Principal
Traitement

Tumeurs malignes de la prostate: traitement, symptômes

Toutes les tumeurs de la prostate peuvent être divisées en malignes et bénignes.

L'hyperplasie bénigne ou adénome de la prostate ne fait pas directement référence aux tumeurs. Il s'agit de la prolifération de tissus glandulaires glandulaires dans les parties centrales de l'organe.

Les tumeurs malignes dans la prostate se produisent principalement dans ses parties périphériques - le cancer de la prostate. Malgré les différences considérables dans le traitement et le pronostic, les tumeurs bénignes et malignes présentent des symptômes similaires, bien que dans ce dernier cas, elles apparaissent assez tardivement.

Symptômes du ventre de la prostate

Les symptômes des tumeurs tant bénignes que cancéreuses dépendent de sa propagation dans la prostate: si la tumeur ne dépasse pas les limites de l'organe, des troubles de la miction tels que ceux observés peuvent être observés:

  • sensation de vidange incomplète de la vessie,
  • mictions fréquentes,
  • sensation de brûlure ou de pression.

Si une tumeur maligne de la prostate se propage à la vessie ou au rectum, elle peut causer:

  • douleur dans ces organes
  • inconfort ou
  • saignement.

La métastase d'une tumeur de la prostate dans l'os se caractérise par des symptômes tels que:

  • douleurs osseuses et
  • fractures pathologiques.

Le plus insidieux des tumeurs cancéreuses survenant dans la prostate est l’absence de symptômes évidents aux stades précoces, car ils apparaissent assez tardivement dans le cas des tumeurs malignes de la prostate.

Par conséquent, les examens préventifs recommandés pour les hommes de plus de 45 ans revêtent une importance particulière. Pas besoin de perdre du temps et d'attendre l'apparition des symptômes typiques d'une tumeur de la prostate! Sinon, le traitement des tumeurs malignes de la prostate est entravé.

Diagnostic du cancer de la prostate - malin ou non?

Si vous avez des symptômes d'une tumeur, vous devriez immédiatement consulter un médecin! Le diagnostic comprend:

  • examen digital de la prostate,
  • Échographie,
  • PSA et
  • si nécessaire, biopsie de la prostate avec histologie.

Comme les symptômes d'une tumeur sont similaires dans le cas de variantes bénignes et malignes, la tâche du médecin au premier stade est d'exclure le processus malin de la prostate.

Une simple analyse du PSA (antigène spécifique de la prostate) joue un rôle important dans la détermination du développement possible d’un processus oncologique dans la prostate. Seulement alors la nomination du traitement approprié.

Stades de croissance des tumeurs de la prostate

Le développement d'une tumeur bénigne (adénome de la prostate, HBP) ​​est divisé en trois étapes. La différence en étapes est exprimée dans la sévérité des symptômes, ce qui nuit à la vie normale du patient.

Le traitement de l'hyperplasie bénigne de la prostate dépend bien entendu de son stade. Les méthodes de traitement des stades 1, 2 et 3 sont différentes: traitement médicamenteux, résection partielle de la prostate et, au dernier stade, une ablation radicale de la prostate.

Le développement d'une tumeur maligne (cancer, adénocarcinome de la prostate...) est déjà divisé en quatre étapes. Le 1er et le 2 - la tumeur est toujours localisée dans la prostate (capsule). C'est la meilleure période pour le traitement réussi d'une tumeur. Le 3, les tissus adjacents à la glande et aux vésicules séminales sont affectés. Au stade 4, les métastases du cancer affectent les ganglions lymphatiques, les organes distants et les os.

Les possibilités des médecins allemands dans le traitement de chaque stade du cancer de la prostate sont nombreuses. Les cliniques spécialisées en Allemagne disposent des technologies les plus avancées permettant de guérir le cancer de la prostate (quand il y a des chances de le faire) et de prolonger la vie du patient aux stades avancés de la maladie.

Classification des tumeurs de la prostate

Pour choisir la bonne tactique de traitement, il est nécessaire de connaître exactement le degré de malignité de la tumeur et son stade de propagation. À cette fin, des méthodes de classification du cancer de la prostate ont été développées. À l’heure actuelle, la communauté médicale internationale a adopté trois grandes classifications:

  1. Système TNM;
  2. Échelle de Gleason;
  3. Classification morphologique.

La classification d’une tumeur de la prostate selon le système TNM détermine le degré de propagation du cancer: si elle se trouve toujours dans la prostate (T), quelle est sa taille, si elle a dépassé la glande de la prostate et si d’autres organes et ganglions lymphatiques sont atteints (N), il existe des métastases ( M).

La classification du cancer sur l'échelle de Gleason détermine le degré de malignité de la tumeur. Combien de cellules de la prostate à l'intérieur de la tumeur sont modifiées, par rapport à la normale (cellules saines). L'échelle comporte 5 gradations, où 1 est le degré minimal de changement et les cellules 5-tumorales sont complètement indifférenciées: elles n'ont rien de commun avec la structure normale des cellules.

La morphologie classe les tumeurs de la prostate en fonction de leur origine - de quelles cellules elles proviennent (épithéliales ou non épithéliales). Sur cette base, il est diagnostiqué soit comme un adénocarcinome, soit comme un carcinome épidermoïde, etc. Avant de traiter une tumeur, celle-ci doit être diagnostiquée selon les trois classifications.

Traitement d'un cancer de la prostate

Méthodes chirurgicales

Dans le traitement du cancer de la prostate, on utilise à la fois un traitement conservateur et une résection transurétrale de la prostate (TUR). Grâce à l'utilisation de méthodes modernes de traitement du cancer de la prostate en Allemagne, les tumeurs oncologiques ne sont pas un verdict aujourd'hui.

Les patients atteints d'une tumeur limitée aux stades précoces peuvent espérer une guérison complète lors d'une opération radicale consistant à enlever la prostate (prostatectomie radicale).

Une telle opération en Allemagne est réalisée principalement en ménageant des méthodes peu invasives. Dans de nombreuses cliniques, il utilise un robot da Vinci chirurgical. Souvent, malgré le retrait de la prostate, les médecins réussissent à préserver les nerfs responsables de la puissance.

Méthodes conservatrices

Si le traitement chirurgical d'une tumeur maligne de la prostate est impossible ou non effectué à la demande du patient, la curiethérapie est une méthode alternative. Si, au moment du diagnostic du cancer de la prostate, des métastases sont déjà présentes, les méthodes de traitement sont prescrites individuellement ou en association, telles que:

  • radiothérapie
  • chimiothérapie ou
  • traitement antihormonal.

Dans les cliniques allemandes, de nouvelles méthodes de traitement des tumeurs bénignes et malignes de la prostate sont constamment développées. L’utilisation de Lutezia-177 est l’une des innovations récentes déjà appliquée depuis fin 2014 dans le traitement du cancer de la prostate en Allemagne. Il s’agit d’un agent novateur des radionucléides utilisé dans le cancer résistant aux hormones.

Pour des questions sur le traitement des tumeurs de la prostate en Allemagne, veuillez contacter
Centre de la prostate Dortmund

Beurhausstraße 40
44137 Dortmund

Téléphone en Allemagne:
+49 (152) 267-32-570

en Russie:
+7 926 649 68 77

Email:
Cette adresse email est protégée contre les robots collecteurs de mails. Vous devez activer Javascript pour la voir.

Diagnostic et traitement du cancer de la prostate en Allemagne

Nous avons un régime de traitement

  • 1. Enregistrement de l'application sur le site ou par téléphone
  • 2. Préparation d'une proposition médicale dans les 12 heures
  • 3. Prise de décision et nomination du traitement
  • 4. Obtention du visa et arrivée en Allemagne, Dortmund
  • 5. Chirurgie et rééducation
  • 6. Départ et retour à la maison

Rak-Prostaty.ru - Site d'information sur le traitement du cancer de la prostate en Allemagne
© 2018, Tous droits réservés. Impressum
Politique de confidentialité

Pour le fonctionnement normal du site, nous utilisons des cookies, collectons des informations sur l'adresse IP et l'emplacement des visiteurs. Si vous n'êtes pas d'accord avec cela, vous devriez cesser d'utiliser le site.

Cancer de la prostate: traitement, ainsi qu'une description des méthodes de traitement de la pathologie

Le cancer de la prostate est une tumeur maligne formée à partir de tissu glandulaire. Cette pathologie cancéreuse est très dangereuse et insidieuse.

Il faut comprendre que le traitement du cancer de la prostate dépend du degré du processus pathologique. Et plus la maladie est détectée rapidement, plus le traitement sera efficace et le pronostic plus favorable.

De l'apparition de cette maladie n'est pas assuré, aucun représentant de la moitié forte de la société. Selon les statistiques, les hommes de plus de 50 ans sont plus susceptibles de développer la maladie.

Le traitement de la pathologie est long et laborieux. Elle consiste à la fois en utilisation de médicaments et en intervention chirurgicale.

Nommer l'application d'une technique ne peut être qu'un médecin, et seulement après avoir effectué les recherches nécessaires. La thérapie avec des remèdes populaires est également possible, mais uniquement comme méthode auxiliaire et uniquement lorsque l'utilisation des remèdes à base de plantes est approuvée par le médecin traitant.

