Principal
Traitement

Chirurgie pour enlever l'adénome de la prostate

L'adénome de la prostate est une maladie masculine qui peut être traitée de manière conservatrice et chirurgicale.

La deuxième option est considérée comme un moyen efficace, car elle ne cause aucun préjudice, mais exclut le développement du cancer de la prostate.

Le choix d'un type spécifique de chirurgie pour l'adénome dépend de:

  • état de santé général et âge du patient;
  • capacités techniques de l'établissement médical et qualifications du personnel;
  • les stades de l'adénome, la présence de signes de magnification de la tumeur;
  • consentement du patient à la version proposée de l'opération.

Il est important de consulter un urologue dès que possible, dès l'apparition des premiers symptômes de la maladie et la petite taille de la tumeur. L'intervention chirurgicale est indiquée pour:

  • augmenter la quantité d'urine résiduelle dans la vessie;
  • rétention urinaire;
  • la présence de sang dans l'urine;
  • pierres vésicales;
  • insuffisance rénale.

Toute opération, y compris l'adénome de la prostate, comporte de nombreuses complications, et plus l'homme est âgé, plus il est probable que de telles complications se produisent.

En choisissant la méthode appropriée de traitement d'un patient dans chaque cas particulier, le médecin comprend qu'il n'y a pas d'option idéale. Afin de minimiser le risque d'effets secondaires, les chirurgiens pratiquent une chirurgie endoscopique et peu invasive pour retirer l'adénome de la prostate.

Si la tumeur est suffisamment grosse, si le volume de la prostate atteint 100 ml, si des calculs apparaissent dans la vessie et que les parois de la vessie ont subi des modifications, le médecin doit choisir une méthode radicale: l'adénomectomie.

Si l'adénome et la prostate atteignent un volume de 80 ml, la méthode d'intervention préférée sera l'excision de l'adénome ou TUR. Si le processus inflammatoire est petit, il n'y a pas de petit adénome, il n'y a pas de calculs dans la vessie, cette étape est traitée par des méthodes endoscopiques, y compris l'utilisation d'un laser, du courant électrique.

Il existe des contre-indications dans lesquelles il n'y a pas de traitement chirurgical de l'adénome de la prostate.

Les médecins ne prescrivent pas de chirurgie si:

  • maladies infectieuses aiguës;
  • athérosclérose sévère, anévrisme aortique;
  • cystite aiguë, pyélonéphrite;
  • insuffisance rénale;
  • pathologie sévère des poumons, du coeur.

Certaines de ces conditions peuvent être classées en tant que contre-indications relatives. Si le problème de l'adénome doit être supprimé, le problème doit être résolu.

Le médecin oriente le patient vers le traitement des troubles existants afin de minimiser le risque de complications lors de l'opération d'enlèvement de l'adénome. Compte tenu du volume de l'opération à venir et de l'accès à la prostate, on distingue les méthodes suivantes pour l'élimination de l'adénome:

  • adénomectomie ouverte;
  • résection transurétrale;
  • opérations mini-invasives, méthodes endoscopiques (cryodestruction, vaporisation laser, thérapie par micro-ondes, etc.).

Adénomectomie ouverte

Il y a environ 30 ans, la chirurgie ouverte pour enlever un adénome de la prostate était pratiquement le seul moyen de se débarrasser d'une tumeur.

Malgré le fait qu'il existe de nombreuses méthodes de traitement modernes, l'adénomectomie est toujours d'actualité. Il est prescrit pour les grosses tumeurs, la présence de calculs, le risque de mutation de cellules tumorales en cellules malignes. Étant donné que l'opération est effectuée à travers la vessie ouverte, on l'appelle aussi abdominale.

Par conséquent, une opération est réalisée sous anesthésie générale et, s'il y a des contre-indications, procéder à une anesthésie de la colonne vertébrale. Le médecin peut dire au patient à l'avance comment une telle opération est effectuée. En général, il y aura 3 étapes:

  • le lieu de l'opération est traité avec un antiseptique, les cheveux sont enlevés. Le médecin effectue une incision de la peau et des fibres en dessous;
  • atteignant le mur de la vessie, le médecin le coupe, examine la cause des calculs, des néoplasmes;
  • À l'aide de vos doigts, le médecin retire la tumeur à travers la vessie.

La dernière étape est la plus cruciale, car elle nécessite l'expérience et les compétences du médecin. Le spécialiste doit donc compter sur la sensibilité de ses doigts.

Au cours de la troisième étape, le médecin de l'index atteint l'ouverture interne de l'urètre, déchire la membrane muqueuse et serre la tumeur, ce qui a repoussé la prostate. Pour faciliter la tâche, le médecin insère le doigt de l'autre main dans l'anus du patient et pousse la prostate en poussant. Après l'attribution de l'adénome, il est retiré par la vessie ouverte, les tissus sont envoyés à l'étude.

Lorsque la chirurgie de l'adénome de la prostate est terminée, des saignements sont possibles. Cette complication est dangereuse en formant un caillot de sang dans la vessie, ce qui peut obstruer les conduits urinaires.

Pour éviter une telle situation, le patient est inséré dans la lumière du cathéter à vessie pendant une semaine, lavé avec une solution saline. Au cours des premiers jours suivant la chirurgie, le patient doit vider sa vessie souvent - environ une fois par heure, pour éviter toute pression de liquide sur les points de suture. Ensuite, l'intervalle entre les mictions peut être augmenté. La vessie peut récupérer pendant environ 3 mois.

La chirurgie ouverte pour adénome de la prostate assure l'élimination irréversible de la tumeur. Mais le patient paie pour un tel avantage avec une longue période de rééducation, la nécessité de subir une anesthésie générale, le risque de suppuration et de saignements, des cicatrices postopératoires.

TOUR pour adénome de la prostate

TOUR est une opération pratiquée le plus souvent avec un adénome. Nommé avec le volume de la prostate à 80ml. Parmi les avantages de cette technique figurent la courte période de rééducation, l’absence de points de suture et la normalisation rapide de l’état du patient.

En plus des avantages, une telle élimination de l'adénome de la prostate présente également des inconvénients - il n'y a aucune possibilité d'éliminer les grosses tumeurs, l'opération nécessite un équipement coûteux, un chirurgien hautement qualifié.

L'opération consiste à enlever l'adénome de la prostate par l'urètre. À l'aide d'un résectoscope, le chirurgien pénètre dans la vessie, évalue son état, trouve la tumeur et commence l'extraction.

La condition principale du succès de la TUR est une bonne visualisation, pour laquelle un fluide spécial est alimenté en continu par le résectoscope et est immédiatement retiré. Étant donné que les vaisseaux sanguins endommagés peuvent saigner et nuire ainsi à la visibilité, le médecin doit agir avec prudence.

Une telle opération ne dure pas plus d'une heure, car le patient est dans une position inconfortable et il y a un grand instrument médical dans l'urètre. Par conséquent, pour prévenir tout risque de saignement et de douleur, l’opération est effectuée rapidement. En particulier, il est possible d'exciser un adénome par analogie avec le rabotage d'un journal, jusqu'à l'apparition de la prostate. Au cours de l'opération, des fragments du "planage" de la tumeur s'accumulent dans la vessie et sont éliminés.

Après le retrait de la tumeur, le médecin rince la vessie. S'il y a des vaisseaux sanguins qui saignent, ils les cautérisent. Si le médecin est satisfait de l'examen, le résectoscope peut être retiré et la sonde de Foley est placée dans la vessie.

