Principal
Prévention

PSA après prostatectomie radicale et causes de déviations

L'apparition du cancer de la prostate s'accompagne toujours d'une augmentation du taux d'antigène spécifique de la prostate (PSA), produit par les cellules de la prostate.

Avec l'augmentation de ce marqueur tumoral, le médecin doit suspecter la survenue d'un cancer chez l'homme. Pour augmenter les chances de guérison complète, l'une des principales étapes du traitement est l'ectomie (ablation) de la prostate.

Étant donné que le cancer récidive après que la prostatectomie soit observée dans 25% des cas, il est important de continuer à surveiller les taux de PSA après le retrait de la prostate comme critère d'efficacité du traitement.

Pourquoi dois-je passer un test d'antigène spécifique de la prostate après le retrait de la prostate?

Habituellement, après une ectomie de la prostate en cas de cancer, suivie d'une radiothérapie, une rémission se produit. Cependant, la probabilité de rechute de la maladie étant assez élevée, il est important de contrôler le taux de PSA dans le sang.

Le PSA se présente sous la forme d'une glycoprotéine, constituée de plus de 200 acides aminés.

Il est produit dans le corps de chaque homme et, en raison de la dégradation des protéines, affecte la fluidité du sperme et augmente également l'activité du sperme. Ce polypeptide protéique est synthétisé à la fois par des cellules saines et des cellules tumorales des canaux de la prostate.

Le PSA se développe dans le sang non seulement avec le carcinome, mais aussi avec l'adénome, la prostatite, c'est donc un marqueur spécifique à un organe. Selon les statistiques, dans 30% des cas avec un niveau élevé d'antigène, le diagnostic est le cancer de la prostate.

Préparation à l'analyse

Les taux de PSA peuvent être élevés dans des situations qui n’ont rien à voir avec le cancer de la prostate. Les fluctuations de l'indicateur dépendent souvent d'une erreur d'alimentation, d'un entraînement intensif, du tabagisme ou de l'abus d'alcool.

De plus, l’augmentation du PSA est observée lorsque:

Pour des résultats plus fiables, il est recommandé de suivre des règles claires avant de faire un test sanguin pour le PSA:

  1. le sang doit être prélevé au moins trois semaines après l'examen de la prostate ou d'autres méthodes de diagnostic invasives;
  2. recommandé de s'abstenir de sexe et de masturbation pendant au moins 7 jours;
  3. avant de passer l'analyse pendant trois jours, vous devez refuser de vous rendre au gymnase;
  4. Au cours des dernières 24 heures, avant de donner du sang, à suivre un régime, à savoir: renoncer aux plats fumés, salés et épicés, ainsi qu'aux sucreries et à l'alcool;
  5. il est préférable de faire un don de sang pour PSA à jeun, afin que plus de huit heures se soient écoulées à partir du moment du repas;
  6. Ne fumez pas pendant deux heures avant l'analyse.

Quel devrait être le PSA après une prostatectomie radicale: les normes

Toutefois, le nombre maximum autorisé d'un marqueur tumoral peut varier en fonction de la localisation. Dans certains pays, une concentration en antigène allant jusqu'à 0,4 ng / ml est considérée comme acceptable.

Par exemple, en Autriche et en Allemagne, les médecins prescrivent un second traitement lorsque la teneur en PSA dépasse 0,7 ng / ml.

Faux résultat positif

La prostatite a peur de ce remède, comme le feu!

Vous avez juste besoin de postuler.

Un faux test positif est considéré comme un test PSA, dans lequel l'augmentation du taux est justifiée par des raisons autres que le cancer de la prostate.

Dans les adénomes et les prostatites de la prostate, le niveau d'antigène peut être supérieur à la normale, comme dans le cas d'un rapport sexuel antérieur ou d'un examen rectal de la prostate au cours des deux prochains jours.

La fréquence des résultats faussement positifs dans la détermination du niveau de PSA varie de 4 à 10%. Il convient de garder à l'esprit que l'augmentation de l'antigène spécifique de la prostate est toujours associée uniquement à la pathologie de la prostate.

Afin d'accroître la fiabilité de l'analyse, le coefficient de PSA, qui indique le contenu de popipeptide libre et lié dans le sang, a récemment été pris en compte.

Selon des études, un taux élevé de PSA libre est caractéristique de l'adénome de la prostate, tandis que l'antigène lié dans le sang augmente avec le cancer de la prostate. En même temps, avec une teneur élevée en PSA et son faible ratio, le processus malin est suspecté.

Causes de l'augmentation des taux d'antigène dans le sang après le retrait de la prostate:

  • récidive du cancer de la prostate;
  • processus inflammatoire du système urogénital;
  • métastases de la tumeur aux organes et tissus adjacents;
  • élimination incomplète de la prostate, le fonctionnement de différentes parties du corps;
  • complications postopératoires sous la forme d'une réaction allergique à des médicaments ou du développement d'un processus purulo-septique;
  • traumatisme aux organes génitaux.

Afin de différencier la récurrence du cancer à des valeurs élevées du marqueur tumoral, le médecin prescrit une imagerie par résonance magnétique des organes pelviens, qui donne des résultats fiables dans 80% des cas. Une biopsie présentant un risque de récidive du cancer est prescrite au plus tôt 18 mois après une radiothérapie.

Que faire pour réduire le taux?

Il existe plusieurs façons de réduire les taux de PSA dans le sang.

Régime alimentaire

Il est possible de réduire le niveau de PSA avec une restriction générale des produits d'origine animale contenant une grande quantité de graisses saturées: lait, beurre, viandes grasses.

L'inclusion dans le régime alimentaire des tomates, des grenades, des légumes et des fruits riches en vitamines réduit le risque de maladies inflammatoires de la prostate.

De plus, les aliments riches en lycopène, vitamine C, zinc, sélénium et autres antioxydants inhibent la croissance des radicaux libres dans l'organisme, qui sont impliqués dans la formation des cellules tumorales.

Suppléments nutritionnels

Le thé vert, la poudre de brocoli, l'extrait de grenade, le curcuma, les herbes chinoises sont utilisés pour prévenir les maladies de la prostate, mais ils ne présentent aucune preuve d'efficacité.

Traitement de la toxicomanie

Le taux d'antigène spécifique de la prostate peut être contrôlé en prenant certains médicaments.

Tout d’abord, nous parlons d’inhibiteurs de la 5-alpha réductase, par exemple le Dutastéride, qui est utilisé dans le traitement de l’adénome.