Cancer de la prostate - de quoi s'agit-il

Le cancer de la prostate est une tumeur de nature maligne. La prostate est un organe important du système reproducteur qui participe à la production de sperme, à l'éjaculation du sperme et à la rétention d'urine. La pathologie est ruse, son développement est très lent.

L'identifier à un stade précoce est presque impossible, car il peut ne pas être ressenti pendant une très longue période. C'est pourquoi le traitement du cancer de la prostate est presque toujours dans l'opération.

La survenue d'une tumeur maligne peut être due à:

  • la présence de processus chroniques et inflammatoires (en particulier la prostatite) dans le corps;
  • déséquilibre hormonal;
  • adénome;
  • conditions précancéreuses: hyperplasie maligne, adénose atypique;
  • dommages bactériens des cellules du tissu glandulaire et processus auto-immuns qui endommagent l'appareil génétique.

Dans tous les cas, les modifications de la glande se transforment en cancer. Cela se produit souvent à cause de l'impact de certains facteurs.

La transformation des modifications pathologiques du cancer de la prostate, dont le traitement est généralement chirurgical, peut être déclenchée par:

  • alimentation déséquilibrée, abus de graisse et de viande rouge;
  • la présence d'habitudes néfastes;
  • exposition au cadmium;
  • infections sexuellement transmissibles;
  • la stagnation;
  • abaissant les propriétés protectrices du corps;
  • fréquentes situations stressantes;
  • l'hérédité;
  • infection par rétrovirus et cytomégalovirus.

Signes et manifestations

Au début, la pathologie est presque asymptomatique. Souvent, la maladie est détectée par hasard, lors du dépistage d'une maladie différente.

Les symptômes de la maladie commencent à se manifester avec une augmentation significative de la tumeur. L'un des premiers signes de la maladie - l'envie accrue d'uriner - jusqu'à vingt fois par jour et plus de trois fois la nuit. Le jet est très lent, intermittent. Après avoir vidé la vessie, il y a un sentiment de surpeuplement.

Chaque miction est accompagnée d'une douleur intense, d'une sensation de brûlure. Les patients se plaignent souvent de l'apparition de douleurs dans le périnée et le pubis, ainsi que d'incontinence urinaire.

Les dernières étapes sont accompagnées des manifestations suivantes:

  • gonflement des membres inférieurs, des organes génitaux;
  • calculs rénaux et douleurs dans le bas du dos;
  • les impuretés dans l'urine et le sperme de sang;
  • affaiblissement de la puissance;
  • toux sèche douloureuse (métastases dans le VDP);
  • jaunissement du derme et sensation de lourdeur au côté droit (symptômes indiquant la présence de métastases dans le foie);
  • sensations douloureuses pendant les selles;
  • douleur osseuse (métastases osseuses).

La manifestation des manifestations peut augmenter sur plusieurs années. Les symptômes se manifestent progressivement.

Il y a plusieurs stades de cancer. A un stade précoce, la tumeur a une petite taille, elle n'est pas détectable, elle n'est pas visible lors de la réalisation d'une échographie.

La deuxième étape est accompagnée par la croissance de l'éducation. A ce stade, la tumeur est toujours dans la glande. L'éducation se limite à la capsule de la glande et peut être palpée à l'aide d'un scan au doigt.

La troisième étape est caractérisée par une forte croissance de l'éducation et de la germination dans les organes voisins. La quatrième étape s'accompagne d'une augmentation significative de la taille de la tumeur. À ce stade, l'apparition de métastases dans les poumons, les ganglions lymphatiques, le tissu osseux, le foie. Des plaintes font état d'une détérioration significative de la santé et du bien-être en général, d'un malaise, d'une perte de force et d'une fatigue chronique.

La maladie nécessite un traitement immédiat. Le traitement du cancer de la prostate dépend de son stade de développement. Vous ne devriez pas hésiter à contacter le médecin, il est lourd de conséquences critiques.

Le cancer est-il traité?

Une tumeur est diagnostiquée sur la base des symptômes suivants: douleur pendant la miction et difficulté du processus, ainsi qu'en présence de troubles sexuels et de dysfonctions érectiles. De tels symptômes peuvent indiquer à la fois un cancer et un adénome. Le cancer se caractérise par un trouble de l'érection lorsque les nerfs sont touchés et une diminution du volume de l'éjaculat due au blocage du canal éjaculateur.

La pathologie nécessite un traitement long et sérieux.

Cependant, même avec le bon traitement, en particulier s'il s'agit du troisième ou du quatrième stade, les médecins ne garantissent pas un pronostic réconfortant. La guérison à un stade précoce est possible, mais uniquement dans le cas d’un traitement opportun et approprié.

Thérapie

Le traitement est prescrit et effectué exclusivement après un examen approfondi et un diagnostic précis.

À cette fin, nommé:

  • examen rectal numérique;
  • échographie transrectale;
  • Tests sanguins de PSA;
  • biopsie;
  • examen histologique;
  • CT et IRM;
  • ostéoscintigraphie.

Méthodes de traitement

Le traitement est choisi en fonction du stade du processus pathologique. Souvent réalisées: radiothérapie, hormonothérapie, chimiothérapie.

Au début, prescrit l'utilisation de médicaments. Prendre des pilules contribue à la normalisation des processus métaboliques, augmente les propriétés protectrices du corps et restaure les fonctions altérées.

Souvent, un rendez-vous est attribué:

  • Aspirine - favorise la production de prostaglandines (substances analogues aux hormones);
  • Veroshpiron - aide à supprimer la production de certaines hormones;
  • extrait de ginseng, Befungin, stimulateur de Dorogov;
  • Thalidomide - aide à moduler l'immunité;
  • Cycloferon, Viferon, Reaferon - affectent le système d'interféron;
  • Omnica - aide à soulager la miction;
  • antibiotiques (Unidox Soluteb, Vibramycin);
  • les analgésiques (tramadol, diclofénac, paracétamol);
  • Leukomaksa, Epithalamin (fonds pour maintenir le foie).

Les personnes âgées et les personnes âgées doivent prendre des médicaments qui aident à réduire la production d'hormones sexuelles: Lupron, Eligard, Zoladex, Alfaradina, Novantrona.

Utilisation de l'orchidectomie

Cette méthode chirurgicale consiste à enlever les testicules. La procédure est réalisée avec une forte prolifération de tumeurs. La manipulation est efficace et aide à réduire instantanément la production d'hormones.

Une intervention souvent prescrite consiste à retirer complètement la prostate, à enlever localement (prostatectomie), ainsi qu’à retirer la tunique et l’appendice (épididymorchectomie sous-capsulaire).

Application de radiothérapie

La radiothérapie consiste à exposer les rayons X aux cellules tumorales. En conséquence, des dommages à leur ADN et à leur capacité à se diviser sont notés. Après irradiation, on prescrit au patient des médicaments, en particulier des hormones. Aussi nommé un régime spécial.

Utilisation de la cryothérapie

Sous l'influence de températures extrêmement basses, il se produit un gel et une destruction des cellules cancéreuses. Cette technique est souvent utilisée pour le traitement des rechutes. La cryothérapie est réalisée sans anesthésie.

Curiethérapie

Curiethérapie - une méthode innovante, un type de traitement par radiation de type basse énergie. L’essence de la manipulation est l’implantation dans le néoplasme de la "graine" de la prostate (dispositifs radioactifs). Ils sont introduits dans le derme du périnée à l'aide d'aiguilles spéciales. Travaillant depuis plusieurs mois, les appareils émettent une tumeur.

Les principaux avantages de cette technique sont les suivants:

  • invasion minimale;
  • la possibilité d'irradiation de dosage;
  • faible risque d'impuissance;
  • récupération rapide

Utilisation de chimiothérapie

Au quatrième stade, en cas de détection de métastases dans le tissu osseux, les poumons et les ganglions lymphatiques, une chimiothérapie est prescrite - une technique qui diffère de la radiation (visant à détruire les cellules cancéreuses dans une certaine zone) en affectant tout le corps par le sang. L’utilisation de mitoxantrone et de prednisolone, de doxorubicine, de paclitaxel et d’extramustine est souvent prescrite.

La durée de la médication est en moyenne de six mois. Après la chimiothérapie, des effets secondaires sont notés: fatigue, dyspepsie, chute des cheveux et réduction des cellules sanguines pouvant entraîner une infection du corps.

Cancer de la prostate: pronostic, utilisation de méthodes non conventionnelles et prévention

Il est possible de guérir d'une pathologie maligne. Le pronostic du cancer de la prostate ne sera réconfortant qu'en cas de traitement rapide.

Il n'est pas possible de sauver l'organe dans tous les cas, car la pathologie, due à l'absence de symptômes, est diagnostiquée tardivement.

C'est pourquoi ils préconisent souvent l'utilisation de techniques radicales consistant à retirer partiellement ou complètement la glande, en particulier la prostatectomie.

Le pronostic pour le cancer de la prostate du premier et du deuxième degré est favorable. Un traitement approprié permet non seulement de préserver et de rétablir le travail normal des systèmes génito-urinaire et génital de l'homme, mais également de se débarrasser complètement de l'éducation.

Souvent, au début, en même temps que les médicaments, les médecins recommandent l’utilisation de formulations de médicaments traditionnels. Les médicaments sont naturels et efficaces. Ils aideront à améliorer l'état général et le bien-être, ainsi que normaliser le fonctionnement de la glande.

