Principal
Des analyses

Complications après le retrait de l'adénome de la prostate

Toute intervention chirurgicale est associée à l’un ou l’autre risque de complications. La fréquence d'apparition de complications après le retrait de l'adénome de la prostate dépend du type d'intervention chirurgicale, des compétences du chirurgien et de l'état de santé du patient avant l'opération.

Les complications après le retrait de l'adénome de la prostate peuvent être divisées en début et en fin. Des complications précoces apparaissent dans les premiers jours ou semaines suivant l'opération, tandis que des complications tardives peuvent apparaître après des mois, voire des années.

Complications précoces après le retrait de l'adénome de la prostate

Les complications les plus fréquentes dans les premières années suivant le retrait de l'adénome de la prostate sont les suivantes: troubles urinaires, apparition de sang dans les urines, voire saignements, nécessitant une transfusion sanguine, rétention urinaire aiguë et infections du système urinaire.

Trouble urinaire

En règle générale, la chirurgie soulage les voies urinaires inférieures chez les hommes immédiatement après le retrait de l'adénome de la prostate, mais parfois après la chirurgie, il se produit une aggravation temporaire des symptômes de la maladie. Les sensations désagréables augmentent pendant la miction ou le contrôle du processus de vidange de la vessie est perturbé, etc. Habituellement, après quelques semaines après la chirurgie, ces complications disparaissent de manière indépendante et la miction est normalisée.

Sang dans l'urine

L’apparition de sang dans les urines est observée dans presque 100% des cas après résection transurétrale de l’adénome de la prostate, ce qui est normal. Le premier jour après la chirurgie, l'urine peut être fortement colorée avec du sang, mais l'intensité de la coloration diminue progressivement. Les médecins savent que même 10 ml de sang peuvent exprimer un litre d'urine. Cette «perte de sang» ne déclenche donc aucune alarme.

En outre, du sang dans les urines peut apparaître plusieurs semaines après l'opération, lorsqu'une croûte (escarre) se forme dans la zone de résection ou de coagulation. En règle générale, ce phénomène ne nécessite aucune intervention médicale et est arrêté seul.

Très rarement, après une intervention chirurgicale, le patient peut développer une hémorragie grave nécessitant une transfusion sanguine. Cette perte de sang est considérée comme une complication de l'opération. Le risque de complications est plus élevé chez les patients prenant des médicaments anticoagulants (aspirine, clopidogrel, etc.). En général, pour réduire le risque de complications après le retrait de l'adénome de la prostate, le médecin recommande d'arrêter de prendre ces médicaments pendant 7 à 10 jours avant la chirurgie. N'oubliez pas que vous devez boire plus de deux litres de liquide par jour, ne pas soulever de poids et limiter la consommation de boissons contenant de la caféine. Cela aidera à prévenir le développement de complications.

L'élimination de l'adénome de la prostate par un laser est associée à un risque plus faible de sang dans l'urine, car pendant le fonctionnement du laser, la coagulation se produit en parallèle, autrement dit, les vaisseaux sont scellés, ce qui empêche le développement de cette complication.

Rétention urinaire aiguë

En règle générale, la rétention urinaire aiguë se développe à la suite d'un blocage de l'urètre avec un caillot de sang, d'un fragment de prostate retiré, ou d'un œdème postopératoire de la partie restante de la prostate. La fréquence de rétention urinaire aiguë après le retrait de l'adénome de la prostate peut varier de 1 à 20%. L'introduction d'un cathéter dans la vessie évite le développement de cette complication. Après quelques opérations, le cathéter est retiré après 24 heures et, dans certains cas, un cathétérisme plus long est nécessaire.

Infection des voies urinaires

Les infections des voies urinaires après le retrait de l'adénome de la prostate peuvent se développer dans 2 à 20% des cas et se manifester par les symptômes suivants:

  • La fièvre;
  • Des frissons;
  • Nausée, vomissements;
  • Douleur abdominale ou lombaire inférieure;
  • Turbidité de l'urine, apparition dans l'urine d'impuretés pathologiques (sang, mucus).

Très rarement, les bactéries peuvent pénétrer dans le sang et causer une complication aussi grave que la septicémie.

Le développement d'une infection est souvent associé au non-respect des recommandations médicales par le patient.

Après l'élimination de l'adénome de la prostate, le médecin vous prescrit des antibiotiques pour prévenir les complications infectieuses afin d'éviter les complications énumérées. Ne négligez pas les prescriptions du médecin et prenez les antibiotiques comme recommandé.

Complications tardives après la chirurgie

Les complications les plus graves après le retrait de l'adénome de la prostate:

  • Dysfonctionnement sexuel masculin: éjaculation rétrograde et dysfonctionnement érectile;
  • Incontinence urinaire;
  • Constriction de l'urètre ou du col vésical.

La fréquence des complications dépend du type d'intervention chirurgicale. Les informations sont présentées dans le tableau:

Résection transurétrale

Élimination de l'adénome au laser

Amélioration des symptômes I-PSS

Améliorer le débit maximal d'urine (ml / s)

Quelles sont les conséquences après le retrait de la prostate?

L'élimination de la prostate est la méthode de traitement la plus extrême utilisée par les médecins lorsqu'il est impossible de la traiter efficacement. L'intervention chirurgicale est utilisée pour le cancer de la prostate, ainsi que pour l'adénome de la prostate, lorsqu'un homme a du sang dans ses urines et que d'autres problèmes surviennent lors de la miction. Naturellement, après toute opération, il y aura des conséquences et des complications, qui seront discutées.

Chirurgie d'enlèvement de prostate

Afin de comprendre quelles conséquences peuvent survenir après le retrait de la prostate, il est nécessaire de présenter clairement les opérations modernes (interventions chirurgicales), à l'aide desquelles l'adénome et la prostate, atteints d'un cancer ou d'une tumeur bénigne, sont enlevés.

Opération moderne pour enlever les adénomes.

  • Le moyen le plus simple de résoudre le problème de l'adénome de la prostate, qui serre l'urètre, consiste à utiliser un résectoscope spécial, à faire une incision sur la prostate et à libérer le canal du pressage. De telles opérations (incisions) ont des complications minimes et leurs conséquences sont rapidement tolérées par les hommes de tous âges. Mais ils ne sont pas prescrits pour le cancer et une tumeur bénigne hautement développée de cet organe.
  • La chirurgie La TUR (résection transurétrale de la prostate) est plus complexe et sert à retirer le tissu prostatique ayant subi une modification (par exemple, cancer de la prostate, présence d'adénome de la prostate). Elles sont réalisées en insérant dans l’urètre un instrument spécial permettant d’enlever les tissus affectés et de procéder à la cautérisation des vaisseaux sanguins endommagés. Les complications et les conséquences après de telles interventions chirurgicales peuvent être plus graves, surtout si des erreurs médicales importantes ont été commises.
  • Chirurgie pour enlever complètement la prostate (prostatectomie radicale), qui est touchée par le cancer. Ce type de chirurgie est également utilisé pour les adénomes sévères de la prostate. Les complications après le retrait de cet organe peuvent être différentes, mais vous devez savoir que le retrait complet est la prévention de la progression du cancer et de la propagation des métastases vers d'autres organes. Cette méthode radicale est également utile en cas d’adénome sévère de la prostate, lorsque les autres méthodes de traitement ne donnent aucun effet positif.