Les diurétiques thiazidiques et les statines, qui sont prescrits pour réduire le taux de triglycérides et de LDL dans le sang, sont également considérés comme efficaces à cet égard.

Vidéos connexes

Urologue de la première catégorie sur l'informativité du test de dépistage de l'antigène prostatique spécifique (PSA, PSA) dans le diagnostic du cancer de la prostate:

L'augmentation de la concentration de PSA dans le sang après une prostatectomie radicale est le principal critère de diagnostic de la probabilité de récurrence du cancer initial. Même les plus petits écarts par rapport à la norme justifient un examen supplémentaire, ce qui permettra la nomination rapide d’un traitement hormonal ainsi que d’une radiothérapie.

  • Élimine les causes de troubles circulatoires
  • Soulage doucement l'inflammation dans les 10 minutes après l'ingestion.

Quel est le niveau normal de PSA après une prostatectomie radicale?

Le PSA, ou antigène spécifique de la prostate, est un marqueur tumoral détecté dans le sérum humain. La définition du PSA est d'une grande importance dans le diagnostic du cancer et de l'adénome de la prostate. Le suivi d'un marqueur tumoral après une prostatectomie permet de détecter à temps une rechute de la maladie et de prendre toutes les mesures nécessaires pour prévenir les complications graves.

Le PSA est une protéine complexe sécrétée par les cellules de la prostate

Rôle biologique

Le PSA est une protéine complexe constituée de 237 acides aminés. Normalement, les protéines sont synthétisées dans les cellules de la prostate. Produit dans les canaux excréteurs de la prostate, le PSA fait partie de son secret et pénètre dans le sperme. Une quantité insignifiante de protéines pénètre dans le sang. La croissance du PSA dans le sérum indique le développement du processus pathologique et nécessite la consultation obligatoire d'un médecin.

Norma

Dans le sérum, le PSA est libre et lié. Jusqu'à 90% de l'antigène est associé à d'autres peptides, ce qui le rend disponible pour le diagnostic en laboratoire. Les antigènes liés et libres constituent ensemble un PSA commun, dont l'identification revêt une grande importance dans la pratique de l'andrologue.

La concentration de PSA dans le sang varie avec l'âge. Le standard de PSA généralement accepté est sa concentration dans le sang inférieure à 4 ng / ml. Chez les hommes âgés de moins de 50 ans ou plus, une concentration en protéines de 3 ng / ml est un symptôme alarmant. Le diagnostic final ne peut être établi qu’après un examen complet du patient.

Une augmentation de la concentration de PSA est observée lorsque la barrière hématoprostatique est détruite et que la protéine pénètre dans le sang. Ce phénomène se produit dans les situations suivantes:

Contrôle du niveau de PSA

Pour le traitement des tumeurs de la prostate, la prostatectomie radicale est souvent utilisée - l'ablation complète de la prostate. En période postopératoire, une observation spéciale est établie pour le patient. Pour évaluer l'efficacité du traitement et la détection rapide des métastases, le niveau de PSA est contrôlé selon un schéma spécifique:

  • première analyse - 3 mois après la prostatectomie;
  • tous les 6 mois pendant 2 ans;
  • une fois par an pendant 5 ans.

Le test de PSA est pris dans une veine. Pour obtenir des résultats fiables, vous devez suivre certaines règles:

  1. Une prise de sang est effectuée le matin à jeun (au moins 4 heures de jeûne).
  2. 2 jours avant l'analyse, vous devez vous abstenir d'éjaculer.
  3. 2 heures avant l'analyse ne peut pas fumer.
  4. Le niveau de PSA doit être déterminé 7 jours après l'examen rectal, le massage TRUS ou le massage de la prostate.
  5. Il n'est pas recommandé de combiner l'examen avec une biopsie récente de la prostate (6-7 jours), une coloscopie, une cystoscopie.
  6. La prise de certains médicaments affecte les niveaux de PSA. Si nécessaire, la médication constante doit être notifiée au médecin traitant.

Résultats de décodage

Le taux de PSA après prostatectomie radicale n’est pas supérieur à 0,2 ng / ml. Certaines sources ont indiqué que des concentrations de PSA allant jusqu'à 0,4 ng / ml sont considérées comme admissibles.

Une augmentation du PSA après une prostatectomie indique une rechute de la maladie. Pour clarifier le diagnostic est effectué un examen complémentaire (échographie, scintigraphie, PET-CT, etc.).

Il existe des lois sur les loisirs PSA:

  • Une augmentation du PSA dans les 6 à 24 mois suivant la prostatectomie suggère une rechute systémique et la survenue de métastases à distance.
  • La croissance du PSA après 2 ans ou plus suggère une récurrence locale de la maladie.

VUPSA est un autre indicateur important pour détecter une récidive du cancer. Le temps de doublement du PSA est directement lié au taux de croissance de la tumeur. En cas de rechute systémique, l'antigène est doublé en 6 à 8 mois, avec récurrence locale - en 1 an. La croissance rapide de VUPSA indique la survenue d'une tumeur de bas grade ou une prévalence significative du processus et constitue un signe pronostique défavorable.

Le PSA est un marqueur précieux de la prostate. La détermination de la concentration d'antigène dans le sang vous permet de détecter le cancer et d'autres maladies de la prostate à un stade précoce. Le contrôle du PSA après une chirurgie radicale permet de juger de l'efficacité du traitement et augmente les chances d'évolution favorable de la maladie.

Quel est le niveau normal de PSA après le retrait du cancer de la prostate et pourquoi il augmente?

La norme PSA (antigène spécifique de la prostate) après le retrait du cancer de la prostate fait l'objet d'une observation par des oncologues et des urologues. Cet index de laboratoire est étudié 3 mois après l'opération, puis tous les six mois pendant 2 ans, puis tous les ans. Considérez pourquoi nous avons besoin de ces études, quelle est la norme chez le chien après l’ablation du cancer de la prostate et le niveau chez le chien après une prostatectomie radicale, ce qui signifie une augmentation du résultat.

Pourquoi la recherche est-elle menée?

Le PSA est une protéine du type enzymatique, qui produit principalement la prostate, très peu - d’autres glandes (paraurétrale, lait). Pour cette raison, un tel antigène, déterminé dans le sang veineux, est considéré comme un marqueur spécifique des cellules de la prostate. Le contenu normal de ce marqueur diffère selon les périodes d'âge de la vie des hommes, à savoir:

  • 40 à 49 ans - 2,5 ng / ml.
  • 50-59 ans - 3,5 ng / ml.
  • 60-69 ans - 4,5 ng / ml.
  • Plus de 70 ans - jusqu'à 6,5 ans.

