Principal
Prévention

Causes de l'étirement transparent des sécrétions muqueuses chez l'homme

L’étirement transparent des sécrétions muqueuses chez l’homme peut être de nature différente. Souvent de l'urètre a sécrété du mucus, qui a une teinte grisâtre. La norme est le mucus, qui n'a pas d'odeur. La décharge est un liquide ordinaire, qui a une consistance spéciale légèrement visqueuse. En règle générale, ces sécrétions ne perturbent pas les hommes et sont également des phénomènes physiologiques normaux. Mais pour votre tranquillité d'esprit, si vous avez des doutes, vous pouvez faire l'objet d'un diagnostic spécial sous la surveillance d'un médecin. Après tout, il y a des cas où le liquide libéré est associé à une inflammation.

Quelle pourrait être la cause de la décharge?

Sans aucun doute, lorsque vous changez la couleur des sécrétions sécrétées, vous devez être particulièrement attentif à votre corps. Il est possible qu'un tel phénomène se manifeste précisément par différents types de maladies.

Il existe des cas dans la pratique médicale, lorsque la décharge n'apporte aucune gêne lors de la miction. Mais ce n'est pas toujours le cas. Parfois, les patients présentant ces symptômes ressentent des douleurs coupantes et un inconfort. Ne remarquez pas que le mucus sécrété est impossible. Il se manifeste abondamment (tout au long de la journée) et provoque un inconfort.

Mais il convient de noter que la sélection peut être maigre, ce qui laisse supposer qu’il sera beaucoup plus difficile de les remarquer. Les exacerbations peuvent dépendre, par exemple, de la consommation d'alcool ou d'aliments très épicés.

Les hommes peuvent mener une vie sexuelle coquine, après quoi ils découvrent un écoulement incompréhensible. C'est à ce moment qu'ils commencent à s'inquiéter et à rester alertes. Après tout, il existe aujourd'hui un grand nombre de maladies sexuellement transmissibles.

Bien sûr, le liquide est excrété différemment. Cela dépend en grande partie de l'intensité de l'inflammation, ainsi que du stade de négligence. Dans ce cas, le mucus peut avoir une couleur différente. Dans de tels cas, il y a rarement un écoulement clair chez les hommes.

Habituellement, le liquide excrétant est épais. Avec un grand nombre de leucocytes, les sécrétions peuvent virer au vert ou au jaune. Les raisons en sont dues à la chirurgie, à l'apparition de tumeurs, de rhumes et de maladies infectieuses, à des blessures et à des inflammations diverses. Si la densité de la substance sécrétée par le mucus ou sa quantité change, vous devez faire appel à une aide qualifiée. Les rejets peuvent prendre des odeurs désagréables et changer de couleur. De tels processus devraient être alarmants.

Les médecins aideront à la consultation, prescriront les tests nécessaires et identifieront les causes de l'inconfort. Souvent, les patients retardent la visite chez le spécialiste, aggravant ainsi leur propre situation. Après tout, tout le monde sait que dans les premiers stades de la maladie, le traitement est beaucoup plus facile et sans douleur. Par conséquent, vous devez traiter votre santé de manière responsable. On trouve des décharges molles transparentes, de consistance visqueuse:

  • sous forme chronique de chlamydia;
  • avec urétrite ureaplasma.

Dans ce cas, le patient donne la sélection pour analyse, qui considère le nombre de leucocytes. Taux modéré - 4 cellules. Si le mucus a un écoulement purulent, en règle générale, il a une odeur caractéristique et indique la présence d’une gonorrhée.

Dans ce cas, les écoulements sont souvent abondants. Ces symptômes sont accompagnés d'une gêne lors de la miction. Cela peut provoquer des démangeaisons et des brûlures. L'excrétion de fluide n'est pas toujours abondante, le plus souvent au contraire, plus rare. Mais dans l'urine, vous pouvez voir de petites masses de mucus purulent, qui apparaissent généralement au cours du premier stade de la maladie.

Les patients masculins peuvent connaître des pertes anormales. Ils se développent avec des antibiotiques à long terme ou après une chimiothérapie, sont également possibles avec une candidose, accompagnée de pertes rares qui ont une odeur de poisson. En règle générale, la couleur du mucus a une teinte jaunâtre.

La spermatorrhée survient et s'accompagne de la libération de sperme sans sensation d'orgasme. Il y a souvent du mucus brun. En outre, il peut y avoir des caillots sanguins et du pus. Les formations purulentes se produisent en présence de tumeurs malignes. Si le congé est sanglant et abondant, une hospitalisation est nécessaire. Habituellement, la profusion de pertes est perceptible après le sommeil. Par conséquent, il est intéressant d'observer l'état de l'organisme.

Quels symptômes accompagnent la sortie?

Comme beaucoup de gens le savent, la décharge commence à partir de l'urètre. Le liquide peut différer à la fois en couleur et en transparence. En s'abstenant de tout rapport sexuel, la consistance du mucus sécrété peut avoir une structure dense.

La chlamydia est la maladie la plus répandue lors des rapports sexuels. D'autres cas de sécrétions possibles de mucus peuvent être des signes de pathologie. Il existe souvent diverses maladies du système de reproduction urinaire. Mais on peut immédiatement noter que toute pathologie nécessite une assistance urgente d'un spécialiste.

Les points forts transparents peuvent indiquer:

  • à propos de l'excitation sexuelle, c'est-à-dire que le mucus est clair sur la tête du pénis;
  • lorsque la pression intra-abdominale augmente, un mucus transparent peut apparaître;
  • smegma (lubrifiant), qui est sécrété par les glandes sébacées du pénis (avec une hygiène appropriée, ces sécrétions ne causent pas d'inconvénients, s'il y a une accumulation de ce lubrifiant, il y a une odeur extrêmement désagréable, car les microorganismes s'y multiplient).

Il existe également des facteurs non infectieux, notamment:

  • diverses réactions allergiques, par exemple aux médicaments;
  • toutes sortes d'irritations avec des produits chimiques, tels que gels, mousse, savon;
  • les blessures;
  • dommages mécaniques.

Les rejets qui dégagent une odeur peuvent se produire en violation de l'hygiène intime personnelle. Il y a une multiplication de bactéries et de micro-organismes avec candidose (infection), dans lesquels il y a une odeur aigre et des pertes blanches.

Gardnerella est particulièrement active avec des symptômes tels que:

  • faible immunité;
  • dysbactériose gastro-intestinale;
  • utilisation à long terme d'antibiotiques;
  • sous-vêtements serrés synthétiques;
  • changement fréquent de partenaires sexuels.

Il y a des cas où une odeur désagréable provoque une inflammation du pénis et de la surface interne de la chair.