Mais si les complications graves ont disparu, la chirurgie est indispensable.

Comment restaurer la puissance après le retrait de la prostate

Les patients atteints d'adénome de la prostate se rendent souvent à la table d'opération. Les méthodes modernes permettent des interventions avec une perte de sang minimale et sans contact avec les terminaisons nerveuses. Pas moins que l'issue de l'opération, les hommes sont préoccupés par le rétablissement de la puissance après le retrait de la prostate.

Indications pour le traitement chirurgical de l'adénome de la prostate

Indications de retrait:

  1. Tumeur maligne ou cellules cancéreuses identifiées à la suite du diagnostic.
  2. Problèmes d'urination à travers le cathéter pendant une longue période.
  3. Insuffisance rénale sous n'importe quelle forme.
  4. Urolithiase, lorsque les dépôts ne passent pas par le canal urétral, et le bloquent.
  5. Infection dans les voies urinaires.
  6. Écoulement de sang dans l'urine.

La décision d'une intervention chirurgicale radicale est prise par l'urologue après un diagnostic complet. Avec la bonne thérapie, si l’opération chirurgicale produit un effet positif, la réponse à la question: si vous retirez la prostate, l’évolution de la puissance sera optimiste. Dans certains cas, le rétablissement est possible après moins de six mois de prostatectomie.

Méthodes chirurgicales

Dans la pratique médicale, il existe plusieurs types de chirurgie pour enlever la prostate. Le type d'opération dépend du type de tumeur, des complications et des comorbidités. Ce que l'opération propose:

  1. Résection transurétrale. Il est conduit à travers le canal urétral à l’aide d’un instrument en boucle et d’une caméra optique. Le médecin voit à quel point le tissu est affecté au cours du processus et élimine toute la tumeur. La tâche prioritaire ici est de préserver la prostate. Il y a peu de complications après ce type de résection.
  2. Adénomectomie. Par une petite incision dans le bas de l'abdomen. Le médecin gratte la tumeur. C'est une méthode assez traumatique. La période de rééducation après l’adénomectomie est de 12 semaines.
  3. Faisceau laser Un composé spécial est injecté dans la tumeur. Il est ensuite chauffé à l'aide de la chaleur d'un faisceau laser. Le fluide chauffe et détruit le tissu tumoral. Il s'agit d'une procédure peu invasive avec une perte de sang minimale. La récupération est rapide et pratiquement indolore.

Plus tôt un homme se rend chez un médecin, plus le risque de transformation d'une tumeur en un type cancéreux est faible et plus il est probable que son potentiel sera pleinement rétabli après le retrait de la glande de la prostate.

Effets postopératoires possibles

Des complications surviennent après l'excision de la tumeur ou l'ablation complète de la prostate. Quelles complications apparaissent après:

  1. Retarder la miction.
  2. L'incontinence La vessie après le retrait de l'adénome de la prostate n'est pas immédiatement restaurée. Pendant un certain temps, il peut ne pas retenir l'urine. La complication disparaît avec le temps sans traitement.
  3. Urine avec du sang. Quelques gouttes de sang dans l'urine pendant plusieurs jours ne constituent pas un processus pathologique. Cependant, lorsque l'urine avec des caillots sanguins est libérée pendant une longue période, une douleur intense apparaît, un diagnostic et un traitement sont nécessaires. La vessie est ouverte et cousue.
  4. Processus inflammatoire. Immédiatement après la chirurgie, il y a une légère inflammation dans la région opérée. C'est normal Dans certains cas, l'inflammation est accompagnée d'une infection. La température augmente, l'état général du corps se dégrade et une thérapie est mise en œuvre pour éliminer l'inflammation et les infections.
  5. Syndrome transurétral. En cas de surdosage de fluide injecté dans l'urètre, un syndrome postopératoire apparaît, qui s'accompagne de tachycardie, de confusion, de vomissements, de crises de panique. Besoin de soins médicaux urgents. Sinon, il se produit un choc anaphylactique et une accumulation de liquide dans les tissus cérébraux cérébraux. Il est nécessaire de normaliser l'équilibre électrolyte-eau.
  6. Dysfonctionnement de l'éjaculation. L’imprécision technique au moment de l’intervention fait que le liquide séminal n’est pas retiré, mais reste dans la vessie. La complication survient rarement et n'est pas traitée.
  7. La dysfonction érectile après le retrait de la prostate survient généralement si, avant l’intervention chirurgicale, il existait des problèmes d’activité. Ensuite, même après la résection de la prostate, la puissance peut ne pas récupérer.

Le bon mode de réadaptation est très important pour le patient. Si une résection partielle de la prostate était réalisée, une récurrence de la maladie est possible avec des complications. Par conséquent, vous devez suivre scrupuleusement tous les conseils d'un médecin. C'est la prévention la plus fiable des récidives et des complications.

Conditions de récupération rapide

La durée de la récupération d'une érection après le retrait de la prostate, le fonctionnement de tous les systèmes de l'organisme dépendent de plusieurs facteurs: le type d'opération, l'âge du patient, les comorbidités et le degré d'atteinte de la prostate. La période de renouvellement varie d'un mois à un an et demi.

Si la prostate est complètement retirée, la rééducation peut prendre environ deux ans. La tâche des médecins est de prévenir l’apparition de nouvelles tumeurs malignes. Le renouvellement du pouvoir masculin s’efface par la suite. Le patient doit consulter l'urologue au moins deux fois par an après son rétablissement complet.

  1. Traitement de la toxicomanie. Des antibiotiques sont nécessaires pour prévenir la survenue d'une prostatite après une chirurgie. Il est important de minimiser le risque d'introduction d'agents pathogènes infectieux dans la zone opérée. Pour accélérer la cicatrisation et réduire la douleur, des médicaments anti-inflammatoires et analgésiques sont prescrits.
  2. Bon boire. Vous devez boire beaucoup: les scories sont enlevées et les tissus sont restaurés. La quantité optimale d'eau est de 15 verres par jour.
  3. Reste Au cours des quatre premières semaines, il ne devrait y avoir aucune activité physique. Il est impossible de se déplacer brusquement ou de soulever un poids pesant plus de trois kilogrammes.
  4. Bon travail intestinal. La défécation devrait avoir lieu quotidiennement. La constipation entrave le processus de guérison. Vous pouvez utiliser des laxatifs pour nettoyer les intestins.
  5. Restriction de la vie sexuelle. Le patient devra oublier le sexe du mois pour deux, pas moins. Habituellement, pendant cette période, une érection commence à se rétablir après le retrait de la prostate.

La mise en œuvre de ces recommandations accélérera la rééducation après une intervention chirurgicale et la restauration du pouvoir masculin progressera plus rapidement.

Un peu moins de la moitié des hommes après une intervention chirurgicale sur la prostate sont confrontés à des modifications négatives de leur pouvoir. Cependant, dans la plupart des cas, il est possible de rétablir l'activité et l'activité sexuelles après le retrait de la prostate.

