Principal
Massages

Prostate (prostate)

La prostate (prostate) est un organe glandulaire musculaire non apparié qui fait partie des glandes accessoires de l'appareil reproducteur masculin.

La prostate est située dans le petit bassin entre le bas de la vessie et l’ampoule rectale. Il recouvre le col de la vessie et la partie postérieure de l'urètre (Fig.).

Chez l'adulte, la prostate a la forme d'un châtaignier de 2,5–4 cm de long et de 2,5–3 cm de large, pèse de 17 à 28 g.Le sulcus médian passe le long de la surface arrière de la prostate et se divise en lobes droit et gauche. À travers la prostate passe l'urètre et deux canaux déférents. L'approvisionnement en sang se fait par les vaisseaux venant de la vessie et du rectum. L'écoulement veineux se produit dans le système de la veine iliaque interne. La prostate est entourée d'une capsule dense formée de fibres musculaires et de tissus conjonctifs. Le tissu glandulaire de la prostate est formé de glandes tubulaires-alvéolaires s'ouvrant dans l'urètre.

Le développement et le fonctionnement de la prostate dépendent du développement des testicules de l'hormone sexuelle masculine. La prostate est impliquée dans la mise en œuvre de la fonction sexuelle, produisant un secret qui, en se mélangeant au liquide séminal, soutient l'activité du sperme. La castration provoque une atrophie du tissu glandulaire de la prostate.

La principale méthode de recherche de la prostate est la palpation - la palpation des doigts par le rectum, qui est pratiquée dans la position genou-coude du patient, ou dans la position du côté droit avec les jambes amenées à l'estomac, ou dans la position du dos avec les jambes pliées et divorcées. La palpation doit être réalisée après avoir vidé la vessie.

Normalement, les limites de la prostate sont claires, la consistance est élastique, la surface est lisse. La membrane muqueuse du rectum au-dessus de la prostate est mobile.

L'étude de la sécrétion de la prostate aide à diagnostiquer les maladies de la prostate. Le secret est obtenu par le massage de la prostate (voir).

En cas de suspicion de cancer de la prostate, un examen cytologique du secret est effectué et une biopsie par ponction périnéale ou rectale de la glande. Pour le diagnostic différentiel de l'adénome et du cancer de la prostate, effectuez une étude instrumentale - la cystoscopie (voir). Parmi les maladies de la prostate âgées de 20 à 40 ans, l'inflammation la plus fréquente est la prostatite (voir).

Embryologie
La ponte de la prostate se produit entre la 11ème et la 12ème semaine de la vie embryonnaire dans la région des sinus urogénitaux par la reproduction de l'épithélium ectodermique de l'urètre primaire. À la quinzième ou la seizième semaine, la formation de canaux, la croissance du muscle et du tissu conjonctif commencent. Au 4ème mois, de nouveaux groupes de glandes apparaissent: sous la membrane muqueuse du triangle de la vessie et dans le cou de la vessie. Vers le 5e-6e mois, les glandes commencent à produire un secret, leur taille et leur nombre augmentent.

Anatomie
La prostate (Fig. 1 et 2) est située sous le bas de la vessie, recouvrant de manière circulaire son cou et la partie supérieure de l’urètre. Sa base est en contact avec les vésicules séminales, le sommet avec le diaphragme urogénital (diaphragme urogénital), la surface antérieure est reliée au ligament pubien-prostatique (lig. Puboprostaticum) avec l'os pubien, la face postérieure adjacente à la partie inférieure du rectum, la face latérale bordant les muscles qui soulèvent le poster passage (mm. levatores ani). Sur la face postérieure de la glande, un sillon divise celle-ci en lobes droit et gauche; Parfois, il y a aussi une part moyenne. À travers la prostate passent l'urètre et les canaux éjaculatoires. La taille, la forme et le poids de la glande peuvent varier. Chez les adultes, il est en forme de cône irrégulier, pèse 17-28 g, largeur 2,5-3 cm, longueur 3-4 cm, épaisseur 2-2,5 cm.

L'approvisionnement en sang de la prostate est assuré par: l'artère inférieure de la vessie (a. Vesicalis inf.), L'artère moyenne du rectum (a. Rectalis media), l'artère de la prostate. L'écoulement du sang veineux circule dans les veines interlobulaires, le long des plexus veineux situés autour de l'urètre, à travers les plexus veineux situés le long du canal déférent dans le plexus vésicoprostatique, puis dans la veine hyphenous. Le système lymphatique est constitué d’un réseau de capillaires et de plexus vasculaires.

L'innervation de la prostate se produit avec la participation des divisions sympathique et parasympathique du système nerveux. Il y a des fibres nerveuses, des ganglions intra-muros, des terminaisons nerveuses motrices, sensibles et sécrétoires dans son tissu.

Histologie. La prostate est recouverte d'une capsule dense, sa base est constituée de fibres musculaires lisses, d'un tissu conjonctif composé de nombreuses fibres élastiques et de tissus glandulaires, formés de 30 à 50 glandes à structure tubulaire-alvéolaire, regroupées en lobules. Les départements de sécrétion sont tapissés d'épithélium cubique ou prismatique, de canaux excréteurs - épithélium prismatique et de transition. Les canaux excréteurs s’ouvrent dans ou à proximité du tubercule. La composition de la prostate comprend des glandes péri-urétrale plus ramifiées que la prostate et s’ouvrant dans l’urètre.

Selon l'âge, le rapport entre le tissu glandulaire, musculaire et conjonctif change.

Physiologie
La connexion embryologique et topographique étroite de la prostate avec les voies excrétoires du système reproducteur masculin, la dépendance de cette glande aux hormones androgènes, la présence d'un appareil musculaire spécial qui assure la vidange de la prostate pendant les rapports sexuels et le mélange de son secret avec le sperme éjecté, suggère que la prostate est impliquée dans la mise en oeuvre du sexe masculin fonctions, surtout depuis l'extirpation de la prostate et des vésicules séminales interfère avec la fécondation (Steinach (E. Steinach), 1894).