Malheureusement, en plus des sécrétions, de telles maladies peuvent être accompagnées d'une douleur intense ou de démangeaisons, et des ulcères peuvent se former sur l'organe génital. Le mucus sanguin peut parler de l'intensité de l'inflammation.

Des décharges de sang sont possibles avec des manipulations médicales grossières, telles que l'installation d'un cathéter ou la prise de frottis. Mais ces sécrétions se distinguent par la couleur écarlate d'une consistance uniforme de l'écoulement sanguin et l'arrêt rapide du saignement.

Sans aucun doute, les tumeurs malignes peuvent se manifester avec une décharge de sang pendant la miction. Par exemple, dans le cancer de la prostate, le sang a une couleur brune avec des caillots caractéristiques.

L'hématospermie est souvent accompagnée de caillots sanguins dans le sperme. On observe ce qui suit:

  • douleur en urinant;
  • peut causer un œdème dans le pénis;
  • douleurs aiguës dans la région lombaire;
  • gêne corporelle et fièvre.
  • biopsie ou autre chirurgie;
  • activité sexuelle;
  • divers néoplasmes génitaux;
  • abstinence sexuelle.

Petite conclusion

Bien sûr, un examen médical et un examen visuel suffiront souvent pour diagnostiquer la maladie.

La couleur, l'odeur, la texture et l'état du corps peuvent en dire long. Pour y parvenir, il est nécessaire de mener des études de laboratoire.

Mais il ne faut pas oublier qu'il est nécessaire d'utiliser des médicaments uniquement sous la supervision d'un spécialiste.

Décharge claire des hommes

La décharge claire des hommes peut être la norme ou la pathologie. Si un tel symptôme est complété par d'autres signes - démangeaisons, brûlures ou inconfort, c'est une raison pour faire appel à un spécialiste. Il est important de surveiller attentivement votre santé, cela évitera des conséquences dangereuses et des complications.

État normal

Normalement, le canal de sortie de l'urètre doit rester sec, aucun écoulement ne doit être observé. Si un écoulement transparent de l'ouverture de l'urètre chez l'homme est observé une fois, pas régulièrement, sans autres symptômes, il ne s'agit pas d'une situation pathologique. La prostateorrhea est considérée comme normale lors de la vidange du tractus intestinal. Cette situation se produit pendant un effort intense et pendant le processus intestinal. Cela arrive souvent quand il est difficile de vider les intestins, avec une constipation trop fréquente, quand il est difficile de vider.

Dans une telle situation, la compression à l'intérieur de la paroi abdominale augmente, entraînant l'apparition d'une petite quantité de liquide transparent, sans odeur et d'impuretés, à partir de l'ouverture de l'urètre. La norme est la présence de traînées dans du mucus transparent, peintes en blanc ou grisâtre.

Le mucus clair est considéré comme la norme dans les pollutions pendant la puberté. Lorsque l’éjaculation spontanée n’est pas au cours de l’intimité, avec l’éjaculateur, une petite quantité de sécrétions transparentes qui s’étire est sécrétée.

Avec l'érection matinale, qui apparaît le matin après le réveil, en présence d'une érection prononcée, des sécrétions muqueuses transparentes se produisent souvent, elles sont produites par les glandes urinaires. Cette condition est observée le matin, elle est considérée comme la norme. Si de telles situations se produisent rarement, il n'y a pas lieu de s'inquiéter, car la sécrétion indique le fonctionnement normal des glandes sexuelles.

Si un écoulement de l'urètre se produit dans un volume important, qu'il soit excité ou non, régulièrement, complété par des démangeaisons et des brûlures intensément prononcées dans l'urètre, une odeur désagréable est une raison sérieuse de consulter un médecin.

Il est important de détecter le facteur provoquant et de procéder au traitement en temps opportun, afin d'éviter les complications et les conséquences pour les organes de l'appareil reproducteur.

Comment détecter un symptôme

Habituellement, un homme n'inspecte pas régulièrement l'ouverture de l'urètre pour détecter la présence de toute pathologie, sauf en cas d'autres manifestations cliniques. Du mucus transparent peut se démarquer seul ou apparaître après une légère pression sur l'ouverture de l'urètre. Le premier symptôme qui indique la présence de sécrétions est le blocage du canal urétral. Ceci est observé avec une petite quantité d'un secret, il se dessèche. À sa place, un film est formé, il est situé près du canal externe de l'urètre.

Après le réveil, l’ouverture de l’urètre est collée, ce qu’il convient de noter et de procéder à une nouvelle inspection pour détecter la présence d’un secret sécrété. La présence de sécrétions muqueuses peut être considérée dans la première partie de l'urine du matin. Lors de l'inspection des urines du matin, il convient de faire attention à la présence de structures de coton, d'impuretés anormales. De telles manifestations sont une raison sérieuse de consulter un urologue ou un andrologue.

Il est possible de trouver une grande quantité de sécrétion à la surface des sous-vêtements, il est facile de remarquer ce signe. Si des réactions inflammatoires négligées se développent dans les organes reproducteurs, le secret obtenu est complété par d'autres signes: démangeaisons, sensation de brûlure, inconfort dans la région urétrale, une odeur désagréable spécifique.

Pourquoi un symptôme apparaît

Dans la majorité des situations, l'apparition d'un écoulement net de l'urètre signale le développement de processus pathologiques dans les organes du système reproducteur et nécessite une intervention médicale obligatoire. Ces processus pathologiques incluent la chlamydia, l'urée, la mycoplasmose. Ces infections parasitent au niveau cellulaire, affectant progressivement de grandes surfaces.

Les symptômes spécifiques sont généralement absents pendant une longue période. Lorsque ces pathologies passent à une forme négligée, des symptômes bénins peuvent apparaître: inconfort dans la région inguinale, mucosités de l'urètre, démangeaisons, brûlures, douleurs, besoin fréquent de vider la vessie.

Les autres pathologies associées à un tableau clinique similaire incluent:

  • Urethrite - un processus inflammatoire dans l'urètre;
  • Balanoposthite - inflammation de la tête et du prépuce de l'organe masculin;
  • La prostatite est une inflammation de la prostate;
  • Réactions allergiques aux produits de soins personnels ou aux sous-vêtements synthétiques;
  • Dommages mécaniques au pénis;
  • Blessures à l'urètre.

Les sécrétions transparentes peuvent causer la gonorrhée et la trichomonase aux premiers stades de leur développement. Si le mucus devient jaune, il indique des impuretés du contenu purulent. Cette caractéristique est caractéristique de la gonorrhée et de la trichomonase. En présence de caillots sanguins dans le mucus, il est possible de juger du développement de Trichomonas ou d'urétrite gonorrhéique. Si vous sentez en outre une odeur acide, c'est un signe du développement de la candidose urogénitale. En présence de saveur de poisson, vous pouvez parler du développement des maladies sexuellement transmissibles.