Dans le cancer de la prostate, le niveau de l'enzyme peut augmenter plusieurs fois, le PSA est souvent supérieur à 20 unités. Si la valeur de PSA est inférieure à 10 unités, ils expriment seulement des soupçons sur le cancer, mais lors de l'examen, il peut exister une HBP (hypertrophie bénigne de la prostate), une prostatite et d'autres maladies.

Prostatectomie radicale (EP) - l'ablation complète de la prostate et de ses ganglions lymphatiques environnants au stade 1-2 du cancer donne de bons résultats. Cette méthode de traitement est considérée comme la plus efficace, l’espérance de vie d’un homme augmente en moyenne de 13 ans.

Le taux normal de PSA après prostatectomie radicale est de 0,2-0,3 ng / ml (après 3 mois), il ne devrait donc pas dépasser 0,7 ng / ml. Cela signifie que la probabilité de croissance des cellules tumorales ou de récurrence du cancer de la prostate est très faible (le corps a un nombre négligeable de cellules produisant cet antigène de la prostate). Une augmentation du niveau d'antigène après une prostatectomie radicale peut indiquer l'apparition de tumeurs malignes, nécessitant le début du traitement. Ce qui compte, c’est le moment de l’apparition de la croissance du taux d’enzyme, en particulier l’indicateur du temps qui double la valeur du PSA.

Avec les chiffres élevés de cet indicateur de laboratoire pour la première année d'observation après une chirurgie pour une tumeur de la prostate (prostatectomie radicale), la croissance des cellules malignes est révélée. Si le niveau du marqueur a commencé à augmenter 2 ans ou plus après l'opération, il y a plus de chance qu'une tumeur apparaisse sur le site de son retrait (récidive). L'augmentation du taux de PSA est à l'origine de la recherche de métastases, le début du traitement par hormonothérapie ou radiothérapie.

L'ablation complète de la prostate est considérée comme la méthode de traitement la plus efficace et prolonge la vie d'un homme de 13 ans en moyenne.

Comme à la recherche de zones de propagation ou de récurrence de la tumeur

Des métastases à distance après une chirurgie pour l'ablation du cancer de la prostate (prostatectomie) peuvent être attendues au cours de la première année d'observation du patient. Ce sont les foyers de développement du cancer à partir de cellules individuelles propagées par le sang dans d'autres tissus et organes. Le plus souvent, des foyers de tissu tumoral se trouvent dans les zones suivantes:

  1. Du foie
  2. Poids léger
  3. Les os.

Si la prostatectomie radicale était pratiquée au stade 3 du cancer, l’homme refusait la radiothérapie, le traitement hormonal n’était pas prescrit immédiatement après la chirurgie, les tumeurs apparaissaient dès 4-6 mois après la chirurgie. Les taux d'enzymes sanguines ne correspondent pas toujours à la prévalence de métastases. La recherche de tumeurs, sauf PSA, aide des méthodes de recherche telles que:

  • Ultrasons (ultrasons).
  • CT (tomodensitométrie).
  • IRM (imagerie par résonance magnétique).
  • PES (analyse par émission de positrons).

L'examen échographique des organes abdominaux révèle les tumeurs du foie avec une grande certitude si leur taille dépasse 3 mm. L'emplacement typique de telles formations est la zone d'entrée des vaisseaux veineux dans le tissu hépatique; le retrait précoce de métastases importantes préserve le fonctionnement de l'organe. Clarifie l'hypothèse de métastase du cancer, biopsie du foie par ponction (sous contrôle échographique) avec examen histologique. Ceci est fait dans le cas d'une seule grande métastase. Les métastases au tissu pulmonaire peuvent être détectées par IRM. Les grandes croissances de la tumeur avec la destruction du tissu osseux révèlent la tomodensitométrie, mais constatent également une augmentation significative du taux d'antigène.

Après une intervention chirurgicale pour enlever le cancer de la prostate, vous devez consulter régulièrement votre médecin et vous faire examiner pour éviter les complications!

La méthode du PSE, proposée par certaines cliniques étrangères, telles que la Finlande, l'Allemagne et Israël, est très informative. PES (plus précisément, la modification de la méthode à la fluorocholine) permet d'identifier les métastases du cancer de la prostate dans les ganglions lymphatiques, lorsque le niveau d'antigène et la taille des ganglions lymphatiques sont toujours normaux. L'ablation chirurgicale des ganglions lymphatiques présentant des lésions métastatiques augmente l'espérance de vie du patient.

En conséquence, l'augmentation du PSA au niveau diagnostique (comme il s'est avéré, entre 4 et 6 mois) est en retard sur l'apparition de la croissance tumorale dans les ganglions lymphatiques. L'absence de diagnostics de laboratoire basés sur l'étude du PSA est également une non-spécificité de la méthode (le niveau de l'enzyme peut être augmenté lors d'une inflammation de la prostate, l'HBP, qui peut être associée au cancer). Une autre solution consiste à utiliser de nouveaux agents de contraste qui s’accumulent de manière sélective dans les zones cancéreuses de la prostate. De telles observations de patients atteints de prostatectomie radicale détectent de manière précoce la récidive ou les métastases du cancer avec localisation dans la prostate. Dans le même temps, cette technique nous permet de distinguer les tumeurs bénignes de la prostate du cancer nécessitant un retrait.

Fonctions d'analyse

La raison de l'augmentation du nombre de résultats du test de l'APS est la violation des règles de préparation du don de sang. Après l'opération, soit 3 mois, le résultat sera surestimé, car les tissus endommagés ne sont pas complètement récupérés. Autres subtilités d'analyse:

  • Il faut 5-7 jours pour s'abstenir de relations sexuelles.
  • Il est recommandé de faire un don de sang le matin jusqu'à 11 heures, l'estomac vide (8 heures sans manger ni fumer).

Il n'est pas recommandé de subir une irradiation aux rayons X ou aux ultrasons avant de donner du sang. Une fois l’analyse réussie, il est conseillé de consulter un urologue où un examen rectal est réalisé.

Si une biopsie d’un organe quelconque est réalisée, l’analyse doit être différée de 3 semaines. De nombreux facteurs influencent le résultat de cet index de laboratoire dans la période postopératoire.