Ce cathéter est équipé d'un ballon de gonflage pour le rinçage de la vessie. Si aucune complication n'est observée après quelques jours, le cathéter est retiré. Les hommes n'ont pas besoin d'être intimidés si, après le retrait du cathéter, la première vidange de la vessie provoque de légers symptômes de douleur, et que l'urine est rougeâtre. Il est nécessaire d'uriner le plus souvent possible pour que les parois de la vessie ne s'étirent pas, mais guérissent plus rapidement.

Chirurgie mini-invasive dans le traitement de l'adénome de la prostate

L'urologie n'est pas le seul domaine de la médecine où des chirurgies mini-invasives sont mises en œuvre avec succès. Ces méthodes traitent l'adénome de la prostate, avec adénome de la prostate par accès transurétral effectuer:

  • la cryodestruction;
  • électrocoagulation;
  • thermothérapie par micro-ondes;
  • ablation au laser;
  • vaporisation par courant électrique.

Les avantages des techniques mini-invasives incluent leur sécurité relative, un petit nombre de complications probables, par rapport au traitement chirurgical de l'adénome de la prostate.

En cas de chirurgie mini-invasive, l'anesthésie générale n'est pas nécessaire. De telles opérations sont prescrites aux patients contre-indiqués en chirurgie classique pour diabète, hypertension, insuffisance pulmonaire et cardiaque.

Toutes ces techniques sont similaires dans la méthode d'accès à travers l'urètre, l'utilisation de l'anesthésie locale, mais diffèrent par la forme d'énergie qui détruit la tumeur - il peut s'agir d'un courant électrique, d'une échographie, d'un laser, etc.

L'essence des opérations peut être décrite:

  • La thérapie par micro-ondes implique une exposition à un adénome par des micro-ondes à haute fréquence. De telles ondes chauffent les tissus de la tumeur, les détruisant. Le proctoscope peut être inséré dans l'urètre ou dans le rectum sans endommager la muqueuse;
  • la vaporisation consiste à chauffer les tissus tumoraux, à en évaporer le fluide et à détruire ensuite l'adénome. La vaporisation est effectuée par laser, courant, ultrasons. La procédure est classée comme sûre et efficace;
  • la cryodestruction implique la destruction des cellules de l'adénome par le froid. Pour cela, de l'azote liquide est utilisé. Au cours de la procédure, la paroi de l'urètre est chauffée de manière à ne pas être endommagée.
  • Le traitement au laser est l'une des nouvelles techniques permettant d'affecter simultanément l'adénome avec un laser et de cautériser les vaisseaux sanguins. Les avantages de la thérapie au laser incluent la rapidité et la sécurité de l'opération, ce qui est particulièrement important pour les patients âgés;
  • La vaporisation au laser est la méthode la plus avancée de traitement de l'adénome. Un laser à rayon vert agit sur les cellules tumorales, amenant le liquide à ébullition. En raison de l'effet laser, le tissu de l'adénome est détruit, le bien-être de la patiente se détériore rapidement, il n'y a pratiquement aucune complication.

Complications du traitement radical de l'adénome de la prostate

Malgré les efforts des médecins qui souhaitent réussir la laparoscopie de l'adénome de la prostate et d'autres types d'opérations, il est impossible d'exclure la survenue de complications.

Un grand pourcentage de complications surviennent lors d'opérations abdominales classiques, un peu plus bas avec une RT et la chirurgie laparoscopique entraîne un minimum de réactions indésirables.

Parmi les problèmes postopératoires fréquents notés: saignements, thrombose pulmonaire et veines des jambes, processus infectieux et inflammatoires. Après l'opération, des complications peuvent se développer: sclérose des parois de la vessie, problèmes de puissance, incontinence urinaire.

Pour éliminer les complications, le patient doit suivre les recommandations du médecin à la lettre. La première étape de la guérison est un appel opportun à l’urologue dès les premiers symptômes de la maladie.

Le médecin évaluera l'image de la maladie, l'enverra au diagnostic, répondra aux questions du patient, notamment si un adénome de la prostate à 2 degrés nécessite une intervention chirurgicale ou s'il existe d'autres méthodes de traitement. Après la chirurgie, le médecin expliquera comment se comporter afin que la maladie ne réapparaisse pas et que le corps revienne rapidement à la normale.

Conseils à considérer:

  • dans le mois qui suit la chirurgie, il est nécessaire de limiter les efforts physiques importants;
  • vous devez vous abstenir de relations intimes pendant 4 semaines;
  • bois plus, va souvent aux toilettes;
  • éliminer les aliments épicés, épicés et salés de l'alimentation, abandonner l'alcool et le café fort;
  • effectuez chaque jour des exercices qui activent la circulation sanguine dans le bassin et améliorent le bien-être général.

Ces recommandations permettront de réduire les risques de complications et de revenir rapidement au rythme de vie habituel.

Chirurgie de l'adénome de la prostate: indications, types d'interventions, conséquences

Le traitement chirurgical de l'adénome de la prostate continue d'être un problème très urgent en urologie moderne. Malgré le fait que les spécialistes tentent de toutes leurs forces de réduire le pourcentage d'interventions chirurgicales, au moins un tiers des patients en ont toujours besoin.

La chirurgie de l'adénome de la prostate devient souvent le seul moyen de sortir qui puisse non seulement sauver un homme d'une tumeur, mais aussi améliorer sa qualité de vie, les problèmes de miction ne pouvant souvent pas être résolus par d'autres méthodes.

En termes de fréquence, les interventions chirurgicales sur la prostate occupent une deuxième place importante en urologie. Pour le moment, ils sont repoussés, luttant contre la maladie à l'aide de médicaments, mais la thérapie conservatrice ne produisant qu'un effet temporaire, trois patients sur dix sont forcés de se coucher sous le couteau du chirurgien.

Le choix d'une méthode spécifique de traitement chirurgical dépend de la taille de la tumeur, de l'âge du patient, de la présence de maladies concomitantes, des capacités techniques de la clinique et du personnel. Ce n’est un secret pour personne que toute procédure invasive comporte un certain nombre de complications et que, avec l’âge, leur probabilité ne fait que croître. Par conséquent, les urologues traitent les indications et les contre-indications avec la plus grande attention.

Bien sûr, chaque homme voudrait subir un traitement de la manière la plus efficace, mais la méthode idéale n’a pas encore été inventée. Compte tenu des complications possibles et des risques liés aux chirurgies à ciel ouvert et aux résections, de plus en plus de chirurgiens tentent de sauver le patient du problème du "petit sang" en maîtrisant les procédures minimalement invasives et endoscopiques.

Pour que la procédure chirurgicale se déroule sans heurts, il est important de demander de l'aide à temps, mais de nombreux patients ne se précipitent pas chez le médecin, lançant l'adénome avant le stade des complications. À cet égard, il convient de rappeler encore une fois à une forte moitié de l’humanité qu’une visite opportune chez l’urologue est tout aussi nécessaire que le traitement lui-même.

Indications et contre-indications à la chirurgie

Les indications pour l'ablation chirurgicale de l'adénome de la prostate sont:

  • Rétrécissement sévère de l'urètre avec perturbation de la vessie, lorsqu'un volume important d'urine est retenu dans celle-ci;
  • Des pierres dans la vessie;
  • Insuffisance rénale chronique;
  • Rétention urinaire aiguë, répétée plusieurs fois;
  • Saignements;
  • Infections et modifications inflammatoires dans les organes du système génito-urinaire.

Pour les grosses tumeurs, lorsque le volume de la prostate dépasse 80-100 ml, la présence de nombreuses pierres dans la vessie, des modifications structurelles dans les parois de la vessie (diverticules), la préférence sera donnée à la chirurgie la plus radicale - l’adénomectomie.