Si l’apparition d’un secret est constatée en l’absence de processus infectieux et d’inflammation, elle peut être provoquée par un tonus du système musculaire, ce qui empêche l’humidité et les structures muqueuses de rester longtemps dans le corps. Ces processus pathologiques incluent la spermatorrhée et la prostate. Quelle que soit la cause, il est important d'examiner régulièrement les organes génitaux pour détecter la présence de manifestations anormales, de passer des examens préventifs chez l'urologue et de commencer le traitement à temps.

Mesures de diagnostic

Pour trouver la cause de ces phénomènes, vous devriez consulter un urologue ou un andrologue. Le médecin vous prescrira les mesures de diagnostic nécessaires. Le premier examen consiste en une inspection visuelle des organes génitaux, une évaluation de l'état de l'épiderme, une évaluation de la consistance et de la couleur du secret, une palpation des ganglions lymphatiques. Des données anamnestiques sont collectées, en tenant compte de symptômes supplémentaires tels que brûlures, démangeaisons, douleurs pendant le processus de formation de boutons, l'apparition d'une odeur désagréable et une augmentation de la température.

Ensuite, le médecin prescrit un massage spécial pour stimuler la décharge. Avant la procédure, il est nécessaire de ne pas uriner pendant deux heures, cela donnera l'occasion d'obtenir les informations les plus fiables. Des échantillons de sang et d'urine sont prélevés, un frottis est prélevé à l'ouverture de l'urètre. Souvent, le diagnostic est complété par une échographie des organes pelviens, l'urographie. Avant de subir l'examen, il est recommandé d'exclure l'utilisation d'antibiotiques puissants, de médicaments antifongiques et anti-inflammatoires. Cela est nécessaire car ces médicaments peuvent réduire le nombre de leucocytes dans le liquide sanguin. Les informations sur la présence d'inflammation et d'infections ne seront pas fiables.

Avant qu'un diagnostic ne soit posé par un médecin, il est recommandé d'exclure les contacts intimes, afin de faire attention à la fréquence du fluide libéré.

Si un processus inflammatoire est présent, le micci sera douloureux et fréquent. Les médecins recommandent de suivre un certain régime alimentaire - exclure les aliments épicés, les boissons contenant de l'éthanol, car ces aliments aggravent l'inflammation du corps. Veillez à respecter les règles d'hygiène personnelle, changez régulièrement de sous-vêtements. Le recours au médecin devrait être opportun pour commencer le traitement à temps et empêcher la maladie de se transformer en une forme chronique.

Après avoir trouvé la cause fondamentale de ce phénomène, le médecin vous prescrira le bon algorithme de traitement. Il est nécessaire de respecter scrupuleusement toutes les recommandations médicales, de ne pas avoir de relations sexuelles jusqu'au rétablissement complet, de bien manger, de bien observer toutes les mesures d'hygiène. Il est inacceptable de s’auto-traiter, c’est une aggravation de la situation. En l'absence de traitement approprié, d'autres complications et conséquences sont possibles, allant jusqu'à la dysfonction érectile, problèmes de conception d'un enfant.

Pourquoi le mucus est-il émis par le pénis?

Les rejets de l’appareil urogénital peuvent être une source d’informations sur la santé d’un homme.

L'écoulement du pénis est souvent l'une des premières voire la seule manifestation de la maladie.

En prenant soin de votre santé, un homme devrait faire attention à ce qui se distingue de sa dignité sexuelle.

Si vous avez des doutes sur la normalité de l'écoulement de l'urètre ou du pénis, vous devez immédiatement contacter notre urologue, dont l'expérience pratique séparera rapidement le taux de la pathologie.

Mucus pathologique d'un membre

On peut suspecter un écoulement du pénis d'avoir une infection dans le tractus génital masculin:

  • Le mucus excessif du pénis apparaît dans l'urétrite causée par une infection génitale. Cette décharge urétrale est transparente, moins souvent teintée de jaune. Ils s'étirent bien et contiennent une petite quantité de globules blancs. Si le mucus du pénis est provoqué par une inflammation de l'urètre, il sera accompagné d'une douleur et d'une sensation de brûlure pendant la miction, une coupure de la vessie (si l'infection se propage à elle) et du bas de l'abdomen. La douleur est associée à une hyperémie et à un gonflement de la membrane muqueuse de l'ouverture externe de l'urètre, parfois en collant ses éponges, ce qui est particulièrement visible le matin. L'exsudat sec ressemble à une croûte jaunâtre. Dans l'urétrite chronique, l'écoulement est plus modéré, leur nombre est inférieur à celui de l'évolution aiguë de la maladie, le plus souvent du mucus se trouve sur les lèvres de l'ouverture externe de l'urètre le matin sous forme d'une goutte ou d'une croûte jaune clair séchée.
  • En plus de l'urétrite, une prostatite chronique peut également survenir. Dans ce cas, la sécrétion pathologique est combinée à des douleurs constantes ou périodiques tiraillantes dans la région lombaire, le sacrum, irradiant vers l'anus, les cuisses et le périnée. Des phénomènes de dysurie sont notés avec le syndrome douloureux - la miction est difficile, l'urine est excrétée par un faible courant intermittent ou par gouttes, pour vider la vessie qu'un homme est contraint de contraindre, on observe souvent une nycturie - une envie fréquente d'uriner la nuit. Dans le même temps, l'excrétion de l'urine peut être difficile, ce qui est très douloureux pour les patients. Dans la prostatite chronique, la sécrétion pathologique, le syndrome de la douleur est presque toujours associé à des signes de dysfonctionnement sexuel - troubles érectiles, diminution de la libido et éjaculation précoce.
  • Le mucus transparent du pénis est caractéristique de maladies telles que la mycoplasmose, l'ureaplasmose et la chlamydia. Dans ce cas, le mucus peut être jaunâtre ou grisâtre. Les sécrétions muqueuses sont associées à une rougeur et à un gonflement des éponges de l'ouverture de l'urètre, à une sensation de brûlure et à une douleur lors de l'excrétion de l'urine. Des démangeaisons et une rougeur du gland du pénis peuvent être observées.
  • Le mucus blanc sur le pénis est constitué de liquide inflammatoire, représenté par du mucus avec une quantité importante d'épithélium desquamé et de leucocytes. Ce mucus est caractéristique de maladies telles que l’uréplasmose. Lorsque la chlamydia est typique, du mucus se colle sur la tête du pénis.
  • Le mucus blanc sera dans la prostate et la prostatite. Il est associé à un tonus réduit de la glande. Le liquide blanchâtre s'écoule involontairement à la fin de la miction, ce qui peut provoquer une gêne ou des démangeaisons dans l'urètre.