La dépendance de l'état de la prostate aux hormones sexuelles. L'atrophie de la prostate, en particulier son épithélium glandulaire, dans des conditions de castration et l'élimination de ces phénomènes par l'introduction d'androgènes montrent que la croissance, la différenciation et le fonctionnement de la prostate sont stimulés par l'hormone sexuelle masculine. D'où les tentatives d'utiliser la castration comme agent thérapeutique du cancer de la prostate, ce qui a parfois eu un effet clinique favorable. Par ailleurs, l'administration d'œstrogènes à des hommes inhibe nettement l'activité de sécrétion de la prostate, qui s'accompagne d'une diminution de la hauteur des cellules de l'épithélium glandulaire et de leur inactivité fonctionnelle. Dans le même temps, il existe une hypertrophie du stroma fibromusculaire de la prostate.

Si nous supposons que la croissance et le développement de la prostate sont spécifiquement stimulés par l'hormone sexuelle masculine, il est difficile de comprendre pourquoi l'adénome de la prostate survient, généralement, chez les personnes âgées, lorsque l'activité endocrinienne du testicule est nettement affaiblie. L'hypothèse selon laquelle, dans ces conditions, le développement de l'adénome de la prostate est dû à l'œstrogène, dont la production dans les testicules est accrue à un âge avancé en raison de l'affaiblissement de la production d'androgènes, n'explique également pas, car un excès d'œstrogènes devrait inhiber et non stimuler la croissance de l'épithélium de la prostate. Selon Khvalla (R. Chwalla, 1954), l'adénome de la prostate est dans une certaine mesure associé à la fonction de sécrétion du cortex surrénalien. Si nous considérons que le cortex surrénalien, parmi ses principes actifs, produit des corticostéroïdes (voir) aux propriétés androgènes, cette hypothèse semble plutôt probable.

La prostate (prostate) est située entre la vessie et le diaphragme urogénital. Il recouvre étroitement la partie prostatique de l'urètre, sa forme ressemble à celle d'un châtaignier. La partie large - la base - est adjacente à la vessie; l'extrémité de la prostate est adjacente au diaphragme urogénital. Sa face antérieure fait face à l'articulation pubienne et postérieure au rectum (Fig. 7). La taille d'une glande prostatique normale chez l'adulte est longue de 4 à 4,5 cm et large d'environ 2,5 cm.

La prostate est entourée de sa propre capsule de tissu conjonctif et renforcée dans la région pelvienne par un ligament lonno-prostatique. Le sillon médian le divise en deux lobes symétriques - le droit et le gauche.

Le parenchyme de la prostate est constitué de son propre tissu glandulaire et de ses glandes paraurétrales. Le tissu glandulaire propre de la prostate est constitué d'alvéoles, qui, en groupement, forment des tranches séparées entourées de septa fibreuses-musculaires. Les glandes paraurétrales sont séparées de la prostate même par une couche de muscle lisse de l'urètre. Les canaux excréteurs de la prostate ouvrent 30 à 50 trous en pointillés dans l'urètre de la prostate sur les surfaces latérales du tubercule germe. À travers la prostate, passent les canaux éjaculatoires, qui s’ouvrent au sommet du tubercule. L'approvisionnement en sang de la prostate provient des artères kystiques inférieures et de l'hémorroïde moyen. Les veines de la prostate sont abondantes et s'anastomosent largement entre elles et avec les veines de la vessie, formant ainsi un plexus veineux puissant (plexus venosus periprostaticus).

Les canaux lymphatiques de la prostate vont dans trois directions: le long du canal déférent des ganglions lymphatiques iliaques, des ganglions hypogastriques, des ganglions lombaires inférieurs.

L'innervation de la glande provient du nerf vague et du plexus hypogastrique.

Le secret de la prostate consiste en un fluide opalescent et des grains de lécithine (lipoïde) qui, au microscope, ont l’apparence de petits points brillants réfractant la lumière. Il existe des conglomérats de grains lipoïdes sous la forme de corps appelés amidon ou corps amyloïdes. La signification physiologique de la sécrétion de la prostate est que, en entrant en contact avec le sperme immobile, cela leur confère la capacité de mouvements actifs. De plus, avec sa réaction alcaline, il neutralise l’environnement acide du vagin, nocif pour les spermatozoïdes.

Causes et symptômes de la maladie de la prostate

La capacité de continuer sa famille et de transmettre l'expérience de vie accumulée à la jeune génération donne à une personne l'illusion de l'immortalité. Et parfois, on ne croit même pas qu'un tel principe divin dépend du fonctionnement normal d'organes terrestres assez banals...

Une brève excursion dans l'anatomie et la physiologie

Le système reproducteur masculin comprend les organes externes (le pénis et le scrotum) et les organes internes qui produisent des substances spécifiques - les testicules, la prostate (prostate) et les glandes de Cooper; ainsi que des organes qui servent à l'accumulation et à l'élimination des spermatozoïdes - épididyme, vésicules séminales et canal déférent. Si les testicules et les glandes de Cooper sont responsables de la formation et de l’excrétion du sperme, la prostate est l’organe qui assure la viabilité des cellules germinales mâles en dehors du corps de l’homme. Par conséquent, il est d'une grande importance pour la fonction de reproduction du corps.

La prostate est une formation non appariée située dans le pelvis juste en dessous de la vessie. Elle passe par le segment initial de l'urètre et permet ainsi à la prostate de jouer le rôle d'une sorte de valve qui empêche l'excrétion de l'urine lors des rapports sexuels. Cette fonction est plus importante pour le processus de fécondation qu'il n'y parait à première vue. Le fait est que l’urine a un environnement acide, et si elle se mélange au sperme, elle en causera la mort. Une sorte d’assurance sert de secret que les glandes de Cooper sécrètent: elle traverse l’urètre plus tôt que le sperme et neutralise les gouttes d’urine qui restent dans l’urètre. La structure de la prostate est assez simple: elle se compose d’alvéoles dans lesquelles se produit la sécrétion et des tubes à travers lesquels ces substances sont excrétées. La prostate ouvre tous ses canaux dans l'urètre, où son produit est mélangé à l'éjaculat et par conséquent à la formation de sperme qui se déplace le long du canal à l'extérieur.

Le rôle de la valve pendant les rapports sexuels et la formation d'un secret sont les principales fonctions de la prostate.