Si la tumeur avec la glande ne dépasse pas 80 ml de volume, il est alors possible de se passer de la résection transurétrale ou de la dissection de l'adénome. En l'absence d'un processus inflammatoire puissant, les calculs, les adénomes de petite taille, les techniques endoscopiques utilisant un laser et un courant électrique sont préférés.

Comme pour tout type de traitement chirurgical, l'opération comporte ses propres contre-indications, notamment:

  1. Pathologie sévère décompensée du cœur et des poumons (en raison de la nécessité d'une anesthésie générale, du risque de saignement);
  2. Insuffisance rénale aiguë;
  3. Cystite aiguë, pyélonéphrite (opérée après l'élimination des événements inflammatoires aigus);
  4. Maladies infectieuses générales aiguës;
  5. Anévrisme aortique et athérosclérose sévère.

Il est clair que de nombreuses contre-indications peuvent entrer dans la catégorie des proches, car les adénomes doivent être retirés d’une manière ou d’une autre. Par conséquent, s’ils existent, le patient sera soumis à une correction préliminaire des violations existantes, ce qui rendra la prochaine opération plus sûre.

Types d'opérations pour l'adénome de la prostate

Selon l'ampleur de l'intervention et de l'accès, il existe différentes manières de retirer une tumeur:

  • Adénomectomie ouverte;
  • Résection transurétrale et incision;
  • Procédures mini-invasives et endoscopiques - vaporisation laser, cryodestruction, thérapie par micro-ondes, etc.

Adénomectomie ouverte

Le traitement chirurgical de l'adénome de la prostate par une chirurgie ouverte il y a environ trois décennies était presque le seul moyen de retirer une tumeur. Aujourd'hui, de nombreux autres traitements ont été inventés, mais cette intervention ne perd pas de sa pertinence. Les indications pour une telle opération sont les grosses tumeurs (plus de 80 ml), les calculs concomitants et les diverticules de la vessie, la possibilité de transformation maligne de l'adénome.

L'adénomectomie ouverte se produit à travers la vessie ouverte, on parle alors de chirurgie abdominale. Cette intervention nécessite une anesthésie générale et, si elle est contre-indiquée, une anesthésie de la colonne vertébrale est possible.

Le déroulement de la chirurgie de l’adénomectomie comprend plusieurs étapes:

  1. Après traitement avec une solution antiseptique et rasage des cheveux, une incision est faite dans la peau et les tissus sous-cutanés de l'abdomen dans le sens longitudinal et transversal (elle ne joue pas un rôle fondamental et est déterminée par les préférences du médecin et les tactiques adoptées dans une clinique donnée);
  2. Après avoir atteint la paroi antérieure de la vessie, celle-ci est disséquée, le chirurgien examine les parois et le contenu de l'organe pour rechercher des calculs, des saillies, des tumeurs;
  3. Extraction du doigt et élimination du tissu tumoral à travers la vessie.

L'étape la plus cruciale de l'opération est l'ablation de la tumeur elle-même, qui serre la lumière de l'urètre, que le chirurgien exécute à l'aide d'un doigt. La manipulation demande de l'habileté et de l'expérience, car le médecin agit en aveugle, se concentrant uniquement sur ses sensations tactiles.

En atteignant l'ouverture interne de l'urètre avec l'index, l'urologue déchire doucement la membrane muqueuse et extrait avec le doigt le tissu tumoral, qui a déjà poussé la glande vers la périphérie. Pour faciliter l'extraction de l'adénome avec le doigt de l'autre main inséré dans l'anus, le chirurgien peut déplacer la prostate vers le haut et vers l'avant.

Lorsqu'une tumeur est mise en évidence, elle est retirée par la vessie ouverte en essayant d'agir avec le plus de soin possible afin de ne pas endommager d'autres organes et structures. La masse tumorale résultante est obligatoirement envoyée pour un examen histologique.

Au début de la période postopératoire, le risque de saignement est élevé, car aucune des méthodes connues ne peut éliminer complètement cette conséquence de l'intervention. Son danger ne réside pas tant dans le volume des pertes de sang que dans la possibilité de formation de la coagulation du sang dans la vessie, ce qui peut fermer son orifice et bloquer la sortie de l'urine.

Pour prévenir les saignements et l’obstruction de la vessie, appliquez un lavage constant avec une solution saline stérile avec des tubes placés dans la lumière de l’organe. Les tubes restent dans la vessie pendant environ une semaine, au cours de laquelle les tissus et les parois des vaisseaux endommagés sont progressivement restaurés, le liquide de lavage devient propre, ce qui indique que le saignement est terminé.

Les premiers jours, il est recommandé au patient de vider la vessie au moins une fois par heure afin de réduire la pression de fluide sur les parois de l'organe et les sutures qui viennent d'être appliquées. Ensuite, vous pouvez le faire moins souvent - une fois par demi à deux heures. La restauration complète des organes pelviens peut prendre jusqu'à trois mois.

L’avantage incontestable de l’adénomectomie abdominale est son caractère radical, c’est-à-dire l’ablation complète et irrévocable de la tumeur et de ses symptômes. Pour une efficacité élevée, le patient «paie» pour une longue période d'hospitalisation (jusqu'à une semaine et demie sans évolution compliquée et même plus longtemps en cas de complications), la nécessité de «survivre» à l'anesthésie générale, le risque de complications de la plaie chirurgicale (suppuration, saignements, fistule), la présence d’une cicatrice postopératoire sur la paroi frontale de l’abdomen.

Résection transurétrale

La résection transurétrale (TUR) est considérée comme le «gold standard» dans le traitement de l'adénome de la prostate. Cette opération est effectuée le plus souvent et, en même temps, elle est très complexe et nécessite un savoir-faire irréprochable et la technologie de fabrication de bijoux du chirurgien. TUR est indiqué chez les patients présentant un adénome pour lequel le volume de la glande n’excède pas 80 ml, ainsi que pour la durée prévue de l’intervention ne dépassant pas une heure. Pour les grosses tumeurs ou le risque de transformation maligne dans une tumeur, une adénomectomie ouverte est préférable.

Les avantages de la TUR sont l'absence de sutures et de cicatrices postopératoires, une courte période de rééducation et une amélioration rapide du bien-être du patient. Parmi les inconvénients, il y a l'impossibilité d'éliminer les gros adénomes, ainsi que le besoin d'un équipement complexe et coûteux dans la clinique qu'un chirurgien formé et expérimenté puisse utiliser.

L’élimination transurétrale de l’adénome consiste essentiellement en l’excision de la tumeur par l’accès par l’urètre. Le chirurgien, à l'aide d'instruments endoscopiques (résectoscope), pénètre l'urètre dans la vessie, l'examine, trouve la localisation de la tumeur et l'extrait à l'aide d'une boucle spéciale.

La condition la plus importante pour un TOUR réussi est une bonne visibilité lors des manipulations. Ceci est assuré par l'introduction continue de fluide à travers le résectoscope avec son élimination simultanée. Le sang des vaisseaux endommagés peut également réduire la visibilité. Il est donc important d'arrêter le saignement à temps et d'agir avec beaucoup de précision et de précision.

La durée de l'opération est limitée à une heure. Cela est dû aux particularités de la posture de la patiente: elle repose sur le dos, les jambes sont séparées et surélevées, ainsi qu’avec un instrument assez grand dans l’urètre qui peut ensuite causer des douleurs et des saignements.

ablation transurétrale de l'adénome de la prostate

L'adénome est excisé en partie sous forme de copeaux jusqu'à ce que le parenchyme de la glande elle-même apparaisse. À ce stade, une quantité importante de liquide s'accumule dans la vessie, avec des «copeaux» tumoraux qui y flottent, qui sont retirés à l'aide d'un outil spécial.

