Principal
Prévention

Problèmes de miction chez l'homme comment traiter

La rétention de la miction chez les femmes peut s'exprimer par l'absence totale de miction ou par la conclusion difficile de l'urine. L’apparition déraisonnable de problèmes aux canaux urinaires suggère que la pathologie progresse dans le corps, qui devient ensuite chronique et provoque un inconfort permanent.

Causes du problème

L'apparition d'un problème n'est pas caractérisée par une raison spécifique. Servir son développement peut à la fois une pathologie grave, et une hypothermie banale. Les facteurs qui ont contribué au problème de la miction chez les hommes et les femmes sont presque identiques. Mais il y a ceux qui concernent exclusivement le sexe féminin.

Les raisons suivantes peuvent contribuer au retard de la production d’urine:

  • Cicatrices urétrale. Cette pathologie est observée chez les personnes dont le canal urétral est blessé après une chirurgie;
  • Infection de l'urètre. Il entre dans les voies urinaires et crée des processus inflammatoires, à la suite desquels le patient présente un œdème, ce qui contribue à la conclusion difficile de l'urine;
  • Déformation des canaux urinaires ou des parois de la vessie. Une structure inappropriée du système urogénital contribue à la rétention de l'urine dans le corps humain. Dans ce cas, l'urine est affichée en portions minimes, raison pour laquelle il est urgent de recevoir une assistance adéquate et de se débarrasser de la pathologie;
  • Traumatisme des organes dans le petit bassin. L'exercice physique intense rend difficile l'écoulement de l'urine. Dans ce cas, le patient observe la douleur lorsque l’urine est émise et dans certains cas, elle brûle;
  • La dysurie peut être causée par un accident vasculaire cérébral ou par des complications causées par un traitement;
  • Long séjour en position forcée. Par exemple, lors de l'attribution du repos au lit après la chirurgie;
  • Surexcitation émotionnelle. Stress fréquent et effets importants sur le système nerveux;
  • Conséquences après une anesthésie locale ou générale due au fait qu’elle n’était pas compatible avec le corps du patient et qu’elle a provoqué une réaction allergique;
  • Constipation fréquente causée par l'utilisation de produits nocifs pour le corps. En outre, l'ischurie est causée par le fait qu'une personne ne mange pas de repas chauds, ce qui nuit au système digestif et entraîne des complications pour le tractus urinaire;
  • Les causes de rétention urinaire chez les femmes peuvent être des relations sexuelles prolongées et intenses;
  • Parfois, des phénomènes similaires sont observés après une forte frayeur ou dans un état de choc;
  • Le débit urinaire est retardé par l'utilisation d'anticholinergiques. Dans ce cas, vous devrez consulter un médecin et revoir les méthodes de traitement.
  • La difficulté à uriner survient chez les personnes qui passent beaucoup de temps dans le froid;
  • Les problèmes liés au retrait de l'urine peuvent être dus au non-respect des règles d'hygiène ou à un mépris total de celles-ci;
  • Ishuria est provoqué: pyélonéphrite, tumeurs bénignes et malignes et maladies infectieuses;
  • Les personnes qui mènent une vie sédentaire et passent la plupart de leur temps à la maison sont également susceptibles de contracter cette maladie;
  • Un problème de miction est observé chez les femmes pendant la grossesse. Elle est causée par une augmentation des uretères, qui compriment les reins et interfèrent avec le débit normal d’urine. En outre, l'ischurie résulte du fait que les reins éliminent les déchets non seulement de la mère, mais également de l'enfant. Cela affecte les organes internes, raison pour laquelle ils cessent de fonctionner normalement;
  • La tuberculose rachidienne est également associée à des difficultés à uriner. Dans ce cas, une petite quantité de sang et de mucus peut être observée dans les urines.
  • Hernies de Schmorl et autres structures qui affectent négativement le système urogénital;
  • Intoxication du corps avec des médicaments, des tranquillisants, des opiacés, de l'alcool ou des narcotiques.

Les causes de difficulté à uriner ont un caractère différent et il est extrêmement problématique de déterminer indépendamment quel était exactement l'agent causal de la maladie. En cas de détection de problèmes liés au prélèvement d'urine, le patient devra contacter la clinique et se soumettre à un examen complet. Seulement dans ce cas, la patiente sera en mesure de comprendre pourquoi elle a des problèmes avec le système génito-urinaire.

Conclusion

Surtout les filles sont touchées par cette maladie. La miction obstructive peut être observée pendant la grossesse ou le cycle menstruel. En outre, la pathologie se développe dans la vieillesse et nécessite un traitement immédiat.

Si des symptômes caractéristiques de cette maladie sont découverts, la patiente doit faire tout ce qui lui est demandé, y compris le dépistage et les soins médicaux appropriés.

Prenez soin de votre santé! Si vous remarquez que la miction est devenue problématique, rendez-vous à la clinique, car le dépistage précoce de la maladie contribuera à un prompt rétablissement.

Vaincre une maladie rénale grave est possible!

Si les symptômes suivants vous sont familiers:

  • maux de dos persistants;
  • difficulté à uriner;
  • violation de la pression artérielle.