Décharge de l'urètre chez l'homme: la norme, signe de maladie

La décharge masculine des organes génitaux est la décharge de l'urètre (urètre) et le secret des glandes préputiales, situées sur la tête du pénis, sous la peau du prépuce. Dans l'urètre, le canal déférent, la prostate, les glandes urétrale et bulborethrale sont ouverts.

Options pour les sécrétions physiologiques

Critères pour les sécrétions normales correspondant aux fonctions des organes du système urogénital:

  • Urine - transparente, de la paille à la couleur jaune d'or, pratiquement inodore, ne contenant pas de flocons ni d'autres inclusions;
  • Le secret de la prostate a une consistance visqueuse et une teinte blanchâtre, il y a une odeur particulière de spermine;
  • Ejaculat: le sperme du canal éjaculateur est mélangé à des sécrétions des glandes de Littré (urétral), de Cooper (bulborétral) et de la prostate, acquérant une couleur blanc grisâtre et une consistance muqueuse;
  • Le smegma frais des glandes prépuciales ressemble à une graisse blanche épaisse; avec le temps, il peut devenir jaunâtre ou verdâtre.

Le lubrifiant préputial - smegma - est constamment libéré et s'accumule sous la feuille interne du prépuce et dans le sulcus coronal du pénis. Le lubrifiant, composé de graisses et de résidus de bactéries, est uniformément réparti et réduit les frictions entre la peau du prépuce et la tête. L'activité maximale des glandes prépuciales est inhérente à la période de la puberté, avec l'âge, la sécrétion diminue et vers l'âge avancé cesse complètement.

Si vous négligez les règles d'hygiène personnelle, le smegma peut s'accumuler sous les plis du prépuce. Dans ce cas, la partie grasse du lubrifiant est oxydée et la protéine se désintègre (en fait, elle est en train de pourrir), et les masses deviennent verdâtres et acquièrent une odeur désagréable. Le même processus se produit avec phimosis, lorsque, en raison de la fusion du prépuce, il est impossible de libérer complètement la tête du pénis des plis cutanés et de supprimer le smegma. L’accumulation et la désintégration du lubrifiant peuvent entraîner une balanite chronique et une balanoposthite (inflammation du prépuce et du gland du pénis), ce qui augmente le risque de développement de tumeurs.

sur la photo: formes possibles de balanoposthite - hygiénique et pathologique

Urétrite, écoulement muqueux et incolore des glandes bulbaires et urétrales. Apparaissent uniquement avec l'excitation associée à la libido. L'excrétion de mucus clair est conçue pour lubrifier l'urètre et améliorer le passage du sperme. La quantité de sécrétion varie de peu à abondante. Ces paramètres sont associés aux caractéristiques individuelles du corps et à la fréquence des activités sexuelles. Après une abstinence prolongée, le volume de décharge augmente.

Pollution - libération spontanée de sperme, non associée à un rapport sexuel. Il est généralement observé le matin lorsque les niveaux de testostérone augmentent. Dépend de l'âge et de l'intensité de la vie sexuelle: apparaît chez les garçons pendant la puberté, chez les hommes adultes - avec des actes sexuels occasionnels ou rares.

Prostatorea, écoulement de l'urètre d'une petite quantité de mucus transparent avec des inclusions blanc grisâtre. Se produit après une tension des muscles abdominaux (par exemple, avec constipation) ou après une miction. Le secret consiste en un mélange de liquide séminal et de prostate détachable, une augmentation de volume et un trouble pouvant être un signe de prostatite.

Sécrétions pathologiques

Chez les hommes, les causes de décharge du pénis peuvent être des MST, des tumeurs, des inflammations non spécifiques des organes urogénitaux, des blessures diverses, des manipulations médicales ou des opérations.

L'écoulement pathologique de l'urètre est différent de la normale:

  1. En volume (trop abondant ou peu abondant, peut-être modéré);
  2. Par couleur et transparence (du blanc au jaune-vert, terne);
  3. Pour les impuretés (sang, pus, morceaux de mucus);
  4. Cohérence (très mince ou trop épais et collant);
  5. En odeur (aigre, putride, poisson);
  6. En fonction de la fréquence des événements (en fonction de l'heure de la journée, du congé permanent ou occasionnel);
  7. En relation avec la miction, l'excitation sexuelle, avec l'alcool, les aliments épicés et épicés.

La nature de la décharge dépend de l'agent causal de la maladie, du statut du système immunitaire, des maladies qui l'accompagnent, ainsi que de la gravité et de la durée de l'inflammation (aiguë ou chronique).

Lors du changement de la quantité, de la densité ou de la couleur des sécrétions, avec l'apparition d'une odeur désagréable, il est recommandé de consulter un médecin et de faire des tests. Faire un autodiagnostic n'en vaut pas la peine, car un seul symptôme est très difficile à reconnaître correctement.

Décharges de pénis liées aux MST

Les membranes muqueuses: écoulement clair, picotement et en petite quantité, se présentent sous forme chronique de chlamydia, mycoplasme ou urétrite ureaplasmique. Lorsque la microscopie dans les sécrétions détecte un nombre modéré de leucocytes (la norme - jusqu'à 4 cellules dans le champ de vision).

Muco-purulent: écoulement blanc, translucide; observée dans la phase aiguë de chlamydia, ureaplasmose et mycoplasmose. Lorsque l'infection à chlamydia s'accumule sur la tête du pénis, comme si elle "collait" sur la peau.

Écoulement purulent avec une odeur désagréable, caractéristique de la gonorrhée. Ils sont collants, épais, de couleur jaune ou avec une teinte verdâtre, avec une odeur putride. Lorsque la microscopie dans le matériel visible cellules épithéliales de l'urètre, beaucoup de globules blancs.

Symptômes accompagnant l'urétrite à gonorrhée: écoulement persistant et abondant; la douleur, les démangeaisons et les brûlures sont particulièrement fortes lorsque vous urinez.

Lorsque les maladies sexuellement transmissibles sont souvent observés infections combinées, combinant plusieurs agents pathogènes. La gonorrhée et la trichomonase sont accompagnées de chlamydia, de mycoplasmose et d'ureaplasmose, qui surviennent généralement "par paires". La symptomatologie de ces maladies diffère des manifestations classiques et l'écoulement urétral peut également acquérir un caractère complètement différent. Par conséquent, pour le diagnostic final en utilisant des techniques analytiques modernes avec un haut degré de fiabilité, et non les caractéristiques de la décharge.