Ces moyens sont efficaces:

  • décoctions de ces plantes (seules ou en collections): ortie, absinthe, feuilles de bouleau, immortelle, armature, écorce de chêne, achillée millefeuille;
  • teinture de pruche;
  • infusions de ces herbes: calendula, cocklebur, chélidoine.

Efficace dans la lutte contre le cancer de la prostate des premier et deuxième stades, selon de nombreuses critiques positives d'hommes, soda. Cet outil contribue à augmenter le pH et ne permet pas à l'environnement de devenir acide. Il n'est pas recommandé d'utiliser de la soude pour les personnes souffrant de diabète et de faible acidité du suc gastrique.

La soude peut être utilisée sous la forme d'une solution pour compte-gouttes. La durée du traitement est d'une semaine et demie. Après une semaine, le cours devrait être répété. Il devrait y avoir quatre cours au total.

Vous pouvez également prendre cette boisson. Il est nécessaire de diluer 10 g de soude dans un quart de tasse d’eau bouillie, puis dans 250 eau pure. Il est nécessaire d'utiliser des moyens deux fois par jour avant un repas.

Prévisions

La maladie est dangereuse et grave. Le pronostic du cancer de la prostate est réconfortant pour un diagnostic précoce. Une thérapie opportune contribue à la libération complète du néoplasme et à la préservation du pouvoir masculin. Le pronostic pour le cancer de la prostate des 3ème et 4ème stades de récupération est décevant.

Même avec le traitement approprié d'une approche thérapeutique compétente, le risque de récidive reste élevé. En moyenne, les personnes atteintes du deuxième stade du cancer vivent pendant vingt ans, du troisième au quatrième - jusqu'à dix ans.

Les médecins ont le terme "survie à cinq ans". Il parle du pourcentage de patients après cinq ans ou plus de traitement après le traitement. Cet indicateur vous permet de déterminer les chances de guérison des patients présentant différentes étapes de la pathologie. Le taux de survie des hommes au premier stade est supérieur à 90%, le second à 80%, le troisième à 40% et le quatrième à 15%.

Prévention

Afin de prévenir le développement de la maladie, les médecins recommandent:

  • bien manger;
  • mener une vie active et saine;
  • abandonner les mauvaises habitudes;
  • dors suffisamment;
  • éviter les situations stressantes;
  • traitement opportun des maladies concomitantes;
  • examiné régulièrement;
  • avoir une vie sexuelle régulière.

Tumeur de la prostate

Publié par: administrateur le 27/09/2016

La prostate est l'organe du système génito-urinaire masculin, qui est représenté par une glande qui produit une partie intégrante du sperme. Lors de la libération de l'éjaculat, la prostate bloque les canaux urinaires. Le contrôle de cette fonction est effectué par le cerveau (hypophyse) à l'aide d'hormones stéroïdiennes, d'œstrogènes et d'androgènes.

Maladie bénigne de la prostate

En raison d'anomalies hormonales, des processus inflammatoires peuvent se produire dans la glande de la prostate, traduisant la prolifération et la compaction du tissu prostatique, remplissant sa cavité. En termes simples, le développement de l'adénome de la prostate se produit - l'hyperplasie des cellules bénignes (HBP). Cette pathologie est très populaire parmi les maladies masculines après le quarantième âge. Un homme commence à ressentir une gêne dans le processus de miction et de vie sexuelle. Cela est dû à la compression de l'urètre de la prostate, dont la partie initiale passe à l'intérieur. En conséquence, la pression de l'urine faiblit, sa quantité diminue et le besoin de s'écouler augmente, ce qui s'accompagne d'un symptôme douloureux. Selon le stade de l'adénome, les signes de pathologie augmentent avec l'ajout du dysfonctionnement érectile de l'homme. Dans la vessie surpeuplée, située au-dessus de la prostate, l'urine stagne, ce qui entraîne une inflammation du système urinaire dans son ensemble. En cas d'aggravation de la pathologie, on observe une incontinence urinaire, une hypertrophie des muscles des voies urinaires augmentant et une atonie du sphincter constatée. Dans la vessie, après la stagnation, il se forme des calculs qui provoquent l’apparition de sang dans les urines. Lorsque l'urine est complètement retardée, une insuffisance rénale peut se développer et un coma peut survenir.

Causes de l'adénome de la prostate

  • Déséquilibre hormonal (conversion pathologique de la testostérone);
  • Facteur héréditaire;
  • Barrière d'âge (après quarante ans);
  • Maladies chroniques graves du corps d'un homme (diabète sucré, lithiase urinaire, cystite, urétrite);
  • Maladies sexuellement transmissibles et infestations de vers;
  • Abstinence prolongée de l'intimité sexuelle;
  • Les tumeurs dans le rectum.

L'évolution du processus pathologique dans la prostate peut durer des années. Sur fond de modifications structurelles de la glande dues à la déformation et d’autres facteurs déterminants, une croissance infiltrante de cellules malignes apparaît parfois, c’est-à-dire que le cancer se joint à l’adénome. Une tumeur maligne de la glande se développe indépendamment, et non à la suite de la dégénérescence de l'hyperplasie adénomateuse de la prostate. Lorsque pathistologicheskom étude de la prostate, après son retrait, souvent, voir une tumeur bénigne et maligne en même temps, à savoir, l'adénome et le cancer.

Selon la présence de symptômes et de plaintes chez un patient, ainsi qu'après des mesures de diagnostic, la présence d'un adénome est confirmée par les signes suivants:

  • Le symptôme de l'excrétion est lent, avec difficulté, l'urine;
  • La miction devient intermittente et accélérée.
  • Le nombre de désirs d'uriner augmente considérablement, en particulier pendant le repos nocturne;
  • Il n'y a aucun sentiment de soulagement après avoir uriné;
  • Avec les dernières gouttes d’urine, un symptôme de coupure et de brûlure dans l’urètre et l’aine;
  • Le désir d'avoir des rapports sexuels s'affaiblit et la fonction érictile est altérée.

Lorsqu'un diagnostic est posé, l'urologue peut effectuer une enquête spéciale sur l'homme sur une échelle symptomatique (huit points). Le nombre de points obtenus exclut ou confirme la présence d'une tumeur dans la prostate et son stade de développement.

Traitement de l'adénome

Le traitement de l'adénome de la prostate avec les symptômes primaires consiste en des interventions thérapeutiques. Cela se traduit par la consommation de thérapies traditionnelles et de remèdes populaires. Dans le complexe, pour un traitement efficace, prescrire et procédures de physiothérapie. Dans la phase sévère de la maladie, la prostate est soumise à un retrait, c’est-à-dire un traitement chirurgical.

Les médicaments pour l'adénome sont prescrits sous forme de comprimés, ainsi que sous forme d'injections intramusculaires et intraveineuses. Pour ce faire, utilisez des alpha-bloquants, qui aident à détendre le système musculo-squelettique de l'appareil génito-urinaire, ce qui contribue à améliorer la perméabilité de l'urine, à atténuer les symptômes douloureux et à rétablir la fréquence des envies d'uriner. Pour éliminer les processus inflammatoires et hyperplasiques de la prostate, les alpha-bloquants n’ont pas d’effet positif. Selon ses effets secondaires, le patient peut ressentir des nausées, des maux de tête, une faiblesse, des vertiges.

Parmi les médicaments qui ont un effet néfaste sur les cellules tumorales hyperplasiques, c’est-à-dire qui stoppent leur croissance, incluent le finastéride ou le doutastéride. Le groupe pharmacologique de ces agents est constitué d’inhibiteurs de la 5 alpha réductase, caractérisés par la conversion de la testostérone en androgènes. Une tumeur dans la glande arrête sa croissance et diminue, puis le débit urinaire est ajusté. Le traitement avec les comprimés de ce médicament est long, et en association avec la doxazosine, qui réduit les spasmes musculaires, abaisse la pression artérielle et dilate les vaisseaux sanguins, prend environ six mois. Cher, ces médicaments ne peuvent pas être appelés, de sorte que le traitement de la maladie est disponible pour tout le monde (le prix de Finasteride - 245 roubles, le prix de Doxazosin - 355 roubles).

Les médecines traditionnelles comprennent les préparations à base de plantes à base d'herbes, noix, graines, oignons, ail, écorce de résineux, pruche, etc. Il existe également des recettes de remèdes populaires pour l'adénome de la prostate, à base de produit d'abeille et de soda. Selon les études sur l’utilisation de la médecine traditionnelle, il est possible de prévenir ou de réduire les adénomes au cours des premières étapes de leur développement. Lorsqu'une tumeur de la glande est dans un état négligé, avec la présence d'une image symptomatique brillante, le dernier espoir devient une intervention chirurgicale. Le traitement chirurgical d'une tumeur de la prostate est réduit à l'ablation de ganglions et de tissus envahis par l'urètre (résection transurétrale de la prostate). En cas de contre-indications à une telle élimination de la tumeur, l'adénome est enlevé en même temps que la prostate par la cavité abdominale.