Après excision de la tumeur et lavage de la cavité vésicale, le chirurgien est une nouvelle fois convaincu qu'il n'y a pas de vaisseaux hémorragiques pouvant être coagulés par un courant électrique. Si tout est en ordre, le résectoscope est retiré à l'extérieur et un cathéter de Foley est inséré dans la vessie.

L'installation du cathéter de Foley est nécessaire pour comprimer le site où se trouvait l'adénome (le cathéter a un ballon de gonflage à son extrémité). Il produit également un rinçage constant de la vessie après l'opération. Cela est nécessaire pour éviter l'obstruction de la section de sortie par des caillots sanguins et l'écoulement constant d'urine, qui procure du repos à la vessie en cours de guérison. Le cathéter est retiré après plusieurs jours, à condition qu'il n'y ait pas de saignement et d'autres complications.

Une fois le cathéter retiré, les hommes constatent un soulagement important. L’urine laisse s'écouler librement et avec un bon débit. Toutefois, lorsqu’elle urine pour la première fois, elle peut être colorée en rougeâtre. Vous ne devriez pas avoir peur, c'est normal et cela ne devrait plus se reproduire. En période postopératoire, il est recommandé d'uriner fréquemment afin de prévenir l'étirement des parois de la vessie, permettant ainsi à la membrane muqueuse de se régénérer.

Pour une petite prostate avec un adénome, qui serre l'urètre, une incision transurétrale peut être réalisée. L'opération ne vise pas à exciser le néoplasme lui-même, mais à rétablir le flux d'urine et consiste à disséquer le tissu tumoral. Compte tenu de la «nature non radicale» de la méthode, il n’est pas nécessaire de compter sur une amélioration à long terme, et après une incision, un TUR peut suivre au bout d’un certain temps.

L'ablation par laparoscopie fait partie des méthodes douces de traitement de l'adénome de la prostate. Elle est réalisée à l'aide d'un matériel inséré dans la cavité pelvienne à travers les perforations de la paroi abdominale. Techniquement, de telles opérations sont complexes, elles nécessitent une pénétration dans le corps, la TUR est donc préférable.

Vidéo: résection transurétrale de l'adénome de la prostate

Chirurgie de la prostate mini-invasive

Des méthodes de traitement peu invasives sont développées et appliquées avec succès dans divers domaines de la chirurgie, y compris l'urologie. Elles sont réalisées par un accès transurétral. Ceux-ci comprennent:

  • Thermothérapie par micro-ondes;
  • Vaporisation par courant électrique;
  • Électrocoagulation de la tumeur;
  • La cryodestruction;
  • Ablation au laser.

Les avantages du traitement peu invasif sont la sécurité relative, moins de complications par rapport à la chirurgie ouverte, une courte période de rééducation, une anesthésie générale inutile et la possibilité de l’utiliser chez l’homme. sang, diabète, hypertension).

Commun dans ces techniques peut être considéré comme un accès à travers l'urètre sans incisions cutanées et la possibilité d'une anesthésie locale. Les différences ne sont que sous la forme d'énergie physique qui détruit la tumeur - laser, ultrasons, électricité, etc.

La thermothérapie par micro-ondes consiste à exposer un tissu tumoral à des micro-ondes à haute fréquence, qui le chauffent et le détruisent. La méthode peut être appliquée à la fois par voie transurétrale et par l'introduction du proctoscope dans le rectum, dont la muqueuse n'est pas endommagée pendant la procédure.

La vaporisation entraîne un réchauffement du tissu, l'évaporation du fluide des cellules et leur destruction. Cet effet peut être obtenu en agissant avec un courant électrique, un laser, des ultrasons. La procédure est sûre et efficace.

Au contraire, lors de la cryodestruction, l'adénome est détruit par l'action du froid. L'outil standard est l'azote liquide. La paroi de l'urètre au cours de la procédure est chauffée pour éviter tout dommage.

Le traitement de l'adénome de la prostate au laser est très efficace et constitue l'une des méthodes les plus modernes d'élimination d'une tumeur. Sa signification réside dans l'action du rayonnement laser sur le tissu tumoral et la coagulation simultanée. Les avantages du traitement au laser sont l'hémorragie, la rapidité, la sécurité, la possibilité de l'utiliser chez des patients lourds et âgés. L'efficacité de l'élimination de la prostate au laser est comparable à celle de la TUR, tandis que la probabilité de complications est plusieurs fois inférieure.

La vaporisation au laser est, comme on dit, le "dernier bip" dans le domaine du traitement peu invasif de l'adénome de la prostate. L'impact est réalisé par un laser émettant des rayons verts, ce qui entraîne l'ébullition de l'eau dans les cellules tumorales, son évaporation et la destruction du parenchyme de l'adénome. Les complications de ce traitement ne se produisent presque jamais et les patients signalent une amélioration rapide de leur santé immédiatement après la chirurgie.

L'élimination de l'adénome au laser est particulièrement indiquée chez les hommes présentant des troubles hémostatiques concomitants, lorsque le risque de saignement est extrêmement élevé. Sous l'action du laser, la lumière des vaisseaux semble être scellée, ce qui élimine pratiquement les risques de saignement. La procédure peut être réalisée en ambulatoire, ce qui constitue également un avantage indéniable. Chez les jeunes hommes, après la vaporisation au laser, la fonction sexuelle n'est pas altérée.

Vidéo: vaporisation au laser de l'adénome de la prostate

Effets possibles de la chirurgie et de la rééducation de l'adénome de la prostate

Quels que soient les efforts des chirurgiens, il est impossible d’exclure complètement les complications possibles d’un traitement radical. Le risque particulièrement élevé pendant la chirurgie abdominale, il est avec TUR, et dans le cas de l'ablation par endoscopie - est minime.

Les complications les plus fréquentes du début de la période postopératoire peuvent être considérées:

  1. Saignements;
  2. Changements infectieux-inflammatoires;
  3. Thrombose des veines des jambes, de l'artère pulmonaire et de ses branches.

Des effets plus distants se développent dans les organes pelviens. Il s’agit de rétrécissements (contractions) de l’urètre dans le contexte de la prolifération du tissu conjonctif, de la sclérose de la paroi de la vessie sur le site de la décharge urétrale, de l’altération de la fonction sexuelle, de l’incontinence urinaire.

Pour la prévention des complications, il est important de respecter les recommandations du médecin en ce qui concerne le comportement immédiatement après l'intervention, ainsi qu'à une date ultérieure, jusqu'au rétablissement complet du tissu. En période postopératoire il faut:

  • Limiter l'activité physique pendant au moins un mois;
  • Exclure l'activité sexuelle au moins un mois;
  • Assurer un bon régime d'alcool et vider la vessie en temps voulu (mieux, plus souvent);
  • Refuser les aliments épicés, épicés, salés, l'alcool, le café;
  • Effectuez une gymnastique quotidienne pour activer la circulation sanguine et augmenter le tonus général.

Les avis d'hommes opérés d'un adénome de la prostate sont ambigus. D'une part, les patients rapportent un soulagement significatif des symptômes, une amélioration de la miction, un soulagement de la douleur, d'autre part - avec les types de traitement les plus fréquents (traitement abdominal et TUR), la plupart font face à une incontinence urinaire et à une diminution de leur puissance. Cela ne peut pas affecter l'état psychologique et la qualité de vie.

Les hommes eux-mêmes sont responsables de la forte probabilité de certaines complications, car tout le monde n’est pas habitué à consulter l’urologue annuel à l’âge mûr et au troisième âge. La situation est presque normale lorsqu'un patient atteint d'un adénome de grande taille nécessitant un traitement plus actif arrive à la réception qu'un laser, une coagulation, une cryodestruction et, par conséquent, une incontinence, une impuissance, des saignements. Afin de faciliter à la fois l'opération elle-même et la récupération après celle-ci, vous devez immédiatement consulter un médecin dès l'apparition des premiers signes de troubles dans le système génito-urinaire.