Croissance du PSA et temps de doublement du PSA dans la récurrence du cancer après une prostatectomie radicale

Il a été établi que chez 25 à 50% des patients après une prostatectomie radicale, le cancer peut récidiver au cours des 10 premières années suivant l'opération. Parallèlement à cela, 20 à 30% des patients ayant subi une procédure EPR doivent recevoir un traitement anti-rechute au cours des cinq premières années. Et si, il y a quelque temps, une récidive du cancer de la prostate était comprise comme une tumeur détectée par palpation, la probabilité d'une rechute est désormais évaluée à l'aide d'indicateurs tels qu'une augmentation du PSA et un temps de doublement de l'antigène de la prostate. Il existe un certain taux de croissance du PSA après une procédure radicale. De plus, le temps de doublement de l'antigène de la prostate permet de juger de la probabilité de récurrence du cancer après une prostatectomie.

Le concept de récurrence locale et systémique du cancer

Si le taux de PSA s'écarte de la norme, le patient est en outre examiné pour confirmer ou infirmer le retour du cancer après une prostatectomie radicale. Cette norme ne doit pas dépasser 0,2 ng / ml en deux dimensions.

La croissance de cet indicateur est le critère le plus important pouvant indiquer la récurrence d'un cancer après une prostatectomie radicale. Si l'augmentation du PSA et le temps de doublement de l'antigène de la prostate s'écartent de la norme, il est nécessaire de déterminer la nature de la rechute. Cela peut être systémique et local. Dans le cas d'une prostatectomie radicale, une augmentation du niveau et un temps de doublement anormal de l'antigène de la prostate peuvent indiquer une récidive locale. La différenciation de la récidive locale entre prostatectomie et systémique est réalisée en examinant le temps de croissance du taux de PSA, le taux de croissance de l'antigène de la prostate et des indicateurs tels que le temps de doublement, son niveau initial et l'indice de Gleason.

Si un patient présente une augmentation du taux de PSA au cours des six premiers mois suivant la chirurgie, cela peut indiquer une rechute systémique. Dans le cas des rechutes systémiques, le temps de doublement du PSA peut atteindre 4,3 mois et dans le cas des rechutes locales, 11,7 mois. Chez les patients présentant des lésions locales, le taux d'augmentation de la concentration en antigène de la prostate est inférieur à 0,75 ng / ml. Chez les patients présentant des métastases à distance, cet indicateur dépasse 0,7 ng / ml par an.

Selon les statistiques moyennes, après la procédure de prostatectomie radicale, la probabilité de récurrence du cancer avec une augmentation tardive du PSA (plus de 36 mois) est d'environ 80%. S'il y a une augmentation précoce du taux de PSA (moins de 12 mois) et que le temps de doublement de l'antigène de la prostate est de 4 à 6 mois, cela peut indiquer une probabilité de lésion systémique.

Quels tests sont effectués pour une rechute présumée?

Si un patient présente une augmentation du PSA et que le temps de doublement de l'antigène de la prostate s'écarte de la norme, le patient est soumis à des examens supplémentaires, à savoir:

  1. Échographie, IRM ou scanner des organes pelviens.
  2. Examen physique.

Cependant, même les résultats de ces enquêtes et d’autres peuvent ne pas confirmer la présence d’une rechute, car dans de nombreux cas, une augmentation du PSA est notée 6 à 48 mois auparavant.

En règle générale, l’examen numérique traditionnel avec une concentration très faible ou nulle d’antigène de la prostate ne donne également aucun résultat. Les patients présentant des concentrations accrues d'antigène prostatique subissent une scintigraphie osseuse, une IRM pelvienne et une tomodensitométrie abdominale, mais avec une rechute précoce, ces mesures de diagnostic ne fournissent pratiquement aucune information. Ainsi, par exemple, la scintigraphie montre le retour du cancer chez pas plus de 5% des patients présentant des taux élevés d'antigène prostatique. Et la probabilité que le résultat positif soit positif n'augmentera pas tant que la concentration de PSA ne dépassera pas 40 ng / ml. En prenant en compte des indicateurs tels que le niveau et le taux d’augmentation de la concentration en antigène de la prostate, le médecin peut prédire les résultats de la scintigraphie et de la tomodensitométrie, car ils sont interconnectés les uns avec les autres.

Ainsi, tant que la concentration de l'antigène de la prostate ne dépasse pas 20 ng / ml ou que le taux d'augmentation du niveau est inférieur à 20 ng / ml par an, les mesures diagnostiques telles que la tomodensitométrie et la scintigraphie ne confirmeront pas la nouvelle croissance. L’IRM endorectale est une méthode plus efficace. Au cours de cette procédure, plus de 80% des patients présentent une récidive locale avec une concentration moyenne en antigène prostatique égale à 2 ng / ml.

L'une des méthodes de diagnostic modernes est la scintigraphie avec des anticorps. La précision de cette méthode atteint 80-85%. Indépendamment du contenu en antigène prostatique, la technique confirme le fait que 70 à 80% des rechutes surviennent, ce qui vous permet de choisir le programme de traitement optimal en temps voulu.

L'utilisation d'une biopsie pour confirmer le retour du cancer n'est obtenue que chez 55% des patients. Et ce n'est que si le patient présente une formation hypoéchogène ou palpable que les chances de détecter rapidement une rechute augmentent jusqu'à environ 80%.

Il existe une corrélation claire entre le niveau d'antigène prostatique et ces indicateurs. Ainsi, si l'indicateur ne dépasse pas 0,5 ng / ml, un résultat positif est observé chez environ 30% des patients. Avec une augmentation de la concentration de PSA à 2 ng / ml et plus, l'indice augmente à 70%. Compte tenu de ces données, il n’ya généralement pas de biopsie et le médecin se base sur des valeurs telles que la croissance du PSA et le temps de doublement de l’antigène prostatique. De plus, le taux de survie des patients présentant des rechutes prouvées est presque identique à celui des patients ayant une croissance isolée du PSA.

Comment ces patients sont-ils traités?

Tactiques, caractéristiques et ordre de traitement provoquent beaucoup de discussions. Ainsi, le retour du cancer après une prostatectomie peut être traité par irradiation du lit de la tumeur, hormonothérapie, thérapie HIFU, chimiothérapie combinée et hormonothérapie. Ces méthodes sont utilisées à la fois en cas de retour du cancer après une prostatectomie et après une radiothérapie.

Si un patient présente une concentration élevée d'antigène prostatique (plus de 20 ng / ml) avant l'opération, un traitement hormonal précoce peut lui être prescrit. Mais l'effet de l'hormonothérapie sur la survie des patients atteints d'un cancer récurrent n'a pas encore été déterminé.

