération sanguine avancée, qui comprend la définition du PSA et des marqueurs tumoraux.
  2. Tests d'urine - généraux, biochimiques, ainsi que l'ensemencement.
  3. Échographie de la région urogénitale, IRM de la prostate.
  4. Études du système osseux utilisant la tomodensitométrie pour détecter les métastases.
  5. Examen consultatif par un oncologue.
  6. Palpation, palpation de la glande.
  7. Biopsie tissulaire de la prostate.

Chances de guérison et de thérapies

Selon les statistiques médicales, plus de 80% des patients après le diagnostic ont réussi à vaincre la maladie. Souvent, les symptômes évidents de la maladie se manifestent à un stade avancé, lorsque la maladie est négligée et que les chances de guérison rapide diminuent rapidement.

Le principal facteur favorable est le diagnostic opportun, ainsi que l’utilisation de méthodes de traitement avancées.

Si le diagnostic est confirmé, le traitement doit commencer immédiatement. Si la tumeur a une localisation claire, une ablation endoscopique ou chirurgicale de la prostate est indiquée. Une méthode efficace est la radiothérapie utilisant un équipement médical avancé.

Les patients après une intervention chirurgicale ou une radiothérapie se voient prescrire un traitement antitumoral à long terme visant à bloquer la testostérone. La chimiothérapie est également utilisée.

Cancer de la prostate - les premiers signes et symptômes, étapes, diagnostic et traitement de la tumeur

Carcinome, adénocarcinome, tumeur de la prostate, cancer de la prostate - nom d’une maladie unique, qui est le type d’oncologie le plus répandu chez les hommes de plus de 50 ans. La plupart des représentants du sexe fort à cet âge ont une forme asymptomatique sous-clinique de cette maladie. Selon des études, un homme sur trois dont la cause de décès n'était pas en oncologie de la prostate a révélé des zones d'ozlokachestvlenie auparavant cliniquement incertaines. Après 80 ans, un problème similaire se produit chez 80% des hommes.

Qu'est-ce que le cancer de la prostate?

La prostate (prostate) est la glande endocrine, qui appartient au système reproducteur masculin, remplit la fonction de production de liquide séminal et participe à l'éjaculation. La prostate est située sous la vessie près du gros intestin et ressemble à une noix qui entoure l'urètre. Le fer affecte directement la capacité de retenir l'urine. Cet organisme est très sensible aux changements liés à l’âge, notamment en oncologie.

Le cancer de la prostate est une tumeur maligne qui se développe à partir du tissu glandulaire de l'épithélium. Comme d'autres cancers, le cancer de la prostate tend à propager des métastases vers d'autres organes, mais la progression de la maladie est lente et peut prendre 10 à 15 ans entre l'apparition des signes microscopiques de la tumeur et le stade critique. Même une petite tumeur de la prostate peut propager des métastases, principalement dans le système squelettique, le foie, les ganglions lymphatiques, les poumons et les glandes surrénales.

C'est là que réside la plus grande traîtrise de la maladie: si une tumeur peut être retirée chirurgicalement avant que les métastases ne se replient, aucun médecin ne sera en mesure de faire face au problème lorsque la métastase s'agrandira. Dans ce cas, les prédictions seront très tristes, voire fatales. Il est donc important de détecter rapidement le cancer de la prostate chez les hommes. Pour ce faire, écoutez votre corps et consultez régulièrement un urologue, surtout après 50 ans.

Combien vivent avec un cancer de la prostate

Des études statistiques montrent que chaque septième homme âgé de cinquante ans et plus est atteint d'un cancer de la prostate. Cette maladie est une cause fréquente de décès chez les hommes âgés. En règle générale, la survie est élevée: ils prennent 5 ans pour une valeur estimée, tout dépend du stade de la maladie et de la désignation d'un traitement adéquat:

  • Dans la première étape, la tumeur vit longtemps, le taux de survie est de 100%, à condition que les ordres du médecin soient remplis. Cependant, la maladie est très insidieuse et se transmet sans symptômes dès les premiers stades; il n’est donc pas toujours possible de la détecter et de commencer le traitement à temps.
  • La deuxième étape - le taux de survie est de 85% des patients avec un traitement approprié avec des résultats positifs.
  • Le troisième stade est caractérisé par la croissance d'un néoplasme en dehors de l'organe et le pronostic de survie est de 50%.
  • La quatrième étape est caractérisée par un cours critique, métastases aux organes, donc avec un traitement agressif, les patients ne vivent pas plus de trois ans. Cinq ans ne peuvent pas vivre plus de 20% des patients. Le principal problème du cancer de la prostate est la détection tardive, car les hommes sont très frivoles pour leur santé, pour diverses raisons évitant les examens.

Les symptômes

Les principaux signes de cancer de la prostate chez l'homme sont très similaires aux signes d'adénome de la prostate (tumeur bénigne). Aux stades avancés de la maladie, les symptômes sont les suivants:

  • la douleur
  • difficulté miction douloureuse;
  • violation de la fonction érectile, se transformant en impuissance;
  • sang dans les urines (hématurie);
  • besoin fréquent de se lever la nuit pour uriner;
  • une sensation de débordement de la vessie et un vif désir d'aller aux toilettes;
  • le flux d'urine est faible, interrompu, il est nécessaire de filtrer4
  • sensation de vessie pas complètement vide.

Lorsque des métastases pénètrent dans des organes et des tissus proches ou lointains aux stades avancés du cancer, cela provoque une douleur et un inconfort permanents de nature différente:

  • fractures douloureuses et non syndicales dans les régions métastasées des os;
  • rhumes fréquents, maladies virales dues à une immunité réduite;
  • douleur dans d'autres organes métastasés;
  • la constipation;
  • matières fécales avec du sang et du mucus;
  • apathie et fatigue;
  • hématurie;
  • tousser avec des expectorations sanglantes;
  • pyélonéphrite, douleur dans la région lombaire;
  • perte de poids spectaculaire;
  • la peau devient une teinte terreuse pâle.

Symptômes à un stade précoce

L'évolution lente de la maladie, sans symptômes visibles à un stade précoce, ne fait qu'augmenter ses risques. Il est presque impossible de remarquer les symptômes du carcinome de la prostate à un stade précoce, aussi les hommes de plus de 45 ans devraient-ils être examinés et testés. La détection précoce et le traitement de la maladie augmentent les chances du patient. Peut-être que rien de grave ne sera trouvé, mais il est nécessaire de vérifier cela après l'examen. Il doit être alerté et consulter un médecin si:

  • la nuit, il faut souvent aller aux toilettes;
  • la tête du jet est faible;
  • la vidange est mise à rude épreuve par des sensations de brûlure douloureuses.

Raisons

L'incidence du cancer de la prostate varie selon les régions géographiques. Par exemple, en Asie du Sud et de l'Est, selon certaines études, l'occurrence de la maladie est beaucoup plus faible que dans la région européenne. La science n'a pas encore été en mesure d'identifier les véritables causes de malignité, mais les principaux groupes à risque sont connus:

  1. L'hérédité. Selon les résultats de l'étude sur les jumeaux, 40% de toutes les maladies associées à l'oncologie de la prostate concernaient des hommes, dont les ancêtres ont également souffert de cette pathologie.
  2. Effets sur le corps des facteurs cancérogènes.
  3. Manière de nutrition. Les aliments riches en graisses et en calories, le manque de légumes dans le régime alimentaire augmentent le risque d'oncologie.
  4. Progression de l'adénome de la prostate.
  5. Âge après 45 ans.
  6. Course Les peuples africains sont plus exposés à l'oncologie.
  7. Mode de vie sédentaire.