Si l'impuissance est apparue après une lésion des terminaisons nerveuses pendant l'opération, elle ne peut pas être restaurée.

Comment restaurer la fonction érectile:

  1. Médicaments. Les médecins prescrivent des inhibiteurs: "Viagra", "Cialis" et d’autres médicaments pour éviter la fibrose.
  2. Avec exercice. Il est recommandé de faire des exercices spéciaux pour renforcer les muscles intimes internes, développés par le Dr Kegel.
  3. Début opportun de l'activité sexuelle. Après deux mois et demi, vous devez commencer la vie sexuelle.

S'il n'est pas possible de rendre la puissance des méthodes ci-dessus, des prothèses de l'organe sexuel sont réalisées.

Médicaments et techniques efficaces

Pour reprendre l’activité après la chirurgie, les cours sont attribués:

  1. Ziden (udenafil). Le médicament sous forme de pilule. Améliore la fonction érectile;
  2. Villitra (vardénafil), un médicament qui améliore le flux sanguin vers les organes pelviens.
  3. Kamagra. Disponible sous forme de comprimés et de gel, il est indiqué pour augmenter la puissance.

En cas d'échec du traitement précédent, l'andrologue peut prescrire des injections intracaverneuses dans le pénis.

Moyens pour l'intracaecation, qui sont prescrits par un docteur:

De telles injections peuvent être faites indépendamment. La première fois, le médecin montre au patient comment injecter correctement le médicament dans l’organe. Il est nécessaire de le faire très soigneusement pour ne pas endommager les veines du pénis. Il ne devrait pas y avoir plus d'une injection par jour et pas plus de 2-3 fois en sept jours.

Suivre un régime

Il est très important de respecter une nutrition adéquate. Le régime contribue à renforcer le système immunitaire, élimine la constipation, la diarrhée, normalise l'écoulement urinaire. Réduit le gonflement, caractéristique après la chirurgie.

Comment manger après avoir enlevé l'adénome de la prostate:

  1. Le pouvoir devrait être fractionnaire i. petites portions mais souvent
  2. Consommez plus de légumes, fruits, légumes verts
  3. Produits de viande et de poisson cuits à la vapeur
  4. Deux à trois fois par semaine de la viande bouillie et du poisson cuit au four de variétés faibles en gras
  5. Mangez des produits laitiers régulièrement: kéfir, ryazhenka, fromage cottage, yaourt naturel
  6. Remplacez le thé et le café par des compotes, des jus de fruits et des boissons aux fruits pas très sucrées.

Ce qu'il faut exclure du régime:

  1. Vous ne pouvez pas gras, salé, frits, produits fumés non cuits.
  2. Pas de copeaux, craquelins et autres produits avec des conservateurs.
  3. Éliminer l'alcool, les boissons contenant de la caféine, le soda.

Un régime bien équilibré accélère la rééducation et la récupération.

Physiothérapie

L'exercice est interdit dans les huit premières semaines après la chirurgie. Après un repos, il convient de faire progressivement de l'exercice pour renforcer les muscles, mais le sang ne stagne pas dans les organes pelviens. Évitez les exercices de force, la course et le saut. Idéal - thérapie cardio et exercice. Le programme d'entraînement optimal est développé par l'instructeur en physiothérapie et le médecin traitant.

Des exercices séparés doivent être effectués pour redonner le tonus aux muscles du périnée. Par exemple, l'entraînement de Kegel renforce parfaitement le sphincter et a un effet bénéfique sur les organes pelviens, mais cela ne devrait être fait qu'après avoir consulté un médecin.

Faire des façons populaires

La médecine traditionnelle offre des méthodes artisanales de restauration de la puissance. Vous pouvez les appliquer avec un traitement médical, en complément. Des bouillons et des teintures d'herbes médicinales, des bains médicaux sont utilisés.

Opinion des médecins sur la reprise des fonctions

Selon les urologues, dans la plupart des cas, la réhabilitation de l’ancienne puissance après une intervention radicale est indépendante.

Conclusion

La reprise de la fonction érectile après une intervention chirurgicale sur la prostate est influencée par plusieurs facteurs. C'est l'âge du patient, la qualité de l'érection avant l'intervention et le déroulement du processus de rééducation. En aucun cas, ne peut pas précipiter ou en quelque sorte stimuler la fonction du système intime jusqu'à la fin de la période de régénération des tissus de la glande. La réussite de la période postopératoire est une garantie du rétablissement du pouvoir masculin.

Conséquences de l'ablation de la prostate en cas de cancer

L'élimination de la prostate est un moyen radical de traiter une maladie grave chez l'homme, le cancer de la prostate. Cette opération chirurgicale en pratique médicale s'appelle une prostatectomie. C’est souvent le seul moyen de sauver la vie du patient en retirant, avec la tumeur maligne, l’organe touché. Le traitement chirurgical peut avoir diverses conséquences. Il y a une incontinence temporaire d'urine et parfois une impuissance complète. Notre article traite de la possibilité d'une vie complète sans prostate et des conséquences possibles de cette opération.

Caractéristiques du stade postopératoire précoce

Quelle que soit la manière dont l'opération a été réalisée pour retirer la prostate le plus rapidement possible, son essence consiste à extraire cet organe et les tissus voisins touchés par le cancer. Le patient est envoyé dans l'unité de soins intensifs, où il reprendra conscience après l'anesthésie et préviendra les éventuelles conséquences négatives d'un traitement radical. Le patient prélève plusieurs fois du sang et de l'urine à des fins d'analyse, effectue un ECG pour lui et effectue d'autres études. Ensuite, il est transféré dans une unité régulière, où il se rétablira ultérieurement.

Les effets précoces après la chirurgie seront exclus si, pendant toute la durée de sa rééducation à l'hôpital, le patient respecte scrupuleusement toutes les prescriptions du médecin. Ils comprennent:

  1. Acceptation de médicaments antibactériens et analgésiques.
  2. Nutrition médicale dans le respect d'un certain régime.
  3. Retrait du drainage postopératoire et retrait des sutures.

De plus, le médecin vérifie régulièrement la cicatrisation de l'urètre, car une incontinence est possible après le retrait du cathéter. Les effets précoces de l'ablation de la prostate se traduiront par une divergence ou une suppuration des coutures, une infection des organes internes ou une période de rééducation prolongée. La récupération sera individuelle pour chaque cas. Sa durée est influencée par l'âge de l'homme et son état de santé général, le traitement antérieur, le degré de négligence du cancer, la localisation de la tumeur et la présence de métastases.

Après retrait du cathéter, incontinence urinaire possible.

La chirurgie visant à retirer la prostate sans conséquences implique des mesures correctives et un traitement à domicile. Les règles de base en seront les suivantes:

  • Exclusion de charges pendant 3 mois et relations sexuelles pendant 2 mois.
  • Promenades régulières.
  • Nutrition médicale.
  • Faire des exercices de Kegel.
  • Consommation de médicaments inhibiteurs qui rendent la puissance.
  • Surveillance régulière des taux d'antigènes spécifiques de la prostate, ce qui vous permet de contrôler le risque de récidive.