En cas de traitement hormonal précoce, le risque de métastase est inférieur à celui d'un traitement retardé.

Le taux de survie des patients est approximativement au même niveau.

La monothérapie avec l'utilisation de médicaments antiandrogènes est beaucoup mieux tolérée par les patients que la thérapie combinée. Ils ont sensiblement moins d'effets secondaires sous forme de bouffées de chaleur, de diminution du désir sexuel, de détérioration de la puissance, etc. Cependant, lors du traitement par antiandrogènes, des manifestations indésirables, telles qu'une gynécomastie et des mamelons douloureux, peuvent survenir. Ainsi, le médicament bicalutamide, lorsqu'il est utilisé pour traiter des patients sans métastases à distance, réduit considérablement le risque de développer la maladie.

Ainsi, les antiandrogènes constituent une alternative efficace à la castration, qui est assez souvent utilisée lors de la détection d'un cancer de la prostate et lors de son retour après une prostatectomie, en particulier chez les patients relativement jeunes en l'absence de maladies concomitantes.

Surveillance du patient et directives cliniques

En règle générale, les patients présentant un indice de Gleason allant jusqu'à 7 et une augmentation tardive du contenu en antigène de la prostate (2 ans après un traitement radical) sont soumis à une observation dynamique. Dans la plupart des cas, l'apparition des métastases est retardée de 8 ans et le décès survient en moyenne 5 ans après l'apparition des métastases.

Au cours des dernières années, l'efficacité du traitement par HIFU après une prostatectomie radicale a été abondamment documentée. Cependant, ces méthodes ne peuvent actuellement être considérées que comme un substitut temporaire d'un traitement hormonal complet. Ils ne font que reporter sa nomination. Il n’existe pas de données précises sur la survie des patients traités par HIFU.

Les patients avec des taux d'antigène de la prostate allant jusqu'à 1,5 ng / ml après une prostatectomie radicale suivent généralement une radiothérapie. Si le patient ne souhaite pas subir d'irradiation ou s'il existe des contre-indications pour sa conduction, une observation dynamique est possible. Avec une augmentation de la concentration en antigène à un niveau indiquant une lésion systémique, le patient reçoit un traitement hormonal. Cela aide à réduire le risque de métastases. Dans la plupart des cas, l’hormonothérapie fait référence à l’utilisation de bicalutamide, de gonadolibérine ou de castration. La décision spécifique est prise par le médecin avec le patient.

Ainsi, si le taux de PSA du patient ne dépasse pas 20 ng / ml et n’augmente pas de plus de 20 ng / ml, des études telles que le scanner des organes pelviens et de la cavité abdominale ne fourniront pratiquement aucune information utile. En utilisant une procédure IRM endorectale, une lésion locale peut être détectée avec un faible contenu en antigène. La technique du PET n'est actuellement pas largement utilisée. Dans la plupart des cas, la biopsie est effectuée au plus tôt un an et demi après le traitement. À l'aide de la scintigraphie avec des anticorps marqués, une lésion peut être détectée chez 80% ou plus des patients, quelle que soit la concentration en antigène. Des méthodes de recherche spécifiques et des programmes de traitement sont sélectionnés et établis par le médecin dans chaque situation spécifique. Il est important de s'en tenir à toutes ses recommandations et de ne pas désespérer, même si le cancer de la prostate est de retour.

Partagez-le avec vos amis et ils partageront certainement quelque chose d'intéressant et d'utile avec vous! C'est très facile et rapide, il suffit de cliquer sur le bouton de service que vous utilisez le plus souvent:

Comment comprendre le PSA après une prostatectomie radicale?

Le plus souvent, les représentants du sexe fort ne prêtent pas suffisamment attention à leur santé, ce qui conduit par la suite à des phénomènes plutôt désagréables. Le plus souvent, en cas de mode de vie irrégulier ou de prédisposition héréditaire, le cancer de la prostate est diagnostiqué chez l'homme. Cette maladie est très commune, et il est assez difficile de diagnostiquer dans les premiers stades. L'une des méthodes de diagnostic les plus efficaces consiste à déterminer le niveau de PSA. Cette analyse doit être effectuée non seulement en cas de suspicion d'oncologie, mais également après une prostatectomie radicale.

Quelle est la prostatectomie radicale

Prostatectomie radicale dans le traitement du cancer de la prostate.

Ce type d'opération fait référence à radical. Le plus souvent, il est utilisé dans les phases initiales du cancer de la prostate. La principale condition pour son exploitation est son âge inférieur à 70 ans.

Cette procédure consiste à retirer non seulement la prostate elle-même, mais également les tissus qui l’entourent, ainsi que les ganglions lymphatiques. Après une telle procédure, l'homme a toutes les chances de mener une vie saine. Les tests répétés doivent réussir 1 an.

De tels problèmes peuvent survenir en raison de la taille trop petite ou trop grande de la prostate. La période de récupération après un tel retrait prend de 3 à 5 jours.

0 tâche sur 7 terminée

  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7

Le diagnostic d'hyperplasie de la prostate fait peur à beaucoup d'hommes chez qui on a diagnostiqué cette affection. Les patients l'assimilent souvent à une tumeur maligne. La maladie cause beaucoup d'inconvénients, il y a violation du processus de miction - jusqu'à l'absence complète d'urine. La maladie nécessite un traitement rapide. Par conséquent, la détection de l'hyperplasie aux premiers stades aidera à éviter le développement de complications graves.

Le diagnostic initial d'hyperplasie bénigne de la prostate peut être effectué à domicile. Un homme suffit pour se faire tester.

Certains représentants de la forte moitié de l'humanité chez qui on a diagnostiqué l'HBP ne font pas attention à la maladie, considérant qu'il s'agit de changements liés à l'âge. Mais cette pathologie est lourde de complications. Pour les hommes qui ont des doutes sur leur état de santé, l'autodiagnostic de l'HBP sera une bonne option pour dissiper tous les doutes.

Vous avez déjà réussi le test auparavant. Vous ne pouvez pas l'exécuter à nouveau.

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour commencer un test.

Vous devez compléter les tests suivants pour commencer ceci:

  1. Pas de rubrique 0%

Nous vous recommandons fortement de contacter un spécialiste!
Vous avez des symptômes graves. La maladie est déjà en cours et il est urgent de se faire examiner par un urologue. Ne remettez pas la visite à l'urologue plus tard, les symptômes pourraient s'aggraver et entraîner le développement de complications.