Tumeur maligne de la prostate

Cette pathologie a un nom: le cancer de la prostate. Une tumeur maligne dans la glande est observée chez les hommes plus âgés - après soixante ans. La cause de la tumeur est un dysfonctionnement hormonal et une prédisposition. La valeur de la prostatite chronique est également considérée comme un facteur de risque de cancer. L'infiltration de cellules cancéreuses se produit à partir du tissu conjonctif de la prostate, qui se transforme en un néoplasme de plusieurs centimètres. Le cancer peut toucher un ou plusieurs lobes de la glande, sous une forme unique ou multiple, en faisant germer les parois de l'organe et de la vessie ou en se localisant à l'intérieur de la prostate. Dans la plupart des cas, les cellules cancéreuses se propagent dans les vésicules séminales des hommes. Les formes tumorales ont un degré indifférencié, différencié et indifférencié. Le cancer différencié est moins malin, c'est-à-dire qu'il présente une petite métastase et un pronostic favorable après le traitement. Les formes restantes sont considérées comme une menace pour la vie du patient, même avec les tactiques de traitement correctes. Les métastases d'une tumeur maligne se déplacent à l'aide de la coupe et de la lymphe et affectent les os (colonne vertébrale, bassin, sacrum, membres inférieurs, côtes).

L'image symptomatique, comme dans beaucoup de maladies oncologiques, peut être absente au début. Le déroulement du processus malin, à l'exception de l'adénome de la prostate, se produit lentement, sans modifier la taille de la glande et le bien-être de l'homme. Il est possible de détecter la présence d’une tumeur par palpation de la prostate, c’est-à-dire qu’un certain compactage est observé dans la région des lobes ou entre eux. La palpation de ce type est réalisée par un examen rectal. C’est grâce aux examens préventifs menés après cinquante-cinq ans que l’on détecte une tumeur de la prostate à un stade précoce du développement.

La croissance d'une tumeur se traduit par la fusion de ganglions cancéreux qui remplissent la cavité de la prostate et s'étendent au-delà de ses limites, se développant à l'intérieur des parois des organes adjacents. La prostate et les fibres qui l'entourent deviennent denses et immobiles. Dans ce cas, il existe un symptôme de rétention urinaire, une envie pressante d'uriner et un sentiment d'obstacle à son écoulement. La miction est différente du processus physiologique: flux faible, petit volume, sensation de vidange incomplète de la vessie et présence de trouble, avec du contenu sanguinolent, de l’urine. L'apparition d'une hématurie est un signe de dommage à la tumeur des vaisseaux sanguins. La présence de douleur dans le rectum et le périnée est également considérée comme un signe de la présence d'une tumeur de la prostate. Le développement du cancer est une violation de l’urodynamique, qui se traduit par des symptômes de pyélonéphrite, de cystite et d’insuffisance rénale. L'intoxication dans le cancer de la prostate se produit à la dernière étape du processus malin.

Au premier stade de la tumeur, les modifications visibles de l'organe peuvent être négligées, car les tissus normaux recouvrent le foyer cancéreux. Les métastases peuvent apparaître comme un ganglion inguinal élargi sur le côté de la tumeur. Le pronostic de survie pour une détection précoce est favorable dans 70% des cas;

Le deuxième stade du cancer se caractérise par l'apparition d'une petite déformation de l'organe, sans la défaite des vésicules séminales. La présence de métastases uniques ou multiples dans les nœuds régionaux du système lymphatique d'un ou des deux côtés. Le pronostic de la vizyvaemosti à cinq ans après le retrait de la prostate - 50% des cas;

La troisième étape du processus malin est la germination du cancer de la prostate avec capture du sulcus latéral et des vésicules séminales. La présence de ganglions lymphatiques métastatiques denses et à déplacement limité. Le pronostic pour la vie est plus défavorable;

Le quatrième stade tardif est axé sur le cancer et concerne les tissus et organes voisins. Distribution de métastases à distance. Le pronostic de la vie pour les hommes malades est généralement défavorable.

Le diagnostic du processus pathologique dans la prostate comporte plusieurs étapes d'examen:

  • Examen rectal;
  • Test sanguin pour l'antigène spécifique de la prostate;
  • Analyse de la diurèse quotidienne pour la teneur en créatinine;
  • Échographie diagnostique de la prostate, de la vessie et des reins;
  • Examen cystoscopique de l'urètre.

La prévention et le traitement du cancer de la prostate sont conformes à un mode de vie sain chez l'homme (rejet des mauvaises habitudes), à la réussite des examens préventifs et au diagnostic avec un marqueur tumoral.

En règle générale, le traitement d’une tumeur maligne vise l’approche opérationnelle, c’est-à-dire que le prélèvement de l’organe affecté est précoce et meilleur pour la prédiction de la vie d’un homme. Le traitement anticancéreux comprend l'exposition aux radiations radioactives et les médicaments hormonaux, utilisés séparément et en association. Certains patients utilisent des remèdes traditionnels, qui aident parfois plus que les médicaments ordinaires et sont moins coûteux, moins coûteux à prévenir, à arrêter la croissance, à traiter et à éliminer la récurrence du processus oncologique. Ces remèdes populaires antitumoraux incluent les infusions sur les produits d'abeille, la pruche, l'absinthe, la chélidoine, etc. Le désir d'utiliser dans le traitement des remèdes populaires se manifeste chez les patients qui essaient de se débarrasser de la maladie au stade initial ou dont le pronostic défavorable est bien établi pour la fin de leur vie.

Une importance considérable pour un pronostic favorable pour la récupération, a un régime postopératoire, ce qui devrait éliminer complètement les aliments qui irritent le système urinaire du corps.

Pourquoi le cancer de la prostate se développe-t-il chez l'homme?

Toutes les tumeurs sont divisées en bénignes et malignes. Les premiers ne donnent pas de foyers métastatiques et, avec un traitement approprié, ne causent pas la mort du patient. Les tumeurs malignes, y compris le cancer, aux derniers stades produisent des métastases.

IMPORTANT À SAVOIR! Un remède efficace contre la prostatite chronique est! Il suffit de boire. En savoir plus >>>

Dans une telle situation, même une opération radicale peut être inefficace. La prostate est l'organe le plus important pour les hommes. Sa fonction principale est la participation à la formation du liquide séminal. Que sont les tumeurs de la prostate et quels sont les symptômes de ces maladies?

Les types de tumeurs de la prostate sont peu nombreux. Le cancer le plus souvent diagnostiqué et l'hyperplasie bénigne (adénome). Ce dernier est très souvent détecté chez les hommes de plus de 50 ans. Cela est dû aux changements dans les niveaux hormonaux. Contrairement au cancer, l'hyperplasie est bénigne. Malgré cela, en l’absence de traitement rapide, la maladie altère la fonction pelvienne. La tumeur est capable de se développer à partir du tissu glandulaire d'un organe ou de son stroma. Cette tumeur de la prostate se caractérise par la formation d'un petit noeud dans le corps. Au fil du temps, sa taille augmente. La prostate est située à côté des organes des voies urinaires. Par conséquent, en cas de néoplasme important, la sécrétion urinaire est entravée par un pincement de l'urètre.

Les femmes peuvent développer leurs tumeurs bénignes, telles que les fibromes utérins. Le pronostic dans les deux cas est le plus souvent favorable. Chez l’homme, l’hyperplasie bénigne peut dans certains cas devenir une forme maligne. Le critère de diagnostic principal dans ce cas est la concentration d'antigène de la prostate dans le sang. L'hyperplasie bénigne est une pathologie très commune. Environ un homme de vieillesse sur deux s'adresse aux institutions médicales. Les jeunes souffrent beaucoup moins de cette maladie.

L'hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) est aujourd'hui une maladie d'étiologie non précisée. Les facteurs provoquant le développement d'une tumeur sont:

  • âge avancé;
  • modification de la concentration sanguine d'hormones sexuelles mâles (androgènes);
  • troubles endocriniens.

Des facteurs tels qu'une vie sexuelle irrégulière, la présence d'infections sexuellement transmissibles, le tabagisme, l'abus d'alcool peuvent influencer le développement de tumeurs, mais jusqu'à présent, ce lien n'a pas été prouvé. Dans la plupart des cas, la tumeur se forme dans la zone centrale de la prostate. Au fur et à mesure qu'il grandit, la position de la vessie change. Une tumeur de la prostate peut se développer dans trois directions: vers la vessie, vers le rectum et sous le triangle dans la région de la vessie.

Les symptômes de la maladie peuvent être similaires à ceux du cancer de la prostate (néoplasmes malins). Les symptômes de la maladie peuvent inclure:

  • excrétion fréquente d'urine;
  • fausse envie d'aller aux toilettes;
  • nycturie (miction nocturne);
  • tête de jet réduite;
  • excrétion retardée de l'urine;
  • syndrome de douleur;
  • sensation de vidange incomplète de la vessie.

Dans les cas graves, les symptômes incluent l’incontinence urinaire, goutte à goutte. Dans cette situation, des symptômes de rétention urinaire aiguë sont observés. Au stade de la décompensation dans l'urine peut apparaître du sang. Les complications possibles incluent le développement d'une insuffisance rénale, d'une cystite, d'une pyélonéphrite, d'une vésiculite, d'une inflammation de l'urètre.