Les étapes

La classification généralement admise des carcinomes, utilisée dans les cliniques européennes d'urologie, a adopté le système de billes sur l'échelle de Gleason: ses stades sont évalués en fonction du degré de malignité. Le cancer peu agressif est estimé à 1 point et très agressif - à 5 points. En règle générale, si plusieurs foyers apparaissent pendant le carcinome, le matériel histologique prend au moins deux grosses tumeurs et résume les résultats des études, en obtenant un indice sur l'échelle de Gleason. Ainsi, l'indice minimum - 2 points, le maximum - 10 points.

La méthode de classification suivante est le système de Juit-Whitemore, qui permet de différencier une tumeur en fonction de sa taille, de la lésion des ganglions lymphatiques et de la présence de métastases. La prévalence de la tumeur:

  1. Le premier stade est A. Les cellules malignes sont presque identiques à la normale, la tumeur est encapsulée, la maladie est asymptomatique.
  2. La deuxième étape est B. La tumeur est encapsulée, est située dans l'organe, n'est pas palpable par voie rectale, on observe une croissance tumorale, le taux de PSA est élevé, l'évolution est asymptomatique.
  3. Le troisième stade C. La tumeur commence à dépasser la glande et se propage aux ganglions lymphatiques les plus proches. Elle pénètre dans la vessie et dans l’urètre, ce qui rend difficile la sortie de l’urine.
  4. La quatrième étape est D. Tumeur métastatique, taux de PSA élevé, lésions étendues des métastases des ganglions lymphatiques régionaux, des tissus et des organes, le risque de rechute après traitement est élevé.

Diagnostics

Ne paniquez pas dès les premiers problèmes de miction. Il s’agit peut-être d’une légère inflammation ou d’un adénome, mais vous devez absolument consulter votre médecin pour obtenir une image précise du problème. Le diagnostic comprend:

  1. Palpation rectale (palpable à un stade avancé).
  2. Analyse du taux de PSA (antigène spécifique de la prostate). Si un homme a un cancer de la prostate, les taux de PSA augmentent.
  3. Spécification des méthodes d'examen - échographie avec capteur rectal (TRUS), tomographie par ordinateur, biopsie (prélèvement d'un morceau de glande à l'aide d'une aiguille spéciale).

Biopsie - Examen histologique des tissus pour confirmation finale ou réfutation du diagnostic. Pour obtenir des résultats objectifs, il sera nécessaire d’enquêter sur une dizaine d’échantillons ou plus de tissus de la prostate glandulaire prélevés dans différentes parties de la glande. Cependant, cette méthode de diagnostic a des effets secondaires sous forme de sang dans les selles, le sperme et l'urine. Bien que ces complications disparaissent normalement au bout de deux jours, il est possible que le processus inflammatoire de la prostate se développe sur le site de prélèvement d'un tissu et de saignements prolongés.

Traitement

En fonction des résultats de l'enquête, en fonction de l'âge du patient, du stade de la maladie, de la présence de métastases, un traitement est prescrit. Il existe plusieurs moyens de lutter contre le cancer de la prostate:

  1. L'opération (méthode chirurgicale) est l'excision complète de la prostate (prostatectomie).
  2. Drogue - thérapie hormonale. Les effets secondaires sont rares et ne nécessitent pas de traitement.
  3. Radiothérapie, curiethérapie - exposition aux rayonnements.
  4. Ablation par ultrasons focalisés de haute intensité de la prostate (HIFU) - impact des ondes ultrasonores.
  5. Monothérapie antiandrogène - castration des médicaments.
  6. Enlèvement à l'aide d'un laser.

Opération

La procédure de retrait de la tumeur peut être réalisée de trois manières: chirurgie abdominale ouverte, laparoscopie, prostatectomie robotique. La chirurgie abdominale traditionnelle est extrêmement traumatisante et comporte de nombreuses complications (incontinence urinaire, impuissance). Cette dernière méthode vous permet de minimiser les pertes de sang, de maintenir la fonction érectile et le fonctionnement normal de la vessie. L'efficacité de l'opération n'est élevée qu'en l'absence de métastases. Une opération réussie et opportune est une garantie de délivrance complète de la maladie.

Enlèvement de tumeurs

Les opérations abdominales pour enlever une tumeur de la prostate sont réalisées sous anesthésie générale ou locale. Au cours de l'opération, une petite incision est pratiquée dans le bas de l'abdomen. Le fer est séparé de la vessie, de l'urètre et excisé avec les vésicules séminales. En même temps, si possible, les nerfs (Nerve Sparing), responsables de la fonction érectile, sont préservés s’ils ne sont pas impliqués dans le processus de cancer. Le moignon urétral est ensuite connecté à la vessie via un cathéter, qui est retiré deux semaines après l'opération.

Préféré à la fois pour le médecin et le patient, le procédé laparoscopique pour enlever la tumeur. C'est moins traumatisant, moins de perte de sang, une récupération plus rapide, les coutures sont presque invisibles. Lors de la première étape, on pratique de petites incisions de 1 cm dans le péritoine. Des instruments optiques sont insérés dans les trous, à l'aide desquels l'organe, les vésicules séminales et les ganglions lymphatiques régionaux sont prélevés. Une prostatectomie par laparoscopie est présentée pour les tumeurs capsulées sans métastases.

Une technique innovante pour l'élimination de l'adénocarcinome - la prostectomie robotique de Da Vinci. Dans les pays européens, cette méthode est utilisée plus souvent. L'opération est effectuée à distance à l'aide d'un robot. Les «tentacules» du robot sont introduits dans la cavité abdominale par de petits trous qui transmettent au moniteur informatique une image de l'organe en cours de fonctionnement. Commandes adressées au robot, mouvement à exécuter, le chirurgien transmet au moyen d'un appareil spécial, effectuant des mouvements avec des joysticks spéciaux.

Chimiothérapie

La chimiothérapie est utilisée pour traiter une tumeur avec métastase dans les derniers stades. En outre, les indications sont l'insensibilité du néoplasme à la thérapie hormonale, une rechute après une prostatectomie, une tumeur localement avancée de la prostate. La chimiothérapie bloque la croissance des cellules cancéreuses et les métastases avec des substances toxiques. En fait, les médicaments de chimiothérapie sont toxiques pour les cellules cancéreuses. Lorsqu'il pénètre dans la circulation sanguine, le médicament se répand avec le sang dans tout le corps et trouve les métastases les plus éloignées.