Le respect de toutes les règles ci-dessus permet à un homme de revenir à l'ancien mode de vie. Il est possible de se débarrasser du cancer de la prostate par la chirurgie pour toujours, tout en conservant son pouvoir masculin et la possibilité de fécondation.

Le premier trouble possible après la prostatectomie

Le bon déroulement de la période postopératoire précoce et le respect de toutes les recommandations du médecin assurent un rétablissement rapide. Mais l'homme ne retrouvera une vie normale que 3 mois après le retrait de la prostate. Une longue période de rééducation est nécessaire pour rétablir pleinement la santé et la fonctionnalité du corps masculin après l'opération. Le traitement sera réparateur et symptomatique. Pendant ce temps, vous pouvez éliminer les éventuels effets négatifs résultant du retrait de la prostate. Ils peuvent être:

  1. Miction douloureuse ou incontinence urinaire.
  2. Douleur à la place de la cicatrice ou du bas-ventre.
  3. Saignement ouvert.

Tous les effets précoces postopératoires ci-dessus ne doivent pas être laissés sans l'attention du médecin. Ils doivent être éliminés de toute urgence. Après le retrait de la prostate, l'homme devrait retrouver une vie normale sans souffrance ni douleur.

Après le retrait de la prostate, l'homme peut reprendre une vie normale au bout de 3 mois.

L'incontinence urinaire après s'être débarrassé du cancer est la complication la plus courante. Elle est causée par un blocage de l'urètre avec des caillots sanguins et un affaiblissement des muscles du plancher pelvien. Vous pouvez les renforcer avec des randonnées et des exercices réguliers, ce que le médecin vous expliquera. La thérapie physique est utilisée assez activement après le traitement du cancer de la prostate. Il renforce non seulement les muscles, mais augmente également la vitalité.

Que devrait être alerté dans la période de récupération?

Malheureusement, l'opération consistant à retirer la prostate ne se fait pas toujours sans heurts. La période postopératoire peut être non seulement longue, mais aussi extrêmement douloureuse et désagréable. Un homme qui décide de subir une excision chirurgicale de la prostate peut avoir de graves problèmes de santé. À savoir:

  • Gonflement des jambes dû à une lymphe stagnante.
  • Thrombose accrue dans les jambes.
  • Incontinence urinaire.
  • Constipation
  • Douleur abdominale, aggravée par la marche.
  • Dysfonction érectile

Il convient de noter que l’incontinence urinaire au début de la période postopératoire n’est pas une complication du tout. Il est noté chez presque tous les patients et passe un an et demi après l'opération, dès que les muscles du plancher pelvien sont renforcés.

Le cancer de la prostate peut radicalement changer le mode de vie des hommes. L'élimination de la prostate devient pour eux une nouvelle étape de la vie. Ils abandonnent leurs mauvaises habitudes et commencent à mener une vie saine. Marcher en plein air, faire du sport et une bonne nutrition garantissent un prompt rétablissement. Au maximum six mois, vous pouvez revenir à une vie normale, impliquant plaisir sexuel et plaisir sensuel. Lorsque la fonction érectile est sauvegardée, un homme entretient des relations sexuelles régulières au moins 2 fois par semaine. En l'absence d'un partenaire permanent, la masturbation apparaît. Ce sera un excellent entraînement pour les muscles du plancher pelvien, il vous permettra de restaurer rapidement les hormones et d’éliminer l’incontinence urinaire.

Après la chirurgie, vous devez entraîner les muscles du plancher pelvien.

Du fait des conséquences postopératoires tardives, pas un seul patient n’a été opéré pour subir une opération d’extraction de la prostate. Les raisons de leur apparition peuvent être très différentes, des caractéristiques individuelles du corps aux erreurs médicales. Ne peut être exclu:

  • Dysfonction érectile
  • Éjaculation rétrograde.
  • Incontinence urinaire.
  • Cicatrices de la vessie et des voies urinaires.
  • Anorgasmie ou rapports sexuels prolongés.
  • Douleur à l'éjaculation.
  • Dommages au rectum.

Mais la conséquence la plus dangereuse de l'ablation de la prostate due au cancer sera la rechute de la maladie sous-jacente ou l'apparition de métastases dans d'autres organes. C'est dur physiquement et moralement. Et cela, malheureusement, n'est pas toujours possible à éviter.

Est-il possible d'éliminer l'impuissance?

Il existe un mythe selon lequel l'opération consistant à retirer une tumeur de la prostate chez l'homme ainsi que l'excision de cet organe mâle conduisent inévitablement à l'impuissance. En fait, la dysfonction érectile se produit chez 50% des hommes ayant subi un traitement chirurgical similaire. La raison de son développement est la négligence du cancer, quand une tumeur maligne affecte toute la région de la prostate et les tissus voisins. Dans ce cas, le médecin est obligé de les enlever avec les faisceaux nerveux. Avec leur élimination complète, l'impuissance est inévitable. Les patients chez qui on a diagnostiqué un cancer de la prostate opérable sont priés de ne pas abandonner l'opération et de ne pas aggraver leur état. Une vie intime sans prostate est possible si la chirurgie a été réalisée à un stade précoce du cancer.

Seulement 50% des hommes après la chirurgie souffrent de dysfonction érectile.

L'incontinence n'est pas la seule conséquence fréquente de l'élimination du cancer de la prostate. Plus de la moitié des hommes après excision de la prostate constate une violation de la fonction érectile, jusqu'à son extinction complète. Mais même avec la sécurité des faisceaux nerveux, son traitement peut être long. Pour accélérer le processus, il est recommandé aux hommes de réaliser les exercices de Kegel mentionnés précédemment, qui, avec une masturbation régulière, aideront à rétablir l'érection et à éliminer des problèmes tels que l'incontinence urinaire.

Les effets du cancer de la prostate après un traitement chirurgical peuvent être mineurs à graves. Et personne ne peut garantir l’élimination complète du risque de leur apparition. C'est pourquoi, s'il y a des raisons sérieuses pour le retrait de la prostate, une intervention chirurgicale est nécessaire. L'élimination du cancer à un stade précoce de son développement assure un traumatisme tissulaire faible et une récupération rapide. La vie intime dans ce cas durera encore de nombreuses années.

Quelles pourraient être les conséquences et les complications après l'ablation chirurgicale de la prostate

Aujourd'hui, l'ablation de la prostate dans le cancer de la prostate est une opération courante. L'expérience des chirurgiens permet de minimiser les risques de complications. Mais retirer la prostate a toujours des conséquences sur la santé des hommes.

Risques de prostatectomie

La prostectomie est l'ablation chirurgicale de la prostate qui peut être réalisée de plusieurs manières. Le médecin choisit celui qui, dans ce cas, est le plus pratique pour accéder à la tumeur.

Dans la plupart des cas, pour enlever la prostate en utilisant la méthode de la prostatectomie rétropubienne, dans laquelle une incision est faite dans la partie inférieure de la paroi abdominale. Si le patient est en surpoids, l'accès aux tissus des glandes peut être difficile. Dans ce cas, la méthode de prostatectomie intermédiaire est la plus pratique, dans laquelle une incision est faite dans la région périnéale: entre l'anus et le scrotum.