La valeur de la fonction de sécrétion de la prostate

Il est supposé que la composition unique de la sécrétion de la prostate assure la vie des spermatozoïdes en dehors du corps masculin. On sait qu'il contient:

  • Sels de métaux alcalins et alcalino-terreux actifs (potassium, sodium, zinc, calcium) - chlorures, phosphates, bicarbonates et citrates, ainsi que d'ions de zinc libres.
  • Enzymes - phosphatase, hyaluronidase, fibrinolysine, fibrokinase. Ces substances maintiennent l'état liquide du secret et stimulent l'avancement des cellules germinales mâles dans le tractus génital féminin.
  • Protéines spécifiques.
  • L'eau, qui constitue jusqu'à 95% du volume total de la sécrétion et assure son état liquide et son taux élevé de réactions chimiques nécessaires.
  • Cristaux de cholestérol.
  • Les prostaglandines sont une sorte de conducteur nécessaire à la mise en oeuvre de divers processus physiologiques.
  • Acide citrique; sa présence est un signe de fonctionnement normal de la prostate.
  • Inclusions cellulaires:
  • les leucocytes qui protègent les spermatozoïdes des éventuels effets d'agents infectieux;
  • lipoïde, ou lécithine, petits corps - en combinaison avec des molécules de cholestérol, ils fournissent une nuance de sperme réfléchissante blanchâtre spécifique; leur nombre est l'un des principaux critères de diagnostic de l'état fonctionnel du sperme masculin: ils remplissent normalement de manière dense le champ de vision du microscope;
  • grains d'amyloïde;
  • cellules épithéliales desquamées des canaux excréteurs de la prostate.

La fonction de sécrétion de la prostate est affectée par l'activité du système hypothalamo-hypophysaire. Le secret de la prostate correspond à environ un tiers de la quantité totale de spermatozoïdes libérés. C'est la composition de l'indice qui détermine la fertilité de la graine mâle (c'est-à-dire sa capacité à féconder). Si la composition du secret s'écarte de ses indicateurs naturels, l'homme devient stérile.

Pathologie de la prostate

Avec divers troubles de la prostate, le bien-être général de l'homme et sa capacité à produire des enfants souffrent. Par conséquent, le diagnostic et le traitement rapides des maladies de la prostate constituent un moment extrêmement important et crucial.

Inflammation des tissus des glandes

L'inflammation de la prostate s'appelle la prostatite. Il s’agit d’une maladie notoire chez l’être humain, qui est considérée comme le compagnon constant des hommes du troisième âge. Cette maladie peut survenir dans les formes aiguës et chroniques. Les causes du développement des deux types sont dans la lésion du tissu de la prostate avec des agents infectieux. Les agents infectieux peuvent pénétrer à la fois depuis l'environnement externe (par exemple, les infections sexuellement transmissibles) et avec le sang provenant d'autres organes (le plus souvent des organes de l'appareil urinaire). Dans certains cas, ils peuvent être des représentants de la microflore pathogène conditionnelle, qui vit constamment dans le corps. Facteurs prédisposant au développement de la prostatite:

  • vie sexuelle irrégulière;
  • exposition à de basses températures;
  • lésions des organes externes et internes du système urogénital;
  • diminution du niveau de défense immunitaire de l'organisme;
  • troubles circulatoires et flux lymphatique dans le bassin.

Les symptômes de la prostatite aiguë sont prononcés:

  • augmentation de la température corporelle générale ou locale (rectale), frissons, faiblesse, maux de tête;
  • douleur dans le bas du dos (zones lombaire et sacrée), à ​​l'aine et au scrotum, irradiant vers l'anus et le périnée;
  • mictions fréquentes, surtout la nuit;
  • douleur, crampes et sensation de brûlure dans l'urètre pendant la miction;
  • difficulté d'écoulement de l'urine (jusqu'à son retard aigu);
  • décharge de différentes nuances de l'urètre;
  • tache de sang dans le sperme;
  • violation de la défécation, constipation.

Un examen objectif (examen du doigt par le rectum) consiste en une prostate hypertrophiée, douloureuse et contractée. Les ganglions lymphatiques régionaux (inguinaux et périnéaux) peuvent être élargis. La prostatite chronique se caractérise par une évolution lente et une symptomatologie peu abondante, qui ne se manifeste parfois que par une exacerbation de la maladie et qui coïncide avec le tableau de la prostatite aiguë. Pour la période de rémission, les troubles de la miction, les troubles sexuels (y compris l'orgasme moins brillant), l'instabilité émotionnelle sont caractéristiques.

Régénération du tissu prostatique

La pratique montre que presque tous les hommes de plus de 60 ans ont une augmentation du nombre d'éléments structurels du tissu de la prostate, c'est-à-dire de son hyperplasie. Le nom le plus commun pour ce phénomène est l'adénome de la prostate. L'adénome est une forme simple et bénigne d'hyperplasie. Selon l’évolution clinique, il existe trois stades d’hyperplasie prostatique:

  1. La première étape est la compensation. La membrane musculaire de la prostate est agrandie, ce qui entraîne la compression de l'urètre et la modification de la nature de la miction: il devient difficile, plus fréquent, surtout la nuit, le jet est lent. Parfois, il y a une incontinence ou une envie pressante d'uriner.
  2. La deuxième étape est la sous-compensation. La fonction de la membrane musculaire de la prostate est altérée, ce qui entraîne l'apparition d'urine résiduelle (jusqu'à 200 ml ou plus). Augmentation de la difficulté à uriner, sa fréquence, le jet devient intermittent. Les complications possibles de ce stade sont la rétention urinaire aiguë et les symptômes d'insuffisance rénale.
  3. La troisième étape est la décompensation. Elle se caractérise par une rétention urinaire chronique, un écoulement involontaire de l'urine dû à un débordement de la vessie, une altération de la fonction rénale due à l'écoulement constant de l'urine des uretères dans le bassin du rein.

Dans les première et deuxième étapes, un traitement conservateur est possible, dans la troisième - seulement opérationnelle.

Si le processus prend une tournure maligne, un cancer de la prostate se développe, dont les symptômes sont similaires à ceux de l'adénome de la prostate. C'est pourquoi il est important de consulter un médecin immédiatement quand ils se manifestent.

Partagez-le avec vos amis et ils partageront certainement quelque chose d'intéressant et d'utile avec vous! C'est très facile et rapide, il suffit de cliquer sur le bouton de service que vous utilisez le plus souvent:

Prostate (prostate)

La prostate ou la prostate est un organe glandulaire musculaire non apparié qui sécrète un secret qui fait partie du sperme. La prostate est située dans la partie antérieure du petit bassin sous la vessie, sur le diaphragme urogénital. À travers la prostate se trouvent la section initiale de l'urètre, les canaux déférents droit et gauche.