Cependant, les médicaments agissent de la même manière que les cellules normales. Un remède à effet sélectif n'ayant pas encore été inventé, les effets de la chimiothérapie peuvent se manifester par des symptômes d'intoxication:

  • nausée avec vomissements;
  • la diarrhée;
  • la faiblesse;
  • l'anémie;
  • manque d'appétit;
  • perte de cheveux;
  • des vertiges;
  • fatigue

Radiothérapie

Pour réduire le taux de division de la tumeur, on utilise l’apparition de métastases, la radiothérapie ou la radiothérapie - radiation radioactive. Cependant, la radiothérapie pour le cancer de la prostate ne garantit pas une victoire complète sur la maladie maligne. En règle générale, l'irradiation est associée à un traitement médicamenteux pour renforcer l'efficacité du traitement du cancer de la prostate.

La curiethérapie est une méthode alternative de radiation de haute intensité dans les premiers stades de la maladie. La méthode est basée sur l'introduction d'iode radioactif dans la prostate. La procédure est effectuée sous le contrôle de l'appareil à ultrasons. En raison de cet effet localisé dans la zone touchée, le niveau de radiation augmente et les tissus voisins ne subissent pas d'effet indésirable puissant. La curiethérapie peut être effectuée en ambulatoire, cela prend environ une heure.

Traitement médicamenteux

La testostérone (une hormone sexuelle masculine) stimule la croissance du cancer de la prostate. Le traitement médicamenteux consiste à utiliser des hormones qui réduisent la synthèse de la testostérone. Le traitement du cancer de la prostate avec des médicaments, tels que la gonadolibérine, inhibe uniquement la croissance tumorale et la propagation des métastases, réduit les symptômes, améliore le bien-être des patients, mais ne guérit pas la maladie.

Traitement des remèdes populaires

Pour vaincre le cancer, de nombreux facteurs doivent être réunis: détection précoce en temps voulu, traitement réussi, immunité puissante, etc. C'est un processus long et difficile. Il n'y a aucune garantie que le traitement du cancer de la prostate avec des remèdes populaires aidera. Dans tous les cas, vous ne pouvez pas hésiter, cherchez le moyen le plus simple, traitez-vous indépendamment avec des herbes, des racines et d’autres drogues. Consultez un médecin et les remèdes populaires les laisseront s’ajouter au traitement principal. Il est possible qu'ils facilitent l'état du patient, renforcent le système immunitaire, éliminent les toxines du corps.

Pour le cancer de la prostate, les médecins recommandent les plantes et les frais suivants:

  1. Pulmonaire.
  2. Collection: camomille, absinthe, feuilles de cassis, feuilles de bouleau, célandine, avoine, branches de gui, herbe de blé, achillée millefeuille.
  3. Collection de rose sauvage, herbe de blé, racine de calamus, bardane, peuplier noir.
  4. Collection de feuilles d’épine-vinette, de cynorrhodon, de feuilles d’airelles et de fraises, fleurs de sureau, primevère, calendula.
  5. Collection: épine-vinette, écorce d'argousier, feuilles d'érable, feuilles de bouleau, pervenche, adorable drapeau, fleurs de trèfle des prés.
  6. Infusion sur l'alcool des cônes de houblon.
  7. Infusion d'alcool dans les boucles d'oreilles en saule frais.
  8. Bouillon de thé au saule.
  9. Infusion aqueuse ou alcoolique de jeunes pousses de thuja recouvertes de feuilles. (Attention! Le thuya est toxique en grande quantité).
  10. Suppositoires rectaux et bains de propolis.

Prévisions

Le choix du médecin pour le pronostic du cancer de la prostate dépend du stade de la maladie nouvellement diagnostiquée. La détection à un stade précoce augmente les chances du patient de vaincre complètement la maladie. En Allemagne, par exemple, une attention particulière est accordée à cette maladie, les hommes sont examinés régulièrement et seulement 18% des cas de cancer de la prostate sont diagnostiqués. En Amérique, 80% des hommes ayant reçu le même diagnostic ont guéri du cancer. Une attitude positive dépend de votre attention à votre santé.

Prévention

Le meilleur traitement pour la maladie est sa prévention. Il existe un certain nombre de recommandations pour la prévention du cancer de la prostate:

  1. Mode de vie sain - renoncement à l'alcool et au tabac, activité physique.
  2. Puissance Augmenter la consommation de fruits et légumes, limiter l’utilisation de graisses animales, de produits contenant du calcium, d’œufs.
  3. Des examens réguliers chez l'urologue, afin de ne pas rater le moment crucial du cancer.

Vidéo

Les informations présentées dans l'article sont à titre informatif seulement. Les matériaux de l'article n'appellent pas d'auto-traitement. Seul un médecin qualifié peut diagnostiquer et conseiller un traitement en fonction des caractéristiques individuelles d'un patient particulier.

Symptômes du cancer de la prostate par stades

La proportion de cancer de la prostate dans l’incidence totale du cancer augmente chaque année. Si, il y a quelques années, il occupait la 6ème place en termes de prévalence, il s'est approché ces dernières années des trois cancers les plus fréquents chez les hommes.

Nous vous dirons comment ne pas regarder une maladie aussi terrible et sous quels symptômes se faire soigner.

Symptômes de la maladie

Les deux premiers stades du cancer de la prostate constituent un foyer pathologique si restreint que, le plus souvent, ils ne perturbent pas le fonctionnement normal du système reproducteur masculin. Ce cancer est généralement découvert par hasard lors d'une intervention chirurgicale ou d'un dépistage.

La tumeur se développe lentement et la maladie progresse imperceptiblement pour l'homme. À cet égard, les premiers signes de cancer de la prostate, qui attirent clairement l’attention, se développent en moyenne 20 ans après l’apparition de la maladie.

Étape 1

Stade 1 - une tumeur dans la couche sous-muqueuse, taille microscopique. Il n'y a pas de symptômes caractéristiques du cancer de la prostate de grade 1. Parmi les symptômes non spécifiques sont possibles:

  • perte de poids;
  • mal de tête;
  • diminution de l'appétit;
  • fatigue
  • thrombophlébite récurrente;
  • saignements

Le plus souvent, le cancer de la prostate à ce stade est complètement asymptomatique.

Dans l'analyse biochimique du sang, il y a une diminution du niveau de toutes les protéines, en particulier de l'albumine - hypoalbuminémie.

Étape 2

Étape 2 - La tumeur envahit toute l'épaisseur de l'organe et de la capsule. Selon que la tumeur altère le flux d'urine dans l'uretère, les symptômes du cancer de la prostate de grade 2 peuvent ou non apparaître.

Si la tumeur serre l’uretère, apparaissent:

  • sentiment de vidange incomplète;
  • mictions fréquentes;
  • nycturie - mictions fréquentes la nuit;
  • affaiblissement du flux d'urine;
  • fausses envies d'uriner;
  • pulsions impératives - l'impossibilité de retenir l'urine si vous souhaitez uriner.

Il arrive parfois que l’incontinence urinaire soit la conséquence d’une rétention urinaire ou d’une lésion tumorale sphinctérienne. La germination de la tumeur du sphincter est un symptôme de cancer de la prostate déjà 4 stades.

Étape 3

Étape 3 - la tumeur se développe à l'extérieur de la capsule. Les symptômes du cancer de la prostate ou ne se produisent que s’il n’ya pas eu de manifestations jusqu’à la 3 e année, ni de progrès. La plupart du temps, la tumeur est détectée à ce stade, car la gêne qui lui est transmise oblige à consulter un médecin.