Le succès de toute intervention chirurgicale dépend de plusieurs paramètres:

  • Stades du cancer;
  • L'expérience du chirurgien opérateur;
  • L'âge du patient;
  • Période préparatoire bien menée.

Aujourd'hui, les chirurgiens et les oncologues ont une expérience considérable de la chirurgie de la prostate. Des statistiques solides ont été accumulées, permettant d’évaluer de manière fiable les risques liés à ce type d’opérations. Il y en a deux principales:

  • Altération de la rétention d'urine;
  • Perte totale ou partielle de la fonction érectile.

Pourquoi des complications surviennent après le retrait de la prostate?

Le retrait d'une tumeur maligne n'est pas une opération facile. Malgré l'amélioration constante des méthodes de diagnostic, il n'est pas toujours possible de connaître avec exactitude ce qui se passe dans le corps du patient. Le chirurgien reçoit des informations complètes sur la prévalence du processus oncologique uniquement pendant l'opération.

À ce stade, une évaluation visuelle de l'étendue des dommages aux ganglions lymphatiques régionaux proches est effectuée, la décision est prise quant à la nécessité d'une excision de certains tissus. Aujourd'hui, la chirurgie est souvent associée à un examen histologique du biomatériau retiré. Cela vous permet de déterminer avec précision le stade de développement d'une tumeur maligne et de prédire le succès de la prostatectomie.

En règle générale, les patients ne passent plus que quelques jours à la clinique. Opéré le jour de l'hospitalisation. 10 à 12 heures après la chirurgie, le patient est activé, aide à se lever et à marcher. Une observation médicale du patient opéré est effectuée dans les 3-4 jours, après quoi il est libéré.

Sur les violations de la puissance

Afin d'empêcher la propagation du processus oncologique, ainsi que de la prostate et des vésicules séminales, des ganglions lymphatiques régionaux et des faisceaux nerveux sont souvent excisés. Les fibres des nerfs menant au pénis se trouvent à proximité de la prostate. Par conséquent, pendant la chirurgie, ils peuvent être endommagés.

Sur les troubles de la fonction urinaire

La prostate est un organe situé entre la vessie et l'urètre. Le rôle de la glande est de produire du liquide séminal. Le sphincter interne de la vessie se trouve dans la région de la prostate.

L'enlèvement de la glande entraîne l'excision d'une partie de l'urètre. Ensuite, le chirurgien rétablit le canal en le connectant directement à la vessie. Ces manipulations ne peuvent pas affecter la fonction de rétention d'urine.

À la fin de l'opération, un cathéter urinaire est inséré dans le patient. La durée de son élimination est déterminée par le médecin, qui surveille l'état du patient. Dans certains cas, le cathéter est retiré 2-3 jours après le retrait du cancer de la prostate. Mais parfois, il faut des semaines pour retirer le tube auxiliaire.

A propos des symptômes postopératoires

En période postopératoire, la douleur est inévitable, du sang est présent dans l'urine, une faiblesse et des vertiges sont possibles. Ces symptômes sont naturels pour un traitement chirurgical et disparaissent après une courte période sans laisser de traces.

Depuis les premières minutes après le retrait d'une tumeur maligne, un traitement conservateur est effectué. Il vise à éliminer la possibilité de développement de processus inflammatoires et infectieux. En période postopératoire, le patient prend des analgésiques qui aident à faciliter la phase de récupération.

Dysfonctionnement postopératoire de l'urine

L'affaiblissement de la fonction urinaire est un problème grave pour chaque patient. On remarque que le degré de complication augmente avec l'âge du patient. Les hommes plus jeunes récupèrent plus rapidement et refusent du cathéter frontal dans les premiers jours suivant le traitement chirurgical.

Les patients âgés de plus de 60 ans ont plus de difficulté à tolérer une élimination partielle de l'urètre et nécessitent un traitement postopératoire plus long. Le matériel de miction auxiliaire peut rester chez le patient pendant 2 à 4 semaines ou plus.

La nécessité d'un urinoir, l'odeur, tout cela crée un inconfort considérable pour une personne âgée. Cette situation peut entraîner une inadaptation sociale. L'incontinence d'urine après le retrait du cancer de la prostate est plus ou moins observée chez tous les patients. Dans la plupart des cas, il est normalisé dans la période d'un mois à six mois.

Comment entretenir un cathéter

Le plus souvent, les patients installent une sonde de Foley. Il est facilement reconnaissable à la couleur jaune clair et à la présence de deux pointes. L'un d'eux - central, est destiné à la dérivation de l'urine. La deuxième astuce est périphérique. Il est fermé avec un bouchon en caoutchouc et est destiné à la réalisation de procédures médicales et médicales.

Différents types de cathéters sont retenus dans la vessie par expansion de champignon (cathéter de Pezzer) ou par un ballon gonflé (cathéter de Foley). Ce dernier ne cause pas de douleur et est donc plus souvent utilisé dans la période postopératoire.

Les cathéters ont des diamètres différents. La taille est indiquée sur la pointe centrale. Les cathéters de Foley les plus couramment utilisés ont un diamètre de 14-24. Le cathéter de Pezzer est constitué d'un tube sur lequel le diamètre est également indiqué. Le choix du matériel auxiliaire est effectué par le chirurgien qui effectue l'opération.

Pendant la période de récupération, le patient prend en charge le tube, qui consiste en ce qui suit:

  • Lavage régulier avec une solution de furatsilina;
  • Remplacement opportun de l'urinoir.

Alternative moderne au cathéter

S'il est impossible de rétablir rapidement la fonction de rétention d'urine, vous pouvez utiliser une méthode plus pratique pour la retirer: le stent urétral de la prostate. Il est inséré dans la partie rétrécie de l'urètre sous anesthésie locale. De cette façon, la miction indépendante est restaurée sans cathéter externe. Un tel stent peut être installé à la fois avant et après la chirurgie, selon les recommandations du médecin.

Méthodes pour normaliser la miction

Exercices musculaires du plancher pelvien

Un programme complet de rééducation devrait inclure des exercices pour l’entraînement des muscles du plancher pelvien. Ceci est un complément efficace à la correction médicale de la fonction urinaire.

Les exercices stimulent la circulation sanguine dans la région pelvienne et aident à réduire la période de récupération. Un des moyens les plus efficaces est un effort répétitif volontaire pour réduire les muscles du plancher pelvien. Il fournit la charge nécessaire sur les fibres efférentes, entraînant une activité accrue des sphincters. À la suite d'exercices systématiques, la force des muscles du plancher pelvien augmente. Cela a un effet bénéfique sur la restauration de la rétention d'urine.

Traitement chirurgical: systèmes de boucle

Il n’est pas toujours possible de normaliser la fonction de la miction à l’aide de médicaments et d’exercices. En l’absence de résultats visibles dans l’année, un traitement chirurgical peut être prescrit.

Il consiste à installer une élingue contrôlée artificiellement (élingue Remex) par une méthode chirurgicale. Ce système de support est constitué de deux filaments minces, qui sont fixés dans la région de la partie bulbeuse de l'urètre. Les systèmes en boucle n’aideront pas les patients dont le sphincter est détruit.