Le seul moyen est la chirurgie? Attendez et n'agissez pas par des méthodes radicales. Guérir la maladie est possible! Suivez le lien et découvrez comment le spécialiste recommande un traitement.

Les mictions fréquentes en souffrent: causes d'occurrence et moyens d'éliminer le problème

Le symptôme «mictions fréquentes» peut survenir chez une personne de tout sexe, âge, mode de vie, etc.

Il faut comprendre que si une personne a commencé à boire beaucoup plus de liquide qu’avant, et a commencé à ressentir une envie plus fréquente d’uriner, il ne s’agit pas d’une pathologie, mais d’une réaction normale du corps.

Causes de mictions fréquentes

Si le patient urine jusqu'à 8 à 10 fois par jour, les médecins considèrent que c'est la norme, mais que plus, il faut accorder plus d'attention à leur santé. Le nombre de sorties nocturnes aux toilettes pour un adulte ne doit pas dépasser une fois.

Le danger est que même l'absence totale de gêne ou de douleur liée aux fréquentes visites aux toilettes puisse faire état de problèmes de santé graves.

Les causes possibles des symptômes sont les suivantes:

  1. IST. Vous pouvez suspecter leur présence pour certains symptômes associés: odeur, démangeaisons, écoulement inhabituel, brûlures, etc.
  2. troubles de la prostate chez l'homme. Les plus courants sont l'adénome et la prostatite;
  3. la cystite En règle générale, il s’agit d’un problème féminin, mais la cystite bactérienne peut toucher un homme. Symptômes: besoin fréquent d'uriner avec une sensation de vessie non complètement vidée, sensation de brûlure, de pus peut être libéré et la température corporelle augmente;
  4. urétrite L'urine devient trouble, il y a des impuretés inhabituelles sous forme de sang ou de pus, après qu'une personne ait uriné, elle ressent à nouveau le besoin le plus fort;
  5. le diabète. Le diabète sucré «se rapporte» souvent à lui-même par le fait qu’une personne commence à uriner beaucoup plus souvent qu’avant la perturbation du système endocrinien;
  6. urolithiase. Le patient se plaint de brûlures et de crampes pendant la miction, de coliques néphrétiques, de maux de dos, d'une augmentation de la température corporelle et de la présence de diverses impuretés dans les urines.
  7. pyélonéphrite. Dans ce cas, il y a une douleur dans le bas du dos, ainsi que dans le bas de l'abdomen, il y a une hyperthermie, l'urine sort de la couleur normale, mais en petites portions;
  8. hyperactivité vésicale. En règle générale, le symptôme qui l’accompagne est un: une légère douleur pendant la miction;
  9. insuffisance cardiovasculaire. Ses symptômes supplémentaires: essoufflement, gonflement, dysfonctionnement du cœur;
  10. d'autres raisons. Les cas les plus fréquemment diagnostiqués sont les suivants: lésions de la région pelvienne, tumeurs bénignes ou malignes localisées dans cette zone, muscles faibles des parois de la vessie.

En outre, il existe des causes physiologiques de mictions fréquentes. Dans ce cas, le symptôme ne parle pas de la maladie, mais est une conséquence de l'état de l'organisme.

Raisons non directement liées à la maladie:

  • la grossesse Le fœtus exerce une pression sur les organes de la miction, ce qui entraîne une envie accrue d'aller aux toilettes. Aucun traitement requis
  • prendre certains groupes de médicaments. Ceux-ci comprennent non seulement les diurétiques et les décongestionnants, mais aussi des médicaments de pression;
  • la réception d'une grande quantité d'alcool ou de produits à effet diurétique (pastèques, concombres, melons, riz, etc.);
  • situation stressante;
  • une forte hypothermie peut conduire au fait que dans quelques heures, le corps produira intensément de l'urine.
Si aucun symptôme alarmant n'est observé, mais que les mictions fréquentes persistent pendant plus de deux jours, consultez un médecin. En présence de symptômes concomitants, cela vaut la peine d'être fait immédiatement.

Tableau clinique

Pour que le médecin puisse diagnostiquer le plus fidèlement possible, il est important qu'il évalue le tableau clinique de la maladie.

En cas de mictions fréquentes, le tableau clinique comprend les facteurs suivants:

  1. A quelle heure de la journée le problème est-il le plus aigu? Si le patient urine souvent exclusivement le jour, on lui diagnostique une "pollakiurie", même si de nuit - une "nycturie". Dans le second cas, la majeure partie de l'urine quotidienne est excrétée la nuit.
  2. Y a-t-il de la douleur, de l'inconfort ou un inconfort?
  3. À quelle fréquence les pulsions apparaissent-elles? Dans certaines pathologies, une personne va uriner littéralement toutes les dix minutes.
  4. Quel est le volume d'urine libéré lors de chaque visite aux toilettes?
  5. Y a-t-il des symptômes supplémentaires: fièvre, écoulement, démangeaisons, sensation de brûlure, soif, perte de poids, fatigue ou autre?
  6. L'urine a-t-elle changé de couleur, contient-elle des impuretés?
Essayez de répondre à ces questions à la maison, à la veille du rendez-vous chez le médecin. Pour ne rien oublier, utilisez un cahier et un stylo et notez vos observations. Rappelez-vous tous les détails dans un laps de temps limité n'est pas facile.

Diagnostic de la maladie

L'urologue s'occupe du diagnostic et du traitement des problèmes de miction. Bien que ce médecin soit considéré comme un médecin de sexe masculin, cela ne signifie pas que les femmes ne peuvent pas lui rendre visite. L'urologue peut interagir avec le gynécologue lors de l'établissement du diagnostic final, mais cela n'est pas toujours nécessaire.

Quels examens sont nécessaires pour réussir:

  1. tests sanguins et urinaires (général + biochimie);
  2. tests bactériologiques de sang et d'urine;
  3. Échographie des organes pelviens / abdomen;
  4. examen urétral prolongé (urétrographie);
  5. urographie des reins;
  6. une étude du fonctionnement de la vessie, qui comprend plusieurs étapes et ne peut être réalisée qu'à l'hôpital;
  7. En outre, des radiographies, des tomodensitogrammes ou des analyses par IRM des zones à examiner pour clarifier le diagnostic peuvent être administrées.
Ce n'est pas toujours le problème qui concerne uniquement les urologues. En cas de stress chronique, le patient est envoyé chez le neurologue, avec des perturbations hormonales - chez l’endocrinologue, avec des problèmes cardiaques - chez le cardiologue.

Excellente information urinaire de diarrhée. Dans ce cas, le patient enregistre la quantité estimée de fluide consommée et excrétée pendant un certain temps.

Traitement

Nommé strictement individuellement après que les causes des violations ont été établies. Appliquer à:

  1. traitement médicamenteux. Il existe tout un groupe de médicaments destinés à réduire la quantité d’urine produite. Ces médicaments comprennent: la midodrine, le Spasmex, la duloxétine, le driptan et d’autres. Chacun des médicaments est prescrit dans des cas strictement définis, de sorte qu'ils ne peuvent être bus que sur l'ordre du médecin;
  2. physiothérapie. Les procédures suivantes ont la plus grande efficacité: UHF au bas ventre, électrostimulation;
  3. un bon résultat donne un exercice régulier pour renforcer les muscles du bassin;
  4. l'hormonothérapie substitutive, utilisée dans certains cas, donne également de bons résultats;
  5. décoction de boutons de bouleau, ainsi que de thé issu de brindilles de cerisier et de poils de maïs - remèdes populaires populaires permettant de vaincre les symptômes désagréables;
  6. Il est important de respecter ce régime: ne buvez pas beaucoup de liquides la nuit, supprimez les aliments épicés et salés de l'alimentation, évitez de consommer des thés et des boissons à effet diurétique;
  7. si la cause des symptômes désagréables est un processus inflammatoire ou une infection, des médicaments antibactériens modernes sont prescrits;
  8. les tumeurs ne sont traitées que chirurgicalement;
  9. dans le diabète, le patient est traité par un endocrinologue, dans les pathologies cardiovasculaires par un cardiologue;
  10. en présence de calculs rénaux, la thérapie vise leur fragmentation et leur élimination du corps, ou leur élimination chirurgicale.
Faites attention au fait que le volume de liquide consommé par jour ne peut en aucun cas être réduit. Pour un adulte, il ne devrait pas être inférieur à deux litres. En réduisant la quantité d’eau pure dans le régime alimentaire, vous causez des dommages irréparables à la santé.

Vidéos connexes

Comment se débarrasser des mictions fréquentes? Réponses dans la vidéo:

Si quelque chose dans le corps commence à fonctionner de façon anormale, la personne perd son calme, sa bonne humeur et son bien-être. Ne vous attendez pas à ce que vos mictions fréquentes cessent de vous gêner par vous-même - consultez votre médecin afin que la maladie ne se transforme pas en une forme latente.

Problèmes de miction chez les femmes: causes communes

Contenu de l'article

Qu'est-ce que la dysurie a à voir avec cela?

En parlant de miction difficile chez la femme, dont les causes peuvent être différentes, il est nécessaire de rappeler la dysurie. Très probablement, c'est le terme que le patient entendra dans le bureau de l'urologue. Quelle est la dysurie chez les femmes?

En médecine, il n’existe pas d’interprétation unique du concept de dysurie, qu’en est-il chez les femmes et les hommes? La traduction latine de ce mot est «absence, manque», et les Grecs utilisaient un tel mot pour signifier tout mauvais, difficile, anormal. En conjonction avec la fin du mot (-uria), il s’avère que ce terme désigne tout inconfort qui se produit chez un patient lorsqu’il urine.

La dysurie accompagne presque toutes les maladies urologiques, mais elle peut apparaître en raison de problèmes neurologiques ou être de nature fonctionnelle.

Comment des problèmes urologiques peuvent-ils survenir?

Les problèmes de miction chez les femmes se manifestent de différentes manières et tous les patients décrivent les symptômes qui apparaissent différemment. En moyenne, les signes peuvent être divisés en plusieurs sous-groupes:

  1. L'urine s'écoule très finement. La pression du jet d'urine peut être appelée lente, à peine fluide.
  2. Le début du processus de miction ne vient pas quand une femme le souhaite, mais après un certain temps, après quelques secondes. Parfois, pour cela, il faut pousser.
  3. Aucune sensation de vidange de la vessie. Les patients se plaignent de ne pas être satisfaits d'aller aux toilettes et sont immédiatement prêts à lui rendre visite après leur sortie des toilettes.

Que peuvent être causés par des troubles de la miction chez les femmes

Il existe des troubles fonctionnels qui apparaissent naturellement dans le corps de la femme et ne nécessitent pas de traitement urgent ou ne sont pas considérés du tout comme des problèmes, même si la femme ressent le changement de nature de la miction. Celles-ci incluent, par exemple, l'entrée dans la phase de ménopause. Les modifications des niveaux hormonaux entraînent une restructuration complète du corps et les visites aux toilettes nocturnes sont de plus en plus fréquentes. Si le nombre de ces voyages ne dépasse pas deux, les médecins ne recommandent pas de déclencher l'alarme et considèrent cette situation comme la norme.

Quelles raisons devraient alerter la femme? Ceux-ci comprennent:

  1. Utilisation incorrecte de médicaments diurétiques. Une attention particulière devrait être portée aux cas où une femme prend des diurétiques de son propre chef, sans l'avis d'un médecin, ou dépasse la dose prescrite par un spécialiste.
  2. Facteurs mécaniques (corps étrangers dans le système urogénital, rétrécissement de la lumière de l'urètre). Malheureusement, cette raison ne peut être identifiée que par les résultats de la recherche en échographie. Il est impossible de déterminer indépendamment les corps étrangers ou de se rétrécir dans l'urètre.
  3. Pathologies des organes féminins. Ceux-ci incluent l'endométriose, le prolapsus de l'utérus, les fibromes et un certain nombre d'autres maladies. Une miction difficile chez la femme pour une raison urologique est très probablement liée à des problèmes gynécologiques. Les statistiques montrent que retarder leur élimination de 30% augmente le risque de conséquences sous forme de maladies urologiques.
  4. Calculs rénaux. Une autre raison qui peut être identifiée uniquement sur une échographie. Des calculs rénaux peuvent apparaître en raison de préférences gastronomiques particulières du patient, ainsi que de sa sensibilité à ce processus.
  5. Maladies inflammatoires du système urinaire (urétrite, pyélonéphrite, cystite). La dysurie, dans ce cas, est une conséquence bien fondée de l'évolution de la maladie.
  6. Tumeurs dans les organes du système urogénital. Toute augmentation des tissus de la vessie et de l'urètre entraîne un rétrécissement important de la lumière de l'urètre ou une compression des organes, ce qui donne à la femme le désir constant d'uriner.
  7. Maladies vénériennes. Les bactéries et les virus modifient non seulement la flore dans tout le système urogénital, mais provoquent également une irritation des cellules des parois et des muqueuses, ce qui entraîne des démangeaisons, des brûlures et le désir de fréquenter les toilettes sans se sentir satisfait après le processus.
  8. Augmentation de la pression intra-abdominale. Cette situation peut se produire si une femme se soumet à des efforts physiques intenses et excessifs. Par exemple, la rétention urinaire chez les femmes est très souvent observée lorsque la patiente aime les sports de puissance - soulever des poids, travailler avec des haltères lourds, etc.
  9. La grossesse La croissance de l'utérus exerce une pression sur tous les organes internes, y compris la vessie. Malheureusement, il est presque impossible de se débarrasser de cette maladie, il vous suffit de suivre les indicateurs de l'analyse de l'urine.
  10. Perturbation du système nerveux. Ce problème concerne surtout les femmes âgées. La rétention urinaire chez les femmes âgées est observée 2 à 3 fois plus souvent que chez les femmes plus jeunes.

Mesures préventives et recommandations générales

Bien entendu, pour toute violation du système urogénital, il est nécessaire de consulter un médecin. Ce n’est qu’ainsi que les complications et les conséquences qui se produisent tout en ignorant les premiers symptômes peuvent être évitées. Mais il existe également des règles générales, dont le respect est garanti, sinon la délivrance de la dysurie, du moins un soulagement significatif de la maladie.

Hygiène génitale

L'hygiène personnelle devrait être la base pour chaque femme. Le manque de temps, la paresse, la réticence à prendre une douche - des excuses qui pourraient réagir à l'avenir, et les conséquences sont parfois terribles. N'utilisez pas de produits de soins personnels les jours critiques pendant plus de 5 heures sans les remplacer. Les fonds quotidiens devraient également être modifiés au besoin, au moins une fois par jour.

Volumes de liquide bu

Il n'est pas souhaitable de boire beaucoup de liquide la nuit, mais boire le matin a rarement une incidence sur l'évolution de la dysurie. Souvent, les sorties nocturnes aux toilettes sont liées à une mauvaise répartition du régime alimentaire pendant la journée.

La combinaison de l'alcool et de la drogue

Il est inacceptable de boire des boissons alcoolisées avec des diurétiques. Il déshydrate le corps et provoque une perturbation de la miction et des sensations désagréables dans le bas-ventre.

Gymnastique pour les muscles intimes

Les urologues du monde entier recommandent d’entraîner les muscles du plancher pelvien pour lesquels les exercices de Kegel sont les meilleurs. Cette pratique est particulièrement populaire dans les pays européens. Les patients ont noté des améliorations significatives qui ont non seulement un effet net et prononcé, mais également un effet durable.

Enfin, vous devez vous conformer pleinement aux recommandations du médecin et leur prescrire un traitement thérapeutique. L’erreur de nombreux patients est l’arrêt du traitement, lorsque la rétention d’urine chez la femme, dont les causes ont été identifiées plus tôt, et que d’autres symptômes désagréables ont complètement disparu. Il est particulièrement dangereux de le faire s’il ya une infection dans le corps. Non seulement le processus inflammatoire sans agents antibactériens et antiviraux continuera-t-il à se développer dans l'organe urogénital, il est également dangereux que les agents pathogènes deviennent résistants à ce groupe de médicaments et le médecin devra choisir un nouveau remède pour le patient. Il est également inacceptable de remplacer les médicaments prescrits par un médecin par des remèdes populaires, bien que l'efficacité de ces derniers soit également à un niveau suffisamment élevé.

Le respect de ces recommandations améliorera considérablement le bien-être du patient et accélérera le processus de guérison.

Obstruction de la miction chez les femmes

Le processus de la miction est une caractéristique fonctionnelle extrêmement importante de notre corps. Cela a un impact énorme sur la qualité de vie de chaque personne, peu importe son âge ou son sexe.

Les enfants ont des difficultés à vider leur vessie très tôt et, bien entendu, ils ne contournent pas les personnes âgées. Pour résumer les problèmes du processus de miction, on utilise le terme dysurie.

Par cela, on entend un trouble de la miction, qui est à son tour exprimé par un acte accéléré ou inversement obstrué lors de la libération de la vessie. Qu'est-ce que la dysurie sait les femmes souffrant de maladies du bas appareil urinaire. La dysurie chez les femmes se manifeste souvent par une cystite ou une urétrite.

Les problèmes de miction chez les femmes, ce que c'est et comment la pathologie se manifeste, comment traiter le trouble à différents âges, doivent être examinés plus en détail.

Quelle est la strangurie

Lorsqu'un symptôme apparaît, tel qu'une difficulté à uriner, on peut parler de la pathologie de la strangurie. Miction difficile chez les femmes, associée à une diminution de l'intensité du jet, le processus est prolongé, peut-être une sensation de malaise et de douleur.

Lorsque vous urinez, vous devez faire plus d’efforts, faire des efforts et forcer les muscles de l’abdomen. L'urine est lente et tombe sans pression.

En cours d'exécution formes de la maladie, l'urine est libérée en petites gouttes. Se manifeste une strangurie sur le fond des facteurs ou pathologies suivants:

  • urolithiase;
  • cystite ou urétrite chronique;
  • maladies sexuellement transmissibles;
  • tumeur pelvienne;
  • tumeurs du col de la vessie;
  • dérogation aux instructions lors de l'utilisation de diurétiques;
  • augmentation de la pression abdominale;
  • la présence d'obstacles dans le canal urétral: un mélange de sang ou de pus;
  • troubles hormonaux prononcés.

Il convient de noter que la compression de l'uretère se produit en position horizontale et que, par conséquent, le matin, même une personne en bonne santé peut avoir des problèmes de miction.

Attention! Le retard peut être dû au blocage de l'urètre féminin avec les tissus et les cellules épithéliales.

Si nous parlons d'un domaine faible, nous ne pouvons pas ignorer une période très importante dans la vie de chaque femme qui porte un enfant. Les problèmes de miction pendant la grossesse sont assez fréquents. Dans la plupart des cas, les filles s'inquiètent de l'envie croissante de vider leur vessie.

Les mictions difficiles au cours de la grossesse surviennent principalement entre 13 et 14 semaines de gestation et ne sont pas une manifestation d'anomalies pathologiques. La raison réside dans le fait que l'utérus élargi commence à exercer une pression sur le col de la vessie, ce qui pose des difficultés lors de la vidange de la vessie.

Chez les femmes âgées, le problème de la miction devient très commun. Dans le même temps, la vidange compliquée et fréquente de la vessie peut être combinée. Le facteur causal de ces symptômes ne réside pas seulement dans les pathologies du tractus urinaire inférieur: cancer, adénome. Chez les patients âgés, une miction difficile, avec lithiase urinaire ou néoplasmes, se manifeste, ainsi que chez les personnes plus jeunes.

Rétention urinaire

La difficulté à uriner chez les femmes entraîne une hypertrophie des muscles de la vessie. Vider la vessie ne se produit pas en une seule fois, aller aux toilettes.

Le patient doit faire plus d’efforts et doit pousser à nouveau chaque lot d’urine. Au début, le patient parvient à vider complètement la vessie, mais cela n’est pas possible. Une stagnation urinaire se produit et son volume augmente progressivement, ce qui entraîne une rétention urinaire chronique (ishurie).

Le concept de rétention urinaire chronique signifie que le patient ne libère pas complètement la vessie après un acte de miction. Ceci est dû à l'apparition d'un obstacle à la sortie de l'urine. Fondamentalement, la rétention urinaire chez les femmes sous forme chronique entraîne: la formation de tumeurs dans les organes urinaires qui exercent une pression sur le canal urétral.

Le développement ultérieur de la maladie peut entraîner l’incapacité du sphincter de retenir l’urine, des gouttes d’urine sortant de la vessie goutte à goutte, une pathologie similaire est appelée ishurie paradoxale.

La miction tardive chez les femmes peut devenir aiguë. Un retard aigu dépasse inopinément le patient et se caractérise par une incapacité absolue à vider la vessie, malgré son remplissage complet. La forme aiguë peut se développer sur un fond chronique.

Les raisons de ce retard peuvent être des facteurs non mécaniques: pathologie du cerveau et de la moelle épinière, tumeurs de la colonne vertébrale, maladies du système nerveux. Les facteurs mécaniques comprennent:

  • presser l'urètre;
  • tumeurs de l'urètre;
  • blessure dans l'urètre.
  • objet étranger.

Traitement et diagnostic

Le diagnostic après l'apparition de problèmes pendant l'acte de miction sera d'identifier la cause de la maladie. Tout d'abord, vous devrez passer des tests d'urine, passer une échographie des voies urinaires, des organes du petit bassin.

Selon la gravité de l'affection, le traitement de l'urine obstruée chez les femmes peut consister à prendre des médicaments. Il peut s'agir de médicaments antibactériens, d'immunomodulateurs, de complexes vitaminiques.

Dans les processus inflammatoires dans les voies urinaires inférieures, il est possible de conduire une thérapie: bains apaisants, compresses dans la zone du point douloureux ou enveloppements généraux.

Une miction difficile chez la femme peut avoir des conséquences graves: l'impossibilité totale de vider la vessie. De telles complications peuvent entraîner les conséquences les plus mortelles, y compris la mort, sous réserve d'une négligence prolongée de la pathologie. Les techniques d'économie dans de tels cas ne diffèrent pas par leur efficacité, la méthode la plus acceptable est la mise en place du cathéter. Un tel dispositif permet une élimination spontanée de l'urine de la cavité vésicale.

Cette méthode est assez simple et douce, mais son efficacité n'apparaît pas toujours. Dans certains cas, il y a un besoin urgent de chirurgie. Cette méthode vous permet de sauver la vie du patient et de le ramener à une vie normale.

Après l'excision, on prescrit au patient des procédures de restauration ayant pour effet de restaurer les fonctions du système urinaire.

Dans tous les cas, la méthode optimale d'exposition est déterminée par le médecin, après avoir évalué l'état général du patient et les facteurs influençant l'évolution de la pathologie chez un individu particulier.

Méthodes populaires de traitement de la pathologie

Le traitement des remèdes populaires pour les difficultés à uriner est souvent utilisé. Certains patients pensent qu’une telle situation est la conséquence d’un manque de production d’urine et essaient de remédier à leur état en prenant des diurétiques et des teintures de plantes diurétiques.

De telles actions sont erronées et peuvent causer un préjudice irréparable. Le recours à des médicaments et à des préparations à base de plantes n’est possible qu’après consultation d’un spécialiste.

Pour éliminer les troubles fonctionnels de la vessie en l'absence du composant organique de la pathologie, les méthodes de traitement traditionnelles suivantes peuvent être utilisées:

  • l'utilisation de décoctions et infusions de feuilles de sauge;
  • manger du jus de céleri frais;
  • utilisation de bouillon de hanches ou de baies de genièvre fraîches.

Les résultats optimaux dans le traitement de la pathologie ne peuvent être atteints qu'avec une référence opportune à un spécialiste. L'utilisation d'improvisation (automédication) est inacceptable et peut entraîner de graves infractions.

Problèmes de miction masculine

Si un processus pathologique se produit dans les organes du système urinaire, cela aura une incidence sur l'acte de miction, ce qui nécessitera une demande immédiate de l'aide d'un médecin (médecin généraliste ou urologue).

Les causes des problèmes urinaires chez les hommes et les femmes sont le plus souvent associées à l'introduction d'un agent infectieux dans différentes parties du tractus urinaire (rein, vessie, urètre, etc.), ce qui déclenche le processus inflammatoire.

N'oubliez pas les maladies plus graves, telles que les néoplasmes bénins ou malins de toute localisation, qui pendant longtemps sont asymptomatiques ou dont les manifestations restent sans l'attention appropriée du patient.

Des problèmes de miction chez les hommes peuvent survenir à tout âge. Le plus souvent, de jeunes patients en âge de travailler demandent leur admission, pour lesquels ce symptôme peut se manifester de manières absolument différentes, ce qui s'explique par différentes raisons de son apparition.

Anatomie de l'urètre masculin

L'urètre chez l'homme est plutôt compliqué, car il présente des constrictions physiologiques, étroites et longues (sa longueur est de 19 à 24 cm). Cela joue un rôle important dans l'apparition et la progression des processus pathologiques dans celui-ci.

L'urètre masculin a une éducation autour d'elle, qui s'appelle la glande de la prostate. Cet organe remplit de nombreuses fonctions irremplaçables et les troubles urinaires chez l'homme sont souvent associés précisément aux maladies de la prostate (il recouvre la partie prostatique de l'urètre d'un anneau musculaire dense).

Le processus de formation et d’excrétion de l’urine est le suivant:

  • dans l'appareil glomérulaire des reins, il se forme de l'urine (due à des processus de filtration et de réabsorption);
  • il pénètre dans l'appareil cupule-bassin du rein et, plus loin, dans les uretères, dans la lumière de la vessie;
  • lorsque la bulle est remplie au niveau requis, elle est étirée et capturée par les récepteurs situés dans ses parois;
  • des impulsions pénètrent dans les structures du cerveau, et c'est là que se forme le désir de vider la vessie.

Symptômes caractéristiques

Le concept de "problèmes de miction" peut inclure une variété de symptômes, chacun d'entre eux pouvant indiquer l'apparition d'une maladie. Dans le même temps, la plupart des maladies des organes du système urinaire ont des manifestations similaires, ce qui nécessite un diagnostic minutieux et durable entre elles.

Les symptômes suivants peuvent être observés dans le tableau clinique du processus pathologique:

  • l'apparition de dysurie (douleur prononcée associée à la vidange de la vessie, notamment sensation de crampes, sensation de brûlure, etc.);
  • le désir d'uriner devient constant et douloureux, ce qui oblige le patient à rester presque toujours à proximité des toilettes (le nombre de visites aux toilettes peut être de 30 fois ou plus par jour);
  • l'envie est si forte que les patients n'ont pas toujours le temps de se rendre aux toilettes (ils sont «impératifs», bien que la vessie reste presque vide);
  • après être allé aux toilettes, on ressent une sensation de vidange incomplète de la vessie;
  • Souvent, les hommes doivent faire certains efforts pour commencer le processus de miction, bien que le désir d'uriner soit assez fort;
  • La miction nocturne chez les hommes peut prévaloir sur la diurèse diurne, ce qui leur cause beaucoup de désagréments, prive complètement le sommeil et le repos;
  • la nature du flux d’urine change (par exemple, deux flux apparaissent), elle peut devenir plus subtile, sa vitesse et son sens de changement, de multiples éclaboussures ou gouttes uniques, etc.
  • l'apparition de sécrétions pathologiques de la lumière de l'urètre, accompagnées d'une odeur désagréable, d'une sensation de démangeaison grave, d'une sensation de brûlure (ou sans elles).

En règle générale, en plus des problèmes de miction, les patients déposent des plaintes supplémentaires, telles que:

  • sensations désagréables ou douloureuses dans le bas de l'abdomen, dans la région lombaire sur un ou deux côtés, pouvant irradier vers le rectum, l'aine ou la surface des cuisses;
  • possible crise aiguë de douleur sans localisation claire, obligeant le patient à se précipiter au lit, à la recherche de la posture la plus confortable;
  • il y a une attaque de nausée, des vomissements sont possibles (le plus souvent au plus fort de la douleur, cela n'apporte pas de soulagement au patient);
  • la température corporelle augmente et des symptômes d'intoxication apparaissent (maux de tête et douleurs musculaires, malaise, etc.);
  • bien-être général médiocre, sensation constante de fatigue et de faiblesse non motivée, perte de poids, manque d'appétit, transpiration excessive pendant le sommeil, etc.
  • la couleur et l'odeur naturelles de l'urine changent, elle devient trouble, des traces de sang ou de pus y apparaissent, etc.

Processus pathologiques à suspecter

La liste des principales maladies, dans le tableau clinique desquelles des problèmes de miction sont observés chez les hommes, est présentée ci-dessous:

  1. Inflammation de la prostate (prostatite aiguë ou chronique). La maladie est répandue chez les hommes de tous âges, le principal pic de l’incidence observé entre 40 et 50 ans. Ce sont les processus pathologiques de la prostate qui provoquent un symptôme tel qu'une augmentation des épisodes de miction nocturne, qui précède souvent toutes les autres manifestations de la maladie (il ne faut donc pas l'ignorer).
  2. Processus oncologiques dans les tissus de la prostate d'origine bénigne ou maligne. Dans ces maladies, les cellules normales du corps sont transformées en cellules cancéreuses, ce qui représente une menace réelle pour la vie du patient. Malheureusement, pendant longtemps, la tumeur de la prostate est absolument asymptomatique, ce qui peut être une découverte aléatoire lors du diagnostic.
  3. Inflammation dans les tissus d'un ou des deux reins (pyélonéphrite aiguë ou chronique) ou dans la vessie (différentes formes de cystite). Ces maladies sont plus courantes chez les femmes, mais ne les oubliez pas au stade du diagnostic.
  4. Inflammation de la membrane muqueuse de l'urètre (urétrite aiguë ou chronique). Très souvent, la cause des problèmes urinaires chez les hommes est précisément associée au processus infectieux de l'urètre. La maladie se présente toujours avec un tableau clinique brillant, alors qu’il existe généralement un lien avec des agents pathogènes d’origine vénérienne (gonorrhée, trichomonose, uréplasmose et autres).
  5. Le rétrécissement de la lumière de l'urètre (rétrécissement). Une telle affection peut survenir dans le contexte d’une lésion de l’urètre, de son inflammation prolongée et souvent d’une anomalie congénitale.
  6. Urolithiase. La violation de la vidange de la vessie ou d'autres symptômes désagréables de la maladie se produisent au moment de la progression du calcul sur les voies urinaires. Cela provoque une crise de douleur intense et des troubles dysuriques de gravité variable.

Algorithme de diagnostic des problèmes urinaires chez l'homme

Normalement, la fréquence des mictions par jour chez un homme en bonne santé ne doit pas dépasser 6 à 8 épisodes, ce qui indique un fonctionnement normal des organes du système urinaire. Si le patient se plaint d'une augmentation de la miction (il s'agit à la fois du volume d'urine et du nombre de visites aux toilettes), il est nécessaire de rechercher la cause de cette affection, même si son état de santé général reste satisfaisant.

La même chose s'applique aux autres plaintes désagréables qui nécessitent un diagnostic rapide.

Les patients effectuent les examens de laboratoire et instrumentaux suivants:

  • analyse générale du sang et de l'urine (ils permettent d'identifier et d'évaluer la gravité de la composante inflammatoire, ainsi que d'autres modifications des indicateurs qui les distinguent de la normale);
  • test sanguin biochimique (le patient détermine le niveau de protéines totales et sa fraction, la créatinine, l'urée, le fibrinogène, la CRP et d'autres indicateurs, le cas échéant);
  • analyse d'urine selon Nechyporenko (donne des informations sur la gravité des modifications inflammatoires dans les organes du système urinaire);
  • un test de sédiment urinaire à trois bases (étude permettant de déterminer la localisation d'un processus infectieux au stade précoce du diagnostic: dans les reins, la prostate, la vessie ou l'urètre);
  • PSA (marqueur du processus oncologique dans les tissus de la prostate, cette étude est assignée à tous les patients qui ont des problèmes de miction);
  • diagnostics bactériologiques (culture d'urine sur des milieux nutritifs avec détermination obligatoire de la sensibilité antibactérienne de l'agent infectieux);
  • Uroflowmetry (procédure qui donne au médecin des informations sur les principaux paramètres du processus de miction, par exemple la vitesse du jet, la durée de la vidange, etc.).
  • radiographie générale du système urinaire et urographie intraveineuse (les méthodes d'examen de routine ne permettent généralement pas toujours au médecin de donner des informations complètes sur la maladie);
  • Échographie des reins, de la vessie, ainsi que l'examen transrectal de la prostate (méthodes d'évaluation de la taille du processus pathologique, de sa longueur, etc.);
  • cystoscopie et urétroscopie (l'examen endoscopique permet de visualiser les muqueuses atteintes, de détecter l'origine de la maladie et de collecter du matériel de biopsie pour le diagnostic histologique);
  • TDM et IRM du système urinaire (nommés dans des cas cliniques difficiles, surtout s'il n'est pas possible de déterminer pendant longtemps la cause principale de la maladie).

Traitement du patient

Afin d'améliorer la santé du patient et de le soulager des problèmes de miction, il est nécessaire d'approcher le traitement de manière étiologique, c'est-à-dire d'identifier la cause principale de la maladie et, tout d'abord, de l'influencer.

Dans le traitement des processus infectieux tels que la cystite, l'urétrite, la prostatite et la pyélonéphrite, les agents antibactériens jouent le rôle principal. Ils sont prescrits en tenant compte de l'agent pathogène identifié; la plupart du temps, on préfère les pénicillines, les macrolides, les céphalosporines, les fluoroquinolones et autres. La durée moyenne du traitement est de 7 à 10 jours, mais si nécessaire, il peut être poursuivi.

Avec la prostatite, les alpha-bloquants sont largement utilisés, car ils peuvent réduire la tension musculaire de la prostate, ce qui aide à éliminer les symptômes désagréables et dysuriques.

Réduire la gravité de la composante inflammatoire aidera les médicaments ayant une activité antihistaminique (ils éliminent le gonflement des tissus et, par conséquent, réduisent la douleur). Les médicaments immunostimulants aident à activer les propriétés protectrices de l'organisme, ce qui accélère la lutte contre un agent infectieux, prévient également une éventuelle récurrence de la maladie et sa transition vers la forme chronique.

En ce qui concerne la manifestation de la lithiase urinaire, à savoir la présence de calculs volumineux, il est nécessaire de traiter le patient avec des chirurgiens. Il est recommandé d’effectuer une lithotripsie par ondes de choc ou d’autres méthodes d’intervention chirurgicale. Il en va de même pour les patients atteints de tumeurs de la prostate et pour lesquels le traitement principal est la chirurgie (grâce à elle, les tissus affectés sont complètement excisés).

Si un patient présente un rétrécissement (rétrécissement) de l'urètre, des séances de bougienage ou des interventions plus invasives sont réalisées. Dans le traitement complexe des processus inflammatoires dans les voies urinaires, des remèdes populaires sont utilisés (phytothérapie). Grâce à des plantes correctement sélectionnées et à leurs collections, il est possible d'obtenir un effet thérapeutique remarquable et d'accélérer le processus de guérison du patient.

Conclusion

Il est important de comprendre que tout problème de miction nécessite un diagnostic opportun et un traitement approprié, que le patient présente d'autres troubles ou qu'elle soit complètement absente. N'ayez pas honte de leurs plaintes, ne prenez pas vos médicaments en main, et recourez également aux conseils d'amis, car toute mauvaise action peut entraîner un certain nombre de conséquences graves.