Tous ces signes qui étaient aux stades précédents entrent en vigueur. Une légère douleur dans le bassin ou le dos devient gênante, il devient plus difficile d'uriner, la faiblesse s'accumule et la performance diminue. Le mal de dos à ce stade est dû à la compression des terminaisons nerveuses pelviennes sensibles par la glande envahie.

Étape 4

Stade 4 - invasion d'une tumeur dans des organes adjacents, métastases des ganglions lymphatiques régionaux ou distants, des os, des organes internes. Le premier symptôme de la métastase est une douleur modérée dans le bassin, le bas du dos.

Les symptômes de la germination du cancer de la prostate dans le rectum sont les suivants:

  • la constipation;
  • ténesme - envie douloureuse de déféquer sans selle;
  • saignement du rectum;
  • sécrétion de mucus et d'anus;
  • obstruction intestinale.

Si le cancer a germé dans la vessie ou l'uretère, du sang apparaît dans l'urine et le sperme. L'incontinence urinaire se développe lorsque le sphincter de la vessie est touché.

Dans les métastases, les symptômes du cancer de la prostate à 4 degrés dépendent de la localisation des métastases, le pronostic, s’il en est, s’aggrave de manière significative.

Les os du squelette étant le plus souvent touchés, le symptôme principal est une douleur à un endroit correspondant à la localisation du foyer métastatique. En grandissant, il détruit l'os jusqu'à la fracture pathologique.

Les métastases dans les vertèbres peuvent entraîner une compression de la moelle épinière et une paralysie flasque des membres.

En plus des ganglions inguinaux, para-aortiques et supraclaviculaires sont affectés.

Métastases rarement observées aux organes: poumons, foie, cerveau et moelle épinière. Ici, les symptômes des dommages causés à ce système vont venir en premier lieu:

  • toux, essoufflement avec atteinte pulmonaire;
  • lourdeur ou douleur dans l'hypochondre droit, jaunisse, indigestion avec lésions du foie;
  • paralysie centrale et périphérique, perte de sensibilité dans les lésions du système nerveux central.

Le cancer peut se développer à partir d'un adénome de la prostate, les symptômes resteront les mêmes, mais le moment d'obstruction sera plus prononcé - troubles de la miction, développement d'une hydronéphrose bilatérale. La prostatite chronique en tant qu’inflammation dégénère parfois en une tumeur maligne.

Diagnostics

  • Recherche de doigt. Annuellement après 40 ans.
  • Échographie de la prostate; lorsque des lésions pathologiques sont détectées, une biopsie est effectuée.
  • Échographie transrectale - révèle des tumeurs atteignant 5 cm de diamètre.
  • L'antigène spécifique de la prostate (PSA) est une protéine produite par les tumeurs de la prostate. Normalement, son niveau est de 4 ng / ml, un symptôme fiable du cancer de la prostate chez les hommes est supposé dépasser cette valeur de 5 fois ou plus.
  • La tomodensitométrie (CT) - vous permet d'évaluer l'ampleur de la propagation du processus (dommages aux ganglions lymphatiques, aux os, aux organes internes).
  • L'imagerie par résonance magnétique (IRM) vous permet de visualiser les organes pelviens mieux qu'avec le scanner.
  • La tomographie par émission de positrons (TEP) est utilisée pour évaluer l’ampleur de l’implication de divers organes dans le processus tumoral.
  • Traitement du cancer de la prostate (prostate) par symptômes et stades

    Le schéma est élaboré individuellement, en tenant compte du stade de la maladie et de l'état du patient.

    La prostatectomie radicale est réalisée aux stades 1 et 2. N'affecte pas la puissance chez la moitié des patients et plus. Les jeunes utilisent la radiothérapie externe.

    Étape de traitement 3 - radiothérapie. Les ganglions lymphatiques pelviens et les tumeurs résiduelles sont enlevés chirurgicalement. La radiothérapie plus hormonale peut être utilisée. Aux stades 3 et 4, une résection transurétrale palliative est réalisée. Plus d'informations sur le traitement chirurgical du cancer de la prostate peuvent être trouvées ici.

    Prévention

    La prophylaxie spécifique n'est pas développée. Les hommes de plus de quarante ans doivent subir un examen annuel effectué par un urologue afin de détecter une tumeur au cours des premières étapes.

    Cet examen comprend un examen numérique de la prostate et la détermination des taux de PSA dans le sang. Pour réduire le risque de cancer de la prostate, vous avez besoin de:

    • limiter la quantité de graisse animale dans les aliments consommés, suivre un régime;
    • exclusion des effets toxiques sur le corps de l'alcool, de la nicotine;
    • vie sexuelle régulière;
    • activité motrice élevée et sport facile (avec l'approbation du médecin!);
    • mode de travail et de repos rationnel.

    Une attitude attentive à votre propre santé vous permettra de remarquer à temps les signes et les symptômes d’un cancer de la prostate naissant. Le cancer diagnostiqué dans les premières étapes et traité est une garantie qu'il reste encore de nombreuses années de vie à part entière.

    Informez-vous sur les premiers symptômes d’un cancer du poumon naissant en cas de suspicion de métastase.

    Quel est le pronostic du cancer du poumon à différents stades? Dans ce document, vous pouvez savoir quoi espérer.

    Signes de la prostate en oncologie

    Le cancer de la prostate est une tumeur maligne issue de l'épithélium sécréteur de la prostate. À ce jour, les scientifiques ne sont pas parvenus à un consensus sur les causes du cancer de la prostate, mais un certain nombre de facteurs de risque pour le développement d'une tumeur ont été identifiés:

    l'âge: plus l'homme est âgé, plus le risque de développer une tumeur est élevé;

    race: maladie plus susceptible des représentants de la race négroïde;

    hérédité: chez les hommes dont les parents ont souffert d'un cancer de la prostate, le risque de tomber malade est beaucoup plus élevé;

    caractéristiques alimentaires: la consommation de grandes quantités de graisse animale contribue à l'apparition d'une tumeur;

    fumer et les mauvaises habitudes. La présence de cadmium dans la fumée de tabac a un impact sur le développement du cancer de la prostate.

    Signes de

    Les symptômes aux premiers stades de cette maladie sont presque les mêmes que ceux d'une hypertrophie de la prostate de type bénin. C’est pourquoi, souvent, le diagnostic est posé tardivement, lorsque les stades 3-4 commencent, lorsque les symptômes généraux d’indisposition sont déjà détectés.

    Certains des symptômes suivants peuvent indiquer un cancer de la prostate chez les patients:

    Miction d'urine (après la miction);
    Miction faible et inégale;
    Longue attente pour le début de la miction;
    Mictions fréquentes;
    La nécessité de forcer et d'effort pendant la miction;
    Nocturie (mictions nocturnes fréquentes);
    Dysurie (envie d'uriner sans soulagement);
    Rétention urinaire;
    Hématurie (urine avec du sang);
    Infections des voies urinaires;
    Violation de l'éjaculation et de l'érection.

    Aux derniers stades de la maladie, l'épuisement général du corps s'ajoute à tous les signes, ainsi qu'une perte de poids rapide (cachexie scientifique). Cela est dû à une intoxication du corps.

    Méthodes de traitement du cancer du rein par référence.

    Adénomes

    Les symptômes qui accompagnent le cancer de la prostate peuvent inclure les facteurs suivants:

    augmentation de la miction la nuit;

    difficulté à uriner tôt dans la nuit puis le jour;

    sensation de vidange incomplète de la cavité vésicale;

    augmentation de l'urine résiduelle

    Ces signes sont tellement similaires aux signes de la manifestation de l'adénome dans la prostate que dans la phase initiale, ces deux maladies différentes sont presque impossibles à distinguer. Dans le futur, avec le développement du cancer, l'hématurie se manifeste, ainsi que la douleur due à la germination de la tumeur dans les fibres et le tissu de la vessie. Parallèlement, la perte de poids rapide (cachexie) progresse.

    Avec la défaite des cellules cancéreuses de la prostate, la tumeur maligne se développe très lentement. Il existe de nombreux cas où des hommes décédés pour une autre raison ont révélé (auparavant non manifesté) différents stades du cancer de la prostate.

    Quelle est la différence entre l'adénome de la prostate et le cancer de la prostate?

    La principale différence entre le cancer et l'adénome est que l'adénome est non cancéreux et que le cancer est de mauvaise qualité. Les cellules des métastases malignes (cellules cancéreuses) ont tendance à être dispersées par les voies lymphatiques et sanguines, créant ainsi des tumeurs et endommageant d'autres organes et cellules. À la joie de tous, le lien entre l'adénome bénin et le cancer n'a pas été trouvé et, par conséquent, le diagnostic «adénome de la prostate» n'augmente pas les risques pour le développement du cancer de la prostate.

    L'adénome se distingue du cancer par le fait qu'un néoplasme de mauvaise qualité augmente, principalement vers l'extérieur. À son tour, bénigne (adénome de la prostate) se caractérise par la même croissance, à la fois externe et interne, et résulte de la compression de l'urètre, autour duquel se situe la prostate. C'est la raison pour laquelle l'adénome de la prostate provoque souvent des problèmes de miction plutôt qu'un néoplasme malin tourné vers l'extérieur. Afin de distinguer les adénomes de la prostate du cancer, il est nécessaire de consulter un médecin, de procéder à un examen et de passer certains tests.

    1 degré

    A ce stade, la tumeur maligne est confinée à la prostate, il n'y a pas de propagation aux tissus voisins. La taille de la tumeur est si petite qu'il est impossible de la révéler au moyen d'une méthode d'examen rectal numérique (le degré 2 est déjà détecté lors d'un examen similaire).

    Le cancer de la prostate de grade 1 est diagnostiqué à l'aide d'un test sanguin pour les niveaux de PSA (antigène spécifique de la prostate). Une augmentation du niveau de cette protéine indique un cancer possible de la prostate. De plus, aux fins du diagnostic, une échographie (US) et une biopsie sont prescrites au patient.

    Avec 1 degré d'affection, les manifestations cliniques sont absentes. Dans la plupart des cas, la maladie est détectée par hasard au cours d'un examen de routine ou lorsqu'un patient fait appel à un médecin pour une autre raison. Avec un traitement rapide, le pronostic est le plus favorable, les hommes se rétablissent complètement.

    Premier

    Quelles sont les premières manifestations de la prostatite? Existe-t-il des premiers «cloches» capables de déterminer avec précision la présence d'un problème? La complexité du diagnostic réside dans la variabilité des manifestations. Les premiers signes de prostatite chez les hommes d'origine bactérienne diffèrent de ceux de la clinique des viraux, tout comme le processus aigu est différent du processus chronique. Cependant, il existe des signes majeurs de la maladie, ce qui devrait alerter les hommes.

    Difficulté et douleur à la miction - les premiers signes d'exacerbation. La prostate enflammée, de volume croissant, ferme l'urètre. Au fur et à mesure que la maladie progresse, la situation s'aggrave: sclérose du col de la vessie et chevauchement complet de l'uretère.

    Troubles sexuels - un autre signal alarmant de la maladie. Mais l'affaiblissement de l'orgasme et la violation du mécanisme de l'érection sont, bien entendu, loin d'être les seules plaintes des hommes confrontés à une maladie telle que la prostatite. Ce ne sont que les premiers signes d'aggravation. Alors rejoignez:

    sensation de brûlure dans le périnée;

    inconfort pendant l'acte de défécation;

    apparition dans l'urine de fils flottants;

    Au début

    Les symptômes de manifestation de la maladie à un stade précoce de développement ne diffèrent en rien du symptôme d'augmentation du type de prostate bénigne. C'est pourquoi le cancer est diagnostiqué alors qu'il est déjà au stade III-IV, quand une personne présente déjà des symptômes généraux et des affections.

    La présence de cellules cancéreuses dans l'organe glandulaire peut se manifester de la manière suivante:

    En urinant, il est nécessaire de fatiguer les muscles abdominaux.

    Voyages fréquents aux toilettes.

    Miction inégale et faible.

    Une fois la miction terminée, une section d'urine apparaît.

    Voyages de nuit aux toilettes (Nicturia).

    L'envie d'uriner sans suite (dysurie).

    Dans l'urine, il y a des traînées (mélange) de sang (hématurie).

    Longue attente avant la miction.

    Violation de la sécrétion d'éjaculation et dysfonction érectile.

    La détection de l'infection des voies urinaires est possible.

    Les premiers signes de cancer de la prostate chez l'homme: les symptômes alarmants d'une maladie dangereuse.

    Le cancer de la prostate est l'un des cancers les plus courants chez l'homme. Les prévisions de réduction du nombre de patients sont décevantes. Chaque année, des centaines de milliers de personnes en meurent et ce chiffre ne cesse d'augmenter. Tout le monde sait que les hommes âgés de plus de 50 ans sont plus sujets au cancer de la prostate, mais la maladie rajeunit. Comment reconnaître la maladie dans les premiers stades de développement, pour la surmonter résolument?

    Qu'est-ce que le cancer de la prostate?

    Le cancer de la prostate est une tumeur maligne qui se développe à partir du tissu glandulaire de la prostate. Les scientifiques ont longtemps remarqué une tendance: plus la concentration de l'hormone testostérone dans le corps de l'homme est élevée, plus le risque de cancer de la prostate est élevé. Les troubles hormonaux et tumoraux contribuent généralement à:

    • la vieillesse d'un homme: la période dangereuse commence déjà à 40 ans, la maladie est observée chez près de 50% des hommes après 70 ans;
    • prédisposition héréditaire: si un membre de la famille a une maladie, le risque de cancer est doublé;
    • infections virales: contribuent à la violation du métabolisme hormonal;
    • alimentation déséquilibrée: l'abondance de graisses animales empêche la protection totale du corps contre le cancer;
    • conditions environnementales défavorables: irradiation ultraviolette, travaux dans des installations industrielles.

    Le cancer de la prostate se développe par métastases, se propageant par les voies sanguine et lymphatique jusqu'aux poumons, au foie, aux glandes surrénales et aux os. Le cancer de la prostate est une maladie lente qui, apparaissant sur une période de 10 à 15 ans, se fait sentir aux stades III à IV. Quand il est trop tard On le trouve souvent par hasard - lors d'une palpation rectale ou lors d'un examen de routine.