Le traitement de l'adénome peut être pris gratuitement dans une clinique publique, mais de nombreux patients choisissent des chirurgies payantes. Leur coût varie grandement en fonction du niveau de la clinique, de l'équipement et de la localité.

Les opérations peu invasives et les TUR coûtant en moyenne environ 45 à 50 000 roubles. À Moscou, ce chiffre peut atteindre 100 000 ou plus. L'extraction des glandes abdominales dans la capitale coûtera de 130 000 roubles en moyenne et de 50 000 à 55 000 dans les autres villes. La plus chère est l'adénomectomie par laparoscopie, qui devra coûter environ 150 000 roubles.

Effets de l'élimination de l'adénome de la prostate

L'hyperplasie de la prostate, qui est de nature bénigne, est traitée chirurgicalement de la manière la plus efficace, car le traitement médicamenteux ne donne généralement pas les résultats souhaités. Après la chirurgie d'un adénome de la prostate, les conséquences dépendront du type de procédure chirurgicale appliquée.

En fonction du stade de la maladie et d'autres caractéristiques du tableau clinique, le médecin peut proposer au patient un traitement chirurgical de l'une des manières les plus appropriées. Par exemple, l'opération peut être effectuée par résection endoscopique ou par vaporisation au laser de contact. Ce sont des moyens modernes dont les conséquences après l'opération ne seront pas aussi prononcées.

Étant donné que l'adénome de la prostate est une maladie grave dans laquelle des tissus glandulaires en expansion compriment l'urètre, ce qui entraîne une inflammation des voies urinaires et une insuffisance rénale, non seulement il détériore la qualité de la vie, mais il constitue également une menace pour la santé en général.

Le médecin décide de la méthode de traitement seulement après un diagnostic approfondi et une étude des résultats des tests. Une intervention chirurgicale visant à retirer un adénome de la prostate est nécessaire en cas de violation évidente de la urodynamique, comme en témoignent une rétention urinaire aiguë, des maladies rénales, telles que l’hydronéphrose, la pyélonéphrite, l’urétrite et d’autres processus pathologiques qui déclenchent le développement de l’infection.

Malgré l'efficacité clinique prouvée de la méthode chirurgicale, tout homme devra faire face aux conséquences de la suppression de l'adénome de la prostate, ce qui doit être préparé moralement à l'avance. La plupart des patients sont rapidement réhabilités et se sentent bien, mais, bien sûr, pas le lendemain de la chirurgie, mais après quelques mois.

La période de récupération devient souvent un véritable test pour le sexe fort. Mais la principale chose à retenir pour tous les patients est que les conséquences désagréables après le retrait de l'adénome de la prostate font partie intégrante du traitement. Tous les problèmes qui en découlent sont donc parfaitement contrôlables et doivent être discutés avec votre médecin. Cela, à son tour, devrait surveiller l'état de santé et l'état général dans la période postopératoire, répondre aux questions des patients et aider à trouver une solution à chaque cas.

Quelles sont les conséquences

Comme mentionné précédemment, les effets de l’opération et leur gravité dépendront directement de la méthode utilisée pour éliminer l’adénome de la prostate, ainsi que de son caractère complet ou partiel. Dans 80% des cas, seule une excision partielle de la prostate suffira, ce qui facilitera considérablement le report de la période de récupération. Mais peu importe le volume de la main du chirurgien, le traitement chirurgical de l’adénome de la prostate ne disparaît jamais complètement et ce que l’homme rencontrera au cours de la période de convalescence dépend principalement des caractéristiques individuelles de son corps, de la rapidité de sa fonction régénératrice et de l’expérience du médecin. traitement.

Les 10 effets les plus courants de la chirurgie:

  • 1. Incontinence
  • 2. écoulement de sang.
  • 3. Manque d'érection.
  • 4. Infertilité.
  • 5. Infections des voies urinaires.
  • 6. éjaculation rétrograde.
  • 7. rétention d'urine.
  • 8. Saignement interne.
  • 9. Intoxication du corps.
  • 10. Longue récupération douloureuse après la chirurgie.

La chirurgie de l'adénome de la prostate représente un investissement important pour les hommes, mais la première fois après, le contrôle de la miction peut poser problème. N'ayez pas peur de cela, la conséquence est temporaire et la normalisation de la miction se produit rapidement.

Les conséquences les plus graves de la suppression de l'adénome de la prostate sont liées à la période postopératoire tardive, et certaines d'entre elles peuvent être démontées plus en détail.

Dysfonction érectile

La principale question de tous les hommes: si vous supprimez l'adénome de la prostate, l'érection sera-t-elle restaurée et quelle sera la qualité? Selon les statistiques, les violations associées aux effets d'une intervention chirurgicale vont de 1 à 25%. Cependant, ces complications sont généralement de nature temporaire et, à condition qu'il n'y ait pas eu de problèmes de vie sexuelle auparavant, la fonction sexuelle est complètement rétablie seule ou avec l'assistance médicale choisie par le médecin traitant.

Si un homme a déjà eu des problèmes d'érection ou s'il était complètement absent, l'opération ne pourra pas reprendre sa vie sexuelle, car elle n'affecte pas directement les capacités de l'homme en termes sexuels.

Infertilité

Malgré le fait que l'opération réussie d'élimination de l'adénome de la prostate n'affecte pas l'érection d'un homme, elle peut néanmoins entraîner une infertilité. C'est une conséquence de l'éjaculation rétrograde. Cela est dû au fait qu'après l'élimination de l'adénome de la prostate, la lumière de l'urètre se dilate quelque peu et que le sperme se déplace là où il rencontre le moins de résistance, pénétrant ainsi dans la vessie.

Ce sont des conséquences désagréables de l'opération, qui peuvent parfois faire l'objet d'un traitement médical, mais seul un médecin doit le choisir.

Les infections

Après le retrait de l'adénome de la prostate, la possibilité du développement de maladies infectieuses du système urogénital, caractérisée par les symptômes suivants, n'est pas exclue:

  • des frissons;
  • haute température;
  • maux de dos;
  • inconfort dans le bas-ventre;
  • turbidité de l'urine due à l'apparition de diverses impuretés dans sa composition (mucus ou sang).

Le plus souvent, l'infection est introduite dans le système urogénital après l'opération du fait de la faute du patient lui-même en raison du non-respect de règles d'hygiène simples. Pour éviter de telles situations, après l'élimination de l'adénome de la prostate, un type spécifique d'antibiotique est prescrite au patient, qui doit être pris régulièrement. Si l'infection est déjà présente, le refus de prendre des antibiotiques peut entraîner la pénétration de bactéries dans le sang, ce qui explique la possibilité d'une septicémie.

Rétention urinaire aiguë

Avec les opérations sur l'adénome de la prostate, les conséquences se font sentir tout d'abord lorsqu'un homme fait ses premières tentatives d'uriner. C'est une complication inévitable et heureusement temporaire. Mais parfois, le problème réside non seulement dans la difficulté de contrôler la miction, mais aussi dans le fait que des caillots de sang ou des fragments de la prostate excisée retirés, détachés de celle-ci lors de l'extraction, pénètrent dans l'urètre et le bloquent. Pour prévenir de tels processus pathologiques, une fois l'opération sur l'adénome de la prostate terminée, le cathéter n'est pas retiré dans les 24 heures.