Sphincter artistique

L'installation d'un sphincter artificiel est en mesure de résoudre le problème de l'incontinence urinaire grave. Les statistiques démontrent le succès de cette technique: 91% des patients arrivent à un résultat de 0-1 ponte par jour. Cependant, l'utilisation du sphincter articulaire peut entraîner de graves complications:

  • Erosion de l'urètre, suivie d'une atrophie;
  • Lésion tissulaire mécanique;
  • Infection de l'urètre.

Électrostimulation

La procédure de physiothérapie de stimulation électrique affecte le réseau des muscles urétral et périurétral, ce qui conduit à la stimulation de l'activité du sphincter. Deux méthodes d'électrostimulation sont pratiquées:

Récupération de la fonction érectile après le retrait de la prostate

Il existe trois méthodes de rééducation en violation de la fonction érectile:

  • Tablette
  • Injections intracaverneuses;
  • Falloprothèses.

La première consiste à prendre des médicaments qui stimulent la libido et l’approvisionnement en sang du pénis: Viagra, Cialis, etc. Les injections spéciales sont efficaces pour restaurer la fonction érectile, qui sont injectées directement dans le corps du pénis. Cette procédure vous permet principalement de déterminer la violation de la fonction sexuelle et la seconde - de la rétablir.

Pour l’injection, les médicaments les plus couramment utilisés sont la papavérine, la phentolamine et l’alprostadil. Si nécessaire, le patient peut apprendre à effectuer lui-même des injections intracaverneuses. L'une des conséquences négatives de cette procédure est la présence de nodules fibreux dans les corps caverneux. Mais ils (nodules) sont indolores et ne causent pas d'anxiété.

Rééducation après le retrait de la prostate

Dans la pratique oncologique russe, certaines étapes de la surveillance des patients ayant subi un traitement chirurgical du cancer de la prostate sont fournies. Cet ensemble d'activités comprend:

  • Tests réguliers pour PSA;
  • Dans la première année après la chirurgie, inspection de routine 1 fois en 3 mois;
  • IRM de la région pelvienne 1 fois en six mois.

La surveillance de l'état d'un homme dans la période postopératoire est nécessaire pour détecter rapidement une éventuelle récidive du cancer. Les médecins disposent d'un vaste arsenal d'outils pour arrêter le développement de tumeurs malignes au stade initial. Dans de rares cas, il n'est pas possible de bloquer la formation de cellules tumorales, mais il s'avère toujours que cela ralentit la croissance du néoplasme.

Après le retrait de la prostate, l'homme s'attend à une observation de la vie chez l'urologue et l'oncologue. C'est une mesure de précaution nécessaire, permettant de rétablir la qualité de la vie et de constater une rechute dans le temps. La pratique oncologique montre que plus de 90% des patients opérés d'un cancer de la prostate reprennent une vie normale.

Conséquences de la chirurgie d'élimination de la prostate

La prostate, ou, comme on l'appelle aussi, la prostate, est une glande exocrine, disponible uniquement chez les hommes. Ses dimensions sont plutôt petites, pas plus grandes qu'une noix. La prostate est située sous la vessie, derrière le rectum. Cette glande contrôle un certain nombre d'hormones: hormones hypophysaires, androgènes, hormones stéroïdiennes, œstrogènes.

Les principales fonctions de la prostate sont:

  • la sécrétion d'un secret, qui est un composant du sperme;
  • fermer la sortie de la vessie pendant l'éjaculation.

Indications et contre-indications à la prostatectomie

L'élimination de la prostate entraîne un certain nombre de changements dans le corps, mais vous pouvez vivre sans la prostate. Pire si la glande est préservée, mais ne remplira pas ses fonctions ou apportera encore plus de mal au corps.

Indications de résection de la prostate:

  1. Cancer de la prostate.
  2. L'inflammation de la prostate (prostatite) est un processus inflammatoire à long terme (chronique) qui ne peut pas être traité.
  3. La présence de calculs dans la prostatite chronique.
  4. L'hyperplasie de la prostate est une tumeur bénigne de nature significativement prononcée.
  5. Violation de la miction - pulsion accrue la nuit, miction en petites portions, rétention urinaire.
  6. La présence de saignements dans les urines (hématurie).
  7. Stade aigu de la prostatite avec complication.
  8. Maladies infectieuses fréquentes du système urogénital.
  9. Diverses lésions des reins.
  10. Surpoids, obésité.
  11. Maladies graves du cœur, des poumons et d’autres organes du système endocrinien.

Contre-indications pour la résection de la prostate:

  1. La présence d'exacerbations de toutes les maladies du système urinaire.
  2. Maladies des systèmes respiratoire et cardiovasculaire au stade décompensé.
  3. Le diabète.
  4. Maladies du sang (hémophilie).
  5. L'utilisation de médicaments qui fluidifient le sang (héparine, acide acétylsalicylique). Une semaine avant l'opération devrait cesser de prendre ces médicaments.
  6. Maladies associées à des problèmes de thyroïde (hypothyroïdie, goitre thyrotoxique).
  7. Âge Les personnes de plus de 70 ans ne sont pas autorisées à effectuer de telles opérations.
  8. Maladies malignes dans le corps.
  9. Le tabagisme Trois semaines avant la résection de la prostate, vous devez arrêter de fumer.
  10. Testicules varices (varicocèle).
  11. Ankylose, marquée dans l'articulation de la hanche.

Caractéristiques de prostatectomie

Avant la résection de la prostate, un certain nombre de caractéristiques sont identifiées qui déterminent l'accès le plus approprié à la prostate.

L'incision est faite sur la paroi abdominale antérieure. Dans le champ opératoire, la prostate est visualisée. La résection d'une partie de la glande est réalisée sans ligature des vaisseaux menant à la prostate. Cette méthode d'accès est rarement utilisée maintenant, en raison d'un traumatisme important.

Comme pour le précédent, l'accès se fait le long de la paroi abdominale antérieure avec un retrait du nombril de 1 à 1,5 cm sur l'os pubien. Les chirurgiens traversent en même temps tous les vaisseaux qui alimentent la glande et retirent complètement la prostate. Avec cet accès, il est facile pour les médecins de ne pas toucher les plexus nerveux et les vaisseaux qui affectent la miction et l'érection. La durée d'une telle opération est de 3-4 heures.

Une incision est faite entre le scrotum et l'anus. Cet accès présente plus d'inconvénients que d'avantages: une approche peu pratique de la glande, des lésions fréquentes des plexus nerveux et des vaisseaux, l'impossibilité de retirer les ganglions lymphatiques nécessaires. Le seul avantage de la dissection périnéale est la localisation des cicatrices où personne ne les voit. Au moment où l'opération prend environ deux heures.

Pour la laparoscopie, le chirurgien fait plusieurs trous pour la caméra, les lumières et les instruments. L'image de la caméra apparaît sur le moniteur, qui affiche la progression de toute l'opération. Cette méthode permet d’accéder facilement aux ganglions lymphatiques situés à proximité, sans toucher le plexus nerveux. La durée de l'opération ne prend pas plus de deux ou trois heures.