Tout n'est pas si mal, mais nous vous recommandons de contacter un spécialiste.
Vous présentez des symptômes bénins d’HBP (hyperplasie bénigne de la prostate) et il vous est vivement conseillé de consulter un urologue ou un andrologue dans les mois à venir.

Tout va bien!
Tout va bien! Vous avez des symptômes légers d'IPSS. Au niveau de la prostate, tout est relativement bon, mais vous devriez être examiné au moins une fois par an.

  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  1. Avec la réponse
  2. Avec une marque de visionnement

Au cours du dernier mois, combien de fois avez-vous eu le sentiment de vider votre vessie de manière incomplète après la miction?

  • Jamais
  • Une fois par jour
  • Moins de 50% des cas
  • Dans environ 50% des cas
  • Plus souvent que la moitié du temps
  • Presque toujours

Au cours du dernier mois, à quelle fréquence avez-vous eu besoin d'uriner plus de 2 heures après la dernière miction?

  • Jamais
  • Une fois par jour
  • Moins de 50% des cas
  • Dans environ 50% des cas
  • Plus souvent que la moitié du temps
  • Presque toujours

Combien de fois au cours du dernier mois avez-vous eu des mictions intermittentes?

  • Jamais
  • Une fois par jour
  • Moins de 50% des cas
  • Dans environ 50% des cas
  • Plus souvent que la moitié du temps
  • Presque toujours

Combien de fois au cours du dernier mois a-t-il été difficile pour vous de vous abstenir temporairement d'uriner?

  • Jamais
  • Une fois par jour
  • Moins de 50% des cas
  • Dans environ 50% des cas
  • Plus souvent que la moitié du temps
  • Presque toujours

Combien de fois avez-vous eu un faible débit d'urine au cours du dernier mois?

  • Jamais
  • Une fois par jour
  • Moins de 50% des cas
  • Dans environ 50% des cas
  • Plus souvent que la moitié du temps
  • Presque toujours

Au cours du dernier mois, combien de fois avez-vous dû vous forcer à commencer à uriner?

  • Jamais
  • Une fois par jour
  • Moins de 50% des cas
  • Dans environ 50% des cas
  • Plus souvent que la moitié du temps
  • Presque toujours

Au cours du dernier mois, combien de fois avez-vous dû vous lever la nuit pour uriner?

  • Jamais
  • Une fois par jour
  • Moins de 50% des cas
  • Dans environ 50% des cas
  • Plus souvent que la moitié du temps
  • Presque toujours

Quel est

Le PSA est un antigène spécifique produit par la prostate. Déterminer le contenu de cette substance dans le sang aide à identifier le développement du cancer de la prostate et à établir le fait de sa récurrence en un an. Cela est possible grâce au fait que le corps réagit spécifiquement au développement de la maladie et produit cet antigène.

Règles de préparation à l'étude

La plupart des experts recommandent de suivre les règles suivantes avant de transmettre l'analyse:

  1. 8 heures pour arrêter de manger;
  2. Pendant 8 heures, cesser d'utiliser: boissons alcoolisées, jus de fruits, thé, café;
  3. 5 jours avant le test, refuse d'avoir des relations sexuelles;
  4. Il est préférable de mener une étude avant de prendre un urologue.
  5. Après tout effet sur la glande, l'analyse ne doit pas être prise avant 3 semaines.
  6. Après une biopsie de la prostate, l’étude ne devrait pas être inférieure à un mois.

Quel est le test PSA?

Le niveau d'antigène de la prostate est déterminé par un test sanguin dans une veine.

Le plus souvent, les experts prescrivent une analyse générale, mais dans certains cas, il est possible de déterminer le niveau de PSA libre.

Niveau de PSA après prostatectomie radicale

La plupart des experts s'accordent pour dire que le niveau d'antigène après une telle opération devrait être inférieur au niveau de sa sécrétion, c'est-à-dire inférieur à 0,2 ng / ml.

La première année après le retrait signifie que le niveau de cet antigène est dans la fourchette de cet indicateur chez 70% des hommes. La norme est également considérée comme comprise entre 0,2 et 0,3. Si l'indice est supérieur à 0,2, son augmentation peut indiquer la poursuite du développement du cancer ou la présence de métastases dans le corps.

Cependant, certains experts le considèrent comme normal et à un taux de 0,4 ng / ml. Depuis la cause de la présence de cet antigène dans le sang et de son augmentation peut être due au travail des glandes périurétrale et périanale. C'est pourquoi le niveau maximal d'antigène après une prostatectomie radicale est un indicateur purement individuel. Mais si le taux a augmenté un an après l'opération, cela peut indiquer une rechute de l'oncologie.

Pour différents âges d'hommes, le taux de PSA total est différent:
De 40 à 49 ans, la norme est fixée à 2,5 unités.
De 50 à 59 ans, la norme est fixée à 3,5 unités.
De 60 à 69 ans, la norme est fixée à 4,5 unités.
Après avoir atteint l'âge de 70 ans, le tarif atteint 6,5 unités.

Pourquoi est-il nécessaire d'effectuer une analyse, même après le traitement du cancer

La réalisation de cette étude sur la prostate permet non seulement de diagnostiquer le développement du cancer, mais également de déterminer sa récurrence. Par exemple, après une prostatectomie radicale, avec le retrait de tous les tissus affectés, le niveau global d'antigène est nul. Si, lors d'inspections ultérieures, une augmentation de l'indicateur d'un antigène spécifique était enregistrée, cela signifiait que le corps était toujours sensible au cancer.

Niveau de PSA après prostatectomie radicale

Avec une forte augmentation de l'hyperplasie bénigne de la prostate ou dans le cas du développement d'une tumeur maligne, une intervention chirurgicale spéciale est prescrite - une prostatectomie. Après cela, le niveau de PSA (antigène spécifique de la prostate) - une substance protéinacée qui se forme dans les tissus de la prostate chez les hommes, devrait diminuer, indiquant une régression de la maladie.

PSA et son contenu normal

L'antigène spécifique de la prostate est produit pour protéger les cellules germinales des effets de facteurs environnementaux et est également responsable de la densité du liquide séminal. Il est produit par les structures cellulaires de la prostate, en petites quantités par les glandes mammaire et périurétrale.

Le PSA dans le corps se présente sous deux formes:

  • lié - se combine avec d'autres substances et n'est pas actif;
  • libre - sous forme active.

Il est impossible de calculer la quantité totale d'antigène spécifique de la prostate produite. Par conséquent, seule sa forme libre est utilisée pour les calculs. Cela suffit pour détecter rapidement une tumeur maligne.