Inflammations non spécifiques (non vénériennes)

La cause de l'inflammation non spécifique devient la microflore propre, qui appartient au pathogène conditionnel et qui n'est activée qu'en cas de problèmes de défense immunitaire de l'organisme. Les strepto et staphylocoques, les champignons du genre Candida et E. coli sont toujours présents à la surface de la peau et des muqueuses, mais ils commencent à proliférer et à déplacer activement les bactéries bénéfiques après une hypothermie, un stress prolongé, un traitement non contrôlé aux antibiotiques, après des traitements de radiothérapie et une chimiothérapie.

Urétrite non gonorrhéique (non spécifique). Les sécrétions inflammatoires sont de petit volume, visibles dans l'urine sous forme de cordons ou de mottes mucopuriques, apparaissent au tout début de la maladie. Les symptômes sous la forme de brûlures et de démangeaisons lors de la miction sont moins prononcés que dans le cas de la gonorrhée, mais le besoin urgent est fréquent et ne soulage pas. Avec une infection ascendante, la vessie commence à s'enflammer, suivie des uretères et des reins; il y a des sécrétions mélangées avec du sang écarlate.

photo: signes de candidose (balanoposthite candidale) à la surface du pénis

Candidose (muguet), infection fongique de l'urètre. Il se développe généralement sur fond de suppression du système immunitaire après une cure d'antibiotiques, de chimiothérapie ou de radiothérapie; la transmission sexuelle de la candidose chez les hommes est rare. Pour le muguet, les écoulements au fromage caractéristiques avec une odeur aigre, qui sont combinés avec des démangeaisons et des brûlures au cours de la miction (miction) et de l'éjaculation (éjaculation), peuvent être accompagnés d'une douleur sourde à l'aine, au-dessus du pubis et au bas du dos.

Gardnerellose de l'urètre. L'odeur des sécrétions de poisson est caractéristique. ils sont rares, blanc jaunâtre ou verdâtre. Selon certaines classifications, Gardnerella est attribuée aux MST, mais chez les hommes infectés sexuellement par Gardnerella, il s'agit davantage d'une curiosité. En fait, cette maladie est associée à une violation de la microflore normale, c'est-à-dire à une dysbiose. Dans son traitement, des immunocorrecteurs et des probiotiques (bactéries lactiques) sont nécessairement utilisés.

Balanoposthite, inflammation du prépuce. Possibilité d'observer localement un écoulement purulent abondant, purulent. Toujours accompagné d'un œdème et d'une hyperémie (rougeur) des feuilles de prépucium, tête du pénis douloureuse.

Lorsque la prostatite présente un écoulement trouble à la fin de la miction, écoulement abondant dans la période aiguë d'inflammation; maigre et blanc lorsque la maladie devient chronique. La prostatite est généralement compliquée par une difficulté à uriner et une faiblesse de l'érection, dans les cas graves pouvant aller jusqu'à l'anurie (absence totale de décharge de l'urine) et par l'impuissance.

Excreta non inflammatoire

Spermatorrhée - écoulement sous forme de sperme passivement fluide, se produit en dehors des rapports sexuels ou de la masturbation, sans sensation d'orgasme. Les causes en sont certaines maladies du système nerveux, blessures à la colonne vertébrale, stress chronique et toute inflammation à long terme de la région génitale. La spermatorrhée est associée à une innervation altérée et à une diminution du tonus du canal déférent.

Hématorrhée, écoulement sanglant. Apparaît souvent en cas de traumatisme du canal urétral, obtenu lors du bougienage, après l'insertion du cathéter ou lors du prélèvement d'un frottis sur la muqueuse. Dans ces cas, le sang est frais, sans caillots, la quantité est faible, le saignement cesse rapidement. Avec l'écoulement de petites pierres aux reins ou de sable, du sang est libéré pendant ou immédiatement après la miction, l'hématorrhée s'accompagne de douleurs très vives (coliques néphrétiques). Les excrétions sanguines dans la forme hématurique de la glomérulonéphrite (inflammation des glomérules rénaux) sont associées à un œdème et à une augmentation constante de la pression artérielle, à l'apparition de protéines dans l'urine.

Décharge brune, avec des caillots de sang ou du mucus, avec un mélange de pus apparaissent dans les tumeurs malignes émanant de la prostate, de l'urètre ou de la vessie. Du mucus brunâtre peut se former lors de la cicatrisation des plaies sur les muqueuses, il est libéré lors de la polypose de l'urètre et / ou de la vessie.

Prostatorea - la sécrétion de la prostate qui coule de l'urètre. On le trouve dans la prostatite chronique, l'adénome de la prostate et les troubles de l'innervation (vessie neurogène).

L'algorithme d'examen en présence de décharge pathologique du pénis

  1. Inspection du périnée, du pénis, du prépuce et de la tête. Le but est d'identifier les difformités génitales, les traces de leurs blessures, les signes d'inflammation externe, les écoulements, les éruptions cutanées, etc. Des traces d'écoulement sont parfois visibles sur les sous-vêtements.
  2. Palpation des ganglions inguinaux, évaluation de leur état: taille plus chaude ou plus froide que les tissus environnants, douloureuse ou non, douce ou dense, mobile ou soudée à la peau, y a-t-il une ulcération au-dessus de ceux-ci.
  3. Examens des doigts de la prostate; masser la prostate à travers le rectum et obtenir des sécrétions pour un examen microscopique. Avant le massage, il est conseillé de ne pas uriner pendant 1 à 2 heures. Dans l'adénome de la prostate, ses lobes sont élargis à peu près également, des brins denses sont palpés. Pour une tumeur maligne, l'inégalité des excroissances et leur consistance sont typiques: lors de la palpation de la prostate, du sang avec un caillot peut être libéré de l'urètre.
  4. Matériel - frottis pour la microscopie et l'ensemencement. Lorsque examiné au microscope dans un frottis peint des cellules sanguines visibles, l'épithélium, le sperme, les inclusions grasses, certains agents pathogènes (E. coli, gonocoques, gardnerella, levure). L'augmentation du nombre de leucocytes est caractéristique de l'urétrite aiguë ou de l'exacerbation de l'inflammation chronique, les éosinophiles - de l'urétrite allergique. On trouve des globules rouges dans les cas d'inflammation grave, de tumeurs, de lésions des organes urogénitaux, d'urolithiase. Un grand nombre d'épithélium est un signe d'uréthrite chronique, la leucoplasie urétrale. Avec la spermatorrhée, les spermatozoïdes se retrouvent dans un frottis, dans la région urétrale, on trouve du mucus;
    Pour l'informatisme et la fiabilité des résultats, le frottis est pris au plus tôt 3 jours après l'application locale d'antibiotiques, d'antifongiques et de désinfectants. Si le traitement antibiotique était systémique, il devrait s'écouler au moins 3 semaines après le traitement. Ne pas laver avant de faire un frottis, essayez de ne pas uriner pendant 2-3 heures.
  5. Analyse clinique générale du sang, du sang pour le sucre - le matin, l'estomac vide. Analyse détaillée de l'urine (partie du matin, immédiatement après le sommeil).
  6. Échographie de la prostate, de la vessie et des reins; CT et urographie.

Si les manifestations de l'inflammation génitale sont fortes, alors, avant de recevoir les résultats du test, on prescrit immédiatement à la patiente des antibiotiques à large spectre. En cas de saignement abondant, une hospitalisation et des actions actives sont indiquées pour arrêter le saignement. La confirmation d'une suspicion de tumeur maligne ne peut résulter que d'une biopsie; le diagnostic final est établi sur la base d'un examen histologique.

Ce qu'ils disent décharge transparente du pénis

Jeunes amants héroïques et hommes expérimentés - ils rencontrent tous au moins une fois un phénomène tel qu'une décharge transparente du pénis. On croit qu'une variété de sécrétions génitales - la prérogative du système reproducteur féminin, mais tel n'est pas le cas. Chez l’homme, il existe également des organes et des tissus qui produisent des sécrétions fluides qui, dans certaines conditions, peuvent être inutiles - d’où l’apparition de petites gouttes dans l’ouverture externe de l’urètre.

Le plus souvent, chez les hommes, il y a un écoulement transparent du pénis. Ils ne sont pas toujours une manifestation de processus pathologiques, mais ils suscitent invariablement des inquiétudes chez les hommes. Les causes de décharge peuvent varier. Les plus communs d'entre eux sont considérés ci-dessous.

Norme ou pathologie?

Le système reproducteur masculin est différent de la femme en ce que presque tous ses éléments sont situés à l'extérieur. Cela vous permet de remarquer les changements au début, presque immédiatement après leur apparition. Les reflets transparents chez les hommes appartiennent à deux catégories:

physiologique - formé au cours de processus normaux dans le système reproducteur masculin sous l'influence de la microflore bénéfique;

pathologique - formé à la suite de la colonisation du système génito-urinaire de la microflore pathogène.

Les excrétions du pénis peuvent indiquer une maladie. Quand ils apparaissent, cela vaut la peine de consulter un médecin.

Dans le premier cas, il n'y a pas de risque de décharge transparente du pénis. Et dans le second cas, il y a un risque de perdre non seulement une partie de la force sexuelle, mais également les fonctions d'autres organes et systèmes.

Immédiatement après la détection de symptômes suspects, il est important que l'homme tente de déterminer de manière indépendante si un écoulement transparent du pénis est dangereux dans son cas. Il est plutôt difficile de le faire sans éducation spéciale, mais il existe un certain nombre de signes permettant d'identifier des maladies dangereuses.

En matière de physiologie

Il en existe plusieurs totalement sans danger pour la santé du système génital masculin, au cours desquelles des sécrétions transparentes peuvent s'écouler du pénis. Ceux-ci comprennent:

Uréorée physiologique est un processus dans lequel une poussée de synthèse secrète se produit dans l'urètre d'un homme. Ce phénomène se produit généralement le matin lorsque la vessie se remplit. Dans la composition des sécrétions détectées, la sécrétion urétrale et l'urine.

L’uréthorrhée libidotique est un processus qui se produit à l’arrière-plan de l’érection matinale. La composition des sécrétions, en plus des sécrétions urétrales, peut inclure la sécrétion de la prostate et le sperme.

La défécation de la prostate est un processus qui se produit sur fond de tension accrue lors de la défécation. Au cours de cette opération, des masses fécales exercent une pression active sur la prostate, à partir de laquelle le secret est secrété. Qu'il est la base de la décharge transparente du pénis.

Le système reproducteur masculin est conçu de telle sorte que, lors de son fonctionnement normal, des sécrétions transparentes puissent apparaître.

Pour comprendre qu'il n'y a pas de problèmes de santé, dans ce cas, c'est très simple. Lorsque la décharge se produit, l'homme veut aller aux toilettes, ou vient de le quitter, ou est en train de vivre une érection matinale.

Quand la cause du rejet est la maladie

La situation est quelque peu différente avec les sécrétions pathologiques. Ils surviennent dans des maladies telles que la gonorrhée et la trichomonase, l'urépalmose et la mycoplasmose. Contrairement aux sécrétions physiologiques décrites précédemment, elles apparaissent à tout moment de la journée - elles n’ont aucun lien avec les processus physiologiques. En outre, une telle décharge s'accompagne d'un complexe de symptômes spécifique, comprenant:

douleur et sensation de brûlure pendant la miction et l'éjaculation;

augmentation du besoin d'uriner;

détérioration de la fonction érectile;

hyperémie, éruption cutanée, excroissances sur le pénis;

odeur désagréable des organes génitaux.

Si l'écoulement du pénis est un symptôme de la maladie, vous ne pouvez pas vous passer de l'aide d'un médecin.

Ces symptômes sont caractéristiques de l'urétrite, dont la cause est une infection sexuellement transmissible spécifique ou non spécifique. En outre, ce type de gêne peut survenir après un examen par un urologue ou un vénéréologue. Si l'homme n'était pas chez le médecin et que l'écoulement clair du pénis est combiné au tableau clinique décrit, le cas est probablement lié à des infections génitales.

Que faire quand la décharge pathologique

Si un homme a un écoulement transparent indésirable du pénis, le traitement doit commencer immédiatement. Souvent, les hommes essaient d'éviter de rencontrer le médecin. Cela n’est pas recommandé - des tentatives d’auto-correction du problème pourraient se transformer en une transition d’une IST à la forme chronique.

Éliminer complètement les problèmes avec le système reproducteur ne peut être qu'avec l'aide d'un spécialiste

Tout d'abord, vous devez prendre rendez-vous avec un vénéréologue ou un urologue. Lors d'un examen externe, il peut déjà poser un diagnostic préliminaire et formuler des recommandations pour le traitement de la maladie. De plus, des renvois seront émis pour les types d'analyses suivants:

analyse clinique générale de l'urine et du sang;

ELISA et PCR (pour le cours compliqué et les signes d'infection multiple).

En cas de lésion des testicules, de la vessie, de la prostate ou d'autres organes, une urographie, une IRM ou une tomodensitométrie peut être nécessaire.

Une fois le diagnostic clarifié, un traitement complexe sera prescrit - la sortie du pénis sera éliminée progressivement. Pendant la thérapie, il est recommandé à l'homme d'observer l'hygiène personnelle, ainsi que l'abstinence sexuelle. Le médecin recommande presque toujours de subir un examen et un traitement ultérieur des partenaires sexuels du patient.

Les antibiotiques sont à la base du traitement des sécrétions transparentes du pénis. Leur choix dépend du nom des microorganismes identifiés et de leur sensibilité aux médicaments. En outre, les médecins peuvent recommander aux hommes de modifier leur régime alimentaire.

Décharge du pénis: panique ou calme-toi?

La décharge des ouvertures naturelles du corps humain peut en dire long sur l'état de la santé humaine. La nature de l'écoulement de l'oreille indique la santé ou des maladies de l'oreille, l'écoulement nasal fournit des informations complètes sur la pathologie de cet organe et l'écoulement du pénis indique l'état des organes du système reproducteur masculin. Très souvent, un écoulement inhabituel du pénis devient le premier et parfois le seul symptôme d'une maladie grave. Par conséquent, un homme attentif à ses organes génitaux doit prêter attention non seulement à sa taille, mais également à la nature de la décharge.

La décharge du pénis est un concept collectif qui combine les décharges de l'urètre (urètre), les décharges des glandes sébacées (dans une variété située sur la tête du pénis) et les décharges de lésions cutanées pathologiques. Il existe trois types de sécrétions normales (physiologiques) et une grande variété de sécrétions pathologiques.

Écoulement physiologique du pénis

Le premier type de décharge normale est l'urètre libidinal (physiologique), qui est un secret transparent qui émerge de l'urètre au fond de l'excitation sexuelle. La source de décharge dans ce cas sont les glandes urétrales. La quantité de décharge peut varier de petite à significative, en fonction des caractéristiques physiologiques de l'homme et de la durée de la période d'abstinence sexuelle. Parfois, une urétrite physiologique accompagne l'acte de défécation. Je dois dire que le secret sécrété pendant l'urètre contient une certaine quantité de sperme qui, s'il pénètre dans les organes génitaux féminins, peut mener à la conception et au développement de la grossesse.

Dans certains cas, les pertes ressemblant à des pertes physiologiques, mais en plus grandes quantités, peuvent être une manifestation de la maladie de l'appareil reproducteur. Par conséquent, si la nature ou la quantité des sécrétions commençait à différer de votre rythme habituel, vous pouvez en discuter avec votre médecin.

Le deuxième type de décharge normale du pénis est le smegma. Smegma est le secret des glandes situées dans la peau du prépuce et du gland. La quantité de smegma est généralement faible et si vous suivez les procédures d’hygiène quotidiennes, elle s’enlève facilement et ne pose aucun problème. Si vous enfreignez les règles de l'hygiène personnelle, le smegma s'accumule sur la peau de la tête et entre les feuilles du prépuce et crée des conditions préalables au développement du processus inflammatoire.

Pour éviter l'accumulation de smegma et l'inflammation qui en résulte, il est nécessaire de laver le pénis régulièrement (1 à 2 fois par jour, avec beaucoup d'eau tiède avec des savons non aromatisés). En cours de lavage, il est nécessaire d'éloigner le prépuce et de laver la tête du pénis, en éliminant soigneusement toutes les sécrétions.

Le sperme (graine) est également un écoulement normal du pénis - un mélange de sécrétion des glandes sexuelles et de spermatozoïdes, qui est libéré lors de l'éjaculation (éjaculation) lors de rapports sexuels ou de masturbation (satisfaction personnelle). Habituellement, la libération de sperme est accompagnée d'une décharge sexuelle (orgasme). Ce groupe de sécrétions normales du pénis comprend également des émissions - l'éjaculation involontaire (généralement la nuit), qui survient chez les garçons pendant la puberté (après 14-15 ans) et chez les hommes après une abstinence sexuelle prolongée. La fréquence moyenne des émissions varie considérablement - de 1 à 3 par semaine à 1 ou 2 en 2 ou 3 mois.

Écoulement pathologique du pénis

Les causes de l'apparition de décharges pathologiques du pénis peuvent être une variété de maladies, y compris des processus inflammatoires causés par leur propre flore pathogène ou d'infections sexuellement transmissibles, le cancer, les conséquences d'un traumatisme et les opérations. Les sécrétions pathologiques du pénis diffèrent par le volume (maigre, modéré, abondant), la couleur (transparent, blanc terne, blanc laiteux, blanc, jaune, jaune-vert, avec du sang), la consistance (liquide, épaisse), la fréquence d'occurrence ( constante, périodique, le matin, associée à la miction ou à la consommation d’alcool). La nature de la décharge dépend de la nature de l’agent en cause, de la gravité de l’inflammation, de l’état du système immunitaire du patient, de la «prescription» de la maladie et de la présence de maladies concomitantes. Notez que la même maladie peut être accompagnée de différentes natures et que, simultanément, différentes maladies peuvent conduire à l’apparence d’une décharge ressemblant à une décharge du pénis. C'est pourquoi il est tout simplement impossible de diagnostiquer la maladie par l'apparition de la décharge.

Excrétions du pénis associées aux maladies sexuellement transmissibles

Les écoulements muqueux du pénis - transparents et radins avec un petit nombre de globules blancs - sont caractéristiques de l’uréplasmose, de la mycoplasmose et de la chlamydia.

L'écoulement mucopurulent - un liquide translucide blanc laiteux composé de mucus urétral, d'exsudat inflammatoire et de leucocytes - est caractéristique de la trichomonase, de l'uréplasmose et de la chlamydiose au cours d'une exacerbation. La chlamydia se caractérise également par le fait de «coller» les sécrétions accumulées à la tête du pénis.

Écoulement purulent - une consistance épaisse liquide collante, de couleur jaune ou jaune-vert, se compose de mucus urétral, d'épithélium détaché de l'urètre et d'un nombre important de leucocytes - le signe le plus fréquent de la gonorrhée. Un symptôme caractéristique de l'urétrite gonorrhéique est la gravité des symptômes subjectifs, tels que des picotements, la douleur, des démangeaisons (en particulier lors de la miction), une quantité importante et un écoulement persistant de l'urètre.

Actuellement, les patients atteints de maladies sexuellement transmissibles présentent très souvent une infection combinée, c'est-à-dire une infection causée par plusieurs agents infectieux (trichomonase et chlamydia, gonorrhée et chlamydia, mycoplasmose et uréoplasmose, etc.), qui modifie considérablement les symptômes et les manifestations de l'infection. Par conséquent, sur la base d'informations uniquement sur la nature de la sortie et les plaintes du patient, il n'est pas possible d'établir un diagnostic final ni de prescrire un traitement. Il est important que les symptômes de maladies vénériennes (y compris la sortie du pénis) soient assez facilement arrêtés au cours du processus d'auto-traitement aux antibiotiques. Cependant, dans ce cas, la disparition des symptômes ne signifie pas la disparition de la maladie. La maladie va tout simplement dans l'ombre, de sorte qu'après la fin de l'antibiothérapie, une nouvelle force revienne. En outre, le traitement analphabète conduit à la formation d'une résistance microbienne aux médicaments antibactériens utilisés.

Décharges du pénis dues à des processus inflammatoires non vénériens

Dans ce cas, l'agent pathogène de l'infection devient un représentant de sa propre flore pathogène conditionnelle (streptocoque, staphylocoque, Candida, un champignon du genre E. coli), qui est activée en réduisant le niveau de protection immunitaire humaine.

Urétrite non gonorrhéique - une inflammation de l'urètre (urètre) s'accompagne de l'apparition d'un écoulement mucopurulent. L'absence ou la gravité légère des symptômes (picotements, douleurs, démangeaisons) et une petite quantité de pertes, apparaissant principalement pendant la longue pause entre les mictions.

L'allocation pour la balanoposthite (inflammation du prépuce du pénis) est généralement très importante, mucopurulente ou purulente, accompagnée d'une douleur à la tête du pénis, d'un gonflement et d'une rougeur du prépuce.

La prostatite (inflammation de la prostate) s'accompagne de l'apparition de sécrétions muqueuses et mucopuruleuses (en fonction de la sévérité du processus inflammatoire), de douleurs tiraillantes dans le périnée, de troubles de la miction et de la force.

Une maladie très commune des organes génitaux masculins est le muguet (candidose) - un processus inflammatoire associé à l'activation du champignon opportuniste Candide. Les manifestations typiques du muguet chez les hommes sont des rougeurs prononcées de la peau du pénis, des démangeaisons, des brûlures et des sécrétions abondantes du fromage.

L'excrétion du pénis n'est pas associée au processus inflammatoire

Il s'agit d'un type de décharge plutôt rare associé à un traumatisme et à des processus tumoraux dans les organes du système reproducteur, ainsi qu'à des maladies du système nerveux.

Spermatorrhée - la libération de sperme de l'urètre sans orgasme, en dehors du contact sexuel ou de la masturbation. La cause principale de la spermatorrhée est une altération du tonus musculaire du canal déférent associée à des maladies du système nerveux central, moins souvent associée à des processus inflammatoires chroniques. Dans certains cas, la cause de la spermatorrhée ne peut être déterminée.

Hématorrhée - la libération de sang de l'urètre. La cause la plus courante d'hématorrhée est un traumatisme mécanique de l'urètre dû à l'introduction de corps étrangers, lorsqu'un frottis est administré, après ou pendant l'examen instrumental de l'urètre, de la vessie. L'hématorrhée se retrouve également dans les lésions du pénis, de l'urètre, des tumeurs malignes de l'urètre, du pénis, de la prostate, des polypes, le dégagement de calculs, le sable dans l'urithiase.

La cornée prostatique - les fuites de sécrétion de la prostate par l'urètre - survient lorsque les fibres musculaires lisses du canal excréteur de la prostate diminuent de ton avec une inflammation chronique ou d'autres maladies (par exemple avec une vessie neurogène, un adénome de la prostate).

Rechercher la cause de la sortie du pénis

Étant donné qu’il existe de nombreuses raisons pour l’apparition d’un écoulement inhabituel (non physiologique) du pénis, un urologue qualifié doit rechercher la cause de chaque cas spécifique. Lors de l'examen d'un patient présentant des plaintes de décharge du pénis, le médecin doit examiner soigneusement la peau pour détecter les lésions, sentir les ganglions lymphatiques (pour leur élargissement, leur douleur), inspecter les sous-vêtements.

La nature de la sortie du pénis est évaluée au début de l'examen et après un léger massage de l'urètre, qui est effectué après 2-3 heures d'absence de miction. Parmi les études obligatoires qu'un homme avec un écoulement inhabituel du pénis devra faire, figurent des analyses de sang générales (dilatées) et d'urine, des analyses de sang pour le sucre, l'analyse d'un frottis urétral, l'ensemencement de sécrétions urétrales, l'examen numérique de la prostate, selon les indications - échographie de la vessie et prostate, urographie, tomographie par ordinateur.

Dans les processus inflammatoires, les informations les plus précieuses sont fournies par l'étude d'un frottis urétral. Les résultats de cette étude dépendent de la gravité et de la durée de la maladie. La présence de 4 leucocytes ou plus indique une inflammation, l'apparition d'épithélium cylindrique et parabasilaire indique la gravité et la profondeur du processus inflammatoire.

Se préparer à faire un frottis. Pour que les résultats du frottis soient informatifs et aident le médecin à poser le diagnostic, il est nécessaire de préparer correctement la procédure d'échantillonnage du frottis. À cette fin, dans les 3 jours précédant l’étude, l’utilisation locale d’antibiotiques, d’antiseptiques et d’antifongiques est exclue. Dans les 3 heures précédant l'étude, il est nécessaire de s'abstenir d'uriner et de se laver les organes génitaux. Prise de frottis réalisés au plus tôt 3 semaines après la fin de l'antibiothérapie systémique (administration d'antibiotiques par voie orale ou par injection).

Qu'est-ce que les résultats du frottis urétral indiquent?

Augmentation des leucocytes - urétrite aiguë, exacerbation d'une urétrite chronique.

Élévation des éosinophiles - urétrite allergique.

Élévation des érythrocytes - traumatismes, tumeurs, relâchement de calculs ou de sable dans la lithiase urinaire, inflammation grave.

Cellules épithéliales en grande quantité - urétrite chronique, leucoplasie urétrale.

Grains lipoïdes - prostateorrhea.

Mucus sans cellules sanguines - urètre.

Les urétrites sont des cellules clés (petites barres sur les cellules épithéliales) contenant un petit nombre de neutrophiles.

Dans un frottis normal, on détecte jusqu'à 4 leucocytes dans le champ de vision, la flore bactérienne est représentée par des coques simples, des bâtonnets.

En conclusion

L'apparition d'un écoulement du pénis est mieux considérée comme le symptôme d'une maladie dont la nature ne peut être déterminée que par un médecin et uniquement lors d'une admission interne. Il est impossible de diagnostiquer la pathologie qui a conduit à l’apparition de la décharge, il est donc déconseillé de la traiter avec nos propres ressources. Les tentatives d'auto-traitement dans ce cas ne mènent pas au rétablissement, mais déforment seulement les symptômes de la maladie et entraînent une perte de temps - précieux pour certaines maladies graves. Prenez soin de votre santé!

Auteur: Urologue Kiriyanov Valery Sergeevich