Saignement massif

Des hémorragies graves peuvent survenir au cours de la chirurgie lorsqu'un adénome de la prostate est enlevé ou un peu plus tard au cours de la période de récupération initiale. Selon les statistiques, cela se produit rarement, mais environ 2,5% des patients sont encore sous le coup d'une grave intervention chirurgicale pour un adénome de la prostate, ce qui peut entraîner de graves pertes de sang et nécessiter une transfusion sanguine urgente.

Qui est le plus touché?

L'adénome de la prostate est une maladie très courante chez les hommes âgés de 40 à 50 ans, mais le plus souvent, les hommes consultent un médecin à un âge plus respectable. Par conséquent, cette maladie appartient toujours à la catégorie des maladies liées à l’âge. En règle générale, un homme peut vivre longtemps avec un adénome de la prostate sans en soupçonner l'existence, bien que des modifications de la prostate aient déjà commencé.

La maladie au stade avancé n’est toujours traitée que par chirurgie, il est donc préférable d’essayer d’avoir le temps de diagnostiquer un adénome à un stade précoce. Cela peut contribuer à l'apparition de symptômes tels que: fuites d'urine, nécessité de fatiguer les muscles de la paroi abdominale lors de la miction, sensation de plénitude de la vessie, même après aller aux toilettes et réveil nocturne fréquent. Une visite opportune chez le médecin contribuera à éviter les complications graves et l’opération elle-même sera plus rapide et plus facile.

Période de rééducation

Si le traitement médicamenteux de l'adénome de la prostate n'a eu aucun effet, il est nécessaire de passer à travers tout un ensemble de mesures de rééducation, de se conformer à toutes les ordonnances du médecin, de prendre les médicaments prescrits à temps. Le temps nécessaire au rétablissement complet après la chirurgie pour retirer l'adénome de la prostate dépend en grande partie des actions du patient, de son attitude psychologique et de son état de santé général. L'âge joue également un rôle important dans ce problème. La période de rééducation peut prendre plusieurs mois.

Une nouvelle opération peut-elle être nécessaire?

Heureusement, la réintervention n’est pas nécessaire plus souvent que dans 5% des cas. À de nombreux égards, cela dépend de la méthode de traitement choisie, de la méthode d’intervention chirurgicale et, bien entendu, de l’expérience du chirurgien. Si, au cours de l'opération, l'adénome de la prostate a été complètement enlevé, sa croissance répétée est exclue. Si l'on applique une technique dans laquelle une certaine partie de l'adénome est détruite, le risque de récurrence de la prolifération de la prostate est assez élevé. Par conséquent, une intervention chirurgicale répétée peut être nécessaire dans cinq ou dix ans. En général, l'extraction de l'adénome de la prostate est une opération très courante, ce qui est assez simple, car la maladie rajeunit, mais elle survient principalement chez les hommes âgés d'au moins quarante ans, à quelques exceptions près.

Il existe aujourd'hui un grand nombre de techniques et de dispositifs médicaux spéciaux. Le traitement de l'adénome de la prostate est donc efficace dans la plupart des cas et dure environ 15 ans, permettant ainsi à un homme de vivre pleinement.

Vous avez trouvé une erreur? Sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée

Traitement de l'adénome de la prostate par chirurgie

La maladie urologique la plus répandue chez les hommes d'âge moyen et plus âgés est probablement considérée comme un adénome de la prostate; la chirurgie pour l'enlever est réalisée de différentes manières. Les résultats d'une intervention chirurgicale pour le traitement de cette maladie sont généralement positifs.

Qu'est-ce que l'adénome de la prostate?

La prostate, c'est-à-dire la prostate, est un organe sexuel masculin situé légèrement sous la vessie. Il se connecte directement à l'urètre qui le traverse. La prostate contrôle non seulement le niveau de diverses hormones, mais ferme également les canaux de la vessie au moment de l'érection. De plus, le secret produit par la prostate est l’un des composants du sperme masculin.

L'adénome de la prostate est une tumeur bénigne, se développant progressivement et comprimant l'urètre. Cela provoque une rétention urinaire, des difficultés dans la vie sexuelle et le développement de diverses maladies du système génito-urinaire masculin.

Tant que l'adénome se développe sans métastase, il est considéré comme une tumeur bénigne. Mais au fil du temps, sa dégénérescence maligne, l'apparition de métastases et, par conséquent, le cancer de la prostate se produisent. Par conséquent, l'hyperplasie bénigne de la prostate (adénome) de la prostate doit être traitée. Cela aidera à répondre calmement aux besoins naturels, à préserver la santé du système génito-urinaire, à mener une vie sexuelle normale.

Pourquoi l'adénome apparaît-il?

L'hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) se développe pour diverses raisons. Ce peut être:

  • l'âge;
  • changements climatériques dans le corps masculin;
  • déséquilibre des hormones sexuelles mâles stéroïdes - androgènes et œstrogènes;
  • certaines maladies concomitantes.

Symptômes principaux

Les symptômes de l'adénome de la prostate dépendent de l'emplacement de la tumeur, du taux d'augmentation et du degré de perturbation de la fonction contractile de la vessie.

Les urologues spécialisés distinguent les phases suivantes du développement de l'adénome:

  • compensé;
  • sous-rémunéré;
  • décompensé.

La première phase ne dure généralement pas plus de 3 ans et se caractérise par les symptômes suivants:

  1. Lent début du processus urinaire.
  2. Débit d'urine lent.
  3. Augmentation des envies.
  4. Mictions fréquentes.

Dans le même temps, la prostate est élargie, ce qui se remarque à la palpation, généralement sans douleur. L'urine résiduelle n'est pas observée.

La deuxième phase du développement de l'adénome est déterminée par des symptômes tels que:

  1. Sensation d'une vessie non réclamée.
  2. L'écoulement d'urine se produit fréquemment et petit à petit.
  3. Miction involontaire (ischurie paradoxale).
  4. L'urine peut contenir du sang ou diverses impuretés.
  5. Retarder la miction.

Un examen médical révèle un épaississement des parois de la vessie, l'apparition d'urine résiduelle et une insuffisance rénale chronique.

Lorsque l'hyperplasie prostatique entre dans la troisième phase, l'état du patient s'aggrave considérablement. Des symptômes tels que:

  1. Miction difficile en très petites portions (gouttes).
  2. Urine de couleur non naturelle, opaque, avec du sang.
  3. Faiblesse générale.
  4. Perte de poids nette.
  5. Manque d'appétit.
  6. Bouche sèche.
  7. L'anémie
  8. Échec des masses fécales.

Par examen médical est déterminé:

  • distension notable de la vessie;
  • dysfonctionnement rénal;
  • augmenter la quantité d'urine résiduelle.

Diagnostic de l'adénome

Le tableau clinique de l'hyperplasie prostatique est clarifié à l'aide de diverses méthodes de diagnostic. Première tenue:

  1. Conversation anamnestic.
  2. Examen général du patient.
  3. Examen de palpation et tapotement de la vessie et de la prostate.
  4. Examen aux rayons x.
  5. Analyse en laboratoire de l'urine et du sang.
  6. Évaluation objective du processus urinaire (débitmétrie urinaire).
  7. Échographie.
  8. Biopsie (étude des fragments de tissu de la prostate).

Après avoir analysé toutes les données obtenues, l’urologue prend une décision concernant les méthodes de traitement nécessaires pour le traitement de l’adénome de la prostate - conservateur ou chirurgical.

Médecine conservatrice pour l'adénome de la prostate

Le traitement conservateur de l'hyperplasie prostatique, en règle générale, se manifeste dès les premiers stades du développement de la maladie, lorsque l'adénome ne provoque pas la formation d'urine résiduelle. Les principales directions de traitement sont:

  1. Réduction des manifestations symptomatiques de la maladie.
  2. Minimiser le processus inflammatoire causé par l'adénome.
  3. Soulagement du processus urinaire.