La chirurgie ne peut être prescrite que lorsque les valeurs d'antigène se situent à moins de 20 ng / ml. Sinon, la chirurgie est différée et un traitement spécial par chimiothérapie est prescrit pour réduire le niveau de PSA.

Qu'est-ce que la prostatectomie?

Pour le traitement du cancer et de l'hyperplasie bénigne, on effectue le plus souvent une résection complète de la prostate. Cette manipulation a fait ses preuves dans le traitement des stades initiaux de la pathologie oncologique chez les personnes de moins de 75 ans.

Un fonctionnement en temps opportun vous permet de sauvegarder le paquet principal d'innervation, qui est nécessaire pour une érection normale et la capacité de réguler la miction. En l'absence de métastase, la prostatectomie radicale permet de se débarrasser des lésions focales, tout en maintenant la santé d'un homme dans des conditions normales.

Mais les statistiques médicales indiquent que dans 30% des cas, même avec une intervention chirurgicale réussie, une récurrence de l'oncologie est possible pendant une décennie. Pour permettre une détection rapide, il est important de réaliser régulièrement des tests sanguins pour déterminer les niveaux d'antigène spécifique de la prostate.

Le taux d'antigène avant et après la chirurgie

Dans une tumeur maligne, le taux de PSA augmente, ce qui permet de différencier la maladie au moyen d'un test sanguin spécifique pour la biochimie.

Avant le développement de l'oncologie, les normes de PSA dans le sang fluctuent dans les limites suivantes:

  • jusqu'à 50 ans - jusqu'à 2 ng / ml;
  • de 50 à 65 ans - jusqu'à 3,5 ng / ml;
  • de 65 à 73 ans - jusqu'à 4 ng / ml.

Une forte élévation du PSA de 4 ng / ml traduit automatiquement un homme dans un certain groupe de risque présentant 35% de chances de développer un cancer de la prostate. En cas d'augmentation du PSA à 10 ng / ml, le pourcentage de risque augmente à 50%.

Après résection de la prostate, les taux de PSA diminuent. Les premiers tests sont effectués 90 jours après la chirurgie. Ce temps est nécessaire pour une récupération maximale du corps après une intervention chirurgicale et pour la stabilisation de l'environnement interne.

Idéalement, le taux de PSA après une prostatectomie ne devrait pas dépasser 0,2 ng / ml. Mais la norme est le résultat de 0,4–0,5 ng / ml. Le taux maximum acceptable est de 0,7 ng / ml.

En cas de dépassement de ces indicateurs, un traitement par chimiothérapie est prescrit. Observez la situation en dynamique, effectuez plusieurs études sur le PSA consécutives. Ce type de diagnostic vous permet d'identifier rapidement le début de la récurrence en oncologie.

Lorsqu’un diagnostic opportun réalisé par la méthode de détermination du PSA dans le sang du patient, il est possible de déterminer le processus pathologique systémique ou localisé. Une rechute systémique peut survenir six mois après la prostatectomie.

Avec un tableau clinique favorable, les indicateurs resteront au même niveau et le contrôle faiblira. Au cours de la première année après la prostatectomie, du sang est prélevé pour analyse tous les 3 mois; les deux prochaines années - tous les 6 mois; A partir de la 4ème année, des analyses sont nécessaires une fois par an.

Règles PSA

Pour obtenir un résultat fiable, vous devez suivre certaines règles immédiatement avant de passer le test PSA:

  1. le prélèvement de sang ne devrait pas être plus tôt que 3 semaines après la visite de l'urologue
  2. 7 jours avant l'analyse prévue, il est nécessaire de suspendre la vie sexuelle;
  3. réduire à l'avance l'activité physique;
  4. la veille des essais proposés sur l'antigène spécifique de la prostate, les tests d'antigène doivent être éliminés de votre régime alimentaire, des aliments fumés, des aliments salés, ainsi que des boissons alcoolisées et des sucreries;
  5. Le test doit être administré l'estomac vide. 8 heures avant les analyses, il est nécessaire de refuser les apports alimentaires. La consommation d'eau pure non gazeuse est autorisée.
  6. 3 heures avant l'analyse est interdit de fumer.

Le matériel biologique pour la recherche est prélevé dans une veine le matin. Pour l'analyse utilisant la méthode de l'hémagglutination indirecte.

Les raisons de l'augmentation de la performance après la prostatectomie

Un taux élevé d'antigène spécifique de la prostate n'indique pas toujours la présence d'un cancer récurrent. L’indicateur peut augmenter temporairement dans les cas suivants:

  • rapport sexuel suivi d'une éruption de liquide séminal;
  • massage de la prostate;
  • diagnostics par ultrasons;
  • interventions invasives dans les organes pelviens, y compris la biopsie de la glande masculine;
  • processus inflammatoires dans les systèmes urinaire et génital;
  • lésions des organes pelviens;
  • guérison incomplète de la prostate;
  • réactions allergiques au médicament utilisé pendant l'opération;
  • infection des organes pelviens en cours de prostatectomie.

Le résultat de l'analyse peut être affecté par d'autres facteurs connexes:

  • nutrition du patient;
  • la présence de mauvaises habitudes;
  • augmentation de l'exercice.

L'étude d'indicateurs de l'antigène spécifique de la prostate dans le sang est le moyen le plus fiable et le plus rapide d'identifier une éventuelle récurrence du cancer. En revanche, les résultats d'études histologiques et visuelles ne peuvent montrer une rechute qu'après un an, voire plus.

Pourquoi tester le PSA après une prostatectomie radicale?

L'élimination de la prostate (partielle ou complète) est l'une des principales méthodes de traitement du cancer de la glande. Au fur et à mesure que l'organe est retiré, cela entraîne une diminution drastique du niveau de l'antigène spécifique de la prostate - la protéine qu'il a produite.

Cependant, dans certains cas, la concentration de PSA n'est pas suffisamment réduite. Cela peut être dû à l'influence de certains facteurs ou à une rechute de la maladie. Afin d'obtenir des résultats d'analyse fiables sur le PSA après une prostatectomie, il est important de bien s'y préparer. Cela permettra d'évaluer correctement la dynamique de l'antigène après la chirurgie.

Comment les indicateurs de PSA changent-ils après la chirurgie?

Le taux moyen de PSA - marqueur tumoral du cancer de la prostate - en l'absence de phénomènes pathologiques dans la glande est de 4 ng / ml. Avec le développement du cancer, le taux de PSA dans le sang dépasse 10 ng / ml.