Parmi les tumeurs malignes de la prostate, le cancer est le plus souvent diagnostiqué. Une tumeur similaire se développe à partir du tissu épithélial d'un organe. Chaque année, des centaines de milliers d'hommes reçoivent un diagnostic de cancer dans le monde. Dans la structure globale des tumeurs malignes, il prend la 3ème place, cédant à la prévalence du cancer du poumon et de l'estomac. C’est la cause la plus courante de décès prématuré chez les hommes âgés. Dans de nombreux pays du monde, y compris en Russie, le diagnostic de cette tumeur maligne de la prostate est tardif. Le fait est que la maladie peut ne pas se manifester avant longtemps. Même avec le développement de phénomènes dysuriques, tous les patients ne consultent pas l'urologue.

Les formes suivantes de cancer de la prostate sont distinguées:

  • adénocarcinome;
  • squameux;
  • alvéolaire;
  • tubulaire;
  • solide;
  • polymorphocellulaire;
  • scyrrotique.

De toutes ces tumeurs malignes, l'adénocarcinome et le carcinome épidermoïde sont les plus fréquents. Contrairement à l'hyperplasie bénigne, le cancer affecte dans la plupart des cas les parties périphériques de l'organe. La cause exacte de cette pathologie est inconnue.

Les facteurs de risque possibles sont:

  • pénétration dans le corps de substances cancérogènes;
  • vivre sur un territoire écologiquement défavorable;
  • âge avancé;
  • la race;
  • mauvaise nutrition;
  • la présence de mauvaises habitudes;
  • évolution progressive de l'adénome;
  • changements hormonaux.

Toute tumeur maligne de la prostate peut apparaître lorsqu’elle est exposée à des substances toxiques et cancérogènes. Ces substances comprennent les sels de cadmium, les gaz nocifs produits lors du soudage, les substances entrant dans la composition du caoutchouc lors de la combustion. La nature de la nourriture est tout aussi importante. Un facteur de risque est l'abus d'aliments riches en lipides animaux, ainsi que le manque de fibres alimentaires, de vitamines (rétinol) dans l'alimentation. Le groupe à risque comprend les hommes dont les parents ont déjà souffert de tumeurs.

Les symptômes les plus fréquents du cancer de la prostate sont: difficulté et élimination fréquente de l'urine, incontinence, besoin fréquent, perte de poids, malaise, réduction de la pression des jets, interruption de la miction. Aux stades ultérieurs, un dysfonctionnement d'autres organes est possible. Au stade 4, souvent des métastases du foie, des poumons, des os du bassin.

La tumeur de la prostate chez l'homme: les causes de la maladie et un traitement efficace

Aujourd'hui, le cancer de la prostate est le type de cancer le plus répandu chez les hommes de sexe fort. Les conséquences létales des tumeurs malignes de l'adénome de la prostate sont à la 2e place, derrière le seul cancer du poumon. Chaque année, environ 220 000 hommes entendent ce diagnostic médical: "cancer de la prostate".

Tumeur maligne de la prostate chez l'homme

  • Il a été établi qu’à l’âge de cinquante ans, des cellules cancéreuses sont diagnostiquées sur trois hommes de la prostate.
  • À 75 ans de quatre hommes, trois souffrent de cette maladie.
  • En conséquence, ces cellules ne font plus l'objet d'un développement supplémentaire - la tumeur cancéreuse de la prostate ne se développe pas.
  • Ce stade de la maladie ne présente aucun symptôme ni manifestation visibles et est appelé latent.
  • Dans d'autres cas, des symptômes apparaissent qui indiquent également l'absence de risque grave pour la santé à ce stade. Le cancer à ce stade s'appelle indolore.
  • Le risque de développer un cancer de la prostate augmente avec l'âge. L'âge moyen auquel un cancer de la prostate est diagnostiqué est de 72 ans.

Si l’on considère les statistiques d’une telle maladie comme un cancer de la prostate, il devient évident qu’elle est l’une des plus fréquemment diagnostiquées. En outre, la maladie peut frapper un homme de tout âge.

BESOIN DE SAVOIR!

Le cancer de la prostate occupe la troisième place après les cancers de l'intestin et du poumon.

La prostate joue un rôle crucial dans la vie de chaque homme. Le bon fonctionnement des organes du système génito-urinaire et une vie sexuelle complète dépendent du bon fonctionnement de cette glande.

Tumeur de la prostate: définition de la maladie et de ses causes

Le cancer de la prostate est une tumeur maligne chez l'homme. Les sources médicales parlent des différences significatives entre cette maladie et l'adénome de la prostate.

  • La tumeur de la prostate est un joint qui pénètre progressivement et endommage la structure tissulaire du corps et affecte le système génito-urinaire.
  • L'adénome se développe plus lentement et a une composition douce. Si vous regardez la formation qui est apparue à la suite d'un adénome, vous pouvez clairement voir ses bords - ils sont comme s'ils avaient été décrits.
  • La génétique peut provoquer une tumeur maligne. Environ dix à onze pour cent de la population masculine de la planète souffrent de cette maladie. Des statistiques assez considérables montrent des statistiques.

CECI EST IMPORTANT!

Pour ne pas déclencher la maladie, il est nécessaire de subir un examen physique régulier par un médecin.

Chaque homme peut surveiller indépendamment le fonctionnement de son corps. En déterminant les symptômes du stade initial du cancer de la prostate, vous pouvez augmenter les chances de guérison.

Les symptômes les plus communs

Sentez-vous les symptômes les plus inquiétants du malade ne peut que dans les dernières étapes. Par conséquent, pour prévenir les maladies, il est recommandé de consulter un médecin professionnel. Un cancer malin pénètre progressivement dans les tissus voisins et augmente lentement en taille. Les symptômes suivants se manifestent par conséquent:

  1. picotements et sensation de brûlure à chaque visite aux toilettes;
  2. besoin fréquent (note de malade qu'une augmentation de la miction se produit la nuit);
  3. un homme veut, mais ne peut pas vider complètement sa vessie;
  4. flux d'urine faible et intermittent;
  5. les délais entre le désir d'aller aux toilettes sont d'environ une heure, voire moins.

Les hommes appartenant au groupe des personnes plus âgées se plaignent souvent des symptômes énumérés du cancer de l'adénome de la prostate. Mais cela n’indique nullement la présence d’un diagnostic aussi terrible que le cancer de la prostate. Peut-être que la prostate est simplement enflammée ou qu'un adénome s'est formé. Il n'est pas encore nécessaire d'abandonner et de continuer à exister sans espoir. Une visite de spécialiste identifiera le problème.

Cependant, si un cancer de la prostate a été diagnostiqué, il est nécessaire de commencer immédiatement le traitement. L'absence de métastases au moment de la détection de la tumeur est la première étape d'un pronostic positif. La science a obtenu de bons résultats dans la destruction des cellules cancéreuses de la prostate. Mais la guérison complète du cancer de la prostate n'est possible que si le patient a atteint le premier stade de la maladie.

Que ce soit un homme malade qui souffre réellement d'un cancer de la prostate ne peut être dit que par un spécialiste étroit.

SUR NOTE!

Il est recommandé aux hommes de plus de quarante ans de se rendre à l'hôpital pour vérifier la prostate une fois par an.

Au fur et à mesure que la tumeur progresse

En enquêtant sur cette maladie difficile, les scientifiques sont venus à l'opinion générale que le chemin de son développement passe par plusieurs étapes. À savoir:

  1. Une tumeur maligne de la prostate est une petite formation. Les cellules cancéreuses ne pénètrent pas dans les tissus adjacents et sont localisées dans la prostate. Le diagnostic à ce stade n'est possible qu'avec l'aide d'un équipement spécial, l'examen rectal ne donne pas les résultats nécessaires.
  2. Un spécialiste peut détecter une tumeur maligne par voie rectale. Il ne s’étend généralement pas à d’autres organes, mais a déjà une structure rigide.
  3. Les cellules cancéreuses infectent les tissus voisins.
  4. Une tumeur maligne cesse de se développer dans la prostate. Au dernier stade, d'autres organes deviennent sa cible, le plus souvent les cellules de la vessie, du rectum ou du foie sont touchées.