    Comment se manifeste le cancer de la prostate?

    Il est important de détecter le cancer de la prostate jusqu'à l'apparition de métastases. Pour diagnostiquer une maladie à un stade précoce de développement, vous devez connaître les signes du cancer de la prostate chez l'homme. Les scientifiques ont identifié 4 stades de cancer de la prostate, chacun présentant ses propres symptômes.

    Étape 1

    Les premiers signes de cancer de la prostate apparaissent rarement dans la première étape - la maladie vient de se déclarer dans la glande masculine. Il se limite à la prostate et n'en sort pas. La métastase n'est pas - ni dans les ganglions lymphatiques, ni dans les organes distants. La tumeur ne se dégage d'aucune façon: elle n'est pas palpable par voie rectale et n'est pas visualisée par échographie. Seul un test sanguin et le résultat d'une biopsie peuvent donner un diagnostic épouvantable. Bien que, en fait, si vous avez découvert le cancer de la prostate à ce stade, vous êtes très chanceux, car dans ce cas, la pathologie est traitée avec succès.

    Étape 2

    Les symptômes d'oncologie maligne de la prostate commencent progressivement à apparaître au deuxième stade. La tumeur se développe, elle peut même être ressentie à travers l'anus, vue à l'échographie. Avec la palpation rectale, un ou plusieurs phoques peuvent être ressentis. Ils semblent être du tissu cartilagineux. Avec le développement de la maladie, la tumeur perd ses contours nets. Parfois, cela met de la pression sur l'uretère, il y a des problèmes de miction.

    L'urine est retardée, parfois goutte à goutte, de sorte que le processus de miction devient plus long. Vous devez forcer votre estomac pour vous débarrasser de l'urine. Il y a une sensation de brûlure. Si les problèmes qui se posent ne font pas peur à l'homme, le sang dans les urines provoque la panique et vous oblige à consulter immédiatement un spécialiste. Mais les symptômes ci-dessus n'apparaissent pas toujours. Un homme peut se sentir en forme et en bonne santé. Seul un taux accru de PSA (antigène spécifique de la prostate), qui est un marqueur tumoral, signale la présence d'une maladie grave. Les hommes de différents âges ont des taux de PSA différents:

    • 40 à 49 ans - 2,5 ng / ml;
    • 50-59 ans - 3,5 ng / ml;
    • 60 à 69 ans - 4,5 ng / ml;
    • 70-79 ans - 6,5 ng / ml.

    Un écart par rapport au niveau normal est une raison sérieuse de commencer un traitement pour le cancer de la prostate.

    Étape 3

    L'étape suivante est caractérisée par une nouvelle croissance de la tumeur de la prostate. Ni les ganglions lymphatiques, ni dans les endroits éloignés métastases ne sont pas observés. Mais très bientôt, ils vont apparaître. C'est le stade de la maladie.

    Les problèmes de miction survenus au stade 2 sont aggravés: il existe des sensations de douleur et une vidange incomplète de la vessie. Je veux toujours aller aux toilettes. Au périnée, il y a de graves crampes, une douleur dans l'anus, dans le sacrum. Le cancer de la prostate, touchant le nerf, provoque une érection faible, allant jusqu’à l’impuissance. Lorsque la tumeur commence à appuyer sur les canaux de la prostate, le volume de sperme sécrété diminue.

    Étape 4

    Les premiers signes de la formation d'un cancer malin de la prostate sont derrière. Au dernier stade de développement, le cancer devient plus agressif: il dépasse les limites de la prostate, des métastases apparaissent, affectant les organes avec une rapidité incroyable. Au stade 4, le cancer de la prostate est presque incurable. Pour vaincre la maladie, il suffit d’enlever la prostate, c’est impossible - les métastases pénètrent partout. Un homme perd tout brusquement, s'affaiblit, la peau de l'anémie devient pâle.

    Symptômes communs de maladies similaires

    Tous ces symptômes devraient-ils être considérés comme des manifestations du cancer? Problèmes avec la miction et la puissance, douleurs à l'aine débilitantes - il existe un certain nombre de maladies qui présentent des symptômes similaires. L'adénome de la prostate, ou hyperplasie, est une maladie de ce type, qui, dans les symptômes, est un jumeau du cancer de la prostate. Mais contrairement à une tumeur maligne, l'adénome est une tumeur bénigne. Il est impossible de distinguer les maladies les unes des autres uniquement par les plaintes des patients.

    L'urologue peut établir le diagnostic correct après examen et test. Voici tous les signes du cancer - la prostate est un organe très vulnérable aux maladies. Pour rester un homme à part entière le plus longtemps possible, vous devez être examiné périodiquement - une fois par an -. N'attendez pas de signes de pathologie dangereuse, mais contactez les spécialistes. Ne pas se soigner soi-même, suivre toutes les instructions du médecin.

    Cancer de la prostate chez l'homme - Causes, Symptômes, Traitement et Pronostic

    Une pathologie oncologique de la prostate se produit chez presque un homme sur dix âgé, et le cancer de la prostate devient la cause de décès chez plus de 70% des hommes de plus de 60 ans.

    Comment prévenir l'apparition d'une pathologie et la reconnaître à ses débuts, et est-il possible de guérir le cancer de la prostate?

    Le cancer de la prostate est l’une des formes de cancer les plus courantes chez les hommes.

    Pourquoi le cancer survient dans la prostate

    La prostate (ou prostate) est sous la vessie d'un homme directement devant le rectum. Lorsque certaines cellules de la prostate commencent à se développer et à se diviser de manière incontrôlée, un cancer de la prostate se développe et se développe très lentement, sans se manifester pendant des années.

    Les scientifiques ont établi que les modifications de l'ADN dans les cellules de la prostate, conduisant au développement du cancer, n'avaient pas encore été complètement établies, mais elles sont à l'origine de plusieurs facteurs prédisposant à l'apparition de pathologies:

    • Âge La probabilité de développer un cancer dans la prostate chez les hommes de plus de 60 ans est beaucoup plus élevée que chez les hommes plus jeunes.
    • L'hérédité. La présence de parents en ligne droite chez lesquels une pathologie similaire a été diagnostiquée augmente de plusieurs fois le risque de cancer.
    • Surpoids et obésité.
    • La malnutrition, associée à un excès de calcium alimentaire et de graisses saturées et à un manque de fibres.

    Le risque de développer une tumeur maligne augmente le fait de vivre dans des zones polluées sur le plan écologique et de travailler dans des industries dangereuses associées au cadmium (imprimeries, soudure, produits en caoutchouc).

    Faites attention! La probabilité d'oncologie dans la prostate et son agressivité dépendent du niveau de testostérone chez l'homme.

    Une tumeur maligne survient le plus souvent sur une glande déjà atteinte, dont le travail peut être compromis par des maladies chroniques et d'autres conditions dangereuses pour la "santé des hommes":

    • Échec hormonal. Une augmentation du nombre d'hormones sexuelles mâles entraîne une croissance incontrôlée de la glande et une prolifération cellulaire.
    • L'adénome de la prostate et la prostatite perturbent la glande et conduisent à la croissance progressive des cellules.
    • L'hyperplasie et l'adénose atypique sont des affections précancéreuses.