Pour ce faire, appliquez des traitements tels que:

  • des médicaments;
  • vidange périodique de la vessie avec un cathéter (cathétérisme);
  • procédures physiothérapeutiques.

Lorsque le traitement conservateur ne suffit pas, une intervention chirurgicale est prescrite au patient.

Traitement chirurgical de l'adénome de la prostate: indications et méthodes

L'opération de l'adénome de la prostate devient inévitable en présence de symptômes tels que:

  • mictions fréquentes la nuit;
  • changer de jet urinaire;
  • rétention urinaire aiguë, non amovible avec cathétérisme;
  • calculs rénaux et vessie;
  • insuffisance rénale;
  • excès de sang dans l'urine (hématurie);
  • infection des voies urinaires;
  • excès d'urine résiduelle.

Dans les premières phases de la maladie, une opération d'élimination de l'adénome de la prostate est réalisée par la méthode de la résection transurétrale - TUR. Cela permet de retirer le néoplasme de la prostate à l'aide d'un résectoscope inséré dans l'urètre.

L'intervention est réalisée sous anesthésie rachidienne ou générale pendant 90 à 120 minutes. Rééducation spéciale après que ce ne soit pas nécessaire. Le patient est hospitalisé sous la supervision d'un médecin pendant 3 jours maximum, jusqu'à ce que le saignement postopératoire mineur de la vessie cesse. Il n’ya pas de points apparents après une telle opération.

Adénomectomie avec hypertrophie importante de la prostate, présence de calculs rénaux et autres complications. Cette chirurgie ouverte vous permet d'obtenir une délivrance complète de l'adénome de la prostate.

Une incision transurétrale ou une dissection de la prostate est réalisée aux premiers stades de la maladie. Cette opération permet au patient de maintenir une activité sexuelle normale pendant plusieurs années. Après cela, une chirurgie abdominale est réalisée pour enlever la prostate.

Les nouvelles orientations de la chirurgie consistent à éliminer l'adénome de la prostate, notamment:

  • l'ablation;
  • Vaporisation ROUND;
  • destruction laser.

Ces méthodes sont les plus bénignes et permettent une vie sexuelle normale après la période postopératoire. Les conséquences après de telles opérations sont mineures. Le fonctionnement normal du système urogénital est complètement rétabli.

Complications possibles

Toute intervention chirurgicale comporte un certain risque. Diverses complications après le retrait de l'adénome de la prostate peuvent survenir au début ou à la fin de la période postopératoire. Ceux-ci peuvent être:

  1. Saignement
  2. Incontinence urinaire.
  3. Pénétration de la solution de lavage dans le lit vasculaire du patient pendant l’opération TUR.
  4. Infection ou processus inflammatoire.
  5. Rétrécissement cicatriciel des canaux urinaires.
  6. L'incapacité à maintenir une vie sexuelle normale.

Si l'opération est impossible

L'intervention chirurgicale pour enlever l'adénome de la prostate est contre-indiquée. Cela se produit dans les cas où un patient a des facteurs tels que:

  • cancer de la prostate;
  • le risque d'inflammation et de complications indésirables;
  • maladies aiguës du système cardiovasculaire;
  • caillots de sang errants dans les extrémités inférieures;
  • dysfonctionnement des vaisseaux sanguins iléaux;
  • occlusion des vaisseaux ci-dessus.

Pour chaque patient, les méthodes de traitement de l'adénome de la prostate sont choisies individuellement sur la base du tableau clinique, sur la base des résultats d'études de diagnostic.

Types d'opérations pour le retrait de l'adénome de la prostate

La chirurgie visant à enlever une partie des tissus de la prostate (ou de l’organe complètement) avec sa croissance bénigne occupe la deuxième place parmi toutes les interventions chirurgicales chez les hommes âgés.

Photo 1: Environ 30% des hommes sont opérés d'un adénome. L'opération permet d'éviter de graves complications et les méthodes modernes de mise en œuvre garantissent un rétablissement complet tout en maintenant les fonctions masculines. Source: Flickr (Eugene Evehealth).

Quand une intervention chirurgicale est nécessaire

Les tissus de la prostate en bonne santé entourent l'urètre sans exercer de pression sur celui-ci. Avec l'hyperplasie bénigne de la prostate, la prostate grossit et nuit à la libre circulation de l'urine. La pression exercée par le bas sur la vessie augmente également, altérant souvent sa forme naturelle. Dans le complexe, ces changements servent d’impulsion à la vidange incomplète de la vessie, à la stagnation de l’urine et au développement de nouveaux processus pathologiques dans le système urinaire.

Il n'y a pas de point de vue unique concernant l'opportunité d'un traitement chirurgical. L’Association européenne des médecins recommande que l’intervention chirurgicale ne soit pratiquée qu’en cas d’échec du traitement conservateur. Cette position s'explique par le fait que la prostate augmente avec l'âge chez tous les hommes et que cela ne conduit pas nécessairement à des processus pathologiques.

Les médecins américains recommandent à leurs patients de subir une intervention chirurgicale pour un adénome, en tant que seul traitement correct et fiable. Quelle position des deux est correcte?

Faites attention! Il est possible de douter de la faisabilité d'éliminer les tissus envahis, mais jusqu'à un certain point, certains signes rendent inévitable un traitement chirurgical.

Indications pour la chirurgie

L'indication absolue de la chirurgie de l'adénome de la prostate consiste à pincer l'urètre avec formation d'urine résiduelle.

Les symptômes négatifs dans l'adénome de la prostate se développent par étapes, en fonction du degré d'élargissement de la glande:

  • rétention d'urine lorsqu'elle ne peut pas être retirée à l'aide d'un cathéter;
  • le développement de processus inflammatoires dans la vessie, les reins, qui sont provoqués par la stagnation chronique de l'urine;
  • hématurie - la présence dans l'urine d'inclusions de sang;
  • uricémie - détection de composants urinaires dans le sang;
  • incontinence urinaire;
  • formation de pierre;
  • perte rénale progressive pour remplir ses fonctions.
Fait! La compression mécanique des organes du système urinaire ne peut pas être éliminée en prenant des médicaments sans enlever le tissu hyperplasique de la prostate. L'intervention chirurgicale élimine la cause des troubles du système urinaire. Le traitement médicamenteux est effectué uniquement avant l'apparition de la formation d'urine résiduelle.

Préparation à la chirurgie

La période préparatoire avant la chirurgie est une partie importante du traitement. Il fournit au médecin des informations complètes sur l’état du patient, le degré de développement de la pathologie dans le système urinaire et l’état des tissus de la prostate. Pour le patient, cette étape est la possibilité d’une préparation psychologique supplémentaire à l’opération, en obtenant des informations sur ce qui l’attend dans la période postopératoire, lesquelles dépendront de lui personnellement.

Photo 2: Immédiatement avant l'opération, on prescrit au patient un régime léger. Il est interdit de manger ou de boire le jour de l'opération. Source: Flickr (Life React).

Ils discutent avec le patient et y expliquent l’ensemble du processus chirurgical, les objectifs du traitement, les caractéristiques de l’anesthésie, les caractéristiques de la période de récupération et les complications possibles.

Types d'opérations pour enlever l'adénome

Il existe plusieurs types de chirurgie pour la prolifération pathologique du tissu prostatique:

  1. Intervention transurétrale;
  2. Résection ouverte;
  3. Vaporisation laser;
  4. Retrait laparoscopique;
  5. Embolisation des artères;
  6. Énucléation

Ils diffèrent par le degré de traumatisme, le type d'accès à la glande, la méthode d'élimination du tissu prostatique, les indications du traitement.