Diagnostics

  • Recherche de doigt. Le moyen le plus économique de diagnostiquer le cancer de la prostate consiste à examiner le rectum avec les doigts. Le médecin, sentant la prostate à travers la paroi du rectum, établit sa taille et sa densité, après quoi il exprime la conclusion relative à la présence ou à l'absence d'une tumeur.
  • Don de sang pour l'analyse de la présence de PSA (antigène spécifique de la prostate). Cette méthode de diagnostic du carcinome de la prostate offre l’occasion d’établir le cancer de la prostate au stade de l’éducation, lorsque les symptômes de la maladie sont encore absents. Cette méthode de dépistage pour le diagnostic du cancer de la prostate concerne tous les hommes susceptibles de développer un cancer de la prostate. Il est à noter qu'une augmentation du taux de PSA ne garantit pas à 100% qu'un homme a un cancer de la prostate. Le taux de PSA peut augmenter non seulement en présence d'un cancer de la prostate, mais également dans l'hyperplasie bénigne de la prostate, ainsi que dans la prostatite.
  • Échographie de la prostate. C'est un moyen courant de diagnostiquer ce type de cancer de la prostate. En pratique, l’échographie peut être réalisée de deux manières: l’échographie transrectale - directement par le rectum, et l’échographie transabdominale - par la cavité abdominale antérieure. Grâce à l'échographie transrectale, même des formations mineures peuvent être détectées, c'est pourquoi cette méthode est la plus efficace.
  • Biopsie. C’est le moyen le plus précis de diagnostiquer le cancer de la prostate (tumeur), ce qui permet de diagnostiquer le cancer. La procédure de biopsie consiste à prélever un site tumoral à l’aide d’un microscope. La biopsie peut être réalisée à travers: la paroi du rectum, l'urètre, la peau du périnée. La procédure de biopsie est principalement contrôlée par un appareil à ultrasons.
  • Pendant toute la durée d'une telle procédure, le médecin est en mesure de prélever environ 12 échantillons de différentes sections de tissu prostatique. La majeure partie des échantillons provient de la glande externe, car le cancer commence généralement à se développer là. Dans la plupart des cas, les échantillons ne sont prélevés que de l'intérieur de la glande.
  • La biopsie de la prostate est réalisée sous l’influence d’une anesthésie locale, ce qui contribue à la procédure quasi indolore, l’absence de gêne, généralement associée à cet événement. La plupart des représentants du sexe fort, la plupart du temps, ne ressentent aucune douleur lors de la biopsie. Après la procédure, les analgésiques ne sont pas nécessaires non plus pour les hommes.
  • Avant une biopsie, un homme reçoit un lavement. Cette procédure permet un nettoyage du rectum et réduit également le risque d'infection par des bactéries intestinales. Pour réduire le risque d'infection, le médecin prescrit des antibiotiques.
  • Après la biopsie, des échantillons de tissu de la prostate obtenus sont envoyés pour examen histologique à un spécialiste en histologie afin qu'ils analysent les échantillons présentés afin de détecter les cellules atypiques.

Si le médecin diagnostique le «cancer de la prostate», des tests supplémentaires sont programmés pour déterminer le stade de développement des cellules cancéreuses.

Etudes complémentaires:

  1. Scintigraphie osseuse aux radio-isotopes. En raison de nombreuses causes complexes, les cellules cancéreuses de la prostate envahissent souvent les os. L'identification de telles cellules est un processus important et complexe. Le résultat de l’étude détermine l’ensemble de la stratégie de traitement de la maladie. L'examen radio-isotopique des os est le test le plus courant, car il permet de déterminer plus efficacement que les autres tests la propagation des cellules cancéreuses au tissu osseux. Cependant, cette procédure ne s'applique pas toujours. S'il n'y a aucune raison sérieuse de suspecter la propagation du cancer, une telle procédure n'est pas nécessaire.
  2. Tomographie par ordinateur. À l’aide de la tomodensitométrie, le médecin est en mesure d’observer simultanément sur l’écran d’ordinateur des images tridimensionnelles de divers tissus du corps du patient dans une section. Cela permet d'examiner en détail toutes les parties du corps de manière absolument absolue. La tomographie informatisée n'est pas une procédure obligatoire pour chaque cas individuel. La tomodensitométrie est habituellement prescrite en cas de suspicion de propagation de cellules cancéreuses. Malheureusement, la tomodensitométrie n’a pas été largement répandue dans notre pays et, très probablement, ne sera pas disponible sous peu, car la tomographie à rayons X représente une charge de rayonnement considérable sur tout le corps du patient. Pour cette raison, cela ne se fait pas sans raison suffisante.
  3. Radiographie des os du bassin et de la poitrine. Une radiographie révèle la propagation possible de cellules cancéreuses dans la poitrine. Les os plats et les côtes constituent la deuxième place pour la localisation principale des cellules cancéreuses. Malgré le fait que le cancer de la prostate se généralise à ce point dans seulement 5% des cas, les résultats de l’étude montrent que le cancer du poumon se forme chez 50% des hommes atteints d’un cancer grave de la prostate.
  4. Imagerie par résonance magnétique. Outre la tomodensitométrie, l'IRM (image par résonance magnétique) donne au médecin une image en 3 dimensions du corps du patient. Cette méthode est couramment utilisée pour diagnostiquer la propagation de cellules cancéreuses au tissu osseux ou aux ganglions lymphatiques. Cela permet d’établir le degré de développement d’un cancer non seulement localisé mais également propagé.
  5. Biopsie du ganglion lymphatique. La lymphadénectomie est la meilleure méthode pour déterminer si le cancer s'est propagé aux ganglions lymphatiques voisins. Son essence réside dans le fait que les nœuds individuels situés près de la prostate sont retirés, après quoi ils sont étudiés au microscope. Si d'autres tests, par exemple l'examen au radio-isotope du tissu osseux ou la tomodensitométrie ont révélé que les cellules cancéreuses s'étaient propagées bien au-delà de la prostate, aucune lymphadénectomie n'était effectuée. En règle générale, une telle analyse est utilisée pour confirmer les résultats de l'examen, indiquant que le cancer ne se transmet que dans la prostate.
  6. La laparoscopie. Sous anesthésie locale, le chirurgien fait 2 petites incisions le long de la paroi abdominale. À l'aide d'un long instrument chirurgical doté d'une chambre à fibre optique de petite taille (laparoscope), le médecin retire les ganglions lymphatiques de la région pelvienne du patient au moyen d'une incision. Après cela, ils sont envoyés pour analyse histologique. Cette méthode est utilisée plus souvent que la chirurgie classique, car il est plus doux pour le patient.

Les causes des tumeurs malignes de la prostate chez l'homme

La médecine scientifique n'a pas bien compris la question des causes pouvant conduire à des tumeurs malignes.

Un certain nombre de facteurs contribuent à la formation de cellules cancéreuses. C'est:

  • La génétique. Sur le plan scientifique, il a été prouvé que les hommes ayant des parents atteints d'un cancer de la prostate sont à risque. Ce facteur augmente deux fois le risque de contracter la maladie.
  • La restructuration du corps au niveau hormonal. Les représentants du sexe fort ont une hormone masculine - la testostérone. Certains souffrent de cette carence et, dans d’autres, il est produit en trop grande quantité. Les deux situations entraînent un fonctionnement instable du corps. Une surabondance de testostérone peut stimuler la croissance des cellules cancéreuses.
  • Âge Chez les hommes de plus de soixante ans, le risque de développer un cancer de la prostate augmente considérablement.
  • Régime alimentaire. Pas étonnant qu'ils disent qu'un régime alimentaire sain contribue à améliorer le travail de tous les systèmes du corps. Les hommes qui surveillent leur alimentation réduisent considérablement le risque de tumeur maligne.

Le degré de malignité du carcinome de la prostate

Il est possible de déterminer le degré de malignité en procédant à une biopsie des particules tissulaires du patient. Le pathologiste a la responsabilité de poser un diagnostic fondé sur une analyse scientifique des éléments microscopiques du tissu.

La biopsie est une procédure indispensable pour le diagnostic du cancer. Il aide à déterminer avec précision les cellules de la tumeur nouvellement découverte: bénignes ou malignes.

Dans le cas où un spécialiste a déterminé que des cellules cancéreuses sont présentes dans le corps du patient, il devrait indiquer dans son rapport le degré de malignité de la maladie. Cet indicateur dépend de trois composantes:

  • un type de cellule cancéreuse;
  • le niveau et le taux de croissance de la tumeur;
  • se propager aux tissus adjacents.

Le pathologiste utilise dans son travail deux cellules - cancéreuses et saines. Par analyse comparative, il identifie leurs différences. Plus la cellule malade présente des différences, plus la maladie progresse de manière agressive.

  1. Le premier degré est diagnostiqué si la cellule cancéreuse est presque identique à la cellule normale.
  2. Les degrés de la seconde à la quatrième ont les signes suivants: la composition de la tumeur varie - certaines particules ressemblent à des tissus sains, d'autres au contraire diffèrent de manière significative.
  3. Et le dernier degré, le cinquième degré, concerne les dernières étapes de la progression du cancer de la prostate. L'organe est complètement touché, les cellules cancéreuses sont localisées au hasard.

L'échelle de Gleason répond à la question sur le taux de croissance ultérieur d'une tumeur maligne. Les pathologistes disent: si le cancer est diagnostiqué et qu'un degré inférieur à six est déterminé sur une échelle, les chances de guérison augmentent considérablement. Ce niveau de maladie répond bien au traitement standard. Un diplôme supérieur à six donne des raisons de parler de la négligence du cancer de la prostate et de son développement rapide.

Traitement de la tumeur de la prostate

En raison du développement lent de la malignité, il est rarement possible de la détecter vous-même. Au début, la prostate ne dérange pas un homme. Seulement quelques années plus tard, une tumeur maligne se fera sentir, car il lui faudra exactement autant de temps pour se développer deux fois.

Dans certains cas, les cellules cancéreuses ne se propagent pas au-delà de la prostate. Cela réduit considérablement les effets de la maladie sur l'espérance de vie. Mais si la maladie malheureuse commençait à toucher d'autres organes, le pronostic est généralement décevant: les médecins ne donnent pas plus de trois ans.

Il existe plusieurs options de traitement pour le cancer de la prostate. Pour certains patients, la combinaison de plusieurs méthodes de traitement est optimale, par exemple la chirurgie, puis la radiothérapie.

Le type de traitement que vous et votre médecin choisirez dépend de plusieurs facteurs: la rapidité avec laquelle le cancer se développe, son extension, votre âge et votre état de santé général, ainsi que les avantages et les éventuels effets secondaires d’un traitement particulier.