La prostate a la forme d’un châtaignier, légèrement aplatie dans le sens antéropostérieur. Dans la prostate, la base, dirigée vers le haut, est adjacente au fond de la vessie, aux vésicules séminales et aux ampoules du canal déférent, ainsi qu’à la face antérieure, postérieure, inférieure et au sommet de la glande.

La face antérieure fait face à la symphyse pubienne et en est séparée par une fibre lâche avec un plexus veineux. La symphyse pubienne de la prostate comprend les ligaments latéral et médian pubien-prostatique et le muscle pubien-prostate. La surface arrière est dirigée vers l'ampoule du rectum et en est séparée par la plaque de tissu conjonctif - le septum de la vessie rectovasculaire. Le voisinage avec le rectum permet à la prostate d'être sondée chez une personne vivante à travers la paroi antérieure du rectum. Surface latérale, arrondie et tournée vers le muscle, élevant l'anus. La pointe de la prostate est tournée vers le bas et est adjacente au diaphragme urogénital. L'urètre pénètre à la base de la prostate, la majeure partie de la glande restant derrière elle et sortant de la glande située dans la région de son sommet.

La prostate a une taille transversale de 4 cm, la longueur longitudinale (supérieure-inférieure) de 3 cm, l’antéropostérieur (épaisseur) de 2 cm environ, une masse de la glande de 20-25 g. La substance de la prostate a une texture dense et une couleur rouge grisâtre.

La prostate a deux lobes: droit et gauche. La frontière entre eux est visible sur la surface antérieure de la glande sous forme de rainure peu profonde. La région de la glande, faisant saillie sur la surface arrière de la base et délimitée par l'urètre devant et le canal déférent situé derrière, s'appelle l'isthme de la prostate ou les lobes moyens de la glande. Cette proportion est souvent hypertrophiée chez les personnes âgées et rend difficile l’urination.

La structure de la prostate

À l'extérieur, la glande prostatique est recouverte d'une capsule à partir de laquelle des faisceaux de fibres du tissu conjonctif - des cloisons de la prostate - se ramifient dans la glande. La capsule est constituée de tissu glandulaire formant le parenchyme glandulaire, ainsi que de tissu musculaire lisse constituant la matière musculaire. Le tissu glandulaire est groupé en complexes distincts sous la forme de glandes (lobules) de la structure tubulaire alvéolaire. Le nombre de lobules de fer atteint 30 à 40; ils sont situés principalement dans les parties postérieure et latérale de la prostate. Dans la partie antérieure de la prostate, les lobules sont petits. C'est ici que prédominent les muscles lisses, qui se concentrent autour de la lumière de l'urètre masculin. Ce tissu musculaire de la prostate est associé aux faisceaux musculaires du bas de la vessie et participe à la formation du sphincter interne (involontaire) de l'urètre masculin. Les passages glandulaires des glandes, se rejoignant par paires, passent dans les sillons de la prostate excréteurs qui, avec leurs ouvertures en trou d'épingle, s'ouvrent dans l'urètre masculin dans la zone du collic de graine.

Vaisseaux et nerfs de la prostate

L'approvisionnement en sang de la prostate est assuré par de nombreuses petites branches artérielles partant de la vessie inférieure et des artères rectales moyennes (du système des artères iliaques internes). Le sang veineux de la prostate s'écoule dans le plexus veineux de la prostate, puis dans les veines urinaires inférieures, qui se déversent dans les veines iliaques internes droite et gauche. Les vaisseaux lymphatiques de la prostate s'écoulent dans les ganglions lymphatiques iliaques internes. Les nerfs de la prostate proviennent du plexus prostatique, dans lequel des fibres sympathiques (des troncs sympathiques) et parasympathiques (des nerfs de l’intestin pelvien) pénètrent dans le plexus hypogastrique inférieur.

Localisation, structure anatomique et fonction de la prostate

La prostate est une glande de sécrétion externe non appariée située dans la cavité pelvienne chez l'homme. L'anatomie de la prostate est étroitement liée à sa fonction principale - la synthèse d'un secret spécifique assurant la motilité des spermatozoïdes. Les maladies de cet organe peuvent causer des problèmes de miction, d'érection ou même de stérilité chez l'homme.

Les maladies de la prostate sont un problème pressant pour les hommes plus âgés. Et le cancer de la prostate est à la première place parmi tous les cancers de la population masculine. Par conséquent, il est important de connaître la structure, les fonctions des glandes ainsi que les causes des maladies.

Anatomie topographique

Chez l'homme, la prostate est située au centre même du pelvis. La symphyse pubienne au-dessus - de la vessie et des vésicules séminales, derrière - le rectum et au-dessous - des muscles du plancher pelvien est antérieure à elle. La prostate recouvre de manière circulaire la partie inférieure de la vessie et l'urètre proximal (urètre).

En raison de la proximité de la vessie et de l'urètre, ainsi que de l'inflammation de la prostate, la miction devient difficile, les douleurs, les crampes et les malaises apparaissent lorsque vous allez aux toilettes. L'augmentation de la taille de la prostate entraîne la compression du canal déférent, à cause de laquelle les hommes ont des problèmes de puissance.

Le plexus veineux et le tissu adipeux sont situés entre la symphyse pubienne et la prostate, à l’aide du muscle pubien-prostate, ainsi que des ligaments médian et latéral latéraux fixés à l’os pubien.

Le sang artériel pénètre dans la prostate par les artères partant des artères buccales inférieure et moyenne. L'écoulement veineux se produit à travers le plexus dit de Santorin. L'innervation est fournie par les fibres nerveuses parasympathiques et sympathiques du système nerveux autonome.

C'est important! Cet arrangement permet la palpation de la prostate à travers le rectum, ce qui est très pratique pour le diagnostic de prostatite, hyperplasie, adénome. L'examen rectal numérique est la méthode de diagnostic standard en urologie.

Structure anatomique

En règle générale, la prostate d'une personne adulte en bonne santé ne pèse pas plus de 20 grammes et ressemble à une châtaigne. Sa longueur est de 2,5 à 3,5 centimètres, son épaisseur de 1,7 à 2 centimètres, sa largeur de 2,3 à 4 centimètres. En règle générale, la taille de la glande diminue progressivement avec l'âge - ce phénomène est appelé involution de l'âge. La prostate a:

  • les surfaces inféro-latérale, antérieure et postérieure (un sillon divisant la prostate en deux parties longe la surface postérieure);
  • les lobes droit et gauche et l'isthme, parfois appelé lobe moyen;
  • l'apex (faisant face au diaphragme du bassin) et la base, se confondant devant la vessie et postérieurement adjacents aux vésicules séminales.