Après la prostatectomie, la concentration en antigène est réduite. Les premiers tests sanguins sont effectués au plus tôt 3 mois après la chirurgie. Parfois, si vous avez besoin d’un diagnostic plus urgent, cette période peut être réduite à 4 à 6 semaines. Pendant cette période, le corps récupère complètement et le processus de production de protéines PSA se stabilise.

Si l'analyse est effectuée plus tôt, alors que le processus inflammatoire postopératoire est toujours préservé dans le corps, les résultats seront faussés: le niveau d'hormone spécifique de la prostate indiquera une rechute de la maladie.

PSA normale après prostatectomie radicale:

  • La quantité optimale de production d'antigène doit être comprise entre 0,2 ng / ml;
  • Dans des cas individuels, la valeur de PSA est autorisée à 0,5-0,7 ng / ml, mais pas supérieure.

Comment tester le PSA après une prostatectomie

La décision sur la nécessité d'une opération supplémentaire n'est pas prise sur la base des résultats d'une analyse unique sur le PSA. Afin d’attribuer le traitement approprié, il est nécessaire de suivre la concentration de l’antigène dans le temps, pendant un certain temps.

La fréquence des recherches dépend des résultats:

  1. Si le taux de PSA se situe dans la plage normale (jusqu'à 0,2 ng / ml non inclus) - au cours de la première année après l'opération, des tests répétés sont effectués une fois en 3 mois, puis une fois par an.
  2. Si la concentration d'antigène dans le sang est égale ou supérieure à 0,2 ng / ml, des études répétées sont nécessaires chaque mois. S'il y a une rechute, cela aidera à établir sa nature et à déterminer la possibilité d'une intervention chirurgicale répétée.

La procédure pour effectuer un test sanguin pour le PSA après une prostatectomie est la même qu'avant l'opération. La préparation comprend les mêmes étapes:

  • L'étude est réalisée deux à trois semaines après la visite chez l'urologue et des procédures de diagnostic impliquant un impact physique sur la région génitale;
  • Il est recommandé d’exclure les actes sexuels et la masturbation quelques jours avant le prélèvement sanguin, idéalement une semaine;
  • Il est nécessaire de minimiser les efforts physiques 2-3 jours avant la procédure.
  • Il est recommandé d’abandonner les aliments nocifs, notamment le café et l’alcool, quelques jours avant l’étude;
  • Des prélèvements sanguins pour déterminer le taux de PSA sont effectués à jeun. L'utilisation de la nourriture est interdite 8 à 10 heures avant l'heure fixée.
  • Il est conseillé d'arrêter de fumer pendant une journée et, dans les cas extrêmes, 2-3 heures avant le test de dépistage du PSA.

Qu'est-ce qui influence la précision de l'analyse?

Après une chirurgie radicale, la détermination du taux d'antigène spécifique de la prostate est la méthode la plus sensible pour diagnostiquer d'éventuelles rechutes. Selon les résultats d’une étude histologique et tomographique, six mois seulement après l’augmentation spectaculaire du taux de PSA, il est généralement possible d’observer un nouveau développement du cancer. Dans certains cas, cette période est étendue à 2 ans.

Après le retrait de la prostate, on prescrit à la patiente un certain nombre d'autres examens, notamment une IRM et un examen de palpation. Ces procédures peuvent modifier le niveau d'antigène de la prostate et fausser les résultats des tests sanguins. Par conséquent, il est important de planifier à l’avance le moment de l’étude et d’exclure de tels phénomènes.

Les facteurs pouvant modifier la concentration de PSA dans le sang comprennent:

  • Les rayons X, les ultrasons (ultrasons, TRUS) et les tomographies (IRM, CT, PET-CT) - le sang doit être prélevé 7 jours après la procédure;
  • Massage en profondeur de la prostate - exclure 3 jours avant l'étude;
  • Biopsie de la prostate - il faut 2 mois de récupération du patient avant de donner du sang pour déterminer le niveau d'antigène;
  • Réception des médicaments, en particulier hormonaux - il est recommandé d’arrêter la réception une semaine avant l’analyse;
  • Éjaculation et effets physiques sur la prostate (comme le cyclisme) - exclure 1 à 2 jours avant la procédure.

Pourquoi le PSA peut-il être élevé après le retrait de la prostate?

Le niveau du gène spécifique à la prostate augmente temporairement si les recommandations de préparation à l'analyse ne sont pas suivies. Ainsi, les séances d’entraînement épuisantes ou les cycles prolongés ont un effet mécanique sur les glandes du système génito-urinaire. La réaction des glandes devient une production plus active de PSA, ce qui entraîne par la suite une distorsion des résultats de l'étude.

Si les résultats de l'analyse sont considérés comme faux ou faux positifs, il est demandé au patient de répéter la procédure.

Une augmentation des taux de PSA dans le sang après une prostatectomie radicale peut être causée par les raisons suivantes:

  • Dans le système urogénital, un processus inflammatoire se développe;
  • Il y a eu des complications après une intervention chirurgicale antérieure, notamment des infections infectieuses ou une réaction allergique aux médicaments;
  • Au cours du traitement chirurgical du cancer, toutes les parties de la tumeur n'ont pas été retirées de la prostate et continuent de fonctionner.
  • Les foyers métastatiques se sont propagés aux organes et tissus voisins;
  • Les blessures mécaniques sont appliquées aux organes génitaux.

Le risque de récidive du cancer de la prostate dans les 10 ans suivant le traitement chirurgical est en moyenne de 37,5%. Ce taux reste assez élevé, même pendant le déroulement d'un traitement spécial visant à prévenir les rechutes.

Que faire avec un PSA élevé après le retrait de la prostate

Si le niveau d'antigène après la chirurgie reste en dehors de la norme, un traitement supplémentaire est nécessaire. Le choix du schéma thérapeutique dépend de la survenue d’une rechute locale ou systémique. Vous pouvez le déterminer en suivant à long terme la dynamique du PSA après une prostatectomie:

  1. En cas de récidive locale, la tumeur est localisée dans la zone précédemment opérée. Dans de tels cas, le taux de PSA dépasse les valeurs normales 2 à 4 ans après la prostatectomie.
  2. En présence de métastases à distance, lorsque la tumeur a dépassé la prostate, il s'agit d'une rechute systémique. De manière caractéristique, avec une telle rechute, le niveau d'antigène spécifique de la prostate présente une croissance anormale plus tôt qu'un an après l'opération visant à retirer la glande.