Tactique en attente pour le cancer de la prostate - une méthode utilisée dans les premiers stades de la maladie. Le traitement ne commence que lorsque la tumeur est petite, localisée et ne se développe pas davantage. Dans le même temps, la personne est constamment sous la surveillance d'un médecin, passe régulièrement un test sanguin pour un marqueur diagnostiquant le cancer de la prostate - PSA (antigène spécifique de la prostate) et subit une échographie de la prostate.

  • Cryothérapie du cancer de la prostate - destruction de la tumeur par basses températures. Selon l'efficacité de cette méthode de traitement est comparable à la radiothérapie. Les meilleurs résultats sont obtenus si la tumeur est de petite taille et si la cryothérapie est associée à une hormonothérapie.
  • La curiethérapie est une méthode alternative pour irradier la prostate aux premiers stades de la maladie. L'essence de la méthode: sous le contrôle des ultrasons, des granules d'iode radioactif sont injectés dans la prostate, ce qui permet d'obtenir une dose élevée de rayonnement dans la zone d'ozlokachestvlenie et de ne pas pratiquement souffrir des tissus environnants. La procédure d’introduction des capsules prend environ une heure et est effectuée en ambulatoire, ce qui la distingue des autres types de radiothérapie.
  • Hormonothérapie des tumeurs malignes de la prostate. Le cancer de la prostate étant une tumeur hormono-dépendante, le traitement antiandrogène (hormones sexuelles bloquantes) est efficace chez certains patients. En règle générale, l'hormonothérapie pour le cancer de la prostate est utilisée lorsqu'il est impossible d'utiliser d'autres méthodes de traitement.
  • Chimiothérapie pour le cancer de la prostate. Lorsque la chirurgie et l'irradiation des tumeurs de l'adénome de la prostate ne donnent pas de résultats, l'efficacité de l'hormonothérapie diminue progressivement et la tumeur continue de se propager, une chimiothérapie est prescrite au patient. La chimiothérapie est également utilisée en cas de métastase. Lorsque le cancer de la prostate est diagnostiqué, les métastases apparaissent généralement dans les os. Pour arrêter leur croissance et soulager la douleur, une chimiothérapie est prescrite. Comme son nom l'indique, la chimiothérapie est utilisée pour détruire les cellules cancéreuses à l'aide de produits chimiques, des médicaments qui combattent le cancer. Ces médicaments peuvent être administrés par voie intraveineuse ou pris sous forme de pilule.

Effets secondaires de la chimiothérapie

Malheureusement, les traitements de chimiothérapie pour le cancer de la prostate peuvent avoir des effets secondaires désagréables, car les médicaments anticancéreux sont toxiques et préjudiciables non seulement aux cellules cancéreuses, mais également aux cellules saines.

Les effets secondaires peuvent inclure la perte de cheveux, des nausées, des vomissements, de la fatigue, des troubles intestinaux et une immunité réduite aux maladies infectieuses.

Le degré de manifestation des effets secondaires chez différentes personnes est différent. Dans certains cas, ils peuvent être modérés, alors que dans d'autres, ils peuvent être plus prononcés.

Parfois, la chimiothérapie peut atténuer les symptômes d’un cancer grave, comme la douleur qu’il provoque. Cependant, à ce jour, rien n'indique que la chimiothérapie puisse prolonger la vie des hommes atteints d'un cancer avancé.

Dans le traitement du cancer de la prostate, la chimiothérapie n'a pas un effet aussi bénéfique que dans le traitement d'autres types de cancer. En outre, certains effets secondaires de ce traitement ne peuvent qu'engendrer des inconvénients, alors que d'autres peuvent entraîner des problèmes plus graves, tels que, par exemple, une immunité altérée, une diminution de la capacité du corps à lutter contre l'infection.

  • Intervention chirurgicale - prostatectomie radicale - la principale méthode de traitement pour le diagnostic du carcinome de la prostate. De nos jours, une opération peut être pratiquée de manière très habile - en utilisant des techniques modernes qui permettent non seulement de minimiser les pertes de sang, mais également de maintenir le sphincter de la vessie (et en même temps la capacité de retenir normalement l'urine) et la fonction sexuelle. Cependant, la préservation des fonctions physiologiques et le pronostic après une chirurgie dépendent du stade du cancer de la prostate. La chance de vivre pleinement pendant environ 10 ans est réservée à ceux (mais pas à tous) opérés à un stade précoce, lorsque les ganglions lymphatiques n'étaient pas encore atteints. Avec une germination étendue, une rémission prolongée ne survient que chez 40% des patients ayant subi une intervention chirurgicale pour diagnostic de cancer de la prostate. Le pronostic se détériore considérablement - des métastases à distance sont inévitables si les ganglions lymphatiques sont déjà atteints ou si les vésicules séminales ont germé. Parfois, après une chirurgie, cancer de la prostate, en cas de doute sur le retrait complet de la tumeur, une radiothérapie ou une hormonothérapie est utilisée, mais son efficacité et son utilité ne font pas l'objet d'une enquête complète.
  • Radiothérapie Avec des options localisées, les médecins luttent généralement contre la radiothérapie. Cette procédure est utilisée pour les métastases. Il est nécessaire de prendre en compte son effet sur l'état du patient - un homme de cet âge ne peut pas souffrir d'effet secondaire d'un tel traitement. Tout dépend de l'état général. Si le patient est capable de subir une intervention chirurgicale, on lui demande alors de retirer la prostate. Bien entendu, cette action a des résultats positifs, car l’objet est supprimé, ce qui empêche la propagation future du cancer. Mais cette méthode a des conséquences très graves, pouvant même conduire à l'impuissance. Les hommes qui ont subi une telle opération se plaignent souvent d'incontinence.
  • Prostatectomie. Cette méthode convient aux jeunes hommes qui peuvent facilement subir une intervention chirurgicale. Si la radiothérapie a déjà été utilisée auparavant, l'opération ne donnera pas de résultat positif. Mais après cela, cette thérapie peut grandement améliorer les performances.

Comme mentionné précédemment, la testostérone provoque la croissance des cellules cancéreuses. En conséquence, des inhibiteurs hormonaux mâles spéciaux doivent être pris pour que le traitement puisse se dérouler avec plus de succès.

Les médicaments

Médicaments réduisant la production de testostérone. Les testicules produisent environ 95% de tous les androgènes sous forme de testostérone. Dans les testicules, il est produit par les cellules de Leydig en réponse à une stimulation avec une hormone spéciale - l'hormone lutéinisante (LH), créée par la partie sécrétoire d'un vêlage spécial du cerveau - l'hypophyse. L'hypophyse, à son tour, ne «décide» pas de la production de l'hormone lutéinisante elle-même, mais «à la demande» du plus haut centre de régulation hormonale du corps humain, l'hypothalamus. Cette "commande" est transmise sous forme d'hormone de libération, l'hormone lutéinisante de l'hypothalamus (LGRH).

L'une des méthodes hormonales de traitement consiste à établir un blocage chimique empêchant le passage de signaux aux testicules indiquant la nécessité de produire de la testostérone. Certains médicaments, appelés agonistes de la LHRH, peuvent interférer avec ce trajet du signal. Ces médicaments sont des hormones synthétiques similaires à l'hormone naturelle LHRH. Mais ils désactivent le mécanisme d'activation de la LH, au lieu de le lancer, et les testicules ne reçoivent pas de signal pour produire de la testostérone.

Les agonistes les plus connus de la LHRH sont la goséréline, la triptoréline et la leuproréline. Ils sont périodiquement introduits dans le corps.

Traitement des remèdes populaires

La médecine traditionnelle propose de nombreuses recettes pour toutes les maladies et, comme nous le voyons, le cancer de la prostate ne fait pas exception. Toutefois, avant de commencer à utiliser une ordonnance, les experts appellent pour consulter votre médecin.

Toutes les plantes ne sont pas aussi utiles et inoffensives que cela puisse paraître. Si une personne prend un médicament en même temps, les résultats peuvent être imprévisibles.

Les maladies de la prostate sont assez bien traitables par des méthodes alternatives et populaires. Il existe plusieurs moyens naturels de maîtriser la maladie et l’utilisation de la méthode du cancer de la prostate par immunothérapie peut permettre une guérison complète.

Par exemple, des employés de l’Université de Harvard ont découvert que la consommation de lycopène (contenu dans les tomates) de 45% réduisait le risque de cancer de la prostate chez 48 000 personnes consommant au moins dix portions de tomates par semaine.

La grenade réduit les effets des toxines du cisplatine (un agent chimiothérapeutique utilisé par les oncologues) sur les reins et le foie. Il est confirmé qu'un verre de jus de grenade par jour peut ralentir 67% des cancers de la prostate avec métastases au stade progressif. Des expériences de laboratoire ont montré que la grenade était plus efficace que le paclitaxel (cytostatique), dont le nom commercial est Taxol, utilisé pour traiter le cancer de l’ovaire pancréatique.

La grenade contient de nombreuses substances pouvant supprimer les cellules cancéreuses, à savoir: les flavonoïdes, les anthocyanes, les tanins (acide ellagique, la quercétine, la punicalagine). L'un des antioxydants les plus actifs du fruit est la punicaagine, considérée comme l'antioxydant naturel le plus puissant. La grenade contient des catéchines similaires aux catéchines du thé vert.