La résection transurétrale de la prostate (TUR) est la méthode la plus courante de résection de la prostate. Le retrait est effectué à l'aide d'un mince tube endoscopique spécial, au bout duquel se trouvent une caméra, un élément d'éclairage et une partie coupante. Un tel outil est inséré dans l'urètre. Par la suite, une partie de la prostate est retirée sans interférer avec les vaisseaux et les plexus environnants. Avec un tel accès, la résection ne dure pas plus d'une heure.

Récupération du corps après chirurgie

Le problème principal des hommes dans la période postopératoire est le problème de la restauration de l'érection. Les nerfs qui stimulent l'érection sont situés près de la prostate. Les dommages causés à ces nerfs se produisent rarement, mais se produisent encore dans la pratique médicale. Par conséquent, les procédures de récupération après la chirurgie sont nécessaires:

  1. Les exercices de Kegel renforcent les muscles du plancher pelvien, améliorent la fonction de tout le système reproducteur, contrôlent la miction;
  2. les rapports sexuels fréquents ou la masturbation rétablit l'activité sexuelle plus rapidement.

Les préparations orales (Viagra, Cialis) sont devenues un médicament indispensable au rétablissement de la puissance.

La période de récupération de l'érection après résection de la prostate prend en moyenne jusqu'à six mois.

Complications possibles après la chirurgie

Au début de la période postopératoire peut être préoccupant:

  • douleur cicatricielle;
  • miction douloureuse;
  • saignements lors de la miction ouverte ou ouverte (les saignements au cours des opérations sont fréquents, sont dus aux particularités de l'hémostase ou au rejet d'une gale formée);
  • intoxication hydrique ou syndrome de TUR (la cause de son apparition est de faire pénétrer dans le sang d'une substance spéciale qui est utilisée pour l'irrigation de l'urètre pendant une intervention chirurgicale);
  • douleur dans l'abdomen.

À la fin de la période postopératoire peut survenir:

  • renvoyer le sperme dans la vessie (l'éjaculation rétrograde peut être complète et partielle; le patient ne supporte aucun danger, car le sperme va avec l'urine, mais concevoir une progéniture future représente une certaine menace);
  • violation de l'érection;
  • infertilité;
  • dysfonction érectile;
  • incontinence urinaire;
  • cicatrices de la vessie;
  • infection de la plaie postopératoire (cette complication est associée au non-respect des règles d'asepsie, au port prolongé du cathéter; se manifeste par la suppuration de la plaie, de la fièvre, un malaise) des antibiotiques sont prescrits pour la prophylaxie postopératoire;
  • augmentation de la coagulation du sang, conduisant à la formation de caillots sanguins, avec le blocage ultérieur des gros vaisseaux;
  • risque de récurrence de la maladie;
  • manque d'orgasme;
  • douleur pendant les rapports sexuels;
  • espace vide sur le site d’une glande lointaine, qui saigne souvent (dans ce cas, une sonde de Foley est utilisée à titre préventif);
  • dommages au rectum, obtenus pendant la chirurgie.

Les effets les plus courants de la chirurgie de retrait de la prostate sont la dysfonction érectile et l’incontinence urinaire.

La dysfonction érectile peut durer plusieurs mois, puis disparaître sans laisser de trace. Tout dépend de l'état des nerfs qui pourraient être endommagés pendant l'opération. Si au moins un nerf est préservé, la fonction érectile reprendra. Malheureusement, s'il y avait des problèmes de puissance avant l'opération, il est inutile d'attendre des améliorations après celle-ci. La sensibilité du pénis devient la même qu'avant la résection. Après la chirurgie, un accent particulier devrait être mis sur la rééducation.

L’incontinence urinaire est une complication fréquente, mais elle disparaît quelques semaines après la chirurgie. L'incontinence peut être due à un blocage des caillots sanguins urétraux, à des caractéristiques physiologiques des muscles ou à une erreur médicale. Au début, après l'opération, on note des fuites d'urine, une sensation de débordement de la vessie, des envies fréquentes d'aller aux toilettes.

Les conséquences de l'opération sont nombreuses et peu agréables. Par conséquent, avant de recourir à des méthodes radicales de traitement, il est nécessaire de peser le pour et le contre.

La prostate est de très petite taille, mais elle peut poser de nombreux problèmes pour la santé du corps. Le temps du traitement, une préparation adéquate pour l'opération et le respect strict de toutes les règles pendant la période de récupération sont un gage de santé et de vie sexuelle continue.

Effets de l'élimination de l'adénome de la prostate

L'hyperplasie de la prostate, qui est de nature bénigne, est traitée chirurgicalement de la manière la plus efficace, car le traitement médicamenteux ne donne généralement pas les résultats souhaités. Après la chirurgie d'un adénome de la prostate, les conséquences dépendront du type de procédure chirurgicale appliquée.

En fonction du stade de la maladie et d'autres caractéristiques du tableau clinique, le médecin peut proposer au patient un traitement chirurgical de l'une des manières les plus appropriées. Par exemple, l'opération peut être effectuée par résection endoscopique ou par vaporisation au laser de contact. Ce sont des moyens modernes dont les conséquences après l'opération ne seront pas aussi prononcées.

Étant donné que l'adénome de la prostate est une maladie grave dans laquelle des tissus glandulaires en expansion compriment l'urètre, ce qui entraîne une inflammation des voies urinaires et une insuffisance rénale, non seulement il détériore la qualité de la vie, mais il constitue également une menace pour la santé en général.

Le médecin décide de la méthode de traitement seulement après un diagnostic approfondi et une étude des résultats des tests. Une intervention chirurgicale visant à retirer un adénome de la prostate est nécessaire en cas de violation évidente de la urodynamique, comme en témoignent une rétention urinaire aiguë, des maladies rénales, telles que l’hydronéphrose, la pyélonéphrite, l’urétrite et d’autres processus pathologiques qui déclenchent le développement de l’infection.

Malgré l'efficacité clinique prouvée de la méthode chirurgicale, tout homme devra faire face aux conséquences de la suppression de l'adénome de la prostate, ce qui doit être préparé moralement à l'avance. La plupart des patients sont rapidement réhabilités et se sentent bien, mais, bien sûr, pas le lendemain de la chirurgie, mais après quelques mois.

La période de récupération devient souvent un véritable test pour le sexe fort. Mais la principale chose à retenir pour tous les patients est que les conséquences désagréables après le retrait de l'adénome de la prostate font partie intégrante du traitement. Tous les problèmes qui en découlent sont donc parfaitement contrôlables et doivent être discutés avec votre médecin. Cela, à son tour, devrait surveiller l'état de santé et l'état général dans la période postopératoire, répondre aux questions des patients et aider à trouver une solution à chaque cas.

Quelles sont les conséquences

Comme mentionné précédemment, les effets de l’opération et leur gravité dépendront directement de la méthode utilisée pour éliminer l’adénome de la prostate, ainsi que de son caractère complet ou partiel. Dans 80% des cas, seule une excision partielle de la prostate suffira, ce qui facilitera considérablement le report de la période de récupération. Mais peu importe le volume de la main du chirurgien, le traitement chirurgical de l’adénome de la prostate ne disparaît jamais complètement et ce que l’homme rencontrera au cours de la période de convalescence dépend principalement des caractéristiques individuelles de son corps, de la rapidité de sa fonction régénératrice et de l’expérience du médecin. traitement.

Les 10 effets les plus courants de la chirurgie:

  • 1. Incontinence
  • 2. écoulement de sang.
  • 3. Manque d'érection.
  • 4. Infertilité.
  • 5. Infections des voies urinaires.
  • 6. éjaculation rétrograde.
  • 7. rétention d'urine.
  • 8. Saignement interne.
  • 9. Intoxication du corps.
  • 10. Longue récupération douloureuse après la chirurgie.

La chirurgie de l'adénome de la prostate représente un investissement important pour les hommes, mais la première fois après, le contrôle de la miction peut poser problème. N'ayez pas peur de cela, la conséquence est temporaire et la normalisation de la miction se produit rapidement.

Les conséquences les plus graves de la suppression de l'adénome de la prostate sont liées à la période postopératoire tardive, et certaines d'entre elles peuvent être démontées plus en détail.

Dysfonction érectile

La principale question de tous les hommes: si vous supprimez l'adénome de la prostate, l'érection sera-t-elle restaurée et quelle sera la qualité? Selon les statistiques, les violations associées aux effets d'une intervention chirurgicale vont de 1 à 25%. Cependant, ces complications sont généralement de nature temporaire et, à condition qu'il n'y ait pas eu de problèmes de vie sexuelle auparavant, la fonction sexuelle est complètement rétablie seule ou avec l'assistance médicale choisie par le médecin traitant.

Si un homme a déjà eu des problèmes d'érection ou s'il était complètement absent, l'opération ne pourra pas reprendre sa vie sexuelle, car elle n'affecte pas directement les capacités de l'homme en termes sexuels.

Infertilité

Malgré le fait que l'opération réussie d'élimination de l'adénome de la prostate n'affecte pas l'érection d'un homme, elle peut néanmoins entraîner une infertilité. C'est une conséquence de l'éjaculation rétrograde. Cela est dû au fait qu'après l'élimination de l'adénome de la prostate, la lumière de l'urètre se dilate quelque peu et que le sperme se déplace là où il rencontre le moins de résistance, pénétrant ainsi dans la vessie.

Ce sont des conséquences désagréables de l'opération, qui peuvent parfois faire l'objet d'un traitement médical, mais seul un médecin doit le choisir.

Les infections

Après le retrait de l'adénome de la prostate, la possibilité du développement de maladies infectieuses du système urogénital, caractérisée par les symptômes suivants, n'est pas exclue:

  • des frissons;
  • haute température;
  • maux de dos;
  • inconfort dans le bas-ventre;
  • turbidité de l'urine due à l'apparition de diverses impuretés dans sa composition (mucus ou sang).

Le plus souvent, l'infection est introduite dans le système urogénital après l'opération du fait de la faute du patient lui-même en raison du non-respect de règles d'hygiène simples. Pour éviter de telles situations, après l'élimination de l'adénome de la prostate, un type spécifique d'antibiotique est prescrite au patient, qui doit être pris régulièrement. Si l'infection est déjà présente, le refus de prendre des antibiotiques peut entraîner la pénétration de bactéries dans le sang, ce qui explique la possibilité d'une septicémie.

Rétention urinaire aiguë

Avec les opérations sur l'adénome de la prostate, les conséquences se font sentir tout d'abord lorsqu'un homme fait ses premières tentatives d'uriner. C'est une complication inévitable et heureusement temporaire. Mais parfois, le problème réside non seulement dans la difficulté de contrôler la miction, mais aussi dans le fait que des caillots de sang ou des fragments de la prostate excisée retirés, détachés de celle-ci lors de l'extraction, pénètrent dans l'urètre et le bloquent. Pour prévenir de tels processus pathologiques, une fois l'opération sur l'adénome de la prostate terminée, le cathéter n'est pas retiré dans les 24 heures.

Saignement massif

Des hémorragies graves peuvent survenir au cours de la chirurgie lorsqu'un adénome de la prostate est enlevé ou un peu plus tard au cours de la période de récupération initiale. Selon les statistiques, cela se produit rarement, mais environ 2,5% des patients sont encore sous le coup d'une grave intervention chirurgicale pour un adénome de la prostate, ce qui peut entraîner de graves pertes de sang et nécessiter une transfusion sanguine urgente.

Qui est le plus touché?

L'adénome de la prostate est une maladie très courante chez les hommes âgés de 40 à 50 ans, mais le plus souvent, les hommes consultent un médecin à un âge plus respectable. Par conséquent, cette maladie appartient toujours à la catégorie des maladies liées à l’âge. En règle générale, un homme peut vivre longtemps avec un adénome de la prostate sans en soupçonner l'existence, bien que des modifications de la prostate aient déjà commencé.

La maladie au stade avancé n’est toujours traitée que par chirurgie, il est donc préférable d’essayer d’avoir le temps de diagnostiquer un adénome à un stade précoce. Cela peut contribuer à l'apparition de symptômes tels que: fuites d'urine, nécessité de fatiguer les muscles de la paroi abdominale lors de la miction, sensation de plénitude de la vessie, même après aller aux toilettes et réveil nocturne fréquent. Une visite opportune chez le médecin contribuera à éviter les complications graves et l’opération elle-même sera plus rapide et plus facile.

Période de rééducation

Si le traitement médicamenteux de l'adénome de la prostate n'a eu aucun effet, il est nécessaire de passer à travers tout un ensemble de mesures de rééducation, de se conformer à toutes les ordonnances du médecin, de prendre les médicaments prescrits à temps. Le temps nécessaire au rétablissement complet après la chirurgie pour retirer l'adénome de la prostate dépend en grande partie des actions du patient, de son attitude psychologique et de son état de santé général. L'âge joue également un rôle important dans ce problème. La période de rééducation peut prendre plusieurs mois.

Une nouvelle opération peut-elle être nécessaire?

Heureusement, la réintervention n’est pas nécessaire plus souvent que dans 5% des cas. À de nombreux égards, cela dépend de la méthode de traitement choisie, de la méthode d’intervention chirurgicale et, bien entendu, de l’expérience du chirurgien. Si, au cours de l'opération, l'adénome de la prostate a été complètement enlevé, sa croissance répétée est exclue. Si l'on applique une technique dans laquelle une certaine partie de l'adénome est détruite, le risque de récurrence de la prolifération de la prostate est assez élevé. Par conséquent, une intervention chirurgicale répétée peut être nécessaire dans cinq ou dix ans. En général, l'extraction de l'adénome de la prostate est une opération très courante, ce qui est assez simple, car la maladie rajeunit, mais elle survient principalement chez les hommes âgés d'au moins quarante ans, à quelques exceptions près.

Il existe aujourd'hui un grand nombre de techniques et de dispositifs médicaux spéciaux. Le traitement de l'adénome de la prostate est donc efficace dans la plupart des cas et dure environ 15 ans, permettant ainsi à un homme de vivre pleinement.

Vous avez trouvé une erreur? Sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée