Principal
Pouvoir

Cancer de la prostate: symptômes et signes de développement

Quelle est la prostate, sa fonction. Causes du cancer de la prostate et facteurs prédisposants.

Méthodes de prévention et de diagnostic précoce. Signes et symptômes du cancer de la prostate masculin. Réceptions et méthodes d'examen. Le pronostic de la maladie.

La prostate, ou prostate, est un organe glandulaire interne situé sous la vessie et recouvrant les voies urinaires.

À propos de la maladie

Le fer, faisant partie du système reproducteur, produit un secret qui assure la viabilité du sperme. Dans le volume total de liquide séminal, ce secret peut être d'environ 30%. L'importance de la prostate réside également dans la capacité à retenir l'urine à l'intérieur de la vessie.

Qu'est-ce que le cancer de la prostate: symptômes, pronostic? Le cancer de la prostate est considéré comme une maladie courante. Il s’agit d’une tumeur maligne qui s’est développée à l’intérieur des tissus glandulaires. Le cancer de la prostate peut produire des métastases, comme toute tumeur maligne.

Cancer de la prostate - symptômes, pronostic à vie: selon les statistiques médicales, la maladie touche plus de 12% des hommes de plus de cinquante ans. Le nombre de décès par cancer de la prostate dans le monde en termes de fréquence est la troisième place après les maladies cardiovasculaires et le cancer du poumon chez les hommes âgés.

Chaque année, plus de 400 000 cas de cancer de la prostate sont enregistrés dans le monde. Dans les statistiques de localisation, les signes d'oncologie de la prostate dans les pays européens se classaient au 2 e rang après le cancer du poumon. En Russie, l'incidence atteint jusqu'à 6% et constitue l'un des cas de cancer les plus fréquemment signalés.

On sait que les résidents d’Asie, d’Amérique du Sud et d’Afrique sont moins susceptibles de souffrir de ce type de cancer que les résidents d’Amérique du Nord et d’Europe.

Causes de développement

La médecine ne dispose pas de données précises sur les causes de la maladie. Il a été établi que le responsable de l'apparition d'une tumeur maligne est la modification de l'ADN des cellules de la glande, dont la cause n'a pas été établie.

On sait que plus l'homme est âgé, plus la probabilité d'apparition de la maladie est élevée.

Conformément aux conclusions des statistiques médicales, le facteur héréditaire joue un rôle important.

La présence de cancer de la prostate chez les proches parents augmente le risque de maladie de 2 fois ou plus

Des recherches ont montré que la maladie est associée à un excès de testostérone, une hormone sexuelle masculine.

La probabilité de maladie et l’agressivité d’une tumeur dépendent directement du niveau de testostérone dans le sang d’un homme.

La médecine officielle suggère les facteurs de risque suivants pour l'apparition de la maladie:

  • consommation excessive de graisse animale, manque de fibres dans le régime alimentaire;
  • plus de 50 ans;
  • cas de cancer de la prostate chez des parents directs;
  • adénome de la prostate;
  • mauvaise situation environnementale;
  • facteurs de production nocifs (travaux d'impression, de soudage).

Le risque de maladie augmente pour les amateurs d'aliments gras, de viande "rouge" - bœuf, porc, agneau, dans le contexte d'une consommation réduite de fibres.

Pour réduire le risque de maladie, vous pouvez utiliser plusieurs règles:

  1. Inclusion dans le régime d'une quantité suffisante de fibres végétales.
  2. Mode de vie actif, sport.
  3. Maintenir un poids normal.
  4. Consommation modérée de graisses animales, viande "rouge".

Comment reconnaître la maladie?

Les premiers signes de cancer de la prostate ne sont pas ressentis, il n'y a pas de malaise jusqu'à ce que la tumeur maligne commence à se développer. Pour cette raison, il est recommandé aux hommes de plus de 40 ans de se soumettre à des examens de routine réguliers pour détecter une pathologie de la prostate.

Cancer de la prostate: symptômes, signes

Comment le cancer de la prostate se manifeste-t-il chez l'homme?

Les premiers symptômes du cancer de la prostate chez l'homme:

  • sensation de brûlure en urinant;
  • l'envie de ré-uriner dans les 30 à 60 minutes qui suivent la précédente;
  • sensation de vidange incomplète après la miction;
  • réduction de la pression et des jets intermittents pendant la miction;
  • temps réduit entre les visites aux toilettes, surtout la nuit.

La présence de plusieurs ou de l’un des symptômes énumérés suffit à consulter un spécialiste - urologue ou oncologue.

Les premiers symptômes du cancer de la prostate chez l'homme:

  • manque d'érection;
  • l'impuissance;
  • réduction du sperme lors de l'éjaculation.

De tels symptômes de l'oncologie de la prostate se retrouvent souvent chez les hommes âgés de plus de 50 ans. Identique au cancer, il existe des symptômes de l'adénome de la prostate, une tumeur bénigne. Par conséquent, il devrait être examiné d'urgence dans un établissement médical pour un diagnostic précis.

Dans les derniers stades du cancer de la prostate, on peut observer:

  • sang dans le sperme ou l'urine;
  • dans le cancer de la prostate, douleur au périnée.

Dans les cas avancés de métastases, les premiers symptômes et signes du cancer de la prostate chez l'homme:

  • douleur dans la colonne vertébrale, les hanches ou la poitrine;
  • la rétention urinaire peut se développer en raison de la croissance de la tumeur.

L'intoxication par le cancer est caractéristique aux derniers stades de la maladie, ce qui se manifeste par:

  • une forte diminution du poids corporel;
  • la faiblesse;
  • fatigue rapide.

Dans le même temps, la peau du patient acquiert une teinte pâle-terreuse caractéristique.

En savoir plus sur les stades du cancer de la prostate ici.

Symptômes du cancer de la prostate - photo:

Diagnostics

Tant que la maladie a une localisation limitée et que la période de métastase n'est pas venue, les symptômes peuvent être absents. Il est donc important de passer un test de détection de PSA ou d'un antigène spécifique de la prostate, qui est produit par une glande saine et se trouve dans le sang.

Une augmentation de ce facteur dans le sérum, ainsi qu'une modification du rapport entre la forme libre et la forme liée de l'antigène, est un facteur probabiliste indiquant la présence d'un néoplasme malin. Plus le PSA est élevé, plus le risque de cancer est élevé.

Lors de l'examen d'un patient pour le cancer de la prostate, une série de tests et d'études est réalisée:

  1. Numération sanguine avancée, qui comprend la définition du PSA et des marqueurs tumoraux.
  2. Tests d'urine - généraux, biochimiques, ainsi que l'ensemencement.
  3. Échographie de la région urogénitale, IRM de la prostate.
  4. Études du système osseux utilisant la tomodensitométrie pour détecter les métastases.
  5. Examen consultatif par un oncologue.
  6. Palpation, palpation de la glande.
  7. Biopsie tissulaire de la prostate.

Chances de guérison et de thérapies

Selon les statistiques médicales, plus de 80% des patients après le diagnostic ont réussi à vaincre la maladie. Souvent, les symptômes évidents de la maladie se manifestent à un stade avancé, lorsque la maladie est négligée et que les chances de guérison rapide diminuent rapidement.

Le principal facteur favorable est le diagnostic opportun, ainsi que l’utilisation de méthodes de traitement avancées.

Si le diagnostic est confirmé, le traitement doit commencer immédiatement. Si la tumeur a une localisation claire, une ablation endoscopique ou chirurgicale de la prostate est indiquée. Une méthode efficace est la radiothérapie utilisant un équipement médical avancé.

Les patients après une intervention chirurgicale ou une radiothérapie se voient prescrire un traitement antitumoral à long terme visant à bloquer la testostérone. La chimiothérapie est également utilisée.

Symptômes et traitement du cancer de la prostate chez l'homme

La prévalence du cancer de la prostate est l’un des premiers cancers parmi les cancers de l’homme, entraînant souvent la mort.

Les médecins du monde entier sont très préoccupés par ce problème et exhortent les hommes de plus de 40 ans à poser un diagnostic annuel de la maladie. Mais dans la plupart des cas, il se trouve au stade III-IV du développement et est difficile à traiter. Devrait mieux comprendre ce qu'est le cancer de la prostate? Selon les statistiques médicales, plus de 14 000 cas de cette maladie sont diagnostiqués chaque année en Russie et ont tendance à se rajeunir.

Le concept de la maladie, ses causes, son stade de développement

Le cancer de la prostate est un cancer fréquent chez les hommes, qui se manifeste par l'apparition d'une tumeur maligne dans les tissus de la prostate. Cet organe est situé près de la vessie et est responsable de la formation d'un secret spécial pour le sperme, sans lequel la capacité de fertilisation de la graine mâle est perdue. Avec le développement de la maladie, les cellules cancéreuses sont capables de se propager le long des voies de la lymphe et du sang profondément dans le corps d'un homme, affectant ainsi divers organes.

Personne ne s'engagera à nommer les causes du cancer de la prostate, bien que la science ait considérablement progressé à cet égard. Il a été établi que l'apparition d'une croissance maligne est étroitement liée aux modifications de l'ADN des cellules de la prostate. Les principaux facteurs de risque de cette maladie comprennent:

  1. Changements hormonaux liés à l'âge survenant dans le corps d'un homme. Le risque de développer une maladie est d'autant plus grand que l'homme vieillit.
  2. Hérédité: surtout s'il y avait cette maladie chez des parents proches.
  3. Mauvaise alimentation: manger des quantités excessives de graisse animale, manque de vitamine D.
  4. Intoxication du corps par le cadmium, produit lors du tabagisme, dans des industries dangereuses.
  5. Course. Il a été établi que la maladie, comme le cancer de la prostate, est plus fréquente chez les Afro-Américains que chez les Asiatiques.

Selon le moment de la maladie et sa gravité, différenciez son stade IV.

Les cancers de la prostate de stade I et II, avec leur diagnostic opportun, ont un résultat thérapeutique favorable. La difficulté réside dans l'identification de la maladie à ses débuts, car au stade I, presque toutes les méthodes de diagnostic appliquées au cancer de la prostate ne sont pas détectées du tout, au stade II, elles peuvent être détectées à l'aide d'un appareil à ultrasons. Dans la maladie de stade III, il existe des métastases qui se sont propagées aux organes adjacents, par exemple les vésicules séminales. Au stade IV, le dernier, lorsque les métastases se propagent bien au-delà de la prostate, la tumeur pénètre le plus souvent dans les poumons, le foie, les os et d’autres organes et tissus. Lorsqu'un cancer de la prostate de stade IV est détecté, l'issue du traitement est généralement décevante. Une personne pourra vivre, avec un certain traitement d'entretien, en moyenne 3 ans.

Symptômes du cancer de la prostate

Le cancer de la prostate se caractérise par une période de développement latente pouvant durer plusieurs années. Habituellement, il se retrouve après l'apparition après 3-4 ans, en l'absence de tout traitement, il entraîne la mort après 5-7 ans.

Une tumeur maligne de la prostate, même si elle est encore très petite, est déjà capable de métastaser à d'autres organes. Il arrive souvent que les premiers signes de la maladie soient causés par des métastases et soient associés à des douleurs dans d'autres organes. Le danger de la maladie se manifeste par le fait qu’il est assez difficile de l’identifier dès les premiers stades, même avec l’utilisation d’équipements médicaux modernes.

Cette maladie peut être asymptomatique et provoquer des manifestations similaires à d'autres maladies des organes génitaux de l'homme, comme l'adénome bénin de la prostate. Ceux-ci comprennent:

  1. Mictions fréquentes la nuit.
  2. L'émergence de difficultés au début de la miccia.
  3. Faible flux d'urine sous pression.
  4. L'apparition de sang dans l'urine et le sperme;
  5. Douleur abdominale basse.
  6. Douleur pendant la miction.

Les symptômes du cancer de la prostate peuvent être divers et non spécifiques. Il arrive et le manque de miction, si une tumeur maligne a pressé l'urètre. La paralysie et la paresthésie sont causées par la défaite de la métastase du cancer de la moelle épinière. La douleur dans les membres peut parler de métastase des lésions osseuses du cancer de la prostate. Comme la maladie se propage à d'autres organes, leurs fonctions sont altérées.

Les symptômes communs inhérents à tous les stades du cancer de la prostate sont:

  1. Faiblesse générale.
  2. Manque complet d'appétit.
  3. Perte de poids.

Il convient de noter que le cancer de la prostate en cours de développement peut subir le stade de pré-cancer, qui peut être observé par un spécialiste qualifié. Une forme courante de pré-cancer peut être considérée comme une néoplasie intraépithéliale de la prostate (NIP).

Diagnostic du cancer de la prostate chez l'homme

Tout homme ayant atteint l'âge de 40 ans devrait subir un examen complet comprenant:

  1. Un test sanguin pour établir les valeurs de l'antigène spécifique de la prostate (PSA).
  2. Un examen direct de la prostate est effectué par voie rectale, ce qui permet de déterminer la présence d'une tumeur et ses valeurs fondamentales.
  3. L'examen échographique de la prostate pour déterminer le cancer peut être effectué de deux manières: par le rectum (méthode plus précise) ou par la paroi abdominale.
  4. Réaliser une biopsie consiste à obtenir le site d’une tumeur cancéreuse en vue de son examen au microscope. La biopsie peut être réalisée sous le contrôle d'un appareil à ultrasons par le rectum, l'urètre ou le périnée.

Si, au cours de l'examen, un diagnostic décevant a été posé, des tests supplémentaires doivent être définis pour établir le stade de la maladie. Ceux-ci comprennent:

  1. Tomographie des poumons.
  2. Scintigraphie osseuse
  3. Échographie abdominale et autres

Il convient de noter que la principale et unique méthode de détection précoce du cancer de la prostate asymptomatique est la détermination du PSA dans le sang.

Méthodes de traitement du cancer de la prostate de stade I et II

Lorsqu'il détecte une maladie onologique de la prostate aux stades précoces, avec un traitement opportun avec les méthodes modernes, le résultat est favorable.

En fonction du stade de développement de la maladie, le médecin choisit la méthode de traitement appropriée. Aux stades I et II du cancer de la prostate, en l'absence de propagation du cancer vers d'autres organes et tissus, les types de traitement suivants peuvent être appliqués:

La prostatectomie radicale est une opération chirurgicale au cours de laquelle la glande prostatique et des parties d'autres organes situés à proximité immédiate sont complètement retirées au scalpel: col de la vessie, vésicules séminales, partie de l'urètre. Les effets secondaires de l'opération sont l'impuissance, l'incontinence urinaire, etc. Cependant, dans les cliniques modernes, la prostate est retirée à l'aide d'une prostatectomie da Vinci, ce qui évite aux hommes les effets négatifs de l'opération.

La radiothérapie est le deuxième traitement le plus courant du cancer de la prostate sans métastases aux autres organes. Ce traitement peut être effectué soit par irradiation de l'extérieur, soit par l'introduction de grains radioactifs dans la zone touchée de la prostate, c'est-à-dire de l'intérieur. Avec la radiothérapie, la structure même de l'ADN est détruite et les cellules cancéreuses meurent.

La cryoablation de la prostate est une méthode moderne de traitement consistant en la dévitalisation et la congélation des tissus, ce qui crée la forme de destruction souhaitée du tissu touché.

La monothérapie antiandrogène, ou hormonothérapie, peut être associée à une castration médicamenteuse ou chirurgicale. Cette méthode de traitement est utilisée assez rarement en raison d'effets secondaires: apparition d'impuissance, ostéoporose, gynécomastie, etc.

Méthodes de traitement du cancer de la prostate de stade III et IV

L'oncologie des stades III et IV de la prostate, accompagnée de métastases, doit être traitée par d'autres méthodes. L'objectif du traitement est de suspendre la maladie, d'améliorer l'état général du patient et de prolonger sa vie. La guérison complète de ces patients est presque impossible. Dans ces cas, l'hormonothérapie et la chimiothérapie sont le plus souvent utilisées.

L'hormonothérapie est utilisée pour un effet accru en combinaison avec la radiothérapie. L’objectif de la thérapie est de réduire la production de la testostérone, une hormone sexuelle masculine, ce qui permet d’arrêter la croissance du cancer de la prostate: l’état général du patient est normalisé, la douleur disparaît et sa qualité de vie s’améliore.

La chimiothérapie est l'admission de médicaments spéciaux aux patients qui bloquent le développement des cellules cancéreuses. Cependant, cette méthode de traitement a un impact négatif sur les cellules saines du corps. Vous pouvez donc observer des effets négatifs tels que la calvitie, l'indigestion, l'affaiblissement du système immunitaire, etc.

Dans certains cas complexes de cancer de la prostate, par exemple pour les maladies cardiovasculaires, une castration chimique ou mécanique est effectuée.

Pour les hommes âgés souffrant d'autres maladies graves, l'attente vigilante est souvent utilisée. L'essence de la méthode consiste à arrêter le traitement en l'absence d'une augmentation marquée du cancer. Cependant, des échographies de la prostate sont régulièrement effectuées et les niveaux de PSA sont examinés.

Malgré la diversité des traitements modernes contre le cancer de la prostate, il n'existe pas de schéma thérapeutique standard. Dans chaque cas, le traitement est choisi par le médecin individuellement et le résultat du traitement peut différer de celui attendu.

Prévention du cancer de la prostate

Pour réduire le risque d'une maladie aussi grave que le cancer de la prostate, les urologues recommandent de suivre certaines recommandations générales:

  1. Il est nécessaire de surveiller votre alimentation, de réduire la consommation de produits contenant des graisses d'origine animale. À l'inverse, les produits contenant des phytoestrogènes et des antioxydants devraient être augmentés.
  2. Un mode de vie sain, dans lequel il est nécessaire d'éliminer complètement le tabagisme et l'alcoolisme, pour augmenter l'activité physique, joue un rôle important dans la prévention du cancer de la prostate.
  3. Si prescrit par un médecin, si nécessaire, un médicament prophylactique peut être utilisé.
  4. Effectuer un dépistage périodique du cancer de la prostate à ses débuts, ce qui comprend: la détermination du taux de PSA dans le sang, la TRUS de la prostate, l’examen rectal numérique de la glande.

La prévention en temps opportun du cancer de la prostate est d’une importance capitale. Elle aide à prévenir l’apparition de la maladie ou à l’identifier au stade initial, lorsque le traitement donne un résultat positif.

Dans un cancer tel que le cancer de la prostate, le pronostic est largement déterminé par le stade du processus identifié. Plus tôt l'aide d'un spécialiste qualifié est fournie, plus le pronostic est probable.

Partagez-le avec vos amis et ils partageront certainement quelque chose d'intéressant et d'utile avec vous! C'est très facile et rapide, il suffit de cliquer sur le bouton de service que vous utilisez le plus souvent:

Cancer de la prostate

Le cancer de la prostate est représenté par un néoplasme malin dans la prostate et se développe à partir de l'épithélium de la glande à cellules alvéolaires.

Qu'est-ce que le cancer de la prostate?

Le cancer de la prostate est une maladie insidieuse courante chez les hommes d'âge moyen et plus âgés. Il se classe au deuxième rang dans le taux de mortalité des hommes dans tous les pays, puisque le cancer de la prostate est détecté chez une personne sur huit. Selon des études récentes, on sait que l'oncologie des organes urinaires s'est encore accrue au cours des 30 dernières années et que le carcinome de la prostate s'est hissé au troisième rang des maladies oncologiques.

En Russie, le cancer de la prostate représente 3 à 5% de tous les cancers du bassin chez les hommes, cancer des testicules compris.

Cancer de la prostate chez les hommes symptômes, traitement

La prostate est située à l'intérieur du système urogénital. C'est un organe musculo-glandulaire, semblable à la taille de la noix. Sous la vessie (à l'anus et à la base du pénis), comme un bracelet, il recouvre l'urètre dans la zone initiale: la partie initiale de l'urètre ou de l'urètre, à travers laquelle le corps élimine l'urine et le sperme.

La prostate est responsable de la production de liquide séminal et du maintien de ses fonctions vitales. La fonction de reproduction dépend de l'éjaculation, à laquelle participe directement la prostate. La prostate sécrète une substance qui fait partie du sperme afin de maintenir l'activité du sperme.

Le processus pathologique interne du cancer de la prostate aux premiers stades passe inaperçu. Par conséquent, les plaintes des patients apparaissent lorsqu'une tumeur maligne de la prostate grossit et commence à se métastaser. Les patients ne peuvent pas reconnaître les principaux symptômes du fait que la tumeur maligne de la prostate se développe dans sa capsule et qu'elle est éloignée de l'urètre.

En outre, un adénocarcinome de la prostate peut se dissimuler derrière les manifestations de l'hyperplasie bénigne - une prostate hypertrophiée adjacente à l'urètre. L'hyperplasie affecte également la miction, tout comme le cancer, bloquant l'écoulement de l'urine, la rendant faible et provoquant des envies fréquentes.

Le cancer dépasse la capsule de la prostate et, le long des fibres nerveuses, atteint le lit lymphatique, affecte les os et métastase aux ganglions lymphatiques et aux organes distants.

Causes du cancer de la prostate

La science n'a pas encore été en mesure de nommer les causes spécifiques du cancer de la prostate chez les hommes. Les médecins ne peuvent que mettre en garde contre les facteurs de risque de l'oncologie: âge, hérédité, tabagisme et alimentation déséquilibrée et de mauvaise qualité, environnement et conditions de vie médiocres. Le cadmium affecte le corps lorsque vous travaillez sur des machines à souder, avec du caoutchouc ou dans un atelier d'impression.

En cas de suspicion de cancer de la prostate, il faut en rechercher les causes dans les maladies du système urogénital (adénome de la prostate) qui l'accompagnent, lors de l'apparition d'un cancer secondaire par métastase, par exemple du foie. On sait que le cancer de la prostate et l’alcool sont interdépendants. Les hommes qui boivent développent une cirrhose et un cancer du foie, ce qui augmente le risque de cancer des organes pelviens.

Des études menées par des scientifiques suédois ont montré que le médicament Dutasterid est à l'origine du cancer de la prostate, à l'instar du finastéride, publié dans le FDA (Service fédéral de contrôle de la qualité des aliments et des médicaments).

C'est important! Ces médicaments traitent l'hyperplasie bénigne et la calvitie. Par contre, ils augmentent le risque de développer une tumeur agressive de la prostate. Dangereux envisager la posologie de 1-5 mg avec la prise quotidienne de médicaments à long terme. Chez les hommes âgés de plus de 50 ans, l'apparition d'un cancer particulièrement agressif est possible.

Information! L'American National Cancer Institute a mené des études cliniques et a révélé qu'Avodart (Dutastérid) inhibait le développement du cancer du pancréas à un stade précoce. De ce fait, le traitement agressif appliqué est réduit, mais des effets secondaires apparaissent: augmentation du nombre de glandes mammaires et augmentation du dysfonctionnement sexuel chez l'homme.

On voit que les informations de recherche des scientifiques suédois et américains sont quelque peu différentes. Le service fédéral de la FDA a récemment annoncé que les inhibiteurs de la 5-alpha réductase dans le traitement du cancer de la prostate étaient plus susceptibles de conduire à un cancer de la prostate de haut grade. Les scientifiques en urologie de la Caroline du Nord suggèrent que le traitement ne sera probablement pas médical ou invasif. L'avenir réside dans la thérapie à haute température qui élimine les symptômes du cancer de la prostate.

Symptômes du cancer de la prostate chez l'homme

Les signes de cancer de la prostate chez les hommes commencent par une miction inconfortable: envies fréquentes, sensation de brûlure, vidange incomplète de la vessie. Les signes de cancer de la prostate chez l'homme sont similaires à ceux d'un grossissement bénin de la prostate (avec adénome). Ne comptez pas sur cela, mais passez un examen approfondi afin de ne pas manquer le temps d'un traitement précoce.

Les symptômes du cancer de la prostate chez les hommes peuvent indiquer:

  • difficulté à uriner;
  • jet faible sans pression, interrompu pendant la miction;
  • aller aux toilettes toutes les demi-heures, surtout la nuit, ce qui nuit à la psyché;
  • température élevée dans le cancer de la prostate;
  • sensation de douleur dans les organes génitaux pendant la miction.

Aux stades ultérieurs, les symptômes et les signes du cancer de la prostate sont indiqués: incontinence urinaire, dysfonction érectile, douleur autour du pubis, sang dans les urines et sperme (géospermie).

Avec la croissance tumorale et la métastase, les symptômes du cancer de la prostate indiquent:

  • douleur dans la région lombaire et les os;
  • lymphostase - gonflement des jambes;
  • manque d'appétit, des nausées et des vomissements, ce qui entraîne une perte de poids.

Les symptômes tardifs comprennent des affections associées à un empoisonnement du sang et à la rupture des vaisseaux sanguins.

Les changements pathologiques dans le cancer de la prostate durent lentement - 15-20 ans. Le cancer est sujet aux métastases des ganglions lymphatiques, du bassin, des cuisses, du foie, de la colonne vertébrale, des glandes surrénales et d'autres organes. Si le traitement est effectué avant l'apparition des métastases, il peut être guéri sans entraîner de conséquences graves pour le corps de l'homme.

Diagnostic du cancer de la prostate

Le diagnostic du cancer de la prostate chez l'homme est réalisé en fonction des symptômes et des stades. Le diagnostic rectal du cancer de la prostate est effectué et un test sanguin pour l'antigène spécifique de la prostate ou le PSA est examiné. Une substance spéciale est détectée dans le sang produit par les cellules de la prostate. En d'autres termes, le test de dépistage du cancer de la prostate par PSA est un marqueur du cancer.

Méthode du doigt

Méthode de diagnostic médical

Le diagnostic du cancer de la prostate à l'aide de la palpation est réalisé comme suit: par le rectum, le médecin sonde le tissu de la prostate avec son doigt. En même temps, des sensations douloureuses et inconfortables sont détectées. Des écarts dans la consistance des sécrétions sont détectés.

S'il y a une petite tumeur, elle peut ne pas être palpable ou être hors de portée des doigts. Ensuite, un antigène spécifique de la prostate (PSA) est effectué pour le cancer de la prostate. Le test de l'APS est presque le seul moyen de détecter le cancer de la prostate en l'absence de symptômes, ce qui explique pourquoi l'APS revêt une grande importance dans le cancer de la prostate.

Quand PSA

Indications pour PSA:

  • la présence d'une tumeur présumée après un examen des doigts ou une échographie;
  • surveillance active du cancer de la prostate pour déterminer l'état du patient après le traitement;
  • identification de l'efficacité du traitement.

Le PSA pour le cancer de la prostate est effectué tous les 3 à 4 mois après le traitement antitumoral radical. Un examen préventif est réalisé chez les hommes de plus de 40 ans et révèle la dynamique du PSA après le retrait du cancer de la prostate.

Commun pour tous les âges, les valeurs normales de PSA devraient être -0-4,0 ng / ml. Si les hommes de 40 ans et plus, les indicateurs de PSA dépassent 2,5 ng / ml, 50 ans - 3,5 ng / ml, cela peut alors être associé à des maladies telles que la prostatite ou l'hyperplasie bénigne de la prostate (adénome).

Le PSA augmente temporairement pendant l'action mécanique sur la prostate: massage de la prostate, biopsie, cystoscopie, ainsi que pendant la miction, cathétérisme de la vessie.

Le PSA pour le cancer de la prostate peut atteindre 10 ng / ml.
Confirme le développement possible du taux de croissance du PSA tumoral dans le cancer de la prostate - 0,75 ng / ml ou plus par an.

La taille de la prostate est prise en compte avant de déterminer le cancer de la prostate en fonction du taux de PSA. Auparavant, on pensait qu'une glande plus grosse avait un PSA plus élevé. Mais cela s'est avéré être une idée fausse. En pratique, à une faible concentration de PSA, une tumeur d'oncotomie peut se développer.

Dans le sang, le contenu de PSA est observé sous forme liée et sous forme libre. Si l'antigène libre dans le sang est faible et qu'il augmente, cela est associé au développement d'un cancer.

Voici comment le cancer de la prostate se manifeste chez l'homme en pourcentage de PSA libre et dans le sérum:

Cancer de la prostate: causes, présentation clinique, méthodes modernes de diagnostic et de traitement

Le cancer de la prostate est une maladie qui ne touche que les représentants de la forte moitié de l’humanité. Tous les hommes de plus de 40 ans sont à risque.

Chaque dixième patient âgé meurt de cette maladie, car beaucoup se tournent vers le médecin lorsque la maladie est devenue négligée.

Les causes du cancer de la prostate chez les hommes sont très différentes et la principale astuce consiste à dire que la maladie est souvent presque asymptomatique. Mais c’est précisément à la rapidité avec laquelle les premiers signes de la maladie sont révélés que dépend la qualité de vie du patient.

Les symptômes

Le cancer de la prostate est une tumeur maligne qui se développe dans les tissus de la prostate.

Le stade initial de la maladie est facile à manquer, la personne ne remarque aucun changement.

Les premiers symptômes ressemblent aux signes caractéristiques de la prostatite:

  • sensation de vessie pas complètement vide;
  • flux d'urine intermittent;
  • besoin fréquent d'incontinence d'urine.

Avec la propagation de la maladie dans les cellules de l'organe malade sont observés:

  • douleur pendant la miction et l'éjaculation;
  • hémospermie;
  • douleur à l'aine;
  • douleur au bas du dos;
  • sang dans l'urine;
  • dysfonctionnement sexuel.

Qu'est-ce qui cause le cancer de la prostate?

La médecine moderne diagnostique le cancer de la prostate à quatre stades: précoce, avancé, progressif et métastatique par rapport aux autres organes.

Les causes suivantes du cancer de la prostate chez l'homme sont distinguées:

  1. prédisposition génétique. Si un membre de la famille proche de la famille était malade, par exemple un frère ou un père, les hommes du milieu de la famille le plus proche sont à risque. De plus, la maladie peut attraper à un jeune âge quand un homme ne pense même pas aux mesures préventives et au dépistage de la présence de la maladie. Il est également susceptible de tomber malade si l’une des femmes de la famille a un cancer du sein;
  2. nourriture Le risque de cancer augmente avec une consommation importante de graisses animales et d'aliments gras. L'utilisation de légumes et de fibres, au contraire, réduit cette probabilité. Un régime alimentaire pauvre en graisses animales réduit le taux sanguin de testostérone, une hormone stéroïde qui joue un rôle important dans l'apparition d'une tumeur. Un tel régime réduit le risque de néoplasmes tumoraux dans la prostate;
  3. en surpoids. Ce facteur n’est pas une cause directe, ce qui explique le cancer de la prostate. Néanmoins, une perturbation hormonale provoquée par l’obésité dans le corps peut provoquer cette affection.
  4. situation géographique du lieu de résidence. Les hommes vivant sous les latitudes méridionales sont moins exposés au cancer de la prostate. On peut en conclure que la quantité de rayons ultraviolets affecte directement le développement des tumeurs. Plus le corps reçoit de vitamine D, moins il risque d’apparaître;
  5. type d'activité. Le travail dans des industries dangereuses a toujours été un facteur aggravant de la survenue des maladies les plus graves, y compris le cancer. Toutes sortes de substances toxiques qui pénètrent dans l'organisme contribuent au développement des cellules cancéreuses. Le cadmium est très dangereux pour les hommes - un oligo-élément présent en grande quantité dans la fumée de tabac et les piles. Les imprimeurs, les soudeurs et les usines de galvanoplastie sont exposés à de fortes doses de cadmium. Ceux qui travaillent dans les peintures et les vernis, dans la fabrication de produits chimiques et qui sont également exposés aux radiations risquent également de développer un cancer de la prostate;
  6. fumer Fumer en soi ne provoque pas de cancer, mais la nicotine et les substances toxiques contenues dans les cigarettes peuvent provoquer l'apparition de néoplasmes malins, y compris sur la glande prostatique.
  7. appartenant à un groupe racial particulier. Le cancer de la prostate est fréquent chez les Négroïdes des pays d'Afrique du Sud.
  8. certaines procédures urologiques. Le risque est pour ceux qui ont subi une vasectomie (stérilisation).

Visite chez le docteur

Parmi les principales causes de cancer de la prostate, comme mentionné ci-dessus, les patients âgés.

Un spécialiste doit contacter:

  • si vous avez plus de 55 ans;
  • si la dernière visite chez le médecin a eu lieu il y a plus d'un an.

L'urologue est un médecin impliqué dans la prévention et le diagnostic des maladies du système urinaire, ainsi que dans leur traitement.

Un oncologue diagnostique et traite les tumeurs bénignes et malignes. Ils sont capables de pénétrer dans tous les tissus et organes d'une personne et les symptômes de la maladie dépendent de l'organe touché et de la taille du néoplasme.

Cancer de la prostate

La prostate est un organe du tractus génital masculin situé sous la vessie. La prostate est entourée de tous côtés par la partie initiale de l'urètre. La prostate a pour principale fonction de produire un secret spécial qui constitue la partie liquide du sperme. Grâce au secret de la prostate, les spermatozoïdes acquièrent une plus grande mobilité, ce qui est important pour la fertilité de la graine mâle.

Une tumeur maligne survient à la suite de modifications de l'ADN des cellules de la prostate.

Le cancer de la prostate est le cancer le plus répandu chez les hommes. Il existe 8 types de cancer de la prostate. Se produit le cancer de la prostate à l'âge adulte (après 45-50 ans), à l'âge de 65-70 ans, sa fréquence augmente. L'hérédité est un autre facteur de risque: des études américaines montrent que le risque de cancer de la prostate est multiplié par plus de deux fois si le parent direct (père, frère) est également atteint d'un cancer de la prostate. La particularité du cancer de la prostate est qu'une tumeur maligne se développe lentement. Par conséquent, dans les premiers stades de la maladie peut se produire sans symptômes notables. C'est pourquoi les hommes de plus de 45 ans devraient être testés régulièrement et examinés. Plus la maladie est détectée tôt, plus les chances de succès du traitement sont élevées.

Selon l'étendue de la propagation du cancer de la prostate, on distingue les stades suivants de la maladie:

La différence entre cancer de la prostate et adénome de la prostate

La principale différence entre l'adénome de la prostate et le cancer de la prostate est que l'adénome est une tumeur bénigne et que le cancer est malin. Les cellules tumorales malignes (cellules cancéreuses) peuvent se propager par les voies sanguine et lymphatique, formant ainsi des métastases et affectant d'autres cellules et organes. Heureusement, il n'y a pas de lien entre l'adénome bénin de la prostate et le cancer de la prostate; le diagnostic de l'adénome de la prostate n'augmente donc pas le risque de cancer de la prostate.

Une autre différence entre l'adénome et le cancer de la prostate est que la tumeur maligne se développe principalement à l'extérieur. Tandis qu'une tumeur bénigne (adénome de la prostate) se développe plus uniformément - à la fois vers l'extérieur et vers l'intérieur, ce qui conduit à un clampage de l'urètre, autour duquel la prostate est située. C'est pourquoi l'adénome de la prostate provoque souvent des problèmes de miction plus qu'une tumeur maligne en croissance. Après examen et test, seul un médecin peut distinguer un adénome du cancer de la prostate.

Il est important de faire examiner par un urologue expérimenté, qui établira un diagnostic précis.

Symptômes du cancer de la prostate:

  • Nous devons aller aux toilettes plus souvent, y compris la nuit;
  • Pression de jet faible et interruptions pendant la miction;
  • Brûlure et douleur pendant la miction;
  • La présence de sang dans l'urine;
  • L'absence prolongée de miction indique une violation de l'écoulement d'urine de la vessie à la suite de la compression de l'urètre par la tumeur. Il s'agit d'une complication grave du cancer de la prostate, qui nécessite une visite chez le médecin.
  • Des douleurs sourdes et continues dans les profondeurs du bassin, du sacrum, du dos et des côtes indiquent la propagation du cancer de la prostate dans les tissus environnants ou la perte de poids, le manque d'appétit, la faiblesse - ce sont des symptômes courants qui se manifestent dans presque tous les types de cancer.
  • Sensation de vidange incomplète de la vessie;
  • Le désir d'aller aux toilettes à nouveau dans la demi-heure après la miction précédente.

Ces symptômes sont souvent chez les personnes âgées. Ils indiquent la présence d'une maladie de la prostate, mais ne signifient pas que vous avez un cancer. Vous pouvez également avoir un adénome de la prostate - une tumeur bénigne. Si vous présentez des symptômes de maladie de la prostate, vous devez immédiatement consulter un médecin. Si les tests et les examens montrent que vous n’avez pas d’adénome, mais un cancer de la prostate, vous devez immédiatement commencer le traitement jusqu’à ce que les métastases apparaissent et que le cancer ne se soit pas étendu à d’autres organes. Aux stades précoces, le cancer de la prostate peut être traité avec succès.

Pourquoi le cancer de la prostate survient-il?

Les causes du cancer de la prostate ne sont pas entièrement comprises. Certains facteurs sont connus pour augmenter la probabilité de développer un cancer de la prostate.

Facteurs de risque:

  • L'âge d'un homme est important pour déterminer le risque de développer un cancer de la prostate. Il est prouvé que plus un homme est âgé, plus il est susceptible de développer un cancer de la prostate. En règle générale, cette maladie se développe chez les hommes de plus de 65 ans.
  • La présence de cancer de la prostate chez des parents proches (père, frères) augmente le risque de développer la maladie de 2 fois. La raison en est les gènes spéciaux qui sont responsables du développement du cancer de la prostate et qui sont hérités.
  • Le cancer de la prostate se développe souvent chez les membres de la race négroïde.
  • Le traitement à la testostérone (une hormone sexuelle masculine) augmenterait le risque de cancer de la prostate.
  • Un régime riche en graisses semble également augmenter le risque de cancer de la prostate.

Diagnostic et traitement du cancer de la prostate

Le diagnostic du cancer de la prostate comprend plusieurs méthodes de base: examen numérique du rectum, détermination du taux d'antigène spécifique de la prostate dans le sang, échographie et biopsie (examen du site de la tumeur au microscope). Le traitement du cancer de la prostate dépend du stade de la maladie et comprend le traitement chirurgical (élimination de la prostate), la radiothérapie (radiothérapie), ainsi que l’hormonothérapie et la chimiothérapie.

En Allemagne, où le diagnostic du cancer de la prostate fait l'objet d'une grande attention, 18% des hommes reçoivent un diagnostic de cancer de la prostate. Selon les résultats d'études menées en Amérique, le risque de cancer de la prostate est d'environ 15%. Dans le même temps, 80% des hommes atteints d'un cancer de la prostate ont réussi à lutter contre cette maladie en raison du diagnostic opportun et des méthodes modernes de traitement du cancer de la prostate.

Il existe quelques règles simples que vous pouvez suivre pour prévenir les complications:

  • Il est important de prendre les médicaments avec soin et de suivre patiemment les recommandations du médecin. Si des métastases se trouvent dans la colonne vertébrale, un effort particulier est nécessaire en ce qui concerne l'effort physique. Ne soulevez pas de poids. Il est conseillé de se coucher plusieurs fois par jour, si cela apporte un soulagement;
  • Lorsque des métastases et des lésions du fémur ou de l'articulation de la hanche sont détectées, la charge sur la jambe affectée doit être limitée autant que possible à l'aide d'une canne ou de béquilles;
  • Pour les métastases osseuses, les procédures physiothérapeutiques doivent être évitées.

La question de la possibilité de faire de l'exercice devrait être discutée avec votre médecin. Peut-être autorisera-t-il les promenades, la natation et la relaxation

Si le cancer de la prostate s'est métastasé, il est impossible de s'en débarrasser complètement. Dans le cancer de la prostate avec métastases, les méthodes de traitement sont utilisées pour réduire les plaintes, arrêter l'évolution de la maladie et prolonger la vie du patient de la manière la plus qualitative qui soit. Le plus souvent, chez les patients atteints de cancer de la prostate, des métastases sont formées dans les os. Les ganglions lymphatiques et parfois les poumons ou le foie peuvent constituer d'autres lieux de formation. Les plaintes des patients sont associées au site métastatique: douleur osseuse due à la pression de métastase sur la moelle osseuse. Les symptômes communs sont la fatigue, la détérioration de la condition physique générale et la perte de poids. La chimiothérapie et l'hormonothérapie sont le plus souvent utilisées pour réduire le nombre de plaintes, arrêter la maladie et améliorer la qualité de la vie.

La chimiothérapie est un traitement du cancer de la prostate dans lequel le patient prend des médicaments qui bloquent la croissance et le développement des cellules cancéreuses. Malheureusement, la chimiothérapie détruit non seulement les cellules cancéreuses, mais également les cellules saines. Par conséquent, la chimiothérapie est souvent accompagnée de perte de cheveux, d'affaiblissement du système immunitaire, d'une sensibilité accrue du corps aux infections, d'une faiblesse générale et d'une indigestion.

Attente vigilante

En attendant, le traitement n'est pas effectué tant que la tumeur n'est pas localisée et ne présente pas de croissance prononcée. Cette méthode est préférable chez les hommes âgés atteints de comorbidités sévères et de tumeurs à croissance lente. En même temps, le taux de PSA dans le sang est examiné régulièrement et une échographie de la prostate est effectuée.

La radiothérapie se fait soit par irradiation externe (cette procédure est un peu comme une radiographie), soit en utilisant des grains radioactifs injectés dans la prostate et affectés par une tumeur (cette méthode est appelée curiethérapie). Cela perturbe la structure de l'ADN des cellules irradiées, elles perdent la capacité de se reproduire, vieillissent et meurent. La radiothérapie externe et la curiethérapie sont utilisées dans les phases initiales du cancer de la prostate, en l'absence de métastases. En outre, la radiothérapie externe est utilisée pour réduire la tumeur et soulager la douleur dans le traitement du cancer de la prostate avec métastases locales dans la région pelvienne, qui n'est plus en cours de chirurgie.

L'exérèse chirurgicale est une méthode radicale d'élimination d'une prostate atteinte d'une tumeur qui ne s'est pas étendue à d'autres organes, soulageant complètement le patient du cancer de la prostate. Aux premiers stades, en l'absence de dommages aux ganglions lymphatiques, la survie à dix ans après la chirurgie est supérieure à 80%. La prostate est enlevée soit par chirurgie conventionnelle, soit par prostatectomie de Da Vinci. L'opération traditionnelle au scalpel entraîne souvent des conséquences désagréables - incontinence et impuissance - car un scalpel peut blesser et endommager la vessie et les muscles responsables de l'érection. Dans les cliniques modernes, la prostate est prélevée à l'aide d'une prostatectomie robotique da Vinci, qui réduit au minimum les pertes de sang, tout en préservant la fonction sexuelle et le fonctionnement normal de la vessie.

Maintenant, lors du choix d'une méthode de traitement, le stade du processus de cancer, l'âge de l'homme, la probabilité d'une longue période sans récidive, le risque de complications, ainsi que les souhaits du patient et la possibilité du médecin sont pris en compte.

Tactique de la femme enceinte

Étant donné que les avantages d'un traitement radical (chirurgical, irradiant ou hormonal) du cancer de la prostate ou de la recherche sur l'eau n'ont pas été prouvés, il existe une méthode d'attente dans laquelle aucun traitement n'est effectué jusqu'à ce que la tumeur soit localisée et ne présente pas de croissance prononcée. Cette méthode est préférable chez les hommes âgés présentant des comorbidités sévères et des tumeurs très différenciées à croissance lente. Aucun traitement n'est donné, mais le patient est sous la surveillance constante d'un médecin. Les taux sanguins de PSA sont régulièrement examinés et une échographie de la prostate est effectuée. Cependant, même avec la sélection la plus minutieuse des patients pour cette méthode de traitement, 10% des patients décèdent.

Cryothérapie - destruction d'une tumeur à basse température. Les résultats de cette méthode de traitement sont comparables à ceux de la radiothérapie. Les meilleurs résultats sont obtenus avec un faible volume tumoral et la combinaison de la cryodestruction et du traitement hormonal.

L'hormonothérapie. Le cancer de la prostate est une tumeur hormono-dépendante et le traitement anti-androgène (bloquant les hormones sexuelles mâles) est efficace chez 70 à 80% des patients atteints de tumeurs courantes. L'hormonothérapie du cancer de la prostate est palliative, c'est-à-dire qu'elle est utilisée lorsqu'il est impossible de traiter avec d'autres méthodes. Lors de recherches, il est prouvé que plus le traitement hormonal est instauré tôt, plus le taux de survie est élevé et moins la fréquence des complications est élevée. L'hormonothérapie ne vise pas à guérir le cancer, mais à réduire le nombre de plaintes, et est souvent utilisée en association avec la radiothérapie. La testostérone, une hormone sexuelle masculine, stimule la croissance des cellules de la prostate; par conséquent, un traitement avec des substances qui abaissent le niveau de testostérone dans le corps est utilisé pour inhiber la croissance d'une tumeur de la prostate. Une diminution du taux de testostérone entraîne souvent une réduction du cancer ou un ralentissement de sa croissance.

Il existe de nombreux traitements pour le cancer de la prostate, mais aucun n’est idéal.

Cancer de la prostate

Des études prouvent que les aliments riches en calories et riches en graisses animales contribuent au développement du cancer de la prostate. Risque élevé de développer cette maladie chez les hommes qui consomment de grandes quantités de lait, de fromage, d'œufs et de viande. Les cancers végétaux moins fréquents sont les végétariens Un faible taux sanguin de vitamine D peut augmenter le risque de cancer de la prostate. Cela peut être dû à la faible quantité de lumière ultraviolette, car l'exposition à la lumière ultraviolette peut augmenter la teneur en vitamine D du corps. Une étude publiée dans le journal du National Cancer Institute aux États-Unis suggère que la prise de multivitamines plus de sept fois par semaine peut augmenter le risque d'être touchée par cette maladie. L'étude met en garde que ceux qui prennent des multivitamines ne doivent jamais dépasser la dose journalière indiquée dans le résumé. En 2007, une étude publiée dans la revue du National Cancer Institute (USA) a révélé que les hommes qui consomment du chou-fleur et du brocoli ou l’un des autres légumes crucifères plus d’une fois par semaine ont 40% moins de risque de développer un cancer de la prostate que les hommes. les hommes qui mangent rarement ces légumes. Les substances phytochimiques présentes dans les légumes crucifères ont des propriétés antiandrogènes et immunomodulatrices.

Malheureusement, aucune méthode de prévention ne garantit à 100% que le cancer de la prostate ne se produira pas ou que la maladie ne se reproduira pas. Une alimentation équilibrée et équilibrée, le renoncement au tabac, l'éducation physique, des promenades au grand air, des émotions positives - tout cela contribuera à renforcer votre immunité et à faire face à la maladie.

Et rappelez-vous: plus la maladie est détectée tôt, plus le traitement commence, plus les chances de guérison sont grandes. Ne commencez pas la maladie, dès les premiers symptômes sans hésitation et avec des références à votre emploi, contactez votre médecin. Passer régulièrement un examen médical, même en l’absence de plainte.

Cancer de la prostate

Le cancer de la prostate est une tumeur maligne qui se développe à partir de l'épithélium de la prostate. Chez les hommes, la maladie oncologique de tous les types de cancer est considérée comme la plus répandue et, ces dernières années, elle a eu tendance à se développer (environ 3% par an). Selon divers chercheurs, chez 10% des patients, le cancer de la prostate est observé chez tous les hommes atteints de cancer.

Causes du cancer de la prostate

Les raisons contribuant à l'apparition du cancer de la prostate ne sont pas encore complètement établies. Les mécanismes moléculaires de l'apparition et du développement ultérieur de cette maladie sont étudiés en profondeur. Un gène responsable des cas familiaux de cet oncologie a été identifié, ce qui indique une certaine susceptibilité au cancer de la prostate. En outre, la théorie a été confirmée qu'il existe plusieurs sites dans le génome humain qui suppriment le développement du cancer de la prostate et que divers changements dans leur activité conduisent au développement de cette maladie.

Le développement de métastases, ainsi que la progression de la maladie, est influencé par certaines substances biologiquement actives et facteurs de croissance constamment présents dans le corps humain.

Le cancer de la prostate peut être précédé de divers changements précancéreux résultant de processus inflammatoires persistants et de la présence d'une prédisposition génétique.

Facteurs de risque de cancer de la prostate

- course. Les hommes de la race négroïde sont le plus souvent malades et la maladie est détectée chez eux déjà à un stade avancé.

- L’un des principaux facteurs de risque est l’âge. On remarque que plus l'homme est âgé, plus le risque de développer un cancer est élevé

- prédisposition héréditaire. Chez les membres de la famille des patients atteints de cet oncologie, le risque de développer cette tumeur maligne est accru.

- Production nocive, tabagisme. Le développement du cancer de la prostate est fortement influencé par le cadmium contenu dans les matériaux de soudage, les piles et la fumée de tabac.

- Mauvaise nutrition. Il a été noté que le plus souvent la tumeur se développe chez les hommes qui consomment beaucoup de graisse.

Jusqu'à récemment, on pensait que le risque de développer cette tumeur maligne réduisait de manière significative l'opération de stérilisation masculine (vasectomie), mais ces données n'ont pas été confirmées. Identifier les causes du cancer de la prostate est compliqué par le fait que dans environ trente pour cent des cas, la maladie ne se manifeste pas et peut être détectée complètement par hasard lors de l'autopsie de personnes décédées de causes complètement différentes.

Manifestations du cancer de la prostate

Le plus souvent, le cancer de la prostate ne se manifeste pas à un stade précoce. Les plaintes commencent à se produire avec la propagation d'une tumeur maligne et l'apparition de métastases. Le cancer de la prostate se caractérise par une progression plutôt lente, ce qui a pour conséquence qu'au début de la maladie, les symptômes sont plutôt insignifiants. Les symptômes augmentent sur plusieurs années.

En l'absence de symptômes évidents du cancer de la prostate, une seule manifestation permet de suspecter la présence de la maladie, à savoir une augmentation du taux sanguin de l'antigène spécifique de la prostate (PSA). En règle générale, dans de tels cas, la tumeur est encore très petite ou ne présente que des modifications précancéreuses.

Au fur et à mesure que la tumeur grossit et que l'urètre, le triangle ou le col de la vessie poussent, des symptômes d'irritation de la vessie peuvent être observés, tels que: difficulté à uriner, incontinence urinaire, mictions fréquentes, miction difficile. Il peut également y avoir des symptômes de chevauchement (obstruction) des voies urinaires supérieures: manifestations douloureuses au niveau de la région lombaire, formation de calculs rénaux, dilatation des cavités des reins et des uretères.

Des lésions métastatiques des os entraînent une douleur aux extrémités résultant de la compression des métastases de la moelle épinière, ainsi qu'une paralysie et une paresthésie. Dans les lésions métastatiques d'autres organes, il y a violation de leur fonctionnement adéquat.

En résumé, je voudrais noter que tous les symptômes du cancer de la prostate ne sont pas spécifiques et qu’il s’agit de manifestations diverses d’un dysfonctionnement des organes touchés. Par conséquent, pour le diagnostic précoce de cette tumeur maligne, les méthodes de dépistage consistant à examiner tous les hommes de plus de 50 ans, ainsi que les hommes plus jeunes, présentant des facteurs prédisposants, sont très importantes.

Symptômes du cancer de la prostate

L'adénocarcinome est la principale forme histologique de cancer de la prostate. Le plus souvent, le cancer en phase initiale se manifeste par une absence complète de symptômes. Cela est suivi de l'apparition de divers troubles urinaires: envie accrue d'uriner (généralement la nuit), mélange de sang dans l'urine, incontinence ou rétention urinaire. Dans certains cas, le nombre de mictions quotidiennes peut atteindre vingt fois et est accompagné de fortes pressions et de douleurs. En cas de germination d'une vésicule séminale par une tumeur, des problèmes de puissance sont observés. Lorsqu'une tumeur atteint une taille importante, une douleur peut survenir pendant les selles et la constipation.

Le développement et la croissance ultérieure de métastases régionales se manifestent par un gonflement du pénis, du scrotum et des membres inférieurs. Les métastases au tissu osseux (fémur, colonne vertébrale lombaire et os pelviens) provoquent des douleurs dans ces zones.

Dans les lésions hépatiques métastatiques, les symptômes dépendent de la taille et du nombre de métastases. Dans les métastases simples, on observe une augmentation du foie et des douleurs sourdes et douloureuses du côté droit; avec métastases multiples, insuffisance hépatique et jaunisse se développent.

Dans les lésions métastatiques des poumons, une toux nocturne peut apparaître initialement, qui devient très douloureuse au fil du processus, une hémoptysie et l'apparition de crachats purulents sont possibles. Les symptômes fréquents incluent l'essoufflement et des douleurs à la poitrine (vives ou neutres)

Diagnostic du cancer de la prostate

En raison du fait que dans les premiers stades de la maladie ne se manifeste pas pratiquement, le diagnostic du cancer de la prostate est assez difficile. L'examen rectal numérique de la prostate est un examen obligatoire effectué par un urologue. Au cours d'un examen numérique, les phoques de la prostate peuvent être détectés, dont la présence exclut une tumeur maligne. De plus, les méthodes d'examen suivantes sont utilisées: TRUS (échographie de la prostate par une sonde rectale), détermination du taux de PSA (antigène spécifique de la prostate) du sang, biopsie de la prostate sous contrôle échographique. En outre, en cas de suspicion de cancer de la prostate, une inspection obligatoire de la région des ganglions lymphatiques est indiquée, afin d'exclure leurs dommages.

Après l'établissement du diagnostic final, les métastases, l'IRM et la tomodensitométrie des organes pelviens, ainsi que la scintigraphie osseuse, sont exclues. En présence de symptômes suggérant des lésions d'autres organes, des méthodes d'examen appropriées sont désignées.

Traitement du cancer de la prostate

À l'heure actuelle, il n'existe pas de tactique standard pour traiter le cancer de la prostate, des études contrôlées comparant différentes méthodes de traitement n'ayant pas encore été menées. Pour cette raison, il est difficile de choisir le traitement le plus approprié pour le cancer de la prostate. Aujourd'hui, lors du choix d'une méthode de traitement, il est habituel de prendre en compte l'âge de l'homme, le risque de complications, le stade du processus de cancer, la probabilité d'une longue période sans récurrence, la capacité du médecin et les souhaits du patient.

Traitements de base du cancer de la prostate

Tactique de femme enceinte. En raison du fait qu'aucune des études n'a prouvé les avantages du traitement radical (chirurgical + radiothérapie + hormonal) du cancer de la prostate, la méthode de l'attente est utilisée. Elle consiste en l'absence de tout traitement jusqu'à ce que la tumeur maligne soit localisée et sa croissance prononcée absente.. La tactique chez les femmes enceintes est le plus souvent appliquée aux hommes plus âgés atteints de tumeurs malignes très différenciées à croissance lente et de maladies concomitantes graves. En dépit du fait qu'aucun traitement n'est effectué, le patient doit être surveillé en permanence par le médecin traitant, il subit régulièrement une échographie de la prostate et les niveaux de PSA dans le sang sont examinés.

La prostatectomie radicale (traitement chirurgical) est le traitement principal du cancer de la prostate. Jusqu'à récemment, cette méthode de traitement chez les chirurgiens et les patients était très impopulaire, car après l'opération, des complications telles que l'impuissance et l'incontinence urinaire se sont développées. Des techniques d'intervention chirurgicale ont été développées, qui permettent de préserver la fonction sexuelle et la capacité de retenir l'urine. Le pronostic après traitement chirurgical dépend directement du stade de la maladie. En l'absence de maladie des ganglions lymphatiques, le taux de survie sur dix ans est supérieur à quatre-vingts pour cent; avec une germination étendue de la tumeur - moins de quarante pour cent. Avec la défaite des ganglions lymphatiques, ainsi que la germination de la tumeur des vésicules séminales, le pronostic est nettement pire. Dans certains cas douteux, après l'opération, un traitement hormonal ou radiologique est utilisé, mais la pertinence et l'efficacité de telles combinaisons sont toujours mises en doute.

Radiothérapie Pour la destruction de tissus malins par irradiation. La radiothérapie viole la structure de l'ADN des cellules irradiées, elles perdent leur capacité à se reproduire, vieillissent et meurent. La radiothérapie interstitielle (curiethérapie) est utilisée comme type de radiothérapie. Cette méthode de traitement consiste à implanter une source de rayonnement directement dans l'épaisseur de la tumeur, ce qui permet de l'irradier non pas de l'extérieur mais de l'intérieur. Grâce à cela, on élimine de nombreux effets secondaires de la radiothérapie, qui se développent en liaison avec l'irradiation inévitable des tissus sains voisins. Avec cette méthode, le taux de survie à cinq ans est beaucoup plus élevé qu’après la radiothérapie conventionnelle.

Cryothérapie. La tumeur est détruite par les basses températures. Selon ses résultats, cette méthode peut être comparée à la radiothérapie. Les meilleures performances sont obtenues avec un faible volume tumoral et une combinaison de cryothérapie et d'hormonothérapie.

L'hormonothérapie. Le cancer de la prostate étant une tumeur hormono-dépendante, ce type de traitement est efficace chez environ 75% des patients atteints de tumeurs courantes. L'hormonothérapie n'est utilisée que s'il est impossible d'appliquer d'autres méthodes de traitement. Les méthodes de traitement hormonal comprennent: la castration médicale ou chirurgicale, le blocage des cellules cibles par les androgènes, l'inhibition de la 5-alpha réductase, le blocage maximum des androgènes. Plus l'hormonothérapie est instaurée tôt, plus l'incidence des complications est faible et plus le taux de survie est élevé.