La prostate chez l'homme est la glande tubulaire alvéolaire de la sécrétion externe. Cela signifie que le secret de la prostate n'est pas libéré dans le sang, mais à l'extérieur. Son unité structurelle est acini. Au total, la prostate peut avoir de trente à cinquante acinis. Le parenchyme de la prostate peut être divisé en trois zones:

  • central - est situé à proximité de la vessie;
  • transition - la partie médiane de la glande;
  • périphérique - est le plus éloigné de la vessie.

À l'extérieur, la prostate humaine est entourée d'une capsule composée du stroma et du parenchyme. Un tissu fonctionnel (appelé parenchyme) contient des acinis, tubules alvéolés dans lesquels se produit la sécrétion prostatique. Le stroma est constitué de tissu conjonctif et musculaire. Sa fonction principale est la maintenance du parenchyme.

Les tubules alvéolés forment des canaux de la prostate qui, en une quantité de 15 à 20 pièces, s’ouvrent sur les côtés du tubercule germe. À travers la prostate, passent les canaux éjaculatoires qui, ainsi que les canaux de la glande, s’écoulent dans l’urètre.

Apport sanguin et drainage lymphatique

Le sang artériel pénètre dans la prostate par les artères inférieures de la vessie (aa. Vesicalesinferiores) et par les artères rectales moyennes (aa. Haemorrhoidaleslesmediae), qui s'étendent des artères iliaques internes. Il est également alimenté en sang par l'artère prostatique (a. Prostatica), qui s'étend de l'artère surrénale interne.

L'écoulement du sang veineux se produit dans le plexus veineux factice, puis dans les veines de la vessie inférieure. De là, le sang entre dans l'iliaque interne et de là - dans la veine cave inférieure. La lymphe de la glande pénètre dans les ganglions lymphatiques situés près des veines et des artères iliaques internes.

Fonctions de la glande

Pas étonnant que la prostate soit appelée le "deuxième cœur des hommes". Il est situé au centre même du bassin et relie presque tous les organes génitaux. La prostate a plusieurs fonctions importantes:

  • Sécrétoire - substances contenues dans une sécrétion spécifique de la glande, diluent l'éjaculat et rendent les spermatozoïdes à part entière, capables de féconder un ovule. En cas de défaillance de l'organe, les spermatozoïdes deviennent immobiles, ce qui provoque l'infertilité.
  • Moteur - la prostate aide à maintenir l'urine entre les mictions. Elle est également responsable de la libération du sperme et, lors de l'orgasme, empêche l'infiltration d'urine dans l'urètre.
  • La barrière - sécrétion prostatique contient du lysozyme, des immunoglobulines de classe A et un complexe zinc-peptide, qui empêchent l'infection de pénétrer de l'urètre aux organes en amont.

Fait! Dans les maladies de la prostate, ses fonctions principales sont perturbées. De ce fait, la fonction sexuelle d'une personne est perturbée, des problèmes de miction et des maladies inflammatoires des organes de l'appareil urinaire apparaissent assez souvent.

Secret prostatique

Grâce à une bonne innervation, la prostate provoque des sensations agréables chez une personne lors de rapports sexuels. La sécrétion prostatique contient un certain nombre de substances biologiquement actives:

  • antigène spécifique de la prostate (PSA), dont le niveau augmente dans diverses maladies de la prostate;
  • citrate de sodium (acide citrique), qui empêche la formation de calculs;
  • le lysozyme, les prostaglandines et les immunoglobulines, qui sont des facteurs d'immunité locale;
  • la testostérone - l'hormone sexuelle masculine;
  • diverses enzymes et vitamines;
  • suc prostatique, responsable de la motilité des spermatozoïdes.

Des rapports sexuels irréguliers et un mode de vie sédentaire entraînent une stagnation de la sécrétion prostatique. Pour cette raison, une personne développe une prostatite, une maladie inflammatoire de la prostate causant parfois de graves complications.

Fait! La prostatite chronique est le plus souvent touchée par les hommes âgés de 40 à 45 ans. Cela contribue aux erreurs nutritionnelles, aux mauvaises habitudes et à l’affaiblissement de l’immunité.

Maladies de la prostate

La pathologie la plus courante chez l'homme est la prostatite. Le plus souvent, les hommes souffrent de prostatite congestive, beaucoup moins souvent - infectieuse aiguë. Une inflammation chronique conduit souvent au développement d'une hyperplasie, d'un adénome ou même d'un cancer. La formation de kystes et d'abcès est également possible. Les principaux signes d'atteinte des glandes sont les suivants:

  • douleur dans le périnée et le bas-ventre;
  • mictions fréquentes;
  • inconfort et tendresse pendant les rapports sexuels;
  • violation de l'érection, l'impuissance.

Une inflammation de la prostate peut se développer en raison de la pénétration de virus, de champignons et de bactéries dans celle-ci. Parfois, les agents pathogènes sont la chlamydia, les trichomonas, les mycoplasmes et d’autres micro-organismes responsables du développement de maladies vénériennes.

Causes de la maladie

Outre l'infection, de nombreux facteurs provoquants contribuent au développement de la prostatite. En eux-mêmes, ils ne peuvent pas nuire grandement à l'homme, mais ils sont susceptibles, conjointement à plusieurs facteurs néfastes, de provoquer le développement de la maladie. Les facteurs de risque incluent:

  • vie intime irrégulière;
  • changement fréquent de partenaires sexuels;
  • retarder l'éjaculation;
  • trop long rapport sexuel;
  • hypothermie fréquente;
  • manque d'activité physique;
  • mode de vie sédentaire;
  • boire et fumer;
  • mauvaise nutrition.

Il est prouvé que les rapports sexuels irréguliers, la sédentarité, les mauvaises habitudes et la malbouffe augmentent le risque de développer une prostatite prostatique à de nombreuses reprises. Tous les hommes âgés de plus de quarante ans sont à risque. Par conséquent, ils doivent prendre un soin particulier de la prévention et consulter un urologue au moins une fois par an.

Tout sur la prostate - structure, fonction, diagnostic des pathologies

La prostate chez les hommes s'appelle le «deuxième cœur». Sa fonction sexuelle, le fonctionnement normal du système urinaire et son état psycho-émotionnel dépendent à la fois de son travail à part entière. Il s’agit de la principale glande sexuelle auxiliaire de l’homme, qui remplit une importante fonction de sécrétion.

Caractéristiques structurelles

Chez un homme en bonne santé, la prostate mesure jusqu'à 25 centimètres cubes, ce qui correspond à 25 ml. La densité moyenne de la glande est de 1,05 g / cm3. La longueur du fer atteint 3,2 à 4,5 cm, la largeur 3,5 à 5 cm, l'épaisseur 1,7 à 2,5 cm.

À différentes périodes de la vie d'un homme, la forme et la consistance de la prostate changent. Avant la puberté, le fer est petit et consiste principalement en tissu musculaire. À la puberté, la composante glandulaire commence à apparaître. La prostate chez l'homme adulte est constituée de tissu glandulaire, de muscle lisse et de tissu conjonctif.

La forme de la prostate rappelle celle d'un châtaignier, divisé en son centre par un sillon. La pointe (la soi-disant partie rétrécie du corps) est dirigée vers le diaphragme. En comparaison, la base de la glande est plus large et entre en contact avec la vessie.

L'avant (face à la zone pubienne) et le dos de l'organe (face à l'intestin) ont une forme concave et une surface lisse. Sur les côtés, il y a des zones de forme arrondie - surfaces des jambes.

La prostate est située dans le petit bassin, entre le rectum et le pubis, sous le fond de la vessie. La prostate englobe partiellement l'urètre et le canal éjaculatoire (canal déférent).

Les tissus musculaires lisses peuvent représenter entre un quart et la moitié du volume total de la prostate, et le composant glandulaire (de 30 à 50 glandes) possède des canaux reliés par paires et ouverts avec des trous (il peut y en avoir de 15 à 25) le long des tubercules. Ce dernier est situé à l'arrière de l'urètre dans l'épaisseur de la prostate.

Le tubercule de la graine joue le rôle de la zone réceptrice et est responsable de la régulation de l'excitation sexuelle, ainsi que de l'apparition de l'éjaculation et de l'orgasme. Chaque lobe de la prostate est entouré de faisceaux de fibres musculaires lisses (disposées en couches longitudinales et circulaires). Les muscles des glandes lisses sont un système contractile unique.

Sang et vaisseaux lymphatiques autour de la prostate

À l'extérieur, la prostate est entourée d'une capsule fibreuse, de structure relativement dense. De là, les partitions du tissu conjonctif sont dirigées à l'intérieur de la glande. Les vaisseaux entourant l'organe forment le plexus veineux prostatique associé à la veine dorsale profonde du pénis et au plexus hémorroïdaire du rectum.

Par la même lymphe est distribué - circulant à travers les vaisseaux connectés aux vaisseaux lymphatiques du rectum et des organes adjacents. Il est extrêmement important de maintenir le fonctionnement normal des deux systèmes, sans quoi le risque de sédimentation des micro-organismes dans la prostate augmente, ce qui peut la faire pénétrer dans le sang et la lymphe.

Communication avec le système nerveux

La prostate est riche en terminaisons nerveuses. Nous parlons des fibres nerveuses du système nerveux autonome (sympathique et parasympathique), des nerfs sensoriels et des terminaisons.

La stimulation sympathique est associée à l'éjaculation. En raison du fait que les nerfs sympathiques sont impliqués dans le contrôle des muscles prostatiques, il est possible d'utiliser efficacement des alpha-bloquants dans le cadre d'un traitement complexe de l'adénome.

Fonctions

La prostate a trois fonctions principales:

  1. Exocrine sécrétoire - produit un secret qui dilue le sperme, active le mouvement du sperme et fournit un niveau normal d’équilibre acido-basique.
  2. Moteur - tissu musculaire du corps comprimé de manière rythmique et jette la sécrétion prostatique avec le sperme lors de l'éjaculation. Le secret contient: du zinc (fournit l'activité antimicrobienne du liquide séminal), des hormones, des graisses, des protéines, des glucides et des enzymes nécessaires au fonctionnement normal du système reproducteur.
  3. Barrière - empêche les micro-organismes de pénétrer de l'urètre dans les voies urinaires supérieures.

Parmi les produits de la sécrétion de la prostate, les plus étudiés sont: la phosphatase acide, l'acide citrique et l'antigène spécifique de la prostate (PSA). C'est ce dernier analysé dans l'étude de la probabilité de développer des maladies de la glande prostatique. En particulier, le risque de développer un adénome et un cancer ou la présence d'une tumeur maligne est déterminé.

En cas de violation d'au moins une des fonctions, le système génito-urinaire en souffre et la fonction de reproduction est altérée. La prostate joue un rôle important dans le processus de production de la principale hormone sexuelle masculine, la testostérone.

À l'intérieur de la prostate, cette hormone est transformée en dihydrotestérone par l'action d'une enzyme spéciale (la 5-alpha réductase). Les médicaments qui affectent la 5-alpha réductase sont utilisés pour traiter l'adénome de la prostate.

Les récepteurs alpha-adrénergiques sont également présents dans le tissu prostatique, soutenant les muscles lisses de l'organe. Il trouve son utilisation dans le traitement de l'adénome et de la prostatite.

Lorsque des maladies oncologiques se développent, la taille de la prostate augmente considérablement - jusqu’à 300 ml et plus. Cela indique la présence d'une hyperplasie bénigne (adémoïde) ou d'une croissance maligne (cancer). Évaluer indépendamment le degré d'élargissement de la prostate est difficile. Il est recommandé de le faire exclusivement chez l'urologue lors de l'examen rectal.

À travers la paroi antérieure du rectum, un spécialiste sonde la surface de la prostate. Les modifications de sa structure peuvent être évaluées avec l’échographie TRUS (échographie transrectale), l’IRM (imagerie par résonance magnétique) et la tomodensitométrie (TDM) des organes pelviens.

Options de recherche

Pour évaluer l'état de la prostate et la présence de pathologies possibles, plusieurs études de laboratoire sont menées, notamment:

  • Analyse d'urine (pour la recherche reçoivent trois portions);
  • Analyse de la sécrétion de la prostate;
  • Examen de l'éjaculation (sperme);
  • Examen bactériologique de la sécrétion d'urine, de sperme et de prostate.

Si vous soupçonnez la survenue d'une prostatite, un examen médical commence par des analyses d'urine. Sur le fonctionnement de l'urètre, vous pouvez obtenir des informations détaillées sur la première portion d'urine reçue. Si une augmentation du taux de leucocytes est enregistrée, cela peut indiquer une urétrite (inflammation de l'urètre).

La norme est considérée comme le nombre de leucocytes, ne dépassant pas dans le champ de vision 15, dans la première portion d'urine après une rétention urinaire de quatre heures. Sur le travail de la vessie et les reins diront la deuxième partie de l'urine. En conséquence, une augmentation du nombre de leucocytes indique un processus inflammatoire de la vessie (cystite) ou des reins (pyélonéphrite).

Si le secret après le massage n'a pas pu être obtenu en quantité suffisante pour une étude complète (cela indique que le montant du secret est petit et qu'il a touché la vessie ou l'âne sur les parois de l'urètre), une troisième portion d'urine est obtenue et examinée.

Lorsqu'il est nécessaire de vérifier la présence du processus inflammatoire des vésicules séminales, massez-les et examinez l'urine. Si nécessaire, vérifiez le fonctionnement des vésicules séminales gauche et droite séparément.

Diagnostic des pathologies

Le secret de la prostate ou de l'urine centrifuge est examiné au microscope. Une goutte de liquide de recherche est appliquée sur une lame de verre et examinée au microscope. Normalement, pas plus de 10 leucocytes ne devraient être en vue. S'il y en a plus, la prostatite peut être diagnostiquée. Le secret et l'urine sont également examinés pour la présence de grains de lécithine (une diminution de leur nombre peut indiquer une insuffisance fonctionnelle de la prostate), des corps amyloïdes et des cellules épithéliales.

Dans certains cas, le médecin choisit une étude plus détaillée: effectuez jusqu'à quatre massages avec un intervalle de un à deux jours. Si nécessaire, on prescrit au patient des alpha-bloquants.

Même si la croissance de la microflore n'a pas été confirmée par un seul ensemencement d'une sécrétion de prostate ou d'une troisième portion d'urine, on ne peut exclure la possibilité de la présence de foyers d'infection cachés dans la prostate. Dans ce cas, effectuez des examens répétés pour identifier avec précision l'agent responsable du processus inflammatoire.

En présence de prostatite chronique, effectuer des tests auxiliaires. Parmi eux - l'étude de la nature de la cristallisation du secret de la prostate. La cristallisation est due à la dépendance de la forme des cristaux de chlorure de sodium précipités sur les propriétés physicochimiques de la sécrétion prostatique.

Si le processus de cristallisation se déroule sans perturbation, les cristaux sont pliés selon un motif ressemblant à une feuille de fougère. En présence de modifications pathologiques de la prostate et d'un foyer d'inflammation chronique, la configuration des cristaux est sérieusement perturbée ou ne se forme pas du tout. Ce processus est grandement influencé par les hormones sexuelles mâles - les androgènes.

Symptômes de violations

L'hypothermie ou les ARVI peuvent être à l'origine d'une prostatite aiguë. La température corporelle atteint 39-40 C et est accompagnée de frissons. De plus, une douleur intense est localisée à l'aine, au périnée et au bas de l'abdomen. Le syndrome douloureux augmente pendant la miction, du sang peut apparaître dans les urines.

La cause de la prostatite bactérienne, qui se trouve sous une forme isolée dans seulement 10% des cas, est toujours une infection qui a pénétré dans la prostate par les reins, la vessie et l’urètre. Dans certains cas, l'agent causal est une infection fongique ou virale.

En cas de malaise, il est important de ne pas retarder une visite chez le médecin, car le risque de complications est élevé:

  • Abcès de la prostate (formation d'une cavité purulente dans le tissu glandulaire);
  • Orchite (inflammation des testicules);
  • Épididymite (inflammation de l'épididyme);
  • La cystite;
  • L'uréthrite;
  • Vésiculite

Les facteurs ayant contribué à son développement sont les suivants:

  1. Infection chronique des voies urinaires, du système respiratoire;
  2. Traitement incorrect de la prostatite aiguë;
  3. L'hypodynamie;
  4. Sexe irrégulier;
  5. Hypothermie et immunité réduite.

Si aucune mesure n'est prise pour traiter la prostatite chronique, la source de l'inflammation et la stase du sang dans la région pelvienne entraînent des lésions du tissu prostatique. La maladie devient grave et difficile à traiter.

Jusqu'à 90% des cas surviennent dans les cas de prostatite chronique non bactérienne, qui se fait sentir à la fois comme des troubles urinaires et des douleurs persistantes au niveau du périnée. La maladie commence avec le processus inflammatoire et continue sous l'influence de mécanismes auto-immuns. La maladie se caractérise par la présence d'une infection chronique et d'une régulation nerveuse altérée des organes pelviens, ainsi que de l'irrigation sanguine de la prostate.

La prostatite chronique en l'absence d'un traitement adéquat peut entraîner les complications suivantes:

  • Urolithiase;
  • Infertilité;
  • Dysfonction érectile;
  • Fibrose de la prostate;
  • Adénome;
  • Cancer de la prostate.

Traitement correct

Au cours du diagnostic, la question clé est la détermination de la forme de la maladie. Le traitement le plus difficile en cas de syndrome de douleur pelvienne chronique ou de prostatite chronique non bactérienne. Si nous parlons de prostatite aiguë ou de prostate bactérienne chronique, il est beaucoup plus facile de la diagnostiquer et de la traiter. Le cours peut durer de deux à trois semaines.

Dans la forme chronique de la prostatite, la durée du traitement peut être étendue à six mois. Un traitement antibiotique est utilisé. Le cours commence par deux semaines de prise du médicament prescrit. Avec des améliorations, cela dure jusqu'à six semaines. Démontrer particulièrement efficace alpha-bloquants. Les médicaments atténuent considérablement ces symptômes:

  • Diminution de la pression du jet d'urine;
  • Mictions fréquentes pendant le jour et la nuit;
  • Irrésistible et soudain besoin d'uriner.

L'effet anesthésique fournira des médicaments anti-inflammatoires (à utiliser par voie rectale). Pour réduire le processus inflammatoire et éliminer les symptômes de la maladie, des préparations à base de plantes, des immunomodulateurs, des adaptogènes, des vitamines et des médicaments améliorant la microcirculation peuvent être inclus dans le traitement complexe.