    Mais de tels états ne se développent pas toujours en cancer - les facteurs producteurs de la pathologie sont des habitudes néfastes, des maladies transmises par contact sexuel, une vie sexuelle irrégulière, une immunité réduite, une infection par des virus (cytomégalovirus, herpès, etc.).

    Dans le cancer de la prostate, la malignité se développe très lentement et, au stade initial, elle peut évoluer sans symptôme perceptible.

    Habituellement, le cancer de la prostate est associé à plusieurs facteurs simultanément, de sorte que tout homme de plus de 50 ans est à risque de contracter cette maladie.

    Stades de développement et classification

    Les degrés et les stades des tumeurs de la prostate sont déterminés en fonction de la taille de la tumeur, de sa prévalence dans d'autres organes et de la présence de métastases.

    Les concepts de "degré" et de "stade" du cancer sont différents: le degré est détecté sur la base d'études cytologiques et histologiques de métamorphoses morphologiques de cellules de la prostate et le degré est établi après des études plus approfondies, y compris les taux de PSA dans le sang, la biopsie, l'échographie, l'IRM et le scanner.

    Taux de cancer de la prostate:

    1. Les tissus tumoraux sont en phase de destruction, mais le diagnostic n'est généralement pas détecté.
    2. Lorsque le cancer de la prostate de grade 2 se forme parmi les cellules saines, il se produit des inclusions pathologiques et la surpopulation de cellules «malsaines» apparaît dans un foyer (un nœud est formé).
    3. Les cellules de la prostate sont caractérisées par différentes morphologies et structures. La tumeur peut commencer à se propager aux tissus adjacents à la prostate.
    4. La plupart des cellules sont atypiques pour la prostate.
    5. Absolument toutes les cellules de la prostate sont atypiques.

    Le stade du cancer de la prostate est le plus souvent établi par le système TNM, qui repose sur plusieurs indicateurs: T est le degré de la tumeur primitive, N est la propagation du néoplasme aux ganglions lymphatiques adjacents, M est la propagation des métastases.

    Les stades de cancer suivants sont classés:

    1. La tumeur a des dimensions microscopiques, il est impossible de la voir en échographie et de la palper avec un examen rectal. Détecté uniquement lors d'un test PSA du cancer de la prostate. À ce stade, le cancer de la prostate ne provoque pas de symptômes.
    2. Le néoplasme augmente de taille mais ne dépasse pas la glande. La croissance pathologique peut être vue à l’échographie et «ressentie» à l’aide d’un scan du doigt. À ce stade, il existe des problèmes de miction - mictions fréquentes (la nuit - jusqu'à 3 à 4 fois), douleurs et crampes lors de la vidange de la vessie, flux "lent" d'urine.
    3. La tumeur envahit les organes adjacents, dont les premiers sont atteints par la vessie, les vésicules séminales et le rectum. Dans le tableau clinique, il y a des crampes et des douleurs dans le bas du dos, le pubis, le périnée, une violation de la puissance et une forte sensation de brûlure pendant la miction.
    4. La taille de la tumeur est si grande qu'elle donne des métastases même à des organes distants - le foie, les os, les poumons, les ganglions lymphatiques. Le stade 4 du cancer de la prostate se caractérise par de fortes manifestations d'intoxication, une douleur intense à la miction, une incapacité à uriner de manière autonome.

    Faites attention! Les manifestations les plus dangereuses de la maladie - la croissance des métastases, parce que avec le début de leur formation, une thérapie conservatrice et un traitement chirurgical ont peu de chances d’apporter un résultat positif.

    Il est très important de définir le stade du processus tumoral - sur cette base, la méthode de traitement est sélectionnée et un pronostic est donné.

    Afin de déterminer l’ampleur du cancer de la prostate et de déterminer le traitement le plus efficace, utilisez la division au stade

    Les premiers signes et symptômes

    Le cancer de la prostate chez les hommes est assez difficile à diagnostiquer, car la pathologie est caractérisée par une absence prolongée de tout symptôme, jusqu'au moment où le néoplasme envahi commence à influencer le processus de miction ou de la fonction sexuelle, ou à se métastaser au rectum ou à la vessie.

    En outre, les premiers signes de cancer de la prostate chez l'homme présentent des symptômes similaires à ceux d'autres maladies et l'homme ne réagit pas correctement à leurs manifestations.

    • L'apparence de brûlures lors de la vidange de la vessie;
    • Le sentiment de vidange incomplète après le processus de miction;
    • Incontinence urinaire (énurésie);
    • Besoin fréquent d'uriner (intervalle - 30 à 60 minutes de la journée, 3 à 4 fois par nuit);
    • Provoquant périodiquement des douleurs tiraillantes dans la prostate.

    C'est important! Les premières «cloches» qui témoignent du développement de l'oncologie sont souvent des troubles sexuels - dysfonction érectile, diminution du volume du sperme, impuissance.

    Les symptômes n'apparaissent généralement pas en même temps et peuvent augmenter sur plusieurs années, ce qui complique également le diagnostic.

    Les dernières étapes sont caractérisées par:

    • L'apparition de caillots sanguins dans l'urine ou le sperme;
    • Douleur dans le périnée;
    • Difficulté à uriner;
    • Goutte à goutte d'urine.

    Lorsque les métastases dans le cancer de la prostate dépassent la prostate, les symptômes commencent à augmenter activement et provoquent des manifestations de la part des organes affectés.

    Lorsque des cas en cours se produisent:

    • Rétention urinaire;
    • Gonflement du scrotum et de la base du pénis;
    • La constipation;
    • Douleur dans la région de la hanche, la colonne vertébrale.

    Aux derniers stades de la personne, on observe des symptômes d'intoxication grave - faiblesse grave et fatigue, diminution marquée du poids corporel, teint pâle et pâle.

    N'oubliez pas que le cancer de la prostate de grade 4 nécessite un traitement très complexe et de longue durée. Vous devez donc consulter un médecin dès l'apparition des premiers symptômes alarmants.

    En cas d'apparition de modifications même mineures du trouble de l'urination, ou en cas de l'une des manifestations répertoriées, il est nécessaire de rechercher une aide médicale urgente - un diagnostic précoce de la pathologie augmente les chances d'un pronostic positif.

    Méthodes de traitement

    Une fois le diagnostic de cancer de la prostate établi, l’urologue choisit une méthode de traitement, généralement exhaustive, qui comprend l’excision des ganglions lymphatiques régionaux, l’excision chirurgicale des tissus et organes touchés, le traitement médicamenteux, la radiothérapie, la chimiothérapie.

    Le plus souvent, pour le traitement de l'oncologie de la prostate, le médecin suggère l'ablation chirurgicale de la tumeur, si celle-ci n'est pas contre-indiquée pour le patient. Les contre-indications à l'opération peuvent être: la vieillesse, les pathologies chroniques du système cardiovasculaire, nerveux, respiratoire. Dans de tels cas, la chirurgie peut être plus dangereuse pour la vie que le cancer lui-même.

    L'élimination radicale de la prostate constitue le meilleur traitement du cancer de la prostate dans les tumeurs malignes localisées.

    En cas de contre-indication, le médecin choisit une tactique d'attentisme avec l'utilisation de médicaments et de méthodes de traitement conservatrices, avec le contrôle d'indicateurs - une analyse du PSA et une échographie tous les 6-12 mois.

    C'est important! Dans le traitement des stades 1 et 2 du cancer, les méthodes d'élimination des radicaux peuvent être évitées.

    Le traitement aux premiers stades est quelque peu différent du traitement des stades ultérieurs de l'oncologie.

    Traitement précoce

    Pour les tumeurs de petite taille et pour leur localisation directement dans la glande (sans aller au-delà), les méthodes de traitement suivantes sont proposées:

    • Prostatectomie radicale. Ablation chirurgicale de la prostate en milieu hospitalier. La durée du séjour à l'hôpital et de la rééducation varie de quelques semaines à trois mois.
    • Curiethérapie. Les éléments radioactifs sont implantés dans la prostate à l'aide de laquelle la radiothérapie est effectuée.
    • Radiothérapie conforme. Les faisceaux de rayonnement sont dirigés directement sur la zone touchée, sans toucher les tissus sains.

    Simultanément à la radiothérapie, un traitement aux médicaments hormonaux est effectué.

    Traitement de stade avancé

    La méthode est choisie en fonction du stade de la pathologie, de la propagation des métastases et de la localisation de la lésion.

    • Prostatectomie radicale. Si le néoplasme n'a pas dépassé la glande, la maladie peut être vaincue dans la plupart des cas. Mais lorsque les métastases se propagent aux organes voisins, une radiothérapie ou une chimiothérapie est généralement nécessaire.
    • Chimiothérapie. Le traitement par chimiothérapie est effectué aux stades 3 et 4 du cancer, lorsque la propagation des métastases est observée. Le traitement peut durer jusqu'à six mois et causer de nombreux effets secondaires.
    • Radiothérapie Les radiations violent l'ADN des cellules tumorales et sont affectées à une grande tumeur lorsqu'il est nécessaire d'irradier non seulement la tumeur mais également les ganglions lymphatiques voisins (lorsqu'un cancer de la prostate avec métastases osseuses est diagnostiqué).

    La radiothérapie du cancer de la prostate est pratiquée même à un stade avancé, lorsque la chirurgie sera inefficace.

    En curiethérapie, un médicament composé d'une substance radioactive est injecté directement dans le corps de la prostate. Par conséquent, la survenue d'effets secondaires est minimisée.

    Traitement de la toxicomanie

    La pharmacothérapie vise les hormones, qui permettent de réduire la concentration d’androgènes et la sensibilité de la tumeur aux effets des hormones. Un tel traitement est efficace dès les premiers stades du développement du cancer, bien qu’il puisse également améliorer considérablement la condition du patient et faciliter sa vie.

    Faites attention! Le traitement du cancer folklorique n'apporte généralement pas les résultats escomptés et ne peut être effectué qu'en traitement adjuvant et après consultation du médecin.

    Traitement du cancer de la prostate sans chirurgie:

    • Antiandrogènes (Anandron, Casodex, Flucin). Les médicaments empêchent les cellules tumorales d’interagir avec les hormones surrénales.
    • Analogues de l'hormone hypophysaire (Dekapeptil, Diferelin, Lyukrin). Lors de l'utilisation de ces médicaments, le niveau d'hormones mâles chute à un niveau comparable à celui qu'un homme a retiré des testicules.
    • Antagonistes des hormones libérant de la gonadrotropine (Diéthylstilbestrol, Fosfestrol, Firmagon). L'action des médicaments vise à réduire les niveaux de testostérone, ce qui inhibe la croissance tumorale.

    Le meilleur résultat en traitement peut être obtenu par une combinaison d'anti-androgènes et d'analogues de l'hormone hypophysaire, cette thérapie est appelée le «blocage androgène maximal».

    Chez les hommes âgés de moins de 65 à 60 ans, l’hormonothérapie est associée à la cryothérapie, qui se caractérise par la congélation de la tumeur.

    Lors de l'utilisation d'une hormonothérapie, l'activité de l'hormone testostérone est supprimée ou ses effets sur le tissu de la prostate sont prévenus.

    Prévisions

    Un certain nombre de facteurs influent sur l'espérance de vie et le pronostic favorable du cancer de la prostate:

    • Type de cancer et sa localisation;
    • Caractéristiques du cancer, déterminées au cours de la recherche;
    • Stades du cancer (y compris la taille et la propagation de la tumeur à d'autres tissus et organes);
    • L'état du patient et son âge;
    • La réaction du patient au traitement.

    Avec le traitement opportun de l'homme chez le médecin, le cancer de la prostate du premier degré a un pronostic favorable dans plus de 80% des cas. Dans le même temps, l'espérance de vie n'est pas limitée et dépend du patient (respect des recommandations médicales).

    Le traitement des cancers de la prostate de stade 3 et 2 a un traitement plus complexe et de longue durée et dépend à la fois de la compétence du médecin, de la condition de l'homme et de son âge. En moyenne, l'espérance de vie au stade 2 est de 15 à 20 ans, au troisième, de 5 à 10 ans.

    Le cancer de la prostate de grade 4 avec métastases a un pronostic très défavorable: les hommes parviennent rarement à dépasser le cap des trois ans et vivent 5 à 7 ans.

    Dans le cancer avec métastases après le diagnostic, seulement 30% des patients vivent jusqu’à 5 ans, le plus souvent le pronostic de l’espérance de vie dans cet état étant de 2 à 3 ans.

    La détection précoce de la maladie augmente les chances de succès du traitement.

    Questions fréquemment posées sur le cancer de la prostate

    Le cancer de la prostate est-il un handicap? En fonction du stade de la pathologie et des résultats du traitement après l'ablation du cancer de la prostate, un handicap peut être attribué à un homme des groupes 1, 2 ou 3.

    Combien vivent avec un cancer de la prostate? Dans 80% des cas, les hommes vivent entre 5 et 10 ans.

    Est-il possible de concevoir un enfant atteint de cancer? Après la mise en œuvre de toute méthode de traitement, la possibilité de concevoir un enfant est perdue.

    La vie sexuelle est-elle possible pour le cancer de la prostate? Le diagnostic n'interdit pas la sexualité.

    Que faire avec le cancer de la prostate? Ne paniquez pas et cherchez des soins médicaux professionnels.

    Est-il possible de faire de l'exercice pendant le cancer de la prostate? L’exercice régulier procure au patient de nombreux avantages pour son rétablissement après le traitement: il réduit l’anxiété, améliore le cœur et les vaisseaux sanguins et réduit les effets secondaires de la chimiothérapie.

    Est-il possible d'éviter une récidive du cancer après le traitement? Pour minimiser la récurrence du cancer de la prostate, vous pouvez, si vous suivez les recommandations du médecin, mener une vie saine et subir régulièrement des examens médicaux.

    Le cancer de la prostate, comme toute tumeur, est une maladie dangereuse qu'il est très difficile de diagnostiquer à ses débuts. Par conséquent, la seule chance de prévenir le développement de la maladie est une visite régulière chez l’urologue ou l’andrologue chez les hommes âgés de 45 à 50 ans.

    Pour prévenir le développement du cancer de la prostate, vous devez régulièrement subir un examen médical et passer les tests nécessaires.