Faites attention! Le choix de la méthode de traitement chirurgical dépend de la taille de la prostate, de l'âge du patient, des pathologies comorbides de l'appareil urinaire, de l'état de santé général du patient et, parfois, de son désir.

Méthode transurétrale

Indications pour TOUR

  • La taille de la glande est de 100 à 120 g.
  • La sévérité des symptômes de modérée à sévère.
  • Le désir du patient de maintenir sa fonction sexuelle.
  • Le jeune âge du patient.

Contre-indications

  • L'incapacité de séparer les jambes pliées dans la position couchée du patient, puisque la TUR est effectuée exactement dans cette position sur la table d'opération. Ceux-ci peuvent être des lésions de la hanche de différentes étiologies.
  • Inflammation aiguë des voies urinaires.

Complications possibles

Les complications sont divisées en postopératoire et à long terme.

Traiter en postopératoire:

  • Le syndrome de TUR est une complication très rare et grave, qui se traduit par une intoxication à l'eau par le corps.
  • Inflammation infectieuse des voies urinaires.
  • Saignements - la présence de sang dans les urines après l'opération est normale. Une complication est indiquée si le saignement est toujours intense.

Dans une perspective plus éloignée, un patient peut avoir:

  • Opérations répétées - puisque, pendant l'opération, seuls les tissus développés sont enlevés et qu'il reste du fer. Ensuite, chez 10% des patients après la TUR, la prostate repousse avec le temps. La deuxième raison est la formation de cicatrices dans la vessie, qui empêchent l'écoulement de l'urine.
  • Échec sexuel.
  • Excrétion urinaire incontrôlée.
  • Éjaculation rétrograde - le sperme ne sort pas, mais dans la vessie.

La dissection transurétrale du tissu prostatique sans les prélever est démontrée aux hommes qui souhaitent conserver la capacité de concevoir un enfant, mais se débarrasser des symptômes pathologiques de compression du canal urinaire. Cette opération peut être considérée comme intermédiaire, car avec le temps, la suppression de l'adénome est inévitable.

Chirurgie laparoscopique

Par rapport à l'adénomectomie ouverte, cette technique présente plusieurs avantages:

  • pas d'incontinence urinaire après l'intervention;
  • faible perte de sang;
  • beaucoup moins de douleur;
  • récupération rapide;
  • courte période de cathétérisme du patient, ce qui réduit considérablement le risque d'inflammation postopératoire;
  • pendant la chirurgie, la majeure partie de la glande est retirée, ce qui en soi réduit le besoin d'interventions chirurgicales répétées;
  • soulagement des symptômes après chirurgie de 90% sur l'échelle des symptômes prostatiques I-PSS;
  • cicatrices après chirurgie à peine perceptibles.

L'opération est réalisée sous anesthésie générale avec une position particulière du corps du patient: le patient est placé sur le dos, soulevant la moitié inférieure du corps sous un angle de 45 degrés.

Des indications

  • L'indication pour la chirurgie laparoscopique est une prolifération de la prostate supérieure à 120 g.

Contre-indications

  • Insuffisance cardiaque ou respiratoire chronique.
  • Diverticula dans la vessie.
  • Hernie inguinale.
  • Processus inflammatoires dans la cavité abdominale.
  • Pierres dans n'importe quelle partie du système urinaire.

Complications possibles

  • Les complications après laparoscopie sont extrêmement rares.

Adénomectomie

L'adénomectomie est réalisée de deux manières:

  • trans-vésiculée - avec dissection de la vessie (accompagnée de pathologies);
  • rétractable - lorsque la vessie est laissée dehors.

L'avantage de la chirurgie abdominale est la visibilité totale du site d'intervention. L'opération est traumatisante, notamment par le biais d'une opération trans-vésiculaire. Avec un dénouement favorable, le mode de vie habituel n’est possible que dans 2-3 mois.

Des indications

  • L'opération est indiquée chez les patients présentant une prostate de plus de 120 cm³, qui ne peut être réalisée avec une intervention laparoscopique. La chirurgie abdominale est pratiquée lorsque le chirurgien a des doutes sur l'état du système urinaire et, si nécessaire, une surveillance visuelle complète du champ opératoire.

Contre-indications à l'intervention abdominale

  • Adénomectomie dans l'histoire.
  • Cancer de la prostate.
  • Formations adhésives dans le bassin.
  • Processus inflammatoires au stade aigu.
  • Les maladies chroniques dans la phase aiguë, telles que le diabète sucré, les pathologies du coeur, les poumons, l'asthme.

Complications possibles

  • Sévère douleur pendant la période de récupération.
  • Saignement, développement de l'incontinence urinaire.
  • Longue usure du cathéter.
  • Le développement de la stagnation dans les organes du petit bassin, les intestins, les poumons dans la période postopératoire avec une faible mobilité du patient
  • Longue période de récupération.

Embolisation de l'artère prostatique

Indications pour le PAE

  • L'état de santé du patient, qui ne permet pas l'ablation classique de la prostate.
  • La prostate mesure plus de 80 cm³.
  • Le désir du patient d’enlever le cystostame installé (tube pour l’élimination de l’urine à travers la paroi abdominale).

Contre-indications

  • Pathologie des vaisseaux iliaques.
  • Tendance à la thrombose avec des caillots de sang flottant dans les vaisseaux des jambes.
Fait! Le succès et la sécurité de l'embolisation des artères de la prostate dépendent des qualifications du chirurgien endovasculaire.

Des complications

  • Une complication improbable (pas plus de 5 cas sur 100) est la survenue d'un hématome, celui-ci s'en va tout seul et ne nécessite pas de traitement supplémentaire.

Vaporisation laser

Des indications

  • Taille du corps jusqu'à 80 cm³.
  • La vieillesse, lorsque les méthodes classiques de fonctionnement indésirables.
  • La présence de maladies du sang, en particulier de problèmes de coagulation.
  • La nécessité d'un traitement continu avec des anticoagulants.

Contre-indications

  • Il n'y a pas de contre-indications spécifiques à la vaporisation au laser. L'opération peut être retardée en raison de l'exacerbation de maladies chroniques. Ne pas pratiquer de chirurgie transurétrale dans la pathologie de l'urètre. Ce type de chirurgie crée une grande confiance chez les patients, mais peut ne pas être disponible en raison de son coût élevé.
Faites attention! La vaporisation au laser élimine la possibilité de collecte de tissus dans les néoplasmes lors d'une chirurgie pour biopsie. Ceci est considéré comme un inconvénient de cette méthode.

Complications possibles

  • La formation de cicatrices et d'adhésions à l'endroit du prélèvement des tissus et des organes voisins.
  • Douleur et brûlure en urinant.
  • Le développement de processus inflammatoires.
  • Sperme dans la vessie.
  • Impuissance sexuelle.
  • Rechute à long terme (5-10 ans).
Faites attention! Le degré de risque de complications postopératoires dépend directement du respect des recommandations du médecin traitant dans le processus de récupération.

Énucléation

Indications pour

  • Le développement de symptômes de troubles de la miction.
  • La prostate mesure plus de 120 cm³.

Contre-indications

  • Les contre-indications à la chirurgie sont la pathologie de l'urètre, de la vessie. L'énucléation au laser n'est pas fondamentalement différente de l'ablation de la prostate abdominale, mais elle est pratiquée plus doucement. Il n'y a pas de complications postopératoires spécifiques.
Fait! Le succès de l'énucléation, le risque de complications postopératoires dépend de la qualité de l'équipement et des qualifications du chirurgien.

Pour le moment, cette méthode est nouvelle, mais gagne rapidement en popularité parmi les médecins et les patients.