La silymarine est l'ingrédient qui guérit le chardon et qui provient des graines de cette plante. La silymarine a des propriétés chimiothérapeutiques et réduit les effets secondaires de cette procédure. Il confère au cisplatine, au paclitaxel et à la doxorubicine une efficacité accrue dans le traitement du cancer de la prostate de grade 3 et 4. Le chardon-Marie aide également à réguler le niveau d'œstrogène dans le sang et les tumeurs hormono-dépendantes. Actuellement, sa capacité à prévenir, mais également à traiter le cancer des testicules et des ovaires est connue.

En cas de cancer de la prostate, le traitement traditionnel consiste principalement à utiliser des ingrédients à base de plantes. Les bons effets sont attribués aux cônes de houblon, à partir desquels la teinture est préparée (cônes et alcool selon un rapport de 1: 4) ou la décoction. Le bouillon est préparé à raison de 2 cuillères à soupe de cônes par demi-litre d’eau bouillante. Teinture à prendre 40 gouttes trois fois par jour et un demi-verre de bouillon.

Les remèdes populaires contre le cancer de la prostate utilisent également la chélidoine. Cette plante fait partie de nombreuses recettes de guérison, mais il existe toujours un avertissement concernant le dosage, car le dépasser peut avoir des conséquences indésirables. Pour faire du thé de chélidoine, versez trois litres d’eau bouillante dans une cuillère à soupe d’herbes hachées et laissez infuser pendant 8 heures. Boire une décoction de 1 verre chaud avant les repas du matin et du soir pendant 40 minutes.

Les objectifs principaux sont l'activation des cellules mononucléées, l'augmentation du nombre et de l'activité des cellules tueuses naturelles, l'amélioration de la production d'interférons, d'un certain nombre de cytokines nécessaires et de facteurs de protection antitumoraux non spécifiques. En définitive, tout cela vise à améliorer la reconnaissance de la tumeur par le système immunitaire et sa destruction.

SUR NOTE

L’immunothérapie des tumeurs de la prostate vise à lancer le processus de guérison naturelle du corps.

Pronostic pour la guérison du cancer de la prostate

Statistiques sur les tumeurs malignes et le cancer de la prostate en Russie. Selon les statistiques sur les ransprostats en Russie, le nombre de cas augmente chaque année de 8% à 9% (soit 34 000 nouveaux cas).

  • En 2000, 37 442 patients atteints d'un cancer de la prostate étaient enregistrés dans des hôpitaux russes et, en 2010, ce chiffre avait augmenté de 155%, pour atteindre 107 942 patients.
  • Sur le nombre total de décès dus à des néoplasmes malins chez les hommes (données de 2012), les tumeurs de la prostate représentaient 7,1%. Au total cette année, plus de 5 250 personnes sont décédées des suites de divers types de maladies malignes.
  • À l'heure actuelle, les indicateurs russes de l'augmentation de l'incidence du cancer de la prostate sont 4 fois plus élevés qu'aux États-Unis et 2,5 fois plus élevés que ceux de la population européenne.
  • Dans le cancer de la prostate, le pronostic est souvent défavorable en raison de la détection tardive et de la survenue précoce de métastases multiples. Malheureusement, environ 90% des cancers de la prostate sont détectés au stade III - IV.
  • La prostatectomie radicale, pratiquée à un stade précoce du cancer chez les patients de moins de 70 ans, assure une survie de 10 à 15 ans. En général, après un traitement, le taux de survie au stade I-II est de 85%, au stade III -50%, au stade IV-20%.

La sexualité et l'activité physique sont-elles possibles dans le cancer de la prostate?

Les relations sexuelles avec un cancer de la prostate sont possibles. Cependant, le traitement n'exclut pas divers effets secondaires, notamment l'impuissance sexuelle.

IMPORTANT À SAVOIR
La perte d'intérêt pour le sexe peut être un effet secondaire d'une opération d'ablation des testicules (orchidectomie) ou d'un traitement hormonal.

Certains hommes craignent qu'en ayant des relations sexuelles avec le cancer de la prostate, ils puissent transmettre la maladie par le sperme à leur partenaire. Une tumeur maligne n'est pas contagieuse et ne peut pas être transmise à une autre personne.

En ce qui concerne l’activité physique dans le cancer de la prostate, c’est un pas important dans la voie du rétablissement de la santé. Mais avant l'exercice, vous devez vous mettre d'accord sur un plan d'entraînement avec votre médecin.

Les exercices sur le cancer de la prostate devraient avant tout viser à renforcer les muscles pelviens. La charge devrait être petite, mais constante.

Les types d'activité physique les plus sûrs et les plus bénéfiques pour le cancer de la prostate:

  • la natation;
  • marche rapide;
  • vélo d'exercice;
  • aérobic légère dans le groupe de la thérapie physique;
  • Exercices de Kegel pour la rééducation après la chirurgie et une meilleure rétention de l'urine. Lorsque l’incontinence urinaire provoquée par le vélo d’exercice ou les sports nautiques est préférable, elle vaut mieux s’abstenir.

Prévention

Pour aider votre corps à faire face à des problèmes inutiles et à réduire le risque de cancer, vous devez vous rappeler:

  1. Enquête annuelle. La détection rapide de tumeurs malignes dans la prostate augmentera considérablement les chances de guérison. (Les premiers stades peuvent être très bien traités.) Les personnes âgées de plus de 40 ans et celles qui ont un cancer de la prostate dans leur famille devraient subir un examen rectal chaque année et faire un test de dépistage du cancer asymptomatique.
  2. Bonne nutrition. Les viandes grasses et les aliments d'origine animale doivent être exclus du régime alimentaire. (Il devrait être préféré nourriture végétale).
  3. Activités sportives. Il a été scientifiquement prouvé que les personnes qui subissent un stress physique au moins quinze minutes par jour réduisent le risque de cancer de la prostate dans leur corps.

Beaucoup d'hommes ont peur ou la honte avant de consulter un médecin, car la prostate est responsable de la production de liquide séminal. Mais n'oubliez pas qu'un diagnostic rapide et de haute qualité sauve des vies. Chaque représentant du sexe fort devrait décider par lui-même qu'il est obligatoire de prendre soin de la santé de la prostate.

ATTENTION

La prévention du cancer de la prostate doit être systématique et quotidienne. Ce n’est qu’alors que cela réduira le risque de tumeur.

Les hommes chez qui on a diagnostiqué une tumeur de l'adénome de la prostate devraient:

  • Maintenir un poids santé.
  • Surveiller l'apport en calcium. Ne prenez pas de doses supérieures à l'apport quotidien recommandé (plus de 1500 mg de calcium par jour).
  • Il y a plus de poissons - les données de plusieurs études montrent que les poissons peuvent aider à se protéger contre le cancer de la prostate, car ils contiennent de l'oméga «bon gras».
  • Évitez les acides gras trans (présents dans la margarine).
  • Évitez de fumer et de boire de l'alcool avec modération (1 à 2 verres par jour).
  • La prévention du cancer de la prostate chez l'homme comprend la restriction des multivitamines. Une trop grande quantité de vitamines, en particulier d'acide folique, peut nourrir le cancer, et les suppléments de multivitamines ne sont probablement pas nocifs. Et si vous suivez un régime alimentaire sain avec beaucoup de fruits, de légumes, de grains entiers, de poisson et d'huiles saines, les multivitamines pour hommes ne seront pas nécessaires.

Bonne nutrition

La santé humaine dépend de la qualité de la nourriture. Les produits nocifs affectent de nombreux systèmes vitaux du corps. Les oncologues affirment que le traitement produira le meilleur effet si le patient prend le temps de revoir son régime alimentaire. Cela dépendra de la force de l’immunité et donc de la capacité de combattre l’ennemi interne.

Comment améliorer votre alimentation? Les scientifiques conseillent ce qui suit:

  1. L'eau est une source de santé. Chaque personne a besoin de deux litres de liquide par jour. L'eau peut être remplacée par des jus, des compotes ou des boissons lactées. Mais le thé et le café ne font pas partie de cette liste. Le traitement du cancer a de nombreux effets secondaires, notamment la déshydratation. Cela signifie que l'eau est simplement nécessaire pour les patients atteints de tumeurs malignes de la prostate.
  2. Les protéines devraient être la base de tout le régime. Les tissus du corps humain sont constitués d'une structure protéique. Pour leur récupération correcte et saine, il est nécessaire de consommer cette matière organique dans le calcul de 1,1 à 1,3 protéine par kilogramme de poids. Les aliments riches en protéines comprennent les produits laitiers, la viande et les œufs.
  3. Nutrition complète. Les besoins de chaque personne sont différents. Cela dépend du poids, du taux métabolique, du désir de récupération. Mais en moyenne, on calcule que pour chaque kilogramme de poids, un patient atteint de cancer doit consommer 33 calories par jour. Cet indicateur peut être augmenté si le patient souffre d'une perte de poids rapide.
  4. Complexes de vitamines. Même un corps en parfaite santé souffre parfois d'un manque d'oligo-élément. Et les patients cancéreux d'autant plus. Avec l'aide de complexes multivitaminés, vous pouvez satisfaire vos besoins quotidiens en nutriments.
  5. L'aide d'un nutritionniste professionnel. Une visite à un tel spécialiste n’interférera pas, il rédigera une ration quotidienne en détail.