En cas de prostatite chronique afin d’attribuer le traitement correct et la nomination d’un antibiotique approprié, un drainage prolongé des glandes de la prostate est indiqué. En règle générale, l'examen ne se limite pas à une seule sécrétion de la prostate par le backsplan.

Dans les cas les plus graves, en l'absence d'effet positif d'un traitement au long cours, une intervention chirurgicale peut être recommandée:

  • Résection transurétrale de la prostate;
  • Prostatectomie radicale;
  • Effet laser sur la prostate.

Avec un diagnostic en temps opportun et la nomination d'un traitement approprié des symptômes dangereux et des conséquences de la prostatite, il est tout à fait possible d'éviter.

La prostate. La structure

La prostate, la prostate, est un organe non apparié des tissus musculaires glandulaires et lisses; situé dans la partie inférieure de la cavité pelvienne sous la vessie, entre celle-ci, la paroi antérieure du rectum et la section antérieure du diaphragme urogénital. La glande englobe la partie initiale de l'urètre, sa partie prostatique, la partie prostatique, et les conduits éjaculatoires, ductus ejaculatorii.

Dans sa structure, il appartient aux glandes tubulaires alvéolaires complexes. La prostate a la forme d'un châtaignier. Elle distingue vers le bas le diaphragme urogénital, le sommet plus étroit de la prostate, l'apex prostatae, et la large surface concave dirigée vers la base de la vessie de la prostate, base prostate. La face antérieure, faciès antérieur, fait face à la symphyse pubienne et la face postérieure, faciès postérieur, est dirigée vers l'ampoule rectale. Dans la prostate, il est également possible de distinguer des surfaces latérales inférieures arrondies, du faciès inférolatéral, qui sont respectivement dirigées vers les côtés droit et gauche, vers le muscle qui soulève l'anus, m. releveur ani. Un petit muscle pubien-prostate, m. puboprostaticus, qui est attaché à la surface latérale inférieure de la prostate.


Dans la prostate, les lobes droit et gauche sont isolés, lobus dexter et lobus sinistre. Les lobes sont divisés le long de la surface postérieure de la glande avec un sillon doux et l'isthme de la prostate, l'isthme prostatae (lobe moyen, lobus medius).

L'isthme de la prostate est appelé sa section, située entre le lieu d'entrée du col de la vessie dans sa base à l'avant et les canaux éjaculatoires droit et gauche - à l'arrière; chez les personnes âgées, l'isthme est considérablement élargi et est considéré comme le lobe moyen, lobus medius.


L'urètre traverse la partie inférieure antérieure de la glande et pénètre dans son extrémité, de sorte que la majeure partie de la glande se trouve derrière le canal et que la plus petite se situe en avant. De haut en bas et en avant, à travers la base de la glande, les canaux éjaculatoires passent.

La longueur transversale de la prostate est d'environ 4 cm, la longueur - 3 cm et l'épaisseur de 2 cm; la masse de la glande est en moyenne égale à 20. La taille et la masse de la glande changent avec l’âge: chez les enfants, elles sont petites; dans la vieillesse, le fer peut atteindre la taille d'un œuf de poule.

La prostate comprend le parenchyme, le parenchyme et la substance musculaire, la substance musculaire. Le parenchyme est inégalement réparti dans l’organe; vers le rectum, le parenchyme glandulaire prédomine, tandis que vers l'urètre, la substance musculaire se développe plus fortement.

Le parenchyme glandulaire entoure la partie prostatique de l'urètre; elle consiste en 30 à 50 canaux prostatiques tubulaires alvéolaires ramifiés, ductuli prostatici, tapissés d'épithélium.

La masse principale et les plus longues rainures glandulaires sont situées dans les parties postérieure et latérale de la glande; seul un petit nombre et, en outre, des courses plus courtes sont situés en avant; la région médiane la plus antérieure n'en contient pas et ne contient que de la matière musculaire.

La glande est entourée d'une capsule de la prostate, la capsula prostatica, à partir de laquelle les fibres du tissu conjonctif et les muscles lisses constituant le stroma de la glande pénètrent dans la glande. Le stroma est situé entre les canaux, divisant le parenchyme glandulaire en lobules.

Les fibres musculaires passent dans la glande par le mur adjacent à la base de la vessie. Le sommet de la glande, qui se trouve dans le diaphragme urogénital, contient les fibres musculaires striées qui passent de ce dernier et font partie d’un muscle arbitraire - le sphincter urétral, m. sphincter l'urètre. La bouche des sillons glandulaires, environ 30, s’ouvrent à la surface de la membrane muqueuse de l’urètre de la prostate autour du bourgeon germe et sur celui-ci.

La surface antérieure de la glande est formée par la plus petite partie de celle-ci, située devant l'urètre. À partir de la fusion pubienne et de la section adjacente de l'arc tendineux jusqu'aux surfaces antérieure et latérale de la glande, sont suivis les ligaments pubien-prostatique (pubic-blister), ligg. puboprostatica (pubovesicalia).

Devant la base de la glande adjacente, se confondant avec elle, le bas de la vessie. Les corps latéraux des vésicules séminales jouxtent la partie postérieure de la base et les ampoules médiales du canal déférent.

La surface postérieure de la glande est adjacente au septum, ce qui la sépare de l'ampoule rectale et constitue la paroi postérieure de sa capsule.

Les surfaces latérales inférieures de la glande, séparées par la paroi de la capsule, sont adjacentes aux bords médians des deux muscles, ce qui soulève l’anus qui, une fois contracté, peut soulever la prostate.


Sous la capsule de la glande se trouvent les veines qui pénètrent dans le plexus veineux de la prostate, dans lequel tombe la veine dorsale profonde du pénis.

L'isthme prostatae, l'isthme de la prostate, adjacent à la paroi arrière de l'urètre, porte la mère de la prostate, l'usticule prostatique; Il a l'aspect d'une poche longitudinale d'une longueur maximale de 1 cm et d'une largeur de 1-2 mm.

Innervation: nerfs du plexus prostatique, plexus hypogastrique inférieur (sympathique) et nn. splanchnici pelvici (parasympathique).

Approvisionnement en sang: aa. rectales médias, vesicalis inférieur. Le sang veineux coule à travers le plexus veineux prostatique, puis à travers vv. vesicales inférieures en v. iliaca interna.

Les vaisseaux lymphatiques rétractent la lymphe aux nodi lymphatici iliaci interni.

Vous serez intéressé à lire ceci: